LA COLÈRE EMPRUNTE LES VOIES QU’ELLE PEUT TROUVER, par François Leclerc

Billet invité

Le score du Front national est une « tache indélébile sur les valeurs de notre démocratie, une menace pour notre République », a affirmé Eva Joly lors de sa déclaration d’hier soir, poursuivant ainsi : « Je voudrais dire à celles et ceux qui se sont laissés abuser par le Front National qu’ils se trompent de colère ». Son analyse est un bon point de départ pour comprendre le vote qui a été enregistré.

Ce score est fait – mise à part la contribution des troupes historiques de l’extrême-droite – d’un mélange de rejet, de sentiment d’abandon, de perte d’identité qui trouvent refuge dans les valeurs de toujours de la droite nationaliste qui tend ses bras pour l’accueillir en déployant ses artifices manipulateurs et sa démagogie.

À l’arrivée, près d’un cinquième du corps électoral s’étant exprimé se reconnait dans la condamnation de la mondialisation et pourquoi pas du capitalisme financier, dans l’expression du chauvinisme et du racisme. Seule nouveauté sous forme d’adaptation aux circonstances, l’accent mis sur une dénonciation de la finance, qui a toujours été au menu de l’extrême-droite mais qui est remise à profit.

Lorsqu’une telle proportion de l’électorat manifeste ainsi qu’elle est à l’abandon et qu’elle cherche un refuge, la responsabilité n’est pas seulement à trouver chez les manipulateurs qui en profitent mais aussi chez ceux qui sont ainsi rejetés après avoir été placés dans un même sac. Ils doivent reconnaître qu’ils n’apportent pas de réponse aux angoisses sociales qui se cristallisent sur le pire des terrains politiques, qu’ils ne savent pas se faire entendre parce qu’ils ne savent pas parler aux laissés pour compte de la crise.

La référence à la France d’en-bas n’est pourtant pas nouvelle, ainsi qu’à la précarisation d’une partie grandissante de la société, une coupure s’installant progressivement avec celle d’en-haut. Sans que ceux qui sont du bon côté de la vitrine – et qui pour certains craignent de ne pas y rester longtemps – contemplent ce qu’ils préfèrent ignorer. Si une raison doit être recherchée à l’angoisse collective que l’on sent roder et qui s’exprime de mille façons, il n’y en a pas d’autre à trouver que la peur du déclassement, car l’ascenseur social ne marche plus qu’à la descente.

La colère, quand elle s’exprime, emprunte les voies qu’elle peut trouver. Alimentée par les désillusions du passé. Les mêmes qui devraient s’interroger en constatant qu’ils ne sont pas entendus peuvent également se dire qu’ils héritent de leur propre passé et s’inscrivent dans sa continuité. Que pèse la promesse du changement devant le poids de celui-ci ?

Le « droit d’inventaire » qui avait été réclamé par Lionel Jospin n’a pas été exercé. Si François Hollande est élu dans quinze jours, un soupir de soulagement sera malgré tout poussé, mais aucun élan ne l’accompagnera. Quant à ceux qui en ont impulsé un à sa gauche, leur responsabilité est d’apporter une réponse autre que déclamatoire et de ne pas se réfugier sous un drapeau cocardier.

269 réflexions au sujet de « LA COLÈRE EMPRUNTE LES VOIES QU’ELLE PEUT TROUVER, par François Leclerc »

    1. @BA
      Quand la cocarde ressemble à la francisque, ce n’est plus du chauvinisme ni de la République…

      1. Il ne s’agit pas d’être chauvin.

        Il ne s’agit pas d’être pétainiste.

        Il s’agit d’être républicain.

        Comme l’étaient les patriotes pendant la Révolution française.

        Comme l’était le Front Populaire.

        Comme l’était le programme du Conseil National de la Résistance.

        Comme l’étaient les gouvernements français de 1944, 1945 et 1946.

        Mais aujourd’hui, toutes leurs créations, tous leurs acquis sont en train d’être démantelés par le MEDEF, par le patronat, par l’Union Européenne.

        L’Union Européenne, cette invention des riches, faite par les riches, pour les riches.

        L’Union Européenne, pour laquelle le patronat a toujours voté oui.

        http://lexpansion.lexpress.fr/election-presidentielle-2012/le-medef-s-invite-dans-la-campagne-presidentielle_282832.html

    2. Malheureusement, tragiquement même, François a raison.
      Les politiciens cocardiers, défenseur de France grande “puissance”,
      de son armée, sa police, ses Rafales, ses sous-marins, son agression en Libye,
      etc, font le jeu du fascisme.

      Mélenchon le 31 Mars sur la “Défense de la France”, au très chic “Cercle républicain de Paris”,
      évidemment “au dessus des classes”…
      souhaite “un débat sur le système de défense de la France et de ses alliances…
      Cela fait partie des questions fondamentales sur lequel il doit y avoir accord entre Français”.

      Bien sûr, “accord entre français”, puisque les armées sont au dessus des classes.
      Les chiliens ont souffert un martyre sans nom pour ce mensonge de vieux politicien.
      Mélenchon confirme qu’il ne revient pas sur Mitterrand
      et ses 32 ans au service d’un parti pro-impérialiste, le PS.

      Aucune surprise: il avait aussi approuvé avec les parlementaires PC du parlement européen
      la boucherie impérialiste en Libye des Rafales (dont il raffole par ailleurs…)
      et engins de mort similaires US, bénie par l’ONU:

      Puis voici le rêve de grande puissance impérialiste accaparant les richesses de la planète:
      Relevant la rareté de certaines matières premières comme le gaz, le pétrole
      et les autres matériaux rares qui se trouvent sous les mers,
      il conclue: “En tant que deuxième territoire maritime du monde,
      nous devons être la puissance de la découverte de la mer (…)
      car inéluctablement, les conflits de puissance arriveront sur et dans la mer.”
      Il a même souhaité l’installation d’une “base sous-marine en profondeur”.

      Evidemment, cette “puissance”, est le “deuxième territoire maritime du monde”,
      grâce aux massacres et pillages coloniaux, colonies que ne cesse de citer Mélenchon et
      d’assimiler à la “France”!
      Et on a compris que les Rafales ne suffisent pas, il faut les sous-marins, et l’arme nucléaire!

      Concernant les militaires, Mélenchon défend l’arrêt de la baisse des effectifs de l’armée française,
      la seule chose positive que la crise ait obligé Sarko à faire.
      Le programme du FdG voulait déjà arrêter la baisse des effectifs de police et renforcer leurs moyens.
      Cette “gauche”, comme Marchais hier, fait le lit du fascisme.

      1. 1. Le NPA et LO ont refusé de jouer le jeu d’un front uni des forces de la vraie gauche et se sont retranché dans leur monomanie sectaire, ça leur est retombé sur le coin de la gueule, avec des scores mirobolants…

        2. Certains militants du NPA se déchaînent sur ce blog contre Mélanchon, sur n’importe quel sujet, tous les bâtons sont bon. Mais naturellement, aucun rapport avec leur bide de dimanche… 😉

      2. Bonsoir,

        Charles A. ou les hallucinations délirantes d’un “libertaire” en folie.

        Mr Mélenchon a parlé de la crise de l’hégémonie américaine et de sa gestion paranoïaque du monde…

        Il a dit qu’il fallait au plus vite quitter la barque pourrie américaine… et ses aventures militaires.

        Si cela ce n’est pas être anti-impérialiste…

        Mélenchon a voté pour une zone d’exclusion aérienne concernant la Lybie et a condamné rapidement les bombardements et les attaques au sol…

        Je m’intéresse beaucoup à la géopolitique et je peux vous dire que la connaissance de ce sujet par Mr Mélenchon m’a époustouflé.

        Faut-il rappeler que le PS et l’UMP sont deux partis atlantistes, donc soumis aux américains?

        Vous devriez vous intéresser à la géopolitique, vous pourriez comprendre que l’on ne vit pas dans le monde des bisounours…

        Cordialement.

    3. “Quant à ceux qui en ont impulsé un à sa gauche, leur responsabilité est d’apporter une réponse autre que déclamatoire et de ne pas se réfugier sous un drapeau cocardier.”

      Il y a une course au symbole qui s’engage et il faut essayer de la gagner.
      En modifiant le nom de son parti en “Parti bleu marine” Marine Le Pen s’approprie symboliquement un tiers de l’électorat (un tiers du drapeau tricolore). Comme de plus les royalistes se sont réfugiés dans son parti il ne faut pas beaucoup pour imaginer qu’elle s’approprie symboliquement en fait les deux tiers de l’électorat.
      J’ai suggéré dans un commentaire récent assez détaillé (je ne sais plus où) que le FG et LV (+ les Ecologistes Européens “sincères” cad qui ne sont pas des Ecologistes Financiers) se marient (contrat à préciser) en fondant une nouvelle écologie politique et proposent que le drapeau tricolore soit remplacé par un drapeau blanc à fleurs de lis, symbole universel de paix et d’espoir (révolutions des oeillets au Portugal, du jasmin en Tunisie, etc.), et surtout de cohésion de la nation.
      Ce geste serait à mon avis un geste symbolique très fort, surtout s’il est fait par JLM, qui noierait symboliquement “l’envahisseuse” marine dans sa mer bleue.

      1. Je continue mon petit monologue.
        Mélenchon a dit avoir pris le virage de l’écologie politique. Je pense qu’il serait stupide et suicidaire que le FdG et les Verts(+EE-EF) se déchirent. Ils doivent donc trouver une harmonie, un terrain d’entente qui ouvre de nouvelles perspectives.
        Bien entendu ces deux partis doivent exister politiquement donc ratisser de l’électeur. C’est pourquoi le discours affiché des dirigeants n’a (j’espère) rien à voir avec leurs pensées et leurs projets: il faut être patient en politique, lâcher par exemple de vibrants et énigmatiques “je vous ai compris”. De ce que j’en sais (à vrai dire fort peu) les Verts s’affichent fédéralistes alors que le FdG s’affiche jacobin. Je pense que c’est le FdG qui doit le plus bouger pour espérer avoir une véritable cohérence écologique. Je pense également que JLM (et FH) font fréquemment appel aux mânes des “Lumières”. Lesquelles? il y en a beaucoup et de fort différentes. Un néo-écolo se doit de suivre celle de J.J. Rousseau. Un peu court peut-être?

  1. Presque parfait.

    Sauf que si, le crise débouchera nécessairement par le retour de nation, c’est à dire la seule construction politique solide qui résistera au tsunami des évènements. Faute de mieux.

  2. Pas la cocarde, mais la souveraineté du citoyen qui aspire à pouvoir choisir une direction politique si. Cette question, il va falloir la traiter sinon certains le feront. Ils ont déjà commencé…

    1. Range tes drapeaux, Nicks. Tous. Please. Et mets, stp, tes actes en accord avec tes paroles d’hier soir : prends des vacances. Ça vaudra mieux pour tout le monde, y compris pour tes camarades. Fais ce que ton héros recommande et va faire pendant les deux semaines qui viennent : profil bas.

      1. Et toi, en dehors de tirer dans le dos, qu’as tu fais contre le FN? C’est trop facile de venir prendre la pose, de faire fermer leur gueule aux uns et aux autres par deux ou trois petites vannes et de ne jamais se salir les mains.

      2. Je prendrai du repos un peu plus tard finalement. En plus je vois que ça vous réjouis de me voir finalement rester. Cela vous donne une petite idée de la détermination qui nous anime. On ne compte pas trop sur vous pour défendre le bien commun alors bon hein, autant que d’autres s’y collent. Nous sommes juste 4 millions. Notre particularité est de toujours avancer à découvert, en toute franchise, sans tirer dans le dos. Nous.

      3. @ Vigneron

        Dites, m’sieur le vinaigrier, j’avons souv’nir que dans l’temps d’jadis, vos contributions éstoient souventement intéressantes, qu’elles apportaient matière à réflexion. Mais ces derniers temps, nada, niente, niks, nihil, nichts, si ce n’est un déversement biliaire qui est à l’argumentation ce qu’était selon Clémenceau la justice militaire à la justice.

        Au lie de quoi, pourquoi ne nous mitonnez-vous quelqu’argument à opposer à cette constatation que le cadre Européen ne permet pas la prise en compte de l’opinion des citoyens? Que seule la souveraineté nationale permet l’exercice de la volonté du peuple citoyen?

        Ce serait autrement plus constructif que votre poésie en forme d’aboiements.

  3. Ce monstre, le monstre qu’il ont engendré en moi, se retournera contre son créateur pour son malheur. Du fond de la tombe, du trou, du plus profond du trou. Précipitez-moi dans l’autre monde, la descente aux enfers n’y changera rien… Ils me le paieront de leur sang. Je chargerai comme un éléphant blessé, fou de rage, les oreilles déployées, la trompe dressée, barrissant de fureur. C’est la guerre sans merci. George Jackson

    1. pour votre secours, soyez bon perdant… le deuxième le troisième tour la troisième mi-temps, alliances alliances, vous allez en avoir des drapeaux, d’abord la dose quinze jours durant, thème majeur, vous y pensez bien, qui enveloppe et dissimule n’importe quelle cochonnerie- ou transforme l’idée souverainiste en bien à recouvrir, comme Marianne du sourire de Joconde (Nous serions beaucoup plus malin). Démocratie, c’était pourtant bien le nom, et Directe pour y tendre. C’est l’air qui va peser, Sarko se la jouant Valeur national, héros soldat inconnu, après lui le déluge qu’Hollande s’apprête à “gérer” en installant sa bibeloterie Mittérandienne, techno fachos à se repasser le bébé qui sent le clocher la bêtise décomplexée le chômage la pauvreté. Le chrono de la posture du sauveur semble être dans le timing :
      L’extrême droite qui liquide le gouvernement néerlandais
      L’horizon économique s’assombrit dans la zone euro
      Zik;
      HENRI TACHAN Après les Drapeaux
      La ballade des gens qui sont nés quelque part

      la melancolie/Miossec

  4. En mode “confidentiel”, ce qui commence à circuler parmi les militants FN, c’est la consigne de vote pour le second tour, consigne qui serait dévoilée lors du raout du 1° mai ( pauvre Jeanne!) : votez Marine Le Pen!
    ainsi, la stratégie de pulvérisation de la droite, concrétisée lors des législatives se concrétise;
    l’on entend désormais des partisans de NS prôner franchement une alliance avec le FN!
    pauvre France….

    1. Ils ne peuvent pas s’allier avec le FN. Ils ne peuvent pas retourner au franc…
      Ils ne peuvent pas dénoncer Lisbonne et la BCE, et l’OTAN.
      FN et UMP sont completement incompatibles…
      Si le FN était un parti de droite classique, il n’aurait pas ce vote de révolte pour lui.
      C’est une vieille fracture en France du genre Pétain/ De Gaulle.
      Je vous laisse le choix de savoir qui est le plus proche de Pétain…
      Ce n’est pas celle que vous croyez…Du moins par en dessous peut-etre…
      Les droites sont fourbes…

  5. LA COLÈRE EMPRUNTE LES VOIES QU’ELLE PEUT TROUVER

    En espérant qu’elle reste celle des urnes…

    La seule configuration satisfaisante à mes yeux eut été un second tour Mélenchon versus Hollande, avec infiné une très courte victoire de Hollande.

    Il n’est pas impossible que l’épilogue soit le bon, et pourtant j’ai comme la gueule de bois ce matin.

    Ca sent l’élection de la colère et du rejet, certes justifiée, mais qui ne s’annonce pas constructive…

    1. Ah si tout le monde lisait Libé, que le monde serait joli comme une pub pour jeans! Pas vrai Mathieu?

      1. Si tout le monde avait un travail, ce serait déjà un bon début. A noter que je n’ai rien contre les pub de jeans, même si je ne lis pas Libé.

      2. @Moi

        Libé voulait tout sauf un succès de Mélenchon. Certes, ce n’est pas la détestation du Nouvel Obs mais Libé avait défendu le oui en 2005. Du coup, en toute cohérence, sa ligne directrice a profité à la frange la plus droitière, xénophobe et anti unioniste de ce non. La seule qu’il aurait fallu pilonner. Ca se passe comme ça dans la presse de la bonne gauche raisonnable et intelligente…

  6. Parce que l’élection de François Hollande – loin d’être acquise, entre nous soit dit – te fera pousser un soupir de soulagement ?
    J’aimerai que tu m’expliques clairement en quoi le fait que la politique qui est menée depuis 5 ans sera plus “supportable” faite par un socialiste que par un sarkozy ?
    Ce sera mieux si c’est Hollande parce qu’il s’excusera d’être contraint de faire une politique de droite ?

    Pour ce qui concerne “l’élan” impulsé à gauche du PS (ce qui, vous en conviendrez, peut difficilement se décrire par extrême gauche, tant le PS a quitté définitivement la gauche), leur responsabilité première est avant tout de ne pas se compromettre à participer à, donc cautionner, une politique totalement incompatible avec leurs convictions affichées. Dans le cas contraire, la sanction du peuple qui les a soutenu pendant cette campagne, serait, je crois à la hauteur de la trahison.

    1. Tout à fait d’accord, RiGel.
      M. Sarkozy ou M. Hollande, ici, pas de différence : le FMI nous tombera dessus quoi qu’il arrive et ce sera bonnet blanc ou blanc bonnet comme le souligne Paul dans sa dernière vidéo. Ceci dit, M. Hollande a toutefois au moins le bénéfice du doute car il pourrait résister. M. Sarkozy, lui, a déjà prouvé son allégeance à ces politiques dont nous ne voulons pas.

      1. Tu veux dire, résister, comme l’a fait le PS depuis 1983 ? On ne doit pas avoir la même définition du terme résistance.

      2. @RiGel il est difficile d’être optimiste, mais il serait injuste de le condamner à l’avance. le PS n’est pas complètement monolithique (ce qui peut être une force, mais aussi une très grande faiblesse… nous verrons.)

      3. @glub666

        Oh mais je ne condamne rien à l’avance. Si au final Hollande est élu, et qu’il met les “marchés” au pas, alors je suis prêt à aller lui embrasser les pieds en me flagellant d’avoir médit, tout en arborant un grand sourire, telement je serai content d’avoir eu tort.
        Cela étant dit, Jusqu’à maintenant, il n’a pas fait de correcetion à son discours dans lequel il décrivait son ennemi, “qui n’avait pas de visage”. Alors une petite suggestion : Pour l’entre deux tour, on pourrait peut-être lui envoyer quelques photos de Jean charles N., Alain M., Bernard A, Lliane B., François P., Serge D. (même si c’est un pote de Mélenchon), Vincent B., Benjamin De R., Jacques S., Martin B., Elisabeth B., Ernest-Antoine S., etc… (liste non exhaustive, non classée et ne tenant compte que des ennemis de l’intérieur). Parce que si lui il ne connait pas le visage de son ennemi, il est bien le seul, ce qui ne me rassure pas quant à sa capacité (voire sa volonté) à le combattre. Forcément, quand la plupart de ses conseillers de campagne sont salariés ou engagés aurpès de certains de ces noms, tu m’accorderas qu’il est difficile de donner du crédit au discours.

    2. Les élus PC notabilisés iront à la soupe. Ils ne savent rien faire d’autre. Il eut fallu que le candidat du FdG fasse au moins 15% pour éviter ce drame en perspective. C’est foutu. Félicitations aux médias.

      1. Oui félicitation aux médias mais aussi à tous (UMP,PS,EELV,MODEM,LO,NPA) qui avez préféré taper sur le FDG plutôt que sur le FN. La France est désormais fasciste.

      2. Le FN dérange beaucoup moins les grands partis qu’un front de gauche. Déjà parce que le FN serait totalement incapable de gouverner un pays sans être sous influence d’un UMP, contrairement à un front de gauche qui dispose, je pense, de personnes aptes à assumer le pouvoir. Ensuite parce que la réussite du FN provoque un soulèvement populaire à l’encontre du mouvement (voir les manifestations indignes de 2002), alors que la réussite du front de gauche a tendance à provoquer un soulèvement populaire… en faveur du mouvement, ce qui est pbeaucoup plus ennuyeux pour les autres partis.

  7. Le plus désolant c’est le score que le FN fait chez les jeunes….Comment en est-on arriver là? Comment un jeune peut-il être tenté par un vote qui rejette, qui divise, qui classe? La PEUR est la grande gagnante de cette élection.

    1. Les jeunes apprennent a consommer, pas a réfléchir. D’où la chute de vente de livre dans leur tranche d’âge et la bonne santé des ventes de logiciel de jeux.

      1. Tu est qui pour dire que les vote pour marine le pen ne sont pas réfléchie ? Je vais te dire pourquoi j’ai voter le pen tu sais se que sa fait de bouffer de la merde toute la journée de ne jamais pouvoir sortire pasque je n’ais pas d’argent pour prendre le bus, de ne pas avoir de travaille a 18 ans ne me dit surtout pas que je n’ais pas chercher, tu sais se que sa fait de voir sa mère se faire détruire par le travaille pour gagner le smic a 55 ans et de pas pouvoir vivre normalement ?

        tu est qui pour m’insulter de la sorte en disant que je ne suis pas réfléchie ?

        “Comment en est-on arriver là?”

        Rappelle moi qui est au pouvoir depuis 30 ans ?

        Gauche-droite Droite-Gauche.

      2. @Genexese : puisque vous êtes réfléchie et que vous avez réfléchi, pourriez vous nous expliquer pourquoi votre choix s’est porté sur le FN plutôt que sur le Front de Gauche, le NPA ou LO?

      3. @Genexese : et donc tu votes pour un milliardaire? M’enfin…
        Pourquoi t’as pas voté Poutou par exemple? Ou pas voté du tout? Je suis sincèrement intéressé de le savoir.

      4. Les jeunes apprennent a consommer, pas a réfléchir.

        Le système que nous cautionnons volontairement ou par fatalisme apprends aux jeunes à consommer…. nuances!!!
        Comment pouvez vous tenir de tels propos à l’égard de Genexese?
        C’est cela la percée de l’extrème droite et pas qu’en France, vous n’avez aucun respect pour la jeunesse désemparée et vous n’êtes pas les seuls, il y en a aussi beaucoup dans mon pays.
        Du haut de mes 63 ans, je défendrai toujours la jeunesse, comme Jean Ferrat.
        http://www.youtube.com/watch?v=ZLt9ZXu-lYg
        @Genexese
        Vois ce qui peut arriver quand on vote pour le désespoir.
        http://www.ina.fr/video/I00015430/jean-ferrat-la-jeunesse-et-la-famille.fr.htm
        Le monde dans lequel on vit n’a plus les moyens de jalonner le futur de la jeunesse et c’est le lit de l’extrème droite assurré.
        Il faudra tout réinventer et tu n’es pas de trop.

      5. @ Michel Lambotte

        Comment pouvez vous tenir de tels propos à l’égard de Genexese?

        Je ne tiens pas de tel propos a l’égard de Genexese, c’est Genexese qui me répond. Je ne connais pas Genexese personnellement et a vrai dire je n’y tiens pas.
        Je suis, par mon boulot, immergée au milieu des jeunes et je réaffirme ce que j’ai dit plus haut.
        Que Genexene le prenne pour une attaque personnelle le regarde carrément. Je parle d’un phénomène qui est sous mes yeux jour aprés jour.

    2. les jeunes et les plus fragiles ont voté pour le seul discours qui proposait une protection, même illusoire, au sein des frontières et de la nation. Voir le retour du fascisme est une pure illusion.

      C’est la France qui a voté non au traité européen, l’euroseptique, abandonnée par la gauche qui a porté aussi cet eurosepticisme qui se retrouve dans ce vote FN, faute d’offre alternative à gauche. C’est à mon sens un vote populaire et largement nourri par la gauche (et ça m’en coûte beaucoup de l’admettre).

      C’est la trahison du peuple, par la gauche, qui aboutit à ce désastre. C’est facile quand ont est fonctionnaire ou bobo d’appeler la concurrence et la mondialisation. les plus fragiles sont dans une stratégie de survie. Que leur propose-t-on aujourd’hui, sinon du mépris?

      1. @moi
        Les jeunes votent lepen parce qu il n ont plus de rêve.
        Un conflit de génération 30 ans de consumérisme et eux la dette
        Comment en gagnant 40000€ mois peut on représenter la gauche.!
        Mettez vous a la place des moins de 30 ans..
        Les politiques ont tous plus de 60 ans..
        La rigolade…
        Moi j en pleure…
        Cordialement

      2. @Marc: “Comment en gagnant 40000€ mois peut on représenter la gauche.!”

        Le Pen est milliardaire, je le rappelle. Et puis voter à l’extrême-droite quand on veut un représentant d’extrême-gauche, ça me dépasse un peu.
        Pourquoi ils votent pas Poutou par exemple? Il est ouvrier lui. En plus il est jeune.
        Donc c’est quoi l’explication? En fait, je demande, mais je crois savoir: ce qui fait la force du vote FN c’est et ça reste l’opposition à l’immigration. Et c’est vrai que là, Poutou, tout comme Mélenchon, ils merdent complètement, deviennent incohérents et nous font de la gôche neuneu (la gôche est l’arme fatale de la droite pour empêcher la renaissance d’une gauche populaire). L’immigration, outre l’insécurité identitaire que cela génère, c’est l’armée de réserve du capital et la gauche n’a pas trouvé la parade. Pire, ce sont des pro-capitalistes comme Le Pen qui se piquent d’être à la pointe du combat.

        Je pense que ce vote populaire ne se trompe pas: c’est bien à la circulation des personnes (et des biens) qu’il faut s’attaquer. Mais là où ils se font avoir, c’est en votant Le Pen, là c’est ridicule. Et si y’a aucune offre crédible, comme c’est le cas, ben on s’abstient.

      3. @ Moi,

        Et c’est vrai que là, Poutou, tout comme Mélenchon, ils merdent complètement, deviennent incohérents et nous font de la gôche neuneu (la gôche est l’arme fatale de la droite pour empêcher la renaissance d’une gauche populaire). L’immigration, outre l’insécurité identitaire que cela génère, c’est l’armée de réserve du capital et la gauche n’a pas trouvé la parade

        Tu veux bien arrêter de raconter des conneries stp. Tu veux dire quoi avec cette sortie dégueulasse ? J’en ai marre de ce discours qui, sous couvert de “réflexion”, pue la mort en fait. Oui, ça pue ta phrase.

      4. @Dr Georges Clownet: tu me sommes de me taire? C’est joli…
        Enfin bon, ta sortie ne fait que confirmer ce que je dis: y’a des tabous indiscutables à gôche et y’a une grosse frange de la France d’en-bas qui aimerait bien en discuter sans qu’on lui fasse direct une leçon de morale non-argumentée. Et donc elle va voir à droite.

      5. @Moi : j’ai fait la même réflexion à un des mes proches, jeune de son état : pourquoi voter pour une gosse de riche ? Il m’a rétorqué que de toute façon, riches, ils le sont tous. Donc j’ai sorti : et Poutou ? La réponse a été : “de toute façon il est comme les autres, s’il n’était pas si riche il ne ferait pas de la politique à ce niveau …” . J’ai essayé d’argumenter que c’était totalement faux, mais j’ai bien peur de m’être heurtée à un mur d’incrédulité. Des cyniques, voilà ce que sont devenus (ce que nous avons fait de ?) nos jeunes.

      6. Isabelle,
        Cynique. Oui, c’est le mot qu’il convient d’employer. Comme un bain d’acide qu’on balance à grand jet sur la société. On en ressort tous, plus isolé que jamais, sans trop savoir vers qui ou quoi se retourner. Le fond de l’air effraie n’est-ce pas ?
        Et aussi sentiment d’atomisation maximum ; cette époque met nos nerfs à rude épreuve !

      7. @moi et autres
        Je ne vote pas fn mais Hollande et pour la première fois a gauche
        Un peu Grace a paul…
        Pardon et Francois
        Le bonheur dans la vie n est plus possible pour les jeunes plus d’ avenir
        Vivre chez papa jusque a 30 ans pas travail Pas de bebe car pas de foyer
        Alors, marine Jean luc autres. Ils sent foute mais grave..
        Pourquoi pas l extreme gauche. Que des vieux ils ne peuvent pas se retrouver
        Perso j ai 36 ans tj voté a droite et maintenant je change
        J ai voté contre Sarko j ai tiré la chasse.
        Pour la séparation des banques de détail et d’ investissement
        Pour une banque national uniquement pour les PME – de 20 salariées
        Pour la rigueur total saul éducation santé écologie
        Pour un euro fort
        Pour une Europe forte socialement
        Mais je pers espoir en l avenir ..
        Cordialement

      8. Pourquoi pas FdG, EELV, LO, Poutou comme vote contestataire? Pourquoi FN?vRien dans votre argumentation en répond à cette question.

      9. Je ne peux me voir en eux.
        Ils ne représentent que trop peu d électeur
        J écris mal désole lit l article de zébu sur ce que peut faire Hollande après avoir été élu
        Cordialement

      10. @ Mathieu – 23 avril 2012 à 21:41

        Pourquoi pas FdG, EELV, LO, Poutou comme vote contestataire? Pourquoi FN?vRien dans votre argumentation en répond à cette question

        Pourquoi pas Front de Gauche ? Parce que c’est des communistes, et qu’on a vu ce que ca donnait les communistes en Corée du Nord (c’est con ? Sans blague ! Et cette connerie, tu l’as entendue combien de fois durant l’année qui vient de s’écouler ? un message, même con, répété assez souvent, il finit par rentrer, regarde le top 50)
        LO ou Poutou ? des rigolos qui ne savent pas de quoi ils parlent (ca, c’est pour l’effet Top 50), et un discours, il faut bien le reconnaitre, trop extrémiste et trop vague pour être audible.
        Reste EELV, et là, je ris. Un vote contestataire, pour un parti qui avant même le premier tour, a fait sa tambouille électorale avec le PS ?
        Il reste quoi ? Le FN, et Marine, qui a un discours clair, simple (c’est pour ne pas dire simpliste), qui défend à la fois les valeurs de la propriété privée et du capital, et les gens modestes. Son discours est totalement incohérent ? Non ! Ses idées sont contradictoires et incompatibles, ça c’est vrai. Elles puent le racisme et la haine ? Bof, pas tant que ça. Si on écoute bien, Marine, elle est pas plus anti étrangers que sarko, guéant ou Hortefeux.
        De plus, au FN, les conseillers en comm ne font pas semblant de travailler, ils t’emballent tout ça dans un joli paquet cadeau que tu trouves magnifique, pour peu que tu n’aies pas particulièrement de connaissance en Politique (ce qui est le cas de l’immense majorité de la population).

  8. En ce qui me concerne, le succès du FN n’est pas une surprise; je l’avais prédit il y a plus d’un an.
    L’actuel président de la République n’a pas su élaborer un fil rouge permettant à la France de mieux intégrer la mondialisation et ses effets. Il a d’abord vanté le modèle américain, puis il a compris que la musique se joue en Europe, et ce sont les allemands qui donnent le la. Soudainement, il fallait s’orienter vers le “modèle allemand”, alors qu’il est inutile d’imiter le système d’un autre pays, il faut trouver son propre style. On peut s’inspirer d’autres systèmes, mais un ancien pays hyperstructuré comme la France doit trouver sa propre identité au sein des nouvelles données mondiales.
    La manière de Sarkozy a blessé une grande partie du peuple francais. Le problème c’est qu’un peuple blessé n’oublit jamais ses douleurs et se vengera à un moment opportun.

    Je pense que c’est sa personnalité profonde qui a conduit Sarkozy à son échec. Quand il était encore maire à Neuilly-sur-Seine où je possède une petite demeure, j’éprouvais un peu de sympathie pour lui. Il ne faisait pas partie de l’aristocratie parisienne avec ses cercles clos et son système de promotion, il donnait l’impression d’un “self-made-man”. Mais je me suis vite appercu qu’il a des traits de personnalité qui suscitent des questions. Dommage.

    1. Germanicus,

      . Quand il était encore maire à Neuilly-sur- Seine où je possède une petite demeure, j’éprouvais un peu de sympathie pour lui. Il ne faisait pas partie de l’aristocratie parisienne avec ses cercles clos et son système de promotion.

      Pardine… Neuilly n’est pas Paris, c’est bien connu. Et puis comme on dit : “Toutes des putes sauf mon maire !” hein ? Maire que vous connaissiez bien mal au demeurant, pour ne pas avoir su ou perçu la place qu’il a toujours occupée dans le “microcosme” du marais politico-affairiste lutécien.

    2. Quand il était maire de Neuilly, la femme d’un oncle, tous les 2 très “XVII° ar.”, style tradi-catho, s’est fait mettre la main aux fesses, en dansant avec lui, lors d’un “pince-fesses”: je lui en voudrai toujours…

      De plus, par un copain, j’ai appris que l’épicier du coin – en face de la mairie de Neuilly -, attendait toujours d’être payé de sa facture, par ledit sieur!

    1. La défaite des droites libérales est très nette dans ce scrutin: Sarkosy-Bayrou perdent plus de 5,5 millions de voix…
      C’est trés different du reste de l’Europe, bien au contraire. Pourtant tous les éditos machouillent la “montée de l’extreme droite”…En oubliant le fait qu’il s’agit de la montée anticapitaliste, anti-mondialisation. Les médias du système nient la réalité. Comme en 2005. Se refugient dans de vieilles analyses basées sur le racisme et la xénophobie…
      Bof…Ca ne suffit pas a soutenir la droite classique. Ni à vaincre la gauche.
      Alors Hollande? Il est obligé de s’attaquer à l’Europe de la finance. Meme le FN n’attends que ça!
      Donc c’est un point positif. C’est beaucoup mieux qu’avec Sarkosy. Au moins il y a un espoir.
      Je pense que beaucoup de gauches en Europe recommencent à esperer. Ne pas faire l’erreur de mépriser Hollande trop tot.
      Un peu facile de lui faire des procès alors qu’il n’a jamais gouverné!!!

      1. A OUI?
        11 ans à la tete du PS et 11 années de magouilles! Alors Hollande…comme Sarko: DEHORS!

  9. la colère est un torrent où se cristallise toutes les frustrations, mais c’est aussi le grondement de la souffrance.
    les législatives seront déterminantes ; la droite risque d’imploser et Marine deviendra chef de file de … l’opposition. L’histoire en train de s’écrire devient anti-européenne, espérons que Hollande puisse inverser les tendances imposées par les traités, etc. Mais pour l’instant nous restons dans une Europe libérale et gouvernée par la finance, et on en peut pas reprocher aux financiers d’être ce qu’ils sont : des financiers. Les dérégulations leur ont redonné le pouvoir…
    Le plus étrange, c’est qu’au fond chaque candidat du second tour est plus éloigné politiquement de son extrême que de celui auquel il s’oppose ; drôle de démocratie… ploutocratie… 🙁

    1. Karluss,

      Le plus étrange, c’est qu’au fond chaque candidat du second tour est plus éloigné politiquement de son extrême que de celui auquel il s’oppose : drôle de démocratie… ploutocratie.

      Ah bon ?
      Dans ce cas là les votes des deux extrêmes au second tour seraient “au fond” indéterminés, n’est-ce pas ? Pour ainsi dire neutres ou neutralisables : paratage équitable plus abstention.
      Or :
      90% des électeurs mélanchistes disent vouloir voter Hollande.
      60% des électeurs de la le Pen Corporation™ idem pour Sarkozy.
      So what Karluss ? Tu serais seul, ou quasi, à avoir raison, à voir juste ?
      Tu joues avec le feu là Karluss.

      1. @ vigneron : c’est de la fermentation ta réplique ; ce que je dis, c’est au sujet des candidats, pas de l’électorat. Les deux candidats retenus et leurs partis pratiquent une politique sans véritable changement, les alternances précédentes se sont adaptées à la mondialisation financière, etc. La droite et la gauche classiques sont dans une gouvernance relativement similaire, avec des divergences fiscales et sociales, certes, mais la lutte était “sportive”. Avec leurs extrêmes, c’est plus compliqué, c’est un changement de paradigme. D’ailleurs tu peux constater la bifurcation de l’UMP qui va ratisser large très à droite, donc quitter son giron traditionnel, plutôt anti FN. On assiste à une cassure dangereuse. Je ne cherche pas à avoir raison, je pensais être relativement clair dans ce constat. Je vais boire un verre de vin rouge à la santé de Mélenchon !

  10. Je partage bien sûr cette analyse. La période est particulière, ne ressemble pas aux époques antérieures de campagne électorale. Si UN candidat avait trouvé un chemin qui réponde aux aspirations du plus grand nombre (sans doute pas 50% au premier tour mais au moins 38 %) il n’y aurait pas eu la manifestation de cette colère dispersée qui signifie “à quel saint se vouer”.
    Un candidat qui sans perdre une préoccupation sociale aurait parlé un langage de vérité.
    Hollande, s’il gagne et il faut le souhaiter dans la présente situation, portera sur ses épaules une lourde responsabilité. Il ne va plus falloir se réfugier dans “l’Europe :” quelle belle idée qui protège de la guerre” (faux : la démocratie protège de la guerre car impossible de citer un guerre entre deux pays démocratiques y compris hors Europe) mais nous voulons une Europe des réalités qui prenne en compte l’intérêt des citoyens et non celui pas des marchés. Une Europe qui devra peser de tout son poids dans les négociations internationales pour rendre plus juste l’humanité et ne pas se contenter d’être une passoire pour les idées néo libérales réactionnaires.

    1. Si UN candidat avait trouvé un chemin qui réponde aux aspirations du plus grand nombre (sans doute pas 50% au premier tour mais au moins 38 %) il n’y aurait pas eu la manifestation de cette colère dispersée qui signifie « à quel saint se vouer ».

      Pourtant il y avait le choix cette fois-ci mais les médias, relais de la pensée unique se sont chargés de troubler le message.

      Pauvre France.

      1. Dans mon esprit le nombre ne fait rien à l’affaire. Un seul candidat a t il abordé la crise qui est toujours là, le système financier qui finira par exploser etc…. les uns ont cherché la diversion sur des sujets mineurs, d’autres ont surfé ailleurs. Si tous les français ne sont pas au fait de la connaissance de tous ces risques ils sentent bien le malaise = protester comme on peut.
        Il ne suffit pas de dénoncer la dette par exemple comme le fait F Bayrou pour proposer des solutions crédibles. Je vous donne 100% raison : les médias chiens de garde de la pensée unique ont largement leur responsabilité. D’où mon crédo : média faisant leur boulot avec priorité pour le service public audio-visuel, justice indépendante et tout redevient possible. le couvercle couvercle peut s’entre ouvrir..

      2. @Maud

        Il n’est pas trop tard pour lire le programme l’Humain d’abord, du front de Gauche. Si vous vous étiez renseignée un peu plus tôt. vus auriez pu constater qu’il y avait une offre de gauche, cohérente et lucide. Mais il reste les législatives…

      3. @ Maud

        candidat ayant proposé des solutions alternatives pour le règlement de la crise :
        Mélenchon, EELV (message malheureusement discrédité par les actions du parti), Poutou, Arthaud, Nicolas Dupont Aignan.
        On trouve leur discours plus ou moins cohérent, plus ou moins intéressant, on est d’accord ou pas avec eux, mais faut arrêter de penser que tous les candidats étaient sur la même ligne que l’UMP ou le PS. Seuls ces deux grands partis s’entendent à la perfection pour ne surtout pas bousculer l’ordre établi.

  11. La colère emprunte les voies qu’elle peut trouver.

    Et si la colère empruntait seulement les voies qui lui sont permises d’emprunter ?

  12. Le plus curieux reste le délai séparant la France des autres nations européennes quant aux fusions entre droites et extrêmes droites. Non?
    Mais ça ne devrait plus tarder…

    Et là, les défenseurs de la mondialisation heureuse (ou de son volet bruxellois), comme ceux de l’alter-mondialisation heureuse devront se trouver d’autres poncifs; et là, nous regretterons nos bons vieux raisonnements vous êtes protectionniste, vous vous repliez sur vous même, vous êtes archaïques, et en plus, vous faîtes le jeu du FN ou du PG, et c’est dangereux tralala et la crise tralalère.

    Les défenseurs de la configuration actuelle n’auront bientôt plus que deux choix:
    -retourner leur veste et accepter un changement de configuration
    -perdre leur place face à un ou une azimutée nationaliste

  13. Très beau texte courageux.

    Mesdames, Messieurs du parti socialiste, les citoyens Français sont désemparés, sans repères.
    Si la victoire vous est donnée, car c’est à VOUS qu’elle le sera et non pas à un seul homme, vous porterez une responsabilité bien plus grande qu’elle n’a jamais été.

    Je pourrais être “recensée” dans la catégorie de

    ceux qui sont du bon côté de la vitrine – et qui pour certains craignent de ne pas y rester longtemps – contemplent ce qu’ils préfèrent ignorer.

    , et pourtant même si mes pas sont maladroits et mes objectifs difficilement compréhensibles pour certains, mon combat se situe dans la défense de ce que l’on appelle pudiquement les “oubliés” et qui ne sont que des mises à l’écart volontaires de certaines politiques.

    Je n’ai pas peur de l’avenir, ni pour moi, ni pour mes enfants qui assument leur choix de vie.
    Je ne sais pas comment faire, ce que je pourrais faire, mais justement je ne veux pas regarder Rome flamber de mon balcon.

  14. Bonjour François,

    Bonne analyse et bonne réflexion. J’aime partidulièrement ta tournure : “Ils doivent reconnaître qu’ils n’apportent pas de réponse aux angoisses sociales qui se cristallisent sur le pire des terrains politiques, qu’ils ne savent pas se faire entendre parce qu’ils ne savent pas parler aux laissés pour compte de la crise.” ; La colère, quand elle s’exprime, emprunte les voies qu’elle peut trouver.

    Rien à redire. Le vrai changement, lui, ne vient pas, ou du moins, pas de la politique, mais bien de nous tous.

  15. Pour mémoire : En 1929, un certains nombres d’hommes qui comptent dans l’Allemagne de Weimar vont aider Hitler dans sons ascension politique. Hugenberg (président du directoire du Krupp, magnat des média et chef d’un parti nationaliste) invite Hitler à participer à une campagne contre le plan Young. Hitler ne représente pas un danger politique très clair et il a l’avantage de détourner une partie des masses populaires des communistes. Il est aussi soutenu par le banquier Schroeder.
    Avec la crise de 1929, le NSDAP et son leader vont engranger les succès électoraux : le plus spectaculaire étant la percée du 14 septembre 1930 où le parti nazi obtient 18,3 % des voix.
    Hitler participe à la grande manifestation (octobre 1931) ultra-nationaliste de Bad Harzburg organisée par Hugenberg en présence de grands industriels dont Thyssen ; un financier comme Hjalmar Schacht ; des généraux et même des fils de Guillaume II.
    Membre de l’entourage de Hindenburg, le général Kurt von Schleicher réussit à convaincre le président de le nommer chancelier début 1933 à la place de Papen. Ce dernier, revanchard, rencontre Hitler le 4 janvier 1933 à Düsseldorf, chez le banquier Schroeder. Papen et les milieux d’affaires jouent la carte Hitler tout en pensant pouvoir le manipuler. Le 22 janvier est même organisé une rencontre entre Hitler et l’influent fils de Hindenburg, Oskar. Hindenburg cède le 30 janvier 1933.

    Ian Kershaw pense lui que le soutien du “grand capital” à Hitler est modéré avant son accession au pouvoir. Les industriels jouent plutôt la carte Papen. Les discours d’Hitler et du parti nazi à cette époque sont plutôt orientés contre la bourgeoisie.

    1. plutôt la dictature que les “rouges”

      je pense qu’on va entendre de nouveau ce slogan;

      au moins après la purge , comme en allamagne , on aura des travailleurs tranquilles avec de gentils syndicats et surtout plus de grêves genantes pour le capital car il ne faut jamais oublier qu’avant hilter, le prolétariat allemand était plutôt remuant ……..

    2. Comme le rappelle souvent l’économiste Jacques Sapir ce sont les politiques déflationnistes du Chancelier Bruning entre 1930 et 1932 qui ont permis l’accession d’Hitler au pouvoir par élection en janvier 1933. Les conséquences du Traité de Versailles en 1920 n’avaient plus l’impact des origines.
      En France la politique déflationniste de Laval en 1935 a eu pour conséquence l’arrivée au pouvoir du Front populaire sous l’égide de Blum.

    3. @ sam suffit

      Ok pour le rappel historique. il est vrai que les industriels allemands, les financiers et la haute bourgeoisie ont en partie soutenu Hitler, en pensant surtout en tirer profit (ça a marché) et pourquoi pas le manipuler (ça n’a pas marché)

      Et pourtant, je trouve qu’on ne peut pas faire de parallèle absolu avec la situation française d’aujourd’hui en 2012.
      En effet, je me demande encore maintenant pourquoi le MEDEF avec Laurence Parisot en première ligne, a attaqué le FN plein pot depuis 2011, avec plusieurs déclarations, communiqués de presse, et un livre dont le sujet principal (elle est même passée chez Ruquier le samedi soir!) était de dénoncer le FN via notamment son programme économique?

      De même, durant la semaine précédant le 1er tour, le MEDEF a soutenu les souhaits de la commission européenne voulant casser le Smic en créant plusieurs Smics par branche, et pire, en ressortant des cartons la directive sur la libre concurrence des travailleurs (ex-Bolkestein) entre pays de l’UE !

      Franchement, avec des conneries comme ça, le FN n’a même pas besoin de faire réellement campagne.

      1. C’est bizarre moi j’ai plutôt retenu la crainte de la terreur Mélanchoniste. Elle a trouvé plus dangereux que le Fn subitement…

      2. @ Nicks

        C’est vrai, mais elle s’est réveillé 15 jours avant le 1er tour sur Mélenchon.
        De toute façon, Parisot n’a jamais été crédible.
        On a dû lui dire “arrête de toujours taper sur Le Pen ça la fait monter, tape aussi sur Mélenchon pour équilibrer”, quand les sondages de la DCRI sont tombés sur le bureau de Guéant.

  16. L’avenir politique pour les français comporte plus d’embûches qu’il n’en faut et ce n’est pas sur l’Europe, ses institutions et sa gouvernance qu’il faudra compter pour les aides immédiates.
    Suis pas optimiste.
    Si Hollande remporte la présidentielle, l’opposition va s’unir pour les législatives et fragiliser sérieusement sa capacité à gouverner.
    Si c’est Sarkosy, les français joueront trés certainement la cohabitions à l’occasion des législatives.
    Dans les deux cas le pouvoir politique sortira affaibli, alors que les circonstances exigeraient au contraire un pouvoir fort et uni de tous les acteurs politiques.
    Sans cette impérative condition de force et d’unité, comment imaginer de pouvoir faire face à tous les défis qui s’annoncent, d’autant que ce même monde politique dans sa diversité n’a pas encore complétement identifié toutes les mesures à prendre ?!!
    Dites-moi, par quel miracle réussir tous ces changements attendus et contradictoires au sein de la société française ?

  17. En attendant de savoir quel citoyen, dans un vote, est plus démocratique que l’autre …

    Le ventre est encore fécond, d’où a surgi la DETTE immonde. …

    1. ça fait 5 ans que NS fait campagne pour le FN, sans avoir l’air de s’en rendre compte, mais ce qui me tracasse le plus c’est que lui et sa petite “troika” droite populaire avaient l’air à l’aise dans leurs baskets dans ce rôle.

    2. Tous ce qu’il a fait pendant 5 ans, c’était du FN, le nationalisme en moins. Ou alors une vision particulière du nationalisme, basée sur les modèles américain ou allemand…

      L'”ouverture” du gouvernement Sarkozy, à l’instar des frontières, consista en la libre circulation d’idées nauséabondes (non exclusives au FN), et non de membres du FN.
      Mais la fusion clanique ne devrait pas tarder, comme elle s’est produite ailleurs en Europe.

      Dans votre lien, le Monde nous ment en décrivant des partis principaux attirés vers les extrêmes.
      Il se passe exactement l’inverse: purge d’un FN social-washé enfin fréquentable; et pseudo-radicalisation d’un PG déjà ré-affilié. Les partis principaux ne font que se recentrer sur leur fondamentaux capitalo-compatibles, et luttent désespérément pour le maintient de la configuration actuelle. À quoi bon une mondialisation défaite? À jouir d’un capitalisme national?

      Dernières impostures avant la prochaine bataille, qui ne sera pas électorale: la démocratie représentative est à aujourd’hui ce que la monarchie était à 1788…

  18. Mr Leclerc : je trouve votre analyse très surplombante, ce qui en fait un énième copier/coller des analyses antérieures développées à l’occasion des élections où le FN a fait un score important. Je pense qu’il faut d’abord s’appuyer sur les analyses qualitatives de cet électorat (elles ne manqueront pas d’arriver) et sur la parole (je ne dis pas le discours, notez-le) de ceux qui votent FN (nombre de nos élèves, voyez-vous, ça nous sidère, bien sûr). Les analyses viendront ensuite.

    Nb : pour éviter les malentendus, plaçons-nous sous l’égide d’Aristote, goûté en ces lieux :

    “Dans toutes les œuvres de la nature, il y a toujours place pour l’admiration, et l’on
    peut leur appliquer à toutes sans exception le mot qu’on prête à Heraclite, répondant
    aux étrangers qui étaient venus pour le voir et s’entretenir avec lui. Comme en
    l’abordant, ils le trouvèrent qui se chauffait au feu de la cuisine (euphémisme d’après Pierre Pellegrin : il était en train de chier, dit-il): « Entrez sans
    crainte, entrez toujours, » leur dit le philosophe, « les Dieux sont ici comme partout. » (on peut faire l’économie de ce qui suit à propos du FN,-quoique…- mais ça fera toujours plaisir à Basic Rabbit : De même, dans l’étude des animaux, quels qu’ils soient, nous ne devons jamais
    détourner nos regards dédaigneux, parce que, dans tous indistinctement, il y a
    quelque chose de la puissance de la nature et de sa beauté. Il n’y a jamais de hasard
    dans les œuvres qu’elle nous présente.)

    1. Je pense qu’il faut d’abord s’appuyer ………. sur la parole (je ne dis pas le discours, notez-le) de ceux qui votent FN (nombre de nos élèves, voyez-vous, ça nous sidère, bien sûr).

      oui écoutons la parole des électeurs du FN et arrêtons de fantasmer ; sans cette écoute bienveillante, nous n’arriverons jamais à comprendre les ressorts de ce vote, surtout chez les jeunes cela me parait essentiel .

    1. Quant la frustration, le non intervient sur la question avez le droit de vivre (accès à la nourriture, à un toit, à être un sujet de droit), c’est pas frustrer c’est inventer une autre solution finale et définitive. C’est la pulsion de mort des marchés qui transmit à la société se retourne en vote FN… Intervient l’envie de tout salir, parce que justement “ceux du système politiques nous enmerde alors on va enmerder le syst”.

      C’est ce que pense dire certain, mais dans la réalité des rapports politiques tout ce message est détourné.

  19. Voter à droite,ce n’est pas penser à droite
    “En conséquence,voici la fin de l’autonomie des nations;les États sont dessaisis de leurs prérogatives en ce domaine:la place est libre pour une économie mondiale soustraite à tout contrôle gouvernemental et entièrement livrée à elle même,c’est à dire à une anarchie de décideurs anonymes guidés par le seul souci de leur intérêt financier à court terme. Cependant nous le savons depuis les grecs de jadis:qui dit liberté illimitée dit tentation de “l’hubris”,de la démesure….. Chez nombre de conservateurs apparaît la tentation de quitter le navire avant qu’il ne coule,et il n’est pas exclu qu’à brève échéance une scission ouverte se produise à l’intérieur de la pensée de droite (…la pratique du grand écart,la schizophrénie volontaire …ne pouvant demeurer opérantes) laquelle rendrait l’hégémonie(les élus) encore plus chancelante”E TERRAY (penser à droite 2012)
    Le vote FN est un vote de démesure,mais la démesure risque d”entraîner nos démocraties vers leur issue :le vol démocratique,la tyrannie …douce (Tocqueville) au mieux ,austère(celle des marchés) peut être,autoritaire monopartitaire peut être,militaire au pire.
    Après le vote sanction, l’éxécution risque d’être la peine capitale

  20. Le « droit d’inventaire » qui avait été réclamé par Lionel Jospin n’a pas été exercé.

    Tout à fait d’accord. Il serait enfin temps de se livrer à cet inventaire et de juger des décisions telles que la désindexation des salaires sur les prix, l’Acte unique etc.

  21. http://www.pauljorion.com/blog/?page_id=31407

    Autant dire qu’il y aura encore plusieurs colères , plus ou moins aveugles , plus ou moins manipulées ou paravents , plus ou moins décevantes , avant que la vérité devienne assez aveuglante pour que la démocratie et la philia prennent le pas sur le marché financier , le chacun pour soi et la ruine de la planète .

    Que le sentiment de colère puisse survivre est peut être le signal , contre ceux qui marchent sur “nos chaussures en daim” , que leur muflerie risque de ne pas rester impunie .

    Maigre signal , mais signal quand même , qui oblige ceux qui ont des idées un peu profondes sur les racines du mal être , à tenter sans cesse de surmonter le tintamarre ambiant, en expliquant simplement , non pas ce que chacun a envie d’entendre , mais ce qui met en scène de façon convaincante et convaincue , les grandes forces à l’oeuvre qui fabriquent les problèmes exprimées par les colères , qu’il faut entendre , elles .

    Ce décor n’a pas changé et la seule élection d’un président français , pour importante qu’elle soit ne peut suffire à mener ce combat mondial . On ne doit pas cependant mésestimer le signal qu’un vote français peut aussi donner , à l’unisson de quelques autres qui clignotent ou tentent de le faire , ailleurs .

    A nous de faire que les colères trouvent des terrains d’expression qui nous épargnent les fausses pistes déjà historiquement empruntées qui, au mieux, se finissent en impasse et ,au moins trois fois, en tragédie barbare.

    Dans les commentaires d’hier , je n’ai entendu que trois candidats qui semblaient avoir une vision historique exprimée : Joly , Mélenchon , Bayrou .

    Preuve s’il en est qu’on ne gagne pas , en France , une élection sur une vision historique , fût elle juste , et que la conquête du pouvoir est un exercice où l’emballage est plus stratègique que le contenu .

    De ce point de vue , on peut très bien imaginer ( ça s’est déjà avéré dans le passé ) que le candidat élu , quel qu’il soit , mette le bénéfice du pouvoir conquis au service d’une stratégie ( bonne ou mauvaise , dans une continuité ou dans l’improvisation ) jamais exprimée pendant la campagne . Dans le meilleur cas , cette stratégie encore inconnue est conduite au profit du peuple électeur tel qu’il s’est tant bien que mal exprimé . Dans le pire au profit du capital ( sous couvert de pragmatisme) ou du seul souci de conserver le pouvoir et son ivresse . De l’importance du renforcement du contrôle démocratique ( bien vu chez Bayrou ) .

    Le peuple de France ,et pas seulement lui, va encore avoir l’occasion de s’exprimer par les urnes .

    Le peuple de France , et pas seulement lui , va encore souvent avoir l’occasion de s’exprimer par les voies qu’il choisira , pour traduire ses colères.

    Si ce blog , parmi d’autres multiples lieux de recherche désintéressée de compréhension , réussit dans la durée à apporter de vraies clés à toutes les colères qui enflent , s’organisent ou s’égarent , il méritera que les donations continuent à assurer sa survie , plus surement que le remboursement des frais de campagne ( le ratio coût / pertinenence y est sans doute hors de proportion avec celui de la campagne électorale … au moins jusqu’à ce jour ) .

    PS1 : Où en est ” Nous allons tous mourir !!!” de Gregory ?

    PS 2 : est ce qu’un féru de psychosociologie est capable de faire une analyse comparative des peuples européens , au vu des résultats à de larges élections , et au delà de la mesure de la contrainte de l’idéologie financiaro-capistaliste sur les esprits ?

    1. @ Juan :
      Salut.
      C’est le pari pascalien de Todd, concernant Hollande.
      Encore faut-il qu’il soit élu …

  22. Bonjour
    J’aime énormément vos article. Mais là, à tort surement , ce me semble que vous êtes pas bien dans les clous!!!
    Si je souscrits totalement et absolument sur ce qu’il y a “derrière les plans” …et donc, sur l’explicatif, j’ai plus que des doutes pour le reste!!!
    “La colère, quand elle s’exprime, emprunte les voies qu’elle peut trouver. Alimentée par les désillusions du passé.” … c’est penser (et j’adorerais y croire) que l’on est fasse à des” êtres pensants raisonnablement”!!! Et allez donc expliquez comment, l’Allemagne qui avait le niveau de culture le plus haut de l’Europe… a pu se jeter dans le nazisme… !!!
    Désolé, cela ne marche pas.. et si j’écrits, s’est bien pour m’adresser à vous (je l’ai déjà fait avec le propriétaire du site qui …) …parce quelques un(e)s de mes étudiant(e)s scientifiques, qui m’aiment bien, dans une Université si petite qu’elle ressemble à une merde sur la carte de France .. .. sont venus me dire leur incompréhension, face à la motivation (et là c’est Paul qui devrait être “interpellé”) de la majorité d’entre eux pour “ALLER VOTER” … absolument et totalement … pour le FN!!!
    Ignorer cela, c’est , à mes yeux de vieux, être dans la volonté de refuser d’affronter la réalité (et je suis incapable d’expliquer le pourquoi du comment)!!!
    Chris

    1. Et pourquoi la majorité des étudiants scientifiques ont voté pour le FN ?

      Pourquoi ?

      Vous avez eu des réponses ?

      1. J’ai fait des longues études scientifiques et beaucoup de mes connaissances de ce milieu ont voté Mélenchon. Cela dit, je ne serais pas étonné que d’autres, que je connais beaucoup moins bien, aient voté “autre chose”.

        Après même pour les pro-Mélenchon, faut voir les arguments…

    2. 1 – quel que soit le niveau de culture d’un individu ou d’un peuple , ce n’est plus la raison mais le cerveau reptilien qui prend les commandes quand la peur de l’autre et du lendemain s’emparent des cervelles . La réaction d’un reptile est de manger l’autre quelqu’il soit . On trouve rapidement des chefs pour orchestrer le carnage. En général les reptiles commencent par se batttre entre eux alors que la disette vient d’ailleurs . Les coups de mâchoires sont paranoïaques, et ne servent rapidement qu’à servir le chef sauveur présumé et auto proclamé et très vite auto-magnifié . A la fin du carnage , beaucoup de victimes innocentes et la cause du mal initial intact .On repart pour un tour avec 99 % d’innocents sacrifiés pour rien , dont la grande majorité de vos étudiant(e)s .Les peuples anciens étaient moins cruels et masochistes , ils ne sacrifiaient que quelques vestales , bestiaux ou autres coureurs de marathon porteurs de mauvaises nouvelles .

      2- Apprenez à vos jeunes l’esprit critique plutôt que la délégation de leurs angoisses vers un parti ( quel qu’il soit ) ou un sauveur . On serait par exemple heureux de leurs prises de paroles et d’efforts de compréhension , ici même ( entre autres ) . Conseillez leur la lecture de philosophes qui savent rendre indissociables les qualités du scientifique et celles de l’artiste , celles du sage et celles de l’anarchiste .

      1. @ Juan :
        +1
        Chercher à rationaliser quand la peur domine, c’est contre-productif en termes opératoires.
        On se plante complètement si on prend cette voie, on ne répond en rien à la peur exprimée.

      2. oui mais pourquoi ne pas rééduquer les rééducateurs au passage,
        parce que les penseurs sont rarement les payeurs, courageux comme des philosophes,

        ce n’est jamais les économistes qui subissent les effets pervers du marché
        ce n’est jamais les élus qui vivent dans les quartiers populaires
        ce n’est jamais les bourgeois qui sont confrontés à l’immigration massive
        ce n’est jamais les patrons qui voient leur salaire baisser
        ni les propriétaires affectés par l’augmentation des loyers

        par contre ‘les jeunes’, oui, et comme ils sont bêtes ils le remarquent.

      3. @Methode :

        La philosophie est gratuite et ne possède rien ; ça n’est pas une fin en soi .

        Juste un moyen ( y en a-t-il d’autre ?) d’essayer de comprendre , pour compte propre , ce que c’est que l’économie , le marché , la perversité , l’élite , le peuple , la bourgeoisie , l’exclusion , les besoins vitaux , un “patron” , un salaire , la propriété , la location …

        et in fine , de se faire son opinion .

        Courageusement … et encore plus courageusement , l’assumer .

    3. pourquoi ?

      j’avancerai une raison : la peur du déclassement, la peur de ne pas trouver de boulot à la fin des études et donc la recherche de bouc émissaire

      car le fait de faire des études n’empêche pas la connerie bien au contraire !

      lorsque je fis une école d’ingénieur il y a bien longtemps, je fus un des rares étudiants à refuser le bizutage et à ne pas être dans la société des anciens élèves : la vérité c’est que la majorité des étudiants suivaient le mouvement par moutonnerie et espoir de bons plans à la sortie , mais certains, les meneurs comme c’est bizarre, eux avaient dès le départ du buzitage, en arrière plan leur futur plan de carrière ….

      1. Je vous garantis que vous trouverez le même pourcentage de cire-pompes, de connards et de gens sensés, quel que soit l’échantillon de population que vous choisirez, quand bien même ce serait l’ENA, l’ENS, le blog de Paul Jorion ou le service de la voirie de Pétambouchnok!

    4. La colère ,c’est un mouvement d’humeur et l’humeur est changeante.Pour le coup ,Monsieur Leclerc je partage l’opinion de ceux qui sous-entendent ,que votre explication est bien trop rassurante,vous ne tenez pas compte d’un certain degré d’adhésion au leader et à ses idées.

    5. fransisco

      (et je suis incapable d’expliquer le pourquoi du comment)!!!

      c’est pas grave, les jeunes ils s’en foutent de savoir le pourquoi du comment systématiquement.
      ils ont l’avenir devant eux, non ?
      parfois on agit d’abord, ensuite on réfléchit.
      le pourquoi du comment, vous savez, ça paie pas l’essence ni les pâtes.

      parce quelques un(e)s de mes étudiant(e)s scientifiques, qui m’aiment bien,

      faites gaffe c’est peut-être des fayots,

      1. @methode
        Comme répondent de jeunes enfants / pré-adolescents qui ont réchappé à une tentative de suicide:
        ” je ne voulais pas mourir, je voulais juste changer de vie…”.
        (source Marianne).
        Ces explications donnent un sens certain à des actions (plus anodines que la suppression physique ou plutôt moins pragmatiques) que nous ne pouvons pas ou plus comprendre.
        Et comme vous le soulignez, la réflexion peut-nous permettre de jeuner quelques temps mais pas trop.

        En revanche, concernant l’action du Medef à l’encontre de Mme Le Pen, il est clair à mon sens que qu’elle était destinée à pousser les jeunes gens, mécontents, à voter FN pour siphonner ensuite leurs voix pour M. Sarkosy; mais nous avons affaire ici à des personnages pragmatiques et déterminés qui souhaitent prolonger leur niveau de vie.
        Il me suffit, par ailleurs, d’écouter M. Guaino ou M. Copé, pour être convaincu que nous avons affaire à de redoutables combattants.
        Le but final, outre la ré-élection de M. Sarkosy, étant la réduction à un système politique dual avec alternance entendue pour entretenir une apparence démocratique.
        La gauche tient le même discours.

        Enfin, tout ce que je retiens de toutes ces frasques, c’est que les français ont la mémoire courte et oublient un peu vite que les plus grands supporters de la mondialisation, du fric facile étaient ds les années 90… des socialistes “gauches caviar” (entre autre Nanard & DSK)
        Une phrase énoncée hier par le représentant de Marine Le Pen sur TF1 résume clairement la situation:
        “Si M. Sarkosy est ré-élu, les français seront déçus au bout de 2 mois et si c’est M. Hollande qui est élu, les français seront déçus au bout de 6 mois”.
        Il a eu la bonne idée de ne pas nous servir la soupe une seconde fois.

        Pour conclure et sans entrer dans un débat qui ne peut avoir de réponse, je dirais que lorsqu’on attente à ces jours en souhaitant juste changer de vie et qu’on en réchappe, on en sort plus fort ou plus faible. Mais pour le savoir, il faut essayer et pour cela, il faut être jeune et … insouciant.

        Bon courage à tous et merci pour vos contributions.

    6. J’ai eu une discussion avec deux jeunes français, à Bruxelles à propos de leur vote FN.
      En résumé: Hollande, Sarkozy: rien ne changera.
      Mélanchon: n’aura pas les moyens de faire ce qu’il dit.
      FN: du sable dans l’engrenage du système pour le casser.

      Tristesse du désespoir ? Sinistre…

  23. Ce succès du FN est d’abord l’échec de JL Mélenchon à se poser en candidat de l’anti-système. Il est éclairant de voir sur ce point le vote des jeunes rallier Marine Le Pen plutôt que le Front de Gauche… Mais ce n’est pas en tenant des discours moralisateurs à la Eva Joly ( et d’ailleurs qui est-elle pour se permettre de donner des leçons de morale aux électeurs ?) que l’on récupèrera l’électorat du FN, notamment les jeunes et les catégories populaires.
    Il faut analyser ce succès plutôt que de moraliser les électeurs. Car, quoi qu’en dise une certaine presse bobo moralisatrice auto-décrétée gardienne de la bien pensance avec ses élites affiliées, il s’agit bien d’un choix électoral. En s’en prenant systématiquement au FN, en le “diabolisant”, en sur jouant l’antifasciste, Mélenchon s’est tout simplement trompé de cible, il a été méprisant envers les électeurs frontistes tout en réussissant à faire passer Marine Le Pen pour une victime. Il est ainsi apparu hurlant avec la meute traditionnelle contre la candidate décrétée de l’anti système qui est finalement apparue plus crédible que lui sur ce point là. Hors, au vu de l’exaspération d’une partie de l’électorat, c’est bien sur la crédibilité à incarner l’anti-système que JLM a perdu face à MLP.
    Le deuxième aspect problématique tient au programme social du Front de Gauche et à sa libéralisation morale, sa défense systématique des minorités, au dépend des couches populaires traditionnelles, qui voient dans la libéralisation morale et sociale pronée par le Front de Gauche des idées et valeurs bourgeoises associées au mondialisme et qui remettent en cause une vision populaire traditionnaliste et conservatrice sur ces sujets, comme sur la famille, par exemple, qui apparait en tant de crise comme un des derniers refuges. Ce hiatus moral entre la gauche et l’extrême gauche et les classes populaires est du reste très bien analysé par Michéa dans son ouvrage “la double pensée”. Il faut ainsi garder à l’esprit que l’électorat populaire (urbain comme rural) reste réfractaire à la libéralisation morale des partis de gauche et à ce qu’il perçoit comme une désintégration de ses valeurs et repères traditionnels (la légalisation de l’adoption et du mariage homosexuel ne peut pas passer dans l’électorat populaire…).

    1. à Ivan,

      Comme je pense que la recherche affirmée de la modernité a été une des causes de la défaite de Jospin en 2002, je pense que le retour des drapeaux rouges du parti dit communiste (mais au lourd passé stalinien) est un élément susceptible de cristalliser un mécontentement en l’armant du rejet “des rouges”.
      Ceux qui veulent identifier la démocratie à la libre circulation des marchandises et des personnes dans un monde où chacun est défini par sa capacité à “vendre sa force de travail” négligent totalement l’attachement partiellement névrotique de beaucoup aux habitudes et au pays.
      Cette libre circulation, la mondialisation marchande, est bien l’ennemi des peuples tant elle est un ersatz de l’internationalisation.
      Je sais bien que certains, ici et ailleurs, prônent une autre mondialisation, une alter-mondialisation, mais allez donc expliquer cela à des égarés.

      1. @Marlowe

        Je sais bien que certains, ici et ailleurs, prônent une autre mondialisation, une alter-mondialisation, mais allez donc expliquer cela à des égarés.

        So what ? vous proposez quoi ? On laisse la Claude Guéant & team nous bassiner avec l’Identité Nationale et tout le bastringue sécuritaire en servant allégrement les plats à Marine ? On ne pipe pas mot quand un commentateur souverainiste nous explique le plus sérieusement du monde que le souverainisme c’est beurk-caca mais seulement quand il est d’extrême-droite parce que sinon le c’est-mouâââââ-qui-décide-ducon, c’est super bien, super chouette, même que ça fait vachement rêver dans le Périgord “— Qu’est-ce que tu voudras faire quand tu seras grand mon petit ? — Souverainiste papa !”. Sérieux Marlowe, on fait quoi ? On balance tous les bouquins de Jorion ? Trop de Bancor ! Trop de lecteurs considérés comme intelligents ! Trop de trucs compliqués à comprendre ! Trop de vision globale du monde ! Trop de Bretagne, trop de Belgique ! Trop de musique pas catholique, trop d’amour du prochain, même lointain ! On cesse de rêver d’un fabuleux Conseil de la Résistance Mondial œuvrant pour des années futures meilleures partout dans le monde ? On oublie l’Internationale ? On frontièrise à donf. On accepte le fait que les politiques préfèrent manipuler “les égarés” plutôt que de tenir avec droiture et fermeté le seul discours qui puisse contrer le tumulte de la peur et la haine, quitte à perdre comme disait jadis Michel Noir, les élections…

      2. à Martine Mounier,

        Je pense que vous ne voulez pas connaître la nature de la mondialisation et ses effets sur les humains.

      3. @Marlow :
        ////// Cette libre circulation, la mondialisation marchande, est bien l’ennemi des peuples tant elle est un ersatz de l’internationalisation. /////
        D’accord avec ça .
        @Martine : Vous vous énervez et vous ne vous posez pas les bonnes questions . Il est possible de mettre ses certitudes de coté et de discuter .
        Nous sommes sur un problème de choix : soit poursuivre la globalisation , c’est a dire accepter la dynamique en cours qui nous offre comme solutions aux problèmes (causés par une globalisation précédente) , qu’un échelon supérieur de centralisme , Qui etc ….
        Soit essayer de ne pas attendre la rupture inévitable de ce système initié par une abondance d’énergie et qui , malgré la pénurie d’abondance , voudrait conserver sa dynamique ….et admettre une rupture structurelle avec un repli sur des positions soutenables societalement , energetiquement et ecologiquement .
        Le problème EST structurel et la globalisation est mathématiquement une erreur .
        Il n’est que de voir ceux , dont le nombre se réduit de mois en mois qui s’en sortent et voudraient comme vous , conserver ce modèle en disant aux largués : tenez bon , on va trouver des solutions !” ….en remontant ds son 4×4.

      4. @Marlowe

        Ce qui nous oppose n’est pas tant le diagnostic sur une mondialisation aux effets dévastateurs que le remède contre une mondialisation perverse dégueulasse. Ne faites pas semblant de ne pas comprendre !

      5. à Martine Mounier,

        Je persiste à penser que si nous ne sommes pas d’accord sur les remèdes, c’est que nous ne sommes pas d’accord sur le diagnostic.
        Je précise ma pensée : depuis le début de l’industrialisation, tout le soi-disant progrès est allé trop vite pour la majorité des habitants de la planète, même pour ceux qui étaient aux premières loges, c’est-à-dire ceux qui se pensaient alors les citoyens de la “vieille Europe”.
        L’accélération qui a suivi, particulièrement dans la deuxième partie du XXe siècle, et la conquète par la marchandise et son flot d’illusions de la quasi totalité de l’espace, sont insupportables à tout être humain normalement constitué, tant la baisse tendancielle de la valeur d’usage est patente.
        Voici ce qui devrait être le point de départ de toute critique et de toute stratégie radicales : la vie de tous devenue innommable (les riches aussi ont des cancers…)
        Ce que tous les candidats à la gestion de ce monde sont obligés de passer sous silence, c’est cela même qui, bien que souvent inconscient et non formulé, est insupportable tant la logique de la marchandise a besoin de régressions et d’infantilisation de ceux qui ne peuvent plus être nommés citoyens quand la Cité a disparu, noyée dans le flot incessants des marchandises, de leurs mensonges et de leurs pollutions tant physiques que mentales (et morales).
        Et cette histoire, qui s’est donné les moyens de la refuser ? et qui s’en donne aujourd’hui les moyens ? Certainement pas ceux qui se contentent de critiquer les dérives financières et l’égarement généralisé.

      6. @Marlowe

        Voici ce qui devrait être le point de départ de toute critique et de toute stratégie radicales : la vie de tous devenue innommable (les riches aussi ont des cancers…)

        Ben jusque-là nous sommes, comment dire, d’accord.

        (…) depuis le début de l’industrialisation, tout le soi-disant progrès est allé trop vite pour la majorité des habitants de la planète, même pour ceux qui étaient aux premières loges, c’est-à-dire ceux qui se pensaient alors les citoyens de la « vieille Europe ».

        Ce que vous nous dites c’est que la civilisation n’a pas encore “absorbé” la mondialisation. Vous ne dites pas que la mondialisation est mauvaise en soi mais qu’elle est mauvaise pour le moment ? Right ? Et bien dans ce cas, nous sommes encore d’accord ! — le seul point de désaccord portant sur le fait que pour moi la mondialisation n’est pas vivable parce qu’elle n’est pas démocratique et qu’elle n’est pas démocratique parce que l’économie mondiale échappe au cadre du politique, autrement dit à une Constitution. Mais au juste, que proposez-vous vous exactement comme solution ?

      7. à Martine Mounier,

        Mais au juste, que proposez-vous exactement comme solution ?

        La solution ? Certains jours, je doute qu’elle existe tant je pense que nous avons raté le coche et que chaque heure qui passe rend la victoire plus improbable.
        Une chose est certaine, il faudra commencer à gagner quelque part, dans un pays d’abord, et très vite dans un groupe de pays.
        Comme je suis français depuis plus de 63 ans et européen, je pense que ce serait bien que ce soit chez nous, et puis ne sommes nous pas, les habitants de la “vieille Europe” à l’origine du malheur ?
        Oui, cette mondialisation est mauvaise et probablement même mortelle. C’est l’abondance des marchandises qui nécessite la pollution, de la nature et des esprits, et l’accumulation du capital qui sont à la base de l’histoire moderne : voilà l’ennemi.
        Voyez vous, les échanges que nous venons d’avoir, assez rares en somme, sont une condition minimum du dialogue.

    2. Yvan est devenu un oracle de l’électorat populaire ?

      On est ” populaire” par son revenu , le montant de ses impôts , le niveau de ses diplômes , son habitat , ses hobbys , son facies ,son travail ( je n’ose plus écrire “métier”) , sa gouaille , la cylindrée de sa voiture ( ou de son absence de voiture ) ,son patrimoine ( ou son absence) , son accent , sa casquette , la rudesse de sa paume , le nombre d’enfants , son abonnement internet , son Ipod , sa langue …???? Qui m’estampille populaire ?

      Son vote ?

      Parmi les 45 millions d’électeurs inscrits , combien sont populaires et où ?

      1. Pour Marine Le Pen , je connais sa réponse : elle a donné la liste de ceux qu’elle estampillait populaires par catégories socio professionnelles , dans son intervention télévisée d’après annonce des estimations .Son marché est fait et elle annonce qu’elle souhaite le conforter en ” l’estampillant” , pour se l’approprier comme la ressource pour des finalités plus obscures .

        Quand les peuples se donnent un père , l’asujettissement du citoyen est accompli , la République et la Démocratie sont mortes .

        Qui , le premier tuera le citoyen : le marché financier , le dictateur , ou l’alliance des deux ?

      2. à juan nessy,

        Qui, le premier, tuera le citoyen : le marché financier, le dictateur, ou l’alliance des deux ?

        Et si le citoyen n’existait déjà plus, terrassé qu’il est par l’infantilisation généralisée qui lui est imposée par la société marchande ?

        “Ce processus (d’infantilisation) est flagrant quand on regarde la publicité. L’individu est réduit à un enfant, celui-ci se réduisant à ses émotions. Le consommateur est gavé, il jouit la bouche ouverte d’absorber ce lait maternel permanent qui est diffusé sur tous les modes. Seule demeure l’émotion, il n’ y a plus de réflexion ni d’esprit critique. L’adulte est capable de s’opposer sur les idées, dans un discours critique construit, un esprit de résistance conscient de lui-même. L’infantilisation, au contraire, consacre le processus global d’aliénation désirée dont on parle. L’émotivité primaire que consacre l’organisation sociale actuelle, fondée sur l’individuation, est le terreau de toutes les manipulations, commerciale et politique.”
        Entretien avec Jean-Luc Debry, auteur du livre Tous propriétaires. Du triomphe des classes moyennes (Homnisphères. 2007) disponible dans le livre Divertir pour dominer. La culture de masse contre les peuples (Editions l’Echappée. 2010)

        En France, il faut avoir 18 ans pour s’inscrire sur les listes électorales.

      3. @Marlowe :

        Si le citoyen n’existait déjà plus , ni vous , ni moi ne serions là .

        Le sujet de l’âge du droit de vote ( de la “majorité” en général ) est intéressant .

        La ” filiation” entre majorité “civile” et majorité , au sens de supérieur à 50 % , est d’ailleurs troublante .

      4. à juan nessy,

        Je maintiens que “le citoyen n’existe plus” car pour qu’il existe il lui faut une Cité (région, nation, pays, etc.).
        Comme je sais depuis longtemps que je ne suis pas un citoyen, tel que défini il y a un peu plus de 200 ans, j’en ai admis les conséquences et, par exemple, je ne vote jamais, conservant ainsi la permanence d’une capacité critique.

      5. @Marlow :
        /// Je maintiens que « le citoyen n’existe plus » car pour qu’il existe il lui faut une Cité (région, nation, pays, etc.). ////
        +1 .
        Ds son cours sur la démocratie (sur Fr cult actuellement /eloge du savoir), Rosanvallon dit la meme chose :
        – La démocratie ne peut exister que dans une citée ou un groupe restreint d’individu ….le fait de l’etendre a un pays n’etait pas concevable il y a encore peu de temps.
        -Il parle aussi de “mitoyen” versus citoyen

      6. @ Kercoz
        Je suis d’ac. Il faut stratifier tout ça, seul façon ama de passer “en continu” de la citoyenneté locale à la mitoyenneté globale. Il y a nécessairement un conflit entre la vue d’en haut et celle d’en bas. Le problème, fondamental et ama redoutable, est de les harmoniser.

      7. @Basic :
        Désolé , pas dac . Il semble que l’on diverge ….(et dix verges ….!…).
        Dans le signifiant “stratifier” ….J’entends un truc qui ne me va pas :
        Je conçois le système idéalisé comme parcellisé (un millions de groupes de 60 personnes et non un groupe de 60millions de blaireaux)
        Par “stratifié , j’entends :
        On regroupe les 60 millions de blaireaux (mitoyens) , et , puisque leur “nature” est de se regrouper , faisons le par affinité , par strates …..par couches , par “classes” ? Ou alors ,par affinité : les holligans a droites , les motards a gauche ,les 4×4 devant , .. les écolos au fond ?…etc , chacun leurs us et costumes ,etc ….
        Ca ne me va pas du tout …du tout …du tout ….
        L’agressivité intra-spé se règle bien mieux qd les interactions restent ds l’unité de lieu et que ce dernier n’est pas virtuel …..Difficile de faire un bras d’ honneur au voisin , ts les matin parce qu’il a un 4×4 ou que sa cadette s’appelle “Marine” ….
        La citoyenneté “globale” ne peut exister ./..Le citoyen a besoin d’un ennemi ..pas trop loin si possible ….”réhabiliter l’intolérence ” de Zyzek est un titre provocateur …mais pas que …
        L ‘harmonisation est un vue de l’esprit judéo machin … accepter l’alterité et les hierarchisation qui en découle …….surtout , surtout , freiner l’ harmonisation …….L’ harmonisation c’est le Bull d’other …qui ne profite qu’a certains (cf les LGV…qui vont meme limiter le flux des TGV)

      8. @ Kercoz
        Dans mon blabla il y a l’adjectif “local”. Il s’agit pour moi (cela va sans dire mais mieux en le disant) de localité “physique”. Le sens que je donne à stratifié est (exactement?) celui que vous donnez à parcellisé.
        Un problème important pour moi (et que je sais pas résoudre) est celui des relations (des harmonisations) entre parcelles.

        PS: pour moi l’harmonisation est tout le contraire de l’uniformisation. Il s’agit d’harmoniser les conflits locaux. Y a toute une théorie là-dessus..
        Pour moi nous sommes une fois de plus d’accord.

      9. Tout ces strates existent déjà et s’appellent, cultures, différences culturelles, peuples, etc… La Nation, dans le sens que lui donnait les Lumières et aurait dû conserver la Révolution française, n’était pas un bloc constitué par des individualités idéalement citoyennes que l’assimilation, chère aux jacobins puis aux gaullistes, devrait transformer en mitoyens par le laminage des cultures sinon qu’elle était l’espace politique dans lequel devaient s’assembler de leur plein gré, des peuples différents bien qu’avec les mêmes objectifs de paix et de solidarité. Aucun de ces peuples n’a désiré la déchéance de sa culture en adhérant à la Nation et pourtant, cette déviation de la philosophie des Lumières leur a coûté très cher. Les traces sont là, en France, pour être étudiées afin d’en éclairer les causes.

      10. @Basic :
        ///// Un problème important pour moi (et que je sais pas résoudre) est celui des relations (des harmonisations) entre parcelles. ///////

        Dans mon modèle (encore une fois théorique) , c’est tres simple . Les interactions entre parcelles ou groupes sont similaires aux relations entre individus ds le groupe , sans etre identique .
        C’est le principe des systèmes fractales : une invariance d’échelle , mais qui n’est pas une identité . (sur les images des fractales c’est souvent le cas : a force de zoomer sur un détail d’une limite , on retombe sur l’image d’origine , du moins presque identique .
        Ce qui est normal : Les variables (majeures) qui gerent les structure des groupes (espece animale par ex) sont de meme nature (agressivité) , mais les variables exogènes vont diverger (le territoire des groupes peut varier , par ex …).
        Pour l’espece humaine , il faut garder a l’esprit la possibilité de la rigidité comportementale …la tres longue periode qui a formaté le binome individu-groupe …a couvert plus de temps préhomminien que de temps homminidé , voire historique ….
        Pour ce qui est des relations entre groupes , la densité tres faible de populationpeut laisser supposer que le territoire d’ un groupe couvrait plusieurs jours de marche, que la rencontre avec un autre groupe a pu etre tres rare et meme peu probable pour chaque génération …ce qui induit une endogamie culturelle ( aliénation) tres forte . Aliénation qui a du etre une variable majeur dans le formatage comportemental qui nous implique encore actuellement.
        Pour l’aspect “Th du Chaos” du système avec auto-organisation , on peut caricaturer le modèle de cette façon :
        -qd le groupe grossit (en raison de conditions conjoncturelles favorables) , puis est confronté a une pénurie agravée par le nombre , …il y aura scissiparité .
        Le sous groupe expulsé …va quitter le territoire et rejoindre un territoire souvent moins favorable …plus tard il lui restera les steppes et les montagnes ….. pour se réfugier .
        – Il va adapter son comportement envers l’environnement (nomadisme)et resserrer son comportement interactif , limiter sa procréation…un nomade ne porte q’un enfant…vivre ds des endroits plus difficile , devenir guerrier …etc
        La population globale est donc limitée par ce processus .
        Lors d’une pertirbation grave (exogene /ere glaciaire, ou endogène , épidémie ou invasion) , le groupe marginalisé va réoccuper le territoire laissé vacant par le groupe décimé , moins “robuste” ….
        C’est là l’exemple type de la régulation d’un système complexe …ou le “bruit” est constituant du signal .

      11. @ Kercoz
        J’ai fait des trucs de ce genre (motifs d’organisation “cellulaire” se répétant, fractales à l’envers) dans la file “L’utopie réaliste” commentaires entre 109 et 125.
        Je trouve ce que j’y ai fait assez simpliste…

    3. Ce succès du FN est d’abord l’échec de JL Mélenchon à se poser en candidat de l’anti-système. Il est éclairant de voir sur ce point le vote des jeunes rallier Marine Le Pen plutôt que le Front de Gauche…

      + 1

      que beuacoup de jeunes votent pour le FN en dit long sur la suite car la crise est devant nous ; 50% des jeunes espagnols sont au chomage ………..

    4. @ Marlowe

      depuis le début de l’industrialisation, tout le soi-disant progrès est allé trop vite pour la majorité des habitants de la planète, même pour ceux qui étaient aux premières loges, c’est-à-dire ceux qui se pensaient alors les citoyens de la « vieille Europe ».

      Pour moi, ça n’est pas une question de temps, mais de réflexion, d’harmonisation.
      Lorsque toutes les industries se sont jetées sur les matières premières, il était évident que tous savaient qu’elles n’étaient pas illimitées. Peut être pouvait on ignorer les effets de la pollution, mais pas les effets de l’industrialisation à outrance.

      Tout n’a été qu’abus, abus de fabrication et par là même abus de consommation.
      Dans tout d’ailleurs, combien de laboratoires se sont comportés comme des boutiquiers, et nous comme des consommateurs naïfs. Car oui, on peut parler de “consommation” de médicament.

      Plus haut, Martine Mounier demande : comment faire,

      Parlons de l’offre et de la demande. Si on commençait par arrêter cette politique de l’offre qui comme un crédit révolving engendre la demande.

      Ne faudrait il pas d’abord arrêter d’importer et d’exporter les produits d’agriculture lorsque il n’y a pas de besoin. Je ne reviens pas sur la stupidité de consommer en France des produits qui viennent de 800 km (à l’intérieur ou l’extérieur du pays) alors que l’on peut produire sur place.
      Coût du transport et coût de la pollution ?

      Ne faudrait il pas développer les transports en commun afin de cadrer les déplacements individuels et par là même la consommation de voiture particulière, la circulation au sein des villes ?
      Bien sûr les industries automobiles, pétrolières en prendrait un coup, mais après tout qu’est ce que ça peut faire, car il y a d’autres domaines totalement inexplorés où l’on pourrait investir, comme par exemple l’énergie durable. Evidemment, ça n’intéresse pas l’industrie financière, car le rapport de cet investissement ne serait pas immédiat.

      C’est donc bien une règlementation qui pourrait régir tout cela, mais les “actionnaires” et “lesmarchés” se dépêchent de casser l’autorité de l’Etat avant qu’il n’agisse.

      Tout vient donc bien d’une volonté politique à sortir ou pas de la griffe de l’argent.

  24. Assez du blabla peureux des moutons qui voient soudain arriver les monstres noirs et rouges du totalitarisme! C’est le n’importe quoi propagandiste des éditos ces jours-ci, en France, aux USA, en Allemagne!

    Réecoutez le bon Paul Jorion:
    Mais qui sont les fachistes en réalité? Qui étranglent les peuples?
    La Troika! Les cartels des mégabanques et des méga pétroliers…
    Et chose unique tous les moutons se réfugient du coté du loup en ayant peur de la souris Marine Lepen, et du méchant bolchevic Mélenchon le couteau entre les dents!

    On reve!
    Mais écoutez donc Paul Jorion! Que faites vous sur ce blog?
    De la propagande pour le Systéme en déconfiture avancée?

    1. Merci pour ce rappel izarn !
      Je crois rêver en lisant toutes ces stratégies électoralistes qui oublient complétement qui est l’ennemi. C’est ceux qui ont gouverné jusqu’ici. Les deux.

  25. “une menace pour notre République”.

    Pourtant rien, n’a changé. Ce sont toujours les (certaines) régions rurales, le suburbain en voie d’urbanisation (pas les “banlieues”) et massivement le sud de la France des retraités qui votent FN et Sarkozy. Pas les villes qui votent toutes à gauche (enfin, Hollande).

    Conclusion: les retraités sont une menace pour la démocratie (?)

    1. François Leclerc,

      Vous vous trompez donc de diagnostic à mon avis quand vous parlez de colère. Les retraités seraient-ils en colère ?! Non au contraire, ils sont réactionnaires. Et je ne crois malheureusement pas qu’il y ait grand chose à y faire sinon miser sur les changements de génération (sans trop y croire)

      1. Comment sait on le vote des retraités ?

        Pour sauver la démocratie faut il reculer l’âge de la retraite à 75 ans ? Faut-il indexer les droits démocratiques sur l’âge du votant ?

        Y a -t-il des retraités populaires et d’autres qui ne le sont pas ? Combien dans chaque camp ? Le retraité du Sud est il un homme du nord qui a déménagé ?

      2. Il suffit de regarder la carte avec précision:

        La masse des communes rurales de moins de 1000 habitants avec un gradient vers le sud, et les zones désertfiées du Centre à la Champagne vote systématiquement FN et Sarko aux deux premières places et Hollande en troisième.
        Ils sont là les électeurs de droite et d’extrême droite. Qui sont ces gens à votre avis ?

      3. à Ken Avo,

        Qui vous dit qu’un “réactionnaire”, retraité ou non, n’est pas en colère dans un monde qui entretien la confusion entre la démocratie et la libre circulation des marchandises ?

      4. @Marlowe “Qui vous dit qu’un « réactionnaire », retraité ou non, n’est pas en colère dans un monde qui entretien la confusion entre la démocratie et la libre circulation des marchandises ?”

        Je pense que vous surestimez les capacités intellectuelles de ces gens.
        Ce que je dis est prétentieux mais c’est la triste vérité.

      5. @juan nessy :
        Pour savoir le vote des retraités on regarde tout simplement sur wikipédia et on trouve ce qui suit comme résultats du second tour des élections présidentielles de 2007 :

        Plus de 70 ans : Sarkozy 68%, Royal 32%
        Entre 60 et 69 ans : Sarkozy 61%, Royal 39%

        Eloquent n’est il pas?

      6. à Ken Avo,

        Lisez ce que j’ai écrit plus haut (29, réponse à juan nessy).
        Il n’est pas nécessaire de comprendre pour ressentir.

      7. @au sud de nulle part :

        je vais demander à Wikipedia comment voter au second tour , voire au deux tour des législatives .

        Comment vote-t-on quand on a 70 ans pile ?

        C’est une photo ( obtenue comment ? par sondage ? par piratage des listes électorales et du fichiers des cartes d’identité ?) prise dans le rétroviseur . Le retraité de 65 ans en 2007 vieillit -il de la même façon que le retraité de 65 ans en 2002 , physiologiquement , politiquement , dans le même contexte familial , économique et mondial ?

        Ceci étant , comme je suis un retraité des tranches canoniques , je n’ignore pas la tendance au conservatisme de la plupart des vieillissants … qui étaient conservateurs sans le savoir .

        Je conteste simplement ici à Kenavo une généralisation facile et porteuse d’exclusion . Qui est une caractéristique de ceux qui sont ou se découvriront conservateurs obtus .

      8. @marlowe,

        Ce que vous expliquez est beaucoup trop compliqué.
        Encore une fois, je vous invite à partir des chiffres sur le terrain:
        Allez sur cette page et cliquez sur le département du Loiret par exemple:
        http://www.google.fr/elections/ed/fr/results

        Maintenant voyez quelles sont les communes qui votent FN en première position: ce sont toutes des petites communes rurales de moins de 1000 habitants et ce n’est pas du tout un phénomène rare. Ce n’est pas Orléans ni sa banlieue ouvrière ni Montargis. Non ! Et c’est partout pareil.

        Comment expliquez-vous cela ? Ca ne vous interpelle pas, vous ?!
        C’est le socle de l’électorat frontiste (et sarkoziste). Tout le discours bidon (ça vous le saviez ?) sur la mondialisation et l’Europe n’a comme but que d’élargir son électorat aux employés et aux ouvriers mais ça ne marche pas si bien que ça et ça ne troublera jamais son électorat de base qui s’en fout totalement.
        Ce n’est pas du tout un vote contestataire au sens où vous l’entendez. Contestataire de quoi ?!
        Ce que veulent ces gens-là, c’est en vrac qu’on ne touche pas à leur retraite, un minimum de redistribution sociale sauf pour eux. L’ordre avec un côté anti-jeunes et pas d’immigration qu’ils considèrent comme une menace à la fois à l’ordre et leurs retraites.
        L’Europe ?! le chômage ?! Ce n’est pas leur problème et ils ne comprennent absolument rien à ces questions. Si, pour eux le chômage s’explique par la fainéantise.

        Voilà, c’est tout !

      9. @Juan Nessy,

        Evidemment que je généralise ! Je ne dis pas que tous les plus de 60 ans sont des vieux cons ! 🙂
        Mais pour expliquer quelque chose, il faut bien en passer par une certaine généralisation.

      10. @juan nessy : à priori les chiffres de wikipédia proviennent de l’institut ipsos. Vous pouvez toujours essayer de les remettre en cause, ça n’y changera rien.
        Il ne s’agit pas ici de faire des généralités contre productives mais plutôt d’essayer de comprendre comment les représentants de toute une frange de la population refusent à leurs descendants ce dont ils ont eux mêmes bénéficié toute leur vie durant : hôpitaux publics, assurance chômage, sécurité sociale, services publics efficaces du transport, des communications, de l’eau et de l’énergie et bien entendu retraite.

      11. Ken Avo,

        Ca c’est bête pour vos statistiques, figurez vous qu’après 40 ans de vote à droite, j’ai voté à gauche pour la première fois en 2007, et là j’ai fait rebelotte … et j’espère de 10 de der.

        Je me suis même inscrite au ps en espérant (sans grand espoir quand même) qu’il rectifierait sa ligne “droite” en regard de l’hécatombe provoquée par la finance.

        A part ça, si l’on en croit les vétérans qui animent ou commentent sur ce blog, il n’y en a guère qui votent à droite non ? enfin de ce que j’ai cru comprendre.

      12. @Ken Avo et au sud de nulle part :

        Qu’avez vous , pour l’un , expliqué , pour l’autre , compris ?

      13. Ecoutez Juan, vous êtes bien gentil mais si vous ne voulez même pas croire les données chiffrées précises que l’on vous donne, je ne vois pas bien ce qu’on peut faire pour vous !

        Lisez par exemple, cet article du démographe Hervé Le Bras à propos du FN et du soi disant vote ouvrier (quand on dit “contestataire”, c’est en général le vote ouvrier dont on parle. Une façon détournée de le dire)

        http://www.huffingtonpost.fr/herve-le-bras/le-fn-parti-des-ouvriers-_b_1226630.html

        Donc si ce ne sont pas les actifs ouvriers, ni les “bobos”, ni les grands bourgeois, qui sont donc les électeurs du Front National ?
        Réflechissez !

        Et ce n’est pas près de s’arranger, j’en ai peur.

      14. @juan nessy : Pour ma part, et vous l’avez deviné si j’en crois vos sous entendus, je ne comprends rien, absolument rien du tout et c’est pourquoi je suis fort malheureux de vous trouver bien en peine de m’expliquer quoi que ce soit au point que vous en êtes rendu à contester les chiffres comme ultime rempart à l’éclosion d’un tant soit peu de réflexion sur le sujet que nous traitons. Mais qu’est ce donc qui vous dérange tellement?

      15. Qui vous a dit que je contestais les chiffres ?

        Je m’informe sur leur élaboration et ce que vous souhaitez leur faire dire , ou ce que vous adoptez des auteurs dont vous faîtes références .

        On ne peut effectivement plus grand chose pour moi et je ne demande pas ce pas grand chose !

        Je ne redoute que les analyses fragmentaires et figées , même si elles ont “d’incontournables fondements mùathématiques” .

        Je ( nous) ne suis pas une statistique . Je m’en suis trop servi pour en ne pas en connaître les limites .

      16. Vaucluse , 27% pour le fn . Rien de nouveau sous le soleil , c’est comparable à 2002 .
        Plus aucune des petites industries qui prospéraient encore dans les années 50/60 , mais les méga -usines de la vallée du Rhone ( et leur fuites radioactives) . Disparition du monde rural – à peine 5 % des actifs aujourd’hui , contre environ 40%des actifs il y a une ou deux générations . Invasion touristique , choc frontal entre une culture citadine , cosmopolite , de consommation , et la frugalité et la patience paysanne ( piscine contre citerne , grillages contre usage commun ancestral des chemins etc …) .
        Le délire spéculatif immobilier interdit aux jeunes locaux de se loger parfois dans leur propre village ( et leurs ainés n’assument pas très bien leur responsabilité en la matière , vu que c’est eux qui ont vendu )
        L’étalage bling bling de richesse des touristes étrangers , anglais , allemands , suisses , belges , corps diplomatique etc …. ( rien de particulièrement bronzé ) est choquant , envahissant .Beaucoup de cambriolages .
        Tous les prix sont plus élevés qu’ailleurs , la nourriture même sur les marchés ,les tarifs des artisans , les materiaux , l’essence , tout
        Les emplois à l’année sont rares , de plus en plus d’emplois saisonniers, précaires avec une forte concurrence de “nordistes ” venus tenter leur chance au soleil . Beaucoup trop de chômage .
        Dégradation de l’environnement , de la qualité de vie , malgré le lave linge et le chauffage central tout neuf .
        Noyau dur de pieds noir nostalgiques
        et forte présence de “minorités visibles”

        Sentiment généralisé de frustration , comme écrit dans un commentaire plus haut . Et de ne plus avoir prise sur rien .D’être dépossédé .
        Sans parler de l’Europe qui impose ses réglements imbéciles et onéreux sur les vitrines réfrigérées ou les circuits d’eaux usées , et j’en passe . Il y a beaucoup de chasseurs aussi , qui n’apprécient pas qu’on leur impose “de Paris ” des règles pensées par des citadins .

        et puis il y a l’effet grégaire : depuis 2002 les fn ne cachent plus leur vote , en parlent ouvertement en faisant gonfler leur muscles ….

        Bref , c’est pas gagné , mais le front de gauche a quand même fait ses 11% ici , et est même devant le fn dans certains villages …

    2. “massivement le sud de la France des retraités qui votent FN et Sarkozy”, dites-vous ?
      Alors tous les retraités de France qui ne vivent pas dans le sud, et ce sont les plus nombreux, trouveraient donc grâce à vos yeux. OUF !!!
      J’aimerais bien savoir ce qui vous a permis de déterminer que c’étaient précisément les retraités , parmi toute la population du sud, qui votaient FN et Sarkozy, et pas tout simplement les gens fortunés, jeunes ou vieux, plus nombreux sur la Côte d’Azur que dans la Creuse .

  26. Si Mélenchon à diabolisé le FN , comme vous dites, les médias l’ont diabolisé à lui, le présentant comme un hurleur, image qui s’est imprégné en vous aussi, tout en délivrant un certificat de blanchitude à Le Pen, avec l’appui très appuyé des journaux de la gauche bobo, trop content d’agiter le drapeau de la peur à un électorat anesthésié par l’ambiance xénophobe et raciste exacerbé par le camp de droite depuis 5 ans.

    1. Il y a une certaine gauche qui ne voulait absolument pas se faire marcher dessus par un noniste. Même si la campagne du Front de gauche a sans doutes eu des points faibles pour toucher un certain électorat, tout a été fait une fois Mélenchon un peu trop haut dans les intentions de vote pour le faire passer pour un candidat du système, qui promettait l’impossible. Le Pen a été curieusement, quasi épargnée si l’on excepte son passage chez Lapix sur Canal…Ca ne fait pas tout, mais cela explique un peu, tout de même.

  27. Quant à ceux qui en ont impulsé un à sa gauche, leur responsabilité est d’apporter une réponse autre que déclamatoire et de ne pas se réfugier sous un drapeau cocardier.

    lepen a très vu la chose dimanche soir en appelant au rassemblement des patriotes de droite et de gauche.

    le problème essentiel de la gauche , c’est que 2 de ses mythes sont baignés de nationalisme : la révolution française et la commune de paris

    toute la question est la suivante : les patriotes de gauche sont ils d’abord patriotes et ensuite pour la sociale ou l’inverse

    lepen parie pour la première réponse ; melanchon en fin connaisseur de l’histoire le pense aussi , pas pour les mêmes raisons : chemin faisant il fait la courte échelle à lepen car il pense que la pssé va se reproduire ( 39-45, CNR, ….. )

    en fait cette problématique entre la sociale et la nation est aussi vieille que le mouvement social et valable en tout pays

    Jusqu’à présent c’est toujours la patrie qui l’a emporté sur toute la partie du mouvement social qui prône la priorité du social sur la patrie.

    la barbarie revient et l’expérience historique n’est toujours pas prise en compte : l’europe court vers son troisième suicide et ce coup ci risque de ne pas le râter.

    socialisme ou barbarie

    1. Ben barbarie mon pauvre ami, parce que vous ne voulez pas vraiment voir que les hommes ne vont pas devenir des petits agneaux d’un seul coup. Si Mélenchon n’arrive pas à convaincre avec une synthèse pourtant brillante, vous croyez que vous aller y arriver avec heu, quoi en fait ? Comment on fait pour tous vivre dans l’harmonie sans structures ? Votre haine de l’Etat nous perdra tous. Parmi ceux à qui je ne pardonnerai pas, il y aura ceux qui étaient pour le dépérissement de l’Etat et qui ont tranquillement laissé faire au nom du vrai socialisme bien entendu qui nous protègera de la barbarie. Ou pas…

      1. Hé Nicks,

        Je me suis abstenu de continuer à te répondre sur tes délires Jacobin à donf’ parce que j’estimais que ce n’était sans doute pas la meilleure stratégie que de taper sur Méluch’ et que, hélas, tu faisais pas spécialement la meilleure pub qui soit, mais c’est ton problème et ton choix.

        Tu veux faire un front, mais tu demandes un ralliement, pas une participation. Désolé, mais ton front risque de rester un peu bas pour longtemps si tu continues dans ce tempo.

        Lundi, j’ai repris contacte avec des gars avec qui on militait avant la période électorale, m’ont dit : on se retrouve après les législatives… OK j’ai dit, on attend… Et je vais continuer à la boucler et à avancer en attendant.
        Mais dis moi, j’espère que t’es aussi franc du collier quand tu croises des mecs dans les manifs et actions et que ce n’est pas un traitement spécial que tu réserves quand tu es sous pseudo, parce que sinon, je vais finir par me dire… Mais au fait, le mec, là, à côté de moi, c’est bien un camarade, ou faut-il que je me méfie ?
        Tu crois qu’un pouvoir fort et centralisateur est la voie… Fort bien, c’est ton droit. Je crois le contraire, c’est mon droit aussi non ? Je te l’ai déjà conseillé, mais je te suggère à nouveau de te renseigner sur ce que tu critiques si vertement parce qu’il est évident que tu n’as aucune idée de ce dont il s’agit…

      2. @Vincent Wallon

        Si j’ai une bonne idée de ce que c’est. Vous êtes à des années lumières de ce qui est réalisable et précisément, c’est parce que j’avais bien vu certains points faibles de la communication du Front de gauche que j’ai essayé ici et ailleurs de pointer ce qu’il pouvait y avoir de rassembleur dans le programme, mais qui n’était pas forcément mis en avant pour respecter certaines sensibilité du mouvement. Si vous voulez éviter la barbarie, il va falloir se mettre à réfléchir un tout petit peu…

      3. Tu n’es pas allé vers un discours rassembleur, tu as fait du mélange nauséabond rouge/brun. Désolé, mais ça, je pardonne pas parce que c’est le chemin qu’emprunte la barbarie.

      4. @Vincent Wallon

        C’est cela oui. La souveraineté citoyenne c’est le fascisme. Forcément, on s’étonne de ne pas gagner ensuite…

      5. Je faisais allusion à tes délires autour de l’article dedefensa et des rapprochements des extrêmes.
        Par ailleurs, une souveraineté qui s’épanouirait enfin avec un État fort et centralisateur, en conservant précieusement les rapports de production Capitalistes protégés eux aussi par cet État fort à l’intérieur de ses frontières jalousement gardés par des gardiens forts eux aussi. J’attends de voir comment on s’y prend…

        Alors oui, on a du chemin à parcourir encore, mais on est pas les seuls et on ne prétend pas le faire à la place des autres.

  28. Comme écrit sur Dedefensa, ce n’est plus “Démocratie vs non Démocratie”, mais “Sytème vs anti-Système”.

    Les jeunes, qui en sont les premières victimes, l’ont très bien compris, et quoi de plus naturel dans leur perspective que de se tourner vers le parti présenté depuis ses débuts comme l’épouvantail absolu de la “démocratie-système” (car notre “démocratie” est corrompue jusqu’à la moelle par le système, voire même complètement solidaire du système: il n’y a qu’à voir comment les médias, qui en sont en théorie les gardiens vigilants, sont tombés sur Mélenchon dès que ce dernier a assumé dans ses discours une forme de “souverainisme” – on devrait dire de “républicanisme” d’ailleurs, c’est à dire dès qu’il a commencé à être véritablement dangereux pour le pouvoir et ses élites “nomades”).

    Dans cette perspective, les références du passé ont un pouvoir explicatif nul, et je crains de plus en plus que ceux qui avaient 20 ans dans les années 70 soient pour ainsi dire biographiquement incapables de comprendre ce qui se joue sur le terrain politique aujourd’hui. Les circonstances sont différentes, les matrices stratégiques sont différentes, les enjeux sont différents, les personnes et les idéologies sont différentes. Peut-être faut-il avoir grandi avec cette génération pour la comprendre? Qu’est ce que leurs pères comprenaient à la jeunesse de 68? Je suppose: “pas grand chose”.

    En s’y attaquant par:
    – la voie du mépris sur le thème surrané des “éternels fascistes” (comme si cela avait une quelconque pertinence aujourd’hui!),
    – ou sa variante faible, la voie des “éternels poujadistes/ libéraux” (comme si les partis ne se transformaient pas sur le plan idéologique: le PS c’est au moins 3 partis/ideologies successives sous la même étiquette + il y a un abîme entre la ligne poujadiste du père et la ligne soralienne de la fille, dont le discours d’ailleurs n’est pas plus simpliste que celui des autres candidats, et prétendre le contraire est tout simplement de la mauvaise foi),
    – la voie de la pitié sur le registre du “ils ne savent pas ce qu’ils font” (comme si l’électorat était stupide et ne savait pas ce qu’il voulait: les afros qui ont voté FN savent très bien pourquoi ils l’ont fait, ne vous en faites pas pour eux, idem des jeunes, des agriculteurs, etc.), ou
    – la voie du “paternalisme chiant”, sur le mode du “ils ne font pas ce qu’ils croient qu’ils font” (comme s’ils maitrisaient moins bien que leurs ainés les ressorts de la com)
    … le FN sera à 24 aux prochaines élections.

    La (vraie) gauche ne représente plus une alternative crédible au Système, et si elle ne se remet pas rapidement en question, en assumant un discours souverainiste de gauche, lequel est d’ailleurs LA matrice de la culture et de la tradition politique française (dans le bon et dans le mauvais), le FN accèdera au pouvoir.

    1. C’est bien les élections. Ça réagit. Ça flocule, ça décante, ça dépose, ça se tasse en fond de cuve… plus qu’à soutirer.
      Antoine Y, la voix “Systématique” de dedefensa :

      La (vraie) gauche ne représente plus une alternative crédible au Système, et si elle ne se remet pas rapidement en question, en assumant un discours souverainiste de gauche, lequel est d’ailleurs LA matrice de la culture et de la tradition politique française (dans le bon et dans le mauvais), le FN accèdera au pouvoir.

      Aux accents crypto (à peine) soraliens :

      il y a un abîme entre la igne poujadiste du père et la ligne soralienne de la fille, dont le discours d’ailleurs n’est pas plus simpliste que celui des autres candidats, et prétendre le contraire est tout simplement de la mauvaise foi)

      «Pas plus simpliste»…

  29. Il existe dans toute l’Europe un grand mouvement populiste qui veut mettre fin à un système où le pouvoir du peuple est systématiquement confisqué par une oligarchie, laquelle montre aujourd’hui toute son incapacité à résoudre les problèmes qu’elle s’est ingéniée à créer, par exemple, en imposant l’absurde monnaie unique, en ouvrant tout grand les marchés européens à une concurrence complètement faussée, en libéralisant à tout crin etc.
    Le paradoxe, et le drame, est qu’en France c’est la social-démocratie, complice et même partie prenant de cette oligarchie qui va prendre le pouvoir alors qu’elle a mené dans le passé des politiques monétaires absurdes ; le franc fort cher à M.Delors, une bonne part les privatisations. Elle va arriver au pouvoir au moment où en Grèce et en Espagne ses camarades ont lamentablement échoués. Cependant, l’expérience ne devrait pas durer longtemps…souvenons-nous du Front populaire ou du début de l’ère Mitterrand .

  30. Et allez donc expliquez comment, l’Allemagne qui avait le niveau de culture le plus haut de l’Europe… a pu se jeter dans le nazisme… !!!
    Francisco, ce ne sont pas les mêmes, ceux qui avaient “le plus haut niveau de cul ture” et ceux qui s’abandonnèrent dans les tourbillons du maëlstrom nazi !
    Les premiers, on put les trouver, comme Benjamin, suicidés sur une sente de la frontière franco-espagnole ou exilés comme Adorno.
    Les seconds, le tout venant du peuple pour faire court, étaient, comme les dirigeants du NSP,,des oubliés de la grande culture universitaire allemande.
    Ce qu’ont tendance a oublier les representants de l’intelligentsia universitaire comme vous (soignez l’orthographe, je vous en conjure ! ! ! ) : ce n’est pas une mystèrieuse inhumanité qui caractèrise ces votes déviants mais le manque de repères socio-historiques, conjugués avec une trop forte et trop longue humiliation.
    Nous en sommes là, manifestement et ce n’est qu’un début….

  31. Pour les allemands, c’est faites ce que je dis mais pas ce que j’ai fait! Michel Santi

    Les Allemands se trompent grossièrement de diagnostic. Les raison profondes de la déliquescence européenne n’ont en effet strictement rien à voir avec le storytelling que l’on nous sert en boucle depuis des années et selon lequel un certain nombre de pays auraient vécu très au-dessus de leurs moyens. ()

    Les tourmentes de ceux qui sont qualifiés de manière méprisante de « PIIGS » proviennent entièrement des établissements financiers allemands et français qui ont vu en eux des poules aux œufs d’or. ()

    Les seules banques allemandes et françaises étaient engagées à hauteur de 958 milliards envers ces pays et leurs citoyens. Les rapports trimestriels 2010 de la B.R.I. nous révèlent également que la finance allemande et française avait à fin 2009 offert 61% de la totalité des prêts dont ces pays bénéficient ! ()

    Alors : contrairement aux convictions allemandes promptes à vilipender les nations du « Club Med », le mode de vie des espagnol ou des grecs – qui devait bien évidemment être recadré – n’est pas aux racines d’une dislocation dont les vrais coupables sont des établissements financiers toujours et seulement préoccupés de gonfler leurs résultats. ()

    Regardons plutôt du côté des établissements financiers du Nord qui y ont vu une aubaine en termes de nouveaux marchés et de profits juteux, au risque d’y créer des bulles du crédit comme celle de l’immobilier en Espagne dont l’implosion est la seule et unique raison des soucis de ce pays. ()

    Extraits de http://www.gestionsuisse.com/2012/pour-les-allemands-cest-faites-ce-que-je-dis-mais-pas-ce-que-jai-fait/

  32. Bonjour,

    pour ce qui me concerne, je pense que cette élection consacre la grande faillite des médias principaux qui à part en quelques rares exceptions ont déroulé le tapis rouge à Marine Lepen et le front national, pour le plus grand bien du vote utile.

    Les pouvoirs législatifs et exécutifs aux mains d’un seul homme.

    Le pouvoir judiciaire dévoyé par l’action de procureurs aux ordres, placés aux endroits clés par jeu de chaises musicales.

    Les quatre pouvoirs n’en forment plus qu’un au service du bi-partisme à la française…pour le plus grand bien de l’oligarchie atlantiste.

    Les décisions les plus importantes sont prises par la commision européenne, non élue, souvent votées au parlement européen, dans le dos des citoyens, par la droite et la sociale démocratie trop souvent en accord.

    Ils ont alors beau jeu d’affirmer que ces décisions venant de l’Europe ils n’y peuvent rien, ou de feindre qu’ils en sont les instigateurs au niveau national…

    Aller voir ce qui se trame au parlement européen dans notre dos est une oeuvre de salubrité publique…

    On peut par exemple citer le grand marché transatlantique, voté en 2009, qui prévoit l’unification économique, législative (avec prédominance du droit américain) avec les états unis pour 2015…l’Allemagne n’est qu’un intermédiaire donc.

    La démocratie? Où ça?

    Cordialement.

  33. Comme le pense Emmanuel Todd à propos des Français qui votent Le Pen père puis la fille c’est qu’ils sont malheureux d’être abandonnés par leur classe dirigeante sur l’autel de l’Europe et de la mondialisation néolibérale qui produisent tous les 2 des ravages économiques, industriels et sociaux. De plus comme l’indique la lettre de Jacques Sapir à François Hollande ainsi que sa tribune ‘l’euro, la fin des illusions” il y a d’autres solutions que celles qu’exigent les marchés financiers et leurs relais médiatiques.

  34. La peur du déclassement?
    Ne devrions-nous pas nous préoccuper enfin du problème plus urgent du classement?
    L’ascenseur social?
    Ne devrions-nous pas raser l’immeuble menaçant ruine?

    Parviendrons-nous à dépasser nos divisions et classifications hiérarchiques?
    C’est pas gagner: surtout en période électorale, où le vote de classe clive…

  35. dans la Nuit Ils chercherent des clés .
    et Ils se précipitèrent vres une petite
    lupiotte qu Ils estimèrent apporter
    de la Lumière pour leur quête .

  36. Bien entendu qu’il faut tenter de peser sur l’ordre (désordre) international, ainsi que le propose Paul Jorion. Mais il faut bien reconnaître que personne n’est tout-puissant en la matière et que la convocation d’un nouveau Bretton Wood n’est pas encore à l’ordre du jour, pas plus qu’on ne sait ce qu’il donnerait (peut-être ce projet de bancor en trompe l’oeil du FMI?).

    Il reste pourtant quelques marges de manœuvre à une échelle locale où notre impuissance à générer un monde moins hostile, ainsi que le propose Jean Zin avec son principe de coopérative municipale qui mériterait plus notre attention que ces grandes idéologies politiques propres à générer plus d’épithètes, trahissant notre goût pour les boucs-émissaires, que de solutions à nos maux.
    Ainsi le thème de la société de soin mutuel lancé par le PS début 2010 n’a t-il retenu que peu d’attention.

    1. “ces grandes idéologies politiques propres à générer plus d’épithètes, trahissant notre goût pour les boucs-émissaires” +1 Michel Martin

  37. Vous êtes presque optimiste en ne cherchant les traces du vote de droite dure que dans le score du FN.

    L’axe de campagne principal de l’UMP sera le suivant :

    “Le 1er mai, nous allons organiser la fête du travail, mais la fête du vrai travail, de ceux qui travaillent dur, de ceux qui sont exposés, qui souffrent, et qui ne veulent plus que quand on ne travaille pas on puisse gagner plus que quand on travaille”.

    cf : http://elections.lefigaro.fr/flash-presidentielle/2012/04/23/97006-20120423FILWWW00483-sarkozy-organise-un-rassemblement-le-1er-mai.php

    L”objectif est clair, il s’agit de démanteler complètement les systèmes sociaux. Le moyen est simple : opposer les chômeurs aux artisans, commerçants, agriculteurs, etc… Il s’agit d’un programme cohérent et prêt à l’emploi. Pour cela, une élection suffit. L’appareil d’Etat suivra.

    Je veux bien qu’on se lamente sur le vote FN. Mais ce que l’on entrevoit de Sarkozy me semble bien plus opérationnel.

    En résumé, le 1er mai, il y aura donc 3 défilés :
    – le défilé des syndicats (République/Bastille?)
    – la fête du FN place de l’Opéra
    – le défilé de l’UMP vers le champ de Mars.

    La distance entre ces deux derniers est à la portée de tout marcheur moyen.

    1. Et celui du PS aussi,qui hésite entre Trocadero(un quartier bourgeois par provoc ou les invalides).

    2. La fête du ‘vrai’ travail?Keseko??Il ferait mieux d’organiser le meeting du chômage qu’il a provoqué.

  38. bonjour à tous.

    nul n’entre ici qui ne soit géomètre. Je crois qu’il,faut faire très attention de ne pas s’extraire totalement des corps. Son propre corps perds alors de sa susbance et de sa chaleur humaine. Certes cela est très difficile pour les penseurs… en particulier masculin.

    l’esprit nous projette par récurrence dans le futur. Par habitude ou inertie il est aisé de croire à ses propres projections. L’autre est transcendant et jamais ne sera soi même. Il n’est possible de ressentir ce que quelqu’un d’autre ressent. Il me semble d’ailleurs que la joie ne peut être mise en memoire. Seule l’idée de la joie, sa représentation est possible: une sorte de photo en noir et blanc du passé à jamais oublié.

    Beaucoup ont peur du “peuple” et de ses réactions intinctives. S’il n’a pas droit de parole alors il s’exprimera ,dans le noir, à l’abris des regards policés, et brulera tous les livres de lois de la cité dans un immense acte de foi. ( Canetti )

    Aussi faut-il admettre les livres de Céline dans toutes les bonnes bibliothèques afin de d’admettre la partie sombre de l’humanité qui est en chaque noos. Je crois qu’il faut accepter la peur, la comprendre et surtout y prendre garde. Il s’agit d’un instinct de vie. La peur implique l’attention, le reveil…

    Cf le Stalker de Tarkovski est craintif car il aime la vie en particulier dans la zone…

    Cordialement

    1. Je vais racheter Masse et puissance (son épaisseur m’avait découragé jadis).

      Je vais télécharger Stalker version Tarkovsky.

      A+

    1. à lou,

      Je n’ai pas lu l’article, mais, si j’étais stratège au FN, je voudrais d’abord prendre une plus grande place, à droite et à droite de la droite. Pour ce faire il faudrait affaiblir l’UMP jusqu’à provoquer son éclatement ou, a minima, une scission.

    2. Sarko rêve en couleurs d’un report quasi à 100 pct des voix Fhaine,je pense qu’il se trompe lourdement…

      Sur 17.9 pct finalement(et pas 20)d’électeurs FN je pense qu’on trouve un bon 5 pct de vrais fachos,un autre

      5 à 7 pct d’anti immigrés/xénophobess souvent des ouvriers ou des précaires,petits retraités,chômeurs etc…et enfin un groupe

      pour le solde des contestataires(voire en partie souverainistes),anti système,anti tout,sans doute ni racistes ni fachos.

      Ils sont de passage.Le vote anti sarko s’est aussi exprimé coté FN.

      Important de noter que le vote FN est mal réparti géographiquement.Certaines régions sont très peu touchées,dans d’autre c’est plus

      de 30 pct(Sud et Est).Moins présent dans les grandes métropoles.

  39. lien : http://www.lanouvellerepublique.fr/Toute-zone/Services/Toutes-les-DMAs/%28goto%29/1/#dma_911438

    Actualité

    86 – Poitiers: un trublion perturbe le scrutin

    23/04/2012 16:56

    Un homme ivre a perturbé le scrution, hier, dans les bureaux de vote Coligny (n°14, 15 et 16).Il a proféré des grossiertés à l’adresse des femmes, a proclamé qu’il fallait voter Mélenchon. Il a tenté de mettre plusieurs bulletins dans l’urne, a voté sans passer par l’isoloir. Il a également tenté de prendre le cahier d’émargement. Il fait l’objet d’une procédure de plaider-coupable pour perturbation du vote. Il risque une peine pouvant aller jusqu’à deux ans de prison.

  40. Bravo la modération elle ressemble à la censure , pourtant mon commentaire était respectueux!!!
    Enfin déjà le disait Friedrich Nietzsche :
    « La conscience est la dernière et la plus tardive évolution de la vie organique, et par conséquent ce qu’il y a de moins accompli et de plus fragile en elle. »

    1. “Pourtant mon commentaire était respectueux!!!”

      Attendez, on va faire un test, je vais demander aux lecteurs s’ils jugent que votre commentaire était “respectueux”. Allez on vote, puisque c’est dans l’air du temps. En voici un extrait :

      “Être abreuvé d’idéologie antiraciste, de boboseries socialo écolo, de mondialisme naïf, béa gaga devant le dieu EURO et la déesse EUROPA, pleurant a chaude larme sur le premier immigré clandestin venu, nouveau symbole de la lutte des classes( plutôt du pouvoir d’ achat ), participant aveuglément a toutes les manifs proposées par n’importe quel association lesbiano-féministe hystérique ou de sans papier pleurnichard, s’extasiant devant les foudres de la pensée que sont les BHL , ADLER , FINKERCROTTE , MINC, et qui comme Jacques Attali croit en la nation-hôtel et au nomadisme international et crache sur toute idée de nation, traitant de fasciste raciste pedonazi, tous ceux qui ne pensent pas comme on leur a dit.”

      1. Non, non, il se croyait sur AgoraVox.

        C’est juste un supporter de football égaré dans un club de bridge.

      2. @Paul: Perso, je pense que la censure est malvenue et partiale (idéologique quoi) sur ce commentaire. Sur le fond, j’en partage la teneur. Mais bon, je comprends qu’il soit dur à avaler pour les tenanciers de ce blog.

        A la limite, j’aurai effacé les noms propres mais tout le reste est de l’expression d’idées qui n’ont rien d’illégal il me semble.

        1. Non, le commentaire est bien ce qu’il paraît être… Mais il est aussi intéressant à titre de symptôme, par exemple de l’échec de toute les formes d’analyse et de réfutation du glissement extrême-droitier par des procédures non politique, ou apolitique (condamnation morale, au nom des DDH, de l’histoire, du devoir de mémoire, des auto-posées évidences de la modernité politiques ou économiques etc).

          J’ai lu l’essentiel des commentaires : deux types d’analyse le plus souvent, toujours les mêmes, toujours inopérantes :

          Le facteur socio-économique (crise, déclassement etc) VS le facteur psychologique (la peur, au choix : du déclassement, de l’autre, de la perte des valeurs etc).

          Bref des analyses qui pensent ce vote seulement de manière réactive, défensive, ultime soubresaut de l’attitude protestataire des “laissés pour compte”.

          Je ne crois pas à la pertinence de ces analyses, qui ont pu l’être, avant que ne s’approfondissent une crise… à mon sens : du politique (elle n’a pas démarré avec le FN bien évidemment; quoique : les reaganomics et Dreux, c’est pas si éloigné dans le temps).

          Je crois qu’il faut -malheureusement- prendre au sérieux politiquement ce vote, le restituer dans sa dimension politique, proprement et positivement politique. Car ce n’est pas à la faveur d’une dépolitisation du corps électoral, d’une abstention massive (j’ai pas d’information sur les blancs et les nuls, qui sont au moins décomptés, non?) que cette confirmation du poids électoral du FN s’inscrit dans le long terme (Dreux, c’était 1983, bientôt… trente ans (les Trente comment…?)). Donc l’analyser aussi comme une demande de politique…Cela arrache la gueule, cela oblige à mettre la tête où on répugnerait à mettre le pieds, mais c’est aussi à mon sens une nécessité pour comprendre la mutation du vote FN et commencer à se préparer à sa volonté prochaine d’exercer le pouvoir, ce que Le Pen père n’aurait voulu pour rien au monde. A ce compte-là, c’est aussi une des facettes de la crise que nous connaissons, et qui n’est qu’en apparence financière, ou en apparence économique.

        2. Tu décantes, tu décantes, Moi; t’arrives en fond de cuve là. On va pouvoir “tirer au clair”. Toi tu resteras au fond, pis on t’enverra au container, avec les lies. Pas celles pour la distillation, non non, celles là y faut qu’elles soient au moins “franches loyales et marchandes”. Non, toi c’est direction déchets industriels.

      3. Oui respectueux des idées de merde. Pour le reste à chier. De qui vous parlez paul ?

        PS : @ Moi, tu déconnes mec, je viens d’ailleurs de te le dire dans un autre commentaire. Je ne suis plus étonné là.

        1. @Dr Georges Clownet: les idées de merde sont toujours les idées des autres, c’est comme la connerie c’est toujours les autres qui en sont coupables. Mais admettons, des idées de merde restent quand même des idées, non? Il faut les interdire? Vous prônez la liberté d’expression pour les idées que vous jugez recevables et pas pour les autres?
          Dans un débat, y’a des règles: on n’insulte pas les personnes et on évite de dire “tu dis des conneries” ou “tes idées sont de la merde”. Question de politesse et c’est ça que je juge censurable. Le reste, c’est le premier amendement de la constitution US. Tout n’est pas à jeter chez les ricains.

          1. Moi
            Mais ce ne sont pas des idées justement, tout au plus des références qui à cause du mode d’expression choisi n’ont pour seul but que de provoquer, toute la distance devant permettre la réflexion étant abolie. C’est le niveau zéro de l’argumentation. Une idée ce n’est pas seulement une référence. Pour m’en tenir qu’à Hegel une idée c’est un rapport de soi à soi, qui déploie une compréhension du monde. Dans le style vociférant il s’agit seulement de stimuler les circuits mémoriels dont on sait par avance qu’ils vont faire mal. C’est le retour du même. L’autre n’existe pas.

            C’est un style de prose qui dénote seulement de la haine. C’est de l’ordre de la vocifération, de la plainte, pleine de ressentiment. Cela soulage sans doute l’intéressé, mais est-ce l’objet d’un blog comme celui-ci que de faire fonction de défouloir ? Il est vrai, tous autant que nous sommes sommes, pouvons à l’occasion être tenté de verser notre bile, la colère ou l’indignation pouvant plus être contenus sur tel ou tel sujet. Mais ce n’est pas une raison d’accepter l’expression irrespectueuse ou injurieuse comme un mode de communication systématique. Comme vous le dites bien vous-même c’est une question de politesse, politesse sans laquelle il ne peut y avoir de débat constructif.
            Sur les idées elles-mêmes je ne suis pas personnellement pour la censure, les idées auxquelles on croit doivent pouvoir se défendre d’elles-mêmes par la force de leur vérité.
            Ceci dit, nous sommes sur un blog, il y a donc forcément un certain parti pris quant à l’orientation philosophique, politique au sens noble du terme. Il y a des choses sur lesquelles il n’est donc pas possible de transiger. Je vois mal par exemple comment l’on pourrait accepter que des idées d’extrême droite puissent occuper une place prépondérante sur le blog au détriment des idées progressistes. Le blog perdrait toute signification.

            De même, difficile par exemple de laisser libre cours au trolls qui se foutent de l’éthique du dialogue, et ne se gênent pas pour saboter tout débat constructif, tout ce qui n’est pas eux ne valant rien à leurs yeux.

      4. Je vote puisque c’est à la mode. Vous êtes sûrement trop susceptible ou paranoïaque ( c’est aussi à la mode ) car le commentaire crache sur tout le monde sans vous nommer. Présomption d’innocence envers la patte du loup sous la porte, oblige.

      5. J’ai été censurée pour bien moins que ça :-))) Il y a des mots tabou sur ce blog, comme H…p qui n’est pas un “vilain” mot 😉 Mais quelque chose de bien réel sur cette planète.

        Ou encore un trait d’humour que je suis la seule à comprendre.

        La différence, c’est que je supporte très bien d’être censurée parfois.

        Un tenancier de blog a le droit de censurer ou pas. C’est son domaine. Sa maison.

        Ceci dit, il y a des privilégiés qui peuvent agresser tout le monde sans aucune censure. Allez comprendre ce qui motive la censure ou pas.

      6. Et ce n’est qu’un extrait ! Il doit s’agir du passage où notre commentateur s’est efforcé d’être “respectueux”. Je n’ose imaginer le reste. Merci Paul, de ne pas nous avoir infligé tout le commentaire. Par respect, pour le coup.

      7. “Vous prônez la liberté d’expression pour les idées que vous jugez recevables et pas pour les autres? Dans un débat, y’a des règles: […]” (Moi)

        C’est pas des idées mais des sentiments. Je n’y vois la moindre trace de débat, seulement l’expression d’une haine qui n’est pas expliquée. Un flot d’injures dirigées contre les étoiles, le soleil ou la lune me ferait exactement le même effet.

        Le bruit et la fureur sont l’inverse de la liberté d’expression.

      8. @vigneron: “Non, toi c’est direction déchets industriels.”

        Quand on accepte ça sur un blog, franchement je vois pas ce qu’on pourrait ensuite amener comme justification pour censurer quelque chose au niveau de la forme.

        @Pierre-Yves D.: “Pour m’en tenir qu’à Hegel une idée c’est un rapport de soi à soi, qui déploie une compréhension du monde. ”

        Y’avait de la provoc, du ton pamphlétaire dans le commentaire de Joel, on est d’accord. Mais je ne pense pas que cela soit une justification valable pour la censure. D’ailleurs, soyons franc, ce n’est pas le ton qui a gêné Paul, vu que certains ici peuvent se permettre un ton beaucoup plus virulent, c’est ce qui était le sujet de la raillerie. Autrement dit, c’est un choix partial, né du bord idéologique auquel on appartient. On peut être extrêmement irrespectueux vis-à-vis de certaines idées, pas envers d’autres. C’est le libre choix du tenancier, il est chez lui et il peut mettre à la porte un gusse qui défend une position qu’il désapprouve. Mais ça reste un choix idéologique, pas un jugement sur le respect des formes.
        En résumé, soit on dit qu’on censure sur base de critères formels et je dénonce qu’il y a clairement du “deux poids, deux mesures”, soit on censure sur base de la ligne idéologique et on sait à quoi s’en tenir sur la liberté d’opinion ici. Ni l’un ni l’autre ne me semblent gênants à condition que cela soit clairement énoncé et qu’on s’y tienne pour rester cohérents.

      9. C’est surtout très mal écrit. N’est pas Muray qui veut.
        “Le paradoxe n’est pas de mise aux enterrements, ni du reste aux mariages ou aux naissances.
        Les événements sinistres -ou grotesques- exigent le lieu commun, le terrible, comme le pénible, ne s’accommodent que du cliché.” Cioran

      10. Moi, je pense pouvoir me targuer d’être un des plus censurés ici – demande à Julien. Pour des motifs le plus souvent admissibles, parfois discutables et je l’ai dit. Mais si tu vois pas en quoi la censure du post de ce pauvre type, qui a peu à voir avec sa forme ordurière mais beaucoup plus avec le fond qui en déborde de toutes parts, est absolument incontestable, oui je te je redis et cette fois sans rire : t’es vraiment ce dont tu as l’air.
        Ps : La liste de noms est tout sauf anodine et Ô combien révélatrice. Dis moi donc sinon ce que viendrait bien foutre l’intrus Finkie parmi ces soi-disant représentants de l’Anti-France, ces cracheurs au drapeau, ces ennemis déclarés de notre prétendu défenseur de la nation ?
        Ps2 : je vois ci-dessous que tu t’es fait un nouvel ami. Félicitations.

        1. Oui, je confirme que Vigneron est un des commentateurs les plus censurés et qu’il nous pose très souvent un vrai cas de conscience. D’ailleurs son message ci-dessus a de nouveau été expurgé.

          Quant aux lou ravi, je rappelle que oui, le blog a bien une ligne éditoriale.

      11. Je suis aussi très souvent passé au sécateur ! Pas plus tard que tout à l’heure avec ma belle réponse à Moi, alors que j’ai “été très respectueux”. Dire que j’ai décalé mon arrivée à table pour finir cette bafouille et qu’elle part à la poubelle. Et je suis assez con encore pour participer. Je suis un con ! Mais j’ai les idées propres ! 😀

      12. Non, ce commentaire n’est pas respectueux.

        Il est beaucoup de chose mais pas respectueux. C’est tout.

        Le respect permet l’échange, même vif.
        Ici, il n’y a pas de volonté apparente d’échange.

      13. @Moi

        Défendre des idées ce n’est pas stigmatiser des personnes, ce n’est pas pointer à la vindicte populaire tel ou tel groupe. La profonde crise identitaire que vivent certains et dont le score de Marine Le Pen n’est que le cuisant reflet ne donne pas le droit, sous prétexte de liberté d’expression, de défendre l’expression pure et simple de la haine. Vous filez vraiment un très mauvais coton ces temps-ci !

      14. Ben j’espère que la modo ne se fade pas trop de billets de la sorte. déjà que rester derrière un ordi c’est pas toujours joice alors si c’est pour lire des trucs pareils.

      15. Avec une boîte à rythme derrière, ça peut faire un Rap; ça a l’air d’être suffisamment cadencé, avec peut-être un peu plus de ponctuation.

    2. @ Joel

      Moi, je suis d’accord avec vous Joel…

      Par contre, vous n’avez pas cité Nietzsche correctement… l’exactement citation commençait ainsi…

      “La conscience… des lesbiano-féministe hystérique ou de sans papier pleurnichard, etc. …”

  41. Moi je n’aurai pas de soupir de soulagement si Hollande est élu.

    J’aurai un soupir de : “ils se trompent tous les 5 ans” et cette fois ils ont fait en sorte de n’avoir même pas le choix de ne pas se tromper.

  42. dissy
    23 avril 2012 à 18:07

    La fête du ‘vrai’ travail?Keseko??Il ferait mieux d’organiser le meeting du chômage qu’il a provoqué.

    >>

    lien : http://de.wikipedia.org/wiki/NSDAP
    Die NSDAP ging aus der Deutschen Arbeiterpartei (DAP) durch deren
    Umbenennung am 24. Februar 1920 hervor.

  43. Les votations (la démocratie), nouvel exutoire populaire. Une transposition des jeux du cirque romains. La différence c’est l’écran 3D qui remplace le tout-puissant dans la loge. L’illusion est parfaite, elle procure juste le temps qu’il faut pour figer le confort de ma génération. Les enfants trouveront d’autres jeux.

  44. Petit pot-pourri discours. Sarkozy 23.04.12. (à l’arrache, pris en court…) :

    «J’étais seul contre neuf avec 10% de temps de parole !…
    Il n’y a pas de mauvais vote…
    Les français nous ont dit :
    nous ne voulons plus du monde qui se fabrique depuis trente ans !…
    Ils nois ont dit :
    Nous ne voulons pas changer notre mode de vie !
    Nous ne voulons plus d’une Europe qui ne nous protège pas, d’une Europe passoire !…
    Je suis pour le talent, le succés mais y’a des gens qui se comportent avec une arrogance !…
    La question de la Nation et des frontières doit être au centre du débat politique !…
    (La Nation ! La Nation ! La Nation !) La Nation ! Nos Villages ! Nos Cathédrales !… L’Europe ouverte à tous les vents c’est fini !…
    Nous avons trop cédé pendant des décennies à la technocratie, à la diplomatie…
    Je veux m’adresser à ceux dont on méprise la douleur…
    Je veux dire les problèmes…Immigration…. immigration…. immigration… communautarisme… burka… désindustrialisation… les problèmes des artisans commerçants agriculteurs… l’assistanat qui rapporte plus que le travail…. les travailleurs, les retraités… les sans-voix… les ruraux… les sans-grade…
    Il n’y a de richesse que d’hommes… dans une entreprise on doit respecter ceux qui travaillent.
    Je veux parler à la famille surendettée… je veux la faillite civile pour elles, comme pour les banques….
    Solidarité nationale oui, assistanat national non !.
    .
    Je vais protéger le petit agriculteur contre le spéculateur à l’autre bout du monde…
    Je veux protéger la femme qui a peur de sortir de chez elle dans un quartier, de prendre le métro…
    Souffrance souffrance souffrance des gens…
    Je dis à mon adversaire : Comment sortir de la Crise si on nie la Crise ?…
    Je ne veux pas de cette gauche qui voulait présenter un monsieur Strauss Kahn…
    On doit pas dire que la pauvreté explique d’être un voyou….Chez les pauvres on éduque souvent ses enfants mieux que chez les riches. Parce que chez les pauvres on a des principes, on a parfois que ça….
    C’est parce qu’on a pas le vote populaire qu’on drague le vote communautaire. Là voilà la vérité !…
    Le Vrai Travail c’est celui qui a construit toute sa vie sans rien demander à personne.
    Le vrai travail c’est celui qui se dit : ma souffrance j’ai trop de fierté pour l’étaler devant tout le monde…
    Peuple de France vous êtes ininfluençables…
    J’ai entendu votre message !»

    Voilà, “la France” elle pèse 6,5 millions de voix.

    1. Sarkozy ferait mieux d’appeler directement à la guerre civile. Ce serait plus pratique pour lui pendant qu’il dispose encore des forces armées. Et puis y’aurait même plus besoin de second tour.

    2. Voilà, « la France » elle pèse 6,5 millions de voix.

      Bien vu, Vigneron.

      Mais je ne pense pas qu’il y arrivera, vu qu’il les a déjà enfumés en 2007. Mais peut-être que je me trompe.

    3. C’est clair qu’il dira n’importe quoi pendant 15 jours, pire que d’habitude, pour sauver sa tête…!

    4. J.-F. Khan, et d’autres, avaient prévenu en 2007 que ce personnage et son entourage politique étaient dangereux.

      1. Yep! Il y avait même eu un rapport d’un certain Eric Besson qui expliquait très précisément, avec une certaine clairvoyance, tout ce que Sarko était capable de faire .
        Et de fait, il a même été capable de l’embaucher!

    5. Ouais, vigneron, c’est du lourd, dingue et lourd, le pleurage honteusement étalé dans l’isoloir : la copie calque l’original de manière encore moins décomplexée. Je retiens cet éloge de la bête de somme : “Le Vrai Travail c’est celui qui a construit toute sa vie sans rien demander à personne.” Le silence des pantoufles…

      1. Oui, schisosophie, c’est du plomb la diarrhée qui a coulé des plumes sarkoziennes et a été régurgitée par Sa Majesté hier soir. L’éloge de la Souffrance, oui bien sûr, la colique Jducacienne convenue, ce tout petit art sulpicien sur les principes et la fierté (la “décence commune” ?…) du petit peuple idem. La Nation, les frontières adorées, l’Europe, les technocrates honnis, rien de neuf. Le mode de vie non négociable des petits français, busherie de petit Nicolas, attendu aussi.
        Plus nouveau, en tous cas dans la manière aussi explicite, je retiens cette charge incroyable, consternante et pour ainsi dire guerrière contre la Diplomatie… On fait dans son froc au Quai d’Orsay plutôt qu’à la City avec cet oiseau là.
        Obscène également et inédite aussi, au moins dans la forme directe (“C’est ça la Vérité ! “), la stigmatisation de l’adversaire politique qui, faute de soutien populaire (comprendre du “vrai peuple de France”, “des vrais travailleurs souffrants”), doit faire appel au “vote communautaire” (comprendre implicitement : au “faux peuple de France”, aux “assistés”, aux “ennemis du vrai peuple et de la France réelle”, “aux pédés”, aux “voyoux des quartiers”. “aux colorés”, aux “musulmans”, “islamistes”, “djihadistes”, etc, bref au parti de l’antifrance, au parti de l’étranger).
        Je m’explique pas la quasi indifférence ou la distance teintée de prétendue expertise communicante plus ou moins ironique ou goguenarde – voire admirative devant l’audace, la combativité, l’habileté du pyromane pour ceux de son camp – de ce que j’ai pu voir des grands médias sur ce discours mot à mot gravé dans du marbre pétainiste d’un candidat qui est encore président de la République française.
        [Quand je dis que je ne me l’explique pas, entends “je ne veux pas même me l’expliquer”.]

      2. Moi, j’appelle ça un catalyseur à lâcheté.
        S’il y a diarrhée c’est parce qu’il y a “constipation psychique”.
        J’emprunte cette excellente formule à Wilhelm Reich.

      3. Pour zygomatiser tant qu’on peut, ce portrait du roi de l’isoloir, avec le bonjour de Marcel ici : le cadrage ne laissant pas apparaître les pantoufles, ni le profil le trou du CAC (limites d’une image).

        Je ne t’expliquerai pas non plus alors les ressorts du commentateur-suiveur-spectateur expert en prose stylistique quant au coup de manivelle qui parlent com. “en mode voilà c’est clair”, c’est pas de l’Antoine Blondin pour sûr.

      4. Pour compléter (parce que c’est pas le tout d’avoir la nausée, faut guérir la cause) et en profiter pour remercier schizosophie de m’avoir débarrassé de faux bons usages 😉
        Il y avait ce matin sur LCP (pas noté l’émission si qqn peut retrouver, merci) une émission qui abordait le rôle de prétendante futur ou futur ex première dame.
        un psy parlant du rôle de Carlita disait qu’elle était passée du rôle de putain au rôle de mère (utilisant l’image Marie-Madeleine et Marie) et que cela était très important dans l’électoralisme et qu’il s’agissait de la vision manichéenne unique que l’on se faisait des femmes (enfin, un truc comme ça, je ne suis pas très doué en langage psy).

        Si ça vous dit d’ouvrir un petit sujet là-dessus, il me semble qu’on a matière à creuser (plus qu’en y mettant des E partout 😉 )

        Il me semble que si en matière de constat, effectivement, cela peut avoir un ressort tant cette vision des femmes est ancrée dans nos cultures, autant, il est urgent de lutter contre ce type de vision, non ?
        Et le gars qui présente cela comme une vérité scientifique participe à la Réaction. Non ?

    6. Ben moi… j’suis content qu’il parle de nos cathédrales… je trouve qu’on n’en parle pas assez…
      S’il évoque dans les 15 jours nos animaux de compagnie…. je vote pour lui…

  45. En guise de vitrine, c’est un miroir sans tain. Ceux qui sont du bon côté n’y voient que leur propre reflet, et s’imaginent qu’il en va ainsi de tous.

  46. La Honte,la honte mais elle n’éclabousse pas ceux qui ont voté le Pen ,mais tous ceux qui ont été artisans ou complices de la dégringolade humaine ,sociale et de la destruction de tous les acquis de la Résistance ,sous prétexte de fonder l’Europe(???!!!)et qui font semblant de s’insurger contre le recul de l’esprit de la démocratie alors qu’ils en sont les principaux fossoyeurs.

    1. @ Moi Merci de vos commentaires , malgré le hors contexte de mon post qui à l’ origine porte une argumentation plus cosécante que la majorité des contributions exposes .Si vous voulez connaitre des personnes qui possiblement certains on vote le FN mais qui sont loin des caricatures ici exposes faites un tour chez moi sur Facebook :Joël Margueritat.

      1. @Joel: “Si vous voulez connaitre des personnes qui possiblement certains on vote le FN ”

        J’en connais déjà. Et d’autres qui ont les mêmes idées, mais sont belges. Je sais ce qui les motive et je suis dépité de voir que la gauche n’arrive pas à répondre à leurs attentes. Ce sont les gens capables de faire la révolution anti-capitaliste (la vraie, pas celles des discours de salon) qui sont ainsi récupérés par la droite et un certain capitalisme.
        Mais tout ça va évoluer, les imposteurs de gôche seront démasqués et un jour la gauche populaire renaîtra de ses cendres.

        Je te laisse avec une citation de Marx tirée du Capital et pêchée ici« A mesure qu’il développe les pouvoirs productifs du travail et fait donc tirer plus de produits de moins de travail, le système capitaliste développe aussi les moyens de tirer plus de travail du salarié, soit en prolongeant sa journée, soit en rendant son labeur plus intense, ou encore d’augmenter en apparence le nombre des travailleurs employés en remplaçant une force supérieure et plus chère par plusieurs forces inférieures et à bon marché, l’homme par la femme, l’adulte par l’adolescent et l’enfant,un Yankee par trois Chinois. Voilà autant de méthodes pour diminuer la demande de travail et en rendre l’offre surabondante, en un mot, pour fabriquer des surnuméraires… »

      2. Moi,

        (…) un Yankee par trois Chinois. Voilà autant de méthodes pour diminuer la demande de travail et en rendre l’offre surabondante, en un mot, pour fabriquer des surnuméraires…

        Oh que c’est beau ! Oh l’implacable raisonnement sans mauvaises résonnances aucunes ! Ô Marx ! Ô Jésusmariejoseph ! Ô Vérité Totale Matérialisée !
        … que c’est commode de citer du Marx, hein ? C’est plus classe que les (moins vieux) discours ou textes anti-immigrés d’un Marchais, simple exemple de la ribambelle de pseudo-marxistes ou authentiques xénophobes simplificateurs de la même veine.

      3. @Moi

        Désormais, il est cetain que “Moi” n’a rien à voir avec le “I” de FTP-MOI pour sortir un tel collage crétin et tout pourri d’une site qui ose écrire “Marx dénonçait l’immigration d’ouvriers…” Il constatait la concurrence de main-d’oeuvre qu’organise le capital, le moins disant forgeant la plus-value, (l’adjectif en lieu et place de cette parenthèse, adressé à “Moi”, n’est pas écrit pour que le message passe la modo).

    2. “Or le niveau de formation des habitants de Sceaux, qui sont pour beaucoup des cadres, des cadres supérieurs, des universitaires, leur donne une culture économique et politique élevée, ils réfléchissent, optent pour la droite modérée. Voter Front national, c’est tout de même faire preuve d’une immaturité politique hallucinante ! ».
      J’ai cité l’article que vous avez mis en ligne “moi”
      Ces français là ne réfléchissent pas plus que “les immatures du FN”.
      Ils sont les plus apte à tirer les ficelles de cette société et ont été formé à gagner de l’argent. On parle plus haut de culture économique et politique. C’est loin de la culture du coeur, l’ouverture d’esprit….. ils votent pour défendre leurs acquis. Ils n’ont pas besoin d’un vote protestataire, pourquoi protesteraient-ils ? Ils ont été formaté pour bien vivre du système et donc, à le soutenir.
      L’intelligence ne se mesure pas à son diplôme ou à son statut sociale.
      Je ne juge pas, je perçois bien que l’individu vote en fonction de lui, pas de l’autre.
      Chacun protège SA façon de vivre et donc de voir les choses…..
      Il n’y a qu’à voir ici, haut lieu intelectuel (enfin c’est mon opinion), comment on injure l’autre parce qu’il pense autrement.
      Tant qu’on voudra “éduquer” son “abruti de voisin qui pense autrement”, on restera dans l’ombre.
      Enfin bref, cet article est bien amusant.

      1. @ Tous ou presque :
        L’infantilisation du citoyen devient simple électeur et consommateur vous doit certainement beaucoup.
        « Il faut être suffisamment intelligent pour bien faire l’imbécile. Faut-il être bien imbécile pour faire l’intelligent suffisant ? »
        Les théorisations des un , les certitudes des autres me font doucement rire , je viens de votre future , je l’ ai déjà combattu .
        “Ces français là ne réfléchissent pas plus que « les immatures du FN ».”
        Quel maturité politique avez vous pour juger ,quel combat avez vous mené ,dans quelle clandestinité avez vous risque votre vie pour vous targuer de maturité politique?
        Le terrain de combat n’ est pas toujours le café a la mode ni le blog de monsieur Jorion.
        Bonne nuit a tous , cet ouvrier(principe de réalité) doit se lever très tôt .

      2. Les “immatures du FN”, ce n’est pas de moi, mais de l’auteur de l’article : “Voter Front national, c’est tout de même faire preuve d’une immaturité politique hallucinante ! ».
        ….et c’est justement ce qui m’a fait réagir car on considère toujours l’autre comme immature, débile ou autre….et l’autre vous considère de la même façon…..et ça fait quelque millénaires que nous nous entretuons à cause de cela.
        Et votre réaction va bien dans ce sens : vous ne m’avez pas lu, pas compris et me voilà devenue une adepte des cafés à la mode, moi qui vis en pleine forêt, lol.

      3. @ VALERIE Mon manque de finesse littéraire vous enduis certainement en erreur , je m’ adresse à l’ ensemble des commentateurs , ainsi que au rédacteur de l’ article , pas a vous en particulier .

        Par contre ceci , oui , je vous le dédie :

        Esa Batalla

        “Cómo compaginar
        la aniquiladora
        idea de la muerte
        con ese incontenible
        afán de vida?
        Cómo acoplar el horror
        ante la nada que vendrá?
        con la invasora alegría
        del amor provisional
        y verdadero?
        Cómo desactivar la lápida
        con el sembradío?
        la guadaña
        con el clavel?
        Será que el hombre es eso?
        Esa batalla?”

        Mario Benedetti

  47. Mai 2007 Sarkozie acte 1 scène 2: le salaire du Président est doublé.
    La cause était entendue.

    7 mai 2012: aucune perspective. L’euro nous plombe.
    Lente dégringolade.
    Sauve qui peut.

  48. @ Klaki
    23 avril 2012 à 16:35

    Oui c’est bien beau de crier à l’Europe non démocratique et de vouloir donner plus de pouvoir au Parlement Européen, histoire de sauver The Beautiful Project des vilaines griffes rétrogrado-nationalistes, mais si c’est pour obtenir ça :

    Le 19 avril 2012, en séance plénière, le Parlement européen a adopté par 409 voix contre 226 le très controversé Accord entre les États-Unis d’Amérique et l’Union européenne sur l’utilisation des données des dossiers passagers (données PNR) et leur transfert au Ministère américain de la sécurité intérieure.

    http://www.europaforum.public.lu/fr/actualites/2012/04/pe-accordpnr/index.html

    Alors, que ce Parlement ait plus qu’un pouvoir de ratification, qu’est-ce que cela change, quand on sait que le vrai patron est à Washington ?

    Parce que finalement le vrai problème c’est celui-ci :

    L’eurodéputé libéral, Charles Goerens, ajoute à cette liste de griefs le non respect du principe de réciprocité, qui, s’il était observé, contraindrait les Etats-Unis à livrer aux autorités européennes le même type d’informations que celles qu’ils reçoivent.

    ( “griefs” renvoie aux arguments des opposants du texte )

    J’ai lu il y a quelque temps sur ce blog un commentaire que le vrai clivage actuel n’était plus un clivage droite-gauche, mais un clivage homme-machine. Peut-être philosophiquement intéressant mais je reste pour ma part persuadé que le clivage est aujourd’hui géopolitique, et le choix pour “l’Europe” de son indépendance et de ses alliances. C’est plutôt mal parti. Mais comme disait le grand Vigneron, si je ne me trompe, rien ne se fera sans les US et certainement rien contre eux.
    So be it.

  49. Je voudrais rajouter à mon commentaire de 22h26 que la sécurité c’est du bon business :

    48 millions de passagers transatlantiques chaque année, bon coupons la poire en deux et disons 24 millions d’européens, ça fait toujours 24 millions x 14 dollars de frais de remplissage de la fiche ESTA ( https://esta.cbp.dhs.gov/esta/ ), obligatoire pour entrer aux US, donc 336 millions de dollars soit grosso modo 270 millions d’euros dans la poche du Homeland Security Dpt, et payables uniquement par carte de crédit s’il vous plait, comme ça on récolte encore votre historique de transactions courtesy of yourself 😉

  50. Vous pleurez sur le FN à près de 20 %. En Suisse, son pendant est à 26 – 27 %. En Autriche, c’est encore plus fort. La Lega est très haute en Italie (Je ne sais pas à quel niveau). En Hollande, le gouvernement vient de sauter car ses populistes l’ont lâché.

    Je suis d’accord avec l’idée “La Colère emprunte les voies qu’elle peut trouver”. Elle est européenne.

  51. Mélenchon s’est trompé de cible. Il a attaqué le symptôme et pas la cause.

    Pourquoi les gens sont malheureux, ce n’est pas à cause du FN mais à cause de ceux qui dirigent le système. Le FN s’attaque entre autres et à juste titre au système représenté par l’Europe. Les gens l’on compris en oubliant les solutions proposées par le FN qui ne les intéressent pas. Les nouveaux électeurs ont bien entendu ce message. Le Front de Gauche a brouillé le tableau en associant le FN à sa juste vindicte anticapitaliste.
    Alors si le FN s’attaque aux immigrés, il est tout à fait condamnable mais cela reste un ennemi secondaire par rapport aux tenants du système. La haine anti immigrés n’est pas ce qui attire le plus les électeurs FN. Dans beaucoup d’endroits où il y a le plus d’immigrés, on vote le moins pour le FN (Exemple: Paris et la Seine Saint-Denis). Le vote anti immigrés est pour beaucoup le vote contre un fantasme, un bouc émissaire. Il faut laisser cela à Sarkozy qui court derrière avec sa posture anti immigrés.
    Finalement, il est possible d’envisager que Mélenchon a fait trop de publicité pour le FN, ce dont le FN a profité. Dont coût 5 à 10%.
    Le FN est maintenant un problème pour le PS. S’il ne s’arrange pas pour avoir des candidats communs avec le Front de Gauche pour les législatives, il risque de ne pas avoir de majorité à l’Assemblée nationale, ni PS ni de Gauche à cause des triangulaires FN, UMP et PS qui ne lui seront pas nécessairement favorables. Alors là, le PS sera très mal avec une cohabitation.

  52. deux constats .
    -Pour les intellos et autres nantis de l’assiette ou de la culture , ….il y a bifurcation entre la croyance entre le modèle globalisateur , centraliste , mondialisation …(gouvernances mondiales si on euphémise) …..et le modèle parcellisé stigmatisé comme protectionniste (on peut aussi retourner le stigmate en proteger l’individu plutot que l”économie …et les économistes ).
    Il n’est pas de bon ton de sortir du clivage droite/gauche …….mais c’est une réalité que le concept globalisation versus morcellisation recoupe ces lignes .
    En argumentaire on /je pourrais soutenir que la dynamique globalisatrice initiée par l’exploitation (éhontée) des pays sous développés , puis poursuivie par l’abondance énergétique ne pourra ni physiquement ni mathématiquement etre poursuivie , et que l’humanisme s’il perdure impliquera de revenir a une parcellisation du système .
    -Pour ceux qui ne voient pas plus loin que leur assiette , et que cette perspective rend peut etre plus clair-voyant qu’on ne le croit , …..qd elle est vide l’assiette, ils veulent des solutions immédiates …..et pas pour apres demain . d’ou les réactions du vote .
    Il me semble qu’il faille inverser la dynamique …mais les points d’inflexion sont des moments sociétalement tres dangereux. Du fait de l’absence d’ inertie provisoire .(du moins en physique)

    1. @ Kercoz
      “les points d’inflexion”
      Ce sont des points de génuflexion que l’on nous propose (je ne peux pas m’empêcher…).

      1. @Basic :
        ….marrant ! …..Pourtant la notion de point d’inflexion en terme de similitude de dynamique sociétale et de dynamique mécanique est des plus interessante :
        Un point d’ inflexion en géométrie , (de mémoire) , c’est qd on annule la dérivée seconde …c’est un point ou il n’ y a donc plus ni vitesse , ni accélération ……C’est donc un moment ou une force des plus faible et habituellement in-signifiante , peut devenir prépondérante sur l’évolution future du signal …

      2. “@ Kercoz
        “c’est un point ou il n’ y a donc plus ni vitesse , ni accélération”

        Non. En math un point d’inflexion est un point où la dérivée seconde (ou, en géométrie différentielle la courbure) s’annule. La dérivée première peut être non nulle.

        C’est, en très gros, la nullité de la dérivée de l’ordre le plus petit qui classifie les points de la fonction. Par exemple:
        dérivée non nulle=point ordinaire,
        dérivée nulle et dérivée seconde non nulle= extrémum (en une variable, en plusieurs c’est plus compliqué, il y a les points col),
        etc.

        “C’est donc un moment ou une force des plus faible et habituellement in-signifiante , peut devenir prépondérante sur l’évolution future du signal …”

        C’est René Thom qui a donné une classification “signifiante”, c’est à dire topologique (en maths la topologie est à la géométrie ce qu’en psychologie le signifié est au signifiant), à savoir la liste des 7 premières “vraies” catastrophes dites élémentaires (l’extrémum ci-dessus étant trop élémentaire pour être considéré). La singularité se déploie, déploiement universel. Puissance et acte au sens d’Aristote. Vous venez de découvrir René Thom. Félicitations 🙂
        La singularité “extremum simple” est son propre déploiement universel: si vous la plantez dans votre jardin elle ne va pas germer/se déployer. Thom associe à chaque catastrophe des verbes et des substantifs. A l’extremum simple il associe le verbe “être”. La catastrophe dont vous parlez est le pli, la première catastrophe considérée par Thom. Les choses sérieuses commencent avec la suivante, la fronce, à la base selon lui, de l’embryologie animale.

      3. @ Tigue

        1) Si l’accélération est constamment nulle, oui.
        2) Si l’accélération est seulement instantanément nulle, non.
        Contre-exemple dans le cas 2): f(t)=t*t*t, f'(t)=3*t*t, f”(t)=6*t. La dérivée seconde ne s’annule qu’à l’instant t=0, la dérivée première aussi. Mais cette dérivée première n’est pas constante dans le temps (son graphe est une parabole, pas une droite horizontale).

      4. @ Kercoz
        J’essaye d’aplatir l’essai sur Thom avant que vous ne changiez d’avis. 🙂
        Ci-dessous l’épilogue de Stabilité structurelle et morphogénèse de Thom, dernière édition 1984.

        “Je voudrais avoir convaincu mon lecteur qu’il n’est pratiquement pas un domaine de la pensée humaine où l’usage de modèles géométriques ne puisse être de quelque utilité. Les mathématiciens déploreront sans doute l’abandon des modèles quantitatifs familiers si précis, en faveur de modèles qualitatifs de Topologie fonctionnelle nécessairement plus flous. qu’ils se rassurent, les modèles quantitatifs ont encore de beaux jours devant eux. Mais on l’a vu, ils ne présentent d’efficacité que pour les systèmes présentant un petit nombre de paramètres. Les méthodes qualitatives ici préconisées, qui font appel aux notions de champ morphogénétique, de chréode, associées aux singularités d’un ensemble de bifurcation d’un espace fonctionnel de dimension infinie, échappent à cette difficulté. Mais elles ne permettent en principe, qu’une classification locale des singularités de la Morphogénèse. Le problème de l’intégration des modèles locaux en une structure globale stable (qui serait l’objet d’une Topologie dynamique), bien qu’ébauché dans le cas des êtres vivants, demeure largement ouvert.
        Un outil essentiel nous manque encore en effet; une description mathématique un peu précise des processus catastrophiques, de la disparition d’un attracteur d’un système différentiel et son remplacement par de nouveaux attracteurs. Ce problème n’a pas qu’une importance théorique; si les physiciens veulent un jour obtenir quelque information sur des processus d’une extrême petitesse, ils devront faire appel à l’interaction de processus d’un énorme pouvoir d’amplification, et néanmoins suffisamment contrôlés. De tels processus, qui exigent une très grande variation des effets pour une perturbation infinitésimale des conditions initiales, sont typiquement des catastrophes.”

      5. @ à Basic Rabbit

        Et une fois qu on a localisé l attracteur, on en fait quoi ?
        C est une sorte de pylône (ou puits) Indeboulonable .
        Peut on faire des discours démagogiques visant à en faire une variable facilement modifiable quand c est une donnée constitutive non seulement du terrain, mais aussi constitutive de l’ observateur (cette “donnée” est autre chose qu une variable independante de lui).
        La carte des attracteurs n est elle pas le reflet de nos propres projections conceptuelles sur le reel ?

      6. @Tigue :
        Les eres glaciaires et inter glaciaires , sont deux attracteurs …
        A posteriori on peut définir leurs caracteristiques :
        -des fourchettes de temperature tres précises…
        -des durées de périodes avec certaines caracteristiques : ( les inter glaciaires sont beaucoup plus courtes ce qui peut indiquer que les inter sont moins stables par ex ..
        -des “pentes” qui doivent avoir certaines caracteristique indiquées par les modifs de temperature et climat mémorisées .
        L’attracteur doit etre considéré comme une somme de solutions du système qui est confinée ds un tableau du style absice -ordonnée ..ou a 3 dimensions ..

  53. @Basic :
    ///// Un outil essentiel nous manque encore en effet; une description mathématique un peu précise des processus catastrophiques, de la disparition d’un attracteur d’un système différentiel et son remplacement par de nouveaux attracteurs. Ce problème n’a pas qu’une importance théorique; ////

    Je suis tombé sur des liens qui montrent la continuité entre Thom et les découvertes ulterieures sur le Chaos . …1984 est la pleine periode ou ces découvertes se faisaient et auraient du aider Thom ds ses démarches … (Ruelle, Ekeland ) …. Il a mis en évidence la notion d’attracteur , mais ne disposait pas des enormes possibilité des ordis pour achever sa démarche .
    Il a me sembkle t il raison en affirmant que le qualitatif suffit a determiner le concept …
    qd il dit :
    ///////Mais on l’a vu, ils ne présentent d’efficacité que pour les systèmes présentant un petit nombre de paramètres. /////////
    il me semble qu’il se trompe …..il se peut (purement intuitif) qu’un petit nombre de variables “dominants” suffisent a localise un attracteurs .
    Intuitivement aussi , on peut conjecturer qu’en multipliant les variables (ex de boucles trophiques nombreuses ds une pedogenèse ) , on précise peut etre mieux la localisation de l’attracteur (au pif 10% , mais c’est négligeable) , mais on renforce la stabilité du système donc de l’attracteur …et que cette caracteristique (stabilité) peut etre visualisée comme une attraction plus forte , donc une pente plus forte des bods(limites ) de l’attracteur .
    Pour pas mal de domaines , le lieu de l’attracteur serait DEJA une donnée de conjecture miraculeuse (économie ou énergie sur economie) . Le fait de renforcer la stabilité en multipliant les boucles et non en les réduisant est aussi un renseignement majeur

    1. @ Kercoz
      Thom était voisin de Ruelle à l’IHES et c’est lui qui est à l’origine de la théorie de la turbulence faible de Ruelle et Takens.
      I. Ekeland est pionnier de l’utilisation de la théorie des catastrophes en mécanique lagrangienne et hamiltonienne (en dimension 1). Un résultat beaucoup plus intéressant (en dimension 2) est dû à Y. Kergosien.

      “il me semble qu’il se trompe …..il se peut (purement intuitif) qu’un petit nombre de variables « dominantes » suffisent à localiser un attracteur.”

      Relisez bien ce qu’écrit Thom. C’est exactement ce que vous dites (chapeau pour votre intuition!). Et c’est tout l’intérêt de la théorie du déploiement universel faite par Thom. Thom écrit que les scientifiques standard avec des méthodes standard sont perdus dès qu’il y a trop de paramètres (par exemple, l’ajout est de moi, la prévision climatique…).

    2. @ Tigue
      “Et une fois qu on a localisé l attracteur, on en fait quoi ?
      C est une sorte de pylône (ou puits) Indeboulonable ”

      L’attracteur peut être effectivement vu comme un puits, un fond de vallée dans un paysage montagneux. Dans ce cas l’eau ruisselle (ou une bille dévale la pente) jusqu’à un puits (il peut y en avoir plusieurs). C’est un modèle statique (le paysage montagneux est fixé). Dans ce cas les puits sont fixés, indéboulonnables.
      Mais on peut imaginer (et je pense que certains jeux vidéo le font) qu’on peut en même temps que la bille (variable interne) faire évoluer la forme de la montagne en faisant varier des paramètres externes, de contrôle, en agissant sur la console de jeu. Dans ce cas on a affaire à des modèles métaboliques, beaucoup plus intéressants en morphogénèse. De nouvelles vallées, de nouveaux sommets, de nouveaux cols s’actualisent dans ce cas alors que les anciens redisparaissent, tapis dans l’ombre, en puissance, prêts à réapparaître. L’exemple le plus simple qui me vient à l’esprit est celui d’une bille dans un bol. Par un mouvement périodique approprié de la main la bille tourne autour de l’attracteur sans être attirée par lui. On imagine aisément que ce rôle peut être joué, en morphogénèse biologique, par la périodicité des jours et des nuits.

      “Peut on faire des discours démagogiques visant à en faire une variable facilement modifiable quand c’est une donnée constitutive non seulement du terrain, mais aussi constitutive de l’ observateur (cette « donnée » est autre chose qu’une variable independante de lui).”

      Je crois que ce qui précède répond partiellement à votre question. Vous soulevez de plus un problème important, celui où une variable externe s’internalise, cad celui où l’observateur rentre dans la danse.

      “La carte des attracteurs n est elle pas le reflet de nos propres projections conceptuelles sur le réel ?”
      Je crois que cette manière géométrique de voir les choses, de géométrisation, de spatialisation de la pensée a l’avantage de clarifier ses propres idées. Il s’agit alors plutôt ama de relèvements que de projections. Ce n’est plus Descartes (je pense puis je projette ma pensée sur le monde sensible), mais l’inverse (je suis dans la caverne de Platon et j’essaye de “relever” cad d’interpréter les ombres que je vois).

      PS: démagogique?

Les commentaires sont fermés.