Envoyez par mail 'L'assurance en alerte' à un ami.

Envoyez une copie de 'L'assurance en alerte' à un ami.

* champs obligatoires


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.

Code de sécurité

Loading ... Chargement en cours ...
Partagez

6 réflexions au sujet de « L’assurance en alerte »

  1. Grosse inquiétude donc pour nombre de français, pas forcément riches, dont l’épargne n’a rien d’immoral. Les mieux conseillés doivent déjà se retirer sur la pointe des pieds, les autres paieront l’addition.

  2. Question ?
    Pourquoi nous annonce-t-on de faibles rendements pour les caisses de retraite et assurances vie, alors que les rendements sur l’immobilier de location compte-tenu des taux bas est plus que profitable et que les indices boursiers des principales bourses ont monté de +/- 20 % depuis le début de l’année. Reste la part des obligations qui est à la peine mais cela ne représente qu’une partie des investissements ?

    1. Le marché des obligations est une chose, celui des actions une autre ! Les caisses de retraite et les assurances privilégient des investissements longs, donc obligataires.

      1. Merci pour votre réponse. J’entends bien que traditionnellement et probablement aussi selon certaines exigences les fonds placés doivent l’être en obligations pour assurer le long terme.
        Si un modèle d’affaire ne fonctionne plus le devoir de l’entreprise ne serait-il pas de trouver de meilleures solutions pour préserver les avoirs des clients ?
        Si le travail des caisses de retraite se limite à acheter des obligations, nous n’avons pas vraiment besoins de leurs compétences pour lesquelles ils se réservent de belles commissions.
        Le but de ma question qui s’inscrit dans une « révolte « contre le système bancaire et la gestion de fonds est de savoir quels sont, en tant que citoyens, les leviers dont nous pourrions disposer pour inciter les gestionnaires de fonds de prévoyance à rendre des comptes sur la gestion de nos épargnes. Vous le savez bien, ce sont des épargnes obligatoires.
        Leur métier est de gérer au mieux l’épargne des citoyens. Si ils ne sont pas fichus de gérer leurs entreprises, ils doivent dégager.

  3. Que dire de ceux qui ne sont  » pas forcément riches » et encore moins  » en capacité  » d’investir ; qui sont dépendant des marchés pour trouver un appartement à loyer abordable ?

  4. La situation peut se résumer simplement.

    Si la démocratie est le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple, le néolibéralisme est le gouvernement du peuple par l’argent et pour l’argent.

    Tout comme l’avenir du néolibéralisme est tout tracé : les inégalités et la pauvreté ne pouvant qu’exploser, la violence d’État sera à très court terme le seul moyen pour lui de se maintenir au pouvoir, avec comme prétexte la nécessité de sauvegarder nos société du chaos que le système génère lui-même. D’ailleurs dans notre doulce France, tous les moyens de coercition sont déjà juridiquement en place. Ne reste plus qu’à appuyer sur le bouton.

    Bel exemple de rétroaction positive n’est-il pas ?

Les commentaires sont fermés.