L'actualité de la crise : LA TRAGIQUE LEÇON GRECQUE, par François Leclerc

Billet invité.

Dans quel guêpier les dirigeants européens se sont-ils encore fourrés ? Tous les éléments constitutifs d’un défaut grec sur le remboursement de 5 milliards d’euros d’obligations cette semaine sont réunis. Bien que le Parlement ait adopté hier soir un budget 2013 remplissant les conditions émises par la Troïka, celle-ci ne rendra pas aujourd’hui son rapport, permettant au gouvernement de se réfugier derrière son attente pour refuser que l’Eurogroupe, qui se réunit aujourd’hui, libère la tranche de crédits de 31,5 milliards d’euros toujours en suspens.

Le gouvernement grec cherche dans l’urgence à réunir les fonds permettant de passer l’échéance, mais il semble que les banques grecques ne puissent pas acheter pour plus de 3,5 milliards d’euros de bons du Trésor à court terme, faute de disposer de collatéral satisfaisant les conditions de la BCE pour obtenir des liquidités (après avoir été prise en flagrant délit de laxisme avec les banques espagnoles). Celle-ci a entre temps refusé les mesures d’urgence (ELA) qui auraient permis à la Banque nationale grecque de s’en porter acquéreur. Il faut donc racler les fonds de tiroir, sans garantie semble-t-il d’y parvenir. Wolfgang Schäuble se contente de renvoyer la responsabilité de ce retard sur le gouvernement grec.

En faisant preuve d’une telle intransigeance, le gouvernement allemand n’est pas mécontentent de signifier ce qui attendrait ceux qui ne voudraient pas filer droit, quitte à jouer avec le feu. Mais derrière ce rebondissement de plus se profile la montée en puissance d’un grand débat. Le FMI ne cesse d’envoyer des signaux d’alerte en demandant aux dirigeants européens d’assouplir leur stratégie de désendettement, en s’appuyant notamment sur le calcul du multiplicateur budgétaire pour en montrer la nécessité. Concernant la Grèce, le Fonds milite pour une nouvelle restructuration de la dette, convaincu qu’elle n’est pas remboursable dans sa totalité et que l’exiger ne mène à rien. Enfin, il en est venu à mettre en garde à propos des tensions sociales et politiques montantes dans les pays de l’Europe du sud qui pourraient devenir « insoutenables ».

Le problème est que le Fonds ne propose qu’une vague esquisse d’alternative, un dosage à trouver entre le désendettement et des mesures de relance qui reste très flou. Ne laissant aux dirigeants européens comme seule issue dans la pratique que de faire entrer la BCE dans la danse, à la manière de la Fed et de la Banque d’Angleterre. Car la seule manière tangible qui a été jusqu’à maintenant trouvée de faire le ménage et de réaliser le désendettement est de confier la mission aux banques centrales, advienne que pourra ! Le meilleur moyen de précipiter l’éclatement de la zone euro sous les auspices de l’Allemagne.

Jörg Asmussen, membre du directoire de la BCE, a bien reconnu ce week-end que la Grèce ne peut atteindre les objectifs de réduction de la dette qui lui sont assignés pour 2020, mais il considère invraisemblable, tout en évoquant cette possibilité, qu’une restructuration puisse intervenir. Il prévoit que la dette représentera 140% du PIB au lieu des 116,5% prévus. Elle est actuellement de 175% et devrait culminer à 190% en 2013, la suite est pour le moins aléatoire. La dette grecque n’est pas viable et rien n’y fera désormais, mais les dirigeants Européens continuent avec obstination leur fuite en avant, la seule démonstration qu’ils sont capables de faire.

Leurs atermoiements vis à vis de la Grèce et de l’Espagne montrent qu’ils ne parviennent même pas à appliquer leur propre politique, tout en restant incapables d’en définir une autre. Ne trouvant d’autre planche de salut que dans la BCE, qui a été aussi loin qu’elle le pouvait dans le cadre qui lui a été attribué.

Initialement destinée à être la vitrine d’une stratégie conquérante, la Grèce fait à ses dépens la démonstration de son échec.

106 réflexions au sujet de « L'actualité de la crise : LA TRAGIQUE LEÇON GRECQUE, par François Leclerc »

  1. je remets cet article.

    Similitudes

    http://hivereuropeen.wordpress.com/listen/episode-3-5-athenes-conclusions/similitudes/

    il n’y a que les  » bigleux » de Bruxelles et nos dirigeants qui ne voient pas la similitude..voir l’article sur « la montée du fascisme inattendue ».. inattendue? mais faut vraiment être très con, pour ne pas voir la cause et l’effet!

    http://www.touteleurope.eu/index.php?id=2778&cmd=FICHE&uid=6097&no_cache=1&display%5Bfiche%5D=6097

    1. « Plutôt Hitler que le Front Populaire » !!…la grande bourgeoisie avide, insatiable, égoïste, mène une Guerre de Classe et ira jusqu’au bout de ses vicissitudes …
      les « collabos » d’un nouveau genre sentent le vert-de-gris, certain’e)s d’entre eux n’en sont même pas conscients !!
      merci pour les sites de Judith

    2. Croyez-Vous que le fascisme ou tout au moins une forme d’autoritarisme soient inattendus ou plutot tellement souhaités qu’ils sont eux inespérés??????

  2. Coup de théâtre ! le rapport de la Troïka qui ne devait pas être prêt l’est subitement devenu et sa conclusion est que la Grèce respecte à nouveau ses engagements.

    En annonçant « maintenant, c’est à nous de tenir nos promesses », Jean-Claude Juncker a toutefois fait part d’une restriction : «nous avons besoin de clarifications concernant la soutenabilité de la dette grecque ». Nous y voilà !

    1. On dirait vraiment des gamins qui s’acharnent à tabasser le petit nouveau à la récré pour lui piquer son pain au chocolat. Mais pas trop fort, pour qu’il continue toujours de venir à l’école. D’ailleurs le gentil directeur lui donne un petit beurre pour remplacer le pain au chocolat.

      Pathétique.

    2. Patatras, le rapport n’est pas complet, selon la porte-parole du ministre allemand des finances ! D’après une autre source, certains points sont encore en discussion. Pas de décision aujourd’hui…

      1. c’est pourtant simple, le coupable est le colonel moutardopoulos qui a envoyé les gaz sur la population après l’avoir frappé à coup de chandeier allemand.

      2. @François Leclerc
        C ‘est absolument formidable ce que vous faites, on peut quasiment se mettre dans la tête des « grands » de ce monde , non que se soit réconfortant,mais perso, j’aime mieux comprendre ce qui se passe.

        J’imagine JUNKER pour qui l’essentiel est de preserver son Paradis Fiscal (CF http://www.amazon.fr/Les-Paradis-fiscaux-Enqu%C3%AAte-n%C3%A9olib%C3%A9rale/dp/2874951803 bouquin trés documenté et interessant ) dire, « je vais doubler la mère MERKEL », et la mère MERKEL, pour qui l’essentiel est de se faire réelire, dire, « c’est pas ce petit c.. de JUNKER qui va me dire ce que je dois faire », (quitte à céder un peu, un peu plus tard (inquiète par les consequences de ses propres audaces).

        Amusant ?
        Pitoyable ?
        Inquiétant ?

        Je ne sais trancher, un peu des 3….

  3. Micmacs
    (2009)

    01:02:19 Nagasaki? 17 kilotonnes.

    – Oh dear…
    – Marignan? 1515.
    – Nagasaki? 17 kilotonnes.
    – Kiss?
    – Hello, sir.

    Jamais le niveau du seuil de pauvreté ne dépassera 50% en Grèce, il n’y a donc aucun souci.

  4. En choisissant la voie absurde et morbide de la compétitivité par la baisse du « coût du travail », notre gouvernement contribue également à enfoncer Grèce, Espagne, Portugal et Italie.
    Pendant ce temps là, il semble qu’à Berlin on cherche à régler le cas Français, on devine à quelles conditions.
    Et si on envisageait enfin la voie de la coopération au moyen de politiques cordonnées avec le progrès social comme critère de régulation ?

    1. Non, pour la raison que, nous sommes dirigés majoritairement et universellement par des traîtres, dont le seul souci est de conserver le modèle qui leur donnent leur pouvoir .

      1. Traitre au peuple, voire traitre à la patrie, malheureusement ça ne me paraît pas une approche infondée. A ce sujet, je me demande tout de même qui/comment on peut vouloir payer 100K€ un ancien homme politique pour une conférenceà un auditoire très limité, quel scientifique est ainsi payé alors qu’il a souvent beaucoup plus de concret à apporter, quelle rock star est payée ce prix pour un concert dasn une petite salle même pas retransmise, qui va acheter le DVD de Sarkozy? M’est d’avis que ce qui est payé n’est pas la présence en conférence mais ce qui se passe autour. Sarkozy n’est pas payé pour ses talents d’avocat mais du fait de son passé de Président de la République Française. Donc il vend a minima selon moi quelque chose qui appartient à la nation. A mon avis, de l’abus à la fumisterie, de la fumisterie à la traitrise, il n’y a pas loin.

    2. Il y a un article intéressant en une du Monde diplomatique de ce mois-ci.
      Les mots « coût du travail » et « charges » sont traduits respectivement par « salaires » et « cotisations sociales ».
      PJ a quant à lui très bien traduit « compétitivité » dans un précédent post.

  5. Ca sent le gaz…

    Tous les éléments constitutifs d’un défaut grec sur le remboursement de 5 milliards d’euros d’obligations cette semaine sont réunis

    J’ai pourtant l’impression de suivre l’actualite economique mais c’est la premiere fois que j’entends parler d’une si courte echeance pour un defaut Grecque. J’ai surement loupper quelque chose. D’ou vient cette info? Merci d’avance.

      1. L’Allemagne sans le dire mais en le faisant signifie à tous les responsables politique des pays du sud de la zone Euro qui surtout ne souhaitent pas l’entendre, que l’Euro va disparaitre.
        Certes il faudrait du courage à un François Hollande pour devancer l’inévitable et en tirer les conséquences.
        Jusqu’à présent il n’a pas eu ce courage la, pourtant il entrerait dans la grande histoire…

      2. Non, c’est comme Dark Vador qui fait sa tournée dans les garnisons un peu agitées de l’Empire. Faut les garder au pas !

  6. Monsieur Leclerc
    DSK propose la mutualisation des taux d’intérets pour rétablir les conditions de prêts aux Pays qui en ont besoin, Qu’en pensez vous et pourriez-vous nous en expliquer le fonctinnonement.? Merci

    1. Cela ne changera rien à présent, le niveau de dette étant devenu insoutenable. Sans parler des mesures d’austérité qui rendraient inutile pareille solution.

    2. Sa proposition rejoint d’autres formules de mutualisation de la dette qui ont en commun d’être rejetées par l’Allemagne. Elle reviendrait à ce que les pays bénéficiant des meilleurs taux prennent en charge pour partie le montant des intérêts des autres. L’idée est que cela coûterait moins cher au final.

      1. Quand on pense que l’Allemagne a vu le taux d’intérêt moyen sur sa dette long et moyen terme passer de 3,5 à moins de 1,5 % depuis le début de la crise… Idem pour la France qui a gagné elle aussi près de deux points…
        Même le Bild en convenait au mois d’août : « Sur les 30 derniers mois l’Allemagne a économisé plus de 60 milliards d’euros dans le refinancement de sa dette. »

  7. Il faut prendre en considération l’angoisse des gouvernements de la zone euro face aux marchés financiers. Aucun de ces gouvernements est libre de ses actes, tous sont medusés par la perspective éventuelle que « les marchés » puissent baisser la notation ou même de restreindre la ligne de crédit. Ce qui explique la nervosité du gouvernement Merkel et la pression qu’elle essaye d’exercer sur les pays de l’Europe du sud, mais aussi sur la France.

    C’est une processus autodestructeur au point de vue économique et social, les gouvernements sont désarmés face à ce nouveau phénomène, inédit dans l’histoire du monde.
    Il ne faut leur demander de trouver des solutions.

    1. Il y a dans l’histoire de France au moins un exemple, pas très reluisant mais fonctionnel, au début du XIVe, d’effacement des dettes par « effacement » des créanciers …

    2. Il faut prendre en considération l’angoisse des citoyens de la zone euro face aux marchés financiers.
      Aucun de ces citoyens n’est libre de ses actes, tous sont médusés par la perspective éventuelle de perdre leur travail.
      C’est un processus politique destructeur au point de vue économique et social, la redistribution des richesses produites par le plus grand nombre est accaparées par une infime minorité, les gouvernements se sont liés les mains avec des menottes en plastique, ce que des lois ont pu faire – notamment la dérégulation – d’autre lois peuvent le défaire.
      Les solutions existent, elles sont politiques.

      1. RV
        « …….elles sont politiques »
        Oui, mais comme disait Napoléon, spécialiste en la matière, les peuples supportent mieux l’esclavage si leurs fers sont dorés.

  8. Ceci est affligeant. Une dette qui représentera 190% du PIB en 2013… Je crois que tout est dit sur l’efficacité des politiques en œuvre.

    Pendant ce temps, Merkel poursuit sa tournée européenne, qui résonne comme un véritable diktat… Les Portugais vont probablement apprécier. Prochaine destination: Madrid ? Rome ?
    En tout état de cause, cette politique proprement suicidaire semble ne connaître aucune limite…

    Question: où en-est la revendication de la Troïka sur la publication de la liste nominative des fonctionnaires qui doivent faire les frais de ce nouveau mémorandum ?

    Petite aparté: je rentre de Catalogne… J’ai pu apercevoir que la fièvre indépendantiste monte en puissance. Par exemple des débats dans les petites communes sont organisés sur la viabilité économique d’une indépendance.

    1. Oui, il faut rappeler qu’en 2009, la dette grecque ne représentait « que » 130% du PIB. Et après trois ans, 552 plans d’austérité, une « restructuration » de dette, 27 changements de gouvernements, 53 sommets de crise, plusieurs élections et des dizaines de déclarations triomphalistes sur le thème « La Grèce est sauvée », voici donc cette même dette à 190%… Si la gestion de la crise grecque ne suffit pas à convaincre les citoyens européens que nos dirigeants sont des gros nazes, je sais pas quoi faire.

      1. Chut! Baroin l’a dit: la crise c’est la crise, il faut limiter les dégâts, mais la crise c’est la crise, ce serait bien pire autrement, sans nos formidables dirigeants, ce serait bien pire… La menace est grande et… chut! Taisez-vous! Laissez travailler ceux qui savent, on ne peut pas tout dire sinon on affole les marchés.

    2. @ Oil Man : La fièvre indépendantiste catalane va plus loin que les débats que vous citez… L’affaire est nationale et un référendum, souhaité par Artur Más, président de la catalogne, est en préparation, et qualifié de « coup d’état » par le ministres des affaires étrangères… Il y aura du bruit dans les prochaines semaines,probablement celui des bottes de la guardia civil et mossos d’escuadra qui seront appelés, par le gouvernement, de tuer la rébellion dans l’œuf…

  9. Tout simplement passionnant. Ceci dit, aucun doute, l’eurogroupe va accepter le versement de l’aide. J’ai la sensation que Berlin esperait que la Grece se plante dans ses reformes pour ne pas a avoir a faire le sale boulot de sortir la Grece. Suis-je a cote de la plaque? (Dsl pour les accents, fichu clavier qwerty!)

  10. Qui osera proposer de sortir du monochrome économique mortifère pour mettre en oeuvre des alternatives au moins partielle à la machine à marchandiser?
    Comme celle-ci:http://www.autogestion.asso.fr/?p=2058
    Comment se fait-il que nos « grands médias » se gardent de mentionner le fait qu’on peut chercher d’autres voies que celles du « business » oligarchique?

  11. Jörg Asmussen, membre du directoire de la BCE, a bien reconnu ce week-end que la Grèce ne peut atteindre les objectifs de réduction de la dette qui lui sont assignés pour 2020, mais il considère invraisemblable, tout en évoquant cette possibilité, qu’une restructuration puisse intervenir. Il prévoit que la dette représentera 140% du PIB au lieu des 116,5% prévus. Elle est actuellement de 175% et devrait culminer à 190% en 2013, la suite est pour le moins aléatoire.

    Je rappelle, que cette dette était de 120% au début du « problème » grec et cause (soi disant) de cette crise (grecque)
    on est plus dans le cas où le malade mourra guérit, mais où le traitement accentue la maladie
    Il nous faudrait un jean Baptiste Pocquelin pour décrire tout cela!

  12. Repousser l’age de la retraite des grecques de 65 à 67 , ou comment voir ce qui peut être fait en labo
    La retraite à 67 ans ? « Une excellente idée », dit Parisot en parlant de la France .
    Nouveau l’échelle de richter concernant la Grèce , la cotation Crédit Agricole :
    +5% , la tranche de crédits de 31,5 milliards d’euros est donnée
    0 à -1% , la tranche de crédits est en suspens
    -5% , le crédit agricole prend la perte , et on renfloue

    1. Tout ça pourquoi?
      pour faire supporter par l’UNEDIC (chomage) les indemnisation entre 50 et 67 ans sachant qu’en plus les retraites versées après (si il reste encore quelques vivants) seront encore moindre.

      Le taux d’emploi des plus de 50 ans est dramatiquement bas en france,
      un ex-futur-employeur quasiment de mon age, m’a dit un jour « vous comptez venir travailler en fauteuil roulant » sachant que je lui devais travailler jusqu’a au moins 63 ans pour avoir une retraite complète (cela à changé depuis, chaque année de chomage repoussant d’autant l’échéance.
      Les emplyeurs se débarrassent de leurs employés les plus âgés avec une constance appliquées, refusent d’embaucher des gens de plus de 50 ans et vous assènent sans état d’âme que l’expérience leur importe peu.

      1. Dans la même veine, on parle souvent de l’escroquerie à la sécu, mais la sécu escroque aussi les patients… en commettant des erreurs en sa faveur.

  13. chirac critiqué pour ses voyages en avion instaure une taxe sur les billets d’avion …

    le comportement de la troïka procède de la même mauvaise foi :
    ils font subir aux autres ce qu’ils sont incapables de s’appliquer .

    il y a-t-il un terme psychologique qui regroupe manipulation , perversion , double contrainte ,injonction paradoxale et couardise ?

      1. on peut donc qualifier une caste entiere « d’élite  » de pervers narcissiques , mais comment la société peut produire autant de déviants sans aucune réaction immunitaire , controle ni régulation ??

  14. Angela Merkel, nouveau Machiavel.

    ..l se pourrait néanmoins que la méthode Merkiavel touche peu à peu à ses limites, car il faut bien reconnaître que la politique d’austérité allemande n’a pour l’instant enregistré aucun succès. Au contraire : la crise de l’endettement menace maintenant aussi l’Espagne, l’Italie et peut-être même bientôt la France. Les pauvres deviennent encore plus pauvres, les classes moyennes sont menacées de déclassement et l’on ne voit toujours pas le bout du tunnel..

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/11/12/angela-merkel-nouveau-machiavel_1789276_3232.html

  15. Ah au fait, rappelez-moi pourquoi les grecs sont se sont endettés … ? Pour acheter des super joujoux du genre tanks et de gros n’avions pour l’armée… et pour ça tous les grecs même ceux qui étaient CONTRE ce genre de politique stupide, doivent payer !

    Donc moi depuis ce matin j’ai simplement envie de vomir !

    1. A mon très très humble avis(je vais encore me faire réprimander par le patron ! 😉 , ce ne sont pas des « dettes d’achats » ,c’est à dire que les gros n’avions, si couteux soient-ils, ne sont pas en nombres suffisant pour expliquer la dette…Non, la dette est là uniquement pour dire que le capitalisme tel qu’il est poussé à l’extrême depuis disons, eeeeuuuuh, vingt ans, ne marche tout simplement pas !

      Ivres de leur victoire sur le communisme (alors qu’il aurait fallu y voir un avertissement !) nos grands capitalistes ont soudain refusé de continuer de faire ce qu’il faisait auparavant (jouer le jeu avec leur ouvriers…) et se sont comportés véritablement en salopards comme jamais ils ne l’avaient été auparavant : Et que je te baisse les salaires(en francs constants ) et que je te foute dehors, etc,etc…Hors, vu que toute l’économie est assise sur les salaires, si on « éteint » ceux-ci ,baaaah, on fait de la dette….C’est tout !

      1. Ivres de leur victoire sur le communisme, probablement…

        Les pays industrialises ont surtout commis une tres lourde erreur de la delocalisation industrielle massive en Asie, ils n ont certainement pas prevu un si rapide retournement en leur defaveur…

        Si on « eteint » les salaires, on eteint egalement le pouvoir d achat, la consommation et la Demande globale.

      2. Bien vu, Jubert.

        Dans toutes les situations de pouvoir que j’ai constaté, à chaque fois qu’il n’y avait pas de contre-pouvoir, le seul en lice s’écrasait comme une … ce qui sort de l’arrière des ruminants qui nous fournissent du lait.

        On en est là, les gars. Aussi incroyable que ça puisse paraître…

      1. « l’aéroport d’athènes… »

        …sans oublier l’Ayraultport de … ah non, ma doué, c’est pas en Grèce : c’est chez les gau-gau-les gaulois : veni, vidi, Vinci, qu’y disaient les droitiers( droite, extrême-droite, extrême-centre, centre-mous ) !…

        à quoi ça sert ? à ren !
        ah si,pardon … ça sert à Vinci ( pas Leonard, hélas : tiens, se serait-il marié, Leonard ? ou s’en tamponnait-il le coquillard ? ) ; Vinci : dividendes et stock options included ( graissement de patte ? en novlangue = fluidification de la merchandisation …

        et on va se moquer de feue-l’URSS !! faire des trucs qui servent à ren …on croit rêver !! ah oui, mais là, c’est pas pareil : c’est le Privé, béni soit-il !!

        hôpital public, fort judicieux : ouhhhhhhh ! ( dixit la doxa )
        éducation publique, trés utile : pffffffft ! ( dixit la doxa )

        travaux bidons, inutiles, inadaptés à la réalité du monde, mais dans le privé : ouiiiiiiiii! encore ! c’est bon ! (dixit parissotte & associés)
        allez comprendre !

      2. travaux bidons, inutiles, inadaptés à la réalité du monde,

        vous vivez dans un pays développé, les pays sous-développés eux accueillent forcément ces infrastructures avec bienveillance. le gigantisme des travaux magnifie et légitime le pouvoir.

        j’étais un mois en grèce dans ces années, me rappelle très bien des entrées d’autoroute perpendiculaires à la chaussée avec un panneau stop. les gonz qui conduisaient sur l’autoroute en construction… et les petits autels mortuaires (toujours fleuris) qui jalonnaient les routes tortueuses.

        en parallèle avec la rome antique, celle-ci n’a pas conquis un vaste empire uniquement par la force de sa machine militaire. des empires militaires ont existé et se sont effondrés avec la mort du conquérant. rome apportait un mode de vie lié aux infrastructures urbaines. elle a conquis les esprits puis les cœurs*… c’est pareil aujourd’hui.

        (*si bien que quand rome brûla en 64, si peu de temps après la conquête, les lyonnais envoyèrent 4 millions de sesterces pour sa reconstruction.)

  16. Contrairement aux craintes de beaucoup, ce n’est pas la sortie de l’euro elle-même qui sera source de perte de valeur, pour la Grèce comme pour la France:
    Le seul point préoccupant est généralement passé sous silence:

    En cas de sortie de l’euro, le montant détenu par des porteurs de titres sera transformé dans la nouvelle monnaie nationale, au taux de change décidé pour cette monnaie… ce qui entraînera simplement de nouveaux prix nominaux intérieurs en conséquence, à cet instant.
    En d’autres termes, contrairement à ce que prétendent certains médias, il n’y aura pas, à cet instant, de perte de valeur entre l’euro détenu par un allemand et l’euro détenu par un grec.

    Mais c’est la suite qui importe:
    Le problème de la soutenabilité de la dette pour certains pays du sud continuera de se poser avec d’autant plus d’acuité que les intérêts à acquiter deviendront de plus en plus lourds pour les monnaies redevenues « faibles »: elles reprendront le cours de leur (lente) divergence avec les monnaies plus fortes, sur le marché des changes, traduisant la divergence des économies que voulait occulter la monnaie unique.
    En d’autres termes, il faudrait espérer que leur période passée sous l’euro les aura renforcées économiquement, pour faire face à cette nouvelle obligation qu’elles n’avaient pas auparavant…

    Or, c’est exactement le contraire qui a eu lieu:
    Comme l’explique Artus dans son récent livre (La crise de l’euro), le libre-échange et la monnaie unique ont mis les pays européens sous la coupe réglée de la spécialisation « Ricardienne » dont on mesure aujourd’hui les effets accélérés: la plupart y ont perdu leur industrie au bénéfice de l’Allemagne. C’est le cas de la France dont la balance primaire négative et le taux d’industrialisation, divisé par plus de moitié en trente ans, la rangent parmi le « club Med » avec l’Espagne, le Portugal et la Grèce, et derrière l’Italie dont la balance primaire reste positive.

    La logique conduit donc à conclure qu’on se relèvera d’autant plus vite de la crise européenne… qu’on sera resté moins longtemps dans ce système délétère ! Y demeurer plus longtemps ne fait que retarder le moment où l’on voudra bien en constater les dégâts…

  17. Encore quelques coups de sabre dans la sécu, sur les salaires, un peu de TVA et d’impôts par là, une grosse pincée de désinformation médiatique ici & là, éviter la consultation du peuple (il pourrait dire non le bougre).

    « Bon alors, messieurs les riches, l’heure est au bilan… »

    Encore trois ans et il ne vous restera plus rien à payer »

    « ouf ! »

     » je crois même que l’on fera un petit bénéfice »

    « Si on faisait un G20 pour fêter ça »

    Angela ! ….Angela !

    « Oui »

    « Diantre, vous vous faites pousser la moustache ? »

    « heu ! **/**°z° , oui je prépare les élections »

  18. 5 milliards ce n’est pas la somme perdue par le trader Kerviel , comme il semble y avoir de brillants économistes ici , quelqu’un peut ‘il m’expliquer où est passée cette somme , qui a raflé la mise ?

    1. Pas besoin d’être économiste pour répondre:
      C’est le marché, tout simplement, c’est à dire d’autres traders qui ont fait les choix symétriques à ceux de Kerviel (lui ont vendu ce qu’il a acheté…trop cher ou trop tard, et lui ont acheté… ce qu’il a vendu trop tôt ou trop bon marché).

      1. Je crois que c’est plutot les traders qui ont fait des choix antisymetriques a ceux de la Societe Generale quand elle a deboucle les positions de Kerviel en urgence.

    2. sans doute coulée dans du béton , du bitume ou des trucs de ce genre qui restent inemployés . des placements quoi , comme on garde une poire pour la soif . sauf que les poires , elles ont soif .

  19. Lisbonne accueille Merkel à coups de huées.

    « Le Portugal n’est pas le pays de Merkel », « Angela Merkel assassin », « Une Allemagne européenne oui, une Europe allemande non », pouvait-on lire sur les banderoles tandis que des protestataires, réunis à l’appel de mouvements apolitiques, lâchaient des ballons noirs en signe de deuil. Dans la matinée des Lisboètes en colère avaient recouvert de draps noirs plusieurs monuments de la capitale pour marquer leur mécontentement..

    ..De manière inhabituelle, le principal quotidien économique portugais, Diario Economico, pourtant connu pour sa retenue, a joint sa voix aux critiques en affirmant dans un éditorial que « Merkel a fait du Portugal le Frankenstein de l’économie ». « Merkel a voulu faire du Portugal et de la Grèce des cobayes pour ses expériences en matière économique économique. Elle a réussi. Le Portugal, sans monnaie pour dévaluer […] est aujourd’hui un véritable Frankenstein de l’économie qui continue à rejeter la mise en œuvre de l’austérité pour l’austérité », a écrit le journal..

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/11/12/lisbonne-accueille-merkel-a-coups-de-huees_1789386_3214.html

    1. les slogans, ces cimes de la pensée humaines…

      apparemment les portos savaient pas qu’angela est super bien placée dans le top 100 du mag’zine forbes… les vilains manants (et loin devant dame christine, feurst français du classement).

      1. si vous croyez que l’Hagarde nous agrée !!
        la marquise – « tout va trés bien, tout va trés bien », disait-elle avant de se faire oindre par le Fouteur de Merde International ( lequel a coulé quelques continents, avant de s' »intéresser » au nôtre ; c’est trop d’honneur Monsaigneur ) – c’est pas not’ truc !

        néanmoins – et je viens de faire des respirations amples et profondes, pour garder mon calme –
        l' »homme de fer » européen se comporte de façon fort peu « délicate »: ne pas demander aux populations acculées et piétinées de dire merci ! elle est, elle-même, fortement manipulée, les politiciens actuels n’étant que des pions : le but : la disparition même de l’idée européenne :
        c’est réussi !
        car, l’idée d’une europe, ultralibérale, donc asociale au dernier degré,de surcroit, dominée par l’Allemagne n’est tout simplement pas supportable, et c’est tout !
        seule la complémentarité l’était : les uns sachant mettre un frein aux démons des autres (et vice versa)…

        RIP

        A qui profite le crime ?
        Au divin marché …(= la perversion ; la fin de toute idée humaniste )

  20. Ne peut-on pas interpréter la position allemande comme une stratégie visant à terme à l’éclatement de la zone euro, contrairement aux protestations d’Angela Merkel ? si la décision était déjà prise, cela ressemblerait à ça me semble-t-il…

    1. C’est certainement ça,mais elle ne veut pas en porter la responsabilité, elle va donc essayer(ça a débuté vendredi) de faire porter le chapeau à la France qui est de facto le pays leader des pays latins.
      Mais d’un autre elle va juste essayer de gagner du temps jusqu’aux élections en septembre 2013.Ce fut la stratégie ratée de Sarkozy(la poussière sous le tapis pour se faire réélire). Mais Merkel est plus habille malheureusement que Sarkozy.

    2. A l eclatement de la zone euro en entier, je ne pense pas, mais une strategie subtile a faire sortir la Grece etc. de l euro, oui, certainement…

  21. Cette fable d’une crise qu’on a inventée de toute pièce, qu’on pourrait arrêter dés demain matin commence à me sortir par les narines ! Et moi j’ai un toit, et pourtant de ma perspective déjà purement contemplative, ça devient intenable. C’est tenable parce que j’ai été habitué à patienter… éduqué comme ça. Mais on maintient tout cela pour pouvoir récupérer sa cassette en mesquinerie d’avare, pour l’avarice de quelques uns on utilise tous les pouvoirs pour instrumentaliser la société entière, confisquer tous les pouvoir et pire maintenant ouvrir grandes les portes de l’absurdité sur des gens qui ne cherchent qu’à survivre ! ça suffit !

    1. à Lisztfr
      « …de ma perspective déjà purement contemplative… »
      « …j’ai été habitué à patienter… »
      « …ça devient intenable… »
      « …ça suffit !… »
      Je ne sais pas où tu habites mais puisqu’il semble que la rage te gagne … samedi prochain , le 17 novembre , à Notre Dame des Landes ( 20 kms au nord de Nantes ) , manif de réoccupation du territoire évacué par Vinci , les flics de Valls et Ayrault . Il s’agit en l’occurrence de cette destruction , ce pillage capitalistes dont parlent Jorion et F. Leclerc à longueur d’articles quotidiens .
      NOS ACTIVITES ( de réflexion sur ce blog et d’action ailleurs ) SONT COMPLEMENTAIRES .
      Le temps est venu de s’opposer frontalement à la puissance dévastatrice de l’Etat .
      Chaque époque suscite les gens dont elle a besoin …?
      Vivent Jorion et son gang de basculeurs de légendes !
      A samedi ! Plus on est de fous , plus on rit ! ( pour tous renseignements précis sur ce jour « zad.nadir.org  » )
      Pour ceux qui veulent connaître le dossier de ce projet d’aéroport , le site  » reporterre.net  » clair et exhaustif ( créé par Hervé Kempf , du Monde  » ) .

  22. >Gédéon

    Pourquoi cherchez vous des causes compliquées? La réalité a l’air fort simple: madame Merkel est tout simple une idiote de conservatrice, avec une forte courte vue.

    On le voit dans le domaine de l’énergie, où ses choix électoralistes à courtes vues déstabilisent ce segment de l’économie allemande. Et on l’a vu avec la Grèce où pour des raisons là encore électoralistes et à courte vue (des histoires d’élections locales allemandes…) elle a flingué ce pauvre pays.

    Pourquoi toujours cherchez la malignité alors que la bêtise explique fort bien les faits.

    1. Le problème de l’Europe c’était Merkozy, le maillon faible(sarko)est tombé.Donc la solution passera par la chute de MERK..mais on fait quoi si elle repasse en septembre 2013?Si le système devait tenir jusque la,ce qui est tout sauf certain.

    2. Tout bon politicien qui doit prendre une décision pour laquelle le champ des solutions a été réduit à deux alternatives (comme souvent), doit s’en remettre au tirage au sort. C’est con mais intelligence et l’intuition sont simplement des gadgets devant le champ des conséquences. Ils sont et seront éternellement les fusibles de notre ignorance.

    3. Pensez-vous sincèrement que l’on puisse devenir chancelière d’Allemagne en étant bête ? Ou président de la RF ? que ce soit de droite ou de gauche, il faut triompher de ses adversaires politiques, et surtout de ses « amis ». Je ne qualifierai certainement pas Merkel d’imbécile. Ni Sarkozy, ni Hollande. On peut leur reprocher tout ce qu’on veut, mais pas d’être bêtes. Ce serait une …bêtise.

      1. Vous confondez « malin » et « intelligent ». Pour arriver où elle est, il faut être malin et il vaut mieux ne pas être intelligent (ou même cultivé).
        Je vois mal quelqu’un d’intelligent vouloir devenir chancelier ou président de la France. C’est même un signe de connerie, si je peux me permettre.
        Enfin, quoi, Chirac pouvait encore passer pour intelligent mais Sarko… Et Bush? Vous vous souvenez de Bush? Des QI d’huîtres tout ça.

      2. Evidemment, on peut être bête et intelligent à la fois.
        Il ya tellement d’occasion de l’un ou de l’autre, tellement de mécanismes complexes sous des apparences simples et réciproquement.
        Nos hommes politiques prouvent leur bêtise à longueur de temps, malgré leur intelligence.

    4. Elle est dans les coulisses du pouvoir (chez Kohl) plus de 20 ans, dont 10 au pouvoir en tant que chanceliere, et avec de bonnes options d y rester pour 5 annees de plus en 2013.

      Pas mal pour une idiote de conservatrice avec une forte courte vue…

      1. Elle y était même à sa naissance dans les coulisses du pouvoir. Son père, Horst Kasner, était un ami de la famille Maizière. C’est ainsi que frau Merkel a débuté, directement pistonnée au plus haut niveau.

  23. 1- Ne manque-t-il pas un mot dans la phrase :

    celle-ci ne rendra pas aujourd’hui son rapport, permettant au gouvernement de se réfugier derrière son attente pour refuser que l’Eurogroupe, qui se réunit aujourd’hui, libère la tranche de crédits de 31,5 milliards d’euros toujours en suspens.

    Il s’agit je pense du gouvernement allemand, car je ne vois pas le gouvernement grec refuser cette tranche de crédit.

    L’oubli de ce qualificatif signifie-t-il qu’il n’y a plus qu’un seul gouvernement qui détienne le pouvoir en Europe et qu’il est inutile de précise duquel on parle ?

    2 J’ai trouvé un article consternant mais révélateur sur l’état de la Grèce dans la revue « la vie du rail » de Septembre 2011. Il décrit le réseau ferré du Péloponnèse, péninsule de 21 000 km2 soit l’équivalent de 3 départements français.

    On y apprend qu’il est composé de voies métriques (1 mètre entre les rails) alors que la norme européenne est de 1,44m. Il est donc beaucoup moins performant. Cela en dit long sur le retard technologique de cette partie du pays avant même le début de la crise. A quoi servent les aides européennes ?

    De plus, l’exploitation de ce réseau est arrêté de puis la mi 2011 dans le cadre des plans d’économie imposé à la Grèce. Le peu de lien social qui existait entre les villes et villages de cette région est rompu. L’Europe ne sait pas ce qu’est un service public.

    Enfin l’une des voies concernées par cette cessation de service est celle qui relit Athènes à Patras le port d’où partent les ferrys vers l’Italie, ses chemins de fer et le reste de l’Europe. Ainsi la capitale grecque est coupée du reste de l’Union Européenne ce qui me parait être un symbole fort.

  24. Si j’ai bien compris, la Grèce ayant une dette non négligeable il y a quelques années, on lui a mit la tête sous l’eau avec des taux d’ intérêts insoutenables même pour un pays en croissance.

    1. Non non, pas tellement les taux, 3,5 % maxi pour les prêts européens et les intérêts payés aux BC sont reversés à l’État grec (4 Mds en 2012, 750 millions par la France), maïs elle reste juste insoutenable pour l’État grec, ou ce qui fait office d’État en Grèce…

Les commentaires sont fermés.