UNE BONNE OCCASION DE RATÉE EN GRÈCE, par François Leclerc

Billet invité.

En dépit de la tentative du FMI d’amoindrir son recul en marquant spectaculairement sa différence, le ministre des finances allemand a pour l’essentiel remporté la première manche. D’ici à la fin de l’année, rien ne changera : la restructuration de la dette grecque restera à son point mort et le FMI maintiendra sa présence dans le dispositif, sans toutefois participer au financement du 3ème plan de sauvetage.

Le FMI ayant choisi de ne pas casser la baraque, Wolfgang Schäuble peut espérer qu’il en sera de même à la prochaine échéance. Il a plastronné hier devant la presse, ayant à la fois évité un engagement de réduction de la dette grecque et une sortie du FMI du dispositif. La perspective de la sortie de la Grèce de la zone euro est désormais écartée, mais le seul avenir qui lui est promis est au mieux de rester le nez tout juste hors de l’eau.

Le FMI, seule opposition ouverte à sa politique, a finalement laissé faire. Les discussions au sein de l’Eurogroupe n’auront impliqué que son représentant pour l’Europe du FMI, Poul Thomson, Jeroen Dijsselbloem qui le préside, et le ministre allemand, les autres participants semblant avoir été réduits au rôle de spectateur. Il est hors de question de s’opposer à ce dernier, telle est la leçon qui peut être tirée de ce dernier épisode.

Dans le jeu qui s’est instauré au sein de la zone euro, c’est désormais chacun pour soi. C’est en particulier l’exemple donné de Matteo Renzi, qui desserre un peu les cordons de la bourse dans la perspective des prochaines élections en spéculant sur la permissivité des autorités européennes dont il vient déjà de bénéficier. Mais, dans de telles conditions, la voix du gouvernement allemand imprime sans faillir la marque de sa politique de manière déterminante. Et ce n’est pas François Hollande, qui va encore vouloir jouer au plus fin, qui va y changer quoi que ce soit.

A titre de lot de consolation pour la Grèce, la BCE devrait lever les mesures précédemment prises à son encontre, engager l’achat de ses titres obligataires dans le cadre de son programme qui l’excluait et redonner l’accès à ses guichets aux banques du pays.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez