IL FAUDRAIT S’Y PRENDRE TOUT AUTREMENT… par François Leclerc

Billet invité.

La crise des réfugiés qui continue à s’approfondir va-t-elle aboutir à ce que celle de l’euro n’était pas parvenue à déclencher ? Comment ne pas s’interroger sur la portée des forces centrifuges qui sont apparues en Europe et menacent irrésistiblement Schengen, ce symbole qui s’effondre ? Qui aurait pu prévoir une telle marche arrière dont la rapidité suppose que le mal était déjà installé ?

Dépassés par les évènements, les protagonistes ne semblent même plus en mesure de reprendre la main, ayant multiplié les sommets pour courir après l’évènement du moment tout en se contentant de mots. Ne construisant pas, ils détruisent. L’Europe est mal partie quand chacun en est réduit à prioritairement sauver sa peau, incapable d’initier un projet collectif cohérent afin de tirer les leçons d’une construction européenne défaillante à reprendre sur d’autres bases.

Pour autant, l’année s’annonce marquée par une crise d’une toute autre ampleur. À l’origine proprement financière, qui s’est ensuite concentrée en Europe où elle a fait des ravages y compris politiques, elle est désormais mondiale et ce sont les pays émergents dont on attendait le dynamisme pour en sortir qui en font les frais.

Trois phénomènes qu’il serait erroné de croire conjoncturels y concourent  : la baisse du coût de l’énergie, la hausse du dollar et le rétrécissement du commerce mondial. La hausse du dollar n’a pas encore produit tous ses effets mais elle va étrangler les entreprises de ces pays qui s’étaient endettées en dollar en profitant de sa faiblesse, et qui doivent maintenant rembourser alors qu’il se renforce à l’initiative de la Fed et que leurs recettes sont en monnaie locale. On parle d’un en-cours avoisinant le millier de milliards de dollars pour cette dette qui est aussi qualifiée de « quasi-souveraine », supposée à tort ou raison bénéficier de la garantie des États.

Cela ne se limite pas à cela, le Brésil, la Chine et la Russie connaissent aujourd’hui un grand passage à vide en raison de leurs modèles de développement à bout de course, ce qui signe l’échec d’une mondialisation naguère triomphante. Les grandes compagnies transnationales associées au pouvoir financier se révèlent incapables de se remettre en cause et de formuler un nouveau paradigme afin de se rétablir.

Cette incapacité annonce d’inévitables rebondissements et sent sa longue fin de règne. Jouer l’endettement privé afin de susciter la relance – et que tout redevienne comme avant – est le principal piège qui s’ouvre devant eux. Vouloir réduire l’endettement public comme les autorités européennes s’y sont engagées n’est pas davantage une solution en soi, même accompagné de réformes libérales. Il faudrait s’y prendre tout autrement…

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez