L'actualité de la crise : LA GRÈCE, HISTOIRE A SUCCÈS, par François Leclerc

Billet invité.

À force de faire traîner en longueur des négociations qui durent depuis des mois et de jouer la montre, les représentants de la Troïka et ceux du gouvernement de coalition grec en arrivent à la rencontre de la dernière chance et ces derniers ne trouvent plus de mots pour dramatiser la situation, leur vocabulaire épuisé. L’enjeu est de pouvoir, ou non, rembourser le 16 novembre prochain 6,6 milliards d’euros de dette, alors que les caisses de l’État sont vides et que le versement de la tranche de 31,5 milliards d’euros du plan de sauvetage est toujours suspendue.

Le gouvernement grec souhaiterait le déblocage consécutif de la tranche prévue en septembre dernier, d’un montant de 5 milliards d’euros, car sur les 31,5 milliards d’euros de la précédente, 23 milliards seront consacrés à la recapitalisation des banques grecques (à la suite de la restructuration de la dette publique) et 6,6 milliards au remboursement de la dette…

Mais un trou de 1,4 milliards d’euros reste à combler, la Troïka réclamant un nouveau train de mesures de 9,2 milliards, après avoir obtenu de nouvelles diminutions de salaire et une augmentation de l’âge de départ de la retraite, qui représentent 7,8 milliards d’euros d’économies. Elle se comporte comme en territoire conquis, ne se contentant pas de définir le montant de l’enveloppe financière mais exigeant des mesures précises. En l’occurrence une nouvelle diminution des effectifs de la fonction publique – sans se soucier du niveau atteint par le chômage, qui a officiellement franchi la barre des 25% de la population active – et une augmentation de l’âge de départ à la retraite.

C’est le prix à payer pour obtenir une rallonge de deux ans du calendrier de désendettement, au prétexte de ne pas étouffer l’économie… Un assouplissement on le voit très relatif que le FMI et la Troïka ont estimé inévitable, mais sous conditions non négociables. On vient pourtant d’apprendre que le déficit et la dette grecs à la fin 2011 ont du être révisés, désormais établis à 9,4% et 165,3% du PIB, dégradés par rapport aux précédents chiffres publiés par Eurostat.

Christos Staikouras, le ministre des finances, a eu beau faire valoir que le multiplicateur budgétaire, qui mesure l’impact des mesures de rigueur sur la croissance, a été de 1 au lieu du 0,5 retenu par l’Union européenne et le FMI pour établir le plan de redressement financier du pays. Et que le pays allait entrer dans sa 6ème année consécutive d’une récession générée par la rigueur, rien n’y a fait ! Poursuivre sur cette voie ne peut qu’accentuer la pente du cercle vicieux dans lequel se trouve entraîné le pays, mais de l’eau aura coulé sous les ponts entre temps.

Le FMI a bien pointé le bout du nez en réclamant une seconde restructuration de la dette grecque, qui se ferait cette fois-ci au détriment de la BCE qui la détient. Mais, quoique réaliste, cette solution n’est pas politiquement acceptable pour les dirigeants européens. On reparle avec insistance d’un rachat de la dette grecque par le MES, qui se négocie sur le second marché à 25% de sa valeur faciale, faisant de celui-ci une bad bank, au lieu de la BCE qui a déjà beaucoup donné, puisqu’il en fallait une.

Devant ses pairs du Parti populaire européen (PPE) réunis à Bucarest, Antonis Samaras a trouvé les mots qu’il fallait : « D’une tragédie contemporaine, la Grèce deviendra une histoire à succès. Du symbole d’un système qui a échoué, elle deviendra l’exemple d’un retour spectaculaire ».

————

FUKUSHIMA, LA FATALITÉ NUCLÉAIRE vient de paraître aux éditions « Osez la République sociale ! » [148 pages – 11 euros.] Vente en ligne ici

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

66 réflexions au sujet de « L'actualité de la crise : LA GRÈCE, HISTOIRE A SUCCÈS, par François Leclerc »

    1. au 19 siècle, en angleterre, on pariait sur les combats entre chien et rats. le principe( pour ceux qui n’ont pas connu l’époque!!!!): un chien dans une arène circulaire et close et 10, 15, 27 rats. les rats ont peur du chien et cherchent à lui échapper. le chien se cale au milieu de l’arène et un coup de croc par ici, un par là, il se goinfre. 1 puis 2 puis 3 rats tués, la nuque sectionnée. puis vers le 5 ou 6ème rat, une conscience collective apparait, la peur disparait (ou n’est plus primordiale) et les rats, n’ayant plus rien à perdre attaquent le chien. d’où les paris: à partir de combien de rats le chien perd il?
      à votre avis qui est le chien (où ses mandataires), qui sont les rats?

      1. Le chien et les rats; version La Fontaine relookée, mais ce n’est pas très gentil pour les grecs d’être comparés à des rats – déjà on disait les PIGS… –

        Bon mais sur le fond, les grecs ont eu la possibilité de renverser la table en juin dernier.
        Ils ont eu peur de sauter du Titanic dans les eaux glacées de l’incertitude, ….mais le bateau continu à s’enfoncer, ils faudra quand même se résoudre à sauter

  1. Je suis toujours aussi effaré par cette course en avant vers l’abime en Grèce, et par cette incapacité de la Troïka et des dirigeants européens à se remettre en question alors que rigueur et réformes structurelles ne font qu’aggraver la récession et les déficits, comme prévu par beaucoup d’hétérodoxes dès le premier plan grec en 2010. Je cite parmi d’autres Lordon qui en mai 2010 après le premier plan disait déjà :
    « A l’encontre de ce que répète la théorie économique orthodoxe, les conditions de réussite des ajustements budgétaires sont particulières, rarement satisfaites et en fait fondamentalement extrinsèques : ce n’est pas la restriction fiscale (coupe des dépenses, hausse des impôts) par elle-même qui produit la réduction du déficit, mais plutôt son interaction avec des circonstances latérales comme : l’exploitation d’une aubaine de matières premières, une dévaluation plus ou moins subreptice, ou l’existence de relais de croissance externes du fait de la bonne conjoncture des pays environnants et des principaux partenaires commerciaux. La Grèce n’aura aucune de ces faveurs. Les voitures ne roulent pas encore à l’huile d’olive ; l’euro a beau baisser, il n’en interdit pas moins, par construction, la seule dévaluation pertinente, à savoir contre les partenaires européens de l’économie grecque ; quant à l’état de vigueur des partenaires en question, parlons-en, ou plutôt n’en parlons pas. Le plan grec est donc voué à l’échec, c’est-à-dire, dans le pire des cas, à une aggravation du déficit, les recettes fiscales chutant plus vite que ne s’opère l’ajustement budgétaire du fait de l’effet récessionniste du plan même, et, dans le meilleur, à une réduction du déficit si lente qu’elle condamnera de fait la Grèce à une décennie d’austérité… »
    Depuis, les mêmes remèdes ont été appliqués à d’autres, aggravant la situation d’ensemble de la zone et entrainant par dominos tout le monde dans la récession, en plus de violences sociales dramatiques.
    Selon vous, pourquoi cette folie sans fin de l’austérité qui a été en plus gravée dans le marbre avec le TSCG ? idéologie qui empêche de regarder la réalité et conduit à privilégier coûte que coûte les marchés et l’euro plutôt que les peuples ? défense des créanciers avant toute chose qui empêche d’envisager réellement des restructurations de dettes, notamment pour la part qui a explosé à cause de la crise de 2007 ? volonté très claire de profiter de cette crise pour imposer de force des réformes ultralibérales qui sinon ne passeraient jamais ? incompétence notoire des économistes et technocrates concernés ?
    Je suis par ailleurs effaré de l’absence d’alternatives côté gouvernement français, après pourtant 10 ans d’opposition et quelques années pour analyser la crise historique de 2007 avant d’arriver au pouvoir.

    1. @ Nico

      Aucune de vos explications n’est vraiment erronée.
      Et le pire, c’est que les raisons suggérées font système.
      ll s’agit depuis la Grèce, jusqu’à l’Allemagne, en passant par beaucoup de pays,
      d’ augmenter le taux d’exploitation et partant de profit,
      dans la guerre économique entre capitaux,
      toujours au couteau dans une des crises majeures
      déclenchées par les contradictions du capital,
      et qui une fois de plus, à moins de révolution
      ouvrant la voie à la démocratie réelle,
      nous conduira à toutes les barbaries.

    2. « Je suis par ailleurs effaré de l’absence d’alternatives côté gouvernement français »

      Dans ce cas vous avez besoin d’un petit rappel ou deux :
      -en avril 2007, pour sa campagne aux élections présidentielles, la candidate S. Royal fait un meeting à Toulouse en compagnie de Zapatero dont elle vantera les succès en matière d’économie ; elle n’hésitera pas à cette occasion de prendre l’Espagne comme exemple de dynamisme et en faire son modèle de réussite ;
      -en décembre 2008, alors que l’Etat est déjà exsangue financièrement, M. Aubry alors 1er Secrétaire du PS ne propose rien d’autre qu’une grande relance via la construction de HLM et la revalorisation du SMIC, devant la « plus forte hausse du chômage de l’histoire » ;

      Quand on donne les pleins pouvoirs (assemblée, sénat, conseils régionaux et généraux, mairies) à de tels visionnaires, on assume.

      1. L’alternance : une blague réservée à l’usage des gogos. Soyons sérieux, on parle ici d’économie et de finance. La politique n’est là que pour faire passer la pilule auprès des peuples. L’UMPS existe. La différence de politique entre Sarkozy et Hollande est le mariage homosexuel. C’est la mesure phare de l’alternance. Aux Etats-Unis, les électeurs ont le choix entre un parti soumis à la finance et un parti prônant plus de finance. Là aussi on trouve la ligne de clivage dans le mariage homosexuel, dans l’idéologie LBTG, dans l’avortement. Le reste est trop sérieux pour être confié aux politiques. En Espagne les socialistes se sont fait laminer et Rajoy tient la route. Je n’arrive pas à y croire. Il fait l’austérité et s’en sort. Il est possible que Rajoy a réussi à convaincre les espagnols que sa politique ne défend pas l’austérité ou qu’il a réussi à faire croire qu’en refusant les plans d’austérité il a sauvé l’Espagne de l’aide allemande.

      2. bonjour,il me semble que lors de la campagne 2007 un certain sarkosy nous vantais les crédits hypothécaires(subprime) en prenant comme exemple l’Amérique, Angleterre et l »Espagne en nous vantant leurs résultats économique!Ces crédits hypotecaires faisaient parti de son programme!Je vous rappelle que ces crédits sont les déclencheurs de la crise de 2008 en Amérique qui c’est ensuite étendu en europe. Par conséquent je me demande qui était le plus visionnaire entre Ségolène et sarkosy;Contrairement à sam suffit ,je suis sur à 100% ce que j’avance ,il suffit de le vérifier sur le net(discours de sarkosy sur les crédits hypothécaires)

      3. @Sam Suffit
        « Renseignez-vous mais il me semble que N. Sarkosy aussi a encensé le modèle espagnol »

        Possible, mais je répondais sur l’autisme de l’équipe actuelle. Concernant la précédente, le verdict a été rendu.

      4. @de freitas
        « un certain sarkosy nous vantais les crédits hypothécaires(subprime) en prenant comme exemple l’Amérique, Angleterre et l »Espagne »

        Ne me forcez pas à prendre la défense de Sarkozy svp, mais là vous vous trompez. La déflagration en Espagne n’est pas due aux crédits hypothécaires mais à la surévaluation des biens (constatée par moi-même avec des prix au fin fond de la province espagnole aussi élevé qu’en petite couronne parisienne), des durées de crédit déraisonnables (30-50 ans), et surtout la sur-construction face à une demande qui ne suit pas. On ne peut pas vivre longtemps en dehors des réalités.

      5. @Sam : Sarkosy avait surtout encensé le modèle britannique, lors de sa campagne début 2007 et cela quelques mois avant l’effondrement du système bancaire à l’été 2007.
        Entonnement, il n’en a plus jamais parlé lors de son mandat…

      6. Hé, le chafré « Le Chiffre » ! Arrête stp, sur Sarkozy le débat est clos :

        Les ménages français sont aujourd’hui les moins endettés d’Europe (parmi les…, Allemagne).
        Or, une économie qui ne s’endette pas suffisamment, c’est une économie qui ne croit pas en l’avenir, qui doute de ses atouts, qui a peur du lendemain. C’est pour cette raison que je souhaite développer le crédit hypothécaire pour les ménages et que l’Étal intervienne pour garantir l’accès au crédit des personnes malades. Je propose que ceux qui ont des rémunérations modestes puissent garantir leur emprunt par la valeur de leur logement…
        Il faut réformer le crédit hypothécaire. Si le recours à l’hypothèque était plus facile, les banques se focaliseraient moins sur la capacité personnelle de remboursement de l’emprunteur et plus sur la valeur du bien hypothéqué. Ceci profiterait alors directement à tous ceux dont les revenus fluctuent, comme les intérimaires et de nombreux indépendants.
        Source(s) Interview Revue Banque (avril 2007) Interview à la revue Cotémômes Interview dans la revue La Vie Immobilière (octobre 2006)
        Publication originale UMP

      7. Bayrou , comme Sarkozy pendant la campagne de 2007, était aussi en faveur d’une facilitation du crédit immobilier ( crédits hypothécaires cf subprimes) pour l’accession à la propriété (surtout pour les « faibles revenus », bien entendu).

      8. @vigneron

        Concernant le crédit hypothécaire : tout à fait et je n’ai pas dit le contraire, je m’exprimais sur le cas espagnol dont les mérites étaient vantés par le PS.
        Dans tous les cas, si la crise a coupé l’herbe sous le pied de Sarkozy pour ces crédits, l’immobilier a quand même reçu d’autres formes de soutien. La resolvabilisation forcée semble approcher de ses limites, à suivre..

      9. A la fin, c’est toujours la droite et le libéralisme qui gagnent, quitte à provoquer des guerres. Les socialistes sont les dindons de la farce.
        la preuve ? : au bout de 6 mois à peine de pouvoir, on leur demande déjà des comptes, alors que ceux des 10 années passées ne sont pas évoquées. Ces 10 ans nous impactent pas mal, me semble-t-il ?

  2. Indépendement du problème financier et économique du pays,la question est de savoir jusqu’a quel point les grecs sont disposés à en supporter davantage face au énième « traitement de cheval » préconisé par les diafoirus diligentés par l’inénarable troika.Je suis conscient d’enfoncer une porte ouverte en formulant cette interrogation….Seulement, à moins d’effectuer un paris sur une hypothétique résilience à toute épreuve de nos amis héllènes, les peuples ,tout comme les individus, ont leurs propres limites…

    1. Les roumains en leur temps, les nord coréens aujourd’hui. Il y a encore beaucoup, beaucoup de gras en Grèce.
      Et quand on a faim, on a plus le temp de se révolter.

  3. Moi qui pensait que le MES était fait pour « lever » de l’argent sur « les marchés » (500 milliards en fond de caisse pour en avoir 1200 ,c’est bien ça non?) afin de sauver la zone euro…

    Bah, si on le transforme en « bad bank », ça m’étonne qu’il y ait beaucoup de monde à mettre au pot parmi les z’ investisseurs ! Déjà qu’il était pas « plein »,le MES : Y a quoi dedans,pour l’instant, à part la quote-part Merkelienne ?

    Font pas attention à leur jouet :A peine acheté, déjà cassé…..

  4. Les grecs ne sont-ils pas traités comme des rats de laboratoire, avec lesquels on est entrain d’expérimenter jusqu’à quel point un peuple peut supporter des mesures de « mise en misère  » ?

    1. C’est comme dans les geôles sordides des pays totalitaires, on massacre un gars pour que les autres prisonniers en l’entendant gueuler sa mort acceptent leur sort comme une bénédiction du moment qu’il ne soient pas soumis au même traitement.
      La Grèce c’est le pauvre mec qui finira froid au petit matin…
      Les autres c’est nous…

      1. Belle image et tellement vraie. Le libéralisme est-il totalitaire? C’est surtout la stratégie du choc qui continue.

    2. Ca ne marche que parce que les Grecs se sentent en partie jugés par le reste de l’Europe. Et puis qu’ils ne veulent pas prendre à eux seuls le risque de sortir de l’euro ou de l’Europe.
      Qu’ils essaient ça en Belgique, en France, ou même en Espagne encore un petit peu, je serais curieux de voir.. De toute façon il va y avoir un dérapage à un moment ou un autre… Qui deviendra ingérable par la suite. C’est plus qu’avec le feu que les dirigeants européens jouent, c’est avec de l’explosif..

  5. Les baisses massives d’impôts pour les riches font partie des choix politiques depuis des années ou des décénnies. Celà (vise en réalité) favorise l’évasion fiscale, le laisser faire ou le laxisme par la dénonciation du mode d’évasion sans intervention, permets aux paradis fiscaux comme aux îles Caraïbes, de prospérer avec des sommes d’argents qui permettraient de résoudre nombres de problèmes mondiaux.

    Cette concentration (très massive) des richesses a eu pour prétexte politique, de redynamiser l’économie nationale par des baisses massives d’impôts. Ceci dans de très nombreux pays. Ce qui n’empêchera pas leurs grandes entreprises ou multinationales de se délocaliser en masse, avec une baisse constante des droits de douanes pour l’ouverture des frontières.

    Les multinationales sont aussi concernés par des baisses massives d’impôts, et qui de nouveau favorise l’évasion fiscal. Une multinationale se constitue avec plusieurs entreprises, entre elles, les factures vont vers des pays fiscalement plus avantageux. Ainsi, les bénéfices sont maximisés alors que le pays fiscalement avantageux a des effectifs faible en nombre de travailleurs. Les bénéfices ne se concentrent que sur des zones à faible fiscalité, pour réaliser un maximum de profits.

    Les baisses massives d’impôts sont à la fois pour les riches, et pour les propriétaires et les actionnaires des multinationales ou des banques.

    Par leurs arsenaux juridiques, avocats, conseillers, corruption de la justice (problèmes de santé publique, environnement,…), et le soutien des lois des politiques. Les multinationales ne paient non seulement pas les impôts mais se font reverser des centaines de millions d’euros, de dollars,ect…et c’est aussi le cas des riches.

    Celà va jusqu’à la création d’impôts (?) avantageux, fait sur mesure pour les riches. Les lois sont très variés, comme les niches fiscales en France et qui vont jusqu’aux aides financières pour les servants et les servantes.

    Pour éviter tout changement de cette forte concentration des richesses, on parle de matraquage pour victimiser, et de toute façon l’opposition ne revient pas (ou rarement que très partiellement) sur ses baisses massives d’impôts pour les riches, les multinationales ou les banques.

    1. On le voit bien avec le PS qui fait marche arrière sur la prise en compte des oeuvres d’art dans l’assiette de l’ISF. Fabius, fils d’antiquaire, ainsi que Bergé et bien d’autres ont dû exercer de fortes pressions…

      Le grand secret de Polichinelle qui explique beaucoup de choses sur l’économie de notre monde est que les politiques, les grandes entreprises, les (très) riches, les grosses banques et les paradis fiscaux travaillent main dans la main, pour leurs propres intérêts. Et ils tondent les moutons que nous sommes pour la plupart. Le mérite de la crise est que ce qui pouvait à la rigueur passer inaperçu devient évident et insupportable pour de nombreux concitoyens.

      Je suis profondément désolé par ceux qui gouvernent nos pays. Ils ne nous représentent pas.

  6. Définition du stage

    Un(e) stagiaire est une personne humaine travaillant gratuitement pour un patron qui se goinfre d’argent sur un individu.

    Le patron, tout en mettant la pression constante sur l’individu stagiaire pour faire plus de chiffres, encaisse à taux plein les bénéfices du stagiaire et se voît verser une somme d’argent (non négligeable pour le patron) par l’ Etat pour avoir fait bosser (ou trimer) un être humain sans versement de rémunération ou gratuitement.

    Le stagiaire vît à déficit constant, avec un coût de la vie qui augmente régulièrement, pour plus de profits pour les (et petits) patrons, les multinationales et les banques.

    Le stress au quotidien du stagiaire se situe dans son emploi actuel et, dans sa recherhce future d’un emploi (souvent précaire) à rémunération réelle, tout en sachant que plus d’ 1,5 millions d’emplois stages sont présents en exemple de la France, chiffre en augmentation régulière.

    Ce travailleur gratuit est la cible marketing afin de faire croire qu’il ou elle débute pour se former, afin que les patrons ou les multinationales, légalement soutenu par l’ Etat, s’en mette plein les poches pour se goinfrer d’argent.

    1. C’est vrai…..mais il y a l’autre versant….le stagiaire demande du temps à ceux qui le forment.
      Durant ma formation de Monitrice-éducatrice, j’ai effectué des stages non rémunérés. C’est vrai que nous remplaçons des membres de l’équipe et que sans nous, cette équipe devrait être étoffée par de vrais salariés et cela aurait un coût.
      Mais sans ces stages, je n’aurais pas appris mon job….
      Donc, je nuancerais : un stage court aide les deux parties, il s’agit d’un échange. Au-delà, les patrons qui utilisent les lois mal fichues pour faire travailler gratis des ouvriers, sont à punir.
      Trouver l’équilibre ici encore, comme dans toute chose ? Le stage n’est pas mauvais en soi, c’est l’utilisation qui en est faite ?
      Ma fille va devoir faire des stages cette année. Celui qui la prendra en stage aura de la main d’oeuvre gratuite c’est vrai…..mais très fanchement, il devra surtout la former parce que…hmmm….comment dirais-je, lol…..elle ne sait pas faire grand chose techniquement malgré sa grande intelligence ….

  7. Regardez la descente aux enfers qui nous attend…Regardez en même temps ce qu’est l’Europe et ce que promettaient les Bisounours

  8. La Grèce est une affaire juteuse: http://online.wsj.com/article/SB10001424052970203406404578072821982011376.html?mod=wsj_share_tweet

    On leur fait juste ce qu’on faisait il y a quelques années aux pays du tiers-monde. C’est juste un peu plus compliqué vu qu’il y a la « solidarité » européenne. On les saigne à blanc jusqu’à ce qu’ils en aient marre de se serrer la ceinture ou que les autres pays européens en aient marre de casquer. Au final, le return sera pas mal du tout. Et d’autant meilleur qu’ils tarderont à dire stop…

  9. Finalement, la pauvre Grèce leur sert de banc d’essai pour calibrer leur méthode au « doigt mouillé ».
    C’est une attaque contre la Société grecque, contre sa cohésion.

    Les dictateurs s’en prenaient à la composante famille d’une Société pour contrôler les individus dès leur plus jeune âge.La troika aura le triste privilège de vouloir contrôler une Société alors même qu’elle est sans défense contre cette agression extérieure.

  10. Le non banquier et non économiste que je suis trouverait tout de même assez normal (et allant dans le bon sens) que la BCE
    fasse une croix (définitive) sur les intérêts de la DS grecque qu’elle détient
    prononce un moratoire de 20 ans (pourquoi pas?) sur le remboursement du principal.
    La Grèce serait (grandement) soulagée, et aucun intérêt privé lésé. Enfin il me semble.
    Alors on me dit que ce ne serait pas conforme aux Traités. La belle affaire ! Et ramener la Grèce à l’âge de pierre, c’est conforme aux Traités ?
    Georges Bidault (oui, celui du CNR) disait jadis: « Méfiez-vous des idées simples, elles sont rarement conformes à la réalité ! »
    C’est le cas de celle que je viens d’exposer ?

  11. Le désormais célèbre anthropologue grec, de retour de son séjour parisien, a repris son blog, le meilleur baromètre pour ce qui nous intéresse. Tout le monde connaît, mais son dernier billet m’a impressionné plus que d’habitude.
    D’abord, l’UE est (devenue) une utopie :

    C’est ainsi que l’U.E. de 2012 est une utopie, c’est-à-dire un non lieu. Depuis plus de vingt ans, aucune reforme « commune » n’a été entreprise en dehors du fétichisme de la mondialisation. « On » avance, en déstructurant, c’est-à-dire en détruisant, le monde du travail et ses règles, par exemple. L’expérimentation de la vassalisation de la Grèce ainsi imposée par les « créanciers » et par les dirigeants de l’actuelle Allemagne, n’est qu’un stade avancé du processus qui aura cours ailleurs, néanmoins en… admettant certaines variantes, au cas par cas.

    Ensuite, ses structures sont défaillantes, ce qui la condamne à l’explosion :

    C’est d’ailleurs une des incompréhensions majeures… rencontrées à Paris, lors des débats qui suivirent la projection du film Khaos, et bien davantage évidemment, en argumentant (si possible) à la télévision. « Ce n’est pas le cadre, autrement-dit, les structures de l’U.E. qu’il faut remettre en cause, mais leurs orientations politiques », ont répété à maintes reprises, mes interlocuteurs issus du monde syndical ou de celui des partis politiques de la gauche. Tout en restant politiquement honnêtes, ils s’inscrivent pourtant dans un faux historique. En Grèce également, la ligne directrice chez Syriza, commet la même erreur (…)

    De plus, l’Europe se livre à une guerre intérieure pour forcer son unification, mais l’on sait que toutes les tentatives d’unification forcée ont lamentablement échoué :

    Nous voilà donc en guerre. Une vraie guerre sociale, une guerre contre la société, une guerre entre les composantes de cette société, une guerre qu’elle peut devenir guerre civile, une situation bref, créé et « aboutie » autour du thème et de la réalité de la destruction du monde du travail au niveau national, pays par pays. C’est d’abord cela la politique dominante de l’U.E. et c’est ainsi qu’en Grèce on ironise aussi ces derniers jours sur cette mascarade du Prix Nobel de la Paix.

    Soit dit en passant : ne faudrait-il pas en finir avec le « prix Nobel » ? Dans ce méga bordel qu’est devenu le monde, il touche désormais à l’indécence.

    1. Même commentaire que Tikarol, cet article est profond et suscite des questions sur nos stratégies politiques…

    1. A transmettre de toute urgence aux « bons chrétiens« ( en tout cas , de raçines…) qui président aux destinées de l’Europe….

  12. Oui, c’est une guerre, mais une guerre mondiale de la predation qui oppose la rente – la generation des babyboomers, des bobos du haut aux petits retraites du bas – a la production – leurs enfants. Ils ont tout eu, nous n’aurons meme pas les miettes d’un monde ravage par les sauterelles.

  13. http://www.marianne.net/Peut-on-encore-enseigner-l-economie-depuis-la-crise_a223650.html?fb_action_ids=3737038464603&fb_action_types=og.likes&fb_source=aggregation&fb_aggregation_id=288381481237582
    Combien de temps les élites ont continué à croire mais surtout à faire croire que la terre était plate avant de se rendre à l’évidence? De même pour les » marchés » en économie qui sont sensés tout comprendre et tout réguler alors qu’on fonce dans le mur…Seuls les « petits  » bougent et se remettent en question. Vous ou Vos enfants entament des études à connotation « économie », réfléchissez bien avant de choisir le cursus…certaines universités ou écoles parmi les plus prestigieuses sont déjà et irrémédiablement à côté de la plaque.

  14. Je viens d’entendre à la télé (LCP) que Georges Papandréou- ancien premier ministre grec- vient d’être nommé professeur d’économie à Harvard pour un modique salaire de 46 000 euros/mois.
    Ca rapporte de savoir ruiner un pays, on dirait!

      1. « En matière de salaires, entre 2005 et 2011, la rémunération annuelle brute de Richard Descoings a augmenté de 60,4%, culminant à 537 246,75 euros en 2010. » (source : Cour des Comptes)

    1. Papandréou n’est pas à l’origine des comptes falsifiés, et était sur le point de proposer un référendum avant qu’on ne lui force la main. Comme tyran, on a vu pire.

  15. Il faudrait trouver un mot pour qualifier l’extermination lente et indirecte de toute une population. Quelque chose entre massacre et génocide.

  16. D’une tragédie contemporaine, la Grèce deviendra une histoire à succès. Du symbole d’un système qui a échoué, elle deviendra l’exemple d’un retour spectaculaire

    Pour l’histoire à succès, on ne peut qu’être d’accord ( il s’agit d’un magnifique roman noir) mais quels seront les grecs encore présents pour assister à l’hypothétique « retour spectaculaire » ?

    Franchement, ils sont tous à gerber !
    Votre commentaire est en attente de modération.

  17. Les vrais pbs de la Grèce : 1- Travail au noir 2- Evasion fiscale
    Le sport national ici (en Grèce, où je vis) c’est de ne pas payer ses impôts (et accessoirement d’abuser des subventions européennes… par exemple les éleveurs qui déclarent un troupeau de 200 brebis alors qu’il y en a 20!), et ça ne va pas changer du jour au lendemain. Pendant ce temps, ce sont les retraités et les jeunes qui font les frais de cette politique d’austérité. Et l’extrème droite se frotte les mains.

    1. Corrigé du black, il est vrai que le pauvre Pib grec on peut allègrement le booster de 20 à 30%, à la louche. Je rappelle les chiffres révèlés par l’enquête qui avait rapproché les déclarations fiscales des professions hyper-fraudeuses grecques (professions libérales, médecins, avocats, ingénieurs conseil, experts-comptables, professeurs en libéral, etc, et petits patrons) de leurs remboursements d’emprunts auprès des banques grecques. Ça tournait autour de 30 000 € non déclarés par an et tête de pipe.

