L'actualité de la crise : "HONTE, HONTE !" par François Leclerc

Billet invité

À lire la presse athénienne, les Grecs ont désormais la certitude d’avoir affaire à des gens sans parole. Le parlement a voté à l’arraché les mesures exigées par la Troïka, mais le versement de la tranche d’aide qui en était la condition reste toujours en suspens. Avec l’aval discret de la BCE, le gouvernement en est réduit à émettre des obligations à un et trois mois que la Banque nationale grecque va acquérir, afin de ne pas faire défaut sur sa dette le 16 novembre prochain.

Arvind Virmani, qui siégeait au conseil d’administration du FMI jusqu’au mois denier et qui représentait le fonds en Inde, vient de mettre les pieds dans le plat. « La dette grecque ne peut pas être supportable sans un effacement de dette massif, qu’on désigne poliment sous le terme de restructuration, quelles que soient les réformes que le gouvernement grec appliquera » vient-il d’expliquer. Au passage, il a dévoilé le pot aux roses : « les nouveaux fonds apportés au pays servent surtout à rembourser des prêteurs imprudents » déplore-t-il, en précisant que ce sont ceux dont les établissements financiers ont quitté en urgence la Grèce.

Depuis Athènes, Daniel Cohn-Bendit a expliqué qu’ « il ne faut pas que la Grèce rembourse maintenant sa dette mais qu’elle utilise l’argent [des prêts de l’Union européenne et du FMI] pour des investissements, pour faire redémarrer son économie et ensuite on va penser comment rembourser la dette ».

Angela Merkel prépare de son côté son voyage à Lisbonne de lundi prochain, qui s’annonce spectaculaire. Une interdiction de l’espace aérien portugais est envisagée par les autorités et des Portugais ont commencé à draper de noir toutes les statues de la ville. Le surlendemain aura lieu une grève générale simultanée des Portugais, des Espagnols et des Grecs.

À Madrid, une manifestation spontanée a eu lieu à l’annonce d’un deuxième suicide lors d’une saisie immobilière, les Madrilènes scandant « banquiers assassins! » et « honte, honte ! ». Le FMI, toujours lui, avait sans doute quelque raison de redouter que « l’austérité devienne politiquement et socialement insoutenable ».

210 réflexions au sujet de « L'actualité de la crise : "HONTE, HONTE !" par François Leclerc »

      1. Ecoeurant : beaucoup d’Allemands croient qu’ils ne seront jamais dans la panade et dans le même pétrin que les Grecs , ils ont tort , un pays très riche est plus intéressant à dépouiller qu’un pays peu riche . Les Allemands aussi vont découvrir la précarité , la honte , les suicides …

      1. Hier, Lisbonne, manifestation des militaires « Contre la menace à la patrie » et la venue prochaine de Merkel, qui n’est pas la bienvenue et ingrats assurer sa protection.
        Lien

    1. Ces visites d’AM dans les nouvelles colonies du pouvoir politico-financier sont comme celles de Dark Vador dans les garnisons de l’Empire auprès des planètes soumises : s’assurer de leur soumission et de leur obéissance…

      1. Ca tombe bien puisque Disney a racheté la licence SW. Ils pourraient bien s’inspirer de la chancelière allemande pour le nouveau seigneur Sith probablement prévu pour le prochain volet de la saga !

  1. Je me pose une question : y a-t-il eu en Grèce des actions en justice contre les dirigeants grecs qui ont participés à maquiller les comptes, avec l’aide de Goldmann Sachs, pour permettre au pays de rentrer frauduleusement dans l’euro ?

    Et, si non, est-ce une revendication exprimée par le peuple lors des manifestations ?

      1. Mario Draghi va poser sa signature sur le futur billet de cinq euros qui va se retrouver dans la poche des juges de la Cour Européenne des droits de l’homme .Ces juges ne peuvent pas etre complices d’abus de bien social européen.CQFD

    1. Avec l’aide de GS et du parlement européen, après tout il n’avait qu’à faire leur travail les députés. Ceux là sont toujours exemptés.

    2. des actions en justice contre les banquiers, politiciens et tous les profiteurs

      mais vous n’y pensez pas

      la responsabilité individuelle ( ET SURTOUT les sanctions qui y sont rattachées ) qui est l’alpha et l’oméga de tous les idéologues capitalistes, c’est bon pour la pietaille, pour les salauds de feignants de prolétaires qui coulent les marges de leurs entreprises

      quant à toute cette engeance qui profite ou qui soutient ce système, ils ne sont JAMAIS ni responsables ni coupables

      salauds de pauvres et de profiteurs !

      on n’a peu entendu sur les fameux 47% de mitt romney
      : et pourtant c’est la pensée profonde d’uen forte minorité qui profite à l’heure actuelle

  2. Cohn Bendit, toujours un pied dans la BCE, et puis un autre dans la pseudo empathie

    Ici un pied dans le gouvervenement de Valls des oligarques socialistes, et puis un autre à .déplorer les coups de baon sur la tête de la jeunesse à Notre Dames des landes….

    La roue a tourné, et les voilà quarante plus tard aux commandes des compagnies de CRS et des Troïka en bande organisée

    1. « La roue a tourné, et les voilà quarante plus tard aux commandes des compagnies de CRS et des Troïka en bande organisée »

      C’est le scénario d’un sketche de Coluche, un syndiqué en train de manifester et se prendre des coups de matraque :
      -Ah salut Gérard ! Aïe ! Ah t’es dans la police maintenant ?! Aïe Aïe ! Et ça va toi ? Aïe

    2. Tiens, ça me fait penser à l’ « écologie », ça… :
      http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Peche.-Les-gros-sous-du-lobbying-ecologiste_39382-2131505_actu.Htm
      « Ce soutien aux ONG est-il choquant ? « Il ne s’agit pas de dénoncer le rôle des ONG ni de faire le plaidoyer de la pêche, explique Yann Giron. Nous souhaitons apporter un peu de transparence. » Avec minutie, le consultant rennais et le Lorientais ont aussi décodé les motivations des généreux donateurs.

      « Ces fondations adhèrent, pour la plupart, à la vision américaine du wilderness (nature vierge). Nous la respectons, mais nous ne partageons pas leurs solutions basées sur la privatisation globale des droits de pêche. » Face à cette contradiction, Yann Giron et Alain Le Sann craignent un remake, en Europe, de l’opération menée aux États-Unis. « Elles ont obtenu une gestion de la pêche basée sur les marchés financiers et les quotas individuels transférables », que les pêcheurs peuvent revendre.

      Les actions de Greenpeace et du WWF auprès de la petite pêche côtière française procéderaient, selon les auteurs du rapport, du même état d’esprit. Ils redoutent que l’influence des ONG soit telle qu’elles « décideront ensuite de qui pêchera quoi et surtout à quel endroit ». »

      Soit : une ONG peut être appelée un fond commun de placement…

      1. Ha. Au fait, si j’ai gêné quelques écologistes convaincus, qu’ils ouvrent les yeux sur la vérité de ce qui se cache derrière.
        Encore une fois, le pouvoir de l’argent est le plus fort.

      2. « cette « affaire » mériterait d’être élucidée »… Va falloir apprendre à LIRE, Erde. Elle est CLAIRE, cette « affaire ».
        C’est de la PRIVATISATION à but de PROFITS AMERICAINS.
        Ils s’en FOUTENT des poissons, les cowboys.

        Ce qui est clair, aussi, c’est que la surpêche, il FAUT lutter contre, mais au niveau DES gouvernements.
        Sinon, bonne crise à toi.
        Au moins, les poissons auront la paix.

  3. Novembre est bien un mois de deuil !
    bientôt va commencer celui de la « glisse »…..le grand frisson de la descente aux enfers…

  4. Tant que l’on voudra sauver l’euro et le maintenir en Grèce, en Espagne, au Portugal (et bientôt en France!), il n’y aura aucun moyen de faire redémarrer l’économie dans ces pays.

  5. http://jacques.bidet.pagesperso-orange.fr/indexar.htm

    Un article un peu compliqué.

    Jacques Bidet

    Le communisme entre philosophie, prophétie et théorie

    « Reste ce legs de la philosophie moderne : on ne peut pas ne pas commencer par désigner comme communs l’ensemble des biens entremêlés de la nature et de la culture. Tout le problème est de rester sur cette position. Qui n’est pas celle d’une propriété, mais d’une charge écologique commune et d’un usage socialement légitime. Celui-ci se détermine par une « démocratie radicale » telle que soit assurée, dans la propriété commune, la propriété « individuelle »[25], comme dit Marx, c’est-à-dire un pouvoir d’usage légitime au regard de chaque personne, au regard du dernier. Dans le commun, chacun doit trouver le sien. Dans un monde d’inégale appropriation, il se définit par un principe stratégique de lutte, le « principe d’égalité-puissance » : à nouveau « abolir toute inégalité qui n’élève pas la puissance des moins puissants ». Il désigne un communisme de combat dans une société de classe[26].

    Il y a certes des tendances historiques à une montée en puissance de l’organisation, de l’intellectualisation. Mais pas de tendance à l’émancipation. Il n’y a que des potentialités nouvelles offertes, en même temps que de nouveaux périls. S’il en est ainsi, la devise du communisme ne peut être que celle du Téméraire : « il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer ». La témérité n’est pas un pari, c’est l’assomption du risque dans une lutte. Le communisme est sublime, ou il n’est pas. »

    1. entendu ce matin sur FC : le sol canadien appartient à l’état , mais le sous-sol relève d’un autre droit … et autorise toutes sortes de spéculations et d’exploitations d’ordre privé .
      tous ceux qui ont misé sur les valeurs boursières en vue d’obtenir des dividendes ( il n’y a pas de petits profits … ) ont participé à la mise à sac générale .

      1. En France, la propriété du sol est étendue au sous-sol jusqu’au centre de la Terre (sans rire) et figurée par un volume conique dont la pointe toucherait à ce centre et la base à la surface de la croûte. Les produits du sous-sol, en revanche, relèvent du code minier. Pendant que nous y sommes, prolongeons dans l’atmosphère puis dans l’espace les lignes du cône, histoire d’anticiper les futures « conquêtes ». Mince ! Cela ne marche pas ! La Terre tourne. Je me suis toujours esclaffé à l’évocation de l’espace aérien. Un simple effet de föhn vous déplace l’espace français dans l’espace suisse. C’est avec des inepties pareilles qu’on justifie l’intransigeance des douaniers zéphyréens à l’égard des nuages radioactifs.

      1. Je pense que le marxisme a prouvé son échec quant à la forme donnée à son alternative à la propriété privée. Autant la formule libérale a servi à masquer la contrainte de la légitimation de l’usage et permis à l’individu d’exploiter sans entraves sa capacité d’accumulation , autant le communisme marxiste a dissous arbitrairement la frontière entre l’individu et la société en confondant ce que l’on pourrait appeler réserve individuelle d’usage légitime avec l’accaparement égoïste. Serait-ce à cet endroit qu’il faudrait reprendre la réflexion ?

  6. Il est fort ce Cohn ! Suffisait d’y penser, au lieu de payer suffit de relancer l’économie. Tient z’ont qu’à demander à l’espagne, ils ont une astuce, construire 3 fois plus de logements que nécessaire (à crédit bien sûr), ou à l’irlande, suffit de pas prélever d’impôts sur les entreprises, ou faire une city, pourquoi pas ? C’est pourtant pas bien compliqué, à moins que Mr Bendit-donc ne pense qu’ils devraient construire des voitures à bas coûts et polluantes, ou du nucléaire, ou du gaz, ou multiplier les mines d’or en logeant les mineurs comme en Af’ du Sud… ou je sais pas moi tous se faire pompier et foutre le feu à tout (ça c’est une idée tient)
    Allez un nouveau Slogan pour ce pauvre dany:  »soyez réalistes, demandez l’impossible au capitalisme » mais surtout n’imaginez rien d’autre !!

    1. Nous avons fait 4000 km en Espagne et nous avons pu voir de magnifiques autoroutes et routes toutes neuves avec tunnels, et ouvrages remarquables à l’avenant, et il y en a vraiment beaucoup. Nous avons aussi vu un hôpital tout neuf inutile du coté de Malaga. On peut aussi remarquer les nombreuses grues de chantier étrangement immobiles.
      Les économistes devraient quand même se poser des questions sur l’efficacité d’injecter de l’argent dans des travaux somptuaires. Il faut relancer l’économie : personne n’y croit mais personne n’a d’autres solutions, ou ne veut pas dire ce qu’il faut faire vu le changement radical qu’il faudrait opérer.

      1. À leur décharge (et sans dédouaner personne) les grosses infrastructures à ma connaissance, ont été financés en grande partie par l’europe, pour faciliter en premier la circulation des marchandises, ça nous a donc profité. D’ailleurs l’espagne est dans la mouise depuis la fin des subventions EU et je suppute que ce n’est pas le seul fruit du hasard, c’était même prévisible.

    2. C’est vrai qu’en Espagne, on vit facilement sous des bouts de cartons éclairés au camping-gaz et une grosse bagnole dernier modèle peu polluante, garée devant. En plus, ils savent faire des fêtes pas possibles. Que demande le peuple, non ?

  7. L’euro quel belle idiotie de technocrate à cravate… C’était non seulement couru d’avance qu’un équipage aussi bancal était voué à la ruine mais en plus ils persistent et signent leur oeuvre. Vivement le retour à la livre tournois!

    1. mais en plus ils persistent et signent leur oeuvre.
      Bien sûr, car le sauvetage de l’euro permet de justifier tous les sacrifices demandés aux peuples européens pour le plus grand profit de leurs élites.

    2. En effet : autant revenir aux monnaies locales, voire communales. Individuelles, tant qu’à faire…

      D’ailleurs, la zone dollar se porte tellement bien, du point de vue économique, que les sur-soucis de la Zone Euro n’ont plus beaucoup d’importance…

      Comme disait Mulder : « Le problème est ailleurs… »

      1. @ Yvan
        Autant revenir aux monnaies locales, voire communales. Individuelles, tant qu’à faire…
        Je ne vois guère l’intérêt d’une monnaie individuelle … tandis que je vois très bien l’intérêt d’une monnaie dont le cours ne pénaliserait pas nos exportations et qui, à défaut de pouvoir être dévaluée, nécesssite une « baisse du coût du travail »

        « La zone dollar se porte tellement bien, du point de vue économique, que les sur-soucis de la Zone Euro n’ont plus beaucoup d’importance… »
        Sauf que les Etats-Unis -ou le Royaume-Uni- peuvent mener la politique qu’ils désirent, alors que nous-mêmes -français- n’avons plus aucune marge de manoeuvre étant donné que nous devons respecter les règles ayant présidé à la création de l’euro, ce que les allemands ne se privent pas de rappeler aux uns et aux autres, au demeurant à juste titre, puisque nous avons tous accepté ces règles.

      2. Oui, on voit bien ça aux États-Unis. Ils désirent une politique de sécurité sociale qu’il n’y a pas moyen de mettre sur pied sans être comparé à Hitler ou Staline. Ils devraient, peut-être, larguer quelques états pauvres et le problème se dissoudrait avec eux. La guerre de sécession n’a pas cessé, c’est sûr.

      3. @ Mor
        « On voit bien ça aux États-Unis. Ils désirent une politique de sécurité sociale qu’il n’y a pas moyen de mettre sur pied … »
        Dites-nous quels sont les traités internationaux qui le leur interdisent.

        … « sans être comparé à Hitler ou Staline ».
        Il y a tout de même une petite différence entre être comparé à Hitler ou à Staline et être rappelé à l’ordre par A. Merkel, qui exige simplement, comme elle en a du reste parfaitement le droit, le respect des traités signés.

        « Ils devraient, peut-être, larguer quelques états pauvres et le problème se dissoudrait avec eux. »
        Vous prenez vos désirs pour la réalité : la zone euro a beau avoir une monnaie unique; elle n’est pas un Etat fédéral. Je reconnais toutefois que c’est bien ce à quoi risque de nous conduire, volens nolens, cette fuite en avant que vous appelez de vos voeux.

      4. Carlo. Il faudrait peut-être essayer de réfléchir et ne pas vouloir le beurre et l’argent du beurre.

        Dévaluer, tout le monde peut le faire. Et quand tout le monde le fait, qu’est-ce que tu fais..??

        Baisser le coût du travail, rien de plus facile :
        Tu supprimes toute protection sociale, tu donnes des retraites de misère si tu acceptes d’en donner, et l’affaire est faite. (essaies de regarder ce qui se passe dans d’autres pays, s’il te plait)(où alors, comme aux US, tu promets que tu vas en donner par capitalisation, mais comme les fonds s’écroulent, tu n’en donnes même pas.)

        Alors, ta logique, mon grand, tu peux te la mettre sur l’oreille, tu ne pourras même pas te la fumer demain.

        Et je complète car tu le « mérites ».
        Si tu es rentier et a peur pour ton capital, ou fais, comme beaucoup, de l’évasion fiscale, alors contemple cette joyeuse crise économique : elle est ton oeuvre la plus magistrale de ta vie.

        Mais je sens que tu vas venir te plaindre, c’est une grande spécialité de ceux qui n’en ont jamais assez.

      5. « On voit bien ça aux États-Unis. Ils désirent une politique de sécurité sociale qu’il n’y a pas moyen de mettre sur pied … »
        Carlo : « Dites-nous quels sont les traités internationaux qui le leur interdisent. »

        Ben voilà, vous avez tout compris. La politique a perdu les commandes même à l’intérieur du machin étasunien. Vous pouvez y voir la faute au fédéralisme, si vous voulez, mais certaines théories soupçonnent l’activité financière de s’être appropriée des leviers politiques et qu’aucun État, dans le monde et quelle que soit sa taille, ne peut plus contrôler à moins de la réguler sévèrement dans le contexte le plus large possible, c’est à dire mondial. La France, même avec ses petits bras musclés et très vertueux, n’irait pas très loin toute seule.
        Renseignez-vous un peu sur la situation économique des USA et du Royaume-Uni avant de dire qu’ils peuvent mener la politique qu’ils veulent. Ça commence à sentir l’autoritarisme à plein nez car oui, leurs dirigeants peuvent promulguer des lois nationales d’exceptions à défaut de pouvoir débloquer la situation par le vote. Nous serons tous bien avancés, du coup.

        Moi aussi j’ai des questions.

        Quelles sont les possibilités d’une économie repliée sur elle-même de, déjà surmonter le choc d’une explosion de la zone puis, de conserver sa politique sociale, ne parlons même pas de l’améliorer ? On jette des gens après la dévaluation ?

        D’autre part, quels sont les traités qui interdisent une politique sociale en Europe ?

      6. @ Yvan
        « ta logique, mon grand, tu peux te la mettre sur l’oreille, tu ne pourras même pas te la fumer demain »
        « Si tu es rentier et a peur pour ton capital, ou fais, comme beaucoup, de l’évasion fiscale, alors contemple cette joyeuse crise économique : elle est ton oeuvre la plus magistrale de ta vie. »
        Carlo. Il faudrait peut-être essayer de réfléchir

        Yvan, appliquez-vous à vous-même vos excellents conseils.

      7. @Mor
        Les états unis n’ont pas vraiment un tropisme social, çà progresse néanmoins dans la jeunesse.

        « quels sont les traités qui interdisent une politique sociale en Europe ? » 😀
        Euh, c’est sérieux comme question?

      8. Très sérieux, Sylla. Ne me parlez pas de machins genre règle d’or en toc qui seront piétinés de toute façon; vous auriez raison et moi aussi.
        Où est-il écrit que l’on ne puisse pas baser tout le système européen sur la redistribution à tous les niveaux ? N’importe quel mécanicien vous dirait la même chose, les économistes ça dépend.

      9. @Mor
        Ben y a que le traité de lisbonne, c’est bizarre de demander lequel…

        Il n’y est pas spécifié que le social est interdit (ce serait trop gros), mais rien n’en permet la mise en place (pas pour rien que çà a gueulé et que çà gueule à gauche sur ces traités, pas pour rien qu’on parle d' »europe des patrons »).
        Par ex l’harmonisation sociale (pareil pour le fiscal), totale ou partielle, est soumise à l’unanimité au conseil, d’ici là c’est concurrence (sociale et fiscale donc)…
        Ou aussi la notion de services publics qui est remplacée par les services d’intérêt général (BNP ou un fond de pension sont des services d’intérêts général par ex), privatisation (là çà ressort la privatisation de la sécu je crois), concurrence.
        Mais bon, comme il y est répété plusieurs fois que le marché de concurrence libre et non faussé est the moyen optimal d’allocation des ressources, çà fait sûrement office de politique sociale dans leur tête (et de redistribution optimale de facto).
        On peut relever les GOPE aussi (en 2003 repousser le départ à la retraite était déjà dans les ‘recommandations’ que la commission faisait. Pour la france, c’était ‘conseillé’ pour avant fin 2011 de mémoire, et c’est ce qu’on a eu, avant fin 2011. En général, faute d’imagination ou de marge, les gouvernements appliquent les GOPE, en y mettant leur patte (parfois c’est presque que le nom qui change : par ex emploi jeune, CPE…)).

        Et oui la règle d’or, comme les critères de Maastricht ne seront sans doute pas tenus (et encore, la règle d’or, c’est presque gentil : l’OMT fait à la france, c’est 0% de déficit…), mais ils ont et vont essayer, çà fera encore quand même mal…

      10. Ben voilà. Vous me donnez raison sans avoir tort. Combien de manières différentes de contourner les écueils dérivés de certaines dispositions du traité de Lisbonne, je ne vous dis pas de ceux de Maastricht et Rome, avons-nous inventé depuis sa mise en vigueur ?
        Tous ces traités sont ce qu’ils sont, des approximations. Ils ne sont pas lettre morte car c’est leur esprit, le fond, qui importe mais les moyens d’y arriver ne sont pas du tout gravés dans le marbre.
        Et le fond des traités européens, quoi qu’on en dise, n’est ni néolibéral, ni ordomachin, ni sociotruc. Ce sont des contextes, des étiquetages de recettes d’apothicaires. Le fond c’est la paix entre et au sein des peuples. Donc pour moi, ça inclut d’emblée la justice sociale.

      11. Sylla,

        Ou aussi la notion de services publics qui est remplacée par les services d’intérêt général (BNP ou un fond de pension sont des services d’intérêts général par ex)…

        Tu t’encombres pas de rigueur au moins, t’as raison. D’abord il n’y a pas de SIG dans le traité mais des SIEG. Mais BNP en SIEG, faut pas pousser…
        Par ailleurs faudra m’expliquer comment, dans un cadre européen, tu fais cohabiter par exemple un monstrueux numéro un mondial de l’électricité vorace à l’international et monopolistique avec les multiples opérateurs allemands ? l’UE n’exigeait pas la fin du monopole mais que les entreprises nationales monopolistiques n’aillent pas concurrencer les autres dans d’autres pays que leur territoire. Chirac et Jospin ont préféré «privatisé » (84% pour l’État – et toujours près de 2 milliards de dividendes annuels pour lui, plus le demi milliard pour le CCAS – CGT…).

      12. Combien de manières différentes de contourner les écueils dérivés de certaines dispositions du traité de Lisbonne, je ne vous dis pas de ceux de Maastricht et Rome, avons-nous inventé depuis sa mise en vigueur ?

        Bonne question : lesquelles?
        L’interprétation des dispositions des traités ratifiés n’est pas du ressort des gouvernements, mais de la CJUE (et de la commission). Tout au plus les gouvernements ont un délai pour se mettre en conformité (en cas de délai flou, c’est remis à la st glinglin, comme l’entrée en zone euro).
        Écueil, c’est gentil, c’est plutôt un trou noir, mais donc, comment contourne t on alors (concurrence sociale et fiscale, interdiction des restrictions à la libre circulation des capitaux, etc…)? Je pense que çà intéresserait du monde : au FdG ils n’ont trouvé que la désobéissance.

        « Et le fond des traités européens, quoi qu’on en dise, n’est ni néolibéral, ni ordomachin, ni sociotruc….Le fond c’est la paix entre et au sein des peuples. Donc pour moi, ça inclut d’emblée la justice sociale. »
        Vous semblez dire qu’à la fois l’esprit est neutre (ce que personne ne pense, à commencer par la gauche sociale), et à la fois qu’il inclut d’emblée la justice sociale…Et à lire la lettre, je ne vois pas où est la paix dans l’esprit, ni en quoi celle ci impliquerait nécessairement une justice sociale.

      13. Vous Vigneron, parler de rigueur? Mais c’est vrai, ce sont les services d’intérêt économique général qui sont définis dans le traité, les services d’intérêt général le sont eux dans un « livre blanc » : ANNEXE 1 Définitions terminologiques [41]

        Les SIG sont une généralisation des SIEG. Et effectivement, BNP n’est pas un SIEG, mais fourni un SIG, effectivement non listé, mais on verra à l’avenir.

        « Par ailleurs faudra m’expliquer comment, dans un cadre européen, tu fais cohabiter par exemple un monstrueux numéro un mondial de l’électricité vorace à l’international et monopolistique avec les multiples opérateurs allemands ? »
        Monopolistique est secondaire ici. Un sacré morceau, mais alors? Il y en a une paire de bibendum sur les marchés, et çà gêne pas trop…
        Mais si problème il y avait, il fallait régler la question avant de signer et d’ouvrir le marché. C’est un des vices de la construction de que mettre des organisations différentes en concurrence point par point.

        « l’UE n’exigeait pas la fin du monopole »
        Si, ouverture à la concurrence, directive sur la libéralisation du marché de l’énergie. (on a eu entre autre POWEO-Morizet qui rachetait à EDF : à directive idiote…).

        « mais que les entreprises nationales monopolistiques n’aillent pas concurrencer les autres dans d’autres pays que leur territoire. »
        Non, pas la commission ou « l’UE » : ce sont des voix chez les voisins qui se plaignirent : libéral un jour…pour l’instant la concurrence a fait monter les prix je crois.

        « Chirac et Jospin ont préféré «privatisé » »
        Plus compliqué : la commission exigeait la fin d’un point du statut EPIC (celui de la garantie illimitée de l’état), et le tandem a argué du fait que mettre fin à ce point, intrinsèque selon eux, c’était mettre fin au statut. Je ne saurais juger. En tout cas, Mario Monti, alors commissaire à la concurrence, n’en demandait pas tant.

      14. Je n’ai pas dit neutre sinon tout le contraire. Que le processus d’intégration européenne est clairement orienté vers la paix entre les nations ( admettez-vous au moins ce point ? ) et que c’est le contexte qui lui a donné ses couleurs qui sont loin d’être aussi claires et définitives que ses détracteurs veulent bien le dire.
        D’autre part, puisque la paix entre les nations implique la consécution de la paix sociale au sein de chacune d’elles, construire cette intégration autour de la justice sociale coule de source.
        Ce n’est qu’une question de temps, et d’avoir la chance d’être là pour le voir, d’accord.

      15. @Mor, l’UE s’est surtout constituée sous parapluie de l’otan pour faire pendant au bloc soviétique. De plus çà fait 70 ans qu’il n’y a pas eu de conflits armés intra-européens et la justice sociale s’y effiloche en accéléré maintenant.
        Le patron de la Banque centrale européenne annonce la mort du modèle social européen…
        Sans compter la démocratie…
        La concurrence ne saurait être un facteur de paix, encore moins de justice sociale. Mais quand on vote non, là haut çà entend oui.

      16. Quand il y a risque d’averse d’obus, mieux vaut avoir un bon parapluie sous la main.

        Que le modèle social européen est mort ? Ça dépend lequel. Celui qui s’est interposé et a substitué, doucement mais sûrement, le lien social réel, est mort, oui. Et ce n’est pas dommage, je pense, qu’on se rende enfin compte que la meilleure gouvernance n’est pas celle qu’une élite éclairée pourrait exercer sur une masse qui la nourrirait et se laisserait guider par elle. La théorie de la pointe de la pyramide ruisselante de richesses pour la plus grande joie de la base qui attend la gueule ouverte, a fait long feu.
        Maintenant, il reste la vraie politique sociale, celle de toujours. Celle qui attaque de front et collectivement la misère, etc… Seulement voilà, avant de pouvoir pousser, tirer, tordre et modifier l’ordre des choses en Europe, il faut en avoir une, d’Europe.

        Je sais, ça fait bobo naïf ce que je dis. Le réalisme c’est de prétendre construire un machin parfait du premier coup sous peine de devoir retourner au début à chaque fois. Y’a un bug dans cette approche, je pense. Elle ne passera jamais du premier cycle d’instructions.

      17. Mor, ne crains pas les averses d’obus maïs gaffe au crachin d’obtus.
        Oui bon ok, ya aussi les adverses obtus.

      18. Oui, un fort crachin d’obtus n’est plus à craindre, il nous débarbouille tous les matins. C’est ça le réel, parait-il.

      19. Ah, ok, « crachin d’obtus » et « adverses obtus » çà passe pour la modo, mais « goutte aigüe » non.

    3. L’euro quel belle idiotie de technocrate à cravate…

      L’euro en lui-même n’est pas la cause de la crise, c’est le capitalisme financier et les politiques ultra-libérales qui ont dévoyé la monnaie commune.

      L’euro n’a été qu’un instrument, parmi tant d’autres, de la spéculation.
      Il ne faut pas se tromper d’ennemi et prendre pour pain béni ce que Sapir écrit.
      Le problème vient de la FINANCE PREDATRICE, contre laquelle Sapir évite de lutter..

      1. L’euro en lui-même n’est pas la cause de la crise
        Certes mais il l’aggrave (c’est bien l’euro qui pénalise nos exportations) et surtout il nous empêche d’en sortir car -et c’est là son principal défaut- il rend impossible la mise en oeuvre d’une politique alternative. Croyez-vous que FH se soit résolu de gaîeté de coeur à augmenter la TVA? La dévaluation et l’inflation n’auraient-elles pas été préférables?

      2. Croyez-vous que FH se soit résolu de gaîeté de coeur à augmenter la TVA?

        Oui, je le crois! Les caisses publiques sont vides, regardez par exemple comment ils paient nos militaires…

      3. Croyez-vous que FH se soit résolu de gaîeté de coeur à augmenter la TVA?

        Vu que des membres de son gouvernement –et lui aussi, semble-t-il– avaient pris l’engagement de ne pas augmenter la TVA (ni la CSG), on aurait pu esperer une reconnaissance de la parole violée.
        Doit se dire que l’augmentation de19.6 à 20 % est très faible…
        30 milliards sur 3 ans, c’est une palidonie, un « choc » d’édredons, une finasserie politique…

      4. @ Bruno
        Oui, je le crois!
        Alors qu’il avait dit le contraire tout au long de sa campagne et qu’il court ainsi le risque de se couper de certains de ses soutiens?

      5. @Carlo

        Ne pas oublier que FH a fait HEC (et pas uniquement l’ENA…).

        J’ai un oncle ayant fait HEC qui, il y a des années, m’avait dit qu’il fallait absolument augmenter la TVA. Hasard? 🙂

        Trêve de plaisanterie – encore que?-, l’intérêt, par rapport à des charges augmentées sur les charges salariales? Ne pas faire peser le poids uniquement sur les entreprises implantées dans le pays (payeuses « en dernier ressort » desdites charges), mais aussi sur les produits importés. Et quand la balance commerciale est déficitaire de 70 milliards d’Euro (= manque de compétitivité des entreprises), l’effet n’est pas forcément négligeable ( une augmentation de la consommation ayant comme conséquence une augmentation des importations).

        On peut se dire que c’est le consommateur qui paie (d’ailleurs, y compris les fonctionnaires…). Mais s’ils s’y retrouvent collectivement, par une amélioration de la compétitivité de leurs employeurs, et de l’emploi privé global: pourquoi pas, non?

        Les vrais perdants, égoïstement parlant, collectivement? Peut-être, les fonctionnaires, cette mesure étant sans rapport avec le niveau d’emploi fonctionnarial.

        Quant aux déclarations électoralistes, elles n’engagent que ceux qui y croient. Chaque Président en place a « ses cocus »…

      6. Ne pas oublier que FH a fait HEC (et pas uniquement l’ENA…).

        On comprend tout maintenant…
        Les deux , ça fait un sacré handicap…n’en déplaise à certains.

        Concernant l’augmentation de TVA, je persiste à penser que c’est l’impôt le plus inique qu’il soit.
        Tant qu’à l’augmenter pourquoi ne pas le faire sur des produits qui ne sont pas essentiels à la subsistance de chacun…
        Par exemple les voitures venant de « l’est » supérieures à 6 CV fiscaux….TVA 40 %
        Les yachts….40%…les Vuitton 40%….les Ipad….40%….etc…etc…
        Nul doute que la production des Renault et Peugeot seraient re-localisables en France….
        Sans oublié Toyota Valencienne…c’est marrant les Japonais eux ne pensent pas à délocaliser…
        Nous faut-il croire que la compétitivité française n’est pas si mauvaise que cela ?

      7. @ Mor
        La France, même avec ses petits bras musclés et très vertueux, n’irait pas très loin toute seule
        En tout cas, actuellement, elle n’en a même pas le droit. Or, ne pensez-vous pas que, pour lutter contre la finance, il faudrait déjà commencer par s’en reconnaître le droit? Niez-vous que le processus de libéralisation de l’économie dans lequel nous nous sommes engagés ait été organisé à l’échelon européen?

        Quelles sont les possibilités d’une économie repliée sur elle-même?
        Quels sont les traités qui interdisent une politique sociale en Europe ?
        Je ne comprends pas pourquoi vous me posez ces questions. Vous m’avez manifestement mal lu.

      8. vous n’avez pas lu les traités européens qui assainent à longueur de page l’ultrlibéralisme, la libre circulation des capitaux etc.. l’euro est l’arme du néolibéralisme : vouloir combattre l’un sans s’attaquer à l’autre, ç’est se tromper lourdement ; ç’est comme vouloir l’europe sociale avec les traités européens actuels : ç’est se prendre les pieds dans le tapis.. il n’y aura de progrès social que lorsque l’on aura aboli tous les traités européens ; ç’est comme hollande qui a promis la croissance européenne, et qui 6 mois après se convertit au traité sur l’austérité et l’applique avec une dévotion dont même thatcher n’aurait fait preuve….

      9. Sans oublié Toyota Valencienne…c’est marrant les Japonais eux ne pensent pas à délocaliser…
        Nous faut-il croire que la compétitivité française n’est pas si mauvaise que cela ?

        Toyota fabrique moins de la m… que les constructeurs français. Les Japonais – comme les Allemands?-, ne lésinent pas sur la qualité des composants, alors que les Français, pour grapiller 3 euros 6 sous, fabriquent des voitures qui tombent en panne à cause de la défectuosité d’un composant à 50 cents…. et entraînant par ailleurs des centaines d’euros en frais de réparation. Cas vécu.

        De plus, l’usine Toyota de Valencienne, c’est aussi un coup marketing, , ne pas l’oublier, les Français étant assez « franchouillards » en la matière…

        Le plus amusant? 80% des Renault sont fabriquées à l’étranger.

        Il y a des pays qui s’en sortent très bien sans avoir de constructeurs nationaux. Sera-ce bientôt le cas de la France? A force de fabriquer de la m…

      10. Le plus amusant? 80% des Renault sont fabriquées à l’étranger.

        J’oubliais le principal (sans doute l’heure tardive? 🙂 ): Peugeot fabrique une part bien plus importante de sa production en France, et on en connait le résultat…

        Si ça, ce n’est pas l’effet d’un manque de compétitivité du territoire national, qu’est-ce donc?

        Fabriquer de la m… , à moyen terme cela coûte toujours globalement très cher, même si à court terme, c’est particulièrement rentable.

      11. Carlo, ça devient risible votre truc :
        « Niez-vous que le processus de libéralisation de l’économie dans lequel nous nous sommes engagés ait été organisé à l’échelon européen? »

        Oui, bien sûr que non. On ne nie pas un mirage produit par l’interférence propagandiste dans le rêve d’un illuminé. Je dirais même que quitte à avoir été organisée, c’est mondiale qu’ils nous l’ont faite. N’oubliez pas de publier la liste des noms.

      12. @ Mor
        Tous ces traités sont ce qu’ils sont, des approximations. Ils ne sont pas lettre morte car c’est leur esprit, le fond, qui importe mais les moyens d’y arriver ne sont pas du tout gravés dans le marbre.
        J’aimerais bien savoir si vous raisonnez de la même manière dans la vie quotidienne et si vous considérez que les contrats que vous signez ne vous engagent pas et n’engagent pas ceux avec qui vous signez … Diriez-vous de la même façon que la lettre de la constitution n’a pas à être respectée et que le mode de fonctionnement de notre république n’est pas du tout gravé dans le marbre? Encore une fois redescendez sur terre!

        Donc pour moi, ça inclut d’emblée la justice sociale.
        Ce qui importe est ce qui est effectivement inclus dans le traité et non ce que « ça inclut pour vous« .

        Le fond c’est la paix entre et au sein des peuples
        Grâce à la concurrence libre et non faussée? Parce que les pays qui ne sont pas dans l’euro (la Suisse, l’Angleterre) représentent une menace? Réfléchissez…

      13. @ Mor
        Je dirais même que quitte à avoir été organisée, c’est mondiale qu’ils nous l’ont faite.
        Vous avez entièrement raison. La mondialisation libérale a elle aussi été organisée. Elle n’est pas tombée du ciel; l’OMC continue de s’y employer efficacement. Mais l’un n’exclut pas l’autre. La commision européenne veille aussi de son côté au strict respect des traités visant à libéraliser l’économie en Europe. C’est d’ailleurs pourquoi l’Europe est parfois considérée, non sans raison, comme étant le cheval de Troie de la mondialisation libérale.
        Mor, il faut maintenant ouvrir les yeux et ne plus vous laisser abuser par -comment dites-vous?- « un mirage produit par l’interférence propagandiste dans le rêve d’un illuminé« .

      14. Carlo, les respecter, les traités, jusqu’à convaincre qu’il vaudrait mieux les repenser et retraiter. Rien qui justifie que vous montiez sur vos grands chevaux.

        L’Europe, cheval de Troie de la dérégulation mondiale de la Finance. Vous voyez comme vous comprenez quand vous voulez ?

        J’espère bien que le fonctionnement de la Vème n’est pas gravé dans le marbre sinon je ne nous vois pas près de sortir de l’auberge.

        Quant au reste de vos réflexions du genre réveillez-vous, ouvrez les yeux, descendez sur terre, ils sont parmi nous et tout, et tout; rien à dire. Impeccable démonstration des sources de vos inspirations.

      15. @ Mor
        Carlo, les respecter, les traités, jusqu’à convaincre qu’il vaudrait mieux les repenser et retraiter. J’espère bien que le fonctionnement de la Vème n’est pas gravé dans le marbre sinon je ne nous vois pas près de sortir de l’auberge

        Décidément, vous ne parvenez pas à comprendre la différence qu’il y a entre un Etat-nation et l’Union européenne (je vous rappelle votre lapsus: « l’Europe qui est une nation« ). Il suffirait que les français, par l’intermédiaire de leurs représentants, veuillent changer la constitution pour que celle-ci soit en effet modifiée. Mais pour modifier les traités, il faut que les autres pays le veuillent aussi. Autant dire que la réorientation sociale de l’Europe est destinée à rester un voeu pieux (et un simple slogan).

        Quant au reste de vos réflexions du genre réveillez-vous, ouvrez les yeux, descendez sur terre
        Vous vous méprenez ; il ne s’agit pas de « réflexions » mais d’un conseil avisé que vous auriez grand tort de dédaigner.

        ils sont parmi nous et tout, et tout
        Comment dites-vous déjà? Ah oui : « un mirage produit par l’interférence propagandiste dans le rêve d’un illuminé » .

      16. Bon, laissez tomber carlo, je connais le catéchisme. Et Dieu créa l’État-Nation… À son image, c’est-à-dire, très con.
        Tout ce qui me rassure c’est de vous entendre aboyer comme des dingues, vous les fiers-à-bras de l’état-fort. Ça veut dire que la caravane européenne continue d’avancer.
        On se fait plaisir comme on peut, après tout.

      17. « Et Dieu créa l’État-Nation… À son image, c’est-à-dire, très con …  »
        « Tout ce qui me rassure c’est de vous entendre aboyer comme des dingues »

        Je vous félicite pour la qualité de votre argumentation….

        « On se fait plaisir comme on peut, après tout ».
        Vous venez d’en faire la démonstration …

        Bon, laissez tomber carlo
        C’est préférable en effet.

      18. carlo, je pense que vous êtes un algorithme de vérification de la théorie du perroquet coco. Le son est bon, les couleurs sont à travailler.

      19. J’ajouterais, carlo, que je ne pense avoir heurté la sensibilité spirituelle de personne. C’est normal que Dieu soit très con puisque nous l’avons créé à notre image.

  8. La Grèce ne pourrait-elle pas répudier en totalité sa dette, changer de monnaie et se lancer dans une exploitation de ses ressources (pétrole, gaz, minerais divers) ?

    1. C’est toi dany ?? 😀 (voir mon post juste au dessus)
      Quel visionnaire je ferai. ils pourraient aussi multiplier par 1000 la production de feta, pour l’année prochaine. Pourquoi pas après tout.

    2. Voilà. Maintenant qu’ils sont bardés de dettes, on efface tout et ils n’ont plus qu’à aller voir au fond de la mine si les responsables du désastre y sont.
      Remarquez ! Si ça se trouve, ils y déterreront peut-être, les titres de propriété de l’Église, les contrats démesurés d’armements, les comptes privés planqués et tout ça.
      Mais, ce serait tout de même plus simple d’essayer de le faire avec des outils européens, non ?

      1. ce serait tout de même plus simple d’essayer de le faire avec des outils européens, non ?

        Ah oui, l’austérité, la règle d’or, l’euro fort … Ce qui est bon pour l’Allemagne -ce que vous appelez « les outils européens »- ne l’est pas forcément pour tous les autres pays.

      2. Oui, je sais, du moment que c’est l’euro le coupable, cause toujours, t’as tort de demander des réformes. Ça commence à sentir très fort le roussi bien cramé, oui.

      3. @ Mor
        « du moment que c’est l’euro le coupable »
        On ne peut pas séparer l’euro de son mode de gestion. La gestion « libérale » de l’euro est inscrite dans son acte de naissance. Relisez les traités (Maastricht, Amsterdam…). Et c’est un fait qu’aujourd’hui, c’est bien le sauvetage de l’euro, tel qu’il a été conçu, qui justifie tous les sacrifices qui sont demandés aux peuples européens … au plus grand bénéfice de leurs élites.
        Vous sous-entendez -si je vous comprends bien- qu’il ne faut pas mettre en cause l’euro (« ça commence à sentir très fort le roussi bien cramé« ) car il pourrait exister sous une autre forme (« outils européens« , « réformes« ). Réfléchissez : diriez-vous de la même façon qu’il ne faut pas reprocher ses défauts à une voiture au motif qu’elle pourrait en être exemptée … si elle était autre?
        Ne comprenez-vous donc pas que la politique du franc fort -préalable à la création de l’euro qui a pénalisé nos exportations-, les privatisations, les délocalisations, la règle d’or, l’austérité sont des conséquences de la décision de création de l’euro?

      4. Et c’est quoi qu’était inscrit dans l’acte de naissance du Franc ?
        Je comprends surtout que vous êtes un adepte du retour au roque. Manque de bol, la partie est ouverte depuis longtemps et personne n’a plus les mêmes pièces ni la même position, tout le monde a bougé son roi. Rembobiner le film, c’est ça votre idée ? Il y en a qui appelle cela retour au source, moi je trouve que ça sent le vieux caramel cramé, fumet déjà bien connu.

      5. Carlo, arrêtez avec cette rengaine, please. La politique du franc fort des années trente, les guerres des monnaies, dévaluations compétitives, le black wednesday, la lire en vrac, le franc sauvé in extremis, tout ça en 92, pour ne citer que quelques exemples, c’était l’euro ?

      6. @ Mor
        Et c’est quoi qu’était inscrit dans l’acte de naissance du Franc ?
        Le franc était une monnaie nationale. L’euro est une monnaie européenne dont la création repose sur des traités que nous nous sommes engagés à respecter.

        « Rembobiner le film, c’est ça votre idée ? « 
        Ce qui est sûr, c’est que je ne suis pas comme vous un adepte de la fuite en avant.

      7. @ vigneron
        La politique du franc fort de Bérégovoy, c’était en effet pour préparer le passage à l’euro.
        Quant aux dévaluations, elles n’étaient pas sans mérite, mais cet outil n’est désormais plus utilisable. Ignorez-vous pourquoi?

      8. Béré ? Dans les années trente ? Entre le Franc Poincaré de 29 et la dévaluation de 36 c’était Béré ? Et pendant un siècle avant 14 Béré encore ?

      9. @ vigneron
        Béré ? Dans les années trente ? Entre le Franc Poincaré de 29 et la dévaluation de 36 c’était Béré ? Et pendant un siècle avant 14 Béré encore ?
        Vous cherchez à faire diversion en mélangeant tout. Dont acte.

      10. Diversion ? Vous vous vous foutez de moi ? Euro aujourd’hui, franc hier, fort, faible, même rémoulade, capiche ?

      11. Et l’unité de la Nation Française, Carlo, comment s’est-on engagés, les uns et les autres avec toutes nos histoires, à la respecter ?
        Au moins, celle de l’Europe, qui est une nation au même titre que la bretonne et la française qui ne s’excluent mutuellement pas non plus, naît du désir des peuples qui la composent de s’unir et non pas, pour une fois, du desiderata du premier conquérant venu. Évidemment, ça défrise plus d’un des amateurs de grandes épopées.
        Quant à la fuite en avant, et tout ça, vous ne manquez pas d’air… Combien de fois faudra-t-il que l’on refasse toutes les conneries des siècles passés avec des dinosaures tels que vous ? C’est ça votre principe de précaution ?

      12. rémoulade:n.f.-ramolade- p-ê du picard rémola « radis noir »,du latin armoracea « radis sauvage » et suffixe de poivrade,persillade…Mayonnaise additionnée de moutarde,d’ail,de fines herbes,etc. little Bob 2011
        à vot’service.

  9. La retraite à 67 ans, inévitable ?

    Les experts sont unanimes : il est urgent de réformer le système des pensions. Une seule option : demander aux Belges de travailler plus longtemps.

    Les ‘experts’…ceux qui n’ont jamais rien vu venir sans doute?Le journal Belge Le Soir,vire au torchon néolibéral sur ‘ordres de think tank et du PSLibéral qui le subsidie généreusement indirectement grâce aux aides à la presse.Un quotidien ‘assisté’ donc.Sans parler du statut fiscal avantageux des ‘journalistes’ et de leur âge de départ en retraite tout autant privilégié.Les ‘réformes’ c’est pour le bas peuple, pas pour les politiques,les journalistes mainstream aux ordres,pas pour les pseudo ‘experts’…

    http://www.lesoir.be/117218/article/actualite/belgique/2012-11-09/retraite-%C3%A0-67-ans-in%C3%A9vitable

    Pour DEXIA on trouve de l’argent par milliards en quelques heures.

    Et voici leur dernier délire du jour:

    http://www.lesoir.be/117287/article/actualite/belgique/2012-11-10/budget-frais-restaurant-dans-collimateur

  10. Dans la joie!
    Le Crédit Agricole a vendu sa branche grecque à prix d’ami (1,00€) jugées acceptables sans aucun doute par la direction et aux frais de devinez qui?
    Grâce à quoi désormais, il n’a plus de clou dans la chaussure et sa réputation est sauve.
    http://www.bfmtv.com/economie/credit-agricole-filiale-grecque-emporiki-constituait-un-risque-reputation-362802.html

    Quand à Daniel Cohn-Bendit, si les « Bio-gaucho-soixantariens-extrême-centriste de droite » volaient il serait chef d’escadrille.

  11. « Une interdiction de l’espace aérien portugais est envisagée par les autorités »

    Mais quelle confiance et quelle audace Madame Merkel, est-ce de nouveau la Guerre d’Espagne ou bien le retour de Salazar.?

      1. @ j-pierre

        Nous nous sommes mis volontairement en esclavage en marchant dans le système basé sur le crédit à la consommation. Et maintenant nous ne pouvons même plus faire une petite journée de grève sans nous retrouver avec un appel du banquier pour découvert. Ces crédits ne finançaient-ils pas de la la futilité ? Même l’emprunt pour l’achat d’un logement relève quelque part de l’adhésion au rêve (au mythe ?) d’une retraite plus aisée et n’est probablement pas indispensable.
        N’est-il pas efficace ce système qui fait qu’on se met nous-mêmes des chaînes aux pieds ?

    1. En France on en est encore très loin. On mange plutôt bien, le canapé est confortable et la « télé-lobotomie-dernier-cri » fonctionne très bien, alors le reste… Qu’est ce qu’on en a à faire ! C’est quoi Dexia au fait ? Une marque de congélateur ? Vite, il faut que je l’achète. Allô, Cetelem ?

      1. En maintenant en vie ceux qui vous exploitent vous avancez l’heure de votre mort.
        Les vers sont dans le fruit.
        Votre société est pourrie.
        Vous ne pourrez vous en sortir qu’en détruisant ceux qui existent.
        Si vous ne le faites pas ceux là vous détruiront.

      2. Bertrand, il y a surement des gens ignobles dont le trépas ne nous gênerait pas . mais nous n’avons pas à décider de leur mort . Tout ce qui est en notre pouvoir c’est au contraire essayer de susciter le vivant , ne pas demeurer en l’état de boyau vide et vain . comme un tonneau des danaïdes . Il me semble que tout ce qui se fait n’a d’autre but que se reproduire, on accumule pour accumuler davantage, on accroit les nombre des puissances énergétiques pour accroitre ces puissances , on apprend à l’école pour transmettre les enseignements reçus , système en vase clos qui se mord la queue , et inutile dans ces conditions, sans ouverture vers quelque chose d’autre ? que cet autre soit intérieur ou extérieur, cela correspond à un mouvement . Or manifestement, depuis qu’existe une conscience il lui a toujours fallu s’opposer à ce fond ténébreux, destructeur , plombant l’existant . la réponse par le meurtre ne peut pas donner vie . cela revient à se tuer soi-même.
        la guerre , peut-être échappe à cette logique . mais quand on voit les bombes en puissance que sont les centrales, les bombes dans les arsenaux, autant dire que la guerre serait la fin de la planète . ( y en a que ce scénario ne dérange pas ) .
        de quoi se poser plus de question que d’affirmer quoique ce soit .
        On est toujours dans la balance : un coup à droite un coup à gauche , tenaillés par notre révolte , puis relâchés , rêveurs, songeant que la « pensée » puisse aussi opérer sur la pensée .

        nous détruire le corps n’est pas le pire . (nous) briser l’être (âme) , là ça ne passe pas .
        la terre est « âme » ( plus que symboliquement ) par ses êtres . d’ailleurs, son apparence immobile (immuable) est un outil merveilleux, et qui dure .

        ( je poste , peu convaincu par la présente )
        P.S. un peu quand même persuadé qu’on est otage d’entités diaboliques qui nous empêchent et nous mettent au pas . on bouge on est mort , on ne bouge pas , on ne vit pas …

        il y a une photo où l’on voit les ouvriers chinois en rang militaire, devant leurs machines , Jducac doit apprécier ce genre là …

  12. « Le surlendemain aura lieu une grève générale simultanée des Portugais, des Espagnols et des Grecs »…….et des français ? Non ? Ca roupille encore ?

    1. Thibault était occupé à compter les membres encore présents dans sa cour et à faire élire son dauphin. Mailly tente d’éviter les coups du bureau national et de la base qui le découvrent pour ce qu’il est : un mou, un consensuel du côté manche, un syndicaliste à deux balles. Et Chérèque, qu’est-ce qu’on peut dire sur Chérèque et cette malheureuse CFDT repeinte en jaune, sinon « dehors le néo-libéral grimé en syndicaliste ».
      Mais si la triple grève générale marche, ça va donner des envies et des idées à tous les petits Xavier Mathieu de la base…Heureusement que François Leclerc a fait ce papier, parce que j’avais pas vu un mot dans les médias du Marché.

    2. A Valérie.. »
      Plus facile de fulminer derrière son clavier ou entre collègues que de se bouger,parole de » militant de base »…Nous sommes,il me semble,sept pour cent de syndiqués dans ce pays,toutes crèmeries confondues.Beaucoup de mes collègues râlent…et c’est tout.Quand ils ne s’en prennent pas aux syndicats(Bourrés de défauts et de bureaucrates,certes,mais qui peut mettre les gens en mouvement à l’heure actuelle?)!
      Il y aura bien manifs et grèves chez nous(Oui,ce n’est pas grand chose…),combien en seront?

      1. « combien en seront? »
        Sans doute pas moi, lol. J’aurais pu utiliser le « certainement pas moi », mais le futur étant un élement qui n’existe pas, je peux juste me positionner sur une « action »présente.
        Et mon action présente consiste depuis quelques années à conscientiser que le changement viendra de ma nouvelle façon d’être, de choisir un chemin , d’agir.
        Alors je change et ça demande un sacré travail que de bouger ses propres paradigmes.
        Je n’ai jamais eu confiance dans ces syndicats français, le temps me donne raison. Ceux qui y adhèrent ont de l’espoir, mais l’espoir ne fait pas grand chose…le temps me donne raison aussi, lol.
        Je pense que les manifestations qui ont lieu « là bas », en dehors de chez nous sont enfin des manifestations qui prennent sens car les peuples sont passés derrière le miroir de la réalité, qu’ils voient le système tel qu’il est et que face au mur (on les dépuillent de tout), ils vont se prendre en main….et que donc, les syndicats ne font pas le mouvement, que cette vague est humaine, pas syndicaliste.
        Si ce mouvement collectif et humain venait à prendre forme chez nous, je ferais partie du cortège….s’il s’agit de continuer à faire du cache misère avec les représentants syndicaux qui ne protègent que leurs propres intérêts, je resterais chez moi et je continuerais à changer et améliorer ce qui peut l’être encore…..et à le mettre au service du collectif, dans le silence et le sentiment de changer les choses à ma mesure.

      2. valérie je suis comme toi mais force est de constater que seule les manifs syndicales en France rencontrent un peu de « sono » dans les médias. évidemment et c là que je te rejoins, aucune répercussion sur l’action des gouvernements. Quand on voit Chérèque « être ouvert » à un débat sur la compétitivité, ce n’est pas être constructif, c’est suivre le troupeau sans interrogé, jamais, les causes profondes. Donc tu as raison, le changement ne viendra bien sûr pas de Hollande, mais pas non plus des syndicats. Il ne faut cependant pas les tuer comme on jette le « bébé » avec l’eau du bain, car ils représentent quand même le dernier verrou (faible j’en conviens) avant la destruction programmée du Code du Travail. Mais pourquoi dis-tu en france? Il me semble que c’est partout du même acabit, voire même pire dans les social-démocraties européenne où ils se sont tous vendus au système libéral, pression des classes moyennes oblige, pour avoir un peu plus de salaire direct en échange de beaucoup moins de salaire différé (retraites, prestations sociales, ..) la victoire l’Homo Oeconomicus = épicurien, tout tout de suite on verra après? C’est pour cela que je suis très sceptique sur une éventuelle réforme de la manière de penser. Dès que le « prolo » accède au statut de classe moyenne, il en veut toujours plus et vote à droite (prémisse dans la manif de « droite » en Argentine hier)

      3. Voulez-vous dire qu’il y aurat une demie journée de patronage?
        Au fait, le gouter et offert ou faut-il que j’améne le mien?
        Nous ferions mieux de nous bouger véritablement en prenant les armes. Is not alternative!

      4. Titi :
        J’ai l’impression que ce qui bouge en europe,même initié par des syndicats, est un raz de marée général et humain. Ce n’est qu’une impression, je ne suis pas sur place, je ne connais ni espagnols, ni portugais, enfin personne qui pourrait me parler de ce qui s’y passe réellement.
        En France, me semble t-il toujours, le peuple n’a pas pris la mesure des choses.
        Une usine ferme ? Une poignée concernée fait du bruit, les autres regardent à la télé.
        Dans l’europe qui est déjà à genoux (les français ne le perçoivent pas encore chez eux), l’unité est là : jeunes, moins jeunes, travailleurs (ceux qui restent), chômeurs, privé, public…enfin tout le monde est dans la rue, et même parfois les forces de l’ordre (en Grèce par exemple).
        Bon, je suis quelqu’un qui croit encore en l’humain et considère que nous ne sommes pas une expérience ratée….donc…..un soulèvement GENERAL, sain et juste va prendre forme même chez nous et j’en serais. Le changement est forcement en route.
        Comme tu le dis, le « prolo » qui a son frigo plein et ses RTT se contente de « vivre » sans (se) poser de questions.
        Mais il semble que les vrais questions émergent à cause (grâce à ?) de cette crise à multiples visages. Consommer quoi et pour quoi faire ? Vivre, c’est être salarié, mais de qui et pourquoi ? Je n’entends plus que des questions autour de moi et un constat : la société marche sur la tête…et nos voisins européen haussent le ton de concert….manque juste la France, mais comme dit l’autre : « ça va viendre ! ».

      1. C’est une journée d’action prévue le samedi 17 novembre. C’est un appel pour du covoiturage, du matériel de camping ou toute autre aide. Cet aéroport peut être un autre Larzac. Ou quelque chose de nouveau, à inventer par ceux qui se trouveront là. Une protestation, une cristallisation de toutes les frustrations et/ou absurdités qu’il faut supporter depuis quelques années…
        Le moment d’ouvrir les yeux à nos chers politiques ? Un message pour leur faire comprendre qu’ils ont intérêt à commencer à s’attaquer aux vrais problèmes ?

    3. Les Français roupillent ? Vous parlez de vous, de votre nombril .
      Venez un peu sur le terrain soutenir les militants qui se défoncent pour défendre l’emploi, les conditions de travail , les salaires et qui mettent leur carrière, leur famille en jeu , perdent du salaire en faisant grève, se font sanctionner ….
      Vous attendez que le mouvement prenne forme pour vous y joindre comme les pleutres qui ont rejoint la résistance en … 1945.

  13. Merci pour cette brève chronique de l’infamie renouvelée.

    « « les nouveaux fonds apportés au pays servent surtout à rembourser des prêteurs imprudents » déplore-t-il, en précisant que ce sont ceux dont les établissements financiers ont quitté en urgence la Grèce. »

    Tout simplement infect. Dans peu de temps, si les populations passent à la vitesse supérieure de résistance, comme l’augure cette grève générale prévue dans 3 pays de manière coordonnée, on fera des contrats sur les banquiers. Des contrats citoyens. Ce sera pas deux balles, mais deux décennies de prison, et bien sûr saisie des biens et privations des droits civiques.

    1. Des contrats citoyens. Ce sera pas deux balles, mais deux décennies de prison, et bien sûr saisie des biens et privations des droits civiques.

      « Le rêve ne mange pas de pain… »

      Il y a néanmoins 2 solutions :

      Soit par une véritable démocratie citoyenne et des jurys populaires.
      Soit par les armes.

      Etant une non-violent avéré ( je me retiens ) je préfèrerais la première solution

      1. Le rêve ne mange pas de pain, surtout quand des pelletées de français décérébrés reconduisent les mêmes représentants de la caste du pognon à gogo. Et transforment à chaque élection ta « démocratie citoyenne de jurys populaires  » en utopie…

  14. Honte! Honte!
    Bon à savoir: si vous travaillez dans le cadre d’un projet européen pour une université en Europe, dans le cadre de la soi-disant « mobilité », vous ne pourrez pas vous réinscrire à la Sécurité Sociale, à moins de retravailler 60 heures en France. En clair: vous avez été expat pour 1 ou 2 ans, vous devez prouver que vous êtes revenu habiter sur le sol français!
    Quant à toucher le chômage, n’y comptez pas: pour ça, il fallait s’inscrire dans le pays où vous avez travaillé, et donc y garder résidence et de préférence être capable de discuter dans la langue locale avec le pôle emploi local.
    Ah si, vous pouvez « peut-être » toucher 3 mois de chômage (au lieu de 12) dans votre pays d’origine, mais « après étude de votre dossier » et une fois que vous aurez obtenu de l’administration du pays où vous avez travaillé un papier résumant vos semestres de travail!

    Avec des lois comme ça, la Commission n’espère tout de même pas être encore là dans 10 ans!?

    1. Vous rappelez vous de la dernière fois où la commision vous a demandé votre aval pour une quelconque décision?

  15. La troïka va exiger toujours plus et ne donnera que le minimum du minimum pour pouvoir dire qu’elle a tenu sa parole en donnant ( mais pas du tout ce qu’elle avait promis ) .

    La troïka , le film d’horreur qui fait un tabac en Grèce et en Espagne , prochainement dans tous les pays d’Europe .

    1. Tain, j’ai eu peur, j’ai cru qu’elle voulait la liste des 2 000 plus gros fraudeurs et/ou évadés fiscaux grecs…

      1. erde, félicitaions pour les posts, c’est du très très haut niveau, si si vraiment. Très haut niveau de nullité. Au mieux. Le plus souvent juste d’ignominie.
        Sur les 2 000 en question, de fraudeurs, globalement la liste Lagarde des 2 000 de Kostas, je m’en tape le coquillard. Je préférerais, tant qu’on y est, qu’on diffuse carrément la liste des centaines de milliers de fraudeurs grecs à hauteur de dizaines de milliers d’euros annuels non déclarés… Professions libérales et petits entrepreneurs essentiellement…

    2. Excusez-moi du terme…

      C’est dégueulasse ces méthodes. La liste des noms maintenant et quoi encore?…

      On devrait juger les gens qui ont des idées pareils.

      1. T’as raison Vigneron
        sont plus nombreux ces pelés, ces galeux qui fraudent quelques zeuros par ci par là, que les grands compte qui finalement ne font que de l’optimisation fiscale.
        Vive la justice de classe
        Ya pas mieux!

      2. Tchouc tchouc nougat :

        . L’évasion fiscale sur l’impôt sur le revenu pour les personnes travaillant à leur compte en Grèce atteignait, en 2009, 28 milliards d’euros, selon une étude universitaire publiée en juin. Soit 31% du déficit budgétaire grec en 2009 (48% en 2008).
        […] Le gouvernement grec avait en effet tenté de faire voter, en 2010, une loi imposant un audit des revenus pour les professions libérales déclarant des revenus anormalement bas. Le projet n’a jamais été voté.
        Évasion fiscale moyenne (en euros par an) – Coefficient de revenu
        Médecins & professions médicales 29 343 – 2.45
        Ingénieurs & Science 28 625 – 2.40
        Éducation 24 742 – 2.55
        Comptabilité & services financiers 24 573 – 2.22
        Domaine juridique 24 032 – 2.24
        Fabrication 22 598 – 2.26
        Médias & Arts 1 8360 – 2.22
        Hôtellerie & Restaurants 15 884 – 1.99
        Construction 13 919 – 1.85
        Services commerciaux 9 438 – 1.62
        Transport 9 320 – 1.51
        Agriculture 9 288 – 1.75
        Services à la personne & domaine pharmaceutique 7 531 – 1.49
        Commerce de détail 5 215 – 1.27
        Autres 3 370 – 1.22

        http://m.lexpansion.com/economie/qui-fraude-le-plus-en-grece_332102.html

      3. Sauf que ce fric au black a fini dans des banques suisses ou autres sans que jamais ces dernières ne s’en soient inquiétées….D’autre part, cela n’a guère empêché les milieux financiers et industriels (armée par exemple) de s’en mettre plein les fouilles….Les torts sont partagés largement…Et puis je n’aime pas les généralités telles que « les grecs » ou les « allemands », etc.
        Et si tous les pays du monde sont endettés, où est passé l’argent me demande une petite fille? Que me conseillez-vous de répondre? Je leur dit que les grecs sont de sales fraudeurs???

    3. 2012: On se civilise à grand pas: l’occupation devient bonasse.

      France, 1941-43. Pour les représailles, le Militärbefehlshaber in Frankreich
      exigeait du gouvernement Pétain des listes nomitatives des gens à tuer…
      ( Après, l’ association SS-milice allait se servir directement)

    4. C’est assez simple et cela se résume à une requête SQL du type :
      « SELECT * FROM PublicSector.servants WHERE diplome < 'Bac+4';"

      Encore faudrait-il que la fonction publique ait décidé d'informatiser et d'automatiser les processus. Mais automatiser, pour le gouvernement, c'est prendre le risque de ne pas pouvoir contrôler ce qui se passe en interne (lire : pouvoir placer son dernier petit cousin dans la fonction publique).

      Il semble qu'il n'y ait aucune considération sur qui bosse vraiment, qui est rentré par clientélisme etc. Pour résumer, certains de ceux qui ont des idées, qui veulent vraiment bosser et faire avancer les choses vont être dégagés quand d'autres qui sont venus par la force du saint "Maire" vont rester.

      Il y a 2 ans, je discutais avec des employés du service public qui me disaient : "En Grèce, il faudrait virer tous les fonctionnaires, moi y compris, et refaire un listing des fiches de postes pour embaucher des profils qui correspondent".

      Aujourd'hui, ils me disent : "C'est trop tard désormais, chaque licenciement aujourd'hui va aboutir à une famille en plus dans un situation dramatique. Cette crise va devenir humanitaire".

      Alors chacun pense à partir, et je suis moi même en train d'y penser.

      1. Alors chacun pense à partir

        oui, mais cela va arranger fortement les prédateurs de tel et tel Pays …qui n’attendent que cela …
        un grand déportement de la population grecque …et l’accaparement définitif du territoire, et de ses richesses … avec dépeçage entre plusieurs multinationales …qui, s’octroyant telle île, qui, tel pied sur la méditerranée, qui, tel sous-sol maritime … les grecs ayant tout perdu : leur richesse, leur Histoire, leurs monuments, leurs terres agricoles, la beauté des lieux …tout ce qui fait sens .

        le fascisme financier est bien à l’oeuvre : le pire des totalitarismes jamais connus …
        et, en cela, largement aidé par les pseudo-libertaires : en fait d’anarchistes, seuls les anarchistes espagnols valaient quelque chose : j’ai le plus grand respect pour eux .

        et après, « on » se permet de faire la leçon aux autres Pays, ou zones non parfaitement « démocratiques » ! c’est à hurler !

        est-il vrai que glodmansacque-boy, soit dragheur en eaux trés troubles et fortement polluées va faire pondre un nouveau billet « européen », avec la figure d' »Europe » ? : si c’est le cas, c’est pousser le cynisme trés loin … je commence à ne plus avoir envie d’utiliser l’€ … vivent les monnaies locales ! ( et encore moins la monnaie d’onc’picsous ) : il serait grand temps qu’elle vire, celle-là !

    5. Autrement dit, entre cette fuite et le non déblocage d’un pret « sérieux », la Grèce et l’Euro, c’est bientôt la fin. On interprète mieux maintenant la fausse solidarité des autres gouvernements européens (Hollande et consorts) lorsqu’ils disaient : « il faut garder la Grèce dans l’Euro ».
      En fait, la garder tant qu’il y a quelque chose à plumer, et la virer quand il n’y aura plus rien. Vu sous cet angle en effet, belle solidarité….

      1. Le seul but de garder la Grèce dans l’Euro = rembourser les créanciers tant que c’est possible = ruiner le Peuple grec. Plus les jours avancent et mieux se dessinent les fausses valeurs universelles de ce projet européen décrit dans le billet « les leçons de l’histoire » publié cette année par Paul.

      2. evidemment les tenants du programme actuel de spoliation de tous par les quelques mêmes crieront « pas constructif ». Qu’ils le disent aux grecs….

  16. Bon, je ne voudrais pas déranger, mais la honte est une valeur inculquée aux pauvres. La fin justifie les moyens, le dictat ne s’encombre pas de ces valeurs judéo-chrétiennes pour définir comment engraisser les vautours et plumer les pigeons. Les derniers chefs d’état et leurs couleuvres de cabinet ne dérogent pas à cette sacrosainte règle.

  17. Ce qui me choque c’est que personne ne parle de faire repartir la croissance. Comment développer les ressources de l’agriculture de la Mer, du tourisme plus les quelques industries qui leur reste. Comment permettre à la population d’avoir de quoi se loger et se nourrir . Ca me paraît primordial et possible.

    1. Les organisations économiques parallèles ne vont-elles pas s’y employer ? Le racket en col blanc organisé avec l’appui de Bruxelles, par quelques banques, n’a-t -il pas donné tout ce qu’il pouvait ? La destruction de l’imaginaire social des Grecs n’est-elle pas achevée, sans que rien encore ne soit venu remplacer l’ancien ? Ainsi :

      … la dette publique, le délabrement de l’Etat, la corruption, la violence, ne sont plus l’apanage des pays en développement. Dans l’Europe d’aujourd’hui, l’autorité de la loi est partout remise en cause ; se développe une économie illégale, souterraine, qui représente sans doute désormais près du quart de la richesse produite dans l’Union. Se développe aussi (et c’est bien plus grave), une économie criminelle, de la drogue à la prostitution ; elle s’insinue dans l’administration, la police, la justice même.

      J.Attali

      Avons-nous des nouvelles (1) de cette histoire de gaz en mer Egée : – en laisser à la Grèce quelques bulles, lui permettre ainsi de continuer à payer les dettes, mais empocher en direct l’essentiel des bénéfices d’exploitation des concessions ? J’ai cru comprendre qu’il n’y a pas que les gisements de « Leviathan » (entre Chypre, Israel, et la Turquie)

      Allez, je fais un pari 😉 20% pour la Grèce payer « ses dettes », 20% pour la Turquie et 60% pour Noble Energy et quelques autres

      Quel est « la suite » de Hellenic securisation

      Comment interpréter l’intense « activité pétrolière » en Grèce, cette conférence et cet imbroglio « http://www.athensnews.gr/issue/13429/37154?action=print »

  18. Je ne sais plus quoi dire sinon que les bras m’en tombent…
    Le gouvernement grec avait capitulé une première fois sous Papandréou mais avec la condition d’un prêt de l’Union Européenne.
    On peut appeler ce qui vient de se passer littéralement de « capitulation sans condition » puisque les mesures drastiques acceptées par le Parlement Grec le sont  » sans condtion » de prêt sérieux (prêts à court terme = de qui se moque-t-on, sauf à constater que repousser sans cesse le constat d’échec devient de plus en plus difficile).
    Malgré ce constat implacable, la propagande libérale bat son plein en France avec le débat sans objet sur la compétitivité, car en effet, malgré toutes les mesures allant dans ce sens depuis trente ans, combien d’emplois ont été créés? Peut-être faudrait-il retourner la question : combien d’emplois ont été détruits? Les imposteurs de la « science économique », religion se donnant des airs de science par l’emploi de termes techniques ineffables aux simples mortels que nous sommes comparés aux puits de science infuse que représentent les experts (de moins en moins) télégéniques.
    A l’heure où Paul Jorion fait des propositions claires, raisonnables et intelligentes sur son blog, une opération « grand lessivage de cerveau » est programmée lundi prochain sur France 3 à une heure de grande écoute. En effet, Il faut bien préparer les esprits à la purge troïkane. (voir aussi les fuites sur la réflexion de « sages » allemands sur la manière de résoudre le « problème » français.

    Voir sur mon blog ce que je dis de cette émission grand spectacle et du débat sur la dette et la compétitivité qui fait complètement l’impasse sur les origines de cette dette :
    http://santacristo.canalblog.com/archives/2012/11/10/25544477.html

  19. Le pseudo ‘miracle’ Allemand:

    pour votre info: http://www.presseurop.eu/fr/content/news-brief/981331-l-enorme-dette-cachee-de-l-allemagne
    « La vérité », titre le Handelsblatt qui coupe court à la présumée parcimonie de l’Etat allemand, des chiffres faramineux à l’appui. Officiellement, la dette allemande en 2011 est de 2 000 milliards d’euros. Mais ce n’est qu’une demi-vérité, car la majeur partie des dépenses prévues pour les retraités, les malades et les personnes dépendantes ne sont pas inclues dans le calcul. D’après des nouveaux chiffres, la véritable dette se chiffre en 5 000 milliards d’euros supplémentaires. L’Allemagne serait donc endettée à hauteur de 185 % de son produit intérieur brut et non pas 83 % comme officiellement annoncé. Par comparaison, la dette grecque devrait être de 186% du PIB en 2012, et la dette italienne est actuellement de 120%. Le seuil critique au-delà duquel la dette écrase la croissance est de 90%. Depuis son arrivée au pouvoir en 2005, Angela Merkel, « a créé autant de nouvelles dettes que tous les chanceliers des quatre dernières décennies réunis », remarque l’économiste en chef du quotidien économique. « Ces 7 000 milliards d’euros sont un chèque sans provision que nous avons signé et que nos enfants et petits enfant devront payer. »

    1. Ces 7 000 milliards d’euros sont un chèque sans provision que nous avons signé et que nos enfants et petits enfant devront payer.
      Non! On ne paiera pas!

    2. Et ben !
      Si les états se mettent à utiliser les même « règles » de calcul que les banques pour leurs bilan…
      C’est que la fin est proche…

      Faites vos jeux, rien ne va plus !

      François Leclerc n’a pas fini de bosser…

  20. Cela fait longtemps que la socialisation des pertes des banques privées a été planifiée et déguisée sous de pseudo restructurations succesives

  21. Au passage, il a dévoilé le pot aux roses : « les nouveaux fonds apportés au pays servent surtout à rembourser des prêteurs imprudents » déplore-t-il,

    En effet, 30 milliards sur les 31 milliards prévus si je ne me trompe pas.
    Je n’arrive pas à imaginer des gens du genre de Van Rompuy, un belge quand même, rompu aux compromis, essayant de satisfaire tout le monde dans le respect, humaniste chrétien etc… ainsi que d’autres européens à la barre de l’Europe, infligeant un tel traitement à des peuples européens si proches. Ce ne sont pas nazis quand même, pourquoi sont ils capables d’agir d’une manière aussi contraire à l’esprit européen, faire preuve d’un tel cynisme… C’est quand même une vraie question, non ?..
    Personnellement je pense qu’ils se croient obligés de ne pas trop remuer sous peine de faire s’écrouler tout le bazar, résultat logique issu d’un mélange d’impuissance politique et de sujétion à des alliés économiques, ceux-ci justifiant pleinement l’adage « avec de pareils amis, plus besoin d’ennemis »…

    Ils me font penser aux ingénieurs de Tepco dans leur salle de contrôle, essayant de trouver dans l’urgence quelques batteries électriques sur le parking de la centrale pour essayer de garder un semblant de contrôle sur les événements. Ca n’a pas empêché le toit des enceintes de sauter comme des bouchons de champagne : PoP, dirait Grégory

    Ca ne les excuse pas, et surtout ça ne les grandit pas. Des minables opportunistes, plutôt,… Il faudrait quand même que quelqu’un leur dise qu’on voit clair dans leur jeu, que ce n’est plus la peine de faire semblant d’être à la hauteur ou de diriger quoi que ce soit… Ils gagnent du temps, c’est tout, en sacrifiant un peuple au passage parce que c’est celui qui est susceptible de se plaindre le moins violemment pour le moment.

  22. Bientôt la troïka en France ?
    La presse se fait l’écho de la sollicitude des libéraux allemands

    « (Boursier.com) — Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble aurait demandé au Conseil des experts économiques de son pays de réfléchir à des propositions de réformes économiques pour la France, craignant une chute de la deuxième … »

    C’est déjà la conséquence de l’adoption du Traité budgétaire européen ?

    Autre nouvelle

    « La « troïka », autrement dit le FMI, l’Union européenne et la BCE, réclame à Athènes une liste nominative des fonctionnaires qui seront licenciés d’ici à la fin de l’année »
    Origine le journal la Tribune.fr

    1. Vous lisez le blog ?
      C’est du réchauffé. Pour la liste nominative, c’est brulant, brûlé, déshydraté, volatilisé, et pas que H2O, reste le charbon, donc carbonné , bref inconsommable. Et y’a pas même besoin d’une fourchette à long manche.

  23. Bonsoir

    La Grèce n’était pas au niveau économique pour rentrer dans l’Europe, c’est la France du moins quelques énarques au pouvoir, irresponsables statutairement et donc pouvant librement philosopher beaucoup puisque l’addition est payée par les autres, ont fait force pour que la Grèce y rentre. Le problème des grecs a commencé alors.

    Quelqu’un ici a suggéré de relancer la croissance, l’économie! Les esprits magiques agitent leurs marottes!
    Aquaculture?: la méditerranée est une mer morte depuis longtemps, pour nourrir les poissons enfermés dans les parcs: farines bourrées d’antibiotiques etc…. Mange mon pote!
    Le tourisme? Déjà exploité à fond! l’agriculture ? même chez nous elle ne survit que subventionnée!
    Trouver des nouveautés? facile à dire il faut beaucoup d’argent investi dans la recherche pendant des générations et une implication forte de tous….

    Les grecs fraudeurs? et nous?

    Les Allemands endettés à 2000 ou 5000 miliards? Ils ont, selon les critères dominants, les bases pour rembourser: c’est pour cela qu’ils trouvent des investisseurs….

    Tout ceci est une épouvantable tragédie dont nous ne sommes pas innocents ; chercher des responsables? C’est le système donc c’est tout le monde!

    Nous en sommes peut être à ce point où Winston Churchill de retour pourrait dire :
     » Encore une fois, je ne puis vous promettre que du sang, de la sueur et des larmes! »

    Certains se conduiront comme des hyènes , « Au bon beurre », d’autres , peu nombreux sauveront l’honneur, l’espoir de l’humanité…..

    On peut se poser la question : le blocage de nos très vieilles sociétés européennes , fondées sur le mandarinat , n’est il pas semblable à celui dans laquelle se trouvait la Chine au début du 20ème siècle, déchirée entre les « Seigneurs de la guerre » ?

    Mais certains se contentent d’ajouter à la chanson de Gavroche:
     » Maintenant j’ai bien les crocs, c’est la faute à l’euro! »

    Cordialement!

    1. @ Steve 10 novembre 2012 à 19:06
      Vous faites une très bonne analyse. La grande majorité des gens ne comprend pas ce qui nous arrive. Une bonne partie ne voit même pas qu’à force d’avoir prôné la lutte du travail contre le capital, un anticapitalisme primaire, sorte de réflex non raisonné, s’est installé dans certaines régions plus qu’ailleurs, notamment en Europe du Sud, conduisant à y délocaliser le capital productif et à y localiser le chômage.

      Quel beau résultat !

      Il faudrait repartir à la base pour expliquer les vertus et l’utilité du capital, du capitalisme et de l’esprit capitaliste sans lequel l’homme n’aurait pas évolué et serait resté à la condition animale.
      Le mieux serait que les leaders aident leurs troupes à le découvrir et à le comprendre. Malheureusement, il n’est pas certain que même les plus hauts dirigeants syndicaux et politiques, quel que soit leur bord, soient en mesure de le faire.

      Il faut faire comprendre, qu’au stade de développement où nous sommes arrivés, il faut mettre en jeu de plus en plus de capital pour créer de la richesse, et que cela suppose de ne pas consommer toute la richesse crée, contrairement à ce que demandent les inconscients qui revendiquent, en France, toujours davantage de pouvoir d’achat, c’est-à-dire de pouvoir consommer.

      Il y a une dizaine d’années, l’Allemagne a freiné l’augmentation des salaires et a augmenté la TVA pour atteindre cet objectif. Bien qu’elle ait fait la démonstration du bien fondé et de l’efficacité d’une telle démarche, on constate qu’une forte proportion des Français, pourtant suffisamment armés intellectuellement, font mine de ne pas le comprendre.

      1. @jducac

        Franchement quand je vous lis jducac :  » Il faudrait repartir à la base pour expliquer les vertus et l’utilité du capital, du capitalisme et de l’esprit capitaliste sans lequel l’homme n’aurait pas évolué et serait resté à la condition animale.  » … je balance entre la sainte colère ou le rire ironique.

        Vos propos sont si sidérants qu’il semble bien inutile de vouloir vous convaincre. Vous me faite penser à M. Alain Gérard Slama qui sautille sur son fauteuil et qui s’amuse à lancer tout sémillant et visiblement très excité :  » De toute façon, le capitalisme renait toujours de ses cendres « .

        Certes. Pour l’instant ce n’est pas tout à fait faux. Mais visiblement, ni vous ni M. Slama, ne faites allusion aux cendres proprement dites. Ces cendres se sont toujours des millions d’êtres humains qui sont là inertes, rassemblés en tas.

        Au XVIII ° siècle les cendres ce furent les esclaves amérindiens, puis jusqu’au XIX ° les cendres ce furent les esclaves africains, puis les cendres pendant la première guerre mondiale, ce furent des millions de jeunes européens et autres déracinés envoyés sur le gigantesque champ de bataille , en 1933/1945 les cendres ce furent plus de 6 Millions de Juifs européens et au final les cendres ce furent aussi plus de 80 Millions de morts sur la totalité de la surface de la Terre.

        Et prochainement ? Qui est encore sur la liste ? Moi ? Vous aussi  » jducac  » ?

        Sans l’esprit capitaliste dites-vous  » jducac  » ,  » l’homme n’aurait pas évolué et serait resté à la condition animale  » ?

        Vous vous écoutez parler parfois ?

      2. Il y a une dizaine d’années, l’Allemagne a freiné l’augmentation des salaires et a augmenté la TVA pour atteindre cet objectif.

        Oui, mais en Allemagne, le coût du logement (poste le plus important d’un budget, en particulier quant il est bas), est au minimum 1/3 moins élevé qu’en France: résultat, autant de pouvoir d’achat en plus, en particulier pour les faibles revenus….

        Une « marge de manoeuvre » qui n’existe donc pas en France, ne pas se faire d’illusion sur le sujet.

      3. @ JEFF 11 novembre 2012 à 04:09

        Vos propos sont si sidérants qu’il semble bien inutile de vouloir vous convaincre

        Vous pensez que le capital et le capitalisme sont mauvais, probablement parce qu’on vous l’a fait croire et que vous en êtes persuadé. Avez-vous remarqué qu’il en est de même pour les araignées qui effraient la gente féminine. Idem pour les crapauds que les enfants s’emploient stupidement à faire souffrir ?
        http://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/victor_hugo/le_crapaud.html

        Savez-vous qu’il y a des milliards d’hommes et de femmes qui ont vécu et qui vivent encore hors de ce type de conviction empreinte de haine et de malveillance à l’égard du capital des capitalistes ?

        L’homme, surtout s’il se croit supérieur et foncièrement bon, n’est pas à l’abri de verser dans ce type de dérive tendant à condamner et à inciter à condamner ses semblables et leurs façons de pratiquer surtout si elles les conduisent à l’obtention de résultats supérieurs qui engendrent convoitises, jalousies et haines.

        Il n’est pas nécessaire d’être capitaliste soi-même pour être dans un état d’esprit positif à l’égard du capitalisme quand on analyse comment ont pu naître les bases du capitalisme, c’est-à-dire la capitalisation de ressources permettant de s’en servir pour améliorer les conditions d’existence future.

        Faites donc preuve d’empathie et relisez patiemment la robinsonnade écrite et proposée au blog de Paul Jorion il y a plus de deux ans, sans que quiconque n’ait été en mesure de montrer son inexactitude. Comme ma famille pauvre, j’ai vécu 75 ans de ma vie sans me poser de question au sujet des capitalistes que j’ai considérés comme mes semblables, souvent plus doués ou plus travailleurs et pas nécessairement plus mauvais que d’autres, humainement parlant.
        http://www.pauljorion.com/blog/?p=19059#comment-129478

        Sans accumulation, sans capital, donc sans capitalisme, pas d’investissement possible, pas d’évolution possible, ce qui entraine la disparition accélérée du travail, la venue du chômage et l’anéantissement. Voila où mène l’anticapitalisme !
        Nous en sommes arrivés là. Il est urgent de réagir!

      4. Une robinsonnade, Jducac, est sans aucun intérêt parce loin de toute réalité. C’est une belle histoire que l’on raconte aux enfants, du « storytelling », une machine à formater les esprits. Et cela pour une raison simple : c’est que personne ne naît isolé. Chacun, sur ce blog et ailleurs, nous naissons dans un environnement qui nous préexiste avec un père, une mère, des frères et des soeurs, des grands parents, des oncles et des tantes. Puis nous côtoyons des enfants de notre âge, puis des collègues de travail etc… Ces environnements peuvent être différents, chacun porteur de sa part d’universalité et de singularité, d’apprentissage de l’individuel et du collectif. De là émergent des différences, créatrices de diversité, de conceptions diverses du monde et du bonheur, de solutions particulières face aux défis de la vie sans qu’aucune ne puisse prétendre à une universalité totale et absolue. Donc pas plus le capitalisme – et certainement moins – que le communisme qui, selon des auteurs comme Denis Collin, serait premier du fait de la mise en commun des biens lors de la constitution des premières sociétés humaines.
        Une robinsonnade n’a donc aucune valeur d’universalité et encore moins de preuve.
        Si personne n’a pris le temps de vous démontrer l’inexactitude de votre belle histoire, c’est parce que nous savons bien que cela ne sert à rien, vous n’en démordrez jamais.
        Mieux vaut alors vous laisser à vos rêves et vos belles illusions.

      5. @ Fod 11 novembre 2012 à 15:24

        Une robinsonnade n’a donc aucune valeur d’universalité et encore moins de preuve

        Désolé Fod , vous ne démontrez rien du tout. Pire, vous vous rendez coupable de détourner la valeur pédagogique de cette robinsonnade justifiant l’intérêt de constituer une réserve (un stock, une accumulation, un capital) à chaque fois que l’on veut investir pour s’adapter à une évolution de l’environnement.

        Comme beaucoup d’autres, vous n’aviez pas compris le mécanisme de base du capitalisme et vous vous êtes fait endoctriner par des adeptes du marxisme et de l’anticapitalisme sans vous rendre compte que le capitalisme est à l’origine de l’évolution de l’homme, à l’exemple de ce qu’a pu faire ce Robinson.

      6. @ Jducac

        C’est bien ce que je disais : « cela ne sert à rien ».

        Votre Robinson, c’est un mythe et ne correspond en rien à la réalité. Puisqu’il s’agit d’une abstraction totale, nous nageons donc en pleine spéculation. Une spéculation n’étant pas une preuve, la conséquence logique se déduit d’elle-même : la seule contre-preuve possible, c’est celle de l’irréalisme, c’est l’argument le plus rationnel à opposer à toute forme de conjecture intellectuelle. C’est ce que j’ai fait et je m’en tiendrai là. À vous de nous prouver par A+B que la vie tout entière tient dans une robinsonnade.
        Quant à la valeur pédagogique, laissez-moi rire ! Tous vos argumentaires relèvent d’une idéologie sectaire. Il ne s’agit pas ici de pédagogie, mais d’endoctrinement.
        Et puisque nous parlons d’endoctrinement et que vous avez la fâcheuse tendance à accuser les autres d’être incapable de réfléchir par eux-mêmes, permettez-moi d’user à votre égard du même type de suspicion. Et vous qui vous a endoctriné au point d’être aussi aveugle sur la complexité de la réalité ?

      7. @ Fod 12 novembre 2012 à 14:04
        Pardonnez-moi de vous torturer l’esprit en sollicitant sans cesse vos neurones, obligés à d’infinis efforts pour chercher à me comprendre, sans jamais y parvenir. Ça doit finir par être déprimant.

        Peut-être, ne vous a-t-on pas appris à raisonner par similitude. Peut-être, vous est-il difficile de faire la transposition nécessaire pour découvrir l’analogie entre la fonction de stockage de poisson séché effectuée par Robinson à la fin du paléolithique, et celle utilisée par ces vilains capitalistes modernes, pour permettre les investissements nécessaires à l’évolution.

        Rassurez-vous, vous n’êtes pas le seul à rencontrer des difficultés de cet ordre.

        Mais, comme je suis toujours prêt à ne pas ménager ma peine pour porter assistance à mes semblables, veuillez trouver ci-dessous une autre explication du processus. Je l’ai faite à l’attention de Charles A. J’espère qu’il ne m’en voudra pas de vous en faire part, alors que je la lui avais initialement dédiée.
        http://www.pauljorion.com/blog/?p=43491#comment-379237

        PS : Vous savez qu’un esprit capitaliste est aussi économe. Alors quand on peut faire servir le même texte deux fois, c’est toujours autant de gagné.

  24. 5.000 militaires d’active et de réserve ont aujourd’hui défilé en civil silencieusement dans les rues de Lisbonne, appelés par leurs associations.

    Arrivés sur la place des Restauradores (qui commémore la restauration de l’indépendance en 1640) ils ont entonné Grândola Vila Morena, la chanson de Zeca Afonso interdite sous la dictature, dont la diffusion sur les ondes de la radio nationale a donné le signal du 25 avril 1974.

      1. Bien vu, Mor.
        Et le bruit des bottes BIEN audible en accompagnement est révélateur.

        Par contre, actuellement, qu’un militaire, un extrême-droite ou même un vrai gauchiste prenne le pouvoir quelque part, il se fait très vite « remettre dans les clous » par les « forces du marché »…

        Jusqu’à quand cela sera possible..?? hé bien jusqu’à ce que cela arrive dans un pays qui a l’arme atomique.
        Ensuite…

      2. Le veau-rais, on en discute ici. Viens, y’a à becqueter intellectuellement.

        CA AUSSI, c’est une des propagandes du « marché ». « Eviter les dérives »…

        Pour le seul pouvoir des bras armés des zinvestisseurs. Et là, gars et meufs, je sens que tout le monde a à perdre.
        Hors milliardaires, bien sûr.

      3. Je pense que, quelle que soit la raison invoquée, l’armée n’a rien à faire dans les rues. Ni pour appuyer le peuple ou l’idée qu’elle s’en fait, et encore moins pour le réprimer. Les membres de l’armée doivent assumer les limites à leur droits constitutionnels dérivées de leur statut. Les injustices qui puissent être commises envers eux doivent être considérées comme des atteintes au bien commun et donc discutées politiquement, etc, etc… Je vais pas faire un laïus sur les dangers d’une armée qui confond puissance et pouvoir et tout ça.
        L’armée d’une dictature, elle, est différente puisque sa puissance s’exerce en faveur d’un pouvoir illégitime. Aujourd’hui ce n’est pas le cas et la persistance de certains apprentis sorciers à essayer de le faire croire me semble plus que suspecte.

      4. Le pouvoir est de facto un dictat ….La démocratie est une dictature comme une autre …
        La vraie question est qu’est ce qui légitime le pouvoir ? ….plutot que qu’est ce qui légitime une dictature.

      5. Ah bravo Kercoz. Puisque la démocratie est une dictature comme les autres, allons-y, renversons-la sur le sofa et…

      6. à Mor

        Tout dépend de ce qu’on entend par illégitime.
        Ce que je voulais dire, c’est que des dictateurs ont été élus et, que même dans nos démocraties si fragiles qu’il ne faut pas les critiquer, la gouvernance – comme on dit de notre temps – , bien que prétendant à la légitimité du strict point de vue de la loi, et moins du point de vue de la morale, se permet tout ce qu’elle envisage sans aucunement tenir compte de notions aussi anciennes que l’intérêt général ou le respect de la parole donnée.

      7. @MOR:
        Ta réaction ainsi que d’autres montre que je me trompe ….La Démocratie n’est pas une dictature comme les autres , puisqu’elle est surtout une « Croyance » ….en celà elle rejoint les 15 siecles de théocratie qui ont précédé la Renaissance .
        Si on se place sur le critère de l’emprise d’ un système sur l’ individu , sur sa capacité a le « mouvoir » , en gos sur le degré d’aliénation …notre système actuel est le plus fort …je veux bien appeler la « souveraineté populaire » démocratie … mais c’est une prison de plus en plus petite dont la porte est grande ouverte .

      8. Il ne faut pas confondre la démocratie et la Démocratie.
        Cela revient à dire que l’idéologie de la démocratie – la liberté dictatoriale du marché – , n’est en rien semblable à l’idéal de la Démocratie – les droits et les devoirs égaux pour tous – .

        La Démocratie, non pas en tant qu’organisation parfaite de l’humanité, mais en tant que cadre structurel de la vie bonne, a pour objectif de garantir un certain type de rapports humains qui ne soient médiatisés ni par des marchandises ni par des illusions.

      9. Je veux dire que l’on peut faire de la philosophie politique ou des pieds de nez aux matraques des flics tant que ce n’est pas l’armée qui déblaye la rue. Là, ce serait tout de même un cran au-dessus dans l’escalade vers le cassage de la gueule du peuple, non ? Enfin, moi je trouve qu’il y a une différence entre les camions de kalachnikov, parait-il, planqués dans les banlieues européennes et le stock qu’ont les armées sous la main. Sans compter le savoir-faire. Alors, peut-être vaudrait-il mieux contenir les vieux démons, non ? Les rouges et les noirs.

      10. Houllala !

        Le pouvoir dans sa meilleure acception , la seule qui lui donne sens , c’est  » le plus grand état de dépendance où l’on se trouve à l’égard d’autrui  » .

        Le pouvoir démocratique s’exprime par la loi ( loi = légitime) démocratiquement et donc librement votée . Il détermine et fait respecter les contraintes communes librement cons,eties par la majorité .

        Après , on peut discuter des concepts et domaines dans lesquels  » demos » a besoin et envie de légiférer , et des conditions de formation des convictions , mais « demos » n’a rien à foutre de la loi de Kercoz , Marlowe , Yvan , Mor et Juan Nessy, ou autres apprentis sorciers qui ont déjà été remis à leur place par l’histoire et celle de notre pays en particulier !

    1. Si seulement en France, ils pouvaient faire la même chose.
      Gageons que le gouvernement va trouver la solution rapide au paiement de leur solde…
      Mais je ne serais pas contre un 25 Avril 2013

      1. enfin une bonne nouvelle , erde ;
        je viens de jeter un oeil au calendrier
        et il y aura bien un 25 avril en 2013

    1. Cela fait longtemps, malheureusement , que ce genre de monstruosité existe en Inde, et ailleurs dans le monde, avec des mafias qui se livrent au trafic d’organes. C’est l’aboutissement -difficile de dire logique- mais l’aboutissement d’une logique du tout marchandise. Et surtout de l’éviction du système, de gens qui sombrent, au point d’envisager d’en arriver à de telles extrémités horribles.

    2. Je veux même pas le lire ce truc là. J’ai déjà survolé l’article en polonais il y a qq jours 🙁

      Parce qu’en Pologne aussi ils n’ont plus que leurs reins à vendre !

      1. Parce qu’en Pologne aussi ils n’ont plus que leurs reins à vendre !

        Faut dire aussi que le foie polonais sur le marché international…

  25. Honte, Honte aux faux socialistes français !!!

    Faux-culs s’il en est, eux qui hurlaient au scandale lorsque Sarkozy voulait instaurer une TVA sociale, et qui au prétexte d’un choc de compétitivité font la même chose mais en plus sournois.

    Il est vrai qu’ils n’ont pas d’autre solution, en effet dans l’Europe ouverte à tous les vents de la globalisation, avec une monnaie unique, alors que nous venons de perdre notre souveraineté budgétaire avec le TSCG (Merci les Pseudos-Socialistes): le seul paramètre d’ajustement c’est la déflation salariale, de toutes les formes de salaire, y compris les retraites. La Grèce est le « laboratoire avancé » de cette expérimentation au sein de l’UE.
    Les allemands l’ont déjà fait avec succès(sauf pour les millions de leurs concitoyens qui sont devenus des travailleurs pauvres), alors faisons le nous aussi. « Déflatons », tous en coeur, et tant pis si on coule ensemble.
    Sont-ils idiots? Je ne sais pas, en tout cas ils sont sacrément bornés. A moins que ce ne soient des « malgré eux » de la décroissance.

    Mais si encore ils faisaient de la bonne décroissance, de la décroissance intelligente (s’ils mettaient le paquet pour aller vers une société moins vorace en énergie), mais non ils font de la décroissance stupide, tout en prétendant chercher la croissance…

    On nage en pleine absurdité!

    Question d’absurdité, je viens de voir une émission sur la 5: « Le scandale du diesel en France. »

    Le tout diesel est un choix du lobby industriel automobile français, qui l’a « imposé » aux politiques.

    Résultat aujourd’hui le diesel emplit notre air urbain de milliards de particules nocives pour la santé, et nous
    exportons de l’essence, pour en contre-partie importer du diesel.

    Et au point où l’on en est il faudrait au moins 20 ans pour débarrasser nos routes et nos villes de effets nocifs de ce carburant.

    Les japonais eux ont viré le diesel de Tokyo, il ont déjà assez de problèmes avec le nucléaire. Mais ne nous réjouissons pas trop vite
    question nucléaire nous sommes les mieux pourvus en réacteurs vieillissants, et donc en risques afférents.
    Pour être complet et honnête, pour une fois l’Europe pousse dans le bon sens, en ayant la France dans le collimateur sur cette suprématie du
    tout diesel. Le fait-elle par philanthropie? Ca c’est une autre histoire.

    Absurde, vous avez dit absurde ?

    Absurde pas vraiment pour tout le monde, pas pour ceux qui font du pognon sur notre dos et notre santé. Et qui, on n’est plus à une absurdité
    prêt, poussent des cris d’orfraie au sujet de la taille du « gouffre » de la sécurité sociale.

    S’il voulaient vraiment contribuer au rééquilibrage des comptes, il faudrait peut-être commencer par promouvoir des technologies propres et des modes de vie plus sains: gagner beaucoup de tunes, ou penser à la santé publique, il faut choisir.

    1. « Déflatons », tous en coeur, et tant pis si on coule ensemble.

      Juste un bémol, les anglais quittent le navire, et préfèrent couler tout seuls.

      Il est vrai, après avoir contribué largement à saborder le Titanic européen: logique pour cette nation de pirates.

  26. Jacques PRÉVERT,
    L’effort humain –

    L’effort humain
    n’est pas ce beau jeune homme souriant
    debout sur sa jambe de plâtre
    ou de pierre
    et donnant grâce aux puérils artifices du statuaire
    l’imbécile illusion
    de la joie de la danse et de la jubilation
    évoquant avec l’autre jambe en l’air
    la douceur du retour à la maison
    Non
    l’effort humain ne porte pas un petit enfant sur l’épaule droite
    un autre sur la tête
    et un troisième sur l’épaule gauche
    avec les outils en bandoulière
    et la jeune femme heureuse accrochée à son bras
    L’effort humain porte un bandage herniaire
    et les cicatrices des combats
    livrés par la classe ouvrière
    contre un monde absurde et sans lois
    L’effort humain n’a pas de vraie maison
    il sent l’odeur de son travail
    et il est touché aux poumons
    son salaire est maigre
    ses enfants aussi
    il travaille comme un nègre
    et le nègre travaille comme lui
    L’effort humain n’a pas de savoir-vivre
    l’effort humain n’a pas l’âge de raison
    l’effort humain a l’âge des casernes
    l’âge des bagnes et des prisons
    l’âge des églises et des usines
    l’âge des canons
    et lui qui a planté partout toutes les vignes
    et accordé tous les violons
    il se nourrit de mauvais rêves
    et il se saoule avec le mauvais vin de la résignation
    et comme un grand écureuil ivre
    sans arrêt il tourne en rond
    dans un univers hostile
    poussiéreux et bas de plafond
    et il forge sans cesse la chaîne
    la terrifiante chaîne où tout s’enchaîne
    la misère le profit le travail la tuerie
    la tristesse le malheur l’insomnie et l’ennui
    la terrifiante chaîne d’or
    de charbon de fer et d’acier
    de mâchefer et de poussier
    passée autour du cou
    d’un monde désemparé
    la misérable chaîne
    où viennent s’accrocher
    les breloques divines
    les reliques sacrées
    les croix d’honneur les croix gammées
    les ouistitis porte-bonheur
    les médailles des vieux serviteurs
    les colifichets du malheur
    et la grande pièce de musée
    le grand portrait équestre
    le grand portrait en pied
    le grand portrait de face de profil à cloche-pied
    le grand portrait doré
    le grand portrait du grand divinateur
    le grand portrait du grand empereur
    le grand portrait du grand penseur
    du grand sauteur
    du grand moralisateur
    du digne et triste farceur
    la tête du grand emmerdeur
    la tête de l’agressif pacificateur
    la tête policière du grand libérateur
    la tête d’Adolf Hitler
    la tête de monsieur Thiers
    la tête du dictateur
    la tête du fusilleur
    de n’importe quel pays
    de n’importe quelle couleur
    la tête odieuse
    la tête malheureuse
    la tête à claques
    la tête à massacre
    la tête de la peur.

  27. Faut-il croire les modèles de prévision?

    La question de la fiabilité des modèles de prévisions macro-économiques est aujourd’hui à nouveau posée, qu’il s’agisse de la France (cas du modèle MESANGE utilisé par le Trésor et l’INSEE) ou de la Commission Européenne. L’enjeu est d’importance. Il s’agit de savoir si différents organismes officiels n’ont pas systématiquement, et peut-être à dessein, sous-évalué l’ampleur de la récession, voire de la dépression, que connaissent aujourd’hui les pays du sud de la zone Euro, et si les prévisions de croissance émises par le gouvernement français, sur la base du modèle MESANGE peuvent avoir une quelconque crédibilité.

    http://russeurope.hypotheses.org/458

Les commentaires sont fermés.