LA BCE A FAIT DE SON MIEUX, C’EST LÀ LE PROBLÈME ! par François Leclerc

Billet invité.

Quand la BCE fait de la politique sans le dire, cela donne les résultats dont nous avons pris connaissance hier. Malgré tous les efforts déployés, ils ne sont pas très impressionnants en raison du nombre réduit de 13 banques sur 130 examinées qui vont devoir se recapitaliser, une fois sorties du lot des 25 qui ont failli, les 12 qui ont recapitalisé en 2014 et sont donc le nez hors de l’eau. Cela aboutit à leur demander un effort très limité de moins de dix milliards d’euros. Et c’est aussi le cas des 48 milliards d’euros de surestimation par les banques de la valeur de leurs actifs détectés, qui apparaissent fort limités si l’on met en regard le volume de 22.000 milliards d’euros de total de bilan des banques analysées par la BCE.

Comment ne pas s’interroger à propos de la quasi-similitude des résultats de l’Autorité bancaire européenne (EBA), en charge des stress-tests, et de la BCE, qui a mené l’analyse des actifs bancaires (AQR) pour en mesurer le risque ? Pouvait-il en être autrement, des dissonances impliquant des justifications en entrant dans les détails ? Une telle confluence ne reflète-t-elle pas plutôt le besoin de s’épauler mutuellement, afin que chacun crédibilise le travail de l’autre ?

À lire les résultats pays par pays – et à enregistrer les soupirs de soulagement – on est conforté dans leur caractère très politique. L’Espagne, le Portugal et même la Grèce restent largement indemnes, comme s’il ne fallait pas mettre de l’huile sur le feu dans ces pays présentés comme des bons élèves. A contrario, un sévère avertissement a été adressé à l’Italie de Matteo Renzi, coupable d’indiscipline endémique. On peut se rappeler, à ce sujet, que le périmètre englobant au final 130 banques avait fait l’objet de discussions denses avec le gouvernement allemand, qui cherchait – et a obtenu – que ses banques de moindre importance en soit écartées. Qu’y aurait-on trouvé, pour ne pas parler des autres ? Que ces 130 banques représentent 81,6% de la totalité des actifs bancaires de la zone euro n’est pas une réponse, car cela signifie tout au plus que seuls les établissement les plus systémiques ont passé l’examen, sous-entendant que leur taille est le critère déterminant…

On ne revient pas sur l’importance des problèmes méthodologiques qui ont du être tranchés, ainsi que sur l’incertitude profonde qui pèse sur toute évaluation de la pondération du risque. Dans le cadre de l’AQR, 57% des actifs à risque – les obligations souveraines n’étant pas considérées comme telles ! – ont fait l’objet d’un examen dans le cadre de l’AQR, ce qui a représenté l’analyse de 119.000 emprunts et de 170.000 actifs apportés en collatéral. 765 modèles d’évaluation des provisions des banques ont du être élaborés… Tout cela en moins d’un an, car il fallait rattraper le temps perdu et mettre les bouchées doubles. Il y a deux manières d’interpréter de tels chiffres, rester bouche bée impressionné ou penser que l’on a procédé à la louche.

Enfin, comment ne pas souligner l’absence de tout risque de déflation dans les scénarios des stress tests ? Des hypothèses dures ont été adoptées pour la croissance, mais pas pour l’évolution des prix. Après tout, le FMI a estimé à 30% les chances que la déflation survienne en Europe…

Ne gâchons pas le plaisir de ceux qui peuvent un instant respirer. La bonne santé des banques est soulignée, mais ce qui devrait en résulter n’intervient pas : les crédits au secteur privé ont reculé de 1,2% en septembre dernier. Quel est le rabat-joie porteur de cette mauvaise nouvelle ? La BCE ! Cherchez l’erreur. Celle-ci a d’ailleurs identifié une autre de ses manifestations : la masse monétaire M3 a durant la même période augmenté de 2,5%…

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez