Envoyez par mail 'L'actualité de la crise : RIEN NE VA PLUS ! par François Leclerc' à un ami.

Envoyez une copie de 'L'actualité de la crise : RIEN NE VA PLUS ! par François Leclerc' à un ami.

* champs obligatoires


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.


Séparez les entrées par une virgule. 5 éntrées maximum.

Code de sécurité

Loading ... Chargement en cours ...
Partagez

92 réflexions au sujet de « L'actualité de la crise : RIEN NE VA PLUS ! par François Leclerc »

      1. On pourra toujours se demander combien de temps nos dirigeants politiques vont-ils mettre pour entendre les propos de Maurice Allais, Nobel d’économie en 1988:

        « Le fait est que dans le monde entier seuls quelques petits groupes et tout particulièrement les dirigeants des multinationales bénéficient de la mondialisation des économies. Ces groupes disposent d’immenses moyens financiers et par personnes interposées ils dominent tous les médias, presse, radios et télévisions. C’est ainsi que pour une très large part est réalisé l’endoctrinement de l’opinion. C’est ainsi qu’on fait croire que la mondialisation est inévitable, nécessaire et avantageuse pour tous ».

        Ces propos qui datent de 1999 dans son ouvrage La mondialisation : la destruction des emplois et de la croissance

        Cordialement

      2. @Julien: On pourrait également se demander combien de temps les dirigeants politiques vont-ils mettre pour entendre les propos de John Adams 1735 – 1826 : « There are two ways to conquer and enslave a nation. One is by the sword. The other is by debt ».

        Un bon bouquin à lire aussi: Confessions of an Economic Hit Man écrit par John Perkins.

    1. Il semblerait bien que nous allions, justement, vers une Europe à (au moins) 2 vitesses, avec un écart toujours plus grand (que ce soit entre pays, ou à l’intérieur d’un même pays ; il suffit de voir en Allemagne tous ceux qui se retrouvent avec des emplois à quelques heures par semaine pour 500 euros par mois). Les forces qui y contribuent semblent chaque jour supérieure à celles qui s’y opposent.

  1. Vrais chiffres ou magouilles de stats?

    France: rebond surprise de 0,2% de la croissance au 3e trimestre.

    http://www.lalibre.be/toutelinfo/afp/422443/france-rebond-surprise-de-02-de-la-croissance-au-3e-trimestre.html

    Moody’s to review UK’s AAA rating in early 2013.
    Moody’s will revisit the UK’s AAA rating in early 2013, the credit rating agency said on Wednesday night, warning about the weak economy and the eurozone’s debt crisis.

    http://www.telegraph.co.uk/finance/economics/9679364/Moodys-to-review-UKs-AAA-rating-in-early-2013.html

    1. 0,2% de croissance est quand même assez bizarre vu le contexte mais surtout parce que les chiffres des dernières fois ont été revu a la baisse.

    2. Les chiffres de la croissance sont toujours trafiqués, dans tous les pays. CF l’Espagne, où les derniers indicateurs économiques sont tous effroyables… sauf le PIB, qui ne baisse « que » de 0.3% au dernier trimestre. CF aussi la Chine, qui annonce toujours une croissance très forte avec une consommation d’électricité qui stagne, ce qui ne s’est jamais vu.
      Les stats éco sont annoncées par les pays eux-mêmes. C’est comme si on laissait à un élève le soin de rédiger lui-même son bulletin de note.

  2. Hi,

    Gaz de schiste ? Alleluia ?

    Why the U.S. is NOT the new Saudi Arabia

    Last week’s energy news included a piece from the Associated Press with a headline reading: « U.S. poised to become world’s top oil producer; may soon overtake Saudi Arabia. » If the reporter had actually examined figures available from the U.S. Energy Information Administration (EIA) website carefully instead of simply parroting oil industry sycophants, he would have ended up with a headline more like this: « Marginal gains in U.S. oil production mean continuing high prices and imports for Americans. »

    « The media have become unwitting accomplishes in an oil industry propaganda machine that seeks to soften up the American public for an orgy of drilling–one that will only drain America’s limited oil resources more quickly while achieving neither energy independence, nor lower prices, nor an urgently needed transition away from finite petroleum, a transition that would free us from the tyranny of oil and the companies that control it. »

    http://www.resourceinsights.blogspot.se/2012/10/why-us-is-not-new-saudi-arabia.html

    « Décidément, rien ne va plus » … dans le travail d’information du media system ?

    1. Q “ Croyez-vous dans le ‘Carpe Diem’ ? “
      R : “ Désolé, je ne parle pas anglais ! “
      …mais je crois remarquer que sur ce site de plus en plus d’anglais sans traduction pour les ignares comme moi, tant pis …je reste solidaire de mes camarades CGT de Danone !
      http://www.francophonie-avenir.com/video_CGT-Danone_contre_le_tout-anglais.htm

      A teuche ai tôt, a n’y connât ran, du cô a breille trébin (patois morvandiaux : sans traduction non plus !)
      la preuve :
      CRISE EUROPEENNE – La zone euro entre officiellement en récession au 3e trimestre, pour la deuxième fois en trois ans, selon une première estimation jeudi 15 novembre de l’office européen de statistiques Eurostat. Le Produit intérieur brut a reculé de 0,1%, après s’être déjà replié de 0,2% au trimestre précédent. Pour rappel, une période de récession est constatée lorsque le PIB se contracte pendant deux trimestres consécutifs.

    2. Then, how come the US government does not really try to switch to renewable energy sources?Does it mean the dirty energy entrepreneurs have such clout over America?
      Of course our mainstream media are also lobbying for a local drilling binge. How can we talk our fellow-citizens out of listening to the lobbies of big money which often tamper with science in order not to cope with the major threats looming ahead such as global warming?
      Ceci n’est pas une traduction mais une continuation, version locale:dans nos contrées on tente de nous imposer l’exploitation des gaz de schistes… ce qui ne fera que renforcer les rejets de GES et polluera les sols gravement.Qui fera connaître les tireurs de ficelle du business sâle qui commence leur campagne avec l’aide de média serviles?

  3. Les jeux sont faits.

    Les jeux sont faits, et pas depuis 5 ans comme le pensent les naïfs, mais depuis le début du XIXe siècle avec le développement du capitalisme industriel et de cette « immense accumulation de marchandises ».

    La chronique de l’écroulement programmé d’un monde – le nôtre, est passionnante, quoique que les rebondissements majeurs se fassent attendre.

    Le retour en arrière, à une économie plus « citoyenne » et plus respectueuse d’une répartition des richesses qui ne laissent pas une masse sans cesse grandissante sur le bord de la voie rapide, est un souhait tout à fait respectable, quoique parfois empreint d’un réformisme prêt à tout changer pour que rien ne change. Chacun aimerait un peu plus de confort avec un salaire ou une retraite plus adaptés aux prix des biens et des services, d’autant plus quand l’Etat protecteur s’efface.

    Mais si ce n’était pas possible ?

    Peut-on s’émanciper du fétichisme ? Un article d’Anselm Jappe, disponible sur :
    http://www.palim-psao.over-blog.fr

    1. Être exploité devient presque un privilège (que les restes du vieux prolétariat d’usine en Europe défend effectivement bec et ongles) quand le capitalisme transforme toujours plus de personnes en «hommes superflus», en «déchets».

      Tout en donnant les raisons pour lesquelles ce n’est à son avis plus possible, l’article correspond bien à la situation présente: le monde occidental (quelques individus et quelques groupes minoritaires mis à part) souhaite que les choses redeviennent comme avant et le reste de la planète s’efforce de suivre la même voie.

    1. a force de répéter : « çà » va finir par se savoir ?
      Tendez l’oreille. La voix vient de Grèce. « Il est temps de reconnaître que l’austérité seule condamne non seulement la Grèce, mais l’intégralité de l’Europe à la probabilité d’une ère douloureuse. » Autrement dit, il est urgent de reconnaître à la Grèce le droit d’étaler ses remboursements, de lui donner de l’air. Ce n’est pas le « Mélenchon grec », Alexis Tsipras qui le dit. Ce n’est pas un des manifestants contre l’austérité, saisis par un micro dans les rues d’Athènes. C’est Charles Dallara, qui dirige l’Institut de la Finance Internationale, organisme basé à Washington qui représente les 400 plus grandes banques de la planète, autrement dit porte-parole du lobby des banquiers du monde entier. C’est la Finance sans visage, qui parle devant un parterre de banquiers. Et qui dit la même chose que les manifestants (ou presque. Car Dallara, il ne faut rien exagérer, se prononce aussi contre une remise des dettes publiques de la Grèce, qui serait « politiquement dangereuse » en Europe. Etaler, oui. Re-prêter, oui. Faire remise, non)….lire la suite :
      http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=5375
      et :
      Mercredi 14 novembre 2012, Jean-Luc Mélenchon était l’invité du « Grand Journal » sur LCI, interrogé par Romain Hussenot et Christophe Joly….tu en as encore pour 13′, quel malheur…
      http://www.jean-luc-melenchon.fr/2012/11/14/invite-du-grand-journal-sur-lci/

      Le sauvetage de Dexia en question ?
      http://www.rtbf.be/info/media/video_le-sauvetage-de-dexia-en-question?id=1772402&mediaset=rtbfinfo–belgique&type=video
      « notre » Gouvernement mettra 2.5 milliards d’euros afin de venir en aide à DEXIA…la somme correspond à la ponction annuelle qui sera opérée sur les ménages par la hausse prévue de la TVA…
      Denis Sieffert, directeur de la rédaction de Politis, présente son dernier éditorial :
      http://www.politis.fr/Edito-video-un-contorsionniste-a-l,20069.html

  4. Bonjour François,

    En février 2009, Paul citait les 4 sorties de crise possibles selon Jean Maxence Granier, entre A, le phénomène bénin qui se remet cycliquement, et D, la casse totale:
    « Il distingue quatre conceptions – qu’il appelle « postures » – de sortie d’une crise appelées A, B, C et D, s’étageant du bénin A où le système autorégulé oscille de manière cyclique, au catastrophique D, où il est irréparable, en passant par B où le système survit, bien que difficilement, pour retrouver sa forme originelle, et C où le système survit mais uniquement parce qu’il subit une authentique métamorphose et se retrouve à l’arrivée très différent de son point de départ. »

    Il faisait remarquer: « les mesures qui sont prises actuellement au plus haut niveau, aussi bien en Europe qu’aux États–Unis, correspondent à une interprétation de la crise comme relevant du type A, celle qu’aucun analyste digne d’être mentionné par Granier, ne défend plus. »

    Ça n’a pas changé !

    1. Il y a un autre cas de figure, que l’on est peut-être en train d’inaugurer : la crise sans sortie – en fait autre chose qu’une crise, puisque permanent – ou une succession de crises tellement rapprochées que sorties des unes et entrées des autres se confondent.

      On pourrait parler aussi d’ « état crisique chronique », appelé à durer des décennies. Si de tels états se sont amorcés dans le passé, la guerre a permis d’en sortir avant qu’ils ne s’incrustent. Les armes nucléaires nous ferment pratiquement cette issue.

      Donc, patience et adaptation.

      1. La vraie Cassandre n’avait pas de « peut -être » .

        Mais vraie ou fausse , personne ne la croit et Appolon reste le meilleur .

      2. J’aurais lu ce qu’aurait écrit madame ou mademoiselle trucmuche .

        Mais je n’aime déjà pas bien les Janus, alors les « triple tête « ….

      3. L’état crisique chronique n’existe pas.
        Je ne sais pas vraiment ce que signifie « crise » dans votre message.
        Je le comprends le mot comme l’ensemble des manifestations perceptibles d’une situation de déséquilibre suffisamment fort pour que les comportements en soient modifiés.
        Si le déséquilibre atteint un niveau suffisant, il y a catastrophe, c’est à dire rupture.
        La situation de déséquilibre actuel, qui a son début bien éloigné dans le temps, apparait de plus en plus à tous comme relevant de la « posture » B (ref message originel de Guy Leboutte); c’est à dire la catastrophe.
        Le fait qu’elle ne prenne son ampleur que « lentement » à l’échelle humaine change pas sa radicalité.
        Les images stupéfiantes du tsunami japonais, montrant la vague avançant lentement (d’abord un brouillard lointain…), mais inexorablement de la mer vers le fond de la vallée (minami sanriku) est assez représentatif de ce que nous vivons.
        Aussi le coté chronique de la chose ne me parait pas pertinent…

  5. Envisager des prêts à taux zéro pour les états en difficulté?
    La Troïka aurait bien fait de l’envisager en début de crise.
    Il faut savoir qu’au sein de la Troïka, dès le départ de la crise grecque, ce n’était pas le FMI qui était le plus dur en matière de taux …

    1. M’enfin la crise grecque ne vient-elle pas du fait que ses emprunts de financement ne lui était concédé qu’a des taux prohibitifs?
      pourquoi l’idée de cette « solution » (si cela en est une ) intervient que maintenant?

  6. Le prêt à taux zéro et tenter de refiler le bébé des dettes publiques au FMI, c’est le seul moyen qui reste aux méga-banques pour gagner du temps.
    Il faut en effet du temps pour trouver sur le marché des actifs encore un peu solides, afin de renflouer leurs réserves à base d’actifs artificiels constitués de montages sur des crédits à des emprunteurs insolvables.
    Il faudra bien un jour que les politiques se résolvent à retirer une échelle dressée pour essayer d’attraper la lune, sinon, gare à la casse pour ceux qui sont dessous.

  7. Parlons aussi de l’incapacité des milieux d’affaires internationaux à imposer des régulations…

    Il est par ailleurs évident que si la France peut emprunter aussi bas ces jours c’est bien que les plus gros tireurs de ficelles ont tout intérêt à ralentir la dégradation en cours. Ils ont tout à y perdre.
    Je serai pour un clash rapide mais ils feront tout pour l’éviter. Ce sont des malins qui ont encore plus à perdre que vous et moi… pervers et sournois, ne jamais l’oublier.

    Faites vos yeux, rien ne voit plus… disait Pennac

  8. the eurozone has officially entered its second recession in four years, official data show.

    The 17-nation bloc contracted by 0.1pc in the three months to the end of September, following a 0.2pc contraction in Q2, Eurostat said.

    Things aren’t looking so rosy in Holland, where GDP has fallen by a shock 1.1pc, as investment fell sharply and household consumption continued to decline.

    http://www.telegraph.co.uk/finance/debt-crisis-live/9679140/Debt-crisis-eurozone-in-recession-live.html

    Economists surveyed by Bloomberg had only expected a 0.2pc decline.

    The Dutch statistics institute said that household spending was now 1.8pc lower than a year ago.

    More « troika » meddling could be on the horizon in Spain.

    European debt inspectors from the EU, ECB and IMF reportedly want the government to consult them before any changes are made to repossession procedures, according to Spanish daily Expansion (£).

    Spain’s government wants to pass a law aimed at sparing households that default on their mortgages from eviction. However, the troika wants to minimise the cost of Spain’s bail-out, according to the Spanish daily

  9. La troïka ou bien ils sont stupides ou bien ils espèrent une révolution pour justifier que l’Europe se transforme en état policier répressif.
    L’idéologie capitaliste à la manoeuvre considère encore les états comme des empêcheurs d’exploiter en rond.Quel sera le rôle du gouvernement Européen quand la misère telle une gangrène se sera propagé de la grèce à l’espagne , aura rongé la botte de l’Italie…
    Somme nous en train de sacrifier les peuples pour des raisons comptables?
    Somme sous en train de créer le chaos pour pouvoir vendre la paix à des pauvres qui n’auront que leur liberté ou leur vie à vendre en échange de l’espoir d’une vie meilleure?
    Que veulent ces élites non élus qui décident du sort de l’Europe?
    Sont ils vraiment stupides au point de croire que l’austérité est un préalable à la croissance?

    1. je craigne qu’ils ne cherchent qu’à nous détruire ! ….. tels des virus prédateurs psychopathes dont leur seul et unique but est de se survivre eux-même et de s’expatrier probablement sous d’autres cieux …

      En auront-ils encore le temps ?

      1. Ils doivent sûrement penser à Mars, soi disant bourrée d’hydrates de tout et n’importe quoi. Puis pour la production, elle sera délocalisée chez les Plutoniens sous-développés. Tout va bien !

  10. Bof tout ça. La seule et unique question qui mérite d’être posée est la suivante :
    est il défendable que des millions de gens meurent de faim afin qu’une poignée de privilégiés initiés puissent se rendre sur leurs îles privées au moyen de yachts équipés de robinets en or ?
    A cette question le FN, l’UMP, le Modem, le PS, le Medef, la CFDT, 80% des votants français, la commission européenne, tous les banquiers et leurs gouvernements occidentaux répondent en choeur : « oui bien entendu ».
    La CGT, FO et la Confédération Européenne des Syndicats répondent « oui mais là ça se voit trop quand même ».
    Les autres font ce qu’ils peuvent c’est à dire pas grand chose.

    1. @Au sud de nulle part
      Ne pas oublier les journalistes qui sont devenus les vassaux du 1% avec un coeur vaillant, tous en choeur.

  11. Vu de Saturne, c’en est presque drôle!

    Les « milieux d’affaires internationaux » commencent lentement, incrédules, à réaliser que les mesures dont ils imposent l’application de gré ou de force depuis des années ne font qu’aggraver le problème jusqu’à la catastrophe. Dans le même temps ils savent que ne pas prendre de mesures mène tout autant à la catastrophe. Et ils sont incapables, viscéralement incapables de prendre les décisions préconisées ici et chez quelques autres hérétiques, parce que ces décisions-là leur feraient perdre du fric et du pouvoir et qu’il n’en est pas question,! le monde périsse plutôt! Oh la belle impasse que voilà. 😀

    Lu quelque part comment on capture les singes en Asie : une nasse remplie de noix et de fruits, avec une petite ouverture. Le singe y plonge la main ouverte, ramasse les friandises, ferme bien le poing et ne peut plus l’en retirer. Il lui suffirait pourtant d’ouvrir la main et de lâcher les fruits pour se libérer. Mais jamais le singe ne lâche les fruits, plutôt mourir de faim la main dans la nasse, mais bien fermée sur le butin!

    Ces grand mâles alphas et leurs femelles dominantes qui vivent comme des babouins, finiront comme les australopithèques.

    1. Oui oui… L’image n’est pas parfaite.

      On meurt et on se suicide en Grèce, mais les financiers ne se sentent pas en danger de mort.
      Ils se servent frénétiquement au présent, quelles que soient les conséquences dans le futur. S’il y a des risques de catastrophe, c’est pour les pauvres, pas pour eux. Voilà leur horizon.

      Ils n’infléchiront pas leur volonté, qui est de s’enrichir toujours davantage.
      Seul le réel les arrêtera! Que ce soit sous la forme du sujet impersonnel de la grande Histoire, ou par l’action d’un acteur social plus ou moins organisé et plus ou moins massif. Mais eux ne s’arrêteront pas.

      Les 1 pour-cent ne se suicident pas, ils nous suicident. Enfin, c’est ce qu’ils croient. Ce sont des spécialistes sinon des adorateurs du court terme. À moyen terme, ils se trompent en général.

      1. ils se trompent si les 99% restant, ou une franche suffisante parmi eux réagit, sinon ils gagnent.
        pour l’instant ils gagnent, et ça peut durer longtemps, même si nous avons tous l’espoir (?!!!!!!!!!) que non…..

      2. On meurt et on se suicide en Grèce, mais les financiers ne se sentent pas en danger de mort

        bah quand une partie des 99% se suicident, il en reste beaucoup!

        Les 1 pour-cent ne se suicident pas

        bah comme ce sont les 1% s’il y en a un seul acculé au suicide, on va nous parler de génocide.

        la perception c’est parfois assez moche :/

    2. oh moins vous garder le sourire agnès, ça fait plaisir !
      par contre femelles dominantes suis pas si sûr, ils aiment bien les poules et les bobonnes en fait,
      les lagarde, clinton et autre ashton c’est plus un verni paritaire.

      1. @ Guy Leboutte.

        Pas sûr, la gadoue s’accumule et monte et commence à lécher les sommets. Quand l’économie entière sera paralysée, fichue, cassée, quand plus personne – à part eux – n’aura le moindre cent, qui remboursera la montagne de crédit pourri sur laquelle ils sont assis? Leur fortune virtuelle, bâtie de dettes empilées sur d’autres dettes s’effondrera soudain dessous leur impérial séant. Ils commencent vaguement à s’en rendre compte – d’où leur soudaine inquiétude -, mais ne l’ont pas encore tout à fait réalisé, – d’où la poursuite imbécile de leur politique aveugle.

        @ Tikarol

        😀 Ha ha! Oui, c’est un lointain souvenir de lecture de je ne sais plus où. Je ne dis pas que c’est vrai, si ça se trouve c’est juste un conte zen. Mais j’aime bien cette image : captifs de leur butin et par lui ruinés.

        @ Méthode
        Mieux vaut en rire, même si c’est nerveux, que de les craindre. Le rire au moins, ça se partage. Ce qui est moins drôle, c’est que des gens en meurent, jour après jour.
        (j’aime bien les voir traiter de « vernis paritaire », sinon oui, bobonne à la maison et sur la photo officielle, poupoule au Carlton. Tristes gens.)

  12. le monde périsse plutôt!

    Justement la fin du monde c’est le 21/12/12 d’après le calendrier Maya!

    Ces grand mâles alphas et leurs femelles dominantes qui vivent comme des babouins, finiront comme les australopithèques.

    Oui mais ils nous entraînent nous aussi dans leur chute, c’est bien là le problème.

    1. Justement la fin du monde c’est le 21/12/12 d’après le calendrier Maya!

      C’est mon anniversaire, je vous invite tous HAHAHAHAHA !! on va faire une bamboula d’enfer, y aura du raisiné, de la tête pressée (de banquiers), des galettes vertes et des feux d’artifices champignons géants… tout ça financé avec de faux billets (on va se gêner, chacun son tour !!)

  13. Grèce: le consul allemand pris à partie par des manifestants à Salonique.

    SALONIQUE (Grèce) – Le consul allemand de Salonique (nord de la Grèce), a été pris à partie jeudi par des manifestants des collectivités locales en colère contre des licenciements prévus dans le secteur, a indiqué la police.

    http://www.romandie.com/news/n/_Grece_le_consul_allemand_pris_a_partie_par_des_manifestants_a_Salonique74151120121227.asp

    Comment la pensée unique a imposé au pouvoir socialiste une ligne erronée qu’elle a ensuite reniée.

    http://www.marianne.net/Comment-la-pensee-unique-a-impose-au-pouvoir-socialiste-une-ligne-erronee-qu-elle-a-ensuite-reniee_a224251.html

    Les projections économiques de la troïka pour la Grèce: ‘une farce totale et absolue…’

    http://www.express.be/business/fr/economy/les-projections-economiques-de-la-troika-pour-la-grece-une-farce-totale-et-absolue/180995.htm

    1. Les connards. Allez s’en prendre à un consul allemand… Les connards. Et quand on pense que c’est Sarko qui avait bloqué le référendum de Papadreou ya un an d’ça… Connards.

      1. La manifestation intervient au lendemain de propos du ministre allemand adjoint à l’Emploi Hans-Joachim Fuchtel, qui a indiqué mercredi à Salonique que trois employés municipaux grecs effectuent le même travail qu’un seul Allemand.

        Ce qui n’excuse pas.
        Mais certains en Allemagne alimentent, consciemment ou non, le feu.
        Sarkozy, lui, était plus pervers.

      2. Merci à la modo. J’y croyais pas trop. Mais merde on peut pas tout laisser passer et d’temps en temps faut appeler un chat un chat.

      3. Hans-Joachim Fuchtel
        Le Spiegel l’a dénommé « Le marchand de chameaux ».
        CDU pur jus depuis 50 ans et pur produit de la sociale-démocratie allemande.
        A connards, connard et demi.

        En Allemagne
        Le concept s’appelle « Volksverhetzung » dans le droit allemand.
        Extrait de paragraphe § 130, alinéa 1 du Code pénal allemand3:
        « Qui, d’une manière qui est susceptible de troubler l’ordre public,
        1. incite à la haine contre une partie de la population, ou appelle à la violence ou à des mesures arbitraires contre elle ou
        2. s’en prend à la dignité humaine d’autrui, insulte la population, la calomnie, ou la diffame sera puni d’une peine de prison entre trois mois et cinq ans. »

  14. Comme souvent au cours de l’histore, les choses échappent ou tournent mal quand on essaye, contre toute raison, de maintenir le status quo d’une affaire pourrie. Le personnel politique au pouvoir joue vabanque avec la fortune et l’avenir des peuples d’Europe – il faut bien défendre son beefsteak. Dans ce milieu, tout se tient.

    Un haircut dans le cas de Grèce semble inévitable à terme, en Allemagane on parle même de leur faire des « cadeaux », de verser des sommes à fonds perdus, pour compléter les aides qui se révèlent insuffisantes.
    Le mouvement dont parle cet article était assez stéril en Allemagne, tout comme en France. Je pense que les gens ont peur, tentent de sauver les acquis qui leur restent, d’autres ont cédé à la résignation, les allemands ne sont pas encore atteints par la crise qui frappe l’Europe du sud – mais ca viendra.

    1. va expliquer à fiston qu’il va devoir avoir une audi au lieu d’une porsche.. pire, à sa fille qu’elle va devoir porter du zara au lieu de prada !

  15. Pour la finance de Haut-Vol, il faut bien pérenniser l’alimentation en fioul du plus grand schéma de Ponzi, alors quoi de plus normal que Ch. Dallara veuille défendre  » le Veau d’Or  » à tout prix, même s’il faut en passer par un gigantesque « génocide économique et humain ». A qui profite le crime ? Rien que le Shadow Banking, compte à lui seul ~ 800 trillions de USD de produits dérivés dans le monde, alors même que le produit national brut de la planète s’élève à 50 trillions de USD. Cherchez l’erreur ! Et si les politiques ou autres technocrates sont peu enclins à cette quête, ceci pourrait-il sous-entendre qu’ils craignent pour leur prochain marché, ou encore leur prochaine cotation, sur NADEX’s par exemple ? Effectivement :  » – Faites vos jeux,…rien ne va plus !  »

    http://www.cftc.gov/PressRoom/PressReleases/pr6163-12

  16. Un haircut de la Grèce sans doute, sauf que, la BCE ayant récupéré un maxi de ses dettes, dans ce cas, c’est nous tous qu’on paye, et les banques sont sauvées
    tout va bien!

  17. Rien ne va plus au contraire les gens ne se laisseront pas crever sans rien dire et si mort il doit y avoir ce sera des deux côtés. Constater ok mais faudrait peut-être passer à autre chose que des blogs qui s’amoncellent de plus en plus souvent pour dire la même chose. De toute façon ils auront toujours l’impression de trouver une astuce pour dire que leur politique est la meilleur, que les pauvres sont plus nombreux que les riches et c’est pour cette raison qu’ils doivent payer et blablabla et blablabla. Ils sont en bout de course et certains le savent alors cessons de les alimenter.

    1. « Notre crédulité fait toute leur science » Voltaire, Œdipe, IV, 1

      En d’autres temps, une suspension proclamée de la démocratie n’aurait pas manqué de provoquer une révolution. C’est pourquoi il fut déjà décidé de maintenir une démocratie de façade en déplaçant le pouvoir réel vers de nouveaux centres. Les citoyens continuent à voter, mais leur vote a été vidé de tout contenu. Ils votent pour des responsables qui n’ont plus de pouvoir réel. Cette caste du pouvoir économique (les porteurs de chasubles) sont quasiment tous issus du même monde, des mêmes milieux sociaux. Ils se connaissent, se rencontrent, partagent les mêmes visions et les mêmes intérêts. Ils partagent donc tout naturellement la même vision de « leur monde idéal ». Une doctrine portée à bout de bras comme étant le saint Graal : l’ultra libéralisme.

      Affaiblissement des états et du pouvoir politique. Déréglementation. Privatisation des services publics. Désengagement total des états de l’économie, y compris des secteurs de l’éducation, de la recherche, et à terme de la police et de l’armée, destinés à devenir des secteurs exploitables par des entreprises privées. Endettement des états au moyen de la corruption, des travaux publics inutiles, des subventions données aux entreprises sans contrepartie, ou des dépenses militaires. Lorsqu’une montagne de dettes a été accumulée, les gouvernements sont contraints aux privatisations et au démantèlement des services publics. Plus un gouvernement est sous le contrôle des chantres de l’ultra libéralisme et plus il fait augmenter la dette de son pays. Précarisation des emplois et maintien d’un niveau de chômage élevé, entretenu grâce aux délocalisations et à la mondialisation du marché du travail. Ceci accroît la pression économique sur les salariés, qui sont alors prêts à accepter n’importe quel salaire ou conditions de travail. Réduction des aides sociales, pour accroître la motivation du chômeur à accepter n’importe quel travail à n’importe quel salaire. Des aides sociales trop élevées empêchent le chômage de faire pression efficacement sur le marché du travail. Empêcher la montée des revendications salariales dans le Tiers-Monde, en y maintenant des régimes totalitaires ou corrompus. Si les travailleurs du Tiers Monde étaient mieux rémunérés, cela briserait le principe même des délocalisations et du levier qu’elles exercent sur le marché du travail et la société en occident.

      Un discours conspirationniste crieront certains, une énième « théorie du complot » scanderont d’autres….il n’empêche que les signes – bien qu’avant coureurs depuis des décennies – renvoyés par les différents pouvoirs (économique – financier – politique […] judiciaire) depuis 2007, sont autant d’interrogations que nous devrions analyser plus consciemment afin de reprendre – un temps soit peu – la crédulité que nous leur avons délivrée sans aucun gage.
      Qu’a appris le Bêta au contact de l’Alpha ? Le développement de sa résilience face aux événements.

  18. Dans le rien ne va plus, n’y a-t-il pas aussi l’autorisation donnée par la BCE
    à la Banque d’Espagne de faire des milliards d’avances au gouvernement espagnol?

    Cela me semble un premier coup de dents dans le chapeau…
    Où va la BCE ?
    Nous prépare-t-elle une tentative de sortie du trou par l’inflation ?
    Merci d’avance à Paul, François ou aux autres si ils peuvent nous aider à comprendre….

  19. Quel masque serait celui de Dallara dans la boîte de ( grande ) perdition  » The Dark Pool  » ?

    Peut être, certains commencent ils à prendre conscience ( avant même les élus dont c’est pourtant en principe la seule raison d’être !) qu’à mettre à terre tous les  » chevaux » du demos , ils participent en fait à tuer les racines de l’arbre qui leur permet toutes ces belles forêts , branches , ramures , feuilles et fleurs .

    Il serait donc devenu prudent de redonner un minimum d’avoine aux chevaux ?

    Car à quoi servirait le fric qu’on ne saurait plus faire fructifier ? à quoi servirait du fric qui ne donne plus le pouvoir que sur des choses mortes ?

    Vaut il mieux garder tout le fric et n’avoir plus de pouvoir sur rien ?

    Ou lâcher ( un petit peu ) du fric , et garder sa jouissance déjà surfinancée , et surtout le pouvoir sur ces rigolos de chevaux , de délégués de chevaux , voire la très grande majorité de ces jockeys qu’il est temps de remettre à la place d’où ils viennent ?

    Mais je surestime surement la capacité pour ces gens là, d’avoir peur de la mort du monde , et je prends mon désespoir pour une réalité .

    Qui faire crever en premier ?

    1. Vous y croyez vous à l’histoire des trompettes de Jéricho qui auraient fait tomber les murailles.? Je ne pense pas que celles de la Finance puissent l’être de la même manière et ce n’est pas demain la veille. On a tous le Droit de rêver!!! Ils s’acharneront sur nos cadavres car même la Mort c’est du fric pour eux.

    2. Juan, ça fait des mois et des mois que Dallara tient ce discours. Je l’avais signalé lorsqu’il l’avait tenu, implicitement et en tout cas sur l’échec assuré des politiques austéritaires, en Chine.
      A part le fait qu’il a cette fois été prononcé en Grèce et le jour des manifs – ponctué qui plus est par le facile « nous sommes tous des grecs », rien de neuf donc contrairement à ce qu’avance François. Et n’oublie pas que l’ardoise allégée de 107 Mds c’était aussi pour une grosse part son bébé, son « grand oeuvre », son « glory day » jusque sur ce blog, m’enfin jusqu’à aujourd’hui…

      1. Oui oui, « A part le fait qu’il a cette fois été prononcé en Grèce et le jour des manifs », n’empêche…

  20. Un krach économique provoque rapidemment une baisse des activités commerciales et industrielles, ce qui va de facto créer un chômage de masse. Le choix de fermer ses frontières, comme ce fût le cas en 1929, ne peut se réveler que tragique, puisqu’en temps de krach, il faut permettre de faire circuler les produits le mieux possible.

    La masse de monnaie créée dernièrement (et depuis de longues années) va engendrer une hyperinflation, c’est à dire des prix en milliards d’euros, de dollars, de yuans, de yens,ect…Les économies qui sont inter-dépendantes de nos jours, va amener rapidemment ce type de prix changeant constamment en plus, voir la République de Weimar ou l’hyperinflation du Zimbabwe.

    La bourse fait face de nos jours à des transactions à haute voire à très haute fréquence, qui ne permets plus aux autorités de régulation financière de tracer toutes les flux financiers. Il y a déjà eu plusieurs baisses significatives dans les bourses les plus influentes de la planète, comme le Dow Jones, le NYSE-Euronext et beaucoup d’autres, qui ont vu leur cours chuter de 20% en très peu de temps. La dépendance à ce type d’échanges boursiers est un risque pour l’économie, qui dépends de la finance.

    Les baisses d’importations (la dépendance de l’extérieur), des exportations et des flux financiers sont des conséquences de krach économique, ce qui va faire chuter les capacités de consommation nationales. Nos sociétés fonctionnent autour de l’énergie, dont les prix deviendront inaccessible comme pour les autres produits, la redistribution de produits de consommation permets de maintenir la cohésion sociale.

    Lien survivalisme
    https://www.google.fr/#hl=fr&output=search&sclient=psy-ab&q=survivalisme&oq=sur&gs_l=hp.1.0.35i39j0l3.1464.1847.0.4390.3.3.0.0.0.0.166.383.1j2.3.0…0.0…1c.1.MflKu6lnC6E&pbx=1&bav=on.2,or.r_gc.r_pw.r_qf.&fp=98c0017ee08c13ee&bpcl=38625945&biw=1093&bih=514

  21. En finir avec l’Euro qui détruit les peuples et conduit aux tensions Nord/Sud.

    Et c’est un néo libéral Bruno Colmant qui vous en parle..

    Euro : la monnaie contre la rue ?

    Les chocs sociaux qui frappent les pays du sud de l’Europe ne peuvent pas être sous-estimés.

    Qu’on y réfléchisse : on leur impose à ces populations des plans draconiens liés à une monnaie d’évidence trop forte (sans possibilité de dévaluation, sinon l’appauvrissement collectif) qui, combinés à un choc de croissance et à des dettes publiques (avec leur corollaire de charge d’intérêt) insoutenables, autoalimentent la récession.

    Bien sûr, la rue n’a pas toujours raison et on n’a pas raison contre la rue.

    Toutefois, comment ne pas comprendre ces expressions sociales, puisqu’il n’y a aucun projet positif à cort terme derrière l’équilibre budgétaire ?

    Quand 25 % d’une population active est au chômage (et plus de 50 % des jeunes) et que le seul projet est de lever des impôts au motif qu’il faut défendre le pouvoir d’achat d’une monnaie devenue inadaptée, il y a de quoi s’interroger.

    Si la démocratie survit à de tels tourments (et il faut ardemment le souhaiter), il n’est pas exclu que des peuples appauvris cherchent leur salut dans des retours aux monnaies nationales.

    On le constate aujourd’hui : l’extension précipitée à l’euro à des économies faibles fut une grave erreur.

    http://blogs.lecho.be/colmant/2012/11/euro-la-monnaie-au-nord-la-rue-au-sud.html

    1. Quand 25 % d’une population active est au chômage (et plus de 50 % des jeunes) et que le seul projet est de lever des impôts au motif qu’il faut défendre le pouvoir d’achat d’une monnaie devenue inadaptée, il y a de quoi s’interroger.

      Voui voui voui… j’ai comme l’expression que c’est bel et bien arrivés au moment de devoir payer des impôts que ces messieurs s’émeuvent subitement du chômage et s’interrogent de la pertinence des politiques d’austérité, voire de l’euro…
      Le consentement à l’euro des zhappyfews serait-il inversement proportionnel au niveau d’imposition d’iceux – et les désillusions sur l’euro proportionnelles à la montée du risque patrimonial couplé pour faire le compte à la chute des rendements monétaires et obligataires ? On peut raisonnablement considérer comme superfétatoire le dernier point d’interrogation.

  22. Quelle solution :

    Pour la Grèce, l’Espagne, transférer au plus vite les usines chinoises, en effet à quoi sert une cure d’austérité si vous ne mettez pas en regard, l’activité à redémarrer.

    La Grèce a gonflé sa croissance les années passées par subvention et grands travaux financer par l’Europe, dès le moment où ces éléments n’existent plus et compte tenu du fait que l’entrée dans l’Euro a atomisé l’ancienne économie non concurrentielle, tant que la Grèce ne trouve pas une activité immédiatement démarrable, toute restriction budgétaire n’aura que pour conséquence une détérioration du budget par baisse des recettes…

    Seule solution faire de la Grèce un concurrent de la Turquie et de la Tunisie au niveau touristique, pour se faire il faut couper la relation prix uniforme de la vie dans la zone euro, en d’autres termes seul un découplage de l’Euro peut permettre à la Grèce de développer de manière intensive le tourisme, seule réelle activité compte tenu de son histoire non industrielle, quant à savoir si l’activité portuaire avec les chinois peuvent être une solution, juste pour vous donner un petit aperçu de la limite de cette activité, pour faire venir un container de chine, la partie bateau coute aussi cher que ……………. le transport du havre à Paris, bref la limite de l’activité des ports résident sans la puissance de sa zone d’attraction, la Grèce n’a donc aucune chance, sans compter que l’ouverture du Panama aux navires plus large va révolutionner le transport maritime Asie-Europe….

    Pour l’Espagne, se sont mis à construire des maisons, des autoroutes, des aéroports, à un moment on a tout construit et l’activité s’arrête, pour ma part je ne vois que deux alternatives :

    – organiser des voyages charters pour faire des ventes à la bougie des 1 ou 2 millions de logements vides, peut-être aussi organiser des camps de vacances séniors
    – organiser des charters de jeunes vers l’Allemagne qui semble être à la recherche de jeunes, et en parallèle donner des cours d’allemand intensifs…

    En fait si par le passé l’effet des restrictions budgétaires se limitait à un effet de 0.5 sur le PIB, lorsque vous n’avez plus d’activité à relancer, en fait la réduction budgétaire se traduit immédiatement en baisse au moins équivalente du PIB

    Le prblème de la restriction budgétaire européenne n’est pas tant les restrictions mais qu’il n’y a pas d’activité à relancer, ce faisant la fermeture des usines françaises actuelles est gravissime pour l’avenir de notre pays, quand notre note va-t-elle baisser, ce me semble il s’agit d’une question de jours, quoique je me demande toujours la place de l’Allemagne dans ce qu’on appelle le marché, pour ma part le marché financier c’est l’Allemagne en priorité, il est peut-être trop tôt pour elle de lâcher la France, même si quoiqu’il arrive notre tour viendra et nous découvrirons alors la vraie valeur de notre pays et de ceux qui nous gouvernent.

    Bref sans transfert des usines Allemandes ou Chinoises vers le Club Med, la relance des pays PIIGS n’ont aucune chance, l’Italie conserve encore une industrie qui devrait tel Fiat redonner des couleurs à l’Italie, quant à la France, je crains que nous payions très très cher ces 30 dernières années…

    Quant à savoir si une meilleure répartition des revenus serait intéressante, c’est l’idée de ce blog, bien évidemment cela serait bien plus confortable, reste que la crise économique actuelle est le transfert des usines des pays occidentaux vers les pays  » jaunes », la fin du travail pour tous, si j’ajoute l’islamophobie montante, on peut se poser la question si un retour au religieux et à l’Ethique qu’elle prône n’est pas la seule voie possible pour notre Europe vieillissante.

    Ne suis pas croyant du tout mais ce me semble la crise actuelle provient de l’individualime excessif de notre société au détriment du collectif, in fine c’est peut-être la religion qui a en fait permis l’avènement de notre société à son apogée actuelle !!!!!

    Je sais Vigneron et Cie vont venir épiloguer sur ce texte, mais au delà d’une meilleure répartition des richesses, que proposez vous de sérieux pour la crise existantielle que nous traversons actuellement, la crise financière n’en est qu’un petit phénomène, ce me semble Apple avec ses batteries conçues pour tenir 2 ans max, Samsung avec ses condo qui ne doivent pas dépasser 3 ans, nos voitures françaises tout juste capable de tenir le temps de la garantie, je ne vois pas bcp de différences entre le comportement des financiers et celui de certains industriels aujourd’hui …..

    1. Non non, j’épilogue pas sur les épitaphes, surtout les sinistres ou pire, celles gravées à échelle industrielle par les Pompes Funèbres Générales du tout- venant gerbatoire sans même l’excuse d’un semblant de coquetterie kitsch. Bzz bzz zzzzz…

  23. « Un tel discours public exprime l’inquiétude des milieux d’affaires internationaux devant la dégradation de la situation en Europe et l’incapacité des dirigeants européens à y faire face.’

    Traduction en temps réel : ce énième baratin exprime la frustration de la canaille bancaire face à l’évidence que leurs marionnettes politiques sont tellement stupides et arrogantes qu’elles vont susciter la hargne des gueux et empêcher les maîtres d’avoir le beurre, l’argent du beurre et le cul de la crémière.

  24. Le feuilleton continue en attendant une nouvelle réunion de l’Eurogroupe mardi prochain.

    La solution qui est recherchée serait à l’image du reste : faute de mieux, un pansement serait trouvé pour durer jusqu’en 2014, passé le cap des élections allemandes. Cela impliquerait de dégager 13,5 milliards d’euros, qui pourraient être réunis grâce à un cocktail de mesures : baisse des taux d’intérêt des crédits déjà accordés, étalement de leur calendrier de remboursement et, si nécessaire, rachat de dette à la valeur du marché par l’État.

    Mais le FMI continue de jouer le trouble-fête, voulant « une vraie solution », ce qui suppose une restructuration de la dette en bonne et due forme, menaçant de se désengager du dispositif, ce qui mettrait tout par terre.

  25. effacer la dette greque et les irlandais, espagnoles et portugais demanderont la meme chose. accode le leur et les banques couleront. coule les banques et on risque le desastre… On ne tappe pas sur la bonne personne. Les responsables de ce b…. sont ceux qui ont cree l euro. Dailleurs se sont les memes qui nous pousse vers l europe federale… Ben oui ca fonctionnera mieux en federale. Regardez par exemples; la belgique, la tchequoslovaquie, la yougoslavie… euuuh attendez la.

    Plus serieusement il y a effectivement des problemes avec la finance. Mais que cela ne fasse pas oublier le fait qu il y a surtout un probleme avec l Etat et avec l euro!!! Mais bon allez expliquer ca a une population qui est devenue totalement socialiste (sans meme s en rendre compte). Sinon une derniere chose tout le monde parle de reguler les marches. J ai toujours des doutes moi. Qui va les reguler? Les memes que ceux qui ont cree l euro? Ben voyons.

Les commentaires sont fermés.