Envoyez par mail 'Pour aller à l’essentiel' à un ami.

Envoyez une copie de 'Pour aller à l’essentiel' à un ami.

* champs obligatoires


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.

Code de sécurité

Loading ... Chargement en cours ...
Partagez

19 réflexions au sujet de « Pour aller à l’essentiel »

    1. Oh là bijou, du calme, en attelage avec les débris d’un mort (le P.S.),
      j’ai des doutes, auberge espagnole, armée Mexicaine, ou simplement,
      un pet sur une toile cirée…

    2. Bonjour PYD,

      J’aimerai savoir, puisque je suis au milieu de gens de bien et sincères il existerait donc des hommes providentiels à gauche ? On m’aurai donc menti ? Et aussi la fin justifierait les moyens alors comme partir avec une clique de faux derches qui trahissent à la première averse ? Doublement menti alors ?

      Remarque je n’ai jamais bien compris les choses. Je suis un simplet moi, sans filtre.

      C’est ainsi alors, à l’heure de l’urgence, ce qui compte c’est se rendre dans un hémicycle sans réel pouvoir pour taper de sa chaussure sur la table ? Youpi ! Allons-y gaiement alors signez ! Remarque pourquoi pas après tout, ça ou autre chose, mais Thiers ou la Commune en fait ?

      1. C’est exactement ça…Paul Jorion je suis le site depuis quasiment le début. A un moment j’ai commencé à avoir des doutes, l’expérience à l’université belge… Nous devions avoir un jugement « prud’hommes belge » lui donnant totalement raison, pas de nouvelle. Un billet aussi pendant ou un peu avant les élections de 2017 ou il était tellement heureux que Benoit Hamon l’ai reconnu, comment dire, j’avais trouvé cela étrange. Je ne vais pas me faire des amis ici, mais c’est mon impression au fil des années, il nous a annoncé si souvent que Trump ne serait pas élu, pas de brexit non plus (bon là on attend toujours, mais on ne prend pas le chemin qu’il avait prévu).

    3. oui mais… s’il subit l’influence des lobbyistes ?

      dettes qui roulent n’amassent plus mousse ! 😉

        1. en fait, je blaguais.
          mais finalement, je pense que la condition humaine reste aliénée, en partie, à l’argent et à sa « puissance ».
          mais pour Paul, pas de souci, il est incorruptible. Et quelle énergie !

    4. Les amis, c’est très facile de nous trouver toutes les raisons du monde pour ne pas envoyer Paul Jorion à Bruxelles, de penser que le parlement européen ne sert à rien, que l’Europe ne sert à rien, puisque les lobbies sont partout.
      Mais alors s’ils sont partout, surtout ne faisons rien, n’essayons rien et attendons que comme par magie les problèmes se résoudront tout seuls.
      Bien sûr, il a que de forts mouvements sociaux et citoyens, les gilets jaunes (que je soutiens) qui peuvent établir un nouveau rapport de force pour briser le statu quo, mais je ne vois pas en quoi cela serait contradictoire avec le fait d’offrir une tribune à Paul Jorion : un siège de député c’est une porte d’entrée dans le monde politique et médiatique où Paul est tout de même encore tenu à l’écart. A cela, il faut y songer aussi les amis.
      Je ne doute pas un instant non plus que Paul Jorion saura porter son regard d’anthropologue sur cet institution européenne, et qu’il saura, comme il a su le faire pour d’autres institutions, nous livrer des analyses éclairantes. On croit tout savoir de choses qui nous paraissent évidentes, et il suffit parfois d’un regard critique auquel personne n’avait penser pour que l’attitude des uns et des autres à l’égard de l’objet traité change, parce qu’on aura trouvé le raccourci qui permet de sortir des graves difficultés.
      IL ne s’agit pas de trouver l’homme providentiel qui n’existe pas, il s’agit seulement de nous donner une petite chance supplémentaire de limiter les dégâts quand les multiples crises qui font frapper de plein fouet nos sociétés et aussi de ne pas nous trouvés totalement dépourvus quand il faudra faire face à l’urgence. Autant dire quand l’effondrement sera bien là.
      Bref, mouvements citoyens, et institutions, il faut savoir jouer sur les deux tableaux.

      1. correction :
        « .. cette institution européenne… »
        « .. n’avait pensé.. »
        « …quand les multiples crises frapperont de plein fouet l’ensemble des populations, toutes catégories sociales confondues, ou presque, et aussi pour … »

  1. J’admire ta ténacité PYD. Vraiment.

    Mais question idées, et programmes à l’heure actuelle il y avait d’autres alternatives réelles, comme la LFI, par exemple, même si ce n’était pas la panacée. Déjà deux ans de retard donc. Avec une base initialement plus large. Combien ont tiré dans le dos de la cause simplement parce que JLM a un caractère de chien ? Il serait donc plus facile d’influencer un parlement européen que d’influer un mouvement ? Foutaise, mon PYD foutaise et j’en foutre. L’heure de la révélation va bientôt sonner, PYD, rien de se qui est caché ne restera dans l’ombre, et tout sera exposé à la lumière, ouais ça fait un peu biblique mon truc, mais tu vois l’idée en gros n’est ce pas ? Judgement day mon PYD ! 😀

    Et comme on l’a déjà dit, beaucoup qui se croyait guidé par le bon berger, suivaient en fait le diable. (Ca pète plus que Communards/Thiers !)

    Pourquoi PP serait il mieux ? Une clique de petits bourges biberonnés depuis leur plus tendre enfance, et prêt à vendre père et mère à la moindre occasion si c’est dans leur intérêt. Ils l’ont tous démontrés en live, tous dans la vraie vie. S’allier avec ce qui reste du PS, c’est une mauvaise farce. Mais moi j’en connais une belle brochette, dans le réel, de tous ces gens, ils préféreront toujours la droite aux idées de gauche. Ils se lève dans le libéralisme, mangent dans le libéralisme, dorme dans le libéralisme, couche avec le libéralisme. Une simple clique qui crache ou se tait sur de simples gens qui se sont levés dans des ronds points. Bien sur y a des connards et des enfoirés partout, la pauvreté ou la richesse ne change rien à cet état de fait.

    Mais c’est une vaste plaisanterie de penser changer les choses en montant sur un perchoir ou en prenant place sur un strapontin. Et pendant ce temps, on s’achemine à grande vitesse vers l’abîme à ce qui paraît à les lire.

    Mais question pratico pratique, y a personne mon bon PYD, personne, jamais, jamais l’ombre d’un début de solution et de mise en application radicale. Si, mais toujours dans le cadre existant, avec de petites modifications à la marge, du replâtrage.

    Après tout peut-être que c’est ainsi qu’il faut faire, aller à la soupe.

    1. Attention qu’on ne s’y trompe pas, je vaux surement encore moins que tout ces gens très certainement, mais au moins je ne prétends pas porter le combat de ceux qui souffrent dans leur chair chaque jour et leur cracher à la gueule quand ils se rebiffent. Non, non, je ne partage pas leur quotidien de précarité mais mentir à tous ces gens en leur disant qu’on va changer les choses ou porter leurs voix avec des branques comme PP, alors là carrément, passez moi l’expression, mais c’est vraiment les prendre pour des cons. Quant à sauver la planète ou l’espèce avec Glucksmann et les zombies du PS en europe, là c’est complètement du délire d’agonisant.

      Mais je peux me tromper, je me suis tant trompé.

      1. PS. Place Publique, comme je le vois, c’est juste un canal, cela aurait pu être un autre, pour introduire Paul dans le ‘bazar’…. Ceci dit je pense que Paul Jorion sur une liste dite de gouvernement ce n’est pas à négliger, car cela peut idéologiquement faire basculer son centre de gravité du centre-droit vers la gauche, vraiment à gauche. Il n’y a qu’à voir comment Le Fol s’affole. Et si cela ne fonctionne pas aux prochaines élections, on vote ailleurs, c’est juste une opération ponctuelle.

    2. Tu n’a pas compris ce que je dis, Cloclo.
      On y va vers l’abîme, de toutes façons, alors autant avoir un Jorion à Bruxelles quand ça bardera. S’il réussit à convaincre quelques uns de la justesse de ses solutions, ce sera un plus.
      Et puis tu raisonnes comme si il n’y allait pas y avoir de nouveaux évènements dans les mois les années qui viennent, de nature à reconsidérer notre rapport à l’institution européenne.
      Un exemple, Draghi qui est sorti de ses prérogatives, pour devenir un dirigeant politique, appliquant des mesures non prévues par ses prérogatives définies dans les traités. On peut contester sa politique, mais le fait est là, que devant l’urgence les politiques savent très bien, parfois, passer outre les verrous institutionnels. Jusqu’ici cela n’a pas été dans le sens d’un véritable progrès, mais pourquoi cela devrait-il être exclu à priori ?
      A minima, avoir Jorion à Bruxelles, c’est un principe de précaution : savoir qu’on a une personnalité compétente et éloquente, qui peut-être fera basculer une décision devant un défi particulièrement redoutable.

      1. Si tu le dis ! Mais c’est un discours de vieux ton truc PYD, désolé de te le dire ainsi. Un matin ils, les nantis et les dirigeants, les bonnes consciences mais pas trop, vont se réveiller avec une radicalité sociale et écologique qui leur fera la même guerre asymétrique que les allumés du croissant vert. Et ils l’auront bien mérité dans leur face, ça sera le retour de la monnaie de singe avec laquelle ils traitent leurs semblables humains.

        Mais pour l’instant allons donc vers l’abîme en attendant Godot !

  2. Le terrien de 2019 vient de prendre conscience de ses propres errements.
    Côté finance, y’a un truc qui ne va pas. Pour résumer, dans la balance (outil symbolique de ce qui est équitable) la masse monétaire placée sur l’un des plateaux est plus lourde que la planéte terre posée sur l’autre plateau.
    On a toujours beaucoup prêté au marché, mais là le seul coup de main qu’il pourrait donner, serait de rétablir l’équilibre en faisant disparaitre le surplus.
    Efficient ? On attend de voir.

    1. Peut-être intéressant de placer ce court article ici… :
      Extrait:
       »  »  » – Vous êtes partisan d’une taxe sur les transactions financières, mais qui n’a rien à voir avec la taxe Tobin. Pouvez-vous en dire plus?
      Il s’agirait, comme le propose le financier zurichois Felix Bolliger, de taxer tous les paiements électroniques, comme les factures de restaurant… et pas seulement les achats d’actions ou d’obligations. En Suisse ces paiements sont de l’ordre de 100 000 milliards de francs par an. C’est énorme. Il s’agit d’environ 160 fois le PIB du pays.
      Il suffirait de prendre 0,2% sur chaque transaction pour obtenir 200 milliards, soit davantage que l’ensemble des impôts perçus en suisse, qui est de l’ordre de 170 milliards. Une telle taxe, si elle était introduite, pourrait théoriquement remplacer tous les impôts actuels et permettrait de simplifier le système fiscal. Cela pourrait délester l’économie d’activités qui lui sont néfastes comme le trading à haute fréquence
       »  »  »

      dans : https://www.letemps.ch/economie/une-taxe-transactions-financieres-pourrait-remplacer-impots-actuels

      1. Ce n’est pas un impôt très égalitaire, puisque tout le monde le paiera à la même hauteur, comme la TVA. Les très riches peuvent dormir tranquilles. En fait, une magnifique flat taxe ! C’est bien un idée de financier zurichois. 😉

        1. Commentaire tout à fait recevable..sauf que..
          Difficile de savoir si les ordres de grandeur des chiffres annoncés pour la Suisse (cent mille milliards de FS comme assiette annuelle , prélèvement de deux €uros sur mille €uros « dépensés »….et le résultat global espéré…) sont transposables pour la France.
          Si oui, alors les « restos » et les transactions d’achat/vente d’actions/obligations me semblent bien plus le mode de vie des « fricqués » que des « sans-dents » de St.François…
          Ne croyez-vous pas??
          En tout cas, j’y réfléchirais à deux fois avant la direction poubelle… °(^!^)° …

        2. Il s’agit d’une taxe de 0,2% portant sur environ 160 fois le PIB du pays.

          Ça n’a donc absolument rien à voir avec l’impôt sur le revenu (qui me semble-t-il n’est pas progressif en Suisse) ou la TVA (pas progressive elle non plus).

          Je trouve l’idée assez rigolote puisqu’elle revient quasiment à supprimer les impôts actuels ! Sauf que, même si ça pourrait peut-être marcher en Suisse par où transite beaucoup plus d’argent que les sommes nécessaires aux suisses pour vivre, le taux devrait probablement être très différent dans la plupart des pays.

          Ceci dit il est assez clair que la fiscalité telle que nous la connaissons est aussi peu adaptée aux réalités économiques et sociales actuelles que les impôts de l’ancien régime l’étaient durant la période qui a précédé 1789. Une différence: comme le pouvoir politique de l’époque se croyait inamovible il n’hésitait pas à afficher ses hésitations à ce sujet. Macron et les autres ont beaucoup trop peur de ce qu’il pourrait s’en suivre pour reconnaître que la fiscalité actuelle est absurde et catastrophique…

Les commentaires sont fermés.