L'actualité de la crise : N'OUVREZ PAS LES PARAPLUIES À L'INTÉRIEUR !, par François Leclerc

Billet invité.

La machine à communiquer du FMI a fonctionné, une nouvelle expression est née pour succéder au bazooka et au pare-feu déjà utilisés. Christine Lagarde vient de se féliciter – utilisant la forme pronominale chérie des politiciens qui préfèrent se servir eux-mêmes – du parapluie qui vient d’être ouvert. Dans les couloirs de la réunion de Washington, on ne dédaignait pas non plus reprendre le classique «boîte à outil“.

430 milliards de dollars ont été arrachés de haute lutte aux contributeurs, aussitôt additionnées aux 382 milliards dont le FMI disposait déjà, ainsi qu’aux 1.000 milliards tirés par les cheveux du pare-feu européen. Ouaouh ! « Cela permet au FMI d’être préparé à tous les défis du monde », s’est exclamé Wolfgang Schäuble, le ministre allemand. Mais, jouant les rabat-joie, le président Mario Draghi a préféré expliquer que « la réduction des déficits et les réformes structurelles doivent être mises en place. Si ça n’est pas en place, aucun pare-feu ne sera suffisamment grand pour contrer les inévitables fluctuations des marchés ».

Le consensus qui semble s’être dégagé n’était pas à l’assouplissement des contraintes budgétaires qui pèsent sur l’Europe. George Osborne, le chancelier britannique, et son alter-ego Ed Balls du shadow cabinet, ont à eux deux résumé l’ambiance des rencontres de Washington. Le premier en s’appuyant sur le fait que le Royaume-Uni était en position de donateur et non de quémandeur, démontrant selon lui le succès de la politique d’austérité du gouvernement Cameron ; le second en exprimant l’inquiétude que le FMI puisse de facto devenir la banque centrale de la zone euro…

Le communiqué du G20 finances qui a précédé la réunion du FMI confirme qu’un autre débat a agité la réunion, en réaffirmant que la répartition des quotas et des droits de vote en son sein « devait mieux refléter les poids respectifs des membres du FMI au sein de l’économie mondiale ». Les pays émergents maintiennent non seulement leurs revendications à propos de cette répartition, mais ils ont également ajouté leur grain de sel à propos des conditions dans lesquelles le FMI pourra aider l’Europe avec ces nouveaux moyens financiers. Il y a peu de chances pour qu’elles se révèlent – si elles sont rendues publiques – plus favorables que les conditionnalités d’usage du FMI, dont les destinataires n’étaient pas jusqu’à maintenant des pays occidentaux développés. Retour à l’envoyeur.

Attendons le prochain sommet de juin des chefs d’État et de gouvernement, à Mexico, pour prendre connaissance des dessous de la réunion de Printemps du FMI. On ne connait pas les réserves qui ont été émises et acceptées, encore moins les tractations auxquelles elles ont donné lieu, l’effet d’annonce ayant été à tout prix recherché par le FMI, vivement encouragé par Wolfgang Schäuble, le ministre allemand (plus le Fonds dispose de moyens, moins il sera demandé à l’Allemagne…). La liste exacte ou le montant du prêt de la Chine n’est même pas connu !

Comment ne pas noter, également, l’absence des Etats-Unis des rangs de la vingtaine de donateurs, qui était annoncée et que Christine Lagarde a platement tenté de justifier en expliquant que « les États-Unis participent d’une manière différente (…) Ils ne peuvent pas pour le moment pour des raisons qui leur appartiennent ». Le pays freine des quatre fers, n’ayant toujours pas fixé de date pour l’indispensable ratification par le Congrès de la réforme de 2010 qui permettait une modeste montée en puissance des émergents au sein du FMI. Ce sont néanmoins sur les Européens que les tirs des Brésiliens, toujours en pointe dans cette bataille, se sont concentrés pour des raisons tactiques, car c’est le maillon le plus faible qu’il faut faire céder en obtenant qu’ils accordent plus de sièges en s’en retirant.

Cette question de fond n’ayant pas autrement avancé que sous la forme d’une vague pétition de principe inscrite dans un communiqué, il n’est pas inutile de revenir à la question posée par Mario Draghi : à quoi sert le parapluie ouvert de Christine Lagarde ? Car plus personne n’ose prétendre qu’il s’agit de montrer les dents pour ne pas avoir à mordre, exhiber sa force pour ne pas l’utiliser. Plus personne ne se hasarde également à s’interroger sur le retour au bercail – c’est à dire sur le marché – des pays bénéficiant d’un plan de sauvetage qui s’avère pour le moins problématique. Comme si les mesures exceptionnelles des États et de la BCE ne pouvaient plus être interrompues ou devaient être renouvelées, une fois engagées…

Il est expliqué que les marchés réclament l’application de la stratégie officielle de désendettement précipité des dirigeants européens, réagissant brusquement lorsque des obstacles ou des retards surviennent. A lire les analystes financiers, c’est un gigantesque contre-sens : ceux-ci expriment au contraire largement la crainte de la récession que cette politique est en train d’engendrer, qui va faire obstacle à la poursuite du désendettement. Mais il est vrai que plus les dirigeants européens s’obstinent en ce sens, plus il y a de chance que les pare-feu soient indispensables… Au moins, ne leur retirons pas le mérite de la cohérence dans la persévérance.

Faut-il s’en étonner, cette attitude rejoint celle qu’ils ont adoptée en règle générale en matière de régulation financière. Prenant leur partie des dysfonctionnements structurels et de l’inévitabilité de nouveaux accidents de parcours, ils multiplient les matelas destinés à absorber les chocs. C’est le cas lorsqu’ils préconisent d’accroître les fonds propres des établissements financiers, la même question se posant à propos des pare-feu : seront-ils jamais assez épais pour faire leur office ? C’est particulièrement le cas lorsqu’ils abordent la problématique du risque systémique, qui est au cœur de toute leur réflexion et face auquel ils avouent être démunis dans leurs moments de faiblesse, comme Ben Bernanke, le président de la Fed, s’est une fois laissé aller à le reconnaître.

96 réflexions au sujet de « L'actualité de la crise : N'OUVREZ PAS LES PARAPLUIES À L'INTÉRIEUR !, par François Leclerc »

    1. Ma grand-mère (paix à son âme !) appelait les parapluies des “Chamberlain “.Je ne l’ai jamais entendue prononcé le mot “parapluie”,mais toujours “Chamberlain” ! .Ayant vécu la glorieuse époque des “Accords de Munich” (Elle avait 32 ans…), elle se rappelait que les journalistes de l’époque avaient expliqué au bon peuple que ces fameux “accords” étaient “comme un parapluie qui allait protéger l’Europe de la guerre” .On sait ce qu’il en advint…Un peu comme le parapluie de Mémé qui ne la protègeait pas forcément efficacement de la pluie selon le sens du vent…

      1. A propos des accords de Munich , la phrase de Churchill :
        « Ils devaient choisir entre le déshonneur et la guerre. Ils ont choisi le déshonneur, et ils auront la guerre »

  1. Rappel de tous les trucs de neuneu :

    1- Les Etats de la zone euro sont endettés. Par exemple, en 2011, l’Allemagne avait une dette publique de 2088 milliards d’euros. L’Allemagne avait une dette publique de 81,2 % du PIB. Quant aux dettes publiques des cinq Etats européens périphériques, leur évolution est de pire en pire. C’est un truc de neuneu.

    2- Les neuneus de la BCE ne peuvent plus faire grand chose. Les neuneus de la BCE ont déjà surchargé le bilan de la BCE d’obligations d’Etat pourries. C’est un truc de neuneu.

    3- Les neuneus de la BCE ont prêté 1018 milliards d’euros aux banques européennes. Avec cet argent, les banques européennes ont surchargé leur bilan d’obligations d’Etat pourries. C’est un truc de neuneu.

    4- Le FESF est une invention de neuneu. Le FESF n’a pas d’argent. Le FESF emprunte des milliards d’euros sur les marchés internationaux. Avec cet argent, le FESF prête des milliards d’euros aux Etats européens surendettés. Le FESF ne fait que rajouter de la dette au-dessus de la dette déjà existante. C’est un truc de neuneu.

    5- Le MES est une invention de neuneu. Le MES n’a pas d’argent. Pour que le MES puisse sauver les Etats européens surendettés, les Etats européens surendettés devront apporter des dizaines de milliards d’euros au capital du MES. La Grèce devra apporter 19,7 milliards d’euros au capital du MES. L’Espagne devra apporter 83,3 milliards d’euros au capital du MES. L’Italie devra apporter 125,3 milliards d’euros au capital du MES. La France devra apporter 142,7 milliards d’euros au capital du MES. C’est un truc de neuneu.

    6- Pour sauver les Etats européens surendettés, le FMI a besoin de 600 milliards de dollars. Le FMI ne les a pas. Le FMI va donc demander aux Etats de lui prêter de l’argent. L’Etat le plus surendetté du monde, le Japon, va prêter 60 milliards de dollars au FMI. Le Japon ne les a pas. Le Japon va donc emprunter 60 milliards de dollars sur les marchés internationaux. Avec cet argent, le Japon va pouvoir prêter 60 milliards de dollars au FMI. Mais le Japon se sera encore plus surendetté. C’est un truc de neuneu.

    7- Pour sauver les Etats européens surendettés, les Etats européens surendettés vont prêter 150 milliards de dollars au FMI. Les Etats européens surendettés ne les ont pas. Les Etats européens surendettés vont donc emprunter 150 milliards de dollars sur les marchés internationaux. Avec cet argent, les Etats européens surendettés vont pouvoir prêter 150 milliards de dollars au FMI. Mais les Etats européens se seront encore plus surendettés. C’est un truc de neuneu.

    8- Mardi 17 avril 2012, la reine des neuneus a inventé un nouveau truc, l’EPRB. L’EPRB signifie “Entité Paneuropéenne de Recapitalisation des Banques”. L’EPRB n’a pas d’argent. C’est quoi, encore, ce nouveau truc ?

    1. Désolé c’est pas un truc de neuneu , c’est un crime contre les peuples qui pourvoiront seuls à ces dettes , pourquoi tant de sociétés écran ????????pour faire écran et laisser les dettes aux peuples.
      Révolte est la solution.
      Comme la grêce qu’ils ont sauvé.
      Ils n’ont rien sauvé du tout.
      Ils ont remplacé du papier par un autre 30 ans plus loin.
      ils ont emprunté 100 milliards pour les repréter avec intérêt à la grêce.
      A la grêce que neni , la 1° tranche de 25 milliards a été versé pour préter aux banques qui vont reprétér à l’économie grecque ??????
      Empilement d’irresponsables , monstruosité d’états , crimes contre l’humanité , pires crimes que les crimes de guerre car ils touchent toutes les populations.
      Il faut maintenant enfermer les politiques et les empécher de nuire.

      1. @ Vivanco

        Même au chômage, ils essaieront de vous prendre ce qu’il vous reste et puis ils vous mettront en asservissement.
        Allez voir le billet du 17 avril ( COMMENT REMBOURSER UNE DETTE EXORBITANTE ? – LEÇON D’HISTOIRE EN FORME D’AVERTISSEMENT) de Cédric Mas sur le délitement de l’Empire romain et l’avènement du régime du colonat, préfiguartion du servage sous le Moyen-Age.

      2. @ Tano
        Depuis un certain La Boétie a écrit: “De la servitude volontaire”. Il avait 18 ans.

    2. A la campagne (pas l’électorale hein, la vraie, la “qui pue”!) on appelle ça “Compter les œufs dans le c… de la poule !”

    3. Bonjour BA, je ne te crois pas naïf au point de croire à des trucs de neuneu
      A travers cette gouvernance européenne totalement “démocratique”, il s’agit d’une politique délibérée de déconstruction des nations européennes, par le transfert massif de la dette et des pertes privées aux Etats européens.
      Le mot d’ordre de cette politique est TINA
      François Hollande a, récemment, évoqué la participation de l’épargne française à l’effort de réduction de la dette. En Belgique, cette solution a été testée sans réduire significativement l’endettement public.
      Peut-être pense-t-il au Japon où la dette est financée à 93% par les banques, compagnies d’assurances nippones et par la banque centrale : endettement à 230%, service de la dette à 25% du PIB, en déflation depuis des années (1980) avec un phénomène de trappe à liquidités
      Et 400 économistes soutiennent son programme avec un certain Elie Cohen.
      Bonjour l’angoisse!!!

    4. EXcellent, je fais passer! les Shadocks n’auraient pas dit mieux. ça s’apparente à la contraction de la densité de la masse à l’approche d’un trou noir. Non seulement les sommes en jeux sont de plus en plus colossales, mais en plus le processus mortifère s’accélère de plus en plus, variante le serpent qui se mord la queue.

      1. “mais en plus le processus mortifère s’accélère de plus en plus, variante du serpent qui se mord la queue.”

        Je me lance dans la poésie:

        Le serpent.
        Il est immense. De sa tête énorme en forme de V sortent deux crocs affutés. L’un s’appelle Fonds Monétaire International et l’autre Banque Mondiale. Son corps est bariolé. Juste derrière le crâne une bannière étoilée. Puis des drapeaux nationaux bien alignés. En ordre décroissant de PIB. Après quelque menu fretin africain ou sud américain la bête dévore tout sur son passage, lentement, majestueusement, inexorablement. Depuis l’effondrement du mur de Berlin plus de menu fretin. La bête affamée a alors une géniale idée, celle d’elle-même se dévorer. De plus en plus vite et goulûment car les proies sont de plus en plus potelées. Ce jour du porc pour le dîner…”

    5. L’EPRB, c’est comme l’ESB : quand on fait bouffer aux états les déchets de leurs propres dettes en lieu et place de bonnes recettes bien grasses, les états deviennent fous.

  2. Bonjour,
    Merci pour cette synthèse. Si je comprends bien, le FMI est réuni avec ses principaux bailleurs de fonds pour collecter les futurs prêts qui nous seront proposés sous la contrainte comme un derniers recours pour sauver notre pays en contrepartie de mesures ultralibérales nommées “potion du FMI”.

    Y’a bon?

    Qu’allons nous lâcher comme actifs à nos futurs créanciers? On a pas de ressources naturelles comme les pays africains ou sud américains… Quelle va être la position de l’Allemagne sur cette situation?

  3. A cet instant, journal de13h de l’A2, dossier “granf format” à 13h10 : les accros du ménage. La suite des “reportages” dans la même veine.

    Rien que de l’essentiel, tout va bien, la chute continue d’accélerer normalement. Et “Attendons le prochain sommet de juin” pour confirmer la tendance.

    PS :
    1) Excusez moi je vous prie pour mon orthographe archaïque.
    2) Merci à François Leclerc pour ses “minutes nécessaires” (que je lis avec attention, malgré mes quelques commentaires intempestifs et hors sujet , comme le présent).

    1. à François 78.

      Oui, les infos infantilisent et endorment le bon peuple un peu benêt avec des sujets annexes,…

      … tout en le préparant doucement, depuis un an, à la guerre qui s’annonce.
      La guerre n’est elle pas le meilleur moyen pour sortir (ou retarder…) une crise systémique?

      Entendez vous la douce musique quotidienne?

      Ce peuple Syrien qui “se bat pour la démocratie” contre un “tyran dévoreur d’enfants”
      une fois ce pays libéré et démocratisé par nos bombes purificatrices, nous continuerons notre oeuvre civilisatrice et humaniste avec l’Iran. Autre pays gouverné par un tyran dévoreur d’enfants et qui a le mauvais goût de vendre son pétrole à des gens aussi peu recommandables que les Chinois…

      Avant d’entamer une bonne guerre froide avec ceux-ci, que l’on ne tardera pas à nous décrire comme un peuple de dévoreurs d’enfants…le nouveau péril jaune…

      de quoi nous occuper pour les décennies qui viennent.

      Entendez-vous la douce musique médiatique??

      avec derrière les jolis tambours de l’Otan…

      boum, boum,

      BOUM.

  4. Oui dame Lagarde est très douée pour trouver du pognon. Pour le FMI, pour B. Tapie…
    Je suis sur que notre cher président ne manquera pas de la féliciter entre les deux tours.
    S’il est encore là…

  5. Ben Bernanke réaliste, incroyable ! Le monde de Mickey prend vraiment l’eau. Diantre, fichtre !!!
    Boudiou ! sans rêve américain le monde n’a plus de crédit.

  6. Je suis résolument contre la peine de mort, il n’empêche que j’éprouve une furieuse envie de descendre ces canailles fanatiques et criminelles du FMI et de l’UE.

      1. Et si l’on clôturait le débat par une chanson ? (j’ai aussi une version du “ça ira” mais ce n’est peut-être pas la peine de tout servir d’un coup…).

        LA CARMAGNOLE 2012

        Madame Finance avait promis bis
        De faire plier tout le pays bis
        Mais son coup a manqué
        Nous sommes mobilisés

        Dansons la Carmagnole, vive le son, vive le son
        Dansons la Carmagnole, vive le son du canon

        Foutons dehors les exploiteurs bis
        Les sarkozystes et les fascistes bis
        A bas les parasites
        Qu’enfin la Bête meure

        Dansons la Carmagnole, vive le son, vive le son
        Dansons la Carmagnole, vive le son d’l’explosion

        La mère Lagarde le FMI bis
        Wall street aussi c’est pas joli bis
        Ils recevront leur du
        Un bon coup pied au cul

        Dansons la Carmagnole, vive le son, vive le son
        Dansons la Carmagnole, vive le son du canon

        Les patrons vont faire faillite bis
        Machines et outils sont ici bis
        On va les faire tourner
        C’est à nous, c’est gratuit

        Dansons la Carmagnole, vive le son, vive le son
        Dansons la Carmagnole, vive le son d’l’explosion

        Ce qui est produit est à tous bis
        Justice sociale autogestion bis
        On va s’le répartir
        Ya rien pour les fachos

    1. Soyons donc pret à sortir de l’Europe ultra liberale, à retrousser nos manches, à développer les solidarits locales, à partager pour créer un nouveau type de développement basé sur l’humain et non sur l’argent et le paraître. Il ne suffit pas dêtre en colère où indigné il nous faut sortir de notre égoisme rétrograde

  7. en 40 ans .

    A Bas RAdio fRance Par Terre .

    Vive la Revolution !!!!

    lien .mp3 :
    http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10084-20.04.2012-ITEMA_20361990-0.mp3

    lien .mp3 :
    http://rf.proxycast.org/m/media/296096201420.mp3?c=information&p=LE+MAGAZINE+DE+LA+REDACTION_10084&l3=20120420&l4=&media_url=http%3A%2F%2Fmedia.radiofrance-podcast.net%2Fpodcast09%2F10084-20.04.2012-ITEMA_20361990-0.mp3

    lien joueur : http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4426601

    lien audio :
    http://www.franceculture.fr/emission-le-magazine-de-la-redaction-une-vie-sans-futur-paroles-de-chomeurs-2012-04-20

    lien podcast : http://www.franceculture.fr/podcast/4294293

    flux .rss : http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_10084.xml

    Le Magazine de la rédaction

    Syndiquer le contenu Le site de l’émission

    Emission Le Magazine de la rédaction

    le vendredi de 18h15 à 19h
    Ecoutez l’émission 44 minutes
    Une vie sans futur ? Paroles de chômeurs 2

    20.04.2012 – 18:15 Ajouter à ma liste de lectureRecevoir l’émission sur
    mon mobile

    On peut dresser le décor statistique du chômage : il suffit de lire la
    publication mensuel sur les demandeurs d’emploi inscrits et sur les offres
    collectées par Pôle Emploi. En février 2012, en catégorie A et 2 :
    2.867.900 personnes en France métropolitaine. Nombre en hausse par rapport
    à fin janvier 2012, + 0,2%, soit 6200 personnes de plus. Ainsi, cela
    paraît presque simple.

    Mais il y a aussi à Pôle Emploi des demandeurs d’emploi de catégorie B et
    C dont le nombre s’établit à 1.410.700 personnes, ce n’est pas rien. En
    février, la catégorie B a augnmenté de 2,4% et la C de 0,1%. Pour tenter
    d’éclairer cela, il faut ajouter que les catégories A, B, C sont tenues de
    faire des actes positifs de recherche d’emploi mais que les B peuvent
    exercer une activité de moins de 78h quand les C travaillent plus de 78h.
    A quoi s’ajoute encore à Pôle Emploi une catégorie D, non immédiatement
    disponible et même une catégorie E, qui sont pourvues, comme dit la DARES,
    d’un emploi. En général, on néglige les D et les E dans les statistiques.

    On voit déjà que la synthèse se complique.

    Mais il y a encore plus troublant : certains clament que le quinquennat
    qui s’achève a vu un million de chômeursen plus arriver, quand d’autres
    assurent qu’ils sont à peine 400.000 de plus si on regarde cette fois le
    chômage au sens du BIT, le bureau international du travail. Et tous deux
    ont raison. C’est à n’y rien comprendre et c’est surtout ainsi que l’on
    déshumanise cette réalité sociale que vivent au quotidien des millions de
    personnes.

    “Une vie sans futur ? Paroles de chômeurs”, c’est un reportage d’Annabelle
    Grelier.

    Invité(s) :
    Didier Demazière, sociologue, chercheur au CNRS
    Bernard Friot, économiste et sociologue

    Thème(s) : Information| Economie| chômage| chômeurs| emploi| Pôle emploi
    Document(s)

    Sociologie des chômeurs
    Didier Demazière
    La Découverte, Paris. Collection Repères. Sociologie, n° 179, 2006
    L’enjeu du salaire
    Bernard Friot
    La Dispute, Paris. Collection Travail et salariat, 2012

    2 commentaires
    Portrait de Anonyme dominique legros20.04.2012

    Bonjour

    J’ai beaucoup aimé l’émission et le reportage. Pourriez vous m’indiquer le
    nom de vos invités?

    Merci
    Bien à vous
    D. Legros

    Portrait de jmfour jmfour21.04.2012

    Les noms des invités figurent juste au dessus de ces commentaires: Bernard
    Friot et Didier Demaizière

    Cordialement

    1. Les statistiques du chômage sont toujours très difficiles à lire.

      On devrait généraliser la notion de population précarisée, qui contient :

      les chômeurs
      les personnes à temps partiel contraint
      les personnes en intérim/CDD/stage contraint
      les travailleurs pauvres à temps plein
      le halo du chômage : personnes découragées dans leur recherche d’emploi et qui sont classées comme inactives.

      Et ça fait beaucoup de monde…

  8. pfff ! qu’est ce que c’est à côté de l’épargne des Français.

    Et dire qu’on continue à nous faire marcher de force vers l’austérité avec ces “outils” (parlons FMI), dette souveraine et récession.

    1. @ edith

      pfff !

      …1.000 milliards tirés par les cheveux (ou des ficelles au vent) ?
      PFF PFFF PFFF !!!!!!!!!
      Et dire que l’on continue à nous faire marcher de force vers l’austérité avec…
      … avec des “outils” qui appauvrissent la Démocratie et en retour, renforce le pouvoir des Apparatchiks.
      … avec des “outils” qui appauvrissent la Nature (dans la diversité de vie et de couleur) et en retour, renforce l’étendue du Néant.
      … Et ainsi RIEN ne sera plus sensible. Ne subsistera que des solides et des masses que l’on pourra peser et taxer, de rien comme de tout. Sur des corps ainsi ruinés qui ne se réjouiront plus que d’idoles creuses, comme des “ballons de baudruche”.
      Mais de quelle souveraineté parlons-nous ?
      Il est dit : “Il étend le septentrion sur le vide, il suspend la terre sur le néant.” (Job.bible)

      Un effet d’annonce ?… ou une volonté de nous faire prendre ce « ballon d’argent » pour une dernière bouée de secours, qui ne perdrait pas le Nord.
      Mais attention à ce qu’il ne se rompt, ayant atteint une certaine “limite plastique d’élasticité”.
      Nous toucherions alors au point de convergence d’irréversibilité.
      Un ballon de baudruche a une vie courte. Il s’envoie en l’air, s’envole s’envole, puis soudain… s’éclate, soit au vilain vent, soit de retomber sur la pointe d’un parapluie l’ayant touché…

      1. J ai peur de rentrer dans la grotte, pour tuer le monstre, et pourtant ariane me guide avec son fil !
        ou se trouve ce monstre, qui a le pouvoir de creer tant de milliers de milliards et nous les futurs esclaves, qui devront assouvir son gargantuesque appetit.
        pfff pfff pfff , je ne devrai plus avoir peur !
        peur de quoi, au fait ? du grand changement qui va arriver, de la masse critique qui va etre atteinte et de l explosion qui va s ensuivre.
        deviens humble dans le fond de ton ame

      2. @ KIMPORTE

        N’ayez pas peur, cornegidouille !
        Votre insouciance vous sauvera ! KIMPORTE, vous n’êtes pas n’importe qui !
        Si vous savez qui est Thésée, alors vous savez qui est le Minotaure et où il se cache.
        Qui cherche, trouve ! Et peu nous chaut !
        Donc, je vous conseille Kimporte, un fil de pêche. Tressé, il est particulièrement solide.
        Et surtout n’oubliez pas de mettre de l’huile dans votre fiole pour éclairer votre lampe, car il fait bien sombre dans ce labyrinthe. Et attention au final, car le Minotaure a plus d’un tour dans son sac, il peut vous éblouir d’un soleil artificiel vous masquant de sa couronne étoilée. Le piège étant de ne pas se tromper de symbole…
        Enfin, ma petite contribution : une explication présentée comme possible du mythe symbole du Minotaure est que la Crète dominait dans l’Antiquité, la Méditerranée – Que la Grèce de cette époque, c’est à dire Athènes était en position de soumission. Et Qu’elle versait régulièrement un tribut à la Crète sous la forme de jeunes gens et jeunes filles… jusqu’au jour où… À nous d’écrire la suite… au regard de l’histoire!

  9. Je vous conseille l’excellente émission ( nouveaux chemins de la connaissance sur france culture ) de jeudi dernier , intitulée : sommes nous tous bêtes , avec Bernard Stiegler .
    Pas complétement hors sujet .

    1. je vais demander à mon cerveau, pas sur qu’il me réponde quelque chose d’intelligible vu l’enbrouille ambiante alors c’est peut être mon estomac qui parlera

  10. Tout s’éclaire enfin !!

    Pour récupérer à “tout prix” leurs créances, les créanciers de tous poils organisent le ratissage en grande largeur :

    1) forcer le désendettement public ou privé pour maximiser les remboursements
    2) diminuer les salaires et autres revenus (pensions, retraites, alloc., rendement immobilier, assurance vie, etc.) pour soutenir un désendettement devenu prioritaire
    3) diminuer les dépenses de santé, d’éducation, de culture, de tout, bref ce qui fait la vie, toujours pour maximiser les remboursements de dettes
    4) précariser le monde du travail pour renforcer le pouvoir de l’employeur et maintenir une déflation sur les salaires avant, pendant, et après le contrat de travail : dans le pays (flexibilité/compétitivité) et à l’extérieur (délocalisation). Peu importe que les sommes économisées (en augmentation salariale) soient sans rapport avec les endettements, il s’agit de maximiser le profit.
    5) créer des pénuries en tout genre pour spéculer et recueillir un prix maximum de ce sur quoi on spécule.

    Ce n’est pas de la bêtise (enfin tout de même un peu) mais une convergence d’intérêts multiples visant 1) à se refaire des pertes passées, 2) à maximiser les gains.

    1. La question étant de savoir s’ils les récupérerons vraiment…Il ne faut pas confondre les intentions avec le résultat. Surtout avec les “flèches” qu’il semble y avoir dans tout ces grands organismes.
      Il est des moyens qui disqualifient toutes fins….
      Ce que vous annoncez là, ne peut marcher que sur 1 mois ou 2 maximum (et encore vu l’état du monde actuel…) Au-delà d’un an (et je suis optimiste!) cela nous précipiterais derechef dans un gouffre encore plus profond.C’est d’ailleurs ce qui se passe en Grèce et on ne peut pas dire que le résultat soit très probant!
      Si on ajoute à ça que l’argent ainsi récupéré ne servirait à rien au niveau macro-économique (sinon pourquoi le prendre ?) alors là,c’est le bouquet !
      C’est l’image de l’ Oncle Picsou sur son tas d’or pendant que Donald crève de faim…

      1. <> je crains qu’il ne s’agisse d’une déclaration de guerre à la population mondiale, c’est-à-dire aux 99 % ! Le bouquet final, le verrons-nous ?

    2. @ ThomBilabong
      Pourquoi s’ entête t on a se faire mal ainsi, alors qu’ on sait que cela ne peut pas solutionner le problème .
      Quelle est la fonction , le sens de ce geste ?
      N’ est ce pas une sorte de dénégation visant à faire exister cela même qui est nié ?
      (Le “il n’ y a plus d’ argent”, tout en le niant, fait exister l’ argent , même si ce n est qu’ en puissance).
      Ce qui existe c est la cohésion des hommes qui se tiennent la main autour de ce qui leur est commun. La vraie source de richesse est là.
      Celui qui veut se l accaparer n à pas d’ autre moyen que de détruire ce qui est commun et qu’ il ne contrôle pas, pour substituer un autre ordre commun qu’ il contrôle .
      Il n y a pas une definition de l’ argent , mais il y a des forces centrifuges qui sont ses manifestations : elles créent la pénurie ici et le luxe extrême là.
      Il ne faudra pas être frustré quand le pot aux roses sera découvert et écouter les sirènes de ceux qui voudront désigner des coupables, pour toucher le pactole pendant le Chaos.
      Le pactole, c est justement d’ effacer les traces pour rendre possible un nouveau tour.
      C est collectivement que nous avons cru à cette dinguerie qu’ on pouvait échapper à nos responsabilités vis à vis de nos semblables : nos vieux, nos petits , les autres moins chanceux ou plus fragiles.
      Il faudra se mettre au travail, tous a sa mesure, autour de ce qui est commun.
      La privation pour nous faire plier portera sur l’ accès à tout ce qui est commun, c est là que les coups les plus durs ont été portés, et seront portés quand la crise s’ approfondira.

      1. Il n’y a a mon avis aucun acharnement “volontaire”, genre complot ou équivalent. Ce n’est pas “un geste” mais un mouvement involontaire de toutes les parties, sans bien se rendre compte de là où cela les mène (serions-nous plus éclairés que les chinois ou les argentins ou que les allemands ?). C’est juste que le système avance (et encore est-ce le bon mot ?) avec trop d’inertie, comme un bateau ivre 100 fois mis en évidence ici.

        Le problème est que les détracteurs de cette opinion et ceux qui s’en fichent (c’est comme les votants et les abstentionnistes) semblent ne pas partager du tout les analyses faites ici. Ni s’y opposer, ni les partager. Simplement ailleurs. Certains ayant plus de pouvoir que d’autres, tentent encore de tirer leur épingle du jeu en dénonçant les “mauvaises opinions qui ne sont pas les leurs” (genre Merkel) et profiter au maximum de leur avantage pendant qu’il en est encore temps. Un peu comme le gars qui tombe de la tour en disant “jusqu’ici ça va”. D’autres encore sont persuadés que le système actuel est le meilleur s’il est soigneusement colmaté (le FMI et autres MESF…) et font tout pour le colmater et le prolonger.

        L’acharnement dont vous parlez est plutôt apparenté à des énergies fantastiques déployées en sens contraire. J’utilise souvent l’image de la roue du hamster où chacun courre dans le sens opposé, ce qui immobilise à peu près l’ensemble de la roue avec des va et vient plus ou moins accentués selon la fatigue de celui qui courre de l’autre côté.

        Mais au final, c’est la cage qui finit par tomber à force d’être secouée.
        Ce dont nous avons besoin c’est d’ouvrir la cage ou de la caler.

      2. Il faut raison garder.
        Mourir, oui, sans aucun doute à petit feu… et ça peut durer très longtemps.
        Moi, je ne suis pas pressé. N’empêche : pourquoi s’acharner à mourir vite quand on peut aller lentement ?

        Alors autant être prêt à défendre son bifteck et le rendre indigeste pour certaines espèces.
        Personnellement, j’opte pour le dur à cuire… il sera toujours temps de voir si on peut attendrir la viande en fonction des circonstances.

        Courageux mais pas téméraire, quoi !
        A quoi bon être suicidaire ?

      3. Un Billabong , c est un méandre mort qui se forme lorsque le cours d’ une rivière change.
        C’est un point d’eau qui ne s’assèche jamais et toute la vie animale se regroupe autour des billabongs en saison sèche pour survivre dans un climat difficile.
        Cette capacité à résister, à ne pas abandonner, cette determination sans haine, est au coeur du magnifique hymne officieux Australien Waltzing Mathilda.
        Bon vote les gars et les filles en vue de notre Billabong commun !

    3. Cette logique a des limites car la qualité du travail va drôlement souffrir du manque total de motivation, de simple envie de travailler et quelque part cela reviendra en boomerang à la tête de ceux qui en sont partisans. Il y a toujours des limites à tout

      1. @ Paul Jorion, Thombilabong et Tigue
        Bonne nuit les petits. Faites de beaux rêves. Casimir veille sur vous.

  11. Moi cela me fait penser a SOLARIS un film SF de Tarkovski quand il pleut en dedans une erreur humaine.

      1. Bof, juste une manière d’avertir Geithner. Qui fera le nécessaire. Ils n’ont absolument aucun problème pour ce qui est de renflouer les TBTF. Routine.

  12. Tant de bêtise me donne envie de pleurer.

    Le FMI, un médecin du 17ème siècle projeté dans le futur jusqu’à aujourd’hui. Le médecin qui impose la saignée au malade “pour son bien”. Qui dans le monde peut croire que des états endettés peuvent sauver d’autres états endettés en s’endettant encore plus pour “répondre” à une crise de la dette dans un des pays ainsi sur-endetté ? Folie criminelle.

    Le pire n’est pas qu’ils proposent des mauvaises solutions. Le pire c’est de proposer des solutions fausses, consciemment, et faire semblant d’être fier de soi. Faire semblant que toutes la pagaille qui va en découler ne sera pas la faute des dirigeants mais la faute du destin, du hasard, afin de perpétuer la danse un peu plus longtemps.

    Pour moi le blog de Paul Jorion, c’est un peu comme Fondation, le catalyseur qui permettra à un ordre nouveau d’émerger bien plus vite que part une réorganisation chaotique à partir des débris de l’empire en train de s’effondrer. Nous voici donc à jouer les chimistes pour bricoler ce catalyseur ( Pour l’anecdote, Asimov était un chimiste de formation ). Maigre espoir néanmoins. Tous les révoltés du monde n’ont jusqu’ici pas su répondre au “réalisme” qui guide l’action concrète des dirigeants. Réalisme, mot qui veut dire qu’on va perpétuer un processus destructeur, parce que c’est tout ce que l’on sait faire.

    Madame Lagarde est parfaitement réaliste. Comme la plupart des dirigeants.

    1. Je crains que vous ne vous trompiez.
      Il ne s’agit pas de charlatan. Plutôt de ce bons pasteurs et prêtres tâchant de convertir les “sauvages” avant de leurs envoyer l’armée.

    2. et si tous ces dirigeants suivaient un plan bien etabli ??!!
      et si le mulet etait deja parmi nous?

  13. Ha! Les négociations de la Catshuis se sont terminées sur un échec! La coalition Libéraux-bigots-fachos vole en éclat. Rutte va très vraisemblablement devoir présenter lundi sa démission à la Reine.

    Aux Pays-Bas aussi, on votera en 2012… 🙂

  14. Suite à la lecture de tous les commentaires de ce billet, et à la veille de la veille d’une possible non- alternative, je partage l’avis de beaucoup d’internautes de ce blog…
    mais que nous reste-t-il ?
    une guerre ? une révolte civile ? une dépression sans limite ? ….C’est vrai qu’il y a de quoi avoir peur du pire!
    Le Système s’autodétruit, ça c’est sûr, mais il en est , je crois, qu’à ses convulsions, et ça risque de durer un peu; le souci c’est que tout le monde va en prendre plein la “gueule”! que ça va faire très mal ! et pour l’instant, tout le monde ou presque fait l’autruche.
    C’est bien ça le plus étrange , c’est la faculté qu’a l’être humain d’occulter le tsunami qui arrive et les horreurs qui le suivront.
    Certes, j’ai beaucoup appris de lectures sensées ( blogs de Paul Jorion, de Olivier Berruyer, de De defensa.org, , et quelques gars tout aussi sérieux…)mais la reconstruction ne sera possible qu’après le passage du tsunami…donc préparons nous à la vague, il n’y a pas le choix!

  15. Hors sujet (désolée) J’ai trouvé ça et j’aime pas trop :

    VOTE ELECTRONIQUE :
    Un simple addon tel que WorldIP sur firefox permet de vérifier que le serveur de la Belgique est bien situé en Belgique, celui de la Suisse en Suisse, celui de l’Allemagne en Allemagne, celui du Luxembourg au Luxembourg, celui des Pays Bas aux Pays Bas, celui de la Norvège en Norvège. tout cela n’est-il pas tout à fait normal ?

    Mais alors pourquoi le serveur de l’Elysée, lui, est-il situé… aux USA ? 8.12.195.126. c’est l’IP du serveur de l’Elysée. Il est situé aux USA, à Broomfield, 1025 Eldorado Blvd. Comme c’est étrange…

    1. “Ce qui compte ce n’est pas le vote, c’est comment on compte les votes.”
      Joseph Staline.

    2. Mais alors pourquoi le serveur de l’Elysée, lui, est-il situé… aux USA ? 8.12.195.126. c’est l’IP du serveur de l’Elysée. Il est situé aux USA, à Broomfield, 1025 Eldorado Blvd. Comme c’est étrange…

      M’enfin , ?!

  16. Ne sommes nous pas tous d’accord pour considérer qu’un défaut partiel ou total sur les dettes d’Etats et de banques est inévitable. Les seules questions ne sont elles pas : comment organiser ce défaut ? Sur quelles bases prévoir la nouvelle économie ?

    1. Il n’y aura pas de défaut à moins d’une révolte violente de la base. Les politiques tueront l’économie par l’inflation plutôt que de faire défaut sur la dette. C’est la base de l’enchainement fatal qui mène à la violence. Je crois qu’il faut vraiment considérer notre civilisation comme foutue, et commencer à reconstruire les réseaux vitaux pour la survie à l’échelle locale. ( Sécurisation de l’approvisionnement en eau et en nourriture, principalement )

      On ne peut rien attendre des politiques, pas même leur attention.

    1. Très sympathique ce monsieur. Un gars qui a toujours voté à droite, né a Neuilly avec une jeunesse dorée, et qui finit par faire le constat que c’est le système qu’il faut changer. Il est même question de vigneron dans l’article. Je ne vous en dis pas plus. 😉

      1. Le problème de ce genre de témoignage c’est qu’il faut que certains en prennent plein la gueule pour commencer à sembler comprendre.
        A quoi peut bien correspondre le fait de tirer des bords, entre babord et tribord, plutôt que d’aller en ligne droite ? Au fait de ne pas choisir le bon cap probablement.

    2. Symbolique d’une France culturellement de droite et qui doit bien s’avouer que ses intérêts n’ont pas été servis.
      Symbolique d’une France paumée qui, après une embardéee à droite tourne le volant à gauche toute. Tonneau garanti.

      1. Pas tout à fait. Il se réfère à une nécessaire utopie. Son constat dépasse les considérations purement utilitaristes et d’intérêt personnel.

      2. Possible.
        Si l’article vous a intéréssé, le commentaire du “conseiller bancaire” devrait vous interpellé.
        L’absence d’empathie est une réalité moderne qui rend ce monde inhumain.
        Le bonhomme n’espérait qu’un sursis , la banque prétend ne faire que ce qu’elle peut …

  17. Le matelas de fonds propres de Lehman Brothers était top niveau….
    Sur des actifs toxiques!
    Ouaf Ouaf!
    Mouais la DB ca fait 2,7% de font propre, la Socgen 3,5%….
    Goldman Sachs 7,5%…
    Oui et alors?
    Pipeau…
    Ces mecs ont vla trouille qu’un petit pays comme la Grece fasse défaut…
    On hallucine!
    Vous ne voyez pas qu’on vous mène en bateau, je veux dire sur le Titanic?
    Ce n’est pas la Grece qui coule! Mais 100 000 milliards de paris CDS et produits dérivés!
    Et Alors?
    Ben rien, qu’ils crevent avec leurs CDS…
    Aprés nous, on nationalise…

  18. Dans nos campagnes, tout le monde sait qu’il ne faut jamais ouvrir un parapluie à l’intérieur d’un local, ça sert à rien, parce qu’il ne pleut pas, et surtout ça porte malheur!
    Si ma mémé, était là, elle vous le dirait
    elle avait du bon sens, ma mémé !

    1. Voui, la mienne aussi, elle disait que les banquiers c’étaient des voleurs !
      Il faut toujours écouter sa mémé !

  19. @Tano
    Non on ne peut rien prendre à quelqu’un qui n’a rien, quant à l’obliger à travailler pour rien, ce sera pas facile…

Les commentaires sont fermés.