Envoyez par mail 'Les objets connectés sujets d’un grand délire' à un ami.

Envoyez une copie de 'Les objets connectés sujets d’un grand délire' à un ami.

* champs obligatoires


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.

Code de sécurité

Loading ... Chargement en cours ...
Partagez

5 réflexions au sujet de « Les objets connectés sujets d’un grand délire »

  1. Bonjour,

    La technologie nous suce un nombre de tunes pour aucunes utilités, ça nous coûte un pognon de dingue ….pour rien,

    personne

  2. Un exemple (déjà en fonction aux USA) qui m’a paru tout à fait remarquable: la voiture achetée à crédit qui refuse de démarrer parce qu’on est en retard dans le payement des mensualités.

    Les nouveaux compteurs Linky permettent de couper l’électricité aux mauvais payeurs sans que personne n’aie besoin de se déplacer pour ça:

    Le distributeur d’électricité Enedis a réfuté vendredi tout risque de recrudescence de coupures d’électricité brutales pour impayés avec les nouveaux compteurs Linky, en réaction aux accusations de l’UFC-Que Choisir.

    http://www.europe1.fr/societe/linky-il-ny-a-pas-eu-devolution-sur-le-nombre-de-coupures-repond-enedis-a-ufc-que-choisir-3766982

    Génial: pour seulement 59,99 € * « Grâce aux 4 microphones longue portée, Alexa vous entend où que vous soyez dans la pièce » , et peut donc tenir Amazon informé sur vous et votre famille.

    https://www.amazon.fr/dp/B0792HCFTG/ref=ods_mccc_dn
    ____
    * en réalité il est probable que vous ne résisterez pas longtemps avant d’installer des appareils Echo dans les autres pièces de votre habitation, ça vous coûtera donc un peu plus cher…

    Notez bien que pour seulement 129,99 € vous pouvez préférer Écho Spot qui est lui équipé d’une caméra, comme l’avait prévu un certain George Orwell (lequel n’avait cependant pas imaginé que l’installation soit effectuée par vous et à vos frais!)

  3. Derrière tout cela se pose la question du « modèle économique » d’un service apparemment gratuit. La gratuité a un cout, dit-on. Et qui le paie ? Cela a commencé, selon moi (mais je peux me tromper) avec la carte bancaire. Puis avec la carte de fidélité des grands magasins, qui permet de répertorier vos choix de consommateur. Je connais une ONG qui a pu vérifier la pertinence de ses conseils d’achat (« zéro déchets ») en suivant les objets achetés durant plusieurs semaines par des consommateurs (sans accès aux données d’identité).
    Aujourd’hui personne ne contrôle plus le modèle économique du monnayage de votre vie privée. Aucune déontologie, aucun contrôle, même aucune transparence de base. Et l’État parait sans force.

Les commentaires sont fermés.