Envoyez par mail 'Les banques ne craignent pas la banalité' à un ami.

Envoyez une copie de 'Les banques ne craignent pas la banalité' à un ami.

* champs obligatoires


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.

Code de sécurité

Loading ... Chargement en cours ...
Partagez

4 réflexions au sujet de « Les banques ne craignent pas la banalité »

  1. Je regrette le ton ironique de cet article. Monsieur le président de la République s’est montré on ne peut plus clair lors de sa dernière intervention télévisée adressée à la populace au peuple : il saura se montrer impitoyable avec les casseurs.

    La justice va maintenant s’abattre sur ces traders qui vont aller rejoindre en prison les responsables de la crise de 2008. Moi j’ai confiance en nos institutions !

  2. Les institutions de la République ne fonctionnent que si les citoyen(ne)s croient en elles. Tout repose ( Ah, le repos ! ) sur la confiance.

    1. Confiance que l’hubris de la ploutocratie (mot chargé historiquement, mais quel autre pour dire le pouvoir de l’argent ?) a totalement détruit.

      Et notre paysage institutionnel ressemble fort à la paisible ville portuaire d’Hiroshima au lendemain du 6 août 45. Que voyons-nous ? Un Premier ministre transformé en Chef de cabinet, des parlementaires godillots (et CSP+ hors-sol pour LREM) votant là où on leur dit de voter, et une justice dont l’indépendance du parquet a été mise en doute à plusieurs reprises par les instances européennes. Bref, sous la Cinquième la séparation des pouvoirs n’est plus que formelle, une simple vue de l’esprit tant ils sont concentrés entre les mains d’un seul homme, le président de la République.

      Ajoutez le fait qu’un total inconnu a été nommé à la présidence par les plus puissants des intérêts privés, qu’il gouverne exclusivement pour eux (CICE, flat tax, suppression de l’ISF et de l’exit tax) et contre la population (baisser les APL de 5€ pendant que des milliards sont redistribués aux plus aisés), et vous obtenez ce paysage post-démocratique totalement irradié.

      Pour dire l’évidence avec des mots simples : pour une grande partie de nos concitoyens, le pouvoir n’est plus légitime. Et la légalité seule ne suffit plus comme en atteste le soulèvement des gilets jaunes.

  3.  » CUM-CUM & CUM-EX  » …suivi…
    (( un peu passé inaperçu… hélââsss ))
    https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/12/20/cumex-files-les-deputes-ont-vide-le-dispositif-anti-fraude-de-sa-substance_5400294_4355770.html
    … » Mais l’examen de ce dispositif antifraude conduit par Le Monde avec un fin connaisseur de ce type d’opérations boursières montre qu’il risque d’être totalement inopérant. En réécrivant le texte proposé initialement par le Sénat, les députés de La République en marche (LRM) et du MoDem l’ont vidé de sa substance  » …. Et voilâââ..!! Bon Noël quand mêêêmm !

Les commentaires sont fermés.