L'actualité de la crise : LE PLAN ÉTAIT PRESQUE PARFAIT ! par François Leclerc

Billet invité.

Si les gouvernements espagnol et italien voulaient bien signer le mémorandum d’un plan de sauvetage en bonne et due forme et les Allemands cesser de faire de l’obstruction, tout pourrait aller pour le mieux… ou presque. La BCE pourrait sortir du marché l’Espagne et l’Italie en achetant leurs obligations à court terme, afin qu’elles soient roulées à des taux convenables en attendant des jours meilleurs. En contrepartie, les deux pays devraient adopter de nouvelles mesures de rigueur afin de retrouver plus tard leur compétitivité grâce à de menus sacrifices des classes laborieuses.

Forts de ce plan annoncé par Mario Draghi, dont ils attendent la concrétisation, les marchés se sont provisoirement calmés. Las ! Mariano RajoY et Mario Monti font des mines et retardent le moment où ils devront jouer le rôle de victimes consentantes, se déjugeant après avoir clamé que leur pays n’avait pas besoin d’être sauvé. Outrage suprême, le second n’a pas l’intention de se parjurer en premier en grillant la politesse aux Espagnols. Barack Obama poursuit de son côté sa tournée d’entretiens téléphoniques avec des dirigeants européens et a appelé Mariano Rajoy, afin d’éviter une crise aiguë qui surviendrait dans la dernière ligne droite de sa campagne électorale.

Une fois encore, le gouvernement espagnol a devancé l’appel avec de nouvelles mesures de rigueur, tandis que l’italien considère lui aussi que celles qu’il a déjà prises devraient en tout état de cause valoir quitus. Quant au gouvernement allemand, il se contente de renouveler sa confiance dans le fait que la BCE… va continuer de respecter son mandat, c’est à dire ne pas intervenir dans son esprit ! La carotte offerte par la BCE n’est pas encore saisie.

Ce qui pourrait être compris comme un habile piège ne s’est donc pas encore refermé, on en serait plutôt au round d’observation. Beaucoup de « si » doivent encore être levés, rendant de nouveaux dérapages possibles entre temps. Sans doute ce qui explique que les banques prennent leurs petites précautions devant l’émergence du risque de convertibilité au cas ou un éclatement de la zone euro finalement interviendrait. Les américaines le font avec moins de discrétion mais toutes en font autant, souscrivant à des CDS pour se prémunir d’éventuelles dépréciations ou encore recherchant à Londres les meilleurs protections juridiques pour ne pas risquer de se voir rembourser avec des drachmes ou des pesetas des actifs en euros qu’elles détiennent… L’histoire ne dit d’ailleurs pas ce qu’il adviendrait des émetteurs inconnus de CDS si la catastrophe contre laquelle ils s’assurent survenait ! Et ce qu’ils seraient susceptibles de déclencher à leur tour.

Mais combien de temps ce plan pourrait-il fonctionner, s’il parvenait à être appliqué ? L’Espagne et l’Italie s’enfonçant de mois en mois dans la récession, comment pourraient-elles diminuer leur déficit et résorber leur dette ? “A chaque jour suffit sa peine” semble être l’adage adopté par les dirigeants européens, dont l’horizon n’est pas si lointain.

60 réflexions au sujet de « L'actualité de la crise : LE PLAN ÉTAIT PRESQUE PARFAIT ! par François Leclerc »

  1. Attali dit sur son blog que l’Euro est déjà fini, qu’ils en préparent la fin.
    L’Euro n’est plus sauvable, c’est juste une question de temps.

    1. Il trouve surtout que les jeux olympiques, par les temps qui courent, ne lui semblent pas très esprit Coubertin. Qu’il regarde quelques soirées UFC avec Vladimir Poutine dans les tribunes (qui a promis 1 million de dollars aux médaillés d’or russes en judo et lutte), il y trouvera l’esprit “nationaliste” de ces JO qu’il dénonce (avec nuance) dans son billet.

      (iménèèèrve ce billet !)

    2. Je cite Attali et je mets le lien.

      Pendant qu’un peuple continue de se faire massacrer en Syrie, pendant que s’installe au Nord du Mali un régime terroriste qu’il faudra bien aller un jour prochain, déloger les armes à la main pendant que, en Europe, les banquiers centraux promettent d’agir à la place de gouvernements tétanisés par la peur de déplaire, se préparant en sous main à la fin de l’euro, ou au moins à’exclusion des plus faibles, et d’abord de la Grèce…

      Il cause JO et nationalisme à breloques…
      http://www.attali.com/actualite/blog/geopolitique/faites-vos-jeux-rien-ne-va-plus

    3. Ah ! Tali ! Encore lui ? A quand un plan pour son sauvetage humanitaire ?

      L’éloge du sport par ce grand maitre à penser, quelle tartuferie…

      Les JO de Coubertin, ce grand ami d’Adolphe. On croit rêver…

      Ah Tali est un martien qui n’a jamais atterit.

    4. Oui, pour les JO les “jeux sont faits”. Coïncidence, pour la Grèce également. La ou tout à commencé. Faut il y voir un hasard? Tout un symbole…

      1. @ Jef
        jeux olympiques et crise Européenne
        Faut t-il y voir un signe , une nouvelle épreuve fait son apparition aux jeux olympique 2012 , la course par élimination
        Wiki
        “Les coureurs s’élancent en groupe compact lors d’un premier tour neutre parcouru à allure modérée.
        Un sprint est disputé tous les deux tours
        La décision concernant les coureurs devant être éliminés est prise par des commissaires
        Après chaque sprint le dernier coureur, selon la position de la roue arrière sur la ligne d’arrivée, est éliminé.
        Un coureur éliminé doit quitter la piste immédiatement.”
        Moi
        Les Pays s’élancent pour la création de l’Europe en groupe compact
        La décision concernant les pays devant être éliminés est prise par des agences de notations
        Un Pays éliminé doit quitter L’Euro immédiatement
        Moi je dis ça , je dis rien !!!!!!

    5. C’est pas encore tout à fait fini…
      Vont essayer bien des choses avant de mettre le point final, si jamais ils le mettent un jour.
      En attendant, ama, vont peut être bien pousser la Grèce au cul pour faire en sorte qu’elle sorte toute seule, genre opération quasi mains propres notamment pour l’Allemagne et après ils verront comment le prochain se présente: par la tête ou par le siège.
      Puisqu’ils ont enfermé les pauvres grecs dans le laboratoire, vont continuer d’expérimenter sur eux en faisant bien gaffe de pas trop s’approcher des éprouvettes…
      Tant mieux si je me gourre, pas envie de voir sortir la Grèce mais même si c’est pas ça, toutes façons ça sera minable qd même…Et pis l’Allemagne semble pas encore disposée à sortir toute seule ou à faire bande à part avec ses potes aux spreads négatifs…

      1. Bonsoir à tous,
        Le Premier ministre conservateur Antonis Samaras à la tête d’un gouvernement de coalition droite-gauche “a demandé au secrétaire général du gouvernement d’élaborer un projet de loi qui comprendra 77 actes administratifs visant à faciliter les privatisations”, a dit M. Stournaras.
        http://www.lavoixdunord.fr/economie/la-grece-s-engage-a-faciliter-la-privatisation-des-ia0b0n618905

        Rajoy et Monti en prennent le chemin en faisant des contorsions pitoyables qui ne trompent personne.

        François Leclerc utilise, pour Monti et Rajoy, les termes “se déjuger”, “se parjurer” en attendant “abjurer”.
        Ce verbe abjurer m’a rappelé un article, sans concession, de Bruno Berthez (leblogalupus) sur François Hollande.

    6. Attali dit la même chose du dollar
      sur de pas se tromper

      reste le yuan pas d’ avis bien tranché
      attali regarde trop les JO
      ça le déprime, il a une vague désespérance des choses sérieuses et de l’aptitude des humains à tout oublier dès qu’il s’agit de médaille en or ou de ballon rond.
      il ne devait pas briller en sport à l’école
      cf slate magazine

      1. En tous les cas, sa conclusion est vraiment superbement ridicule, on se demande dans quel monde merveilleux il vit :

        J.Attali : ” Saura-t-on au moins retenir ce qu’il y a de meilleur dans l’utopie des jeux : un monde dans lequel les meilleurs l’emportent, le travail est toujours récompensé et où les plus pauvres ont les même chances que les plus puissants ? ”

        Bien que j’ai parfaitement entraperçu la démonstration de monsieur Attali sur son blog ( la fin de l’ Euro et la guerre en Syrie pendant les jeux du stade ), je préconise pour filer la métaphore et pour de plus amples perspectives en accord avec la ” pensée profonde ” de notre homme plutôt cet ouvrage ci :

        LES MEUTES SPORTIVES
        Critique de la domination
        Jean-Marie Brohm
        Paris, L’Harmattan, 1993.

        ANTHROPOLOGIE, ETHNOLOGIE, CIVILISATION :
        Jean-Marie Brohm :
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marie_Brohm

    7. Ouh ! J’aime beaucoup le titre du billet d’Attali “Faites vos jeux, rien ne va plus” !

      Sinon, il y a quand meme une petite difference entre l’article et votre interpretation. Voici ce que dit vraiment Attali:

      “en Europe, les banquiers centraux promettent d’agir à la place de gouvernements tétanisés par la peur de déplaire, se préparant en sous main à la fin de l’euro, ou au moins à l’exclusion des plus faibles, et d’abord de la Grèce”.

  2. Donc tout va bien. Ça craque de partout, mais rien ne cède.

    Il y a par contre comme un suspense, même une angoisse,
    le sentiment de l’imminence d’un danger, une crainte diffuse…

    Ne pouvons-nous qu’attendre ?

  3. Que l’euro ne soit pas sauvable c’est possible en attendant ces messieurs non contents d’imposer leur rigueur,imposent leur dictature:Voir en Espagne le sort réservé aux journalistes qui n’admirent pas la Construction Européenne….Pourquoi ne pas essayer de prolonger au maximum cette formidable innovation détruisant les droits sociaux ,favorisant la domination du capitalisme américain et d’autre part fournissant de formidables revenus aux politiques auto-désignés et aux banquiers parasites…Ne soyez pas trop optimistes ,ils feront tout pour préserver cette manne extraordinaire ..L’Europe est une réussite pour une certaine oligarchie

    1. un nouveau genre d’apartheid…non sur la couleur….mais sur la grosseur du compte bancaire. Il est où le Mandela financier ??

    2. La dictature en espagne, pas seulement pour les journalistes :

      http://www.publico.es/espana/440574/el-gobierno-amenaza-a-facua-por-sus-criticas-a-los-recortes

      FACUA est une association de consommateurs qui, après avoir critiqué la première hausse de TVA et plans de rigueurs de zapatero, se voit menacée de dissolution forcée par le nouveau gouvernement rajoy…
      La raison serait la publications de clips contre l’augmentation de TVA (passant de 4% à 21%) sur le matériel scolaire et un appel au boycott de la consommation…

      Mais aussi :

      http://www.heraldo.es/noticias/nacional/2012/08/08/interior_ordena_detener_los_responsables_del_asalto_dos_supermercados_199173_305.html

      Un ordre de détention a été émis contre environ 400 membres d’un syndicat qui ont pris un supermarché d’assaut pour “prendre” la nourriture et besoins de première nécessité qu’ils ont ensuite distribué aux familles nécessiteuses qui n’ont pu percevoir les 400 euros d’allocation “survie” qui n’a pas encore été renouvelée par le gouvernement.

      Les syndicalistes se disent prêts à être incarcérés, se considérant comme prisonniers politiques.
      “C’est aux riches de payer maintenant” clament ils

      1. Mouais….. Publico est un site assez Zapateriste….tout ce que fait Rajoy est forcément mauvais et tout ce qu’à fait ZP etait très bien. Et la “menace” consiste à supprimer des subventions.
        Donc faut y aller mollo avec les mots (surtout pour ceux qui on connu la “vraie” dictature).

        Quand aux syndicalistes irresponsables qui on dévalisé les 2 supermarchés, même les responsables du PSOE se sont désolidarisés de ces faits.

  4. Mario Draghi en mal de métaphore:
    The euro is like a bumblebee. This is a mystery of nature because it shouldn’t fly but instead it does. So the euro was a bumblebee that flew very well for several years. And now – and I think people ask “how come?” – probably there was something in the atmosphere, in the air, that made the bumblebee fly. Now something must have changed in the air, and we know what after the financial crisis. The bumblebee would have to graduate to a real bee. And that’s what it’s doing.” http://www.ecb.int/press/key/date/2012/html/sp120726.en.html

    1. Poète en plus ! Et aussi comique, entre le festival d’Avignon et le cirque, ses voies de reconversion sont multiples. Vu son salaire, il n’a pas tort de faire l’histrion, ça ne mange pas de pain et ça amuse la galerie.

      1. Vu son salaire, il n’a pas tort de faire l’histrion, ça ne mange pas de pain et ça amuse la galerie.

        Vu tes 100 000 € annuels en parité de pouvoir d’achat bleu-blanc-rouge, tu causes en expert. Idem question histrionisme, ça va sans dire. Fnu’rrr l’homme ad hoc pour super Mario quoi.

    2. Amusant, la dernière fois que la (fort convenue) métaphore du vol du bourdon m’était passé sous le nez, c’était ici :

      Dagur Eggertsson, qui était encore récemment maire de Reykjavík, me rappelle que ce qui s’est passé dans son pays défie la logique économique. “Dans les années 1980 et 1990, les gens de droite aux Etats-Unis et au Royaume-Uni disaient que le système scandinave n’était pas fonctionnel, que le très fort investissement de l’Etat dans les services publics tuerait l’économie”, souligne-t-il. A 35 ans, cet homme politique brillant a des airs de gamin. Comme tous les Islandais, c’est un redoutable travailleur polyvalent, puisqu’il est également médecin. “Pourtant, nous voilà en 2008, poursuit-il. Il suffit de considérer les données économiques et on voit que, ces douze dernières années, les pays scandinaves ont pris une sacrée avance. Quelqu’un a appelé ça la ‘bumblebee economy’ [l’économie du bourdon] : en termes scientifiques, aérodynamiques, on ne sait pas comment il vole, mais il vole, et bien en plus.”

      Encourageant !
      Par ailleurs, sans vouloir offenser Mr Draghi, abeille et bourdon sont deux espèces différentes ; les chances de voir un bourdon se promouvoir abeille sont donc aussi limitées que de voir une chatte mettre bas des chiens. “That’s what it’s doing” ? Non, ce doit être autre chose …

    3. c’est là qu’on prend supermario en flagrant délit de langue de bois métaphorique
      soit il n’y connait rien en métaphore et vient de nous décrire exactement la situation
      soit il sait et se fout de notre g…
      le bourdon pose la question suivante
      compte tenu de son poids et de son volume et de la taille de ses ailes il ne devrait pas pouvoir voler, sa portance étant insuffisante.
      le bourdon utilise autre chose que la portance de ses ailes c’est tout
      il crée des remous d’air qui opèrent un transfert de la notion de portance sur l’air lui-même c’est l’air qui porte ses ailes et non l’inverse. l’air n’a pas changé ( enfin si il est plus pollué partout sur terre) , les bourdons volent toujours par contre l’abus de pesticides et d’ogm insectifuges tellement profitables aux grand groupes chimico oligolistique et semenciers du capitalisme mortifère outre la réduction des variétés cultivées aux seules nanties d’un brevet rémunérateur pour la finance mondiale, nuit gravement à la santé des abeilles et de tous les insectes en général qui ont tendance à rendre le tablier, alors si les bourdons s’y mettent aussi on sera très très mal
      Les bourdons, les abeilles et les papillons et quantité d’insectes utiles et inutiles à l’homme, ayant des longueurs de langue différentes, cela permettait de par leur diversité une grande variété de stratégies dans la pollinisation des plantes, la diversité étant en quelque sorte la portance des écosystèmes et de la vie sur terre.
      comme on est en train d’éliminer les abeilles ( et le reste des insectes) et que les bourdons ne savent pas faire leur travail la proposition de supermario n’a aucun sens
      autant mettre les traders à l’usine pour fabriquer des chaussures ou devant un potager pour cultiver des légumes
      on risque d’attendre avant de pouvoir mettre les pieds dans les pantoufles et voir l’assiette se remplir

      le problème n’est pas l’air ni le vol des insectes qui ont mis leurs technique au point des millions d’années avant Mr Draghi mais les conséquences de la voracité imbécile du capitalisme qui veut créer des portances artificielles au delà d’un équilibre énergétique viable au prix de l’élimination de tout le reste sans aucune utilité à la clé ni rendre jamais la monnaie.
      rien de magique à cela
      et l’euro n’y est pour rien non plus, ce n’est qu’un outil.

      du blabla de bonimenteur

      la solution est dans l’utilisation de la force de cohésion et d’équilibre du vivant
      pas dans sa destruction.

  5. Vous avez déjà vu un juriste et/ou un économiste se rabaisser ou supplicier les banques ? Ces cauteleux sont formatés pour ruser , finasser , esquiver , espérant la chute des grecs et des chypriotes et , au cours de la tempête ainsi levée , discrètement échouer quelques galères chargées d’or par le GS-boy sur leurs rivages .

    1. Hé bé dis rien et passe ton chemin si le pestacle te convient pas… Chut.
      Chute (La) :

      Sur le pont, je passai derrière une forme penchée sur le parapet, et qui semblait regarder le fleuve. De plus près, je distinguais une mince jeune femme, habillée de noir. Entre les cheveux sombres et le col du manteau, on voyait seulement une nuque, fraîche et mouillée, à laquelle je fus sensible. Mais je poursuivis ma route, après une hésitation… J’avais déjà parcouru une cinquantaine de mètres à peu près, lorsque j’entendis le bruit, qui malgré la distance, me parut formidable dans le silence nocturne, d’un corps qui s’abat sur l’eau. Je m’arrêtai net, mais sans me retourner. Presque aussitôt j’entendis un cri, plusieurs fois répété, qui descendait lui aussi le fleuve, puis s’éteignit brusquement.

  6. Les américaines le font avec moins de discrétion mais toutes en font autant, souscrivant à des CDS pour se prémunir d’éventuelles dépréciations…

    Des infos en exclu François ? Chez Markit en tous cas le Cds italien 5 ans continue à baisser, – 64 pdb depuis un mois, encore – 12 points hier. Toujours à plus de 4,5% la prime mais ça baisse…
    So what ?
    http://www.markit.com/assets/en/docs/commentary/markit-movers/2011/BigMovers060812.pdf

  7. intuitivement je pense qu’il s’agit d’une tactique
    faire durer le déplaisir
    en attendant autre chose
    ou d’avoir bouclé des valises
    ils ne bougeront pas plus ni plus vite et vont même trouver des détours
    saisir la première perche tendue par le hasard
    pour faire encore trois petits tours et ainsi de suite
    c’est une guerre d’usure
    comme à Kho Lanta ( je sens que vigneron va adorer la référence…)
    qui tiendra le plus longtemps sur la pointe des pieds en équilibre.

  8. que ce soit en Grece , en espagne ou en Italie toutes les politiques d’austérité , n’ont eu et n’auront qu’un seul effet la contraction du PIB et conséquemement l’augmentation du ratio d’endettement , l’inverse de l’effet recherché !! CA NE MARCHE PAS !!!
    Seule une croissance du PIB supérieure aux taux d’intérets demandés pourt les prets permettrait le désendettement progressif.
    Pour obtenir cette croissance de maniere durable , seule une baisse du chomage liée à une réindustrialisation massive sera efficace
    Pour obtenir cette réindustrialisation un arret des importations en provenance de pays tel que la Chine , l’Inde, mais aussi la Roumanie, la Bulgarie et même l’allemagne est nécessaire .
    A celà s’ajoute s’ajoute la nécessité de disposer d’une monnaie qui ne soit pas surévaluée par rapport à la productivité de son économie .
    En résumé il faut sortir de l’euro, sortir de l’europe, dénoncer les accords de l’omc et revenir à une économie maitrisée par chaque pays .

    1. @ Eric T 7 août 2012 à 23:29

      Pour obtenir cette réindustrialisation un arrêt des importations en provenance de pays tels que la Chine, l’Inde, mais aussi la Roumanie, la Bulgarie et même l’Allemagne est nécessaire

      Certes, mais en France, comme en général dans le Sud de l’Europe, il n’y a plus d’énergie fossile et plus de minerais métalliques facilement accessibles, comment fait-on pour rebâtir une industrie ? Une fois rebâtie, comment fait-on pour l’alimenter en matières premières et en énergie qui nous manquent ?

      Avant même d’en arriver là, il faut financer l’investissement que représente cette réindustrialisation. Comment fait-on alors, quand on est surendettés comme nous le sommes ?

      La solution est de trouver des créanciers. Il y en a, mais ils disent tous de réduire nos trains de vie, de travailler d’avantage et pour un coût du travail moins élevé de telle sorte qu’il y ait plus d’intérêt, pour eux, à nous voir vivre en travaillant plutôt qu’à nous voir être éliminés de la course et disparaître.

      L’élimination et la disparition de personnes, malgré ou à cause des moyens d’information sans cesse plus importants, ne sont-elles pas devenues des choses banales, voire secondaires de nos jours, à l’exemple de ce qui se passe en Syrie?

      1. avec qui ?

        – Avec ceux qui cave ! (latin)
        – Hein… Tu peux traduire MEMNON, please?!
        – OK ! Translation- (with translation Google IPad, latin/français) :
        – qui cave ! > qui n’en ont pas !
        – de quoi… de caves ?
        – C’est ça ! Ou cellarium, si vous préférez – caves : qui n’appartiennent pas au milieu.
        – Des niais quoi ?!
        QUI CAVE ! : LA PRUDENCE !
        – La prudence, la prudence leur manque, c’est ça ?!…
        Cave qui ! : Méfiez-vous de cela !
        – avec qui ?… Je sais plus, moi…tu mets une Majuscule et le sens change et en plus ça veut rien dire; si c’est pas curieux, c’est que… ça sera peut-être une “drôle” de guerre, où on risque de pas trop bien se comprendre… Histoire de Translation, sans doute.
        Qui c… – Ah, non ça suffit !

    1. oui malheureusement j’en suis aussi à penser ça.

      C’est pathétique !! des milliers d’années pour en arriver là quelle merde !!

  9. victimes expiatoires pas consentantes …expiatoires car il s’agit bien de cela ensuite il sera lu l’avenir des marchés dans leurs entrailles .

  10. en équivalence grecque, combien de temps pour l’espagne et l’italie avant d’en arriver à des ‘syrizas’ proches des 30% ?

  11. Grâce à l’incurie des politiques et banquiers toute l’économie est arrétée.
    Rien ne se passe , personne ne bouge.
    Voilà la calamité…………peuples levez vous et chassez ces politiques que vous avez élus.

    1. A cause de “l’incurie des banquiers” ? Après qu’on a lu cette excellente analyse marxiste (pdf) : Séisme sur le marché mondial, on accuse plutôt “le système”. Cette analyse va dans le sens de Paul, “la fin du capitalisme”, mais ne me convainc pas plus que le taulier. Car le capitalisme ce n’est pas seulement “faire plus d’argent avec l’argent”, c’est aussi et surtout le pouvoir, et ça, on n’est pas prêt de s’en débarrasser… Si un jour il n’est plus possible de “faire plus d’argent avec l’argent”, on en fera plus avec autre chose, et ce sera peut-être pire.

    2. Personne ne bouge

      “Eppur, si muove!”
      Et pourtant, elle tourne !  –  La terre tourne et nous restons immobiles? À quoi bon courir, en vain?… Si elle tourne, nous finirons bien par revenir à notre point de départ !…

      Serions-nous naïfs à ce point… de ne pas voir que nous tournons avec elle, que nous sommes sur cette terre, faits de cette terre et que si par malheur elle venait à brûler… même ceux qui font les autruches auraient le cul cramé.

      Efforçons-nous de revenir les deux pieds sur terre! Cessons de rêver cul par dessus tête!
      Si la maison brûle, à quoi nous servirons d’avoir des ailes d’acier, sur quel îlot comptons-nous nous rendre, dans quel château en Espagne pensons-nous échapper au chaos ?
      Même, partirions-nous sur Mars, je ne vous le souhaite pas bertrand,  que vous seriez mort, irradié à petit feu.
      Non, nous n’avons plus qu’un seul drapeau, une seule bannière à hisser :
      “Irradiés de tous les pays, unissons-nous et démolissons cette Bastille d’Argent qui nous divise et nucléarise en petits atomes, nous repoussant les uns contre les autres !”
      Aimons notre terre comme nous devrions l’aimer… l’aimer comme nous devrions aimer notre mer.
      Ce qui ne nous empêche pas, de rêver, par curiosité… à d’autres océans martiens.

  12. Monsieur,

    Vous écrivez

    La BCE pourrait sortir du marché l’Espagne et l’Italie en achetant leurs obligations à court terme,

    C’est énorme. Vous affirmez que deux pays européens doivent sortir du marché des capitaux pour pouvoir continuer à fonctionner. C’est une mise en contradiction radicale avec un pilier de l’Union Européenne. C’est dire que le truc ne marche pas pour ces pays.

    Avec la signature du mémorandum, ces pays deviendraient littéralement des colonies. Ils seraient mis à sac comme les colonies l’étaient à l’époque des grands empires. Le but était toujours d’enrichir la métropole. Quand elles ont cessé de le faire, les empires se sont effondrés.

    L’Allemagne serait là pour payer la note. Nous sommes dans cette logique. Les bénéficiaires de cette colonisation seraient les acteurs des “marchés* avec les mesures de privatisation, de compression des dépenses, de flexibilisation des conditions cadre, etc…. Eux, sont là pour ramasser les bénéfices. Les tâches sont réparties. Aux états les coûts, aux acteurs des marchés les bénéfices. Les seconds ont le pouvoir.

    Le reste est de la gestion des opinions publiques. Raffarin est un maître dans ce domaine. Rocard est aussi très fort. DSK aurait été parfait dans ce rôle. Je me souviens des démocraties populaires des pays de l’est et me demande à quelle distance de ces régimes nous sommes.

    1. @ DidierF 8 août 2012 à 08:40

      Le reste est de la gestion des opinions publiques. Raffarin est un maître dans ce domaine. Rocard est aussi très fort. DSK aurait été parfait dans ce rôle. Je me souviens des démocraties populaires des pays de l’est et me demande à quelle distance de ces régimes nous sommes.

      Pourquoi, restreindre le panel et ne pas ajouter Mélenchon et Le Pen ?

  13. Aux dernières nouvelles, la banque de France annonce notre doux pays en récession pour le 3eme trimestre. Comme un hexagone qui ne tourne pas rond, le Cac40 a des effets viagra, Allez comprendre chers agités du cerveaux?

  14. Le journalisme français est mort :

    -Apple n’incluera pas Youtube, ce n’est pas une nouvelle puisqu’on annonce ce qui n’arrive pas.
    -Les pussy riots font la une tous les jours, s’il n’y a que ça à dire….
    -Les bourses marquent une pause et ouvrent en légère baisse.
    etc. Lisez bien, il n’y a aucune nouvelle, le spectacle se termine, et on use jusqu’à la corde. J’en ai rien à faire d’Apple, de Youtube, et de tout ce qu’ils racontent dans les journaux.

    Les nouvelles puisqu’on ne propose rien, c’est le statu quo. Mais comme un monde sans nouvelles est inconcevable et pourtant, il est évident qu’il ne se passe rien et l’on pourrait faire un journal du genre, Bonsoir, aujourd’hui même chose qu’hier, RAS. Non seulement le politique s’agite pour exister, mais l’info doit donner l’idée que sans cesse, le monde progresse. Tout “croit” vers plus de cohérence, de transparence, de démocratie, les polémiques se précisent, les droits se précisent, la morale évolue et se précise, bref, c’est la Glasnost tous les jours. Tout devient de plus en plus clair, la Raison progresse dans l’Histoire.

    En fait il ne se passe rien, je vous le confirme. Intimez l’ordre à votre présentateur préféré d’aller se rhabiller, méprisez les nouvelles, les “faits”. Faites taire le monde, lisez l’Ecclésiaste, Marc Aurèle, Machiavel.

    1. Lisztfr :

      il ne se passe rien

      Rien, il ne se passe rien.
      Tout arrive,
      Mais c’est indifférent.
      ( pastiche d’après MIRBEAU ET NIETZSCHE )
      C’est quand même mieux que l’éructateur
      et voyageur nocturne.

      1. @Renou

        Très joli :)…

        Par parenthèse :

        Hermann Hesse (né le 2 juillet 1877 à Calw, Allemagne – mort le 9 août 1962.

        Il y a pile 50 ans.

  15. On sous estime complètement la capacité des technocrates à maintenir ainsi le système en lévitation.
    Il reste à la BCE une capacité d’emprunt de plusieurs milliards étant donné qu’au bilan de cette dernière il n’y a pas de certificat de dettes émis.
    Y a plus qu’à , comme le dit Mr Chevalier, le bilan est prêt à compter les milliards que la BCE va finir par emprunter pour acheter les obligations pourries des eurozonards.
    Cela montre une chose, c’est que lorsqu’il n’y a personne pour arrêter la cavalerie, seul le mur pourra stopper la cabale.
    Espérons qu’il ne soit pas trop loin, le plus tot sera le mieux.
    Les US sont empêtrés avec leur QE ou tout autre système de “facilitation” juste avant la période électorale… cela est un élément à prendre en compte.

    La question déterminante:
    A quel moment l’argent des riches sera suffisamment à l’abri, et les mises récupérées au moins en partie pour laisser plonger fort le système. Qui sera en mesure d’arrêter la débacle et endiguer la fuite en avant?
    On annonce une récession pour la France à venir (banque de france pour Q3).
    Une récession qui, elle n’est pas dans les prix, pas encore.
    Shortsqueeze du marché proche? en vue d’aller chercher un plus bas fin septembre début octobre et redémarrer un rally haussier de fin d’année afin de sauver les fesses des banksters. C’est un scénario comme un autre.

  16. 17 bourdons (bumblebees) et pas de chef d’escadrille

    Dans le spectacle tragi-comique auquel nous assistons, les principaux acteurs font comme si il était possible:
    – de déterminer à l’avance des règles adaptées à toutes les situations qui pourraient se rencontrer
    – de mettre 17 pays d’accord sur ces règles
    – de contraindre les 17 pays à respecter ces règles.

    La situation actuelle n’ayant pas été prévue, les règles en vigueur sont inadaptées; elles n’ont d’ailleurs été adoptées que parce qu’elles étaient incomplètes et ambiguës et qu’il n’a pas été prévu de moyens de les faire respecter; elles ne peuvent plus être modifiées que par un accord à l’unanimité (présidents, gouvernements, chambres élues, cours constitutionnelles, référendums.)

    Donc, même si on faisait l’hypothèse qu’il puisse exister une politique monétaire valable dans le cadre international actuel, la zone euro ne serait en mesure ni de choisir cette politique ni de la faire appliquer par ses 17 membres. Les improvisations sur lesquelles les dirigeants font semblant de tomber d’accord ne sont pas conformes aux traités et ils n’ont pas les moyens de les faire appliquer.

    C’est un peu comme si le bloc soviétique avait décidé qu’au lieu d’être soumis à l’URSS il allait fonctionner grâce à l’accord unanime de ses membres …et décidé d’instaurer une monnaie unique pour s’y contraindre.

  17. C’est une socialisation des dettes, au niveau national comme international, et une privatisation des profits pour les banques. Les mesures d’austérité sont tellement drastiques que les services publics comme le marché du travail sont cassés, avec des contrats de plus en plus précaires, qui ne sont plus des références économiques (comme un cdi), mais une précarisation de plus en plus importante.

    Les salaires qui constituent la référence concernant la consommation intérieur, sont baissés puis gelés. Le secteur public qui fait fonctionner des services comme l’éducation, la santé, l’aide sociale ou les transports en communs sont dérégulés (comme la finance), privatiser, mise en concurrence par les services venant de l’étranger, et précariser par des contrats partiels ou à titre gratuit. Et les dettes qui sont dans un fonctionnement cavalier, des emprunts succèdent à d’autres emprunts, sont mutualisés au frais du contribuables, jusqu’aux produits de consommation commun comme la TVA.

    Les multinationales qui ne paient pas d’impôts, et voient au contraire par une myriade d’avocats contribués à des reversements provenant des Etats, ont contribués (sans le moindre remboursement) à une destruction du tissu social (local), dont dépendait financièrement les citoyens. Ainsi les collectivités locales ont vus leurs capacités de revenus baissés, associés à une explosion des dettes, par aussi une décentralisation sans transferts de revenus.

    Les dettes sont colossales en Chine, représentant près de 220% du PIB, et il en est de même en Inde, ou autres pays qui contribuent à ouvrir ses marchés, avec des emprunts (cavaliers) et des taux d’intérêts très élevés, qui sont mathématiquement non remboursable.

    Les pays européens comme en Amérique du Nord sont spécialisés dans l’industrie de masse (hors Allemagne et Pays-Bas qui bénéficient du protectionnisme national), et qui voient les services qui étaient vanter comme l’industrie d’avenir, se délocaliser à leurs tours dans des pays à nearshoring (proche par la langue), qui pourraient être délocaliser en Inde ou en Chine, mais qui ne le sont pas à cause de la spécificité de la langue. De plus, la hausse des prix par la spéculation rends la vie de plus en plus chère, et les circuits économiques de circulation de la monnaie ne favorisent plus les classes moyennes et populaires.

Les commentaires sont fermés.