L'actualité de la crise : DES MAILLONS VONT CÉDER, par François Leclerc

Billet invité

The English version of this post can be found here.

Les financiers ont horreur du risque, tout en ne répugnant pas à le faire supporter par les autres. Ils juxtaposent les termes d’aversion ou au contraire de goût quand ils l’évoquent, mais ce n’est qu’une façon de parler, comme ils en ont tant. En réalité, ils ne supportent pas que les autres leur en fassent prendre et le font vivement savoir quand c’est le cas.

Pour avoir trop joué avec le feu, le gouvernement espagnol en fait les frais sur les marchés, tout comme les autorités européennes en raison de leurs atermoiements répétés. On ne compte plus les discrètes conférences téléphoniques à propos de la tenue des élections grecques, mais rien n’est venu lever l’incertitude qu’elles font planer. L’Italie en est prise dans la tourmente, Mario Monti obligé de démentir la nécessité d’un plan de sauvetage du pays, « même à l’avenir » croit-il devoir préciser dans sa volonté de convaincre. Trois crises sont en passe de se conjuguer et les autorités discutent toujours pour savoir qui du FESF ou du MES va renflouer les banques…

Devant l’urgence, la BCE rompt les amarres avec le gouvernement allemand et appelle à la constitution sans préalable d’une union bancaire, mais pour plus tard, prête à prendre en charge la supervision bancaire européenne, tandis que Wolfgang Schäuble réaffirme une fois encore le refus allemand de toute mutualisation des dettes, sous une forme ou sous une autre, qui ne serait pas assortie d’abandons de souveraineté.

Le débat est en passe de se déplacer sur un terrain des plus mouvants. Le ministre en vient à déclarer, pour justifier son refus de céder aux pressions, que « ce n’est pas aux marchés de battre la mesure, car alors la démocratie perdrait sa légitimité ». Sage découverte, mais qu’est-il proposé comme recours démocratique, si ce n’est un contrôle des banques par la BCE et des structures de surveillance budgétaire européenne aux vagues contours, chargées d’appliquer des ratios et des règles sans fondement économique ni justification politique ?

Angela Merkel réclame du temps pour que les réformes structurelles entreprises produisent leurs effets, « au moment où quelques pays ont commencé à travailler dans la bonne direction », mais le journal économique italien Il Sole 24 Ore proche de la Confindustria (l’organisation du patronat) titre « Schnell, Frau Merkel » et Christine Lagarde parle d’un délai de trois mois, voyant large.

François Hollande fait appel à l’imagination pour trouver une croissance qui « ne naîtra pas simplement de l’incantation, pas même de communiqués au terme de réunions européennes ou mondiales ». Pas plus, ajoute-t-il, que « de dépenses publiques supplémentaires.. .». Pour conclure : « Elle peut surgir d’une volonté commune, celle que l’Europe peut affirmer, de mettre en place des instruments nouveaux : euro-obligations, instruments financiers… ». Pas de commentaire.

————
VENTE EN LIGNE : Les CHRONIQUES DE LA GRANDE PERDITION viennent de paraître.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

99 réflexions au sujet de « L'actualité de la crise : DES MAILLONS VONT CÉDER, par François Leclerc »

  1. Pas de commentaire

    en effet hollande a tout dit : il ne fera rien contre le capitalisme

    mais ce n’est pas une surprise

    Socialisme ou barbarie …….. hollande a choisi !

      1. « Mon adversaire n’a pas de visage » avait-il dit pendant la campagne ~_~
        Fous que nous sommes…

  2. Hé bé, pas moins de 7 billets dans la journée!
    Qu’est ce que ça va être quand ça va aller mal!
    Bon, de toutes façons, on peut aller se coucher tranquilles, vous avez nos adresses IP.
    Si jamais quelque chose de grâve arrivait cette nuit…
    Si Valérie ne rentrait pas dormir à l’Elysée… N’hésitez pas!
    Par contre, si d’aventure les mineurs Espagnols foutaient le feu au Palais de la Zarzuela… Laissez tomber.
    Nous reveillez quand même pas pour une pécadille!

  3. The Commute.
    Documentary featuring people who combat the recession by travelling long distances to work, including a Cork woman who holds down a job in a London hospital.

    http://www.rte.ie/player/#!v=3313243

    De nombreux Irlandais sont obligés de ‘commuter’ plus de six heures par jour pour trouver un job, parfois jusqu’à Londres en venant de Cork ou de Shannon.Quasiment un second job plein temps.
    Seule solution pour survivre et attendre une hypothétique ‘reprise’ au pays.

  4. Les financiers ont horreur du risque

    « the traders inside the Chief Investment Office did not have the requisite understanding of the risks they took. »
    C’est ce que James Dimon, chairman, president, et chief executive officer de JPMorgan Chase s’apprête à déclarer demain mercredi devant une commission d’enquête du Sénat.

    tout en ne répugnant pas à le faire supporter par les autres.

    « we have let a lot of people down, and we are sorry for it »

    A part ça il rappellera aux sénateurs l’importance de la banque J.P. Morgan (c’est la plus grosse banque des Etats-Unis) et l’impact positif que l’argent qu’elle prète a sur le monde…
    (Wall Street Journal)

    1. Un beau jour, deux escrocs arrivèrent dans la grande ville de l’empereur. Ils prétendirent savoir tisser une étoffe que seules les personnes intelligentes pouvaient voir et proposèrent au souverain de lui confectionner des vêtements. L’empereur pensa que ce serait un habit exceptionnel et qu’il pourrait ainsi repérer les personnes intelligentes de son royaume.

      Les deux charlatans se mirent alors au travail.

      Quelques jours plus tard, l’empereur, curieux, vint voir où en était le tissage de ce fameux tissu. Il ne vit rien car il n’y avait rien. Troublé, il décida de n’en parler à personne, car personne ne voulait d’un empereur sot.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Habits_neufs_de_l%27empereur

      1. Il me semble que ça a été l’attitude de l’empereur Valéry dans l’affaire des avions renifleurs.

      2. En effet… : « L’empereur comprit que son peuple avait raison, mais continua sa marche sans dire un mot. » … Tout est dit !

      3. Il y a aussi une Fable de La Fontaine qui cadre bien avec votre petite histoire: La fable 6 du 6ième livre.

  5. Elle peut surgir d’une volonté commune

    Merkel et Hollande vont-ils parvenir à un accord susceptible d’emporter l’adhésion de leurs concitoyens? Vous plaisantez, j’espère…

    Faut-il espérer une profonde et subite adhésion des peuples pour préserver la construction européenne? Les grecs se sont déjà exprimé sur le sujet.

    Le taux de participation aux élections européennes était un indicateur fiable et stable du désintérêt des français pour l’Europe et ses institutions, jusqu’à ce qu’on bafoue le choix exprimé lors du dernier référendum. Depuis, il faut parler d’aversion.

    Nous nous dirigeons vers des lendemains qui déchantent violemment… Mais qui s’en soucie? Faut-il vraiment attendre d’une nation, rendue apathique par des programmes télévisuels bien pensants, une implication quelconque tant que « tout ne va pas si mal »? Certainement pas.

    La majorité des habitants du continents assiste, indifférente, aux dernières convulsions d’un projet européen contrôlé de l’extérieur par des forces perçues comme obscures et malveillantes.

    Heureusement, la faillite des US se profile à l’horizon, celle de la Chine également. Comme ça on aura l’air moins bête….Lorsque les 2/3 du monde auront basculé la seule solution sera sans doute d’éteindre la dette….ou la planète…

  6. La logique comportemental de chacun des intervenants dans ce systeme est un noeud coulant qui se resserre de plus en plus.Merci a Francois ,Paul ,Julien et tous les autres pour le travail remarquable accompli sur ce blog.

  7. tandis que Wolfgang Schäuble réaffirme une fois encore le refus allemand de toute mutualisation des dettes, sous une forme ou sous une autre, qui ne serait pas assortie d’abandons de souveraineté.

    a rapprocher du Tweet de Madame.

    L’homme c’est l’homme, enlevez lui sa souveraineté et vous allez voir la colere comme la jalousie.

  8. On sort l artillerie lourde :
    http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0202113142426-les-poles-de-competitivite-destabilises-par-bruxelles-333021.php?xtor=RSS-2089

    On endette les entreprises à leur insu, puis on leur réclame des « indus » au milieu du gué et en pleine tempête. Il est vrai que tout cet argent fraîchement imprimé et sorti de la bourse, cherche à s’ investir-accaparer dans des valeurs réelles, à qui singulièrement l’ accès au crédit est coupé au même moment.
    Idem pour la TVA-lapin tout juste sortie du chapeau devant les yeux ébahis de toute une profession de chirurgiens plasticiens et de cliniques (dont la question se pose de réclamer des sommes rétroactivement) : http://lexpansion.lexpress.fr/economie/la-chirurgie-esthetique-bientot-soumise-a-la-tva_300453.html?skip_mobile_check
    (les chirurgiens contribuaient par contre au régime de l’ Urssaff, comme tous les médecins, qui est bien moins avantageux pour eux que le régime de la TVA)

    Si ce n est pas de la prévarication, qu’ est ce que c’ est ?
    Des maillons cèdent en effet : ce sont les entreprises, et le fisc devenant generateur de dettes forcées, constituera le bras armé de cette finance folle pour s’ accaparer les derniers secteurs rentables , non délocalisés qui payent leurs contributions et charges sociales.

    1. Mon dieu quelle horreur ! On en est là ?! Aller taper de la TVA sur de pauvres clients de pauvres chirurgiens en plastique ??? La broyeuse à déshérités est en route, impitoyable, cruelle, bestiale. Je vais me cacher pour pleurer, c’en est trop, mon coeur de colibri chavire.
      Encore la faute à la Grande Machine Européenne, n’est-ce pas ? Depuis un arrêt de la Cour de Justice de l’UE de 2003 que les charcutages esthétiques devraient être taxés à 19,6 en France…
      Et rien mais absolument rien à voir avec l’Urssaff.

  9. Des maillons vont céder ?

    En tout cas, pas un seul mot de la crise financière pendant le journal de 7h00 de France Inter… Pas un seul !!!

      1. Moins pire peut être, mais FR Cu a quand même autant de mal que les autres Radios à sortir du cadre…

        Couturier en particulier, continue à pérorer quasi quotidiennement la doctrine néo-lib et si parfois (rarement) il tombe sur un contradicteur, il lui envoie cette bonne vielle TINA qui, et je ne sais toujours pas pourquoi, ferme le débat.

        Ar C’hazh Du.

        Tiens au fait, qu’est-donc devenu l’inénarrable JM Sylvestre dont les interventions matinales sur FR Inter m’avaient conduit à basculer sur FR Cu afin de préserver mon capital bonne humeur du matin ? Il sévit toujours sur les radios nationales le Goebbels de l’ordo – libéralisme ?

      2. Sylvestre a une chronique sur i-télé.
        Hier soir, il donnait sa solution à la crise de la dette souveraine :
        1) un défaut généralisé et organisé
        2) l’inscription de la règle d’or dans les constitutions
        Qui a bien pu lui demander de dire cela ?

  10. « Elle peut surgir d’une volonté commune, celle que l’Europe peut affirmer, de mettre en place des instruments nouveaux : euro-obligations, instruments financiers… »

    Il pourra pas tenir très longtemps à brasser du vent , le père François (pas Leclerc, l’autre).

  11. Bonjour

    Le 21.05, Xavier Timbeau a publié un calcul qui montre qu’une réduction de la contrainte de remboursement de la dette structurelle en France de seulement 0,5 pour cent ferait baisser le chômage.

    http://www.ofce.sciences-po.fr/blog/?p=1937

    Entre deux abimes, il y a peut-être la place pour des politiques plus intelligentes, qui ne sauraient certes résoudre tous les problèmes, mais qui constitueraient de bonnes positions de repli, en attendant mieux.

    M.

  12. En effet pour France inter jusqu’à 9 h il n’y a toujours rien à voir du côté de la crise en ce moment, par contre les tweets de l’une (très sots, soit dit en passant) et des autres, les occupent énormément…
    Ils n’en parlent pas parce que c’est indicible ce qui arrive, comme, par exemple une montée inéluctable et monstrueuse de la mer…

    1. D’abord, parfois, ils en parlent. Et parfois intelligemment.
      Mais ils ne considèrent plus ça comme un sujet de une, car c’est devenu une actualité quotidienne larvée. Que dire ? Que c’est pire que la veille ? A quoi bon ?
      Les journalistes parlent des bombes lorsqu’elles explosent, pas quand la mèche est allumée.

      1. Bizarre, Jason…Puisqu’il semblerait que ce blog attire du monde…C’est donc qu’il y a UNE FAÇON de parler de la crise qui est susceptible d ‘intéresser les gens ! Évidemment,si l’on se contente de répéter les mêmes poncifs depuis la nuit des temps….

        « On » préfère nous amuser (j’allais dire nous faire ch… !) avec le gazouillis de Valérie dont,personnellement, je me fous éperdument : Il était couru d’avance qu’elle allait pas soutenir Royal (Vu que ça a du barder entre elles au moment du « divorce ») et qu’elle est pas forcée d’avoir les mêmes opinions que son « mec » : Après tout,Mme Mitterrand (Tonton !) était de gauche ! 😛

  13. « François Hollande fait appel à l’imagination pour trouver une croissance qui… »

    La prochaine soi-disant croissance ne devra-t-elle pas substituer à notre pouvoir d’achat globalement trop élevé et mal reparti, « une réaffectation en conséquence des ressources disponibles, et une réorientation de la production de biens et de services en fonction des besoins sociaux » ?

    Les politiques en sont encore toujours au « touche pas à mon pouvoir d’achat ! » au lieu de prévenir, comme vous le faites discrètement, qu’il va bientôt falloir troquer du pouvoir d’achat contre des services sociaux, passer des derniers modèles « made in China or even better, in Germany » au « tricoté main » et « venant du potager » des grands parents dont les « aides à domicile » nous permettront d’économiser des frais de clinique ou de gagatière.

  14. Tout s’écroule et,on aura beau faire de pertinantes analyses de la situation,le chaos est inévitable et ne pourra être dépassé par des projections qui s’appuient sur le connu.

    Nous sommes pris au dépourvu et devons,individuellement et collectivement, sortir du cadre étroit de nos prétentieuses connaissances pour oser un renouveau digne de ce nom.

    Le mental tourne à plein régime.Ca chauffe dur ! il finira par s’enrayer,nous poussant à reconsidérer nos aquis matériels et intellectuels et à revoir le sens de « qui nous sommes » et la direction essentielle à donner à notre raison d’être en ce monde…

  15. « Elle peut surgir d’une volonté commune, celle que l’Europe peut affirmer, de mettre en place des instruments nouveaux : euro-obligations, instruments financiers… ». Pas de commentaire.

    Si, un commentaire….. Langue de bois
    Et encore un; pour quelqu’un qui se voulait l’ennemi de la finance, qu’est-ce qu’il propose ? De nouveaux instruments….financiers. Ouaiii !

      1. à Nicks,

        Il ne s’agit pas d’un argumentaire, mais d’un rappel historique.

        Machiavel aurait dit que c’est le couteau à la main (Marlowe, mort le couteau à la main…) qu’il faut répondre à des accusations du type : tout le malheur à venir viendra des libertaires qui en refusant de voter pour nous, qui sommes objectivement les sauveurs, ont fait le jeu de la droite, de l’extrême-droite, des vilains capitalistes, etc.
        Cela fait 45 ans que j’entends ce vieux chantage, cela suffit.

      2. @Marlowe

        Cela n’a rien à voir avec un vote mais avec cette attitude purement irresponsable qui est de favoriser un effondrement car il est quasiment constitutif de votre utopie et raccord avec votre haine de l’Etat. Je n’aurai pas une once de compréhension pour les gens comme vous si l’évolution qui se dessine a effectivement lieu. Nous essayons tous de promouvoir un monde plus paisible. La moindre des choses c’est de vouloir éviter autant que faire ce peu de favoriser des situations chaotiques uniquement pour coller avec un scenario prédéfini dans des esprits figés sur leurs échecs de jeunesse.

    1. Un mec qui va peut-être réussir le tour de force d’envoyer le premier député d’extrême-droite de la Vème élu au scrutin majoritaire uninominal à deux tours à l’Assemblée Nationale; qui plus lorsqu’il s’agit de la leader de ce parti ultra-nationaliste et pour faire le compte dans une circonscription populaire et de gauche, il n’a en toute logique qu’une chose à faire, effectivement : se taire.

      1. DL 50
        Vous allez un peu vite en besogne si vous aviez pris le temps de lIre le texte de Jean Luc Mélenchon et de regarder donc les chiffres de cette circonscription Vous auriez découvert que en comparant les chiffres de cette election législative aux chiffres de la présidentielle 2012 ( Mélenchon a été le seul à progresser sur cette circonscription de plus de 1000 voix alors que le taux d’abstention à lui progressé que le parti siocialiste à perdu 8000 voix
        en 5 semaines et que la droite UMP à disparu des écrans
        Une étude plus affinée des chiffres prouvera que si Mélenchon n’avait pas Mouillé la chemise comme il l’a fait Mme Le Pen aurait été élue au premier Tour

      2. C’est ça oui, pis aussi j’ai lu que les marmottes du parc de la Vanoise, avec leurs p’tites menottes, elles massaient les p’tits petons endoloris du p’tit père des peuples, le soir avant le coucher. Faut l’savoir. Évidemment c’est pas dans les livres d’Histoire ça, on nous dit pas tout.

      3. @D.L 50

        Mais oui, ça vous arrange bien ce genre d’affirmation non argumentée. Cette proximité avec un Barbier est vraiment le marqueur de votre positionnement. Il se trouve que Mélenchon lui déroule un argumentaire et tord le cou aux rois de la stratégie électorale à deux centimes d’euro. Vous feriez bien de vous inspirer en outre de sa dignité, monsieur le girondin.

      4. Erreur : le premier député FN élu au scrutin majoritaire s’appelait Yann Piat, élue dans le Var en 1988…

      5. Amsterdamois, oui mais Yann Piat était soutenue par l’UDF en 88, UDF qu’elle rejoignit quelques mois après.

        tchoo, pour poser ce genre de choses discrètement, manière que je vous sais gré de m’accorder, il n’est qu’une façon de faire : dans un endroit ad hoc, fosse étanche ou septique, tout à l’égout ou dans la sciure, bref où se trouve l’oblet de mon exécration et maintenant, d’après vous toujours, de mon excrétion.

    2. @Nicks, z’êtes le bienvenu dimanche au 33 rue de Vignoles. On causera.

      Les autres, avis tout personnel : arrêtons de taper sur Méluch’ pas la priorité et les mascarades électorales sont bientôt finies, on va pouvoir, enfin, envisager autre chose.

      De plus ai apprécié à tir=tre personnel qu’il aille à l’affrontement direct. Ce n’était pas le plus simple pour lui. Il est le bienvenu aussi (je m’avance un peu mais après tout …il ne s’agit que de débats 😉 )

    3. @ Nicks
      Pouvons-nous lui reprocher quoi que ce soit puisqu’il n’ a rien fait
      et qu’il ne fera rien. L’observateur dégagé, la canne à pêche à la main,
      l’oeil rivé sur le bouchon, dans toute sa splendeur.
      Nan, j’plaisante !

      Concernant Mélenchon, je note avec plaisir son excellent français, style et orthographe. Et sans langue de bois.
      Il a raison devant le plaisir malsain des journalistes rapportant sa défaite.
      ( pas de langue de bois…) : Orange l’a « annoncée » pendant 4 jours
      avec des infos (lamentables) nouvelles chaque jour.
      Rien d’inattendu dans cette obstination: ils doivent rendre des comptes
      et il leur a trop montré leur nullité.

      Tenons bon: la révolution par les urnes, calme et pacifique.
      ( Mais entre nous, je crains que la 6.ième république ait brouillée le message.
      N’en parlons plus.)

      1. @Daniel

        Mélenchon n’est pas infaillible, le Front de Gauche ne détient pas la vérité. Mais il est rageant de voir qu’on n’essaie même pas d’appuyer la première offre politique acceptable depuis 20 ans en France. Je ne sais pas s’ils sont conscient du degré de violence latente du contexte qu’ils espèrent et s’ils sont prêt à en assumer les conséquences.

      2. @D.L 50

        Le n’en parlons plus concernait une discussion assez loin en arrière avec Nicks, sur ce sujet précis.

        Je note que vous semblez facilement vous satisfaire d’une clôture de la parole pour certain.
        Or, selon moi, je pense que vous avez le droit , tous les droits en fait, mais le droit précis de parler de Mélenchon… Un avis: ne vous en privez pas: il y aura des oreilles attentives.

  16. En recherchant quelques videos sur Galbraith je suis tombé sur celle-ci, où il n’apparait pas (James K Galbraith est son fils) mais qui pose à 3′ 30″ la question intéressante, l’hypothèse à vérifier, selon laquelle l’instabilité économique provient de l’inégalité. Il y a certainement un lien, du point de vue systémique, qui reste à élucider.

    http://www.youtube.com/watch?v=JxDmw7rCfeQ

    Dans une autre video que Galbraih a enregistré visiblement pour la télévision, la biographie de A Smith est évoquée, notamment ses rapports avec Voltaire et Hume…. ce qui rejoint :

    http://sos.philosophie.free.fr/smith.php

    Adam Smith a étudié les physiocrates (qu’il critiquera). Il appartient aux « Lumières Ecossaises » (Adam Ferguson, Francis Hutcheson). Il a rencontré Voltaire, les encyclopédistes français, Quesnay et Turgot. Il fut surtout lié toute sa vie avec Hume dont il fut l’exécuteur testamentaire.

    Si un peu du scepticisme de Hume est entré dans sa pensée, ceci plaide en sa faveur. Sinon…par contraste on voit qu’aujourd’hui encore, le seul authentique penseur révolutionnaire de l’époque, l’unique J.J. Rousseau, plus ou moins ostracisé à la fin de sa vie, fait polémique. Rousseau survit davantage à cause de son pré-romantisme qu’à cause de ses idées politiques, toujours suspectes encore de nos jours, voire de plus en plus suspectes, aux yeux de certains « démocrates ». Il me semble en tout cas….

    PS :

    A. Smith : « Wealth is power, as Mr. Hobbes says »— so wrote Adam Smith

    1. Je continue l’enquête sur cette phrase « Wealth is power », qui semble avoir été interprétée de façon réductrice malheureusement au sens strictement économique, ce qui relève d’une approche naive et non sociologique des sociétés :

      http://www.asahi-net.or.jp/~mu3t-oois/suce.html

      Marx and Political Economy: Successive Confrontations
      An Overview of Marx-Studies in Japan

      « Thus we are witness to the way that Marx reads or interprets Smith’s phrase ‘wealth is power’. Considering political power, Thomas Hobbes wrote ‘wealth is power’ in Leviathan. Adam Smith added a paragraph to the third edition of The Wealth of Nations (Book I, Chapter V), interpreting this phrase as economic power or ‘purchasing power’ in the process of circulation. In EPM Marx redefines it as ‘capital’ or the ‘commanding power’ in the process of production. »

      Évidemment, vu comme cela, il n’en reste rien qu’une tautologie.

      Transcription de l’interview de James K Galbraith :

      http://therealnews.com/t2/index.php?option=com_content&task=view&id=31&Itemid=74&jumival=8176

      1. Etant donné que smith etablissait cette expression dans un contexte économique, il est logique que l’on en est retenu que son aspect économique. Et puis mettre à égalité richesse et pouvoir dans une meme phrase ça fascine son monde.
        Galbraith développe bien la conséquence de cette doctrine en affirmant que certes la richesse vous donne la puissance suffisante pour régner sur de nombreux aspects de la vie mais qu’elle engendre fatalement un déséquilibre en créant de la pauvreté, du chômage, des troubles sociaux et ainsi de suite. Sans oublier la concentration des pouvoirs qui devient intolérable à mesure que la richesse est subtilisée des mains du peuple pour le bénéfice de qques uns.
        On comprend donc son idée (qui n’est pas nouvelle après tout) que l’inégalité engendre l’instabilité. C’est un point de vue philosophique oriental transposé au monde politico-économique occidental. L’équilibre des forces favorise la paix.

    2. L’inégalité des revenus comme cause des crises, selon Galbraith, le père?
      Certain, dans la crise de ’29, il le dit expressément.
      Je fais une plongée dans ma bibliothèque pour retrouver…

    3. Galbraith.
      « La crise économique de 1929 » (Copyright 1961)
      Petite bibliothèque Payot N°168.
      Imprimé 1.er trimestre 1981.
      ( Traduit par H. Le Galo.)

      Pages 199 et suivantes.
      « Quelles sont les causes plausibles ? »
      Galbraith tente de répondre à la question : une nouvelle crise est-elle possible? Dans ce but ,il se livre à une comparaison entre 1929 et la période 1950.
      Il écrit:
      « bien des points d’extrême faiblesse révélés en 1929, […], se sont trouvés depuis lors substantiellement renforcés. » « La répartition des revenus n’est plus aussi déséquilibrée. Entre 1929 et 1948, la part du revenu  » […] des 5% les plus riches « est tombée de près d’un tiers à moins d’un cinquième du total. Entre 1929 et 1950, la part du revenu familial perçu sous forme de salaires, traitements, pensions et indemnités de chômage s’est accrue d’à peu près 61% à 71% », […] Les revenus du capital sont tombés « de 22% à un peu plus de 12% »

      Page 202.
      « L’économie était fondamentalement malsaine »
       » Cinq faiblesses: »
       » 1) La mauvaise répartition des revenus ».

      Plus loin il évoque le laxisme de la politique fiscale , favorisant
      les inégalités de revenu.

      Il vaut la peine de noter que Roosevelt a réalisé une société
      sociale-démocrate. Mais cette amélioration de la justice sociale n’aura pas duré longtemps, 1935-1970 environ.
      ( et l’injustice des revenus s’est aggravée par rapport à 1929.)

      Le balancier – trop à droite et retour – joue sur 1 ou 2 générations, au plus,
      le temps d’implanter dans l’opinion publique une idéologie vieille comme l’égoisme et donc foireuse, le libéralisme.

  17. « François Hollande fait appel à l’imagination »

    Encore un article sous le signe d’une euphémisation à la Conan Doyle…

    En tous cas, je suis très heureux que notre Président fasse ainsi appel à une ressource trop peu exploitée par lui, ces dernières années.

  18. Pari en ligne.

    Je propose que le blog organise des paris en ligne pour déterminer le nom du pays qui craquera le premier, et aussi le mois et l’année ou cela arrivera.
    Le ou les gagnants recevront un livre dédicacé par Paul et les contributions des parieurs serviront à organiser la grand fête que nécessitera la fin de l’euro et les débuts d’un autre temps que nous aurons à construire avec d’autres complices (je préfère la CNT à la CGT)

    1. Les paris doivent être interdits. Tous.
      Admettre une exception c’est ouvrir la porte
      à la corruption. Et nous sommes bien trop
      faibles face à la tentation.
      Autant commencer maintenant: il n’y pas de pari innocent,
      sauf ceux où l’on est sûr de perdre.

      1. Non, tous les paris viennent d’être interdits, pour notre bien, par un décret du COMITE CENTRAL.

      2. Non, Tchoo mais je peux vous vendre une assurance qui jouerait au cas où Marlowe ou un autre perdrait son pari.

      1. Oui. Merci Sage. Je me croyais mardi ayant pris mon lundi.
        C’est ça qui est bien sur ce blog : tu demandes qu’on te supprime un commentaire, c’est pas fait, et tu te fais supprimer des commentaires par paquet.
        y’a des fois, faut même plus essayer de comprendre.

  19. http://webtv.ngam.natixis.com/watch?id=274&category=flash

    Tout va bien (dormez braves gens)… Les emplois baissent aux USA donc nous sommes sauvés car cela entraîne la baisse du pétrole, donc plus de marges de manoeuvres en Europe… Quant à l’Espagne, la situation des banques va permettre de sauver l’Europe et de mettre enfin en place des réformes (vive l’Espagne !) Marchons vers un avenir radieux…
    Il pleut toujours chez moi, j’ai vu que le sud de l’Angleterre connaissait des inondations et qu’un déluge s’était abattu sur Bruxelles…

      1. Quelle puissance d’analyse, quelle hauteur de vue, et en plus, il est copain avec Blanchard, quel homme.

    1. « The Monti effect has waned considerably, »

      http://online.wsj.com/article/SB10001424052702303444204577462580947519316.html?mod=WSJEurope_hpp_LEFTTopStories

      article auquel renvoie IL SOLE :
      http://www.ilsole24ore.com/art/notizie/2012-06-13/wall-street-journal-monti-094047.shtml

      Il Wall Street Journal: per Monti la luna di miele è finita

      Connaissez-vous celle-ci ?
      Je fais cuire des carottes : combien y-a-t’il de carottes ?
      Réponse : 8
      Car les carottes sont qu’8…

  20. « Le cas espagnol montre que les Etats membres de la zone laissés à eux mêmes veulent profiter de l’euro sans en respecter aucune des contraintes. Hors supervision communautaire, ils privilégieront toujours leurs intérêts nationaux immédiats. Quitte à mettre toute l’union monétaire en péril. C’est cela qui ne peut plus durer.

    Il arrive que José Manuel Barroso, le président de la commission, puisse avoir raison. C’est le cas quand il réclame – mardi 12 juin dans le Financial Times – une vraie agence communautaire de supervision des grandes banques européennes. L’assistance financière n’est pas suffisante pour sauver l’euro. On attend la politique. »
    Editorial du monde du 12juin 2012 titré: Du bon usage de la crise

    Ce « journaliste » attend de la politique d’une agence qui ne sera élue par personne d’autre que les banquiers eux-memes. j’aimerais bien savoir qui signe ces papiers. Qd bien meme ces representants seraient élus par des députés européens qu’est ce qui garantira la justesse de leurs décisions. Jusqu’à present ils n’ont fait qu’aller dans le sens de la finance, pq ça changerait!
    Comme rappelé dans la fable de l’empereur nu plus haut, le peuple voit ce que les élus faignent d’ignorer.
    Du coup une initiative comme celle lancée par le Comité pr l’Annulation de la Dette du Tiers-Monde (CADTM) pour un audit populaire de la dette publique française me paraît très intéressante. Etant donné que les mouvements sociaux tardent à se lancer en France ne faudrait-il pas soutenir fortement ce genre d’action? Leur donner plus de visibilité sur la place publique?
    Je pose la question aux auteurs et lecteurs.

    1. Plutôt qu’un audit de la seule dette française il serait bien utile d’avoir une vue d’ensemble.

      En effet si on posait la question de la dette à monsieur Tout-le-monde il me semble que les réponses seraient souvent du genre « la faute aux Grecs, Espagnols, Anglais, Américains, Allemands, Chinois ». Montrer au contraire que certains de ces Grecs, Espagnols, Allemands, Anglais, Américains, Chinois peuvent arriver à s’entendre avec des Français sur une explication cohérente de ce qui est en train de se produire serait déjà un progrès utile.

      A mon avis ça n’implique pas qu’il soit nécessaire de s’entendre sur une solution. Les priorités sont différentes d’un pays à l’autre, les solutions susceptibles d’être acceptées encore plus différentes.

      Il est vrai qu’habituellement les causes mises en avant pour expliquer ce qui se passe d’un point de vue économique et financier résultent de la solution choisie par chacun et que toute entente est impossible. Dans le cas de la dette ça conduit une majorité de citoyens faire comme si elle était remboursable et par conséquent à en sous-évaluer très fortement l’importance…

      Finalement c’est les créanciers qui ont intérêt à ce qu’on en évalue pas le montant de la dette!

      1. GL. Demandes-toi pourquoi l’audit de la dette de l’Equateur n’est MEME pas repris dans leur article sur Wikipédia…???
        J’chu même sûr que tu n’en avais pas entendu parler…

        « Certains n’oublient pas qu’ils ont intérêt à vous faire oublier. » F.Lordon, 19 Brumaire, An II après Lehman.

      1. d’où l’intéret de faire avancer cette cause de l’audit de la dette française.
        (Un audit global européen ça n’a pas de sens on est pas encore fédéralisé que ze chasse.)

        Quelle est l’institution publique pouvant être saisie par le peuple ou ses représentants (par une forte pression dans le derriere des derniers par les premiers) qui serait à meme de le faire?

        ps: L’espoir c’est bien le moteur qui anime ce blog et la lutte en général, non?

  21. Tout s’écroule et,on aura beau faire des analyses pertinentes de la situation,le chaos est inévitable et ne pourra être dépassé par des projections qui s’appuient sur le connu.

    Nous sommes pris au dépourvu et devons,individuellement et collectivement,sortir du cadre étroit de nos prétentieuses et rigides connaissances pour oser un renouveau digne de ce nom.

    Le mental tourne à plein régime.ca chauffe dur !! Il finira par s’enrayer,nous poussant à reconsidérer nos acquis matériels et intellectuels,à revoir le sens de « qui nous sommes » et la direction à donner à notre raison d’Etre en ce monde…

      1. EricL,
        nos coeurs ne vont pas s’écrouler ! ils battent au rythme d’une orcherstration qui nous échappe et nous promettent des lendemains plus dignes que ce que nous avons connu jusque là !

      2. Eric, un doute m’habite.
        En effet, d’après le psychologue-cardinal Coluche, deux choses dirigent le monde.
        Or, (je l’ai fait exprès) le fric va tomber.
        Ne restera plus alors que l’autre objet de toutes les con-voitises.
        Je ne connais pas Ises en particulier, mais, par relations (elles viennent quand j’chuis pas là) il serait possible que l’humain fasse plus de fruits tels les plantes lorsqu’elles souffrent.
        Une étude britanique, mais surtout brita, viendra certainement con-firmer la chose. Enfin … l’objet. Enfin … le sujet… 🙂

  22. Du Royaume Uni : George Osborne, ministre des Finances, pose la question de savoir si l’Europe ne devra pas sacrifier la Grèce pour convaincre l’allemagne à plus de participation et sauver l’Euro.
    Ïl critique durement le sauvetage español « qui survient trop tard et mal, incapable de convaincre les marchés que l’espagne est crédible »

    http://www.eleconomista.es/economia/noticias/4039687/06/12/Reino-Unido-Podria-ser-necesario-sacrificar-a-Grecia-para-salvar-el-euro.html

  23. En attendant, à Fuku c’est toujours journée piscine :

    Dans une lettre adressée le 25 mai au secrétaire général des Nations-Unies Ban Ki-moon, Mitsuhei Murata enfonçait le clou : « Il n’est pas exagéré d’affirmer que le destin du Japon et du monde entier dépend du réacteur n°4. »

    « Nous n’avons presque pas contesté les plans de General Electric [concepteur américain du modèle de réacteur utilisé à Fukushima]. Nous avons importé une technologie qui n’était pas conçue pour notre géographie très particulière et les menaces qui vont avec. »

    http://groupes.sortirdunucleaire.org/Danger-mondial-les-combustibles

    Ça rappelle d’autre choses…

    The following leaves little to question:

    Many scientists believe that it will be impossible to remove the 1,535 fuel assemblies in the pool of Reactor 4 within two or three years.
    Japanese scientists give a greater than 90 percent probability that an earthquake of at least 7.0 magnitude will occur in the next three years in the close vicinity of Fukushia-Daiichi.
    The crippled building of Reactor 4 will not stand through another strong earthquake.
    Japan and the TEPCO do not have adequate nuclear technology and experience to handle a disaster of such proportions alone.

    http://www.nuclearfreeplanet.org/articles/fukushima-daiichi-it-may-be-too-late-unless-the-military-steps-in.html#.T7nZbZFmBHk.facebook

    Souhaitons que leur évaluation des risques soit aussi fausse, dans le sens favorable, que quand la centrale a été construite.

    1. Merci pour ce rappel!

      C’est saisissant ce qui nous pend à la tronche.
      Et le diplomate qui dit que la seule chose qui empêche le japon d’appeler à l’aide c’est cette
      foutue histoire d’honneur… j’adore ce pays mais y a des fois vraiment!

  24. « les autorités discutent toujours pour savoir qui du FESF ou du MES va renflouer les banques… » en laissant courir le temps, ils peuvent marteler davantage dans les esprits de la nécessité de démanteler les services publics (la communication). Pendant ce temps là, les multinationales (EADS notamment récemment) sont en train de se créer un réseau de financement (leur propre banque). La destruction des nations a été programmée. Les codes de demain vont être oligopolistiques. La culture européenne, c’est quoi ? Elle me fait peur car l’histoire de l’homme est jalonnée de guerres : celle des villageois, celle des contrées, celle des pays. C’est la mondialisation ou la centralisation du pouvoir. L’étape ultime sera la guerre des blocs….Imaginons que l’espèce humaine survive alors ce sera la guerre de 2 clans : les uns contre les autres (déviants). Enfin, lorsque l’un ou l’autre aura gagné alors la guerre s’arrêtera? Et bien non, les extraterrestres seront nos prochaines victimes ! C’est cool, le pouvoir…

Les commentaires sont fermés.