LA GRÈCE, UNE SITUATION IMPOSSIBLE, par François Leclerc

Billet invité.

Un nouveau bras de fer est engagé à propos de la Grèce, mais une grande nouveauté est intervenue : les créanciers étalent désormais leurs désaccords entre eux, FMI d’un côté, Commission et Mécanisme européen de stabilité (MES) de l’autre, et les négociations ont déjà pris des mois de retard.

Interrompues en raison du déplacement d’une partie de ce beau monde à Washington pour l’assemblée de printemps du FMI, les négociations doivent reprendre après cette pause, avec en point de mire le 20 juillet prochain et des échéances se montant à 3,5 milliards d’euros vis à vis du FMI et de la BCE. Elles ne pourront pas être honorées faute d’un dénouement favorable, condition préalable au versement d’une tranche de prêt du 3ème plan de sauvetage. Celui-ci permettra de rembourser de précédents prêts…

À l’instigation du FMI, l’évaluation des mesures prises par le gouvernement grec, ainsi que de l’excédent brut d’exploitation qu’elles vont permette de dégager, sont mis en balance avec une réduction de la dette. Jouant les trouble-fêtes alors que la Commission préconise l’apaisement, le Fonds réclame des réformes complémentaires et la réduction de la dette au nom de sa soutenabilité, qui dépend des excédents budgétaires réalisés. Mais les créanciers européens ne veulent pas en entendre parler, n’étant prêts qu’à concéder des aménagements de son calendrier de remboursement.

La balle est dans le camp d’Angela Merkel, qui est prise entre deux impératifs contradictoires, ne pouvant assumer devant le Bundestag ni un retrait du dispositif du FMI – qui menace de se retirer s’il n’a pas satisfaction – ni une réduction de la dette, car elle est pour l’essentiel détenue par les gouvernements européens et la BCE. La teneur d’une conversation téléphonique piratée de Poul Thomsen, le directeur pour l’Europe du FMI, n’avait laissé à ce sujet aucun doute : afin d’arriver à ses fins, il y exprimait clairement l’intention d’exercer sur la chancelière une pression maximum en jouant la montre.

Selon un scénario qui a déjà servi, Alexis Tsipras vient chercher mercredi à Paris un soutien auprès de François Hollande. Car derrière les batailles de chiffres, d’estimations et de prévisions financières, se dissimulent des décisions politiques. Il faut lire à ce propos l’interview du directeur du MES, Klaus Regling, au Wall Street Journal : « Nous savons tous que les prévisions sont assorties d’un haut degré d’incertitude (…) Lorsqu’il s’agit de la soutenabilité de la dette, il faut établir des estimations et des prévisions pour les décennies à venir et c’est difficile. Personne ne peut seul se prévaloir de savoir ce qui va se passer dans les deux années à venir, c’est bien pour cela qu’il est important d’en débattre ». Dans le contexte de discussions au finish sur des écarts de un ou deux pour cent d’excédent budgétaire prévisionnel, et d’une Grèce exsangue après six années d’extrême austérité imposée, cette déclaration ne manque pas de saveur.

Les négociations vont reprendre le 22 avril, et une réunion extraordinaire de l’Eurogroupe pourrait avoir lieu le 26 avril prochain, si elles aboutissent. En annonçant présenter au vote du Parlement grec deux projets de loi pour adoption avant la fin avril – sur la réforme des retraites et l’impôt sur le revenu – le gouvernement grec tente d’avancer ses pions et de faire prévaloir ses propositions, tout en déclarant être « très près d’un accord ». Mais il se garde bien d’utiliser la procédure accélérée pour donner à ses créanciers l’occasion d’intervenir avant le vote.

En reconnaissant qu’une solution allait être trouvée mais demandait des semaines, Wolfgang Schäuble a clairement exprimé qu’un défaut de la Grèce pouvant aboutir à sa sortie de l’euro n’était pas pensable dans le double contexte du referendum britannique du mois de juin prochain, et du rôle joué à son corps défendant par la Grèce dans la crise des réfugiés. Cela ne donne pas la solution pour autant, si le FMI reste intransigeant.

Il faudrait encore gagner du temps, mais comment ? Encore une fois, les plus hautes autorités européennes se sont mises dans une situation impossible.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez