L'actualité de la crise : LA NOUVELLE DIMENSION POLITIQUE, par François Leclerc

Billet invité

Rien n’est encore acquis. Une réunion des ministres des finances de la zone euro va devoir mercredi prochain statuer sur les propositions du gouvernement grec pour couper encore 325 millions d’euros dans le budget de cette année (sur les 3,3 milliards impartis), et vérifier l’engagement écrit de tous les partis à appliquer les mesures votées hier soir.

Le Bundestag devra ensuite se prononcer sur le déblocage du second plan de sauvetage de la Grèce, le 27 février prochain, pour que la voie soit alors ouverte à son adoption début mars par les autorités européennes et le FMI. Mais Philipp Rösler, ministre de l’économie et leader du FPD (libéraux-démocrates), s’est contenté d’un « nous avons effectué un pas dans la bonne direction, mais nous sommes encore loin du but ».

Plus nuancé mais il fallait oser, Steffen Seibert, le porte-parole d’Angela Merkel, a salué « la bonne volonté » du parlement grec, l’objectif étant selon lui de « libérer les forces productives » grecques et non pas « d’économiser pour économiser »… Wolfgang Schäuble, le ministre des finances, a de son côté jugé « incontournable » la baisse du salaire minimum », en raison de coûts salariaux grecs trop élevés, précisant que « toutes ces mesures n’ont pas pour but de faire souffrir les gens mais de remettre la Grèce sur le chemin de la croissance ».

Cette vision du sauvetage de la Grèce n’engage que leurs auteurs, tandis qu’en Grèce la donne politique vient déjà de connaître un premier bouleversement. A la suite des exclusions des députés qui ont refusé de voter le plan proposé par Lucas Papadémos, le premier ministre, ni l’un ni l’autre des deux grands partis historiques – Nouvelle Démocratie et le Pasok – ne disposent plus de la majorité au parlement. Cette situation inédite depuis 1993 n’est toutefois que provisoire, puisque des élections sont en passe d’être convoquées en avril prochain, selon Pantelis Kapsis, le porte-parole du gouvernement. Celui-ci n’a pas hésité à présenter le vote du parlement comme s’appuyant sur le fait que « le peuple grec veut que nous restions dans l’euro et nous ferons ce qu’il faut pour rester dans l’euro ».

Il était impensable de ne pas donner un exutoire aux Grecs, en espérant ainsi détourner la colère qu’ils expriment dès que l’occasion se présente, à moins même qu’ils ne la suscitent. Les chances que cela fonctionne sont toutefois très faibles, la tenue d’élections ajoutant à la crise économique et sociale une dimension politique. Le bipolarisme a probablement vécu, au profit de l’extrême-droite et d’une recomposition de la gauche, conduisant à s’interroger sur la majorité gouvernementale qui résultera des élections et le gouvernement qui sera chargé de mener à bien les réformes adoptées. Le leader de Nouvelle Démocratie, Antonis Samaras, a déjà laissé entendre qu’il les renégociera s’il parvient au pouvoir et pourrait être tenté par la mise sur pied d’un gouvernement de coalition… Ce qui ne pourrait qu’accentuer la marginalisation des deux partis.

Plus que jamais, la confusion risque de s’installer au niveau du pouvoir et un vide apparaître. Le clientélisme dont les deux partis de gouvernement ont historiquement fait leur miel est lui aussi menacé d’être sapé, alors qu’ils portent la responsabilité de la situation actuelle. Tout y contribue, un sentiment d’humiliation nationale et la conviction que les efforts demandés sont injustes et seront inefficaces.

Avril est encore loin, rendant incertaine toute prévision sur l’ampleur des réactions à venir, au fur et à mesure que les mesures de rigueur feront sentir leurs premiers effets.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

164 réflexions au sujet de « L'actualité de la crise : LA NOUVELLE DIMENSION POLITIQUE, par François Leclerc »

  1. J’ai été très surpris de lire que la vente à découvert des valeurs financières est de nouveau autorisée en France.

    1. LTRO × 2, 1000 à 1500 milliards, ça vous dit quelque chose ? On peut lâcher du lest sur la spéculation après ça.

    2. A Chaud!!!!! du Samedi 11 février 2012 : ”Géopolitique: quand Gribouille gére l’Europe” par Bruno Bertez

      “L’Europe choisit l’austérité , les Etats Unis la refusent

      L’Europe affaiblit ses banques, les Etats Unis les protègent”

      God Bless America

      Bill Gross : “We are witnessing the death of abundance and the borning of austerity, for what may be a long, long time”.

      Étant marchand de valeurs à revenus fixes , Bill Gross ne peut que parier et prier pour sa paroisse. Les détenteurs d’obligations aiment la déflation, ils sont enclins à prévoir donc des mondes déflationnistes. C’est la même chose pour Rosenberg , ne conseillant que les obligations et les valeurs à haut rendement il a tendance à voir partout les stigmates de la déflation. En passant, chez lui, cela n’est certainement pas lui qui fait les courses et paie les factures. Gross a essayé de se lancer sur les actions, avec les conseils du maestro Greenspan qui y a cru un moment, cela ne lui a pas vraiment réussi. Donc il revient à ses premiers amours et prêche pour elles.

      Il faut toujours se poser la question de savoir pourquoi les gens parlent, àquel titre, quels intérêts ils défendent, qu’est ce qui les fait vivre etc. Cela aide à décoder.

      Churchill disait et l’étayait par de multiples références historiques que les Etats Unis finissaient toujours par faire ce qu’il fallait après qu’ils aient épuisé toutes les autres alternatives. C’est une nation contradictoire, avec de grandes idées de grandes convictions, mais dans les circonstances sérieuses, ils sont pragmatiques, réalistes et ils se déterminent cyniquement en fonction de leur seul intérêt. La morale, les valeurs, c’est bon pour les autres, en régime de croisière, par temps calme.

      « God Bless America »

      PLUS DE BERTEZ EN SUIVANT :

      Contrairement à l’Europe et contrairement aux apparences, la gestion américaine est stratégique, dominée qu’elle est en souterrain par les Instituts comme la Brookings, la Rand, les Think Tanks de la Ivy League , les fondations ,vieilles familles etc. Obama vibrionne c’est d’accord, mais dans d’étroites limites et dans un cadre bien balisé et délimité. Selon toute vraisemblance, il repassera car, comme par hasard, on n’a aligné face à lui que des personnages falots, contestables et contestés. Sans envergure sauf RON PAUL, mais ce dernier, non establishment est boycotté par les médias.

      Obama, les professeurs de la Ivy League le pensent est le meilleur, non pas pour gouverner, mais pour traverser et faire traverser ce passage difficile. Il est l’homme qu’il faut pour préserver les intérêts à long terme des américains et des classes gouvernantes.

      On ne peut pas échapper au keynésianisme qui est une sorte d’aumône aux pauvres pour qu’ils ne fassent pas la révolution, on ne peut pas échapper à la dette, mais on a le cynisme de croire que l’on n’aura jamais besoin de la rembourser: Le monde et surtout pas les chinois et les producteurs féodaux du pétrole ne sont en position d’exiger le remboursement ou même de faire la moindre pression. Ils ont bien trop à faire à maintenir ”l’ordre” chez eux et à rester en place.

      Pour l’élite américaine, c’est un mauvais moment à passer, les autres ne sont pas en position de contester le droit américain de prélever le maximum sur la richesse mondiale. La crise et c’est essentiel, n’est pas, pour les Américains, ”un game changer”

      Leur conviction est que ”The WORLD AMERICA MADE” est le meilleur des mondes possibles et que cela leur donne sinon tous les droits, du moins toutes les justifications.

      Captain America WWII Propaganda

      Voir le livre que vient de publier le stratège Robert Kegan.

      Donc ils ne vont pas changer, ils vont forcer le monde à avaler les couleuvres, à accepter de payer le prix pour que l’ordre américain, la Pax American dure et même se renforce ou se restaure.

      La grande erreur des Européens est de croire que la crise est game changer, que dorénavant ce ne sera plus comme avant, de croire que les américains sont sur le déclin! Ils ne voient pas que les Etats Unis et leur clone Anglais ne changent qu’à la marge , qu’ils ne font que raboter ce qui est le plus saillant à la fois pour des raisons de politique intérieure et pour l’image extérieure. Sur le fond les Anglo saxons y croient et veulent que cela continue comme avant. Que le système monétaire et financier reste la pièce centrale du dispositif global , à leur profit.

      Le britannique Osborne disait il y a quelques jours qu’il ne laisserait pas les Européens détruire l’industrie britannique, l’industrie pour lui, c’est la City. Les américains bien entendu ne suivent pas les européens dans leur délire contre les banques. Mais cela ne leur déplait pas que Sarkozy fasse le forcing dans ce sens et porte un coup fatal , si cela se fait et si cela se généralise en Europe, aux concurrents des banques américaines et britanniques. La morale c’est bon pour les autres, surtout quand cela les affaiblit !

      L’argent, les capitaux, les flux c’est le nerf de la guerre, c’est ce qui permet, passez la transposition, ”les drones et le caviar”, dans le vieux temps on parlait du beurre et des canons, les temps ont changé.

      Sarkozy ne l’a pas compris car, en fait il veut des choses contradictoires faute à la fois de bons conseils et de bonne réflexion. Il veut rester dans le monde global avec ses alliés anglo saxons, mais en même temps, il veut préserver , voire revenir aux spécificités européennes radicales socialistes.

      Comme nous disait un jour Georges Marchais a l’occasion d’une émission de radio a propos de la malheureuse participation au gouvernement du PC, ”Il ne faut pas faire le grand écart, cela fait mal aux c…lles”

      L’Europe, sous la conduite de Merkel et Sarkozy parie sur le fait que le système est au bout du rouleau, au lieu de s’adapter, de faire le gros dos, d’utiliser les subterfuges comme les font les anglo saxons, ils prennent des mesures qui n’ont de chance de réussir que si le système change. Ils ont la naïveté de croire qu’ils vont faire exemple, que l’on va les suivre. Ils taxent leurs fers de lance, leurs citoyens, reréglementent , attachent des boulets aux pieds etc

      Dans un monde qui, selon toute vraisemblance continuera d’être dominé par les anglo saxons, au lieu de se préparer, l’Europe reconstruit des lignes Maginot. Ou bien on développe un modèle autonome , on s’isole et cela a un sens de jouer la carte du spécifique , ou bien on fait le pari de la poursuite de la globalisation sous le règne anglo saxons et on fait le maximum pour en tirer parti.

      Maginot Line, La Ferté, Cloche GFM

      Le maximum pour en tirer parti, c’est tout en ensemble de priorités radicalement opposées, à 180 degrés de ce que l’on fait. Ce n’est pas l’austérité, l’aggravation fiscale et réglementaire, ce n’est pas la distribution, la répartition c’est l’investissement, la reconnaissance des bienfaits du leadership, de l’éducation, du travail productif, la récompense de l’effort, le refus de la victimisation .

