L'actualité de la crise : DEMAIN SERA UN AUTRE JOUR, par François Leclerc

Billet invité

Les interrogations se multiplient à propos de la politique d’un gouvernement français qui se livre peu et du rétrécissement de ses marges de manœuvre, ainsi que sur sa capacité à jouer au plus fin dans le cours de la partie qu’il a engagée.

Après avoir entériné la stratégie de désendettement préconisée par le gouvernement allemand, les socialistes français veulent croire à un retour de politesse, gardant notamment en tête que le pacte d’austérité budgétaire qu’ils veulent faire adopter comporte une clause permettant de l’amender en cas de déficit « structurel », c’est-à-dire dû à la conjoncture économique. La décision que vient de prendre la Troïka à propos des objectifs de réduction des déficits du Portugal, à qui une année de plus a été accordée, sur le mode déjà employé par la Commission européenne pour l’Espagne, peut donner quelque crédibilité à un jeu de poker menteur qui spécule sur le fait que le pacte ne sera pas respecté.

Cette attitude renvoie d’ailleurs à la rumeur selon laquelle le Conseil constitutionnel allemand pourrait demander une porte de sortie pour le gouvernement allemand, au cas où ses engagements au sein du MES deviendraient trop lourds à force de renégociations des plans de sauvetage

En attendant, le gouvernement français cherche à moduler, pour mieux les faire accepter, les mesures de rigueur qu’il prépare selon un savant cocktail qu’il n’a pas dévoilé, ainsi que les réformes de la réglementation du travail qu’il veut également négocier. Par précaution, sa feuille de route n’est rendue publique que par bribes, en s’abritant derrière des mesures symboliques pour préserver autant que faire se peut sa marque de fabrique. La valeur des marques est bien connue des spécialistes en marketing et il n’y a pas de politique qui tienne si elle ne repose pas sur une bonne stratégie de communication.

À son tour, l’exécutif engage une course de vitesse entre un ralentissement économique, qui se poursuit et qu’il ne peut qu’entériner, et une réduction du déficit public qui devient de plus en plus difficile, quand elle ne se révèle pas impraticable comme on le constate dans d’autres pays où ses objectifs doivent être révisés. Demain sera un autre jour, se disent quotidiennement ceux pour qui le pragmatisme tient lieu de conviction et les fait vivre.

Les contours de la nouvelle période dans laquelle nous sommes entrés se dessinent par touches successives, une fois acquises des prévisions économiques qui convergent pour prédire un approfondissement de la récession européenne, les dernières en date concernant l’Italie qui s’y enfonce. Faisant preuve de peu de clairvoyance (ou de franchise) sur la durée de celle-ci, Mario Monti a assumé devant les organisations syndicales qu’il recevait le fait d’avoir contribué par son action à l’aggravation de la récession, avec ce commentaire : « seul un idiot peut penser qu’il serait possible d’agir sur des problèmes structurels datant de plusieurs décennies sans provoquer pour une brève période une aggravation en raison d’une baisse de la demande ».

Plus réaliste dans son domaine et n’ayant d’ailleurs pas le choix, la Deutsche Bank vient de diminuer ses objectifs de rendement de ses fonds propres – qui avaient atteint jusqu’à 25 % – pour les ramener à 12 %, tout un symbole de la nouvelle donne du système bancaire. L’agence Standard & Poor’s voit loin en estimant que les taux d’intérêts, qui se situent pour les privilégiés à un niveau historiquement faible, pourraient le rester durant encore 5 à 7 ans sous l’influence des mesures prises par les banques centrales. Selon l’un des membres du directoire de la BCE, Jörg Asmussen, celles-ci auraient « un double rôle, en tant que gardiens de la stabilité monétaire mais aussi un rôle de gestion de la crise », ce qui est une nouveauté. Voilà qui en tout cas accrédite l’idée que le capitalisme est sous assistance de longue durée !

Le gouvernement britannique confirme à sa manière celle-ci en annonçant, nécessité faisant vertu, la création d’une banque soutenue par l’État et destinée à aider les entreprises à se financer. Il entérine ainsi que le secteur bancaire n’y pourvoit toujours pas en dépit des tentatives renouvelées de la Banque d’Angleterre l’incitant financièrement à le faire. Comment sortir de la récession, si les PME à qui il est accordé le plus de potentiel de croissance n’ont pas de point d’appui financier, les grandes compagnies transnationales évoluant dans autre monde visiblement inaccessible ?

Enfin, l’office de statistique Destasis confirme l’augmentation de la proportion des travailleurs pauvres en Allemagne, ceux dont le salaire est inférieur aux deux tiers du salaire médian (environ 10 euros brut horaire), et qui bénéficient de contrats à durée indéterminée, à temps partiel ou intérimaire. Telle est l’image de l’évolution promise du marché du travail, qui plus est dans le meilleur des cas. Si les réformes qui ont été réalisées ont permis de diminuer le chômage, cela s’est fait à la faveur d’un accroissement des inégalités sociales.

95 réflexions au sujet de « L'actualité de la crise : DEMAIN SERA UN AUTRE JOUR, par François Leclerc »

  1. Le chômage n’a été en rien diminué en Allemagne, il est juste caché comme aux Pays-Bas dans une zone grise qui porte le nom ‘d’incapacité de travail’, qui se situe entre l’assurance chômage et l’invalidité ou la maladie.Ce statut existe aussi au Royaume Uni, ce qui nous donne de vraies fausses stats du chômage en peu partout.L’objectif des politiques de tous pays étant non pas de faire baisser le nombre de chômeurs mais..les stats du chômage ce qui n’est pas vraiment la même chose et ne change malheureusement rien pour les demandeurs d’emploi.L’utilisation des pré retraites(chômage déguisé pour les seniors) ou encore du RSA/RMI en sont deux autres.Aux USA on préfère faire diminuer la population ‘active’ pour faire baisser les stats.Chacun sa méthode favorite.Pourtant les chiffres du U6(tous types de chômeurs) se trouvent sur le site du BLS,mais visiblement cela n’intéresse personne d’entendre la vérité.Et enfin les chômeurs plus ou non indemnisés n’ayant pas toujours droit à un équivalent RMI(dans les pays ou ça existe), sont quant à eux encore plus difficile à quantifier.J’allais oublier les jeunes souvent aux études pour reporter leur date d’entrée hypothétique sur le marché du ‘travail’,ou qui n’ont encore jamais eu la chance de travailler après la fin de leurs études et donc non indemnisés dans la plupart des pays.
    Et j’oublie volontairement l’intérim,le travail au ‘black’ ou petits boulots(mini jobs allemands),les cdd,stages en tous genres(souvent pas ou peu rémunérés) etc etc…

    1. http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/09/22/04016-20110922ARTFIG00526-deux-fois-plus-de-suicides-en-grece-depuis-fin-2008.php

      Mis à jour le 23/09/2011, donc l’année dernière…

      Deux fois plus de suicides en Grèce depuis fin 2008

      Depuis le début de l’année, le ministère de la Santé grec a même recensé 40% de suicides en plus. En trois ans, le taux de chômage a doublé.

      “La catégorie la plus concernée ? Les hommes âgés entre 35 et 60 ans, financièrement ruinés. «Ces hommes ont perdu une part de leur identité en tant que mari et gagne-pain de la famille et ne se considèrent plus comme des hommes», raconte Aris Violatzis, psychologue de l’organisation.”

    2. @dissy
      “Le chômage n’a été en rien diminué en Allemagne, il est juste caché comme aux Pays-Bas dans une zone grise qui porte le nom ‘d’incapacité de travail’, qui se situe entre l’assurance chômage et l’invalidité ou la maladie.Ce statut existe aussi au Royaume Uni”
      Ces ‘bonnes’ stats sont aussi utilisées pour justifier des réformes libérales du code du travail, en Espagne, en France, etc.
      Il y a d’ailleurs bon nombre de domaine où ‘on gère’ que des stats…Des croix dans des cases, ou des bâtons dans des colonnes, au choix…!
      ça fait de jolis résultats dans un beau ‘powerpoint’ !
      Du vide…

      1. Tout à fait d’accord avec ça. La promotion des réformes en tout genre, marché du travail et compagnie se fait essentiellement par l’adoption d’un vocabulaire spécifique auquel on ne peut rien dire. C’est l’exemple avec les discours “churchilliens” qu’on nous sert à toutes les sauces.
        A lire cet article sur l’Espoir “L’enfumage permanent des discours Churchilliens”
        Et oué.

    3. Le marché de l’emploi en Allemagne va plutôt bien pour l’instant – à condition d’avoir un profil monnayable à l’export et de ne pas avoir franchi la barre de la cinquantaine. Chômeurs de plus d’un an s’abstenir.
      Mais il convient de dire que la misère du chômage de masse est un peu mieux gérée en Allemagne qu’en France – le chaos qui regne au sein du Pôle Emploi est une honte, une simple boîte à lettres pour toucher les ASSEDICs.
      Le chômage ne figure pas dans le catalogue des préoccupations des gouvernements nationaux, ni celui de l’administration à Bruxelles. Il est accepté comme phénomène durable, résistant à toute forme de thérapie.

    4. “Je ne crois aux statistiques que lorsque je les ai moi-même falsifiées”

      Sir Winston Leonard Spencer Churchill

  2. Les inégalités sociales se creusent avec l’augmentation des prix en société, les étudiants sont même devenus aux Etats-Unis un risque économique avec un afflux d’emprunts, que même en travaillant sur une longue durée (les étudiants) ne voient pas de possibilités de rembourser leurs différents emprunts, même tardivement.

    L’éducation est un socle très important (comme la santé) pour permettre à un citoyen de vivre en société, mais avec des dettes élevées dès le début de sa carrière (sans même avoir débuter une carrière professionnelle), son avenir devient plus incertain alors que les citoyens participent à la société, avec des circuits de revenus, dont les dettes et des désengagements ne permettent plus un financement individuel viable.

    La vie chère devient de plus en plus infinançable, et les primo-accédants ne peuvent réaliser autant de nombreuses dépenses que leurs parents, puisque les revenus ne suivent plus, avec des dettes individuels et des pouvoirs publics, qui sont parfois infinançable. Les contrats à titre gratuit sont autorisées, même après des études (donc des dettes), ce qui fait qu’ils ne peuvent pas participer à un financement individuel pour créer un effet de circulation de leurs revenus (voulus) après leurs études.

    Les différences de revenus vont jusqu’au gel des salaires privés et publics, et la remise en cause des retraites, qui sont des effets de consommation non négligeable, grâce à la santé qui a permis d’accroître la durée de vie. Des aides sont peu à peu supprimés, et les prix qui étaient auparavant financés pour permettre de faire progresser le citoyen, sont peu à peu augmentés, et deviennent inaccessible. Ses coûts s’additionnent à une augmentation des prix du coût de la vie, et des choix d’austérité qui font à la fois supporter des dettes aux citoyens et réduisent l’accès aux services publics.

  3. Brésil : Mme Rousseff annonce une baisse des prix de l’électricité jusqu’à 28 %.

    La présidente brésilienne Dilma Rousseff a annoncé mardi une mesure qui garantit une baisse des prix de l’électricité de 16 % pour les particuliers et pouvant aller jusqu’à 28 % pour les industriels, dans l’espoir de relancer une économie ralentie par la crise. Le gouvernement entend financer cette mesure en renouvelant plus tôt les concessions signées avec les grands producteurs pour 30 ans et en leur demandant des réductions. Il y aura également une contribution annuelle de l’Etat à hauteur de 3,3 milliards de reais (environ 1,65 milliard de dollars). Le quotidien O Estado de Sao Paulo a fait part mardi de ses réserves face à cette baisse du prix de l’électricité dans un éditorial sévère avertissant que cette mesure qui favorise la popularité de Dilma Rousseff, peut servir à dissimuler l’inflation.

    http://www.lesoir.be/actualite/le_fil_info/2012-09-11/bresil-mme-rousseff-annonce-une-baisse-des-prix-de-l-electricite-jusqu-a-28-937205.php

    Une idée pour FH..

    Les factures de gaz et d’électricité bientôt réduites ?

