Envoyez par mail 'Une martingale pour les paris financiers' à un ami.

Envoyez une copie de 'Une martingale pour les paris financiers' à un ami.

* champs obligatoires


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.

Code de sécurité

Loading ... Chargement en cours ...
Partagez

3 réflexions au sujet de « Une martingale pour les paris financiers »

  1. D’après un proverbe de Wall Street (de mémoire) :

    « Tout le monde fait des conneries, mais pour en faire de vraiment grosses, il faut de l’informatique ».

    1. Une des raisons pour lesquelles l’informatique permet ou permettait de faire des conneries à grande échelle: dès qu’il était question d’informatique presque tout le monde se sentait autorisé à ne pas chercher à comprendre de quoi il s’agissait.

      Je ne sais pas comment c’est maintenant mais j’ai peur que ça n’ait pas beaucoup changé…

      D’ailleurs l’argument principal employé par Laurent Alexandre pour convaincre ses auditeurs de se convertir à l’IA est qu’il ne faut pas se laisser distancer par les américains et les chinois. Le même argument joue bien sur aux USA vis à vis des chinois et vice-versa…

      1. Oui, la fameuse rivalité mimétique sert beaucoup pour les courses mortifères comme celles aux armements ou au moins disant social et fiscal, mais elle semble être beaucoup moins efficace pour les cycles vertueux. Étonnant non ?

        PS : je précise okazou, que les commentaires signés ‘Roberto’ sous la vidéo de Laurent Alexandre sont ceux d’un homonyme, les miens apparaissant sous mes nom et prénom sur le blog de PJ (mais je n’utilise que mon seul prénom sur le blog de François Leclerc depuis que je me suis rendu compte que WordPress m’attribuait ses articles en cas de recopie pour raison technique. Rendons à César…)

Les commentaires sont fermés.