L’INACTION CRIMINELLE, par François Leclerc

Billet invité.

Ce ne sont pas les réunions qui manquent, mais concrètement cela n’avance pas ! Le « plan d’action » commun à l’Union européenne et la Turquie va faire l’objet d’un « groupe de travail », a annoncé le ministère turc des Affaires étrangères. Dimitris Avramopoulos, le commissaire européen en charge des migrations, est attendu la semaine prochaine à Ankara pour entamer les discussions.

La création de camps destinés à accueillir les demandeurs d’asile, au centre du projet, est loin d’être accepté et les discussions sont parties pour traîner en longueur. Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu en avait rejeté le principe, jugeant « inacceptables » et « inhumains » ces camps, et plaidé pour l’instauration de « zones de sécurité » sous protection internationale sur le sol même de la Syrie. Dans les faits, les millions de réfugiés que la Turquie s’enorgueillit d’accueillir sont laissés dans leur très grande majorité à eux-même dans le pays, des camps pilote servant de vitrine.

Un Conseil des ministres de la justice et de l’intérieur s’est tenu à Luxembourg, mais il a été d’abord consacré pour des raisons politiques à l’amélioration de la politique de refoulement des migrants économiques, 40% seulement des ordres de quitter l’Union européenne étant suivis d’effet, d’après le ministre luxembourgeois de l’Intérieur Jean Asselborn. La Commission a présenté un plan d’action destiné à dissuader l’immigration clandestine, autant d’effets de manches.

La discussion sur les quotas de répartition des réfugiés au sein des pays de l’Union européenne, ainsi que sur le plafonnement de leur nombre, est dans l’immédiat escamoté par un débat à propos de l’établissement de la liste des pays considérés comme « sûrs ». Il est entendu par « sûrs » ceux dont les ressortissants ne peuvent pas prétendre à bénéficier du droit d’asile. La Commission propose d’y inscrire l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, le Kosovo, la Macédoine, le Monténégro, la Serbie et la Turquie. Mais si le principe d’une liste commune est acquis, la présence de la Turquie pose par contre problème. Plusieurs pays refuseraient de l’inscrire en raison de son bilan en matière d’indépendance de la justice, de droits des minorités, de liberté de la presse et d’expression notamment. Le Parlement européen pourrait également s’y refuser. Si cela devait être le cas, c’est tout le grand « plan d’action » avec la Turquie qui tomberait à l’eau ! Il a donc été prudemment décidé de mettre cette question de côté…

Les responsables de la diplomatie européenne ont participé à une conférence joliment intitulé “Route de la Méditerranée orientale et des Balkans occidentaux », comme s’il s’agissait d’une excursion, en présence de leurs homologues de Jordanie, du Liban, de la Turquie ainsi que des pays des Balkans. Federica Mogherini, en charge de la politique étrangère de l’Union européenne, a appelé les participants à trouver « des réponses communes, des solutions communes à un défi commun. » Les participants à la Conférence n’auront pas manqué de trouver dans ces judicieuses recommandations matière à approfondissements… Il y a pourtant urgence, car la Macédoine fait face à de nouveaux afflux de réfugiés qui remontent la route des Balkans par dizaines de milliers. En tirant la leçon, Angela Merkel a jeté un pavé dans la mare, en déclarant « obsolète » devant le Parlement européen le processus de Dublin en vertu duquel les réfugiés arrivant dans l’espace Schengen doivent demander l’asile dans le premier pays qu’ils foulent du pied.

Werner Faymann, le chancelier autrichien, s’est rendu cette semaine à Lesbos accompagné par Alexis Tsipras. Il a été suivi par Antonio Guterres, le Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés. Ils ont pu tardivement découvrir, effarés, que les réfugiés souvent en famille devaient parcourir 60 kilomètres à pied avant de rejoindre les centres où ils sont enregistrés avant de pouvoir rejoindre le continent. Donald Tusk a déclaré au sortir du dernier sommet que les « hotspots » dont la construction a été décidée en Italie et en Grèce seraient prêts « d’ici à la fin novembre », mais le chancelier autrichien en a fortement douté après sa visite.

Près de 3.000 réfugiés ont depuis le début de l’année perdu la vie en mer Égée ou en Méditerranée pour chercher un refuge. Suffit-il de baptiser « Sophia », du nom d’une fillette sauvée au large de la Libye, la force navale qui y patrouille, dont la mission va être élargie pour encore une fois régler avec des mots de politiciens ce qui ne l’est pas ? Trois nouveaux bébés et enfants ont été retrouvés morts sur la grève des îles grecques après avoir été embarquées sur des canots pneumatique de fortune. Une telle inaction est criminelle.

66 réflexions au sujet de « L’INACTION CRIMINELLE, par François Leclerc »

  1. Qu’ils soient climatiques, politiques ou économiques, les réfugiés tenteront de venir quoi qu’on fasse parce qu’ils n’ont le choix qu’entre mourir sûrement ou mourir possiblement.
    Ce pragmatique constat établi, nous (comparativement privilégiés) n’avons que deux possibilités : les accueillir ou les repousser.

    L’option que l’on tend à choisir fait de nous un humaniste, ou pas.
    Nos dirigeants ne feront rien (pas fous, juste criminels) tant qu’ils ne sentiront pas un concensus fort dans un sens ou l’autre au sein de l’UE.

    1. Nous n’avons pas le choix.
      C’est inéluctable.
      Pour vous en convaincre,si besoin,consulter les travaux de Hervé Le Bras et autres Démographes.
      Et,aussi,reprendre le discours de F. Mitterrand,appelé de Cancun.
      C’est ainsi ! C’est Tard.!
      Il faut l’assumer. Et également : aux arrivants de composer,de composer réellement avec les Populations,les Peuples ,les Etats qui les accueillent.

  2. Cette catastrophe humanitaire est le pendant de la catastrophe écologique en cours, conséquence du Capitalisme mondialisé des rentiers.

    Nos politiques sont les larbins de ceux qui ont le pouvoir économique de résoudre le problème.

    A pouvoir exceptionnel, devoir exceptionnel. Et si nous, citoyens de base, avons des devoirs, n’oublions les puissants, les vrais, ceux qui savent se faire discret quand il s’agit de solidarité.

    Ceux à qui jamais on ne demande jamais rien, et qui se permettent tout, alors qu’ils sont des citoyens ordinaires. Et pourquoi donc ?

    Voici les 20 premiers de la liste… :

    1 Bernard Arnault et sa famille 34 660 M€
    2 Liliane Bettencourt et famille Meyers 30 900 M€
    3 Axel Dumas et famille Hermès 24 100 M€
    4 Gérard Mulliez et sa famille 23 000 M€
    5 Serge Dassault et sa famille 17 500 M€
    6 Patrick Drahi ALTICE GROUP 16 700 M€
    7 Alain et Gérard Wertheimer et leur famille 16 500 M€
    8 François-Henri Pinault et sa famille 12 700 M€
    9 Vincent Bolloré BOLLORE 11 140 M€
    10 Xavier Niel et sa famille 7 830 M€
    11 Pierre Castel et sa famille 7 500 M€
    11 François Perrodo et sa famille PERENCO 7 500 M€
    13 Emmanuel Besnier et sa famille LACTALIS 6 800 M€
    14 Jean-Claude Decaux et sa famille 6 550 M€
    15 Pierre Omidyar 5 800 M€
    16 Margarita Louis-Dreyfus et ses enfants 5 700 M€
    17 Christian Courtin-Clarins et sa famille 5 000 M€
    18 Pierre Bellon et ses enfants 3 750 M€
    19 Danièle Ricard et sa famille 3 700 M€
    20 Robert Peugeot et sa famille 3 600 M€

    1. Je pense que designer comme vous le faite un coupable et une erreur ; il s agit plutot de la resultante d un systeme ou le fonctionnement de l ensemble conduit a cela.Aujourd hui tout le monde reve d’ etre riche ,aspire par la consommation.
      Amitiesb a tous

      1. Bien sur que c’est le Système qui veut ça.

        Mais qui a mis en place ce système ? Ce sont les bourgeois, les proprios, ceux qui ont de la fortune à faire “fructifier”.
        Et les friqués d’aujourd’hui veillent à ce que surtout ça reste comme ça, et mieux que le Système évolue dans leur intérêt à eux…

        Jamais il n’y a de débat sur les alternatives au Capitalisme des rentiers, jamais! Tout est fait pour que chacun pense que c’est dans l’ordre naturel des choses.

        Les hyper riches sont coupables d’imposer ce Système inique, qui n’est pas tombé du ciel, hein.

      2. Le Capitalisme concentre la richesse et répand la misère, même si – provisoirement – ça a put profiter à des non riches comme nous, le temps qu’ils avaient besoin de nous.

        C’est une arnaque de faire croire que tout le monde peut devenir riche dans ce Système!

        Qui propage cette ânerie ? les riches, comme par hasard…

    2. J’ai des doutes sur la fortune nette de Patrick Drahi.
      Ce faux riches a une chance sur dix de devenir un vrai riche, heureusement.
      J’attends et j’espère la chute rapide de P. Drahi qui nous refait du Bernard Tapie.
      Les fonds prêtés seront partiellement perdus par les banques, ce qui diminuera leurs bénéfices et augmentera un tout petit peu les commissions prélevées sur chacun des prêts aux particuliers.

    3. @ Dominique Gagnot dit : 9 octobre 2015 à 18:50

      « Cette catastrophe humanitaire est le pendant de la catastrophe écologique en cours, conséquence du Capitalisme mondialisé des rentiers. »

      Je suis en plein accord avec la première partie de cette phrase. Par contre, je déplore que dans la seconde partie, vous en profitiez pour accabler le capitalisme dont par ailleurs vous ventez les vertus, à condition qu’il soit pratiqué de manière collective en s’opposant à la propriété individuelle.

      Cela me semble relever d’une démarche démagogique et de facilité trompeuse visant à rassembler derrière soi le plus grand nombre de supporters quitte à leur désigner des coupables à abattre, en l’occurrence ceux qui ont personnellement déjà compris ce que l’humanité entière devrait au plus vite comprendre, au niveau de chaque individu.

      Votre démarche ne me semble pas pertinente. Elle vise à rassembler pour faire force, le plus grand nombre de ceux qui n’ont pas encore compris l’intérêt de la préservation du capital. Il vaudrait mieux rassembler et mettre en valeur tous ceux qui, sans être de grands capitalistes, sont déjà, à titre individuel, partisans de la préservation du capital en consommant moins que ce qu’ils gagnent et surtout en ayant eu tendance à s’enrichir par un mode de vie vertueux à leur modeste niveau.

      Il me semble préférable de suivre la voie de Deng Xiaoping qui, après s’être longuement nourri de marxisme, a finalement incité ses compatriotes à s’enrichir ( ce qui suppose de consommer moins que ce qu’on gagne). Cela a eu pour conséquence d’enrichir collectivement la Chine et d’accroître les chances de survie de ses habitants.

      1. Vous finissez par me faire rigoler jducac, avec votre disque rayé. On peut aussi dire qu’il faudrait que chacun gagne au moins de quoi consommer le minimum vital, hein… 🙂

      2. @ Dominique Gagnot dit : 10 octobre 2015 à 15:23
        Si depuis que vous êtes né vous n’aviez consommé que le minimum vital, le jour de votre mort, vous seriez un peu plus riche et surtout, vous laisseriez à ceux qui vous succéderont une terre moins abîmée et donc mieux en mesure de perpétrer l’espèce humaine.
        C’est pour consommer davantage que vous ne l’avez pas fait. Entre le minimum vital et ce que vous avez consommé il y a de la marge, sans quoi vous ne seriez pas ici sur le blog de Paul Jorion à consommer encore.

        Beaucoup consomment au maximum de leurs possibilités et même au delà en s’endettant. Cela finit par leur sembler normal, les chantres de l’anticapitalisme, (de l’anti enrichissement), ayant fini par fausser le bon sens qui guidait encore la majeure partie des populations jusqu’au milieu du siècle dernier.
        Ce discours, cette politique, qui vise à dénigrer la richesse, (j’aime pas les riches), ne sert que ceux qui la prône pour accéder au pouvoir, quitte à laisser derrière eux un territoire terrestre appauvri et endetté au point de rendre ses habitants responsables de leur propre misère, un peu à l’exemple de ce qui est arrivé à la Grèce.

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_pays_par_dette_ext%C3%A9rieure
        http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/08/13/a-partir-de-ce-soir-la-terre-vit-sur-ses-reserves_4722826_3244.html

      3. Oui jducac, au moins Arnault, Bettencourt et les autres ne risquent pas de vivre au dessus de leurs moyens!

        Le problème est que leurs moyens sont tellement énormes, que certains n’en ont pas assez, car comme vous le dites très bien la planète est limitée.

        Comme c’est vous, je vais faire un dessin, en faisant simple.
        Imaginez 1 gâteau, (fait par plein de monde)
        L’un prend tout, que reste il aux autres ?

      4. @ Dominique Gagnot dit : 10 octobre 2015 à 22:34

        « Le problème est que leurs moyens sont tellement énormes, que certains n’en ont pas assez, car comme vous le dites très bien la planète est limitée. »

        Dans toute analyse de situation il faut savoir hiérarchiser les objectifs en fonction de la criticité des situations que l’on redoute.

        Il me semble que la situation à combattre en premier est une extinction de l’espèce humaine par suite d’un épuisement des ressources terrestre. Or, à court terme, il me semble que l’épuisement des ressources est plus critique que l’épuisement de l’espèce, puisqu’une diminution de la consommation de l’espèce préserve les ressources alors qu’à l’inverse, une diminution de l’espèce n’empêchera pas le monde et l’univers de continuer à tourner.

        Il me semble que comme beaucoup d’autres, et en particulier les peuples qui accroissent leur population en encourageant la natalité (notamment la France) vous n’avez pas fait cette analyse. C’est aussi le cas des pays en retard de développement qui ont à faire face à un accroissement démographique hors de tout contrôle, à l’exemple de l’Afrique entre autres.

        Globalement, l’espèce humaine consomme trop. Il faut donc que chaque individu de l’espèce le comprenne, ce que refuse d’admettre ceux qui se font élire en laissant entendre, puisqu’ils n’aiment pas les riches, qu’ils permettront aux moins riches de leurs concitoyens, de consommer plus.

        Comparativement à ce que consomment les 20 personnes françaises que vous citez, combien consomment tous les autres français ? Certainement infiniment plus.

        Ce que ces 20 personnes possèdent en ayant cherché à consommer moins que ce qu’elles gagnent, c’est autant qui a été épargné sur les ressources terrestres.

      5. jducac,

        Un moyen de consommer beaucoup moins serait d’améliorer le rendement du Système.
        Il y a 90% à gagner en efficacité! (à la louche)

        Pour ça il faut en changer radicalement certains principes, dont la propriété privée…

        Mais vous le savez n’est ce pas ? 🙂

  3. Près de 3.000 réfugiés ont depuis le début de l’année perdu la vie en mer Égée ou en Méditerranée pour chercher un refuge. (…) Une telle inaction est criminelle.

    250 à 300 000 morts depuis quatre ans en Bacharie. Elle ne serait pas de ce coté là plutôt « l’inaction criminelle » de l’Europe ?

    1. @Vigneron
      Oui, c’est bien de dénoncer !
      Que ferais-tu face à une telle situation si tu étais en position de peser sur les événements ?

    2. Dilemme renouvelé du Bas Empire:
      Nous jouant les Romains ou Gallo-Romains décadents.
      Les Russes jouant les Goths ou autre futurs fédérés.

      On ne les aiment pas, des barbares !, mais ils se battent bien.

      Simple: y’a ka les prendre à notre service et accepter d’en payer le prix: maintenir le satrape local. Et cessons de vouloir le beurre et l’argent du beurre.

  4. Le 20 mars 2003 débutait « l’opération liberté irakienne » avec les protagonistes que l’on sait, où en sommes-nous aujourd’hui ?
    Résultat : un pays déstructuré livré aux guerres interconfessionnelles et apportant son lot de réfugiés vers nos contrées.
    Un processus est engagé actuellement avec la Syrie, processus plus « faux cul » mais qui génère autant sinon plus de réfugiés….
    Ne serait-il pas plus judicieux d’éviter de dépenser dans ces OPEX parfaitement inutiles du point de vue humanitaire et ne trouvant leurs justifications que dans l’ego de dirigeants déconnectés des réalités de ce que à quoi aspirent leurs électeurs ?

  5. L’inaction réside surtout dans notre refus à nous les occidentaux de penser à long terme. Il faudra bien qu’on s’attelle à réfléchir à long terme sur cette question des réfugiés en examinant comment ils pourraient enfin vivre heureux chez eux. Sans cela leur flot ne fera qu’augmenter jusqu’à ce que cela devienne ingérable.
    Sans se poser la question de la fin de notre civilisation capitaliste industrielle et comment transiter vers autre chose, il n’y a pas de solutions à ce problème.

    1. Et si on (re)commençait à investir en Méditerranée ; Tunisie, Algérie, Maroc, Liban, Turquie, Grèce, Egypte… afin de produire et de commercer avec eux, nos voisins et nous, les européens, plutôt qu’avec les chinois ?
      Je n’ai rien contre les chinois, mais on a un problème à nos portes.

      On attend quoi ? que les russes aient fait le ménage ?

      1. @ Yveds Vermont
        Qu’entendez vous par rentable?
        Il ne peut y avoir de rentabilité sans croissance et forcément sans consommation supplémentaire de ressources qui est l’inverse de ce qu’il faudrait faire.
        Sans une remise en question du terme “rentabilité” je ne vois pas de solutions. En d’autre termes, quelle représentation a le terme rentabilité dans un monde imaginaire (pour l’instant) où les hommes auraient compris que la solution au déplacement des réfugiés passe par un mieux-être en consommant moins de ressources?

    2. La réponse me parait simple et évidente : investir directement dans ces pays plutôt que de leur prêter de l’argent pour créer des emplois et permettre aux autochtones de vivre et travailler chez eux. Sinon, point de salut… Ma réponse ne plaira pas à Dominique mais je n’en vois pas d’autre. “Malheureusement” ces investissements devraient être rentable. Voyons ce que les Chinois font au Lesotho…

      1. Yves, en effet dans le système actuel, un investissement doit être financièrement rentable, pour le proprio du capital investit, sinon on investit pas.
        Ce n’est pas seulement parce que nous sommes égoïstes, c’est parce que les règles du jeu capitaliste le veulent.
        Celui qui irait investir sans rentabilité, se retrouverait vite à poil dans ce système.

        Et donc tout ce qui n’est pas rentable financièrement est laissé à l’abandon, à commencer par les individus…
        Voila ou ça mène le capitalisme, ça pompe la richesse du monde entier pour la concentrer toujours aux mêmes endroits.

        Pour compenser ça la seule solution est de prélever une taxe ou un loyer sur le Capital privé, autrement dit taxer la fortune, pour investir dans les pays pauvres, de sorte à ce qu’ils deviennent autonomes.

        Sinon, la solution viable sur le long terme, est de nationaliser le Capital, pour en vendre des droits d’usage, comme je l’ai expliqué…

        En attendant que ça se fasse, il faut fatalement prendre le fric là ou il est… Taxer la fortune. Le moyen pratique est de taxer les biens et résidences de fortunés situées sur notre sol, occupées ou pas, de manière progressive, et de sorte à trouver ce qu’il faut. Je rappelle que les revenus de ces gens se chiffre en millions d’euros par jour!
        En situation d’urgence il me semble que si on leur en prend 99,9%, ça leur en laisse encore pas mal.

        Je ne sais pas comment ces milliardaires font pour ne pas crever de honte en refusant de s’intéresser à ces questions. Pire en faisant tout pour échapper à l’impôt.

      2. @ Yves Vermont
        Qu’entendez vous par rentable?
        Il ne peut y avoir de rentabilité sans croissance et forcément sans consommation supplémentaire de ressources qui est l’inverse de ce qu’il faudrait faire.
        Sans une remise en question du terme « rentabilité » je ne vois pas de solutions. En d’autre termes, quelle représentation a le terme rentabilité dans un monde imaginaire (pour l’instant) où les hommes auraient compris que la solution au déplacement des réfugiés passe par un mieux-être en consommant moins de ressources?

      3. Rentable … vous avez rentable, mais c’est évident mon cher Watson !
        @ Michel Lambotte : si je suis capable de rembourser à ceux qui m’ont prêté, c’est déjà bien, non ?

      4. Tout le monde en est-il capable?
        Si la majorité n’en n’est plus capable comme cela semble être le cas, à terme, le capitalisme est cuit.
        Nous en sommes là.
        On ne pourra pas rembourser les dettes sur une planète qui voit ses ressources fondrent comme neige au soleil, le rapport entre les deux est étroit et non négociable.
        J’entends autour de moi “tracasse pas on trouvera autre chose” généralement de la part de gens qui n’ont jamais étudié la problématique de l’épuisement des ressources, et
        bien il n’y a rien.
        Pour revenir au billet, le problème des réfugiés ne pourra jamais être résolu sans apporter des solutions au problème de l’épuisement des ressources.

  6. Plus j’avance en âge, plus ma propre famille me dégoûte.

    La France, avec tous ces vieux cons, incapables de transmettre le moindre savoir ; mon dieu quelle bêtise. Quelle foutaise pour la jeunesse et quelle honte !
    J’ai du mal avec les égoïstes.
    Vais-je me fondre dans l’inconscient, les rêves, et l’imaginaire c’est plus que probable parce qu’un artiste n’a pas le choix.

    J’ai eu la chance de passer une grande partie de mon enfance avec des camarades dont les parents et les arrière grands-parents venaient d’ailleurs, c’étaient des étrangers, c’était l’autre et c’était le même.
    Pays du maghreb, pays de l’est, portugais, italiens…
    Et les noirs qu’on traitait de “blanche neige” pour les humilier.

    L’école nous fait faire des devoirs alors que la vie est largement tournée vers le simplissime et l’amitié : donc, il n’est pas question de d’en remettre une couche avec le refoulé.
    En ce sens Aristote est un exemple de beauté universelle.

    Ceux, ici, qui prône la compétitivité et la croissance sont des chiens.

    1. @octobre

      Pas des chiens, je crois.
      Ils (vos chiens” font preuve de leur totale absence de réflexion sur le fonctionnement de l’économie et de leur empathie nulle face à la pauvreté montante qui les entoure. Leur manque de raisonnement les condamne à terme à devenir des pauvres qui finiront par tomber de la falaise.
      Le monde me fait penser à une longue queue (perpendiculaire) à la falaise d’Etretat. Chaque année une partie de la falaise emporte les plus pauvres de riches… Leur seul objectif de ces derniers est de ne pas être en première ligne. On sait très bien ce qu’il advient des petits soldats à la solde des “plus aisées”. Ils finissent toujours au bord de la falaise. Ce jour là, il sera trop tard pour pleurer. Ils en voudront à leurs lâches patrons qui les auront déjà remplacé par d’autres petits soldats !

