QUAND VONT-ILS ARRÊTER LE MASSACRE ? par François Leclerc

Billet invité.

Le corps de onze réfugiés, dont deux enfants et quatre nourrissons, ont été retrouvés sur les côtes de l’île de Samos. Hier, c’était vingt-deux réfugiés, dont dix-sept enfants. En trois jours, soixante-sept réfugiés auront trouvé la mort par noyade en cherchant à rejoindre l’Europe pour y trouve refuge.

En dépit des vents violents et de la mer très agitée, les réfugiés tentent de traverser la mer Égée à bord d’embarcations de fortune, risquant leur vie et celles de leurs enfants, animés par l’énergie du désespoir.

Combien faudra-t-il de morts encore pour que les plus hautes autorités européennes, tétanisées par le risque de se voir reprocher de créer un “appel d’air”, entreprennent de leur accorder protection afin de les sauver ? Faut-il avoir risqué sa vie pour bénéficier du droit d’asile ?