    La CREG a proposé ce mardi de nouveaux critères pour établir l’indexation des prix du gaz et de l’électricité. Cela pourrait permettre au consommateur d’économiser jusqu’à 450 euros.

    http://www.lesoir.be/actualite/belgique/2012-09-11/les-factures-de-gaz-et-d-electricite-bientot-reduites-937168.php

    1. Merci pour cette réference.
      La compétitivité passe aussi par le prix de l’énergie et la fixation du prix du gaz en France est un scandale qui profite aux actionnaires de GDF.
      Indexé sur le pétrole il permet toutes les manipulations de marché alors que l’approvisionnement du gaz est par construction, stable sur des dizaines d’années (les pipe-lines).
      Visiblement le consommateur a été considéré comme une vache à lait attachée à son piquet au grand profit des ‘nouveaux’ actionnaires http://www.jeuneetactif.fr/societes-fort-dividendes-2012-gdf-suez/

  4. L’agence Standard & Poor’s voit loin en estimant que les taux d’intérêts, qui se situent pour les privilégiés à un niveau historiquement faible, pourraient le rester durant encore 5 à 7 ans sous l’influence des mesures prises par les banques centrales. Selon l’un des membres du directoire de la BCE, Jörg Asmussen, celles-ci auraient « un double rôle, en tant que gardiens de la stabilité monétaire mais aussi un rôle de gestion de la crise »

    Moi qui croyait que les taux faibles favorisaient l’investissement !! On m’aurait monti 🙂

    A part payer les banques pour qu’elles viennent emprunter à la bce et refourguer le pognon en payant elles même les entreprises (qui sans client non aucune raison d’investir), je vois pas bien qu’elle autre solution il reste.

    ça va être grandiose !!

    1. l’important c’etait surement de sauver les apparences.
      Draghi a conservé ses 0.75% de reserve,pour donner l’impression qu’il controle encore les evenements

  5. C’est criminel de ponctionner 20 Md d’impôts et de réduire les dépenses de seulement 10 Md.
    Les pays qui ont réussi à se redresser ont réduit plus les dépenses que haussé les impôts.

    1. Bertrand veut dire redresser les profits des parasites capitalistes,
      ceux qui nous mènent à la barbarie sociale, politique et écologique…

    2. Vous en faites pas, bertrand,

      l’an prochain, lors du collectif budgétaire inévitable, c’est les dépenses qui vont trinquer.

    3. ah oui Bertrand, vous pouvez l’affirmer, le Cameroun dans les années 80 et 90 s’est fichtrement bien redressé!!!

      (ça va un peu mieux depuis 3 ans, mais de là à dire que ça va bien.. ).

  6. la Deutsche Bank vient de diminuer ses objectifs de rendement de ses fonds propres – qui avaient atteint jusqu’à 25 %– pour les ramener à 12 %

    Au vu de son bilan on se doute qu’ils pourront pas faire pire en matière de RoE…
    DeutscheBank bilan au 30 juin 2012 :
    Actifs : 2 185,43 Mds € (deuxième bilan mondial derrière HSBC)
    Fonds propres : 55,745 Mds €
    Leverage : ×39,2
    Tier1 : 2,6%
    Voila voila… Dernière au classement des 28 banques mondiales des dites « systemiques » la Deutsche Bank. Beaucoup de lipides, pas bézef de protéines.
    Il est où le risque systémique en Europe (voire dans le monde) ? Dans le déficit grec ou espagnol ou dans le bilan de la Deutschebank ?

      1. Pourcentage de rendement évidemment et évidemment aussi qu’avec 2,6% en ratio de fonds propres des rendements à 25% y’a pas d’exploit mais juste des gros rendements pas très propres pour des capitaux pas très propres non plus.

  7. Le PS compte profiter de la discussion du budget 2013 pour remettre sur la table plusieurs propositions de taxation du grand patrimoine, rapporte La Libre. Au-delà des mesures déjà prévues dans l’accord de gouvernement, le PS compte revenir avec ses propositions de cotisation temporaire de crise sur le grand patrimoine (au-delà de 1,25 million d’euros, hors maison d’habitation et patrimoine affecté à l’activité professionnelle). Il re-proposera aussi de taxer les stock-option comme des revenus professionnels et de mettre fin à l’exonération absolue des plus-values sur actions (réalisées par des personnes physiques lorsqu’elles concernent un portefeuille d’actions supérieur à 100.000 euros).

    http://www.lesoir.be/actualite/le_fil_info/2012-09-12/le-ps-veut-taxer-le-grand-patrimoine-937238.php

    L’euro au plus haut depuis 4 mois face au dollar.

    http://www.lesoir.be/actualite/le_fil_info/2012-09-12/l-euro-au-plus-haut-depuis-4-mois-face-au-dollar-937236.php

  8. Du sang et des larmes nous sont promis pour écraser complètement se qui reste de protections sociale et d’entre-aide qui faisait la particularité des politiques d’Europe de l’ouest.
    L’ennemi qui justifie un tel effort et de tels sacrifices est enfin parfaitement identifié, hideux et monstrueux, c’est le contrat social de nos pays (produit de mille ans d’histoire commune).
    Nous en prenons acte.
    Comme d’habitude c’est pour notre bonheur futur, comme d’habitude ils font preuve d’un courage inouï (sur le dos des peuples), on sait ne pas jusqu’à quand ni jusqu’à quel point il faudra souffrir ni quelles en seront les conséquences réelles.
    Et bien comme d’habitude, nous savons que viendra un jour où nous reconstruirons nos pays et un contrat social digne de ce nom.
    PS. Je m’aime pas du tout l’idée de destruction créatrice, c’est un truc de cow-boys saouls.

  9. comme de fidèles “sociaux-libéraux” ce gouvernement tente d’endormir le peuple, il n’y a pas “trahison” mais simplement l’application de dogmes dépassés, Hollande nous prépare une posologie à la Papaandréou, à la Zapaterro…la différence avec Sarko ? il y met de la vaseline !!
    Si par malheur le FdG n’est pas suffisamment mobilisé : la porte est grande ouverte pour un retour d’une droite associées à l’extrème-droite, la “marine” se frotte les mains…
    SEULE LA MOBILISATION POPULAIRE PEUT NOUS SORTIR DE CE MERDIER !
    La vidéo de jean-Luc Mélenchon sur Europe 1 53’pour ce faire une autre idée !
    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2012/09/10/invite-de-la-matinale-deurope-1-5/

    Les principaux représentants des organisations associatives, syndicales et politiques du Collectif pour un Audit Citoyen de la dette publique ont rappelé ce mardi la nécessité de mobiliser élus, citoyens et forces de gauche en vue de la manifestation unitaire du 30 septembre à Paris contre le Pacte budgétaire européen et pour un référendum sur le sujet.
    http://www.humanite.fr/politique/le-pacte-budgetaire-europeen-federe-les-forces-de-gauche-contre-lui-503762

    Le « traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance » instaurant un pacte budgétaire européen, doit être ratifié par le Parlement à compter de la fin septembre. Il inscrit dans le marbre les politiques d’austérité. Explications en vidéo :
    http://www.politis.fr/Comprendre-le-traite-europeen,19334.html

    1. “Si par malheur le FdG n’est pas suffisamment mobilisé : la porte est grande ouverte pour un retour d’une droite associées à l’extrème-droite, la « marine » se frotte les mains…”

      Toujours les mêmes pour dénoncer le danger imminent de la bête qui dévorera même ses propres enfants. Mais factuellement : nous payons aujourd’hui 40 ans de politique RPR, PS, UMP. Quant au FdG, on ne l’entend plus depuis les élections, il a atteint son objectif à savoir ratisser des voix pour le PS.

      1. vidéo du FdG :
        http://www.jean-luc-melenchon.fr/theme/videos/
        communiqués du Parti de Gauche :
        http://www.lepartidegauche.fr/actualites/communiques
        et le site du PCF et ses communiqués :
        http://www.pcf.fr/
        “Toujours les mêmes pour dénoncer le danger imminent de la bête qui dévorera même ses propres enfants.”…mais qu’attendent les autres?
        quand à son objectif : c’est de prendre le pouvoir que le peuple voudra bien lui donner : vous êtes contre à moins que vous soyez atteint du syndrôme Bontaz ?
        “Le syndrome Bontaz
        encarté à l’UMP, Yves Bontaz est patron. Depuis des mois, il mouline : si la gauche arrive, je me tire. La « gauche » est là. Il s’est tiré. L’usine de 30,000 m2 qu’il devait construire en Haute-Savoie, il la monte au Maroc ! Et sans vergogne, il s’en flatte, dans la presse. Cette envie de déménager, on la retrouve ces temps-ci chez d’autres patrons : les dirigeants de LVMH, « pas moins de 200 cadres », pourraient se tirer à New York, selon « la lettre de l’Expansion », des dirigeants de PPR (Gucci, Yves St-Laurent…) envisagent de filer à Londres, selon « The Economist » l’ancien patron du site de Meetic pense faire de même, écrit « le Figaro Economie » ; bernard Arnault ce week-end.
        Serait un mot d’ordre de Parisot, lancé en douce à son université d’été auquel participait le premier ministre et 10 ministres ?
        A tous ces déserteurs, on ne va pas faire la morale, de l’éthique, ils se contrefoutent ; on ne va pas non plus les traiter de noms d’oiseau.
        On répétera simplement ce que disait le sénateur communiste Eric Bocquet dans les colonnes de l’Huma cet été :
        « c’est la loi qui autorise l’évasion fiscale, elle peut tout aussi bien l’empêcher… » Gérard Streiff

        la conscience de classe est très élevée chez les « riches » dommage qu’elle ne soit pas aussi répandue dans celles et ceux qui sont exploités.

        « plutôt Hitler que le Front Populaire » slogan d’hier ?

        Bien venu à la manif du 30 septembre, tous ensemble ? ou on râle dans notre petit coin-coin ?

      2. @morvandiaux
        Je ne suis pas atteint de ce syndrome, et j’en suis protégé de par mon statut de salarié.

        Je ne vois aucun problème à ce quelqu’un quitte la France, tout comme d’autres font l’inverse (dans le respect des lois s’entend, je dois ma présence et ma nationalité française à ces lois). Par contre ce qui me pose problème dans le cas de B. Arnault, c’est qu’il doit sa fortune à l’action de l’Etat en 1984, quand cet Etat a misé 2 milliards de francs pour la reprise de Bessac quand B. A. lui ne contribuait qu’à hauteur de 40 millions. Il revient à l’Etat d’agir, d’autant plus sévèrement s’il y a du chantage à l’emploi.

        Pour la leçon de morale, sachez que la reductio ad hitlerum ne fonctionnera pas. Chacun contribue à sa façon selon ses intérêts personnels et effectivement la notion de classe ne m’interpelle pas. J’en profite pour vous signaler ceci, si vous voulez participer

        http://www.bnf.fr/fr/anx_mecenat/a.mecenat_jeanne_france.html

    2. Mobilisation populaire pour nous en sortir : oui, mais sur quels objectifs ? L’annulation du Pacte Budgétaire ne remet pas en cause la domination de l’oligarchie financière. La mobilisation doit se faire sur un plan de défense concrète des salariés. La mobilisation autour des ouvriers de PSA Aulnay est plus décisive que celle autour du pacte budgétaire. Echelle mobile des salaires, interdiction des licenciements, controle des travailleurs sur les entreprises sont des mots d’ordre qui correspondent aux intérêts des salariés. La mobilisation contre le pacte n’a rien de pédagogique, pas plus que le non au référendum constitutionnel n’a permis de faire reculer l’oligarchie financière. Les illusions électoralistes n’ont rien de pédagogiques. Elles n’enseignent rien, elles découragent et démobilisent. Je vous conseille d’aller faire un tour du côté de rue89 pour y méditer l’interview de Eric Hazan.

    3. Un manif ne suffira pas.
      Pas plus un référendum que ne demande d’ailleurs pas le collectif unitaire.
      Il faudra un mouvement d’ensemble, vers la grève générale,
      même si les politiciens professionnels du FdG
      n’en font pas une étape de leur carrière,
      et l’ont combattue de toutes leurs forces lors de la mobilisation pour les retraites,
      y compris lui opposant un référendum, et conduisant celle-ci à l’échec.

      1. mobilisation pour les retraites : vous y étiez ? moi j’y étais…et j’ai entendu quelques uns crier “grève générale” “grève générale” ! la foule passait, passait, quand la majorité des gens l’aura décidé : j’y serais, mais je ne rêve pas la “révolution” …quand aux politiciens professionnels du FdG…eh bien rien ne vous empêche de créer votre mouvement, parti ou autre et d’animer la montée de la conscience de classe : qu’est-ce qui vous retient ??

        quand aux objectifs : plutôt que de décider à la place des gens, si on les écoutait et nous efforcions de les organiser avec nos forces et nos faiblesses ?

        et le référendum de 2005 ? il est venu tout seul ? le NON la faute aux cocos et autres affiliés professionnels : sûrement.

      2. “parti ou autre et d’animer la montée de la conscience de classe”, morvan… c’est précisément ce qu’ils font et qui fonde le métier, spectaculaire, d’animateurs ; sauf que, même à supposer que ça se monte, comme une mayonnaise, c’est pas un truc qui s’anime, manifestement. Ça se cherche pour autant que ça ne se rêve pas et pour autant que ça se rêve. Déroutant ? Non ?

      3. @ Morvandiaux

        J’y étais, bien sûr, et avec ceux qui voulaient élargir le mouvement social,
        jusqu’à la grève générale.
        Ceux, encore minoritaires, qui ont déjà compris que dans la crise,
        il faut un rapport de force, autrement dit agir par le nombre et la force.
        Les politiciens professionnels, eux, par définition,
        collaborant avec le capital, se sont toujours opposés à la grève générale.

        Ceux du FdG ont logiquement dénoncé la grève générale,
        et balancé la peau de banane du référendum
        lors de la mobilisation pour défendre nos retraites.
        Et nous ont mené à la défaite, dont ils font leur beurre dans les urnes.

        C’est pourtant la force, et pas les urnes, qui fait avancer.
        Nos anciens ont toujours avancé avec le rapport de force
        menaçant la bourgeoisie de tout lui prendre: la grève 36, ou 45,
        Pareil après: j’ai eu le plaisir de pousser et participer à la grève générale de 68,
        malgré l’opposition de toujours les mêmes dirigeants sinécuristes (PC et PS),
        et nous avons obtenu des avancées importantes, notamment + 30 % du salaire mini.

        Patience…Les affres de la crise rallieront d’ici quelques années
        la majorité des salariés à l’action unitaire et déterminée contre le capital,
        malgré les politiciens de toujours.
        Les ouvriers de la première heure doivent s’organiser pour pousser à l’action
        et préparer des affrontements décisifs.

      4. à Charles A,

        Je crois que tu devrais écrire et dire grève générale sauvage et non simplement grève générale.

  10. Il n’y a qu’une porte de sortie durable à cette crise qui est factuellement mondiale et elle comporte quatre volets indissociables :
    – pour l’euro (et d’autres) une combinaison défaut partiel plus inflation maîtrisée,
    – une réforme bancaire pour séparer la gestion des comptes courants, le recyclage de l’épargne vers l’investissement productif, et la spéculation,
    – une révision du système des changes pour aller vers des cours des monnaies cohérents avec leur pouvoir d’achat sur leurs différents domaines d’utilisation,
    – des déficits publics maîtrisés.

    Tout ceci, inévitablement, porterait atteinte à un certain nombre d’intérêts particuliers à court terme. Mais plus cela tarde, plus la pilule sera difficile à avaler.

    1. @Esope

      Votre pseudo vous vas très bien étant donné que vous ne racontez que des fables.

      Ou est le niveau général d’abstraction théorique sur lequel vous vous basez ? Sans théorie pas de vérité.

    2. Sur Esope, je lis ceci : “Cet avantage, il le doit à sa brièveté, à la pureté et à la simplicité du style, à la clarté et à l’intérêt des petits drames qui y sont représentés, ” Entre autre cette fable où l’on voit que des volets, à la condition d’être indissociables, se transforment en portes ( de sortie par exemple ) .

    3. @ Esope 12 septembre 2012 à 08:49

      cette crise est factuellement mondiale et elle comporte quatre volets indissociables

      Vous avez parfaitement raison et ces quatre volets sont attachés à une seule et même cause racine : l’énergie. Comme chez tous les vivants, l’énergie est primordiale, capitale même. C’est elle qui maintient en vie les vivants et, chez les vivants comme les humains, c’est elle qui alimente la vivacité de leur économie c’est-à-dire leur capacité à transformer leur monde.

      Tout comme le reste du monde, indépendamment de l’idée que certains s’en font et de ce qu’ils voudraient faire croire, l’économie est grandement dépendante de la physique. Toutes les zones géographiques ne bénéficient pas de la même situation physique, et il se trouve que l’Europe, au Sud plus qu’ailleurs, est défavorisée sur ce plan.

      http://www.manicore.com/documentation/transition_energie.html

      @ Lisztfr 12 septembre 2012 à 10:09

      Sans théorie pas de vérité.

      J’espère que la théorie exposée par J.M. Jancovici vous fera découvrir la vérité.

      http://www.youtube.com/watch?v=P7DY6wqRNfk

    4. Les bases théoriques à la mode sont-elles pertinentes ? L’enlisement actuel semble bien prouver le contraire. Qui imagine raisonnablement que les mesures actuellement envisagées vont permettre de trouver la sortie de crise ? « Des chercheurs on en trouve, des trouveurs, on en cherche » disait De Gaulle.
      Un blog, surtout celui-ci, est une provocation à réfléchir, pas à répéter des idées toutes faites. Le prêt à penser, très peu pour moi. http://www.zenon-elee.fr
      Quant à J-M Jancovici, il fait très bien de soulever le problème du développement durable et d’essayer d’ouvrir les yeux de ses concitoyens à un certain réalisme. De là à faire de la question énergétique l’alpha et l’oméga de toute l’économie, c’est quand même aller un peu vite. Certes le problème énergétique est crucial pour le développement, mais il y en a bien d’autres : la biodiversité, les minerais fossiles, l’éducation, la construction et les règles de fonctionnement du système socioéconomique mondial, l’eau potable, l’information, la pollution, etc. Tout cela ne tient pas dans un moule rigide
      Les théories monomaniaques ont fait la preuve de leurs insuffisances. Brièvement, on peut citer successivement la place centrale attribuée au métal Or ou Argent, au Marché (avec un M majuscule), aux luttes de classes de pouvoir, à la gestion des flux de liquidités. Alors pourquoi vouloir être « tendance » en n’étant que suiveur ?

  11. Ce matin sur France culture, Nicolas Baverez à la manoeuvre, avec le soutien de Brice Couturier… “Le travail coûte trop cher , tout cela semble expliquer la crise…”
    On n’a pas entendu décliner ses titres de salarié de conseiller de banques. Il est “Nicolas Baverez,
    Historien, Economiste, Editorialiste au Point et au Monde…

    Et il y a un éditorial de Philippe Manière pour compléter une fois par semaine.
    Le pouvoir semble bien verrouillé!

    1. L’intéressant est que Marc Voinchet, qui, lorsqu’il recevait Paul, disait parcourir régulièrement son blog, ne s’est à aucun moment appuyé sur celui-ci pour objecter efficacement à la logorrhée baverezienne. Tout juste a-t-il signalé la précarisation du travail en Allemagne, suite aux réformes de Schröder, dont notre infatigable serin louait les décisions courageuses.

    2. Oui, affligeant. Quand on pense au nombre de personnes de qualité qu’il a pu croiser, interviewer sur cette antenne, comment ce journaliste peut-il être encore aussi aveugle, manquer à ce point de recul, n’apporter aucune contradiction devant un tel discours?!! (pb de compétitivité du au travail trop cher, + impôts = – %PIB parcequ’entreprises étranglées, et j’en passe…).

  12. Nous aurions besoin en France et en Europe d’isoler des centaines de milliers de logements. Nous aurions besoin en France et en Europe de favoriser l’accessibilité de nombreux magasins et administrations. Et ce ne sont que deux exemples…
    De nombreux artisans et entreprises, français et européens, sauraient réaliser tous ces travaux et mettre à la disposition des donneurs d’ordre intelligence, force de travail et énergies diverses. On saurait même je pense ici et là, recycler, développer sobriété, coopération et relocalisation.
    Je veux bien faire l’effort nécessaire pour comprendre tout ce que les uns et les autres vous m’expliquez à longueur d’articles et de commentaires fins et pertinents mais qui pourrait m’expliquer simplement pourquoi il serait impossible que l’État français et l’Europe crée la monnaie nécessaire – sans intérêts d’emprunts – pour favoriser tous ces échanges d’activités en êtres humains?

    1. C’est LA réponse faite par la préposée à l’économie sur les matins de France-culture: “Les règlements l’interdisent”.
      La question était ( Nota: ce n’est pas du mot-à-mot) : Pourquoi la BCE ne peut-elle pas prêter aux Etats à un taux raisonnable ?
      Pas très différente de la vôtre.
      A noter que chaque fois qu’une porte se referme, la raison est exprimée sobrement et exhibe une vertu supérieure, indiscutable.
      M.e Lagarde avait “justifié” le maintien de la spéculation en des termes semblables, très courts et sans appel.
      L’Europe, ses règlements et ses interdits… interdit d’en discuter.
      Du moins, ils font comme si et n’attendent pas de contradiction.
      Ou bien, la prison est dans leurs têtes… En fait, pour l’application sans cesse plus étroite du libéralisme, “ils” violent sans vergogne le règlement.
      Normal: les textes saints n’avaient pas prévu une crise aussi générale.

  13. Breakings News: German Constitutional Court rejects call to block eurozone rescue fund and fiscal pact
    Alors tous les atrabilaires se sont inquiétés pour rien?

    1. La fourniture de liquidités ne change rien à la racine de la crise:
      suraccumulation intrinsèque au capitalisme,
      dont la crise a été retardée par une expansion de la finance,
      se traduisant dans l’insolvabilité des banques et des Etats…
      Seule une récession sans doute sans précédent,
      autrement dit la barbarie,
      peut apurer la crise, redresser les taux de profit,
      et relancer la machine, devenue obsolète et mortifère.

  14. « augmentation de la proportion des travailleurs pauvres en Allemagne, ceux dont le salaire est inférieur aux deux tiers du salaire médian (environ 10 euros brut horaire), et qui bénéficient de contrats à durée indéterminée, à temps partiel ou intérimaire.
    Telle est l’image de l’évolution promise du marché du travail, qui plus est dans le meilleur des cas. »

    « qui plus est dans le meilleur des cas. » ! Pouvons-nous proposer une autre phrase sibylline de la même eau ?

    Que pensons-nous de : « un homme est un homme est un homme est un homme » ; ou « un travailleur est un travailleur est un travailleur » qu’il soit occidental, européen, blanc, jaune ou noir, chinois, américain, allemand, brésilien, russe, indien, philippin australien, iranien… ?

    Et pourtant, à productivité égale, un occidental reçoit pour son travail une contrepartie monétaire et sociale plusieurs fois plus importante que ses homologues de pays développés plus récemment, quel que soit le coefficient de Gini de ces pays.

    Combien de temps cela va-t-il durer ? Notre marché du travail aux salaires actuels ne peut que s’effondrer et se mettre au niveau de celui des entreprises que nous avons délocalisé.

    Les cabrioles financières que nous concoctent nos gouvernent et leurs banques centrales ne permettent que de gagner du temps.

  15. Ah les titres économique un vrai régal
    Facebook : Marc Zuckerberg admet des débuts décevants en Bourse : c’est pas faux comme analyse ,entrée 38$ hier 19.43$
    Assemblée nationale Emplois d’avenir : ok mais on va pas tous devenir député !!
    Hollande met un pied dans le monde rural y parait que cela porte bonheur !!

    A part cela la tempête continue , de grands arbre tombent en emmenant dans leur chute des salariés (Doux , Psa , etc ) , personne n’est à l’abri , a nous de reconstruire la forêt de demain , n’attendez aucune aide politique , les bucherons sortiront de leur refuge qu’une fois la tempête terminée

    1. @ Eric L

      Lisztfr: “On vit en théorie avant de vivre en vérité”.

      C’est, je crois, ce qui peut-être vous distingue de Thom. Pour vous il semblerait que la vérité soit absolue. Pour lui (à la suite d’Aristote) il faut plonger le réel dans un virtuel contrôlé (le plus petit possible car à quoi bon le plonger dans un virtuel dans lequel certaines actualisations seraient impossibles). Puissance et acte, puissance avant acte, car pour Thom il y a un sens, un “bon sens”.

      Pour Thom “Ce qui limite le vrai ce n’est pas le faux, c’est l’insignifiant”.

      1. @BasicRabbit

        C’est l’exemple du libéral qui voit de l’idéologie partout sauf chez lui, parce que sa propre idéologie le dépasse, il est trop bête pour l’apercevoir. Et beaucoup de gens prennent exemple à cette mauvaise école qui aplanit la pensée et en écrase l’architecture, le mille-feuille, pour n’en conserver que la surface qui est alors un ramassis de pensées toutes faites, et qui se donne pour vraie sans justification.

        P. Jorion devrait écrire un autre livre sur la façon dont on a détruit la vérité.

        Tout énoncé se fonde sur une (ou plusieurs) prémisse(s), cette prémisse étant d’un caractère plus général que l’énoncé.

      2. @ Lisztfr

        “sa propre idéologie le dépasse, il est trop bête pour l’apercevoir”
        Que ce soit à Thom, à moi, ou à d’autres, que vous vous adressiez, je trouve que ce n’est pas très sympa! 🙂

        “qui aplanit la pensée et en écrase l’architecture”
        La méthodologie thomienne consiste au contraire à tenter de clarifier la pensée, de gommer le conjoncturel, le phénoménologique, pour faire apparaître l’essentiel, le structurel, l’architecture.

        Tout le contraire de ce que vous préconisez ama bien péremptoirement:
        “tout énoncé se fonde sur une prémisse, cette prémisse étant d’un caractère plus général que l’énoncé.”

        Ceci dit je commence à regarder la musique d’un point de vue mathématique. Aussitôt apparaît le problème du rythme, du tempo, ce qui pose le problème du statut ontologique du temps. Problème qui ne semble pas apparaître naturellement en théorie des catastrophes.

      3. @ Lisztfr

        L’idéologie, la métaphysique qui sous-tend la position thomienne est la suivante. Pour lui toute analogie dans un contexte conflictuel est vraie. Ainsi, suivant Héraclite (“il faut savoir que le conflit est universel…”), toute analogie est vraie si l’on arrive à la formuler dans un contexte conflictuel (ce qui n’est pas forcément évident!). Même les néo-lib les plus déjantés, les plus “struggle for life”, n’y trouveraient ama rien à redire s’ils acceptent en outre la théorie des catastrophes.

        Quelle est l’idéologie, la métaphysique, qui sous-tend votre position?

    2. blague à part , on échafaude toute sortes de théories fumeuses ; la vérité, n’a pas besoin de nous pour vivre si on ne fait pas vivre cette vérité . agit-on en vérité ou en mensonge, se ment-on , à soi ? est-on sincère face à soi? c’est comme la musique , avant d’être partition, et en même temps que les sons elle est déroulement , mouvement intérieur et extérieur, en ce sens elle est vraie , “objective” .
      est elle théorique avant de s’exprimer ? alors théorique veut dire monde existant en soi, sphère idéelle , règne à part , c’est quasiment théologique . Théorie, comme Utopie …
      mais entre théorie, ou vision intérieure, sentiment d’une certaine immédiateté du vrai, et théories, explications, etc, il y a de sacrés embrouilles , des sacrés sacs de nœuds . et combien de méprises, qui mènent où ? là, je crois que nul est exclu d’une certaine confusion . de con et fusion . qui ne peuvent guère rendre le monde heureux , ni vraiment libre .
      sauf comme je vous l’ai dit si on retrouve en soi, et hors de soi ce joug ( yoga) doux 😀 et qu’on le vit , comme on peut .

      1. @ Eric L

        Je ne sais pas si votre commentaire est à mon intention. Si c’est le cas je cherche seulement à essayer de vous faire voir que le point de vue de Thom n’est peut-être pas si éloigné que ça du vôtre.

        Si vous êtes un tant soit peu curieux, Michèle Porte a fait un recueil de citations de Thom de 90 pages. Dispo sur le net.

  16. C’est vrai que l’on doit la situation actuelle au nationalisme et au populisme, et non à 40 ans de gouvernements sociaux-démocrates, centristes, ou de droite patronale. Me voilà rassuré.

  17. Pas mal l’idée de la désignation d’un candidat à la présidence de la Commission par chaque parti présentant une liste aux élections européennes.

    1. @vigneron
      Et on aboutira au choix cornélien entre H. Désir (condamné pour abus de biens sociaux) et J.C. Cambadélis (condamné pour abus de biens sociaux, je sais : je me répète mais peux pas faire autrement).

        1. @vigneron
          bien sûr que ça a à voir, il s’agit du même mécanisme de désignation de candidat, voire de désignation-élection.

          Quant aux condamnations elles sont connues de tous. Et l’article que vous citez concerne les personnes amnistiées qui seraient diffamées par d’autres personnes dans le cadre des fonctions de ces dernières. Donc : rien à voir ; je sais que vous avez l’esprit de contradiction mais il va falloir trouver autre chose.

          1. Entre :

            Barroso a aussi plaidé pour une “européanisation” des enjeux des prochaines élections européennes en juin 2014. Les partis européens pourraient y contribuer en désignant à l’avance leur candidat pour la présidence de la Commission européenne, a-t-i proposé.
            “J’appelle les partis politique à s’engager à le faire et à européaniser plus avant les élections européennes”, a-t-il lancé.

            et :

            on aboutira au choix cornélien entre H. Désir (condamné pour abus de biens sociaux) et J.C. Cambadélis (condamné pour abus de biens sociaux)…

            y’a comme un gros lézard Pignolle, ouais, toi, mais pas grand chose d’autre entre les deux.
            Par ailleurs faudra d’urgence apprendre à lire à l’endroit un code pénal, Pignolle. Là l’info est publique certes mais c’est bien la connaissance dans le cadre de ses fonctions (de police par exemple) de faits effacés par l’amnistie qui constitue le délit en cas de mention ou de rappel sous une forme quelconque et pas le fait de « diffamer dans le cadre de ses fonctions ».
            En clair : si ces infos étaient inconnues ou tout comme, si c’était tes fonctions qui t’y avaient probablement donné accés et s’y j’étais un des zigs mis en cause, ben je m’enquérirais sérieusement de ton adresse IP…

  18. Merci pour votre billet, Monsieur Leclerc.
    Je crois que la zone euro entre dans une phase de rémission (économique, pas sociale). Les outils à colmater les brèches sont en place (y compris l’éjection de la Grèce si elle s’avère nécessaire).
    Chaque jour amène son petit lot de nouvelles, souvent mauvaises, jamais catastrophiques. Et vous même avez de plus en plus de mal à donner un semblant d’intérêt à ce qui ressemble à un repli en bon ordre dont on ne sait pas trop ou il s’arrêtera.
    Les politiques semblent savoir où ils vont (récession puis relance, si possible), et comment ils y vont. Sauf insurrection des peuples que la lecture des bisbilles entre différentes chapelles sur ce blog rend pour l’instant peu crédible. Le niveau des échanges (sauf apports conceptuels intéressants) en est revenu à ce qu’il aurait pu être avant crise : méchants les riches (banquiers, financiers, …), pas beau l’Europe (libérale, régulatrice,…), socio-traitres (socialos, trotskos, …).

    Les dernières interrogations que je me pose sont de savoir si le plan A, qui se déroule imperturbablement, a pour seul but d’en revenir au statut quo avec une zone euro et une U.E. un petit peu renforcées, ou s’il intègre la nécessité de se préparer à l’effondrement de l’économie américaine, dès que celle-ci, volens nolens, cessera de vivre à crédit; et si le plan Jorion n’est pas mis sous le coude dans l’attente de cette échéance.

    1. ça n’est pas parce que certains se bouffent le nez sur ce blog que l’insurrection n’aura pas lieu

      à moins que Eric Hazan se soit complètement planté …

      1. Ce n’est pas “parce que certains se bouffent le nez sur ce blog que l’insurrection n’aura pas lieu”, c’est que certains – probablement la majorité des intervenants – ne souhaitent pas l’insurrection, et même que certains, et pas seulement tous ceux “de droite” feront tout pour qu’elle n’ait pas lieu et en tout cas qu’elle soit sans avenir.
        Il ne faut pas rêver : sur ce blog, comme dans la rue, se croisent des personnes qui combattront dans des camps opposés.

  19. des amis vivant au Portgugal m’envoient ceci

    “en 2 mots, les militaires portugais annoncent qu’ils sont au service du peuple et qu’il ne faudra pas compter sur eux pour taper sur du manifestant, au regard des nouvelles mesures drastiques d’austérité”

    manifestation à Lisbonne ce 15/09…

  20. Grand entretien. Prix Nobel d’économie en 2001, ancien conseiller de Bill Clinton, Joseph Stiglitz dénonce une démocratie au service des plus riches (1 %), où le principe d’un citoyen-une voix s’est transformé en un dollar-une voix, creusant de plus en plus les inégalités et affaiblissant la croissance.

    http://www.humanite.fr/node/503741

    German Constitutional Court tightens the noose yet further.

    http://blogs.telegraph.co.uk/finance/ambroseevans-pritchard/100019976/german-constitutional-court-tightens-the-noose-yet-further/

    Barroso may want political union – but what’s in it for the people?

    http://www.telegraph.co.uk/finance/financialcrisis/9538595/Debt-crisis-Barroso-may-want-political-union-but-whats-in-it-for-the-people.html

  21. La décision des sages allemands est “très regrettable”, expose Bernard Wesphael, “car elle va permettre un effet d’entraînement sur les politiques d’austérité en Europe”. Pour lui, la mise en œuvre des principes contenus dans le nouveau pacte budgétaire signifie à court terme la fin de la zone euro et du modèle social européen. Car les Etats n’auront plus aucune latitude pour mener les politiques qu’ils souhaitent, notamment au plan social. En cause, la fameuse “règle d’or” et la stricte surveillance qui s’exercera sur les budgets nationaux.

    http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_b-wesphael-deplore-la-decision-de-la-cour-allemande-sur-le-pacte-budgetaire?id=7837547

    1. Moi je le sens comme suit.

      La locomotive allemande va tirer les premiers wagons nordiques, les autres vont décrocher dans la montée vers le temple du soleil. Ouf! ça va mieux dit Angela pendant que toute l’Europe du sud redévale la pente. Tintin (PJ) assisté de milou (j’veux bien le faire, sauf si toutouadi revendique) et le capitaine Haddock (Vigneron bien sûr) arrêtent les wagons juste à temps (le frein de secours fonctionne cette fois!). Sauvés!

      PS: à suivre bien sûr!

      1. Autre solution avant rupture du convoi : délester les passager au maximum (méthode frères Dalton). A défaut, se délester des passagers (méthode “L’ile mystérieuse”). 😉

  22. Après avoir entériné la stratégie de désendettement préconisée par le gouvernement allemand, les socialistes français veulent croire à un retour de politesse, gardant notamment en tête que le pacte d’austérité budgétaire qu’ils veulent faire adopter comporte une clause permettant de l’amender en cas de déficit « structurel », c’est-à-dire dû à la conjoncture économique.

    Avec une croissance de 0%*(à revoir à la baisse -0,5% au mieux selon Sapir en 2013)l’amendement va devenir la règle,une règle d’or dans la règle d’or,l’exception devenant la règle
    *pour de vrai lu sur BFM TV ce jour( croissance 0 pour faire plaisir au gouvernement et penser que tous les téléspectateurs utilisent l’intégralité de leur cerveau disponible aux annonces publicitaires,une croissance subliminale…

  23. Répartir au mieux la pénurie – éviter de provoquer des crises.

    Si on fait l’hypothèse que ni le Président ni son gouvernement ni même son parti ne pensent pouvoir redresser la situation, il semble logique que leur principal souci soit d’éviter les incidents de parcours et leur but de répartir la pénurie de manière à ce que le moins d’électeurs possible ne se détournent d’eux.

    Faire durer les choses au niveau européen y contribue: pendant ce temps là les gens s’habituent. Trafiquer les chiffres autant qu’il est possible y contribue: pendant ce temps là les gens s’habituent.
    Prendre des mesures qui font plus de bruit qu’elles n’ont d’effets réels y contribue: pendant ce temps là les gens s’habituent.

    Il me semble que c’est aussi la voie suivie par les autres gouvernements des pays occidentaux qui s’efforcent de conserver pour eux un maximum d’avantages tout en évitant de bousculer trop fort les voisins de peur de perde l’équilibre en même temps qu’eux.

    Un peu comme le Mikado, jeu d’adresse où l’on s’efforce de récupérer un maximum de baguettes sans faire s’effondrer le tas qu’elles forment ensemble. J’imagine assez bien François Hollande en train de jouer au Mikado.

  24. @vigneron

    L’article de loi que vous citez concerne les personnes amnistiées, or ce n’est pas le cas des personnes que je cite : elles sont donc bien coupables de ce qui leur est reproché et je peux donc contribuer, en toute liberté, à faire savoir ce que certains ignorent et qu’ils devraient d’après moi savoir avant de voter.

    Ensuite, j’ai pris connaissance de leurs condamnations comme tout un chacun peut le faire : via internet. Donc, je ne suis pas sous le coup de la loi et de plus ma profession ne me permet pas d’accéder à ce type d’informations.

    Notez que certains au PS ont utilisé votre argument pour essayer de faire taire la presse lors de la nomination du 1er Ministre. Ca aussi, j’ai le droit de le dire.

    Quant à mon IP : vous la voulez pakistanaise, chilienne, ou bien en terrasse du STARBUCKS de la rue de la Boétie ? Y’a qu’à demander.

    1. Pignouf 1er
      12 septembre 2012 à 21:44

      @vigneron
      Notez que certains au PS ont utilisé votre argument pour essayer de faire taire la presse lors de la nomination du 1er Ministre. Ca aussi, j’ai le droit de le dire.

      Quant à mon IP : vous la voulez pakistanaise, chilienne, ou bien en terrasse du STARBUCKS de la rue de la Boétie ? Y’a qu’à demander.

      C’est moins drôle hein vigneron net ment moins drôle

  25. Hier, j’ai failli m’encastrer (en marchant) dans un arbre : c’est la faute à Stiglitz !
    L’ex-Directeur de la Banque Mondiale, à la une de l’Huma., pleine page !
    Faut dire qu’il en a ( du courage ) cet homme, de se faire interviewer par un bolchévik-au-couteau-entre-les-dents ! et même pas peur !

    Dites donc, pour nous faire cette offensive de charme tous azimuts … doit y avoir une raison ! serait-il possible qu’il y ait péril en la demeure ! ( au cas où ne l’aurions pas compris !) …

Les commentaires sont fermés.