Envoyez par mail 'La crise rend bête et intelligent à la fois' à un ami.

Envoyez une copie de 'La crise rend bête et intelligent à la fois' à un ami.

* champs obligatoires


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.

Code de sécurité

Loading ... Chargement en cours ...
Partagez

2 réflexions au sujet de « La crise rend bête et intelligent à la fois »

  1. On dispose maintenant des listes de biens et services indispensables au fonctionnement minimal actuel de nos sociétés. Tout ces biens et services doivent maintenant être examinés avec pour objectif leur nationalisation totale ou partielle.

  2. Bêtise vs intelligence, faites vos jeux…

    Si un virus dont 80% des gens infectés guérissent (chiffre qui sera à vérifier a posteriori), quand sera-t-il lorsque nous serons confrontés à un virus vraiment agressif avec un taux de létalité supérieur à 50% ?

    Les scientifiques nous préviennent depuis des années qu’au fur et à mesure de la destruction de nos écosystèmes, ce scénario est en train de passer de la case plausible à la case inévitable. Nul doute alors que nos chaines logistiques alimentaires seront alors totalement interrompues. D’autant plus qu’en France les paysans représentent à peine 3% de la population et qu’avec un si faible contingent, les moindres pertes un peu conséquentes signifient l’arrêt quasi-total de la production alimentaire.

    Autre énorme problème en cas de pandémie à fort taux de létalité, le gigantisme de nos agglomérations urbaines : comment continuer à nourrir des dizaines de millions de citadins ?

    Toutes questions auxquelles le néolibéralisme est intrinsèquement incapable de répondre !

    Mais puisque les premiers de cordée nécessitent (encore) l’adoubement des gueux pour gouverner, pardon pour manager, n’oublions pas que la question de savoir qui de la bêtise ou de l’intelligence va l’emporter se pose aussi pour ceux-qui-ne-sont-rien.

    Pour raviver la mémoire du regretté Desproges et son fameux « on me dit qu’il y a des juifs dans la salle », certains n’ont pas hésité à vivifier sa pensée sur le thème du « on me dit qu’il a des personnels soignants dans l’immeuble » :

    Pression des voisins, cambriolages, voitures forcées… Le « coup au moral » des soignants
    https://www.sudouest.fr/2020/03/29/pression-des-voisins-cambriolages-voitures-forcees-le-coup-au-moral-des-soignants-7371359-10861.php?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=MaNewsletter&utm_term=20200330

Les commentaires sont fermés.