Envoyez par mail 'Le goût inoubliable de la liberté' à un ami.

Envoyez une copie de 'Le goût inoubliable de la liberté' à un ami.

* champs obligatoires


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.

Code de sécurité

Loading ... Chargement en cours ...
Partagez

3 réflexions au sujet de « Le goût inoubliable de la liberté »

  1. Euh bonsoir monsieur Leclerc,

    Mais il est fort probable que le problème en Algérie, comme partout chaque fois, ce soit en fait l’Armée. Rien n’existe sans elle en Algérie.

    Bonne soirée monsieur Leclerc

  2. Bonne analyse. En Algérie, l’Armée dispose de l’Etat alors que dans d’autres pays normaux c’est l’Etat qui dispose d’une armée.L’APL ne cèdera pas les outils de sa puissance, sauf à ce que certains officiers comprennent que parallèlement au maintien de la sûreté des biens et des personnes le temps est venu de permettre à une élite économique, financière, politique rajeunie et efficace de répondre au problème cardinal que représente à distance d’une an la chute dramatique des réserves financières du pays (le fonds souverain FRR est à sec) et la nécessité de préserver ce qu’il reste des ressources en hydrocarbures. cf.Bouchard-Sapir+https://fr.sputniknews.com/radio_sapir/201904031040601547-algerie-demission-bouteflika/ et https://www.alternatives-economiques.fr/users/el-mouhoub-mouhoud
    Cordialement, Renaud Bouchard

  3. D’après la Banque d’Algérie:
    – les recettes de pétrole et de gaz ont baissé de près de 50 % au premier trimestre 2015, passant de 15,6 milliards de dollars en mars 2014, à seulement 8,7 milliards.
    – le pétrole représente plus de 95 % de ses recettes extérieures et 60 % du budget de l’État algérien.

    Par ailleurs le PIB par habitant (PPA) est comparable à celui de la Chine ou du Brésil. Même si c’est une valeur moyenne qui ne dit pas grand chose sur la situation des différentes catégories d’algériens on peut supposer que les choses restaient supportables pour une bonne partie de la population.

    Avec les variations brutales du cours du pétrole il n’est pas du tout surprenant que ceux qui ont jusqu’ici profité de la rente du pétrole pour s’en mettre plein les poches et se maintenir au pouvoir aient du mal à s’entendre entre eux et ne sachent pas comment faire pour résister à la pression populaire.

Les commentaires sont fermés.