Envoyez par mail 'Les marchés se révoltent, du jamais vu' à un ami.

Envoyez une copie de 'Les marchés se révoltent, du jamais vu' à un ami.

* champs obligatoires


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.

Code de sécurité

Loading ... Chargement en cours ...
Partagez

2 réflexions au sujet de « Les marchés se révoltent, du jamais vu »

  1.  » … si le marché de la dette américaine devenait illiquide et si des positions prises par les investisseurs pour se couvrir étaient dénouées, ce qui cesserait d’en faire la valeur refuge par excellence… »

    Et oui, rien n’est immuable sauf le changement !

    Les bons US ne sont plus valeur refuge, comme l’Europe n’est plus: pays refuge … pour les malheureux, même pas immigrés !

    Il faut lire dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, de nos jours, La déclamation des droits de l’homme citoyen bourgeois.

    Les autres ? Migrants et autres ???

  2. Le krach n’est pas là, la panique est toute relative et de la part des magnats de la finance, peut-être simplement feinte. Un jeu visant à faire pression sur les politiques.

    Le CAC 40 a perdu plus de 23% en moins de trois semaines, certes une correction sévère mais pas un krach boursier..

    L’élément clef pour appréhender la réalité de la lutte des classes c’est de bien mesurer le rapport de force entre les deux classes fondamentales que sont la bourgeoisie et le prolétariat.

    En ce sens, la bourgeoisie n’a rien à craindre pour l’instant d’un prolétariat qui court comme un canard sans tête !

    Dans aucun pays, Il n’y a à la tête du prolétariat un parti de type bolchevique à influence de masse, une internationale pour nous grouper, L’anarchisme règne sans partage dans le royaume des idées révolutionnaires.

    L’anarchisme est véhémence et compromission, une idéologie de nature petite bourgeoise.

    la bourgeoisie n’est donc pas empêcher de gérer dans le temps les crises sévères qu’elle traverse.

    Historiquement nous vivons une fuite en avant, de la part d’une bourgeoisie, accroc comme un héroïnomane à la drogue dure de l’argent facile.

    Le yoyo sur les marchés boursiers exprime chez elle, qu’elle est comme un drogué en manque, se tournant violemment à droite, et immédiatement ensuite violemment à gauche,

    Ses responsables politiques n’ont pas pu supporter plus longtemps cette souffrance insupportable du sevrage.

    C’est dernières 48h00 ils ont donné à ce grand malade ce qu’il demande.

    Provisoirement fin de la séquence.

    A nous communistes de nous groupez rapidement dans un parti type OCI, et une internationale ouvrière révolutionnaire, sur la base de la plus large démocratie, comme cette démocratie existait sous Lénine.

    Le répit va être de courte durée.

    Ce qui se profile à l’horizon, c’est une exaspération des rapports belliqueux entre gouvernements bourgeois, nourrit par cette incroyable profusion de capital fictif, capital absolument impossible à valoriser, alors même que la valorisation du capital est le propre et la seule raison d’être du capitalisme.

Les commentaires sont fermés.