La peur, quand elle nous tient dans ses bras

Déjà bien ancrée, la peur ambiante a trouvé avec la pandémie un aliment de choix. Ses risques sont immédiats, ni fantasmés ni suscités, lui permettant de prendre toute sa mesure.

Continuer la lecture de La peur, quand elle nous tient dans ses bras

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Une mutation encore en pointillés

Une notion a la vie dure, celle du simple trou d’air que connaitrait l’activité économique. Pourtant, le sort qu’a connu le transport aérien a de quoi faire réfléchir, pour s’en tenir à son cas spectaculaire. Une mutation du capitalisme est en cours, mais les gardiens du temple ne s’affranchissent pas tous des dogmes qui les habitent.

Continuer la lecture de Une mutation encore en pointillés

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Les mots sont d’un fragile recours

Pour employer un terme qui a trouvé sa place, le capitalisme est-il soutenable ? La charge de la preuve lui revient sans discussion. Mais à défaut de concrétisation garantie, les grands mots sont de sortie : il sera inclusif dans l’avenir et il est en attendant constaté la bonne résilience du système financier aux bons soins des banques centrales. Le vocabulaire mis à part, que peut-il se passer ?

Continuer la lecture de Les mots sont d’un fragile recours

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

De l’air, de l’air

Un incontestable malaise s’épaissit, fait d’inquiétudes et se traduisant par la défiance. Il s’alimente désormais à plusieurs sources qui se conjuguent et le renforce.

Continuer la lecture de De l’air, de l’air

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L’avènement incertain d’un nouveau « grand bond en avant »

Sous une apparence se voulant pleine de bon sens, les expressions s’imposent sans que l’on y prenne toujours garde, ce qui ne les empêchent pas d’être significatives. La préoccupation dominante du moment est de favoriser « la relance », tout en annonçant une « réduction » de la dépendance à la mondialisation. Ni l’une ni l’autre ne sont satisfaisantes.

Continuer la lecture de L’avènement incertain d’un nouveau « grand bond en avant »

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Une vie à la croisée des chemins

Le grand désordre n’est pas prêt de se terminer. Des certitudes sont déjà ébranlées, et cela ne va pas s’arrêter là par la force des choses. La vie sociale et économique ne va pas recommencer comme avant, des remises en question sont inévitables, la parenthèse ne va pas être facilement refermée.

Continuer la lecture de Une vie à la croisée des chemins

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

La mesure des responsabilités ne peut pas attendre

Une « profonde récession » attend l’Europe, s’inquiète le FMI, la considérant comme « un fait acquis ». S’en tenant à l’effet des arrêts estimés de la production « non essentielle », Poul Thomsen, son directeur pour l’Europe, estime la baisse de son PIB annuel à 3%. Ce n’est qu’une estimation conservatrice en attendant la suite.

Continuer la lecture de La mesure des responsabilités ne peut pas attendre

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Surprise ! le risque climatique n’est pas pour tout le monde

Dans la palette déjà bien étoffée des risques financiers, un petit nouveau est arrivé, pudiquement appelé « risque climatique » sans plus de précision. Ce qui a incité le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau à annoncer, dans La Tribune, la tenue cette année d’un nouveau type de test de résistance : « le risque climatique est au cœur de notre métier de superviseur et nous devons développer les technologies pour aider les banques et les compagnies d’assurance à mieux le mesurer. » Que nous vaut donc cette nouvelle préoccupation ?

Continuer la lecture de Surprise ! le risque climatique n’est pas pour tout le monde

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

Déclinaison malthusienne : « Épuisement des ressources, bienvenue dans l’anthropocène », par Hervey.

Hervey Déclinaison "Effondrement des richesses"

 

« La colossale expansion matérielle de ces dernières années a pour destin, selon toute probabilité, d’être un phénomène temporaire et transitoire. Nous sommes riches parce que nous vivons sur notre capital. Le charbon, le pétrole, les phosphates que nous utilisons de façon si intensive ne seront jamais remplacés. Lorsque les réserves seront épuisées, les hommes devront faire sans… Cela sera ressenti comme une catastrophe sans pareille. »

Aldols Huxley : « Le progrès : comment les accomplissements de la civilisation vont ruiner le monde entier ». Article paru dans la revue Vanity Fair en 1928.

Continuer la lecture de Déclinaison malthusienne : « Épuisement des ressources, bienvenue dans l’anthropocène », par Hervey.

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L’esbroufe, ce mauvais pli qui ne s’efface pas

Il était déjà difficile d’accorder à la présidente de la Commission européenne le bénéfice du doute à propos de son plan Vert, mais cela devient chose impossible. Oubliant déjà ses proclamations en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique, le Parlement européen vient en effet de soutenir à une large majorité le financement de grands projets de fracturation hydraulique par la Banque européenne d’investissement (BEI).

Continuer la lecture de L’esbroufe, ce mauvais pli qui ne s’efface pas

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail