L'actualité de la crise : A LA RECHERCHE D'UN PLAN A', par François Leclerc

Billet invité

L’exigence d’une recapitalisation des banques européennes par le FMI est un véritable pavé dans la mare. On ne compte plus depuis hier les déclarations outrées sur le thème « quelle mouche a donc piqué Christine Lagarde ? » ainsi que les véhémentes dénégations. Particulièrement venant des Français qui s’accrochent à l’idée, à laquelle ils ont du finir par croire, qu’ils ont les banques les plus solides du monde.

Patatras ! sur le même thème deux autres organismes sont aujourd’hui venus lui prêter main forte : l’IASB – en charge des normes comptables – et l’EBA, le nouveau régulateur européen des banques. Crime de lèse-majesté, le premier explique que certains établissements n’ont pas assez dévalorisé la dette grecque en leur possession. Il s’agit, a-t-on appris par ailleurs, de BNP Paribas et de la compagnie d’assurance CNP. Pour aller droit au fait : ils ont maquillé leurs comptes en minorant la dévalorisation pour adopter une décote complaisante de 21 %, dictée par l’Institute of International Finance puis avalisée par les chefs d’État, qui a prétendu se substituer au marché.

Continuer la lecture de L'actualité de la crise : A LA RECHERCHE D'UN PLAN A', par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de la crise : LA FIN DES HARICOTS, par François Leclerc

Billet invité

Est-il admissible pour le gotha des banquiers centraux de s’entendre dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas ? Visiblement non, car les oreilles de Christine Lagarde, directrice générale du FMI, ont tinté après qu’elle se soit exprimée à Jackson Hole, haut-lieu de l’Université d’été des banques centrales où elle été invitée au dernier moment à prononcer un discours.

Considérant que « nous sommes dans une phase dangereuse », elle a prodigué des avertissements sans équivoques aux Européens et aux Américains.

Aux premiers, elle a vivement recommandé de rendre obligatoire d’urgence le renforcement des fonds propres de leurs banques, « clé permettant de couper la chaîne de la contagion ». Préconisant d’utiliser tous les moyens, privés et publics, et plus particulièrement le fonds européen de stabilité financière (FESF).

Aux seconds, d’amortir une partie importante du principal des prêts immobiliers en actionnant Fannie Mae et Freddie Mac et de contribuer au refinancement des crédits immobiliers à des taux plus bas, expliquant que « l’heure n’était plus aux demi-mesures et aux atermoiements » alors que les prix des maisons continuent de baisser, tirant la consommation vers le bas et accroissant l’incertitude sur l’économie.

Continuer la lecture de L'actualité de la crise : LA FIN DES HARICOTS, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de la crise : LES FUITES INFERNALES, par François Leclerc

Billet invité

Pas un jour ne se passe sans qu’une nouvelle échéance attendue ne ponctue l’actualité, en règle générale de manière plus inquiétante que prometteuse. Hier, Ben Bernanke prononçait son discours annuel de Jackson Hole (Wyoming), à l’occasion de l’université d’été des banques centrales, pour finalement ne rien annoncer sinon qu’il passait la main. Renvoyant au discours de rentrée de Barack Obama, à l’occasion du Labor Day qui tombe cette année le 5 septembre. Le sujet du moment n’étant plus les déficits mais la récession et la question du jour comment combattre les uns sans précipiter l’autre.

Vers la fin septembre, il est attendu la décision du Bundestag, qui devrait ratifier les décisions du sommet des chefs d’État et de gouvernement européens du… 21 juillet dernier, alors que se poursuit à propos de la Grèce une course de vitesse en marche arrière.

Cette fuite est sans fin et n’apporte pas de solution.

Continuer la lecture de L'actualité de la crise : LES FUITES INFERNALES, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de la crise : LA GRANDE PERDITION, par François Leclerc

Billet invité

Omniprésent, le mot crise est devenu galvaudé et on évite en conséquence de l’utiliser. C’est à partir de ce constat – modestement partagé par l’auteur – qu’Alphaville, le blog phare du Financial Times, a engagé une consultation de ses lecteurs pour lui trouver un remplaçant. La liste est longue des propositions qui ont été faites, mais autant dire tout de suite que le vainqueur est… La Grande Perdition, en référence transparente à la Grande Dépression.

Comment, à ce propos, se porte le plan A des autorités européennes ?

Ce serait tomber dans le piège de l’arrogance que de commencer ce survol par l’appel de 16 riches Français à être mis à contribution, appel publié la veille de l’annonce du plan d’austérité gouvernemental et au lendemain d’une déclaration de Jean-François Copé, patron du parti gouvernemental UMP, favorable à « une contribution exceptionnelle » (souligné par moi), qui reprenait la balle au bond suite à une tribune de Maurice Lévy, PDG de Publicis, qui avait utilisé le même mot.

Appel éminemment louable bien entendu dans son esprit, mais à condition sans doute d’en ignorer les termes : la contrepartie exigée, si l’on comprend bien, par Maurice Lévy, au nom de ces 16 riches Français : « une vraie, une sérieuse, une profonde réforme de nos structures administratives et de nos systèmes sociaux, pour pouvoir à l’avenir réduire drastiquement nos coûts… ». Pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté, il ajoutait : « Osons nous attaquer aux vaches sacrées ». Décidément, les grands gestes généreux et désintéressés ne sont plus ce qu’ils étaient !

Continuer la lecture de L'actualité de la crise : LA GRANDE PERDITION, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de la crise : À EN AVOIR LE VERTIGE ! par François Leclerc

Billet invité.

Une vraie réussite ! c’est le monde développé tout entier qu’ils vont finir par mettre en faillite ! Après celui des Etats, le tour des banques zombies est redevenu d’actualité. La dette des uns est aussi pesante que les engagements des autres. Trop lourd, l’échafaudage repose sur la pointe écrasée de l’économie réelle, le condamnant à perdre l’équilibre.

« L’irrationnel prend le pas sur la réalité » croit pouvoir finement déceler le quotidien Le Monde, en mal d’explication, dans son dernier éditorial titré « Les banques à l’heure de la défiance ». La réalité, si l’on veut la solliciter, est que le monde qu’ils ont construit n’est plus solvable et que les créditeurs, pris à leur propre jeu, ne vont avoir d’autre issue que de l’admettre. Ne sachant pas l’éviter, ils paniquent.

Si l’on va au fond des choses, c’est la rançon de la concentration de la richesse. Du fonctionnement intensif de la machine à produire de la dette (et des intérêts en conséquence), afin de distribuer du crédit de pouvoir d’achat à défaut de revenu.

Les banques prêtent aux entreprises comme aux particuliers, aux Etats comme aux autres banques, et l’inquiétude est de retour quant aux remboursements. L’insolvabilité impose sa loi quand la dette devient difficile à être roulée, à défaut d’être amortie, la perspective d’une récession aggravant le tableau.

Continuer la lecture de L'actualité de la crise : À EN AVOIR LE VERTIGE ! par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de la crise : IL Y A FOULE EN COULISSE ! par François Leclerc

Billet invité

Réservez deux journées pleines de la semaine prochaine, qui va être marquée par des rendez-vous déterminants !

Mardi 23, François Baroin rencontre Wolfgang Schaüble à Paris, pour mettre en musique l’inoubliable sommet d’Angela Merkel et de Nicolas Sarkozy et leurs « décisions ambitieuses », selon le ministre français. Vendredi 26, Ben Bernanke prononce un discours très attendu à Jackson Hole (Wyoming), à l’occasion du rendez-vous annuel des banquiers centraux du monde entier, organisé par la Fed de Kansas City (Missouri). « Au rendez-vous des sauveurs » pourrait s’intituler leur réunion.

En Europe, on prétend continuer à serrer les boulons tandis qu’il est spéculé aux États-Unis à propos… d’un nouveau round de libéralités de la Fed. Mais aucune de ces deux stratégies ne contrecarrera le ralentissement économique général en cours, au contraire, rendant encore plus insoluble l’équation de la réduction du déficit public et perturbant davantage la remise sur pied du système financier. Allez comprendre !

Continuer la lecture de L'actualité de la crise : IL Y A FOULE EN COULISSE ! par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de la crise : L'ESPRIT DE MUNICH, par François Leclerc

Billet invité.

Nous nous approchons de la croisée des chemins. Le « temps de la démocratie » hypocritement réclamé par les autorités politiques européennes pour masquer leur impuissance fait désormais défaut. Elles font désormais face à leur propre échec consommé, tandis que le spectre de la récession prend le pas sur celui du déficit.

Faisant écho aux parlementaires allemands qui ont annoncé vouloir prendre leur temps pour discuter des mesures du sommet européen du 21 juillet dernier, en vue d’une éventuelle adoption, le ministre grec des Finances, Evangélos Vénizélos, a déjà prévenu que le bouclage du programme d’échange d’obligations avec les banques ne pourrait pas intervenir avant « la première ou deuxième semaine d’octobre ». Plus l’urgence se précise, plus les délais se rallongent, et ce n’est pas fini.

Car la crise n’attend pas et utilise la bourse pour le faire savoir, le marché obligataire étant barré, sous haute surveillance de la BCE. Celui des CDS est par contre florissant, ce qui n’est jamais bon signe. Il y a décidément toujours quelque chose qui cloche.

Continuer la lecture de L'actualité de la crise : L'ESPRIT DE MUNICH, par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de la crise : BANG BANK ! par François Leclerc

Billet invité.

Le monde bancaire est à nouveau en émoi, et nous avec. Non seulement en raison de sa nouvelle spectaculaire dégringolade boursière, mais tout autant pour ce qui l’attend encore devant.

Pour les Américains, le danger vient des filiales des banques européennes, le risque étant que leurs capitaux soient rapatriés d’urgence en Europe, pouvant ainsi les amener à manquer à leurs engagements et contaminer les banques américaines. Les fonds monétaires américains y contribuent, qui restreignent leurs prêts aux établissements européens – ou bien ne les accordent qu’à très court terme – accroissant leurs difficultés de financement.

En Europe, tous les signaux clignotent. Les dépôts des banques à la BCE restent très élevés (80 milliards d’euro cette semaine), signe qu’elles répugnent à prêter leurs liquidités à leurs consoeurs, tandis que le spread Euribor-OIS, indicateur de référence des tensions du marché interbancaire, est à son plus haut niveau depuis 2009. La BCE avait réactivé en mai dernier son offre en dollar et une banque non identifiée qui l’a utilisé aujourd’hui pour emprunter 500 millions de dollars à sept jours, signe que cette dernière éprouve des difficultés à s’en procurer pour honorer ses engagements, accréditant les inquiétudes de la Fed.

Continuer la lecture de L'actualité de la crise : BANG BANK ! par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de la crise : MISES À PLAT par François Leclerc

Billet invité.

« Le capitalisme a fait son temps ! » Sommes-nous revenus au temps de Jaurès ? ou bien plutôt aux années qui suivirent, quand on cessa de prêter attention à de telles proclamations tellement elles furent rabâchées ensuite sans succès. Nous nous sommes habitués, résignés à l’idée que le capitalisme en avait encore pour longtemps. Ses laudateurs étant de leur côté habités par la conviction bien ancrée qu’il représentait le stade suprême de l’évolution des sociétés, cadre indépassable qu’il ne s’agissait que de perfectionner.

Au fil des épisodes de la crise actuelle s’insinue sournoisement une petite idée : et si c’était pour de vrai ? Si, après avoir clairement montré ces temps derniers qu’il n’entendait pas s’amender, le système continuait d’imploser, incapable de reprendre pied, pris dans un processus d’auto-destruction irrésistible ? Dorénavant porteur des pires des promesses après avoir longtemps prétendu être l’instrument par excellence du progrès et du bonheur sur Terre.

Est-il nécessaire de tant se pencher pour apercevoir des préfigurations de ces sinistres promesses ? Il n’y a que l’embarras du choix. La figure montante du gouverneur du Texas Rick Perry, déjà donné comme rassembleur des républicains, n’appelle pas de commentaires tellement elle est caricaturale, mais pourtant vraie. Ce que charrient les discours de David Cameron, premier ministre britannique, est à sa manière de la plus grande des éloquences. Mais derrière ces mauvaises comédies se dissimule une stratégie de survie : la leur et celle du monde qui se serre derrière eux. Car ce n’est pas une bataille d’idées  !

Continuer la lecture de L'actualité de la crise : MISES À PLAT par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail

L'actualité de la crise : UN SOMMET INOUBLIABLE ! par François Leclerc

Billet invité.

Créer un « gouvernement de la zone euro » qui va se réunir deux fois par an et le confier à un homme qui a fait la preuve de ce qu’il ne pouvait pas faire à la tête de l’Union européenne est une aimable plaisanterie. Annoncer l’adoption d’ici à l’été 2012 d’une règle européenne d’équilibre des finances publiques laisse du champ pour d’ardues négociations à venir sur ses modalités. Proposer en commun dès septembre l’instauration d’une taxe sur les transactions financières n’est pas une nouveauté et demande des précisions pour vérifier qu’elle ne sera pas symbolique. Enfin, harmoniser entre les deux pays la fiscalité des entreprises ne va pas changer la face du monde, tant qu’il sera aussi facile de s’en affranchir.

Ce que ce mini-sommet n’a pas décidé est tout aussi significatif de sa réelle portée. Ont été exclus, l’émission d’euro-obligations – présentées à tort comme une panacée par tous ceux qui de plus en plus nombreux la proposent en Allemagne même – ainsi que l’augmentation des moyens financiers du Fonds de stabilité financière. Le prochain rendez-vous en catastrophe est pour quand ?

Continuer la lecture de L'actualité de la crise : UN SOMMET INOUBLIABLE ! par François Leclerc

Partagez
Recommandez par mail Recommandez par mail