Envoyez par mail 'Une nouvelle équipe européenne dépourvue de mandat' à un ami.

Envoyez une copie de 'Une nouvelle équipe européenne dépourvue de mandat' à un ami.

* champs obligatoires


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.

Code de sécurité

Loading ... Chargement en cours ...
Partagez

Une réflexion sur « Une nouvelle équipe européenne dépourvue de mandat »

  1. « [Olivier Blanchard] distingue deux déficits – le mauvais qui comble le fonctionnement de l’État, et le bon qui finance une politique d’investissement – et propose de faire évoluer les règles des traités afin de les différencier. »

    Il me semble que cette évolution des traités se traduirait par un renforcement des contraintes qu’ils exercent sur les budgets de chaque État et par une diminution supplémentaire des pouvoirs des Parlements. Décider au niveau européen de la manière dont l’argent public doit être dépensé mais laisser à chacun des États la tâche de percevoir ces impôts ne semble pas non plus très satisfaisant: il serait plus logique que l’UE fixe et perçoive les impôts qui correspondent aux dépenses dont elle décide.

    De plus la distinction entre investissement et fonctionnement me semble des plus arbitraire. Par exemple, même si le déficit de l’État s’en trouve accru, agrandir et équiper le service des urgences d’un hopital serait souhaitable alors qu’augmenter les dépenses correspondant au personnel qui fait fonctionner ce service serait une mauvaise chose.

    Pour essayer d’y voir plus clair j’ai lu ça:
    https://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/finances-publiques/ressources-depenses-etat/depenses/quels-sont-investissements-etat.html
    hélas, je ne suis pas vraiment plus avancé…

Les commentaires sont fermés.