Envoyez par mail 'Cela devient ardu d’épater la galerie' à un ami.

Envoyez une copie de 'Cela devient ardu d’épater la galerie' à un ami.

* champs obligatoires


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.

Code de sécurité

Loading ... Chargement en cours ...
Partagez

4 réflexions au sujet de « Cela devient ardu d’épater la galerie »

  1. « Emmanuel Macron navigue au plus près et cela ne le mène pas loin. »

    Je me permets un humour sarcastique quant à cette phrase.

    Jupiter navigue au plus près des côtes -comme les migrants – et cela ne le mêne pas loin – comme les migrants – car personne n’en veut -comme les migrants –
    Quant passera t’il par dessus bord ?

    1. Mais pas avant quatre ans. Et d’ici-là, il peut se permettre pratiquement tout ce qu’il veut suivant la bonne vieille maxime « l’État c’est moi ».

      Cela dépasse de loin la personnalité et l’idéologie de cet individu, mais depuis l’inversion du calendrier électoral faisant dépendre l’élection des députés de celle du président, les graves déséquilibres de la Cinquième se sont transformés en tares en regroupant entre les mains d’un seul des pouvoirs dignes d’un dictateur.

      Le Premier ministre ne dirige pas l’action du gouvernement mais n’est plus qu’un collaborateur, l’Assemblée nationale vote où on lui dit de voter, et les magistrats du parquet dépendent de la place Beauvau. Quant aux corps intermédiaires, les représentations constituées de la société civile, ils découvrent que les comptes-rendus de leurs réunions avec le gouvernement sont désormais écrits par avance…

      Autrement dit, la séparation des pouvoirs qui est à la base même de toute démocratie n’existe plus que virtuellement, sur le papier.

      Système inique qui détruit la légitimité des gouvernants, mais également hautement instable dès lors que la seule contestation véritable ne peut plus se faire que dans la rue…

  2. Renforcement du MES et protection des dépôts bancaires….sans connaître vraiment les coulisse, on sent le roussi, et l’urgence est de se mettre aux abris. La défaillance italienne est proche, et compte tenu du poids politique et économique, il n’est plus question de faire comme-ci. Logique que les Allemands, si le risque persiste, voire s’aggrave, vont « lever le pont levis », et pousser dare-dare et avant toute chose à mettre en oeuvre un système de garantie – un « FMI » européen apparait dans ce contexte tout à fait logique. Et le reste, ça passera bien après….Notons bien que ce n’est pas absurde, sauf que cela traite le symptôme et non la cause…et pour cela, bien entendu, il faudrait envisager de changer le cadre.

Les commentaires sont fermés.