LE TRÈS MAUVAIS BOUT DE LA LORGNETTE, par François Leclerc

Billet invité.

Il est déjà acquis, alors qu’il n’est pas encore négocié, que le 3ème plan de sauvetage de la Grèce ne fonctionnera pas mieux que les deux précédents. Pour ne prendre qu’un seul exemple, il est totalement irréaliste de prétendre réunir dans les trois prochaines années 50 milliards d’euros provenant des privatisations. Mais le véritable résultat des décisions des plus hautes autorités européennes va au-delà : le désastre n’est pas seulement grec, il est européen.

Une disposition décidée lors du sommet de dimanche laisse présager que le programme n’aboutira pas, puisqu’il est déjà prévu un programme de coupes budgétaires automatiques au cas où les objectifs d’excédent budgétaires ne seraient pas atteints. Cela ne doit pas nous étonner, car ce plan n’est pas fait pour fonctionner : présenté comme une alternative au drame d’une sortie de l’euro de la Grèce, il poursuit sa lente asphyxie.

Les conséquences de ce que Podemos a appelé un « coup d’État financier » dépasse le sort d’une Grèce à nouveau transformée en protectorat. En vertu de ce que le Financial Times a appelé «le programme de supervision économique le plus intrusif ayant jamais existé dans l’Union européenne », de ce qui restera « comme l’une des démarches diplomatiques les plus brutales de l’histoire de l’Union européenne, un bloc construit pour favoriser la paix et l’harmonie et qui menace désormais publiquement l’un de ses membres de ruine à moins qu’il ne se rende » écrit le Wall Street Journal. L’hebdomadaire portugais Expresso a quant à lui parlé « d’une sorte de Traité de Versailles écrit en Allemand. »

Par leur intransigeance, le gouvernement allemand et ses alliés portent une grande responsabilité, mais cela n’élude pas celle des gouvernements français et italien, car l’euro est désormais identifié à l’austérité, au chômage, à la précarité et aux inégalités. Ceux qui ont prétendu sauver la Grèce en l’empêchant de sortir de l’euro nous abusent à double titre : ils ont enfoncé la Grèce et, quoi qu’ils en disent ou en pensent, menacent l’euro. En proscrivant toute réflexion sur la soutenabilité de la dette, qu’elle soit grecque ou européenne, ils ont mis en cause celle de l’union monétaire. Les réformes de la gouvernance européenne qu’ils prévoient pour toute suite sont à l’image du spectacle qu’ils viennent d’offrir pendant cinq mois pour ne finalement parvenir à s’entendre que de justesse, et sur quel terrain ! Autre évidence, le plan Juncker d’investissement en reste à ses fondations branlantes et ne respecte pas ses objectifs.

Il faudrait ouvrir un débat, ils vont le fermer. Au comble du ridicule, Laurent Fabius et Frank-Walter Steinmeier, les ministres français et allemand des affaires étrangères, ont affirmé que la réussite du couple franco-allemand « était la principale leçon à tirer » du dénouement du sommet de dimanche. Quelle vision pénétrante ! Quelle perspective exaltante ! Wolfgang Schäuble a imposé sa ligne en Allemagne, et François Hollande dévoilé les ressorts intéressés de sa mansuétude envers la Grèce en reconnaissant que « si la Grèce était sortie, c’eût été une amputation de ses créances ». Il n’a rien empêché.

Une époque se termine, un tournant est en dépit de tout engagé.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez