Envoyez par mail 'Fuite en avant ou politique de l’autruche ?' à un ami.

Envoyez une copie de 'Fuite en avant ou politique de l’autruche ?' à un ami.

* champs obligatoires


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.

Code de sécurité

Loading ... Chargement en cours ...
Partagez

3 réflexions au sujet de « Fuite en avant ou politique de l’autruche ? »

  1. Dépression, constriction du crédit et augmentation des taux directeurs vont de pair, selon une loi bien connue du capitalisme; Les prévisions de croissance aux EU à 4% sont sérieuses mais de court terme. Trump, qui n’y connait rien et n’a en poche que son soutien frénétique au Business tente d’échapper à l’impeachment qui se profile en cas de victoire démocrate aux élections de midterm. Les capitaux rapatrient le giron de la surpuissance, laissant derrière eux un champ de ruines. Afrique, Turquie, Argentine. La crise globale est en route, rien ne pourra l’arrêter. Nous allons bénéficier d’une leçon de macroéconomie par les faits.

    1. Mettre en parallèle de ce taux de croissance de court terme, celui astronomique et supérieur de l’augmentation du taux de la dette publique américaine…..pas très réjouissant, surtout quand on imagine que cela représente un transfert de richesse encore plus considerable : quelques uns captent la plus-value et tous les autres récoltent la dette (mais je ne suis pas économiste, et donc je peux (j’espère) me tromper….).

      1. C’est justement parce que vous n’êtes pas économiste que … vous ne vous trompez pas ! Vous connaissez la blague  » pour croire cela, il faut être soit fou, soit économiste ». Le transfert de richesse ne se concrétise pas tant que les bons du trésor continuent d’être achetés sans problèmes; Il fait simplement tache sur le bilan de la FED. Il se concrétisera s’il y a un jour crise de confiance paroxystique. Alors les dettes que représentent les Bons du Trésor seront brutalement dévaluées, lésant les investisseurs imprudents, nos états, nos banques et nos entreprises. Mais en mode routine, l’émission de propositions de dette, les bons du trésor, compense l’érosion de la monnaie en réinjectant des actifs dans l’économie. Mais aucun investisseur n’ignore qu’en délaissant l’emprunt américain, il craquerait l’allumette sur le baril de poudre. Ce pourquoi le feu d’artifice viendra probablement d’ailleurs. Dans le role, je vois assez bien, imminente la crise de l »Europe et donc de l’Euro.

Les commentaires sont fermés.