      1. Yves Vermont,
        Je parlais des idéologues et des dogmatiques ceux qui précisément font la parole de la religion féroce.
        Mon commentaire était plutôt une tentative, certes mal exprimé, pour dire qu’il n’y a pas de fatalité. Le peuple c’est pas un tas de gens qui manquerait de jugeotte et sans la capacité à comprendre, mais qu’il y a bien au contraire une soif de savoir. C’est pas eux “mes chiens”.
        Je ne suis pas un anti-capitaliste, ça va plus profond : je dit on peut faire sans ce fléau et qu’il faudra bien tôt ou tard se débarrasser des parasites.
        Commençons par la propriété lucrative – le reste suivra.

  7. Pour une fois, les eurocrates ont raison d’attendre. Elections en Turquie le 1er Novembre, et Erdogan dans la mouise jusqu’au cou. L’éditeur du quotidien Today’s Zaman a été arreté hier à cause de cet article
    http://www.todayszaman.com/latest-news_twitter-faces-block-in-turkey-over-fuat-avnis-tweets-about-bilal-erdogan_400961.html
    Et Erdogan bombarde et assiège allègrement plusieurs localités kurdes de l’Est du pays qui se sont déclarées “en commune” depuis quelques semaines.
    Beaucoup ne donnent pas cher de sa peau. Les valises sont prêtes, selon le lanceur d’alerte cité dans l’article de todayszaman.

  8. Il y a la télé réalité et il y a la réalité donc un conseil:ne regarder plus la télévision éteignez vos radios, vous vous sentirez beaucoup mieux…

    1. C’est ce que font les riches! Ils s’en foutent, et s’en portent en effet très bien. Si certains ressortent les guillotines, il ne faudra pas s’en étonner.

      1. @Dominique : un riche ne s’en fout pas, il n’a plus les moyens de réfléchir, anesthésié par son propre succès qu’il doit plutôt à la chance, aux autres et un tout petit peu à lui même : 1/7. 10^9
        Riche dans la poche, pôvre d’ailleurs !

      1. En gros Vigneron, tu nous conseilles de ne pas éteindre la lumière.

        Concernant l’Ouvrier, y réfléchis pas comme toi ? Il s’emporte, n’arrive pas à faire le tri dans ses idées. Vigneron, peux-tu prendre en charge l’Ouvrier, mais pas au pinard, stp, ce serait trop facile ! Tu pourrais gagner tes galons de psychiatre.

        Toi qui lis les rapports de la BRI, as-tu remarqué que certaines de ses études nous mènent sur de fausses pistes, nous empêche de passer à l’action ?

    2. @l’ouvrier?

      Bien entendu , comment dire…absolument , bien au contraire…”je t’aime moi non plus”

  9. Il n’y a pas d’inaction criminelle de la part des Européens:
    Nos navires sauvent des naufragés, nous nourrissons les réfugiés dans les camps turcs et autres, nous logeons au mieux des dizaines, des centaines de milliers de migrants.
    Certes nous ne pouvons pas faire face à la masse grandissante comme le voudraient les généreux (avec l’argent des autres). Merkel a dû fermer ses frontières imprudemment ouvertes.
    Proposition:
    Lors du tsunami du SE asiatique les ONG ont récolté des fonds considérables. Pourquoi ne pas réitérer cet appel à la générosité qui trouverait ainsi à s’exprimer autrement que par des mots ?

    1. Oui, on a pillé leurs territoires et semé des guerres, pour que certains puissent amasser des fortunes insensées, et maintenant on (jamais les hyper riches) va charitablement sauver quelques malheureux d’une mort certaine.

      Mouais…

    2. La générosité flatte le désir du donneur, mais parfois elle abaisse le receveur.
      J’avais embauché un Marocain a son compte en maçonnerie et il arrêtait pas de m’appeler “patron”, cela m’énervait parce qu’il était à son compte (et qu’il avait des travailleurs occasionnels, la hiérarchie Français au dessus du Marocain indépendant qui au dessus du Français de deuxième génération, bon en même temps les “jeunes” nourris à la télé sont parfois désespérants).
      Au bout d’un moment à force de lui dire:”arrête de m’appeler “patron”, puisque tu es à ton compte”, la vérité vient:”la première fois que j’ai vu une pompe à eau c’était en France”.
      Et là comment faire pour lui faire comprendre que l’arrogance (made in France) n’exprimait pas la capacité des français a être plombiers (combien de parisien intra-muros ont des amis plombiers?, c’est les provinciaux qui assurent le suivit technique et les migrants la réalisation pratique).
      La violence symbolique de naitre dans un pays qui n’est pas capable de fournir l’eau “courante” est immense.
      L’idéal ce n’est pas la générosité, c’est l’éducation et optimiser l’expression qu’un ingénieur Marocain invente un nouveau système de pompe (il y en a 3) et puisse à son tour snober les Français (qui ne sont pas si consistant dans leurs convictions, c’est pour cela qu’Emmanuel Todd dit que le racisme ce n’est pas les insultes, c’est empêcher que sa fille épouse quelqu’un d’autre qu’un blanc pur souche).
      C’était évident dans les années 80, aujourd’hui vive le don (et sa hiérarchie bien pensante, si la principauté fait un bal caritatif et que le Français moyen a du mal a être généreux, c’est bien la preuve que c’est un fumier affilié au FN).

