Envoyez par mail 'À ce train-là, récession et déflation pendent au bout du nez' à un ami.

Envoyez une copie de 'À ce train-là, récession et déflation pendent au bout du nez' à un ami.

* champs obligatoires


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.

Code de sécurité

Loading ... Chargement en cours ...
Partagez

Une réflexion sur « À ce train-là, récession et déflation pendent au bout du nez »

  1. Il est fort probable que la récession et la déflation, l’une n’allant pas sans l’autre, ont pour origine un grand nombre de facteurs, parmi lesquels on peut citer – sans vouloir leur donner un ordre d’importance :

    La mondialisation ou ultra-libéralisme avec ses délocalisations et la recherche du profit de la part d’intermédiaires assoiffés de fric qui vont jusqu’à manipuler les cours de certains produits, etc.

    Le pouvoir d’achat déclinant de la population, évidemment nié par les gouvernements. Les Allemands sont particulièrement visés ici puisque depuis quelques années la politique d’exportation menées par leurs gouvernants s’est appuyée sur la baisse concurrentielle des salaires.

    L’écart grandissant des revenus entre les entrepreneurs et les salariés. Les nouveaux embauchés se voient proposer des salaires voisins du minimum prévu par la loi et les augmentations en cours de carrière sont strictement limitées, ce qui a pour avantage collatéral d’enrichir les petits patrons.

    Avec pour incidence deux sortes d’épargne, celle des riches qui alimente les cours de bourse et de l’immobilier, tandis que celle des autres nourrit les refuges de l’épargne réglementée. Avec pour conséquence dans les deux cas d’un effet de frein sur l’activité de production.

Les commentaires sont fermés.