  18. Bonsoir,
    d’ou tenez vous que la dette Grecque s’échange a 25% de sa valeur faciale sur le marché secondaire ? (vu que c’est un marché de grès a grès sans cotations, il est dur de trouver ce genre de détails).
    Savez vous s’il s’agit d’obligations déjà dépréciées a -50% (et dans ce cas la elles seraient évaluée a la moitié des engagements de remboursements) ou alors si il s’agit de dette non concernée par l’opération de dépréciation de la fin 2011 ?

    1. N’importe quoi David. Les yields et la valeur des bonds grecs sont évidemment cotés. Le 22/10/12 on était, pour les maturités longues et pour une valeur faciale de 100 €, entre 23,70 € pour le 30 ans et 34,26 pour le dix ans…
      Et on vient de bien plus bas (respectivement 12,36 € et 15,84 € en juin 2012)…
      Té moun drôle, de l’officiel, Banque de Grèce :
      http://www.bankofgreece.gr/Pages/en/Statistics/rates_markets/titloieldimosiou/titloieldimosiou.aspx

      1. Merci.
        Même si ce n’est pas agréable de lire qu’on raconte n’importe quoi, dans le cas présent ça m’apprend quelque chose.
        Donc c’est utile.

  19. en lien avec cette émission( de France Inter) le blog de Marie-Laure Veilhan , française habitant en Grèce

    dans les commentaires, elle dit

    Citation:
    on nous prend pour des fous quand on dit qu’on est les cobayes de
    l’Europe de la Troïka, pas tout le monde, non, mais je m’étonne du peu
    de réaction de tous les côtés, y compris de la part de gens qui sont
    déjà très atteints par ces mesures mortifères et tout ce qui va avec.
    Parmi les pauvres qui se font écrabouiller par le rouleau compresseur,
    il y a ceux qui ne croient pas qu’ils aient quelque droit que ce soit à
    se révolter, à dire qu’ils ne sont pas d’accord: ceux qui étaient déjà
    dans la misère, bien avant que cette triste boucherie ne commence; et
    souffrent, mais trouvent ça presque normal; il y a ceux qui préfèrent
    confier leur sort et leur âme aux chiens de Chryssi Avghi, ils sont
    nombreux aussi; il y en a même pour croire que s’ils font comme si de
    rien n’était, … la crise s’en ira, pouf, comme ça…

    Il y a aussi des gens qui sûrement voudraient faire un pas en avant,
    s’unir, se battre, mais n’ont jamais osé, jamais eu l’occasion, jamais
    pu parce qu’ils bossaient toujours à l’heure des réunions… et ceux-là,
    ça n’est pas facile de les trouver. Alors on continue, pour beaucoup
    chacun dans son coin.

    Quelque chose frémit. On attend les grandes grèves, la mobilisation
    enfle, malgré la chape de plomb jetée par les média mainstream (cette
    propagande est incroyable, on en rit, la gorge serrée, tous les soirs
    lors du JT)… mais combien de misère faut-il donc??

    Tout ce qui peut faire circuler, savoir, interroger, tout cela doit
    passer de l’un à l’autre. Les chiens approchent, si on ne fait rien, ils
    nous boufferont.. Chaque mot dit contre eux, et pour le dialogue, la
    rencontre, chaque mot compte désormais. Voilà ce qui me vient à
    l’esprit, à neuf heures du mat…ce sera pareil à midi, pareil ce soir,
    pareil demain. Sauf si nous y changeons quelque chose.

    Citation:
    La « crise » grecque, m’a souvent donné l’occasion de voir -et c’est
    sidérant- que des hommes et des femmes dont on nie les droits les plus
    élémentaires (avoir un avis, le donner, vivre en paix, pouvoir faire la
    grève, se préoccuper d’autre chose que de sa survie animale, etc…),
    s’évertuent à tordre leur réalité pour pouvoir croire que tout va bien, tout simplement parce que la télé et la presse, par la propagande, défont jusqu’à l’existence de leur misère. Je mets en italiques, parce que je n’y crois pas tellement c’est fort!!!! Et pourtant ça marche tous les jours ici.

    http://blogs.mediapart.fr/blog/marie-laure-veilhan/211012/emission-de-zoe-varier-la-grece-en-souffrances-vendredi-19-octo

    ils ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas, nos dirigeants…ils sont totalement responsables de cette douloureuse mise à mort d’un peuple. J’espère qu’ils en répondront un jour.

Les commentaires sont fermés.