  10. … Je fais du Dominique : augmentons les plus bas salaires de 2 à 3% chaque année et tout le monde s’en portera bien.

    1. Yves, vous faites de l’ironie, ou alors quel est le rapport entre augmenter les bas salaires et ce que je dis ?

      1. @Dominique
        Désolé Dominique, j’ai vraiment pris le raccourci du raccourci.
        Dans ma proposition, il y a le côté Yaka Faucon, comme vous non ? Le jour où les riches comprendront qu’en augmentant les plus bas salaires, ils sauveront leur modèle n’est pas arrivé. C’est du Keynes école primaire !
        Ensuite, si au lieu de piller les richesses minières de certains pays d’Afrique, les sociétés occidentales avaient augmenté les salaires des mineurs, ces pays auraient pu se développer et nous aurions évité certaines des migrations actuelles. A nouveau, c’est du Yaka…. fô pa révé !

        Notre point commun, Dominique : tout ceci est inacceptable. Et pourtant à 99,9999%, nous l’acceptons. Je n’y comprends plus rien. Qu’est ce qui se passe dans la tête des pôvres hommes ? On trouvera la réponse en étudiant le fonctionnement du cerveau : un ordinateur qui passe son temps à bugger ?
        J’en suis arrivé à prendre le Blog de Paul pour mon psychiatre avec la certitude que mon psy ne me guérira pas.
        Il me reste le voix du vignoble, j’aimerai bien que Vigneron nous fasse des propositions concrètes, sa femme du moins, car pour l’instant, il n’a pas répondu à l’appel.

      2. “à 99,9999%, nous l’acceptons.”

        Yves, vous êtes encore un peu rapide.

        La réalité est que les 0,001 % qui décident du système, font ce qu’il faut pour que 90 % pensent qu’ils n’y a pas le choix, avec le concours de nombreux larbins qui s’en portent très bien,
        en conséquence de quoi les 10% restant sont totalement impuissants.

  11. j’ai oublié un truc pour Vigneron : fin de la libre circulation des capitaux, taxe tobin pour déstresser les spéculateurs qui pourront passer de bons WE en famille.

  12. Honte aux gauches européennes qui pratiquent l’incantation en laissant les droites nationalistes récupérer et attiser la xénophobie.

  13. Ce ne sont pas les réunions qui manquent, mais concrètement cela n’avance pas !“…
    Et pourtant.. LUI , il bouge encore…

    Une ( 1 ) minute de pur plaisir…(pour l’instant….mais…..”rira bien qui…”!)
    Cadeau :
    https://www.youtube.com/watch?v=dXrD-CWP0i4

    ———————————————————
    Ils arrivent
    et ils vont tout changer…
    X , Y , Z….
    dans la société
    dans l’information
    dans l’histoire
    dans la démocratie………
    A , B , C ,…
    ils arrivent
    et ils vont tout changer

    LES I I O I ARRIVENT

    LE I NOVEMBRE…

    °(^!^)°.

  14. J’arrête mes commentaires car je suis d’accord avec chacun de vos commentaires. Bravo ! On est tous d’accord, mais n’avons aucun résultat. Le chien aboie, ça fait du bien pour le moral.
    Leny Escudero, super le papi : je savais qu’en cliquant j’allais entendre Sylvie et Paul l’a fait !

    1. Tout ce qu’on peu faire en discutant, c’est faire avancer des idées pour un éventuel résultat dans le futur, lorsqu’une occasion d’influer se présentera.
      Je ne vois pas ce qu’on peut espérer d’autre.

      Le dommage est qu’il faille attendre des situations extrêmes comme actuellement pour que certaines idées soient un peu plus prises au sérieux.
      Je vois encore René Dumont avec son verre d’eau aux élections de 1974. Seul à prêcher dans le désert, et beaucoup se foutaient de lui en plus. 40 ans de perdu, sur un tel enjeu, c’est fou, au sens premier.

      1. @Dominique,
        Ma préco est légèrement différente. La discussion c’est bien.
        Pour ma part, je préfère m’attaquer à la superstructure financière pour déblayer le terrain aux autres disciplines et disciples.
        En la modifiant légèrement, pas totalement, on pourrait tous se construire de jolies maisons et vivre en paix sereinement, en respectant la terre qui, malheureusement ne s’en sortira pas, on le sait : 4,5 Md d’années dans le meilleur des cas ou astéroïde.
        Pour ceux qui aiment la violence, je suis sûr qu’on trouvera quelques choses sans risque.

      2. On ne choisit pas d’être violent, on le devient de par la violence des injustices permanentes et insupportables que l’on subit.
        A cette injustice, vous rajoutez celle de leur faire supporter la responsabilité de la violence, comme s’ils avaient choisit leur vie… ;(

        Sans doute avez vous eu la chance inouïe de naître au bon endroit, et vous n’en êtes pas conscient.

      3. @Yves, personnellement j’aimerai bien voir votre plomberie, j’aimerai qu’elle apparaisse sur ce blog, si vous avez besoin d’un infographiste pour lui donner une apparence plus professionnel (il faut promouvoir l’amateur éclairé, mais en même temps valoriser le professionnel) libre à vous de le faire.
        J’ai pas un cerveau très construit pour l’analytique, mais puisque vous l’avez alors sécurisez vous et produisez (sinon l’induit le fera sans “Vous”).

  15. ” Je ne vois pas ce qu’on peut espérer d’autre. ”

    Du fait que ce soit parfaitement réaliste, cela laisse une part d’espoir crédible.
    Comme le souligne Georgio dans son billet, il faudra passer par (attendre) un “raz-le-bol” général, pour “repartir en partant des fondations”.
    Encore faudra-t-il être attentif aux nouvelles fondations, les anciennes risquant de se révéler passablement corrompues.

  16. “…concrètement cela n’avance pas !”

    Cela doit nous interroger sur cette lancinante question; la démocratie est-elle possible à grande échelle ?

    Comment peut-on concilier des intérêts radicalement contradictoires ?
    Le monde n’est-il pas irréductiblement conflictuel ?

    Plus de monde, plus d’échanges (en volume et en vitesse), plus d’informations = plus de conflits, plus d’entropie

    1. A grande échelle ,”armes monde” aidant , il n’y a que la démocratie conçue comme la réduction des contradictions par l’échange d’idées , de biens et de services , via des outils innovants , qui soit capable de défricher un chemin pour continuer la vie .

      J’ai parfois l’intuition étrange que les peuples archaïques se frayaient ce chemin en échangeant leurs femmes et les ADN .
      Mais je n’irai pas jusqu’à mettre en égalité les femmes avec les idées +les biens+ les Services , même si elles peuvent prétendre à bon droit qu’elles sont réduites au rang d’outils-objets !
      Homo archaïcus était plus humain que nous . Quand il partait en guerre , au moins laissait-il femme(s?) et enfants à l’abri .Les vieux aussi peut être . Arkao doit pouvoir confirmer .
      Mais s’il faut absolument envoyer du monde au casse pipe pour épargner les enfants et les femmes , on pourrait aujourd’hui se dispenser de préserver les vieux . Quel échec .

  17. En droit ( anglo saxon en particulier) , l’inaction ne définit pas un crime . Il n’y a pas de crime par omission soumis à la CPI . Le billet de François Leclerc ne nous parle donc pas de crime en droit .
    En droit plus latin , la frontière entre crime et “morale” pourrait être plus floue , car , selon l’expression de Durkheim , ” ce n’est pas parce que c’est un crime en droit que nous réprouvons , mais c’est un crime parce que nous réprouvons ” .

    Qui ne saurait réprouver les faits rapportés et tant d’autres qui ne le sont pas forcément ? S’il s’agit alors de réduire le mal , il n’est jamais vain de manifester la réprobation , mais il n’est pas suffisant de lui donner vocation de qualifier le mal de crime .
    Car le but de la justice ou de la morale est aussi de réparer , et pour cela , et le citoyen sensible , et “l’institution” , doivent comprendre le fait criminel et sa genèse , et le réprimer .
    Trop d’enfants meurent et mourront tant que leurs parents ne sauront pas reconnaitre l’insupportable et se donner la force pour le détruire .
    Ce billet et d’autres formes de manifestations peuvent donc donner à nos dirigeants la direction de nos intentions . Ils ne disent pas complètement le prix que nous acceptons de payer pour qu’ils réussissent la mission qu’on leur donne .

    1. “Ce billet et d’autres formes de manifestations peuvent donc donner à nos dirigeants la direction de nos intentions . Ils ne disent pas complètement le prix que nous acceptons de payer pour qu’ils réussissent la mission qu’on leur donne .”

      Le prix que nous, le peuple d’en bas, (les hyper riches s’en moquent) pouvons payer est d’autant plus faible que les hyper riches nous retirent toujours plus de moyens.

Les commentaires sont fermés.