AU CHEVET DE LA ZONE EURO, QUE FAIRE APRÈS LA SAIGNÉE ? par François Leclerc

Billet invité

Comment les dirigeants européens vont-ils sortir du pétrin dans lequel ils se sont fourrés (y conduisant leurs administrés) ? Sigmar Gabriel, le vice-chancelier social-démocrate allemand, a lancé un ballon d’essai en proposant d’adopter une nouvelle méthode de calcul du déficit excluant les dépenses occasionnées par les réformes, ce qui ne nécessiterait pas selon lui de modification d’un Traité figeant dans le marbre des règles qui se révèlent inapplicables. L’artiste travaille sans filet ! L’affaire est à réglage fin, puisqu’il n’est pas question de se déjuger ouvertement.

Angela Merkel a immédiatement rétorqué que le Traité était tabou, ce que l’on savait déjà. Et des rumeurs prématurées d’alliance franco-italienne ont surgi, laissant présager d’une offensive à Bruxelles, profitant de la présidence italienne de l’Union européenne. Reste à la voir se concrétiser. Afin de donner des gages, Matteo Renzi a proposé un accord donnant-donnant dont la maîtrise serait confiée à la Commission européenne : « vous avancez sur les réformes, et je vous accorde des délais de réduction du déficit », ce qui a l’avantage d’instaurer une souplesse devenue indispensable tout en préservant l’essentiel de ce qui doit être accompli. Comme si la réduction du déficit et de la dette n’étaient finalement que des prétextes, ce que tendrait à montrer la détente du marché obligataire qui se satisfait de leurs niveaux élevés, le marché ne jouant plus présentement les croquemitaines.

Dans cette perspective, la nomination du futur président de la Commission prend toute son importance, car c’est à lui que reviendra la mise en oeuvre de ce plan A’ qui s’esquisse tout en étant encore loin d’être adopté. Prenant la lorgnette par son mauvais bout, il ne procède que par un ajustement à la marge et n’aborde pas la question de la relance que le FMI traite à sa manière, s’en tenant à la fable selon laquelle les réformes libérales y pourvoiront en libérant l’économie de ses entraves. Ce dernier voit d’ailleurs les choses tout autrement et, selon le Financial Times, Christine Lagarde préconiserait aujourd’hui auprès des ministres des finances européens une mesure bien plus radicale, ne craignant pas de susciter du tangage : la BCE devrait suivre l’exemple de ses consoeurs américaine, britannique et japonaise et engager une opération massive d’achats de titres, notamment souverains. Là où les dirigeants européens jouent au fleuret moucheté, le FMI sort le sabre d’abordage devant le risque de déflation montant – qu’il prend très au sérieux – et la nécessité de stimuler sans barguigner la croissance. Outre qu’une telle mesure a bien peu de chances d’être engagée, on peut s’interroger sur sa portée effective. Si elle s’apparente à une mesure d’urgence, prise quand il n’y a plus rien d’autre à faire devant le péril qui s’annonce, qu’apporteraient de nouvelles masses de liquidités dans un paysage déjà inondé ?

L’imagination n’est pas au pouvoir, ce qui n’est pas surprenant car cela se serait déjà remarqué. Relancer la croissance est un voeu pieux si n’est pas menée, avant de définir son financement, une réflexion sur sa nature. Cela suppose de non seulement définir des objectifs d’investissement en cohérence avec les besoins fondamentaux – comme le financement d’une transition énergétique de plein exercice – mais également d’instaurer une répartition égalitaire de la richesse afin notamment de ne pas relancer l’endettement à grande échelle, cette machine à faire de l’argent en faisant travailler l’argent. Pour apurer le passé, deux solutions complémentaires se présentent : la réalisation du cadastre de la fortune et sa taxation en grand, mesures préconisées par Thomas Piketty, et la restructuration ordonnée de la dette publique sous contrôle démocratique.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez