Donald Trump abat ses cartes en Iran

Depuis sa table de poker quand il n’est pas sur son parcours de golf favori, Donald Trump poursuit sa partie avec la ferme attention d’être réélu, son objectif affiché. Et il passe d’une cible à une autre, selon son bon vouloir, afin de montrer qu’il est plus que jamais le patron, assis sur la puissance financière et militaire américaine.

Continuer la lecture de Donald Trump abat ses cartes en Iran

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Ces gêneurs les ONG

Qu’il est loin le temps de l’ingérence humanitaire, cette exigence née lors de la guerre du Biafra, puis de la création de Médecins sans frontières ! Nous étions au début des années 70 et les gouvernements étaient poussés à agir par « la société civile » face à la situation désastreuse qui prévalait au Biafra. Il s’en suivit l’émergence d’une pléiade d’ONG, les « french doctors », qui se firent sous ce nom une réputation mondiale.

Continuer la lecture de Ces gêneurs les ONG

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Le matamore met un peu d’eau dans son vin

Était-ce trop loin pousser le bouchon que de se mettre à la fois à dos les milieux d’affaires et les militaires ? Coup sur coup, Donald Trump a fait campagne contre Jerome Powell et sa décision de monter le taux de la Fed et a décidé de rapatrier les troupes américaines de Syrie.

Continuer la lecture de Le matamore met un peu d’eau dans son vin

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Blessée, la bête est plus dangereuse

Le projet de Donald Trump n’est en rien secret. Il veut que les États-Unis retrouvent la place de première grande puissance qu’ils sont en train de céder, avant qu’il ne soit trop tard. Pour y parvenir, il bat ses cartes en profitant de sa supériorité financière et militaire. Car ces deux-là sont intactes, à l’inverse d’une supériorité économique déclinante.

Continuer la lecture de Blessée, la bête est plus dangereuse

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

En Syrie, le bal des hypocrites

Par Roberto Boulant

Comme l’a fait justement remarquer un commentateur ; nous avons fait semblant de bombarder et les Russes ont fait semblant de protester. Ces frappes n’ont naturellement aucun but stratégique, puisqu’à ce stade le régime d’el-Assad et ses alliés Russes et Iraniens ont gagné, si ce n’est la guerre, du moins la Syrie dite ‘utile’.

Continuer la lecture de En Syrie, le bal des hypocrites

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L’EXODE DANS TOUTE SA DIMENSION, par François Leclerc

Billet invité.

Tandis que François Hollande réaffirme à Beyrouth et à Amman « le soutien et la solidarité de la France » aux autorités libanaises et jordaniennes, les félicitant pour ce qu’il ne fait pas en accueillant massivement les réfugiés syriens, il se confirme qu’une nouvelle vague d’entre eux cherche à atteindre l’Italie depuis la Libye. Des dizaines de milliers de syriens sont par ailleurs bloqués aux frontières turque et jordanienne, au nord et au sud de leur pays.

Continuer la lecture de L’EXODE DANS TOUTE SA DIMENSION, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

LA LOGIQUE DES POMPES SÉCURITAIRES, par François Leclerc

Billet invité.

François Hollande a pris hier en grandes pompes un virage sécuritaire qu’il justifie par l’état de guerre dans lequel la France se trouverait du fait des tueries selon lui. Les propos sont martiaux mais les mesures annoncées de portée relative, vu la nature du combat à mener. Qu’apporte en effet l’instauration de l’état d’urgence au combat pour contrer le fanatisme de Daech ? Quel peut être l’effet du rétablissement des contrôles aux frontières ?

Continuer la lecture de LA LOGIQUE DES POMPES SÉCURITAIRES, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

RESTREINDRE LA LIBERTÉ AU NOM DE SA DÉFENSE ? par François Leclerc

Billet invité.

Il nous est à nouveau donné l’occasion d’observer le comportement des dirigeants politiques dans une situation de crise. A côté des figures imposées, on assiste à une surenchère verbale avec comme principal souci de ne pas se faire dépasser politiquement à droite ! Il faut tenir son rang, c’est à qui sera le plus martial et préconisera les mesures les plus exemplaires, tout en n’ignorant pas qu’elles sont illusoires.

Continuer la lecture de RESTREINDRE LA LIBERTÉ AU NOM DE SA DÉFENSE ? par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

LE DANGEREUX PARTI DE LA PEUR, par François Leclerc

Billet invité.

Konrad Szymanski, le ministre des affaires étrangères du nouveau gouvernement conservateur polonais qui va prendre ses fonctions lundi prochain, a tiré ce matin les leçons des massacres de Paris. Il a déjà annoncé que son gouvernement ne pourra pas appliquer les accords de relocalisation des réfugiés. Cela commence.

Continuer la lecture de LE DANGEREUX PARTI DE LA PEUR, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Vol MH 17 : UN PARI DE DUPES DES OCCIDENTAUX ? par François Leclerc

Billet invité

Les polémiques ne manquent pas à propos de l’anéantissement des 298 passagers et membres d’équipage du vol MH 17, la principale étant sur qui en porte la responsabilité. Les autorités russes ont opposé leur version aux accusations des Américains et des Ukrainiens, mais ne rien ne garantit qu’une enquête aux contours encore indéfinis permettra d’établir les faits, surtout si elle se limite à la scène du crime, alors que des données radar – qui doivent probablement exister vu la totalité des moyens de détection déployés – pourraient seules prouver la localisation du tir du missile.

Pavé dans la mare, Alexandre Khodakovski, le commandant du « bataillon Vostok », qui n’est pas n’importe qui, a reconnu mercredi dans une déclaration à l’agence Reuters que les séparatistes possédaient des missiles antiaériens Buk, précisant que ceux qui avaient été pris à l’armée ukrainienne n’étaient pas opérationnels. Il a attribué la responsabilité du tir aux Ukrainiens, car « ils savaient que le missile serait déployé là [vers Snejnoïe où il dirigeait] et ils ont provoqué le tir de ce Buk en lançant une attaque aérienne sur un objectif sans importance que leurs avions avaient ignoré pendant une semaine. » Il a ajouté : « Je savais qu’un Buk était venu de Louhansk. On m’avait alors dit que ce Buk était envoyé par la ‘République populaire de Louhansk’», une région tenue par les insurgés. « J’étais au courant de la présence de cette batterie de Buk. On m’en avait parlé. Je pense qu’elle a ensuite été renvoyée là d’où elle venait (…) afin d’effacer les preuves de sa présence. »

Continuer la lecture de Vol MH 17 : UN PARI DE DUPES DES OCCIDENTAUX ? par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail