La MARCHE NOIRE des mineurs espagnols a rejoint Madrid

Billet invité

(Photo Uly Martin)

Par centaines, les mineurs de « La Marche noire », venus à pied du Nord de l’Espagne, ont rejoint la Puerta del Sol, accueillis par des milliers de Madrilènes. En grève depuis mai dernier, ils cherchent à empêcher la fermeture de leurs mines suite à la suppression de subventions gouvernementales, qui aurait pour conséquence de désertifier les bassins de charbon des Asturies, de León et d’Aragon. En passant devant le Palais de la Moncloa, la résidence de Mariano Rajoy, ils criaient : « nous sommes des mineurs, pas des terroristes ».

140 réflexions au sujet de « La MARCHE NOIRE des mineurs espagnols a rejoint Madrid »

  1. Et alors? Quelle est la solution continuer à subventionner un canard boiteux qui de toute façon finira par crever ou investir dans des secteurs d’avenir?

    Dans les année 70 la Wallonie a choisi la première solution, la Flandres la deuxième. On voit le résultat maintenant. Etrange qu’un blog dirigé par un Belge ne relève pas ce dilemme.

    1. Dans les année 70 la Wallonie a choisi la première solution, la Flandres la deuxième. On voit le résultat maintenant. Etrange qu’un blog dirigé par un Belge ne relève pas ce dilemme.

      Peut-être, je dis bien “peut-être” que les Wallons n’ont pas 3 grands ports sur leur côte, eux. Mais bon, si on essaie de sortir de la caricature, on n’a pas fini, c’est évident.

      1. La Suisse non plus n’a pas de grands ports, par contre la Grèce à presque autant de ports que de villages.. Et puis les ports flamands ne datent pas des années 70.

        1. Qui a parlé de la Suisse ? Quel rapport entre la Belgique et la Grèce ? Qui a dit que les ports flamands dataient des années 70 ? Est-ce que la raison qui explique le “dynamisme” de l’économie flamande par rapport à l’économie wallonne, c’est juste que les Wallons sont cons et font des choix de merde et les Flamands intelligents font les bons choix ? On continue dans la caricature à deux balles ? Vous connaissez un peu la Belgique ?

      2. Je ne connais pas la Belgique par contre je connais des Belges. Ceux qui sont Flamands me disent que les Wallons sont cons et ceux qui sont Wallons me le confirme.

        Déjà une régions dirigée pas des socialistes depuis la libération si c’est pas une preuve de connerie?

        1. @ LeTaulier

          Je ne connais pas la Belgique par contre je connais des Belges. Ceux qui sont Flamands me disent que les Wallons sont cons et ceux qui sont Wallons me le confirme. Déjà une régions dirigée pas des socialistes depuis la libération si c’est pas une preuve de connerie?

          Je sentais bien qu’à un moment vous alliez démontrer toute l’étendue de votre talent.

      3. Pfff mais non !!! JA

        Les Flamands sont courageux et travailleurs pas comme les Wallons, fainéants et assistés.
        C’est bien connu !!! Je l’ai lu dans “Le tour de la Belgique par deux enfants” .

      4. @LeTaulier

        bien envoyé.
        Et l’Espagne a aussi de grands ports, qui profitent notamment des grèves à répétition de Marseille et Fos-Sur-Mer (ce dernier a été construit dans les années 70 pour devenir le plus grand port d’Europe et bien entendu ça a été un fiasco total avec une grève dès son jour de mise en service).
        Concernant les mineurs asturiens, il y avait déjà eu des grèves dans les années 30 (réprimées dans un bain de sang par le gouvernement républicain en 1934, lequel envoya notamment Franco s’occuper de l’affaire). Il faut donc être attentif à la suite des événements, car ces mineurs ne sont pas du genre à se rebeller par une grève de la faim.

        1. Merci Pignouf, il ne manquait que votre grain de sel éclairé. Là aussi, comprenne qui pourra le rapport avec l’Espagne pour expliquer les disparités entre Flandre et Wallonie. Lisez plutôt Dissy ci-dessous qui lui au moins sait ce dont il parle.

      5. @Julien Alexandre
        Vous dites que les Wallons sont pénalisés par l’absence de grands ports. Certes, ils n’ont pas de ports mais s’il suffisait d’avoir de grands ports pour s’en sortir cela se saurait (revoir la grande aventure de Fos Sur Mer où l’Etat Français a englouti des sommes considérables et où l’aventure a été torpillée par les syndicats, pourtant l’initiative était louable).

        Quant à la différence entre Flandre et Wallonie, je ne sais pas. Pour y être allé une bonne douzaine de fois j’ai par contre noté des différences culturelles entre Flamands et Wallons et ai apprécié mes séjours dans une partie mais pas l’autre, mais ce point peut bien entendu varier d’une personne à l’autre.

        Concernant les mines de charbon, je persiste à croire qu’à un certain moment il faut peut-être se remettre en question et passer à autre chose.

        1. @ Pignouf

          Quant à la différence entre Flandre et Wallonie, je ne sais pas.

          Voilà, merci, si rien à dire sur le sujet plutôt que des comparaisons sans aucun intérêt, abstention, dank u wel.

    2. Je réponds gazéïfication…..les allemands réouvrent des mines de charbon…alors.faut se creuser la tête.

      1. Exact, l’Espagne ayant 25% de chomeur et les allemands des centrales à charbon , on peut imaginer, en Europe des partenariats énergétiques……….qui permettent aux mineurs de ne pas crever

      2. Exact, l’Espagne ayant 25% de chomeur et les allemands des centrales à charbon , on peut imaginer, en Europe des partenariats énergétiques……….qui permettent aux mineurs de ne pas crever

        Quels contenus pour ces “partenariat”, tu m’achètes mon charbon au double du prix du marché et en plus tu paies un an en avance?

    3. Les Charbonnages de France ont globalement mieux su accompagner la fermeture des mines en n’oubliant pas que ce n’étaient pas seulement des puits et des galeries mais des mineurs et leurs familles, dans un environnement.

      1. Honnetement je ne connais pas le cas de CDF. Mais ce que je sais c’est que le problème des subvenions versées aux secteurs en difficultés sont souvent contre-cyclique et improductif. On subventionne quand le climat économique est porteur alors que les gens pourraient retrouver des emplois et on supprime les subventions quand la conjoncture est mauvaise.
        Les réformes c’est quand tout va bien qu’il faut les faire car on a à la fois le temps et aucune pression.

      2. @LeTaulier

        Vous parlez des milliards de subventions versées aux banques en faillite, là?

        Sinon pour les charbonnages improductifs, je veux bien. Et maintenant, vous en faites quoi des centaines de mineurs chômeurs sur le carreau pour improductivité? Vous leurs supprimez les allocs parce que ce sont des parasites fainéants? Vous leur payez une formation accélérée en informatique? Vous les délocalisez en Chine (ils ont de belles mines là-bas. Zola tous les jours en live)? Vous vous lamentez sur l’incompréhensible hausse du nombre de SDF dans les Asturies (c’est sale, ça pue)? Vous envoyez la Guardia civil leur éclater la tronche parce que ces reliquats d’un système économique dépassé osent venir manifester dans une aussi belle ville que Madrid?

      3. Et quelle est votre préconisation quand ce n’a pas été fait quand les conditions s’y prêtaient ?

        Il n’y a pas de solutions indolores. Le gouvernement espagnol (mais d’autres aussi) a passé la main au marché. Il va donc falloir supprimer les subventions et cela va être douloureux. La seule chose à faire et de s’en souvenir quand les beaux jours vont revenir et à ce moment là faire de grandes réformes.

      4. Amsterdam, 11 juillet 2012

        @ Le Taulier

        Je laisse de coté votre argument irrationnel et irraisonné et surtout très peu aimable, attaquant ‘in persona’ au dr. Jorion.

        Mais je reviendrai sur l’essentiel de votre raisonnement, disant que le oui ou non et les volumes des subventions sectorielles ou thématiques doivent dépendre de ce que vous appelez “le climat économique porteur”.

        Là bas vous vous êtes noué dans un noeud de ‘Double Nelson’.

        Puisque, la logique des subventions ‘porteuses’ ne doit JAMAIS dépendre du climat économique en général, et surtout pas d’un climat économique ‘porteur’, mais, il faut que les subventions sectorielles ou thématiques ‘porteuses’ dépendent de la logique sectorielle ou thématique spécifique.

        Ce que vous faites, M ou Mme Le Taulier, n’est rien autre que confondre des niveaux d’abstractions d’analyses, qui est, comme vous le savez sans doute, n’ont seulement un truc bien connu des gens qui ne veulent pas savoir ou ne savent pas de ce qu’ils ou elles parlent, mais qui est plus particulièrement la raison de beaucoup de desastres dans la planification socio-économique en général.

        J’admire le courage des travailleurs du secteur minier en Espagne de venir avec leurs marches à pied à Madrid, et j’espère que les spécialistes sectoriels et thématiques de Mondragon vont se dédouer avec ces travailleurs courageux et leurs familles à des solutions intelligentes afin de pousser le sous-secteur de l’exploitation charbonnière en Espagne à des niveaux technologiques plus élevés, bien entendu, tout cela dans le cadre du développement durable, et avec des conditions de travail parfaites.

        Vu les technologies contemporaines développées en Allemagne, aux Etats Unis, en Colombie en Suède et, oui oui, aux Pays-Bas (voir les publications du dr.ir. Frank van den Aarsen sur fluid bed combustion et gazification) il ne serait pas très absurdiste de supposer que la Banque Européenne des Investissments à Luxembourg pourrait se développer en partenaire solide des travailleurs mineurs d’Espagne du Nord, pour injecter des investissements tres prometteurs dans la transformation générationnelle du sous-secteur charbonnier d’Espagne (surtout un secteur primaire) vers un nouveau sous-secteur secondaire, industriel contemporain, durable, et avec une très haute qualité de travail et de connaissance.

        Malgré votre ton agressif au dr. Jorion, bien à vous M ou Mme Le Taulier,

        Johan Leestemaker

      5. @LeTaulier

        Il n’y a pas de solutions indolores.

        .

        En effet, nous avons tous remarqué que tant que les solutions ne sont douloureuses que pour les autres, les décideurs n’hésitent pas à les prendre. Par pur réalisme économique, bien entendu. Bien entendu aussi, pas question que ces solutions – même si efficaces – deviennent douloureuses pour leur propre portefeuille.

        Exemple : on vire la moitié du personnel (de préférence par harcèlement qui pousse à la faute ou à la démission. Hop! Pas d’indemnités), mais on augmente les dividendes des actionnaires.
        Autre exemple : on hurle qu’il faut diminuer les salaires de la base mais on hurle tout autant quand il est question de supprimer le bouclier fiscal.

        Pas de solution indolore, non. Indolore pour qui, tel est l’essentiel.

    4. ou investir dans des secteurs d’avenir?

      Gamelles à soupes populaires ??? Ouaip!!! Ça doit être porteur çà !!
      T’as un plan? Je viens de casser mon tit cochon à pièces jaunes.

    5. @LeTaulier

      On subventionne quand le climat économique est porteur alors que les gens pourraient retrouver des emplois…

      L’arbre de la solution local qui camoufle la foret du problème global.
      Où, globalement, vas tu créer des emplois quand, globalement, tu es confronté à ce très léger problème ???

    6. @ LeTaulier
      A l’heure actuelle, les seuls fonds, ( par ailleurs “non existant” et tout a fait virtuels) , qui sont investis le sont pour soutenir l’agonie de la finance.(les subventions de quoi que ce soit pour la piétaille ne sont plus a l’ordre du jour). Investir dans des secteurs d’avenir est passé a la trappe depuis belle lurette pour la plus grande joie et l’immédiateté des profits partagés entre actionnaires.
      Les mineurs veulent exprimer un certain mécontentement. Préféreriez vous qu’ils la ferment gentiment, qu’ils subissent leur chômage et que pour certains leur maison soit confisquée dans un silence royal ??

    7. Et alors? Quelle est la solution continuer à subventionner un canard boiteux qui de toute façon finira par crever ou investir dans des secteurs d’avenir?

      Chiche leTaulier qu’on le fait pour les banques! Finit les LTRO, et les QE, on garde que le Zéro sans les chiffres devant!

    8. Et alors? Quelle est la solution continuer à subventionner un canard boiteux qui de toute façon finira par crever ou investir dans des secteurs d’avenir?

      Sûrement que celui qui perd son job, n’a pas autant de détachement par rapport à la cessation de l’activité qui le fait vivre – lui et sa famille – que vous…
      Tout est tellement plus facile, quand on n’est pas directement touché par les événements.

    9. Les mines Wallonnes ont fait vivre plus d’un flamand quand la Flande n’était qu’un vaste désert économique.Quant aux ports ils ont été en bonne partie (pro rata ou plus)financés par les Francophones.Les mines Flamandes du Limbourg ont aussi eu droit à un paquet conséquent de subsides en leur temps.Idem pour l’aéroport pseudo ‘national’ de Zaventem, Belgo Control etc..
      La Flande reçoit des subsides Européens pour sa ‘mise à niveau’ économique dans certaines régions, c’est peu connu et pourtant vrai.

      1. Les mines Wallonnes ont fait vivre plus d’un flamand quand la Flande n’était qu’un vaste désert économique.

        Me souviens d’une discussion avec un Wallon qui me disait que les boulots les plus durs au fond des mines étaient principalement occupés par des “immigrés” flamands, dont certains voyaient dans la situation actuelle un juste retour des choses.

        Ca ne semble pas simple cette histoire Belge.

        1. @ Hubert

          Ca ne semble pas simple cette histoire Belge.

          C’est le moins que l’on puisse dire. Le ressentiment de part et d’autre, historique, est une donnée essentielle du problème.

      2. faux Dissy, ce sont des légendes !

        – ce ne sont pas le mines Wallones qui ont fait vivre des flamands mais des salaires. Ces salaires leur ont été versés en échange d’un TRAVAIL fourni (rien à voir avec l’assistanat des wallons depuis un demi-siècle)
        – les ports et autres investissements en Flandre, n’ont pas été faits par les “francophones” mais plutôt avec de l’argent venant plutôt de la Wallonie, où travaillaient également des flamands, italiens et autres polonais.
        – en Wallonie il y a également des investissement faits avec de l’argent venant de la Flandre, région dans laquelle il y a aujourd’hui bien moins de francophones qui y travaillent, qu’il n’y en avait des flamands travaillant en Wallonie dans les ’70.
        – la Wallonie reçoit également ses milliards d’aides européennes, plus que la Flandre

      3. La Flandres n’a jamais été un “vaste désert économique”. L’économie ne se limite pas à de grosses usines qui envoie beaucoup de fumé dans les nuages. La Flandres a eu un passé glorieux dans le négoce et le drap et elle a toujours été une terre agricole riche.

        Que l’UE verse des subsides à la Flandres…je n’en sais rien mais je ne vois pas ce qu’il y a de choquant après je pense que cette région contribue beaucoup au budget de l’Ue et recevoir quelques retours est normal.

      4. Un travailleur à temps plein gagnait en moyenne 3.103 euros brut en 2010.

        Le salaire mensuel brut d’un travailleur à temps plein s’élevait en Belgique en 2010 à 3.103 euros, soit environ 2,5 % de plus qu’en 2009, ressort-il de statistiques du SPF Économie publiées aujourd’hui. En Flandre, le salaire mensuel brut d’un travailleur à temps plein atteignait 3.054 euros en 2010, contre 2.906 euros en Wallonie et 3.571 euros à Bruxelles. La profession la mieux rémunérée en 2010 était celle de directeur de société, avec un salaire brut s’élevant en moyenne à 8.329 euros. En moyenne, les physiciens, chimistes et assimilés gagnaient 4.583 euros brut, les juristes 4.421 euros brut et les auteurs, journalistes et linguistes 3.862 euros. Parmi les salaires moyens les moins élevés figurent les coiffeurs et esthéticiens (2.046 euros brut), les serveurs et barmen (2.066 euros), les messagers, porteurs de journaux, releveurs de compteurs et d’autres professions élémentaires (2.087 euros brut) et les aides de ménage et agents d’entretien (2.090 euros).

        http://www.lesoir.be/actualite/le_fil_info/2012-07-11/un-travailleur-a-temps-plein-gagnait-en-moyenne-3103-euros-brut-en-2010-926237.php

      5. @Dissy

        Votre commentaire me dispense d’y coller le mien…
        Pendant près d’un siècle la Wallonie fût la vache a lait de la Flandre et si le gouvernement régionale est a “dominante socialiste” , ceux ci non jamais eu la majorité absolue !!!
        On voit d’ailleurs très bien le haut niveau socialiste du gouvernement fédéral….
        TINA in action.

        Pour répondre à votre poste suivant,
        Connaissez-vous des travailleurs qui gagnent 1650 euros brut mensuel ? J’en connais trois cent dans l’entreprise ou je travaille !!
        Imaginez le net et essayer de vivre avec cela !

    10. @ LeTaulier 11 juillet 2012 à 09:38
      C’est peut-être tout simplement dû à ce que l’inclinaison majoritaire, le tempérament, la sensibilité tend, dans un cas, à pencher à gauche (les Wallons) et dans l’autre, à pencher à droite (les Flammands).
      A gauche, la tendance est plutôt à maintenir un état de douceur de vivre, de maternage, de facilité d’abord, afin de n’aborder la dureté des temps que le plus tard possible, quitte à devoir le payer nettement plus cher ensuite et à condition que cela ne soit pas trop tard.
      A droite, la tendance est plutôt inverse. Puisqu’il faut faire un effort, faisons le d’abord en acceptant de souffrir tout de suite pour sortir au plus vite de l’ornière, de sorte à pouvoir être libéré des contraintes et de pouvoir repartir avec un horizon plus dégagé.

      Mais tout change, tout évolue. C’est pourquoi le « changement c’est maintenant » est une excellente formule. La difficulté c’est de se décider à changer, sans trop perdre de temps.

      1. @ jducac, entre LeTaulier et Pignouf, il ne manquait plus que votre finesse habituelle pour que l’on touche le fond du fond.

        C’est peut-être tout simplement dû à ce que l’inclinaison majoritaire, le tempérament, la sensibilité tend, dans un cas, à pencher à gauche (les Wallons) et dans l’autre, à pencher à droite (les Flammands).

        Le triptyque sacré de ce blog qu’on a là. On résume donc : les Wallons sont cons, socialistes et fainéants. Tout s’explique, merci de cette brillante analyse.

        Vos pendants respectifs de l’autre côté du Rubicon ont la même hauteur de vue dans leurs arguments vis-à-vis des Flamands : “s’ils ont été collabos pendant la seconde guerre, c’est parce qu’ils sont très à droite, question de tempérament, de sensibilité”.

        Y a pas marqué “café du commerce” sur la devanture du blog.

      2. @penelopa,taulier and co: n’oubliez-pas de prendre votre carte au ‘Rassemblement bleu marine’ il vous ira comme un gant…(rires noirs).

        ‘Yaka’, ‘faudrait que’,’tous des’ etc..Suivez les bons exemples et l’excellente morale de WS et de la City cela devrait vous convenir à ravir.Je vous imagine en rentiers égoistes jouissant des malheurs des peuples du Sud de l’Europe trop ‘certains’ que vous semblez être de votre idéologie pourtant en faillite totale.S’il y a bien quelqu’un d’assisté de nos jours, mais alors la méga assisté de chez méga assisté c’est bien un banquier.Collectiviser les pertes visiblement, ils sont devenus communistes les banquiers quand ça les arrange et à la vitesse de l’éclair. L’Europe du Nord n’est RIEN sans celle du Sud et vice versa.C’est pourtant simple à comprendre comme concept non?Pensez-vous vivre en apartheid et en cercle fermé Longtemps?Avec qui allez-vous échanger?60 % des échanges de l’Europe du Nord ont lieu avec l’Europe du sud et oui c’est con hein?Cessez d’utiliser le mot fédéralisme sans en comprendre le sens (qui est un transfert permanent des Etats plus riches vers les moins riches comme dans tout pays fédéral dans le Monde comme les USA, le Canada,l’Australie,la Suisse..).
        Je sais ça va être difficile à avaler, je vous plains sincèrement.

      3. ça “swinge” ce matin sur le blog; à défaut de mesurer l’étendue des problèmes du moment
        et d’en estimer la gravité, au moins on s’amuse bien en lisant les commentaires et réponses
        des uns et des autres si on les prend au Xème degré…… mais la cloche vient de sonner: retour aux analyses et commentaires sérieux de grâce! cm

      4. Julien, il est vrai que …
        Respires par le nez, ils sont loin d’être majoritaires, heureusement. Et les faits leur donnent tort, malgré un point de vue qui ne sortira jamais du : “C’est la faute des autres”.

      5. @JA

        @ jducac, entre LeTaulier et Pignouf, il ne manquait plus que votre finesse habituelle pour que l’on touche le fond du fond.

        Sale karma aujourd’hui !!!

      6. @ Julien Alexandre 11 juillet 2012 à 13:17
        Désolé de vous avoir déçu et exaspéré. Quand j’ai déposé mon commentaire je n’avais pas vu qu’il y en avait une longue liste qui allait finir par vous faire bondir. Je m’efforcerai de mieux faire une prochaine fois.

        En tout les cas, je n’ai jamais dit d’un groupe de personnes ni d’un individu qu’il était con ou fainéant ou collabo pendant la dernière guerre. Je ne pensais pas qu’évoquer une sensibilité de gauche ou de droite puisse révéler un manque de finesse.

        il ne manquait plus que votre finesse habituelle pour que l’on touche le fond du fond.

        Votre expression « fond du fond » m’a fait penser à cela :

        http://www.momes.net/laboureur/accueil.html
        http://www.youtube.com/watch?v=onOGzog1F-Y

        Bien cordialement

        1. Jducac, expliquer qu’une région est moins développée qu’une autre à la seule lumière du fait que l’une est majoritairement socialiste et l’autre pas, c’est juste idiot et fait fi du contexte historique, économique et géographique, qui sont évidemment les principaux facteurs explicatifs.

          Quant à être déçu, certainement pas, je n’en attendais pas moins de vous.

      7. Votre agressivité Dissy, ne vous donne pas plus raison. Elle est juste révélatrice de votre énervement -> typique quand on est à court d’arguments.
        Ce que je voulais souligner, c’est la fausse route que vous faites en accusant les flamands d’avoir bouffé le pain des wallons. Ce pain-là était mérité, le flamand de l’époque avait émigré, appris le français et travaillé dur. Le contraste est aujourd’hui flagrant avec un bon pourcentage de wallons au chômage qui ne font pas la moitié de l’effort que les flamands avait fait.

        Le fait que les banquiers sont des “méga assistés” ne veut pas dire que ce sont les seuls assistés. Je ne sais pas dans quel autre pays au monde (à part en Belgique) les indemnités de chômage pour un isolé s’élèvent à plus de 900 euros, à vie ?

      8. @toutouadi
        “Sale karma aujourd’hui !!!”

        On a tous droit au respect, fussions-nous d’un avis différent du vôtre. On me reproche précisément d’être hors-sujet en parlant des ports espagnols, l’article parle pourtant de la situation espagnole et non belge.

      9. @ Julien Alexandre 11 juillet 2012 à 15:24

        Expliquer qu’une région est moins développée qu’une autre à la seule lumière du fait que l’une est majoritairement socialiste et l’autre pas, c’est juste idiot……….

        Je n’ai jamais expliqué cela.

        1. @ jducac

          Vous êtes impayable ! Vous avez répondu en le citant vous-même au Taulier de 9h38, qui postulez que le retard de développement de la Wallonie était du au fait que les Wallons avaient choisi de crever alors que les Flamands avaient choisi d’investir, en ces termes :

          C’est peut-être tout simplement dû à ce que l’inclinaison majoritaire, le tempérament, la sensibilité tend, dans un cas, à pencher à gauche (les Wallons) et dans l’autre, à pencher à droite (les Flammands).

          Donc je maintiens que vous avez soutenu qu’une région est moins développée qu’une autre à la seule lumière du fait que l’une est majoritairement socialiste et l’autre pas, et je maintiens que c’est profondément idiot.

      10. @ Julien Alexandre 11 juillet 2012 à 18:34
        Pardonnez-moi d’insister mais le post du Taulier de 9h 38 auquel j’ai répondu, ne parlait pas de retard de développement de la Wallonie puisqu’il disait ceci :

        LeTaulier 11 juillet 2012 à 09:38
        Et alors? Quelle est la solution continuer à subventionner un canard boiteux qui de toute façon finira par crever ou investir dans des secteurs d’avenir?
        Dans les année 70 la Wallonie a choisi la première solution, la Flandres la deuxième. On voit le résultat maintenant. Etrange qu’un blog dirigé par un Belge ne relève pas ce dilemme.

        Je sais que vous êtes surchargé de travail et probablement énervé, et je comprends que vous puissiez faire des confusions et ne vous en tiens pas rigueur. Mais vous devez aussi comprendre qu’il ne m’est pas possible de vous laisser me prêter des propos que je n’ai pas tenus.

        D’ailleurs, ma réponse au Taulier ne parlait ni de retard de développement ni de socialisme puisqu’elle était la suivante :

        jducac 11 juillet 2012 à 12:08
        @ LeTaulier 11 juillet 2012 à 09:38
        C’est peut-être tout simplement dû à ce que l’inclinaison majoritaire, le tempérament, la sensibilité tend, dans un cas, à pencher à gauche (les Wallons) et dans l’autre, à pencher à droite (les Flammands).
        A gauche, la tendance est plutôt à maintenir un état de douceur de vivre, de maternage, de facilité d’abord, afin de n’aborder la dureté des temps que le plus tard possible, quitte à devoir le payer nettement plus cher ensuite et à condition que cela ne soit pas trop tard.
        A droite, la tendance est plutôt inverse. Puisqu’il faut faire un effort, faisons le d’abord en acceptant de souffrir tout de suite pour sortir au plus vite de l’ornière, de sorte à pouvoir être libéré des contraintes et de pouvoir repartir avec un horizon plus dégagé.

        Mais tout change, tout évolue. C’est pourquoi le « changement c’est maintenant » est une excellente formule. La difficulté c’est de se décider à changer, sans trop perdre de temps.

        Bien cordialement.

        1. jducac, LeTaulier expliquait pourquoi la Wallonie était en retard sur la Flandre (“on voit le résultat maintenant”). Vous commencez votre réponse par “C’est peut-être tout simplement dû…”. Si vous n’avez pas compris ce à quoi vous répondiez, c’est votre problème.

      11. Hhmm.. Julien.
        Tu uses le soleil, là.

        Pas la peine de lutter avec les incohérences de ces personnages. Ils n’auront jamais tort car ils NE peuvent avoir tort.
        A chaque fois, c’est de la faute des autres car ils sont les meilleurs.

        Première fois que le blog subit une attaque d’extrême-droite aussi violente, ceci dit.

    11. Les Wallons sont des cons, ou plaidoyer pour le jacobinisme. Le jour où ce genre de discussion touche des espaces français, je me retirerai du monde…Heureusement, il y a le Taulier et Pignouf le bien nommé pour illustrer les avantages inestimables de la continuité territoriale. Il y en a besoin, elle est en danger.

      1. La ‘Marine’ n’a pas encore osé aborder le ‘concept’, mais à mon avis cela ne saurait tarder.Elle va sans doute commencer par:il faut se débarrasser des DOM/TOM/COM…chiche?Je vois bien ça pour 2017.

      2. @Dissy

        Il est à craindre en effet qu’une formation politique s’attaque de front, si j’ose dire, aux fondations de notre république. Mais cela se fait déjà de façon insidieuse au travers de la décentralisation, encouragée par l’Union (donc nos dirigeants), qui est un moyen de faire entrer la culture de compétition entre espaces autant qu’entre personnes, dans les mentalités. La question du droit du travail par exemple est très liée dans son évolution libérale à la possibilité de contourner l’Etat et la loi commune pour fractionner les oppositions éventuelles. On en vient ensuite rapidement à dénoncer ces feignants de Wallons, ce qui est toujours mieux que de s’intéresser aux tenants et aboutissants du système, vous comprenez…

    12. il s’agit d’infliger coûte que coûte une défaite à des travailleurs syndiqués, réputés les plus mobilisés et conscients, pour pouvoir dégager le terrain à des réformes plus dures encore.
      Le Gouvernement veut envoyer un message aux travailleurs et aux syndicats les plus combatifs. Ce gouvernement, comme hier celui de Tacher, veut une défaite des syndicats comme préalable à l’application de politiques d’austérité encore plus radicales….
      Et en France : c’est du somnifère distribué pendant la “conférence sociale” pour préparer la hausse de la CSG : un énorme cadeau pour le patronat, financé par les ménages !!

      1. Oui. Ce matin pour la première fois depuis 2 mois j’ai écouté France Inter et France Culture en alternance pendant 1/4 d’heure (une éternité). J’en ai retenu 3 choses :
        1) Avec des journalistes pareils on n’est pas sorti de l’auberge. Ce ne sont plus des chiens de garde mais des tyrannosaures de garde, et encore ce n’était que Michel Sapin. Le jour où Poutou ou Artaud se pointe c’est peloton d’exécution séance tenante sans autre forme de procès. Heureusement pour eux personne ne leur demande jamais leur avis.

        2) Brice Couturier est fou. Tournant en boucle sur ses obsessions. Même lorsqu’il parle de foot il vous prend la nausée.

        3) Le moins drôle et donc le plus sérieux : salariés accrochez vous. Nous allons en prendre plein la gueule et pas qu’un peu. Les nouveaux sont là pour finir le boulot des précédents. Et les syndicats… pas le courage de finir ma phrase.

    13. Autre dilemme … Comment alors expliquer que la région la plus riche de Belgique est le Brabant Wallon et que la commune la plus riche de Belgique se situe en Wallonie ?

    14. Je me permets de répondre au ramassis d’insultes jetées de la part de gens qui n’ont pas peur de dire que de toute façon ils n’y connaissent rien, en leur conseillant de prendre leur carte à la NVA et au Vlaams Belang.

      Merci à vous, LeTaulier, Pignouf et Penelopa pour m’avoir donné envie de vomir en voyant des gens qui joyeusement, sur un blog où normalement on prend le temps de la réflexion et on manifeste un minimum de respect même quand on n’est pas d’accord, viennent déverser, en vrac :
      – les pires stéréotypes racistes venus de l’extrême-droite flamande
      – des erreurs et des omissions graves par rapport à une histoire que visiblement ils ne connaissent pas, ou dont ils ne veulent pas connaître des aspects clés
      – leur haine des gens qui sont dans la détresse et leur rejet des systèmes de sécurité sociale en s’attaquant, comme toujours, comme le font tous les extrémistes de droite, à ceux qui sont les plus faibles, et souvent ne sont pas en état de se défendre : les travailleurs sans emploi. C’est répugnant de chaque fois brandir le même argument, comme si tout chômeur se réjouissait de ne pas avoir d’emploi, comme si nous ne nous trouvions pas dans une situation où il y a environ 1 poste à pourvoir pour 10 personnes sans emploi – et quels postes ! Revenir aux conditions sociales du XIXème siècle, ben voyons, et faut dire merci aussi, sans doute ? Quel projet de société ! Quel projet de vie ! Quant à vos affirmations fausses sur les chômeurs gagnant 900 € à vie, si vous aviez un minimum d’honnêteté, vous n’oseriez pas affirmer des mensonges pareils ! Allez donc relire les mesures Di Rupo, et vous reviendrez vous excuser. Et d’ailleurs, quel est le problème à ce qu’une personne qui n’a pas d’emploi puisse vivre dignement ? Vous pouvez me l’expliquer ? Il faut qu’elle expie ? Qu’elle paie ? Qu’elle soit humiliée ? rassurez-vous, c’est déjà le cas : allez donc visiter un service chômage, allez voir les gens, allez sentir leur désespoir et leur honte, leur refus du regard des autres. Allez donc ! Et lorsque vous aurez une once de sens commun, au lieu de vouloir que les autres crèvent, revendiquez que les travailleurs qui aient la chance d’avoir un emploi bénéficient de bonnes conditions de travail, de salaires minimum REELLEMENT décents, qu’on abolisse les temps partiels forcés, etc.

      Vous ne faites que confirmer votre statut de trolls, et de trolls nuisibles et toxiques.

      Pour votre gouverne, sachez que la si honnête et si gentille Flandre a bien, entendu profité de l’argent wallon pour construire non seulement ses ports, mais aussi en ce qui concerne tout le réseau ferroviaire. Hé oui : clé de répartition selon la population des communautés, mais le territoire wallon vallonné, difficile et donc coûteux à exploiter, représente 60% du terrritoire belge, mais comme sa population représente 40% de la population belge, la Wallonie n’a que 40% du budget ! Et la gentille Flandre, plat pays qui n’a pas tous les problèmes de coût des infrastructures wallonnes, se goinfre de 60% du budget, ce qui ne lui suffit toujours pas !

      Et je ne vais pas vous rappeler l’histoire de la Société Générale de Belgique, et du génial Albert Frère, grand génocidaire de l’économie wallonne, fossoyeur d’industries et de dizaines de milliers d’emploi pour son plus grand profit, siphonneur de fonds publics qui ont été engloutis par ses fonds privés et sont allés nourrir le si gentil milliardaire…

      Bref, chers LeTaulier, Pignouf et Penelopa, allez faire un tour dans la vraie vie qui pue, celle des vraies gens. Sortez de vos stéréotypes immondes et cessez de déverser votre propagande d’extrême-droite, ça nous fera des vacances. Et si vous n’en avez pas envie, mon conseil gratuit c’est de vous concentrer sur une carrière de commentateur sur LeSoir.be, vous avez totalement le niveau qui convient. Tout le monde là-bas vous aimera et vous comprendra, et pleurera avec vous sur tous les maux qui nous frappent.

      PS : “il n’y a pas de solutions indolores” ? Mais dans quel monde vivez-vous pour affirmer ce genre d’affabulation ridicule ? Bien sûr que si ! Mais ceux qui en bénéficient sont toujours les mêmes. Relisez les articles de ce blog, entre autres. Je suis sûre que vous les trouverez, au cas plus qu’improbable où ils vous auraient échappé. Un indice pour vous aider : “socialisation des pertes – privatisation des bénéfices”. Vous avez trouvé, maintenant ?

      1. @ Hououji Fuu,

        Merci.

        J’ apprécie votre intervention, non tant pas parce qu’ elle va dans le sens par moi souhaité, mais parce que je me sens défendu.
        Se sentir défendu, ça permet de souffler un instant, de regarder les nuages et le soleil, comme si on était de nouveau libre.

      2. houah ! ca chauffe par ici !! z’avez raison ça fait du bien d’expliquer pleinement son point de vue !

    15. Eh !
      Il y a une grand vérité en capitalisme et une seule: le plus riche est le plus malin, le plus méritant et le plus sérieux. Le plus riche a toujours raison !

  2. Des marcheurs qui font de leur pas un chemin. Tout mon respect à ces hommes et à ces femmes qui donnent (enfin !) le premier vrai pas…

  3. Cette année le père Noël sera vraiment une ordure en Espagne:

    Plus de paye extra de Noël pour les fonctionnaires, et augmentation de la durée hebdomadaire de travail.
    Baisse des indemnités de chômage, ou réduction de la durée d’indemnisation.

    Mais cela n’empêchera pas les mines de charbon de fermer: dans un monde où la concurrence est déloyale comment pourrait-il en être autrement ? Impossible de lutter avec les mineurs chinois, qui par ailleurs ne sont pas eux-mêmes à la fête.

    1. Faut arrêter de faire une fixation sur la Chine. Cela n’a rien à voir avec les mineurs chinois.

      Il y a :
      1- des changement de type de consommation,
      2- des contraintes environnemental (c’est bien gentil de signer Kyoto etc. mais cela a des conséquence sur l’emploi)
      3- des zones géographique où l’extraction est plus facile (en particulier en Australe)

      1. Le Taulier…
        Regardes objectivement OU va ton capitalisme, si tu es capable d’autre chose que d’égocentrisme, bien sûr.

    2. Et même éventuellement sans l’aspect de concurrence déloyale, l’économie réelle mondiale est en train de s’arrêter.

  4. “Modernité”
    Cette péripétie espagnole me rappelle des temps anciens, quand l’on fermait nos propres mines au motif que le charbon français valait trop cher, rendu au port du Havre ou de Nantes, face à ses concurrents canadiens ou autres. Moyennant quoi, des régions entières ont été stérilisées, et les finances publiques ont relayé une activité économique essentielle dans certains bassins. Idem pour l’acier et la fonte dans l’Est de la France. L’Etat y a perdu des revenus, le tissu des PME qui travaillaient autour de ces pôles d’activité a disparu, et les charges liées au chômage à la formation et aux “mesures de reconversion” ont explosé avec l’efficacité et les retombées que l’on sait. Cette modernité fallacieuse est parfaitement illustrée par ce qui reste de Villerupt en Lorraine. Ces activités n’étaient “pas assez compétitives” dans le cadre du marché mondial. La vie des gens, l’avenir de leurs enfants, aucune importance. L’homme est au service d’une certaine économie, qui s’assoit sur des choses aussi dérisoires que la vie, le bonheur, l’espoir de la majorité d’entre nous. Avec la crise financière actuelle, et le libre échange fou qui tue l’Europe, la même logique est à l’oeuvre sans désemparer. On va nous expliquer pour ce qui concerne nos amis espagnols qu’il faut être “moderne”, et qu’ils doivent accepter que leur existence, difficile, ne compte pour rien dans la “nécessaire restructuration” de l’économie espagnole et européenne. Au vu de la normalisation des medias suite à l’élection de m. Hollande (Europe, dette, rigueur etc…), nul doute que nombre d’entre nous trouverons bientôt les mineurs espagnols “archaïques” et idéologiquement suspects. La France pourrait proposer dans les Asturies ou ailleurs l’installation d’un parc à Schtroumpfs, qui paraît-il répond efficacement aux problèmes d’emploi. Après tout, l'”économie de la connaissance des Schtroumpfs” est peut-être notre avenir commun. Cordialement.

    1. Lorsque l’activité économique s’arrête, surtout celle liée à l’exploitation de matières premières, c’est l’environnement qui en ressort gagnant. Sur ce blog on retrouve une quantité d’articles liés au désastre de Fukushima (désastre, le mot est bien trop faible). Et d’un autre côté il faudrait soutenir l’industrie minière en Espagne ? Il serait bien d’éclaircir le sujet, vraiment.

      1. si c’est pur que l’activité minière reprenne en pire pour l’environnement ailleurs qu’en europe la leçon de fukushima comme de tchernobyl c’est que nous habitons la même terre en matière d’environnement

      2. On doit se poser le problème pollution. Mais l’écologie, c’est aussi prendre en compte la vie des gens, et leurs possibilités d’exister. Pourquoi pas fermer les mines de charbon dans un contexte différent? Liquider du jour au lendemain des dizaines de milliers d’emplois en Europe et laisser prospérer la pollution autour de nous dans le monde, quand on ne peut pas faire autrement (si tant est qu’une véritable volonté écologique existe en Europe) n’est pas non plus un argument recevable même si on connaît les méfaits de la globalisation économique en la matière. Qui aujourd’hui serait capable de “moraliser” l’économique à l’échelle planétaire? En revanche, reconvertir dans la durée les mineurs à d’autres activités, et ne pas les jeter à la rue de but en blanc est envisageable. Sauf que les logiques économiques à l’oeuvre interdisent de penser le long terme, de planifier pour organiser, et que l’humain est la dernière roue de la charrette néolibérale. Je crois donc, quand d’autres reviennent au charbon ou qu’ils s’y installent (Chine, USA etc…), qu’il faut mesurer notre argumentaire. En France, le charbon hâtivement fermé pourrait être peut-être rentable et nous éviter le nucléaire au moins partiellement. En attendant des solutions technologiques (est-ce qu’on les cherche réellement?), préservons au moins l’écosystème social, qui n’est pas responsable des politiques énergétiques menées par les états. En l’absence de solutions alternatives, oui au charbon, du moins tant que d’autres solutions viables n’existent pas. Face à la nuisance des pollutions US et chinoises, le charbon espagnol est un péché véniel. La misère des mineurs espagnols serait un scandale. Et, enfin, en quoi la fermeture du charbon espagnol pèsera vraiment sur la masse des pollutions atmosphériques qui abîment la planète? L’écologie ne doit pas servir des politiques régressives, mais aider à formuler des solutions. Les visions technocratiques s’appuient souvent sur le concept de “respect de l’environnement” pour dévaster le tissu social. IL faut sortir de ce cercle vicieux et rendre au politique son rôle dans la Cité. Avec ou sans charbon, on en est loin. Cordialement.

  5. “terroristes” , “complotistes” , ces deux qualificatifs injurieux sont entrain d’entrer aux panthéon de ces insultes qui qualifient bien plus ceux qui les profèrent que ceux à qui elles sont destinées.

  6. Les mineurs demandent l’aide du gouvernement central espagnol, en brandissant, exclusivement si j’en juge sur la photo, des drapeaux des Asturies et de l’ Aragon.
    Le Régionalisme dans son individualisme le plus négatif.!

    1. C’est bien une remarque d’un français jacobin. Tous ce qui ressemble de prés ou de loin à un attachement à sa région d’origine est à proscrire. Interdit les menus avec des “quiches lorraines” ou “la quenelle de Lyon”, il n’y à que le Paris-Beurre qui soit toléré.

      1. Tout ce qui ressemble à une cohésion qui pourrait mettre à mal certains intérêts surtout, n’est ce pas ? C’est tellement plus facile d’imposer des politiques néolibérales quand on organise la concurrence entre régions, voire entre communes, en engloutissant au passage des budgets de communication gargantuesques.

        Tipaza a parfaitement raison de souligner le paradoxe de ces mineurs qui viennent réclamer le soutien de l’Etat non pas en mettant en avant leur statut mais leur origine géographique. C’est précisément un des boulets espagnols actuels, qui n’est pas pour rien dans l’intensité de la crise dans ce pays.

      2. C’est pas parce qu’on brandi un drapeau Breton ou Occitan qu’on est indépendantiste. L*exemple des Asturies et de l’Aragon est particulièrement mal choisis. Si il y a une région en Espagne où le sentiment autonomiste est absent c’est bien ces deux régions (A part les Castilles bien sûr).

      3. @Le Taulier

        Le problème n’est pas d’être indépendantiste mais de se tromper d’identification. Les mineurs ne se défendent pas en tant qu’habitants d’une région mais en tant que travailleur en danger. Le choix des symboles est parfois parlant surtout quand on va chercher le soutien de l’Etat quitte à le forcer un peu. Or parce que l’Etat n’est qu’un outil, qui peut être entre des mains hostiles, il faut aussi savoir réunir ses forces contre ses dirigeants quand il le faut, savoir donc être unis derrière un seul drapeau, ne pas offrir de fissures dans lesquelles les politiques s’engageront pour faire voler la contestation en éclat.

        La force de notre modèle a toujours été de garantir un équilibre entre un Etat redistributeur et garant de la continuité territoriale, mais aussi suffisamment identifiable pour cristalliser seul le ressentiment de toutes les composantes géographiques, quand il y a lieu d’en avoir. Pas de querelles régionalistes mesquines donc, à part quelques exceptions. Nous avons bien d’autres chats à fouetter…

      4. “il n’y à que le Paris-Beurre qui soit toléré”
        Juste pour information: c’est un plat régional 🙂
        et puis on dirait plutôt Jambon-Beurre (et cornichon)

  7. Bravo, les “gueules noires” et les 99%, ça peut faire une grosse tache d’huile en Espagne!…

  8. Je pense que les mineurs commettent une erreur stratégique de taille, pour ne pas avoir mauvaise mine médiatique.
    Les mineurs doivent s’attacher à terroriser l’Etat et ceux dont il sert les interêts.

    1. bien d’accord !

      toujours et encore cette course à la médiatisation

      cette “méthode” est poussé en avant par les syndicats responsables ………. devant les capitalistes.

    1. Ils sont franchement très bons en gym synchronisés. Et avec autant de personnes en même temps, c’est magnifique.
      “on n’est pas sorti de l’auberge”
      On aurait dû en sortir..??

  9. Notre prise de conscience de la rupture des grands équilibres naturels vitaux pour notre écosystème arrive en même temps que notre prise de conscience de la rupture des équilibres économiques sur lesquels reposent nos sociétés. Avec dans les deux cas, cette notion d’inéluctabilité, d’irréversibilité. Est-ce une coïncidence ?
    Nous dirigeons nous vers un cataclysme de type biblique où tout, après, redémarrera de zéro ?

    http://www.levif.be/info/vers-un-effondrement-planetaire-irreversible/article-4000133807291.htm

    1. Et si l’on veut croire que ceux qui dirigent ce monde ne sont pas que des tarés, cette information donne un sens à l’actualité.

    2. Pour faire bref, on est à l’heure du choix :

      “Soleil vert” par Richard Fleischer
      ou
      “La belle verte” de Coline Serreau

      Mon choix est fait….mais quid des autres ?

  10. bon ya un point positif
    juan carlos a dit qu’il arrêtait la chasse à l’éléphant au bostwana
    (ya encore des éléphants ailleurs…)

    le problème de fond ( terme très important pour un mineur) est
    le charbon des asturies est-il de qualité et les réserves exploitables intéressantes?
    ensuite il y a l’énorme porblème général de la distorsion des salaires des trimeurs de fonds dans le monde qui rend l’exploitation lucrative ou pas
    et les deux chose n’ont rien à voir
    effectivement au lieu de subentionner le charbonnage quand ce n’est pas rentable face au deuxième point autant dépenser les sous à former les mineurs à autre chose et encourager d’autres investissements locaux
    et garder ses richesses souterraines pour un jour où écologiquement le prix du transport de marchandise permettrait la relocalisation

    parce qu”on va pas continuer à exploiter la misère salariale internationale au prix d’une gabegie environnementale pendant encore 107 ans
    déjà on ne sait pas comment on pourrait faire voler plus d’avions dans un ciel qui ne peut s’agrandir
    ben zut alors
    si même le ciel rétrécit…
    hier émission sur FI sur le développement de l’aérien dans le futur
    question : avec quel kérozène
    ya t-il encore de la place dans le ciel pour la croissance du marché( oui dans les pays pauvres et après( cadire dans 12 ans?)
    après
    bien qu’on demande partout des prévisionnelson ne pense pas plus loin que le bout de son nez

    on a un sérieux problème avec l’avenir
    en fait tout est là
    l’avenir a t il une croissance?

  11. ” Le sauvetage de l’Espagne va lui coûter cher “ titre ce matin La Tribune.

    C’est le moins que l’on puisse dire ! Y a-t-il un linguiste dans la salle pour définir cette phrase que personnellement je trouve presque belle en son inquiétante étrangeté ? Euphémisme ? Oxymore ? Pléonasme ?

    Tout dépend de la façon dont interprète le terme sauvetage ! Si c’est un genre de sauvetage à la grecque, alors là oui le pléonasme risque d’être fort douloureux…

    A noter la tournure passive, sauvetage de l’Espagne, on comprend bien que ce n’est pas l’Espagne qui va se sauver elle-même, on a plutôt l’impression que le sauvetage viendra de l’extérieur, d’où le va lui coûter cher ?

    Remarquable également la forme affirmative, va lui coûter, ce n’est pas risque de, pourrait, non, c’est une certitude, ça va faire très mal.

    Je dois dire que par ce blog que j’ai découvert toute une nouvelle littérature, grâce à des liens de commentateurs qui m’ont parachuté sur des articles des Echos ou la Tribune, journaux dont j’ignorais jusqu’alors l’existence. Et j’avoue que j’apprécie la prose qu’on y trouve, bien plus directe, désinhibée, que ce qu’on peut lire par exemple dans Le Monde ! Ici au moins on ne noie pas le poisson, on appelle un chat un chat, on diffuse une lumière crue qui donne au fond plus de relief et de densité au cours des choses. Et voilà comment je me suis retrouvé à prendre quotidiennement une petite dose de raison cynique, remède que je recommande à qui de temps en temps éprouve le besoin de se baigner en eau glacée.

    1. Salut Reno,
      Je trouve qu’il y a une sorte de prise de conscience chez les économistes bourgeois. Ils lisent le Financial Times qui dit assez clairement et régulièrement l’échec de la politique économique menée depuis les 80′. Le Monde lui reste dans une sorte de déni de réalité, déboussolé par le désaccord grandissant entre nos économistes bourgeois et les politiques économiques actuelles.

      Je n’aime pas beaucoup Le Echos ou la Tribune, mais le pire c’est vraiment Le Monde. Il me semble que le Monde a, au moins depuis 10 ans, un style assez neutre, commentant peu l’information qu’ils délivrent. Ils se contentent de relater les “sommets” européens sans précisions ni critiques contrairement à notre cher M. Leclerc (ou au FT). Merci à M. Leclerc, on sait que l’information qu’ils délivrent couvre une sorte de spectacle de guignols, un spectacle dramatique : les spasmes d’un système moribond.

      1. Jave, ah oui c’est vrai ça, sur l’im-Monde ! Y’a qu’à voir, même un clown ultra-orthodoxe comme le dénommé Norion ? Totion ? Jossion ? ou Jorion, j’sais plus trop, y a droit à sa p’tite chronique “économique” bien régulière, c’est dire…

        1. La chronique mensuelle de Paul dans le supplément économie n’exonère pas dans sa globalité la ligne éditoriale du Monde. Tu as lu il y a quelques semaines l’édito de Erik Izraelewicz sur la Grèce ?

      2. Oh le grand méchant vigneron… Puisque Jorion y fait des chroniques on ne peut pas critiquer le Monde. Attention si on commence à critiquer l’université Belge 🙂
        La ligne éditoriale est quand même un peu scandaleuse, non ?7 juin : “Les Français ne savent toujours pas quelles mesures le président qu’ils ont élu entend prendre pour parvenir à l’objectif déclaré d’un retour à l’équilibre budgétaire en 2017.”3 juin :”Face à la crise et à l’austérité qu’elle impose durablement au pays, …”
        J’achète pas le Monde régulièrement donc je devrais la fermer. M’enfin quand je l’achète je trouve ca quand même assez triste. C’est vrai que j’avais oublié les chroniques de Paul Jorion. J’ai dû en lire une ou deux.

        Par ailleurs j’évoquais une prise de conscience de la situation chez les économistes de la bourgeoisie au travers du FT, mais c’est pas gagné : http://video.cnbc.com/gallery/?video=3000101427&play=1. Une interview de Krugman sur cnbc. La tête de Krugman à la fin vaut le détour.

      3. Non Julien, je ne supporte que les chroniques de Beytout moi monsieur et y’a un bail que j’achète plus le Monde à part le samedi pour le cahier idées de loin en loin… Israelevitz ? Pas l’ancien collègue chroniqueur de Jorion sur Bfm radio ça, enfin chez Nextradio en tous cas ? 😉
        Jave, boutade bien sûr.

  12. L’Espagne poursuit dans la voie de la rigueur.

    Rajoy plonge l’Espagne en dépression(un suicide collectif).La Grèce n’est plus très loin.Et tout cela absolument pour rien.

    http://www.lesoir.be/actualite/economie/2012-07-11/l-espagne-poursuit-dans-la-voie-de-la-rigueur-926223.php

    Le détails des mesures dans El Pais qui déclare que Rajoy place l’Espagne sous tutelle Européenne sans le moindre coup de feu tiré..

    http://elpais.com/

    http://politica.elpais.com/politica/2012/07/11/actualidad/1341987548_244376.html

  13. Comment l’Islande traque ses “néo-vikings” de la finance, responsables de la crise.

    Avant la crise économique, Olafur Hauksson était commissaire de police à Akranes, petit port de 6 500 habitants planté au bout d’une péninsule glacée, à une cinquantaine de kilomètres de Reykjavik. Les plus grosses enquêtes de sa carrière concernaient quelques meurtres et viols commis dans la région. Le reste du temps, sorti de son commissariat, il aimait profiter de sa famille et pêcher la truite argentée dans les rivières islandaises.

    Aujourd’hui, la taille de ses prises a changé. Depuis janvier 2009, il cherche et traduit en justice ceux qui ont joué un rôle dans l’effondrement économique du pays, en 2008. Un poste-clé dans ce pays de 320 000 habitants, soit moins que la population de deux arrondissements parisiens..

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/07/11/l-islande-traque-ses-neo-vikings-de-la-finance-responsables-de-la-crise_1728783_3214.html

    1. Il n’y aura pas de révolution espagnole, faute d’idéologie. Or, selon la théorbe de J Gurr, (Gurr: Why men rebel :

      Gurr. 1970. Why men rebel. Princeton: Princeton University Press.

      http://wikisum.com/w/Gurr:_Why_men_rebel

      Nous serions dans une configuration propice….

      Gurr says that he is adding this section as a partial qualifier: people act out their frustrations if “they believe that they stand a chance of relieving some of their discontent through violence”

      1. hum, le Youth Bulge est un critère plus réaliste et maintes fois vérifié. S’appuyant sur celui-ci, dans les 90s certains s’étonnaient de ne rien voir venir dans les pays du pourtour méditérranéens. Des faits se sont finalement produits ces dernières années, démontrant une fois de plus la pertinence de ce critère.

  14. Ca y est “Los Reyes Magos” viennent de faire leurs “cadeaux” aux espagnols avec un peu d’avance sur le calendrier de fin d’année:
    – suppression de la paye extra de “Navidad” aux fonctionnaires.
    – augmentation de la TVA de 18% à 21%
    – coupes dans les budgets régionaux
    -…
    entre autres friandises, qui vont régaler nos amis les “Marchés Gloutons”.

    Grèce, Chypre, Portugal, Espagne, Italie, Frrrraaa….

    1. Et alors ? Les fonctionnaires sont une caste à privilèges financés sur notre dos, et que je souhaite voir disparaître. J’espère bien qu’ils vont annuler leurs privilèges, allez parler aux millions de cdd mileuristas, ce qu’ils pensent des “pauvres petits fonctionnaires”. Quand je regarde ma feuille d’impôt et que je vois comment on traite nos pauvres petits vieux, ex femmes aux foyers et petits salariés, j’en vomis tout cela pour maintenir les privilèges de ces fat cats qui pour moi va du petit fonctionnaires statutaire aux gros banquiers véreux. Des fonctionnaires parasites j’enlève les policiers et les milotaires qui peuvent se faire tuer en service. Les autres rien ne justifie !

      1. @ Bavaria

        Mettre dans le même panier finance et fonction publique, il fallait oser, c’est une grande première. Le bon vieux “diviser pour mieux régner” fonctionne à plein pot en ce moment, c’est bluffant d’efficacité. C’est en effet en vous attaquant à votre voisin que vous changerez votre sort. Bon courage !

      2. @Bavaria

        Vous avez raison, une bonne grosse charge “anti-fonctionnaires fainéants” permet de se soulager de ses frustrations. Si cela fait du bien sur le plan individuel pourquoi s’en priver ?
        Pour autant sur le plan collectif, ce n’est pas ce qui nous sortira des difficultés économiques et sociales qui sont les nôtres aujourd’hui.
        Cracher sur le voisin, n’a jamais été constructif…

      3. Hooo !! lalala !!

        Des fonctionnaires parasites j’enlève les policiers et les milotaires qui peuvent se faire tuer en service. Les autres rien ne justifie !

        Les secteurs professionnels les plus à risques et de très très loin (sauf déminage dans l’armé), pèche, agriculture, bâtiment, industrie métallurgique etc …. Bon aujourd’hui z’ont annoncés une hausse du taux de suicide chez les blogs masters.

        2eme couplet…. On fait trop de social….Et patati et patata!!!

      4. Bavaria, avant de laisser parler la tripe, exercez vos neurones là-dessus : http://www.pauljorion.com/blog/?p=36998. Parmi les fonctionnaires, il y a aussi les enseignants. Éliminez ces parasites-là et vous verrez que les policiers et les militaires trouveront plus amusant de dégommer leurs concitoyens zombifiés et lobotomisés que d’aller casser du sauvageon ou de l’indigné en service commandé.

      5. eh bien moi qui vient de passer la nuit aux urgences après une grave chute à moto et avoir percuté un mur, les genoux en compotes et mes multiples brûlures ne m’empêcheront pas de remercier d’une douloureuse génuflexion les sapeurs-pompiers et les hôpitaux publiques, plus si publiques mais quand même, pour les soins de qualité et la rapidité et le sourire avec lesquels ils m’ont été prodigués.

        c’est dans ces moments qu’on réfléchit le mieux.

        chapeau bas et bonne journée.

      6. @Bavaria

        3eme couplet …. Et les étrangers, surtout les gris, noirs, rose à petit pois vert…
        4eme couplet….. Faudrait un homme à poigne…
        5eme couplet…. Une tite guerre leurs feraient pas d’mal….

        Bref l’humanisme éclairé ….

      7. Main invisible, pourquoi n’existes tu pas? Nous avons tant besoin de toi.
        Main invisible, tu retiendrais les miennes avant qu’elles ne refassent la façade à certains à grand coups de citrouilles pourries, ou de barre à mine, ce qui, il faut bien l’avouer, n’est pas très gentils pour des légumes même pourris et l’outil d’un dur labeur.
        Tu ne manquerais pas d’appuyer sur “delete” avant envoi de messages plus stupides les uns que les autres.
        Tu te poserais sur l’épaule de l’homme colérique, haineux, égoïste, prétentieux, peureux, perdu. Il ouvrirait alors les yeux sur le monde et sur lui même, il se sentirait bien, plein d’amour et de respect pour lui même et ses frères, fussent ils travailleurs pour un canard boiteux ou fonctionnaires titulaires.
        Tu essuierais même les larmes de remord et de honte qui couleraient alors sur sa joue.

        Main invisible, tu nous manques.

  15. Du glissement de cette marche noire espagnole aux mesquineries belgo-belges dans ce contexte de crise européenne et mondiale on peut voir à quel point même ici les commentateurs ont à coeur d’éluder le vrai sujet.

    1. Eh oui ! Même ici les sabordeurs professionnels genre ” le taulier ” viennent foutre la merde
      d’ailleurs pour passer autant de temps à le faire cela ne peut pas être que “idéologique”
      Cela doit bien être “sponsorisé”

  16. Pierre Klossowski disait qu’il fallait partir des stéréotypes, parce qu’il est vain de lutter contre…. quoiqu’il en soit, je pense qu’effectivement l’URSS et Cie, ont “foiré” le rêve communiste et maintenant cette porte est hermétiquement fermée, et grâce à Staline donc on en a pour 20 ans avant qu’une alternative sérieuse ne puisse émerger dans les esprits…. En Occident, car en Amérique du Sud ils ont leur “Ché” qui reste l’étoile d’une révolution possible. C’est pourquoi les USA veillent au grain en Colombie, tous les gvt sont a gauche là bas.. Nous ici en Europe, on s’accroche à une mentalité de petit fonctionnaire héros d’un système qui malgré tout s’il n’est plus colonial l’est encore par bien des aspects selon une Aufhebung bien hégélienne, au travers de l’OCDE et des grosses multinationales, sans parler de l’OTAN, du l’emprise sur l’Afrique, etc. L’Europe dans ce cadre ne vise qu’à prolonger un colonialisme d’antan bi-directionnel. D’ailleurs le fait colonial est sans doute indépassable, aucune frontière ne saurait suffire et la fuite en avant est obligatoire. On “négocie”, au lieu d’occuper….

    1. Absolument d’accord sauf peut-être
      “D’ailleurs le fait colonial est sans doute indépassable,”
      car cela suppose un paradigme immuable de la société européenne: certains diront que tout change et que c’est la marque du réel.
      Et c’est aussi contradictoire avec l’exemple russe de Staline.
      Et donc, les stéréotypes disparaissent aussi 🙂

  17. Aux bleus/bruns/kakis

    2 % de la population possède plus de 50 % du patrimoine mondial.
    50 % de la population se partage 1% du patrimoine mondial.

    Dans une société où le 1er indicateur de bonne santé économique est la consommation, (Consumérisme que je condamne au demeurant) pas besoin de se prénommer Karl ou de porter une grande barbe grise pour comprendre où se situe le problème.

    L’excédent de patrimoine se fixe d’abord sur la rente industrielle puis sur la rente financière et spéculative, s’extrayant du système de consommation en s’exponentialisant d’autant.
    Le problème est terriblement simple et les conséquences aussi.

    y’a pu d’boulot !!!

    Faudra un jour que l’on m’explique quel est le rapport entre ce fait basique de simple mécanique comptable et :

    Les bisounours moralisateurs, les bolcheviques, les post-soixante-huitards, les salauds d’pauvres, les arabes et autres rastaquouères, les pédés, les fainéants de chômeurs, les assistés de wallons, les Roms voleurs de poules et égorgeurs d’enfants, les sauvageons indélicats, l’âge du capitaine et ma sœur qui bat l’beurre etc…

    1. Toutou, je vais pouvoir te résumer une fois de plus le phénomène : c’est de la faute des autres.

      Mais il te faut savoir que n’importe quelle crise ou tremblement de terre ou guerre ou famine ou besoin de soins médicaux rapporte un MAX aux charognards qui vivent du malheur des autres.
      Tout simplement.

      Ici, on aide à comprendre gratos.
      Et comme ça, demain, ça va pas raser gratis.

    2. @toutouadi
      Mais si il y a du travail. Enormément de travail à faire, non seulement sur nous-même mais pour reconstruire ce que le capitalisme a détruit systématiquement, notamment toutes les tentatives alternatives depuis le début de vie en commun.

      Nous ne savons plus vivre sans argent, nous ne savons plus vivre ensemble, nous avons perdu tous les savoirs-faire ancestraux, notre aptitude à la contemplation, au silence, à l’amour. Le capitalisme a soit tout détruit soit tout corrompu, et nous nous retrouvons sans arme, sans âme, pour continuer sans lui.

      Pour moi, cette marche des mineurs est triste. Elle est non seulement inutile mais stérile. Et j’espère que les espagnols la verront et la comprendrons comme une remontée de la terre de ses hommes vaillants. Leur retour. Pour toujours.

  18. Juste mon petit grain de sel dans ce débat lancé par Le Taulier contre l'”assistanat” des mineurs des Asturies.
    Le Taulier , que pensez-vous de nos agriculteurs de la FNSEA, copieusement subventionnés et assistés par nos impôts, et ce pour nous polluer en surproduisant du maïs et du porc dont on ne sait que faire!
    Ha! L’assistanat, parlons de l’enseignement privé dont les profs sont rémunérés par l’Etat, mais qui choisi ses élèves !
    L’assistanat de l’Etat à l’entreprise privée Dassault, par exemple, qui engrange des bénéfices grâce aux déficit de la branche armement que nous épongeons !
    N’assistons nous pas Bouygues et Eiffage, lorsque nous allons acheter en leasing et trois fois leur prix, des prisons , palais de justice, hôpitaux, “Pentagone” et que nous devrons trouver chaque année 60 milliards à leur payer, pendant trente ans ?
    Quant à l’assistanat des banques!

  19. C”est marrant il n’y a pas eu de marche noire des banquiers américains….Vous vous souvenez de Hank Paulson, le secrétaire au Trésor de Bush, s’agenouillant devant Nancy Pelosi pour demander le Bail Out ? Je ne retrouve de vidéo ni de photo NULLE PART (pas même dans les archives vidéo du Congrès) et pourtant je suis sur d’avoir vu l’image ( http://www.guardian.co.uk/business/2008/sep/27/wallstreet.useconomy1 ). C’était en 2008, il fallait sauver le monde…Aujourd’hui le monde des ouvriers s’effondre, le monde des banquiers continue d’enfreindre ses propres “règles”. Goldman Sachs est aux commandes de l’Italie et de l’Europe après avoir coulé la Grèce et peut être l’Europe. Paulson est un ancien de Goldman Sachs et un très bon acteur, regardez le trembler devant les questions d’un congressman : http://www.youtube.com/watch?v=-hhPvas-Q8Y

    1. kiku, Y’a jamais eu d’images du genou à terre de Paulson devant Pelosi rattrapée dans les couloirs de la Maison Blanche ce 26 septembre 2008. Par contre il avait bien réussi à décoincer la Pelosi sur le coup (son fameux « I didn’t know you were Catholic »). Juste pas mal de témoins de la scènette historique.

  20. Les mines c’est fini…en Europe de l’Ouest mais pas dans le monde.

    Certains ici sur ce blog se posent en donneurs de leçons et de recettes avisées. Allez expliquer aux mineurs des Asturies que tout est fini, qu’ils “ne sont plus économiquement viables” et qu’ils peuvent crever car telle est la “loi”. Effrayant ! C’est tout le système qui est à revoir de fond en comble.

  21. Je ne sais pas si vous avez entendu parler de Peugeot sur ce blog ?

    Ce sont comme on dit si bien des “Hiobsbotschaft(en)”, qui vont nous laisser déplumés à la fin. Une large part de la population ne va tout simplement plus jamais travailler dans cette société, pour résoudre ce problème de civilisation car on a vite fait de perdre cette civilisation, il faut absolument envisager de diviser le temps de travail par 2. Dés aujourd’hui !

  22. @Le Taulier

    Je ne connais pas la Belgique par contre je connais des Belges. Ceux qui sont Flamands me disent que les Wallons sont cons et ceux qui sont Wallons me le confirme.
    Déjà une régions dirigée pas des socialistes depuis la libération si c’est pas une preuve de connerie?

    Des préjugés tout le monde en a et la vertu de ce blog est d’être pédagogique…C’est pourquoi je vous remercie de votre intervention.

    Le socialisme est né des excès du patronat que les travailleurs wallons ont très tôt expérimentés car la Wallonie a eu le privilège d’être précocement industrialisée. De plus la crise actuelle a le mérite de montrer ce qu’il advient quand la cupidité n’est pas régulée et que la richesse se concentre dans les mains d’une infime minorité.

    Si les Wallons était aussi cons que vous le prétendez comment expliquer que la Wallonie ait connu un boom économique au XIXième siècle ?

    La Flandre n’a jamais été un « vaste désert économique »

    Vous n’êtes apparemment pas bien renseigné…par exemple la ville de Bruges ne s’est jamais remise de l’ensablement du Zwin…Comment expliquez vous que les Anversois ont encore aujourd’hui du ressentiment vis à vis des Hollandais suite à la fermeture de l’Escaut au XVIème siècle? Demandez-vous pourquoi 500 000 flamands ont émigré en Wallonie lors de la révolution industrielle ?

  23. Dansons la Troïka-trolls vive le temps, vive le temps,
    dansons la Troïka-trolls vive le temps cousu de fil blanc.

    Salut à toi Stakhanov du XXI ème s. qui pulvérisera au marteau piqueur et à la dynamite ce bloc de honte qu’on nomme la Troïka.
    N’attends pas le Nobel !

Les commentaires sont fermés.