      Ce n’est pas l’idiotie qui consiste à ruiner les pays pour sauver les banques et en même temps à les affaiblir, à les émasculer face à la concurrence.

      Bref le maximum pour en tirer parti , c’est le contraire du Gribouille dans lequel l’Europe et surtout la France s’enfoncent.

      Tout et son contraire n’ont jamais fait une bonne politique. Seule la cohérence paie. Tout le reste n’est que gaspillage. La politique incohérente des européens les met en première ligne pour payer le prix que les américains vont faire payer au reste du monde pour se sortir, vainqueurs, de la crise.

      BRUNO BERTEZ Le 11 Fevrier 2012

      EN LIEN : Les Clés pour comprendre : L’illusion de la stabilité produit l’instabilité par Bruno Bertez

      http://leblogalupus.com/2012/02/12/a-chaud-du-samedi-11-fevrier-2012-god-bless-america-la-morale-cest-bon-pour-les-autres-surtout-quand-cela-les-affaiblit-par-bruno-bertez/#more-36272

      1. Le but de l’article ci dessus n’est pas de prendre parti et d’être normatif sur ce qui est bon ou pas bon, ce qu’il faut faire ou ne pas faire.

        L’article déplace le point de vue et se place dans une optique géopolitique , ce qui normalement doit être le point de vue d’un vrai dirigeant , au sommet. Le vrai dirigeant voit loin, il a un projet et sait dans quel monde il veut s’inscrire et comment.

        Prenant donc le point de vue géopolitique nous mettons en évidence une radicale opposition entre les Etats Unis et l’Europe : les USA disent après la crise tout va continuer comme avant, la crise n’est pas game changer , l’Europe reste dans l’analyse de 2009 , elle est persuadée que la crise est game changer .

        Nous ferons remarquer que la Chine et la Russie qui avaient cru un moment que la crise était game changer ont abandonné cette illusion.

        A partir de son analyse fausse l’Europe mène une politique contraire à ses intérêts de long terme, elle met en place une politique d^’austérité, certes plus saine , mais qui va faire rétrograder sa place dans le monde sans améliorer son consensus social il faut bien le dire.

        L’Europe fait le grand écart entre son maintien dans la globalisation et sa spécificité: comme Marchais a fait en participant au gouvernement mais en maintenant les positions communistes. Il s’est fait laminer.

        La Suisse a le même problème , elle voudrait rester spécifique , mais par ses banques , par ses multinationales , elle s’insère dans la globalisation version américaine . Résultat elle se fait laminer, elle passe de jours en jours sous les fourches caudines américaines.

        Quand la règle du jeu est imposée par un plus fort il n’y a que deux solutions.soit on se protège et reste spécifique, soit on excelle et on joue le jeu encore mieux que le roi qui l’impose.

        Cela a été aussi en son temps le problème de Mitterrand en 82 et 83 il fallait sortir de l’union monétaire ou s’aligner. La France a choisi comme d’habitude de ne pas vraiment choisir, on a vu ce que cela a donné.

      1. Cet homme exprime maladroitement sa colère et sa de compassion à l’égard du peuple grecque,
        je ne vois pas ce qu’il y a de pathétique à cela, bien au contraire et c’est rassurant.
        Par contre ce qui est réellement pathétique c’est bien la façon dont cette Europe là nous conduit tous à une situation odieuse et dramatique.

    1. Ça me remémore ma soirée radio libre avec David Grossex: le net et la liberté aussi totale que nouvelle qu’il engendre est le nouveau déversoir de ce que tout pouvoir médiatique tend à étouffer.
      Ça fait peur, mais ça fait du bien la liberté!
      Solidarité avec la Grèce!

  2. Rien que de voir la tête de Wolfgang Schäuble, j’ai plein de frissons..
    Quand ce cauchemard des Grecs cessera t’il ?
    Laisserons nous faire plus longtemps ??

      1. Merci Plouf pour ce regard réconfortant et important de l’attention ..
        Sans attention les êtres vivants dépérissent et il est plus sain d’être un canal attentif plutôt que prendre sur son énergie personnelle !!

      1. Super, je n’ai pas encore de Rolex. Et puis bof, je ne porte pas de montre du tout, l’heure est partout, écrans, téléphones…

      2. Salut,

        Moi, je viens juste de m’acheter une horloge atomique que je vais de ce pas trimballer sous le nez tout ébaubit des élites.
        Parce que c’est vrai qu’à 50 ans si tu n’as pas d’horloge atomique, c’est que tu as un peu raté ta vie.
        @+

  3. Au delà de la Grèce, c’est tout le système politique européen qui est en train d’exploser.

    Avec de telles mesures, aucun parti de gouvernement ne tiendra une majorité. Et la contagion de la récession est certaine, autant que la transformation par la récession de l’endettement des états et de la fragilité bancaire en bombe financière.

    Aucune solution ne semble possible à l’intérieur du système. Et le système a été trop verrouillé pour que ses tenants acceptent d’en sortir.

    Emmanuel Todd dit que la crise de 40 a permis le grand coup de balais des élites et la reconstruction de 45. C’est un résumé un peu rapide.

    Mais il est clair qu’aucun parti de gouvernement en europe, aucun leader du système n’est susceptible de remettre en cause le système. Tous ceux qui avaient une certaine indépendance d’esprit ont été écartés.

    Nous avons peu de temps pour reconstruire une direction politique capable de nous porter au delà de la crise.

    La Grèce est un banc d’essai économique mais surtout politique.

    A nous d’agir !!!

    1. Ce que j’aime et que vous appréciez sans doute tout autant que moi, c’est la BCE qui lâche 1000 puis 1500 milliards aux banques en quanting easy à trois ans renouvelable qu’elle est chez nous la planche à billet pour la finance, parce que n’en doutez pas ils vont la faire rouler la planche à billet, et qui d’un autre côté demande qu’on étrange les grecs en premier les autres ensuite, à qui le tour…C’était trop demandé de liquider tout cela et de repartir à zéro au lieu de trimbaler des dettes qui ne sont que la résultant du laissé allé des banques centrales à travers le monde qui n’ont pas jugé utile de réguler la finance sous prétexte que les actifs sont les actifs sauf quand on découvre que ceux ci sont en cartons et qu’on continue quand même à les prétendre en béton

      1. Eh oui suffisait que la BCE prête à la Grêce à 1% à 3 ans 500 milliards et plus de problèmes pour 3 ans.
        pourquoi quizonrienfait ?

      2. je sens une pointe d’ironie ds la réponse de bertrand ms laissez la Grèce se refinancer sur les marchés financiers depuis tout ce temps était bien plus irresponsable que d’accorder ce type de prêts à la Grèce

    2. mardi 14 février 2012
      Quelques pensées
      Les problèmes ne peuvent êtres résolu par les gens qui les ont créés. Einstein…
      Donc les solutions viendront de l’extérieur.
      A nous d’agir.
      Pour moi c’est d’abord un problème de démocratie.
      Une véritable démocratie ne peut être que directe.
      Elle ne viendra pas toute seule il faudra se battre, cela suppose de faire confiance à l’autre, instruit ou pas.

    1. Il y a quelques années j’avais lu que lors d’une manifestation d’agriculteurs, il y avait une banderole où il était écrit :

      Désarroi déjà roi, le monde rural en est l’exemple

  4. « Wolfgang Schäuble, le ministre des finances, a de son côté jugé « incontournable » la baisse du salaire minimum », en raison de coûts salariaux grecs trop élevés, précisant que « toutes ces mesures n’ont pas pour but de faire souffrir les gens mais de remettre la Grèce sur le chemin de la croissance ». »…Je vous jure, quand je lis ce genre de truc, mon coeur se retourne !!! Je l’ai déjà dit sur ce blog, en tant que femme et maman, j’ai tout fait bien comme il m’a été demandé ( travaille, marie toi, fais des gosses, tais toi…) pour en finale me retrouver seule avec un enfant à charge à mi-temps, au chômage à près de 50 ans sans possibilité de retrouver un emploi parce que trop âgée ( bien que je sois en 7ème année de cours de mandarin pour essayer de me « recycler »… etc…Et Yvan et Vigneron m’avaient dit ce jour là : Tais toi Martine et bois un coup….
    Et de nouveau, ce soir « Wolfgang Schäuble me parle, comme Yvan et Vigneron ….Incontournable, cette situation de dingues ? Je vous le demande….Rigolez pas ! Que faire ?….A part exprimer ma rage…Avec des cailloux et dans la rue !!!

    1. @ Martine-Bxl

      Vous auriez du faire comme moi, ne surtout pas me marier (en tout cas pas avec une femme), refuser d’ avoir des enfants, être mauvais élève, détester le travail imposé, refuser toute tutelle, être autant misogyne que misandre, ne jamais me taire et surtout ne jamais rater une occasion de dire quelque chose de cinglant, bref .. Je vous jure, c’ est pas vraiment plus mal.

      Ce qui n’ empêche, qu’ à la fin, plutôt qu’ être révulsé (à la longue ça fatigue et ne sert quand même à rien), je me dis que ce monsieur Wolfgang (gang des loups?) est tout autant autiste que la plupart des dictateurs, bref à moitié fou sans doute, en tout cas ignore totalement la pitié ou l’ empathie. Lire l’ écrivaine Alice Miller qui parle de ce genre de gens et des raisons de leurs comportements.

      1. Si j’avais su Red ! Clair que j’aurais suivi mon instinct qui me disait que…. depuis que je suis née ce monde était à l’envers…Cependant, il y a mon fils…Un soir, je lui ai envoyé ce sms  » Tu es la plus belle chose qui me soit arrivée dans ma vie » …Et à moi qui n’ai jamais fumé, de retour j’ai reçu : » Mam, qu’est-ce t’as fumé ce soir.??? » ….Plus tard et après conversation, il a reconnu de ce soir là il était avec des potes…Et que ses potes auraient eux aussi aimé recevoir ce message de la part de leur mère…Voilà, vous savez tout, j’ai jamais rien eu à cacher, ….certains même pensent parfois que je suis indécente tellement je suis transparente….Mais je suis ce que je suis et personne ne me l’enlèvera ! TROP TARD !!!……………………..

      1. Après avoir dit à son fils : « tu es la plus belle chose… », il n’est peut-être pas trop tard de corriger…!

    2. Si un jour quelqu’un te fait du mal, ne cherche pas à te venger, assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras son cadavre passer. (Lao-Tseu).

  5. http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20120213trib000682836/la-maladresse-calculee-de-wolfgang-schauble.html

    Plutôt que baisser les salaires grecs, augmenter les salaires allemands aurait été plus productif :
    http://alternatives-economiques.fr/blogs/raveaud/2010/04/01/face-aux-deficits-et-a-la-crise-de-leuro-lallemagne-decide-daccroitre-les-salaires/

    En attendant, la politique actuellement menée est absurde. Elle constitue une aberration économique, au nom de laquelle sont demandés les sacrifices humains.

    Un seul chiffre : les mesures dont le principe a été approuvé hier prévoient que le salaire minimum grec doit baisser de près de 100 euros, pour être ramené de 751 euros à 660 euros (une baisse de 22%).

    En quoi les salariés grecs percevant le salaire minimum sont-ils responsables de la situation de leur pays ? Qui peut considérer une telle mesure comme juste ? Comment demander aux personnes concernées de rester calmes devant une injustice flagrante qui les enfonce dans la misère ? Comment des dirigeants politiques peuvent-ils prendre une décision aussi irresponsable (est-ce parce qu’ils ont été convaincus par les arguments de Jean Quatremer ?)

    La course à l’abîme est enclenchée.

    http://alternatives-economiques.fr/blogs/raveaud/2012/02/13/grece-on-ne-rit-plus/

    1. Augmenter les salaires allemands ? Justement c’est pour cette année. Ça vient d’être confirmé par la jolie dauphine de Merkel, ministre du travail. IG Metal demande plus de 6 % dans l’industrie manufacturière. Ce sera probablement + 4 %. Une première depuis 10 ans. Les salaires allemands auront baissé en moyenne de 100 € par mois sur ces 10 ans, sans compter la dépréciation par l’inflation.. Times are changing.
      Annoncer ça au moment des émeutes en Grèce, c’est… comment dire… brutal aber normal ?

      1. En même temps, si ça permet aux grecs d’exporter leurs olives, leur féta et d’importer du touriste en Birkenstock chaussettes…de même pour les Franzosen et autres espagnols…

      2. Ouais fnu’rrr, c’est, en raisonnant dans le cadre, une vraie concession allemande, un événement même, sauf que je suis pas du tout sûr que l’effet politique sur la population grecque soit extrêmement profitable pour les allemands. On est plus dans le discours économique depuis longtemps dans l’affaire grecque. C’est purement politique, enfumage, bluff, mascarade, manoeuvres florentines et jeu à trois bandes avec multiples joueurs.
        Mais mine de rien le discours de rigueur sarkozien au papier calque sur le modèle allemand, il prend un bon coup de vieux sur le coup… Le modèle allemand ? Augmenter les salaires ! Arf arf arf…

      3. sarko va continuer dans sa posture de père de famille responsable, soucieux de l’épargne de l’Etat, en essayant d’incarner une sorte de Poutine mais en plus sympa, acceptant que certains de ses sujets le détestent car il faut en passer par là pour le bien de tous. Il dira que l’Allemagne a d’abord écrasé les salaires pour aujourd’hui les augmenter, qu’en France, il faut donc maintenant baisser les salaires pour qu’en 2017 tout soit merveilleux.

        voila M. sarko, et je peux faire tous vos futurs discours si vous voulez. Girouette oui.

  6. Juste encore ceci…A force de la jouer « flandus » entre mecs, ….Vous risquez en finale de vous retrouver en face de la juste et réelle colère instinctive d’une mère qui a peur pour ses enfants…Et savez-vous quoi ? Cette juste force est capable de soulever ( une voiture) ou…Des montagnes !!! Tenez-vous le pour dit !…Au nom de toutes les Marie de cette terre !

  7. Bonjour,

    Selon Pierre Larrouturou, la prochaine bombe est l’immobilier chinois. Il me semble que vous aviez brièvement abordé le sujet il y a quelques temps sur le blog. Quelle est votre analyse aujourd’hui ? Par rapport à ce que j’ai lu de ses analyses, il semble que le phénomène sera comparable en intensité à la crise des subprimes.

  8. « Le bipolarisme a probablement vécu, au profit de l’extrême-droite et d’une recomposition de la gauche, conduisant à s’interroger sur la majorité gouvernementale qui résultera des élections et le gouvernement qui sera chargé de mener à bien les réformes adoptées. »

    Le cas grec confirme que si en théorie le clivage gauche-droite perdure il n’existe plus en pratique. Malgré sa faible médiatisation, l’opposition essentielle se joue sur le terrain de l’Etat. Certains pensent que son rôle doit être limité au minimum (néo-libéraux) alors que d’autres sont persuadés qu’il doit intervenir dans l’économie (keynésiens). Certains pensent que les nations doivent être dépassées pour laisser place au pouvoir économique et aux firmes multinationales (libre-échangistes) alors que d’autres sont convaincus du rôle indispensable des nations dans la régulation des échanges (démondialistes). Certains pensent que les nations européennes doivent se fondre dans l’Europe (fédéralistes) alors que d’autres ne croient pas en une organisation européenne supra-nationale (souverainistes). Ces questions sont souvent éludées par les médias et par les grands partis. Comme si cela ne faisait pas débat ou ne se discutait pas. Comme si le néo-libéralisme, le libre-échange et le fédéralisme étaient des passages obligés et que nous n’avions pas le choix. La situation grecque permet de faire tomber les masques comme le « non » au TCE l’avait fait en France où le consensus entre la majorité des cadres du PS et de l’UMP était troublant puisqu’il démontrait que le clivage gauche-droite n’avait plus de réalité et qu’il servait simplement à maintenir l’illusion de l’existence d’une alternative permettant de justifier que la démocratie subsiste encore. Ainsi pour marquer l’existence d’un clivage qui devenait de moins en moins évident, le PS et l’UMP ont fait mine de se déchirer sur des questions sociétales: la légalisation du cannabis, le mariage gay ou la création d’un Ministère de l’Identité Nationale. Pendant ce temps les questions essentielles ont été passées sous silence et le néo-libéralisme a pu continuer son travail de sape jusqu’à ce que ses trop nombreux excès finissent pas nous ramener à la réalité. La crise. Le chômage de masse. La pauvreté. Et maintenant que fait-on?

    Plus de précisions sur le lien suivant: http://lespoir.jimdo.com/2012/01/30/pourquoi-le-clivage-droite-gauche-est-il-d%C3%A9pass%C3%A9/

    1. @ L’Espoir
      Donc, il ne reste dans le « paysage » politique français actuel qu’une alternative : le Front de Gauche ou le Front National.
      Pour moi, ce sera le FdG.
      Pourtant, je ne souscris pas à toutes ses propositions.

  9. En lisant cet extrait du billet invité de François Leclerc

    « Wolfgang Schäuble, le ministre des finances, a de son côté jugé « incontournable » la baisse du salaire minimum », en raison de coûts salariaux grecs trop élevés, précisant que « toutes ces mesures n’ont pas pour but de faire souffrir les gens mais de remettre la Grèce sur le chemin de la croissance ». »

    On ne peut être que convaincu du fait que les allemands ne comprennent même pas leurs propres intérêts.
    Faire encore baisser les salaires en Grèce mais aussi dans les autres pays du Sud de l’Europe ne pourra conduire qu’à deux effets

    1 une concurrence par les bas salaires pour des produits importés de Grèce en Allemagne
    2 Un moindre pouvoir d’achat des grecs pour les produits allemands exportés en Grèce.
    (sans compter un troisième effet encore plus dramatique: l’effondrement de l’économie grecque qui n’est pas non plus favorable à l’économie allemande)

    Les capitalistes aveuglés par leurs conseillers « fondamentalistes de l’économie de marché » sont incapables de se rendre compte qu’ils sont en train de scier la branche sur laquelle ils sont assis.

    Paul

    1. La Grèce n’est qu’un vaste crash test pour connaitre la résistance des peuples d’Europe. S’ils encaissent ( les grecs) les coups sans trop de mal, le laboratoire s’ouvrira aux autres nations en » difficulté ». Résistance, c’est le maître mot. On peut dire que les grecs sont les précurseurs. Ça va saigner, alors autant résister tout de suite, car après ,ça sera notre tour et il n’y aura plus de grecs pour nous aider. Résistance avec les grecs, maintenant, par tous les moyens!

      1. Bonsoir
        Résistance ,dites vous, bien entendu ,et comment résister?
        Voyez comme l’information même n’est pas au fait des réalités ou les oublie,volontairement
        Croyez vous que le citoyen moyen y comprenne quelque chose,prenne le temps de creuser
        Il me semble que,non seulement plus les moyens de communication sont étendus,plus les hommes sont isolés.Plus l’information a d’outils pour nous avertir ,moins elle informe,éduque ,élève
        La résistance demande peut être une remise en cause de nos médias,ou partie
        Ces hommes et femmes portent une grande part de responsabilité sur l’ignorance dont nous souffrons,Ils ont oublié la noblesse de leur profession et l’ont sacrifiée à leur propre notoriété.
        En ces temps de crise,nous n’avons pas besoin de bouffons,qu’ils se remettent en question à leur tour,et vite,il y a urgence.

    2. @ Paul Tréhin:
      Ça me rappel l’histoire du scorpion qui demande a la grenouille de l’aider a traverser la rivière,la grenouille lui dit d’accord mais tu ne me piqueras pas? Le scorpion lui dit OK je ne te piquerai pas et il monte sur le dos de la grenouille. Arrivé au milieu du gué le scorpion pique la grenouille, celle ci lui dit « Mais qu’as tu fait? maintenant on va mourir tous les deux ». Le scorpion répond « Oui,je sais, c’est plus fort que moi, c’est dans ma nature »

  10. Bonsoir à tous

    On pourrait, à titre d’illustration de la logique du propos, prendre un de ces Messieurs et l’écorcher vif en place de Grève en prenant bien soin de lui expliquer que cette mesure n’a pas pour but de le faire souffrir mais de lui extirper sa chiennerie afin que son humanité puisse retrouver sa croissance!

    Cordialement!

    1. Assurément, aucun moyen ne sera ignoré par les criminels à la tête de ces institutions (commission européenne, FMI, BCE, …) pour réduire les peuples européen en esclavage, comme cela est déjà arrivé en Amérique du sud dans les années 70-80. Sauf qu’en s’en prenant à l’Europe, où est née la démocratie, ces monstres vont frapper plus fort encore.

  11.  » La tentation de pousser la Grèce à quitter la zone euro semble de plus en plus forte en Allemagne, aux Pays-Bas et en Finlande, les pays vertueux de l’Europe. Incidemment, le ministre allemand des finances a révélé, lors d’un débat parlementaire vendredi, que l’endettement de la Grèce ne reviendrait pas à 120 % de son PIB en 2020, mais au mieux à 136 % , selon les derniers chiffres disponibles. Une manière de suggérer que la cause est perdue d’avance et qu’il est inutile de s’acharner sur le cas grec. Et pour bien souligner la différence, Wolfgang Schaüble a volontairement commis l’indiscrétion à Bruxelles de dire qu’il était prêt à étudier de nouvelles aides pour le Portugal, dès que le sujet grec aurait été traité. L’Europe ferait ainsi la part du feu dans la crise de l’euro.

    Une sortie de la Grèce de l’euro, cela signifie un défaut organisé ou non du pays. Les financiers ne l’ignorent pas et en redoutent déjà les conséquences. En premier lieu, cet événement amènerait immanquablement le paiement des CDS, ces fameuses assurances crédit censées protéger contre les risques de défaut et qui ont surtout servi de vecteurs de spéculations contre les dettes publiques européennes. Quatre banques américaines tiennent 80 % de ce marché totalement opaque. Elles ont vendu des garanties pour plusieurs milliers de milliards de dollars, sans constituer les provisions d’assurances en face. Demander le remboursement des CDS risque donc de déclencher un nouveau tsunami financier à Wall Street.  »
    http://www.mediapart.fr/journal/economie/130212/grece-meme-le-monde-financier-ne-croit-pas-lausterite-europeenne
    Alors cette histoire de CDS ?
    Info ou intox ?
    Bras de fer inutile?
    Jeu de dupes?

    1. Les CDS ont ils une duree de vie illimites, ou sont ils limites ds le temps.
      L idee serait de savoir si en faisant trainer la crise, ils finiront par desactiver la possibilite d activer les CDS.

      Merci !

      1. @Vigneron

        Je ne savais pas qu’on était capable de tracer exactement un marché de gré à gré particulièrement opaque. Encore un de vos super-pouvoirs ?

      2. Nicks, bosse un peu feignasse, informe toi plutôt que parfaire ton bronzage sous les UV de ton Jean-Lumière. Après tu pourras raconter les mensonges politiquement rentables que tu veux, c’est autorisé, même par Descartes, mais au moins tu sauras que tu mens. C’est moins confortable mais plus sûr… Paye toi une sorte de Cds sur les mensonges que t’achètes et revends en quelque sorte… c’est gratuit en plus… au contraire des premiums sur Cds grecs… patate bronzée.

      3. Nicks, t’as vraiment rien pigé à ce qu’est un Cds, à ses fonctions réelles dans le système. That’s all.
        http://www.zerohedge.com/article/guest-post-greek-cds-missing-forest-trees
        http://www.zerohedge.com/news/any-greek-restructuring-should-be-designed-trigger-credit-event
        Et je te rassure, le toro Miura, manso ou brave qu’importe, qui pique à la cape puis à la muleta sans débander, écume aux joues jusqu’au descabello sordide et sous le puntillo de boucher, il n’a pas de faiblesses, non, il n’est que faiblesse, mais glorieuse quelquefois certes : vuelta al ruedo, traîné par deux mules. Brave Miura, mort.

    2. Les CDS grecs sont un battement d’aile de papillon, donc peu de chose et beaucoup, énormément, en même temps.

      http://www.gold-speculator.com/mark-lundeen/75541-greek-credit-default-swaps.html

      The Bank of International Settlements latest statistics lists the total notional value for Credit Default Swaps (November 2011) over 32 trillion dollars.

      Greek CDSs are only a small part of this 32 trillion, notional value market. So, if Wall Street defaulted on their Greek CDSs, let’s assume just a tiny-trillion in notional value, the remaining $31 trillion CDSs written by these same banks (and others) for muni, corporate and sovereign bonds would become worthless as hedges for the bonds they were bundled with. The “risk” these CDS were allegedly “offsetting to those who could better bear them” (the American taxpayer), would soon be re-priced into the global bond market; overwhelming the efforts of the world’s central banks to keep interest rates contained within their “designed parameters.”

      1. elle pourrait rendre nécessaire l’activation des CDS par l’ISDA (International Swaps and Derivatives Association), ce qui reviendrait à constater un défaut et à pénétrer en territoire inconnu.

        http://www.pauljorion.com/blog/?p=33011

        Ultimately, the culprit in the potential downfall of the Greek negotiations and cause of significant losses for U.S. financial institutions may be the same one that played a major role in the U.S. financial crisis three years ago–the CDS.

        http://uicifd.blogspot.com/2012/02/house-of-cards-greek-bond-restructuring.html

      2. Passionnant le CV de ta blogueuse, qu’on doit être deux à avoir lue…
        http://www.blogger.com/profile/12575190402680104325
        Pour l’extrait de François, il date un peu (11 janvier) et il a depuis changé son fusil d’épaule, à juste raison… 26 janvier :

        Il existerait bien une solution qui permettrait de contraindre tous les créanciers à participer à l’échange afin d’en finir, mais elle est à double tranchant. Non pas tellement parce qu’elle déclencherait l’activation des CDS – un “événement de crédit” constaté, étant donné les volumes limités qui semblent avoir été émis – mais parce que la mise en place d’une clause d’action collective serait également contraignante pour la BCE.

        « Volumes limités » il a dit le monsieur, capito ? Et insignifiant au regard du sous-jacent que je dirais même, càd du problème réel, celui des titres de créance sur la Grèce réduite à nada, pour les quelques Big banques qui en détiennent encore un tout petit peu, pour les HF qui les ont payées que dalle, et surtout par la BCE, le Fesf et les banques grecques…
        Faites un tour chez DTTC, c’est, pour les ceusses du FT ou de ZH et autres qui s’intéressent un chouïa à la chose dérivée de crédit et autres, de l’ordre de 70 % du marché qui y est clearé. Des clopinettes le nominal, brut comme net, des Cds sur Hellenic gvt bonds, mister Bond, James Bond.

      3. D’accord sur un point le problème réél n’est pas dans les CDS, il n’est pas non plus dans la dette non payée d’ailleurs.

        volumes limités qui SEMBLENT avoir été émis

        disait François Leclerc. Il a aussi parlé d’opacité le 11 janvier 2012.

        Resterait, pour être complet, à identifier tout ce beau monde, banques et hedge funds, investisseurs et émetteurs de CDS. Mais ces informations ne sont pas disponibles. Il n’est pas davantage possible de savoir avec quels fonds, prêtés par quelles banques, les hedge funds en question ont le cas échéant réalisé leurs acquisitions. La finance, ce n’est pas compliqué mais simplement opaque.

        Tout est question de crédos. Le DTCC, son mode de fonctionnement, sa composition -et le biais potentiel qui en découle- posent question. Juste avant sa déconfiture certains employés de Lehman Bros siégeaient dans ce même comité de direction: http://www.dtcc.com/about/governance/board.php. Disons que ces profils n’invitent pas à leur donner quitus sans quelques réserves, surtout dans le sujet qui nous occupe et dont l’issue pourrait encore ébrécher leur crédit déjà bien entamé.

        Chacun son job, pour le DTCC c’est protéger ses clients -en gros eux-mêmes- et leur cour de récréation car, non, ce n’est pas un organisme philanthropique qui aurait le destin de la Grèce à coeur en première instance.

        http://www.dtcc.com/about/business/

        Mission
        We protect our clients and financial markets and systems as a whole. We leverage our scale and expertise to perfect a more robust, unified infrastructure and promote solutions that systematically reduce risks, amplify operating efficiency and minimize cost.

        Vision
        We are unwavering in our commitment to drive out risks and costs. To achieve this, we partner with clients to bring stability to the global financial markets and create efficiencies for an ever-expanding industry.

        Propagande de marchands de vent de très bas niveau votre daube, Vigneron 😉

  12. Petit raccourci

    l’objectif étant selon lui de « libérer les forces productives » grecques

    « le peuple grec veut que nous restions dans l’euro et nous ferons ce qu’il faut pour rester dans l’euro ».

    Il était impensable de ne pas donner un exutoire aux Grecs,

    vérifier l’engagement écrit de tous les partis à appliquer les mesures votées hier soir.
    Le bipolarisme a probablement vécu

    Ils arrivent à libérer les forces grecques productives, qui veulent d’abord se libérer de l’oppression, oui.

    Pourquoi donc l’état grec, même en faillite, quitterait-il l’euro? L’euro est sa devise officielle, revenir à la drachme ne pourrait que compliquer encore la situation. Personne ne peut imposer une monnaie à un pays souverain, ce serait donc stupide de la part des grecs de quitter l’euro. C’est même LA chose à ne pas faire puisque rien n’empêche de ne pas rembourser (ni en euros ni en drachme).
    Même si l’UE parvenait par on ne sait quel mécanisme à éjecter la Grèce, l’euro pourrait rester sa monnaie, avec le droit d’en émettre la quantité nécessaire, et bien sûr sans l’accord de Berlin ou de Francfort (vous aviez remarqué que le siège de la BCE se trouve à FRANC – FORT? parce que Markfort et Eurofort n’existent pas… 😀 ).

    L’élection d’avril est en effet un exutoire, pour ne pas dire un attrape-nigaud, les mesures d’austérité ayant été préalablement validées par les principaux chefs de partis. Quel que soit le résultat de l’élection il n’y aura PAS de changement ! Ce seront encore des pantins inutiles aux ordres, les mêmes ou d’autres, c’est tout.
    Cette élection inutile est un nuage de fumée pour permettre aux grecs de montrer leur mauvaise humeur dans le cadre des élections ET SURTOUT pour éviter une bronca populaire jusqu’à la date de l’élection.

    Il y a deux solutions (et une autre) pour éviter le piège :
    – refuser de voter, dire pourquoi pendant la campagne et manifester contre ce piège à cons le jour de l’élection.
    – voter pour un parti non-signataire, alternatif, etc, de préférence créé pour l’occasion, un parti du NON!!
    et en attendant, continuer de manifester en ville mais hors de portée de la police, et si possible pour ceux qui peuvent, la grève totale (pas générale, mais totale) : refuser de travailler jusqu’à l’élection et sans doute après, aller planter des légumes, laisser s’effondrer totalement le système.

  13. Le clientélisme dont les deux partis de gouvernement ont historiquement fait leur miel est lui aussi menacé d’être sapé, alors qu’ils portent la responsabilité de la situation actuelle.

    Décidemment tout fout le camp !
    Evidemment il y a bien les élections pour tenter de calmer tout le monde….
    Mais ce n’est plus une série de discussionS ou de polémiques entre politiciens de bonne famille qui risque d’arriver en Grèce mais plutôt une bipolarisation entre l’extrème-droite et l’extrème-gauche. Il n’y aura plus de Centre avec des personnalités jadis écoutés. C’est un pas vers la guerre civile qui traduit une guerre de classes qui ne fait que commencer.

  14. Sous la ‘junte’ merkozy, l’Europe se transforme en dictature:

    Democracy and transparency remain the biggest victims of the euro crisis.

    The eurozone elite continues to test the limits of democracy at its own peril. If policies remain the same irrespective of who’s in power, sooner or later, voters will look to other, and far more unpleasant, alternatives.

    http://blogs.telegraph.co.uk/finance/matspersson/100014896/democracy-and-transparency-remain-the-biggest-victims-of-the-euro-crisis/

  15. French Socialist candidate François Hollande attempts to reassure The City

    François Hollande, the French Socialist candidate in presidential election held out an olive branch to Britain yesterday, saying it should feel « part of Europe ».

    http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/france/9080133/French-Socialist-candidate-Franois-Hollande-attempts-to-reassure-The-City.html

    Incroyable un candidat ‘socialiste’ qui s’en va rassurer la CITY….

    Greece won’t see a cent of the great bail-out
    MPs in Athens may have voted for austerity, but the reality is that default is looming.

    http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/greece/9079430/Greece-wont-see-a-cent-of-the-great-bail-out.html

    1. dissy

      A propos de la City, Hollande s’est montré très critique, il en a même profité pour regretter que Blair n’ait pas régulé suffisamment la finance.

      Hollande : « David Cameron’s attempt to create a sanctuary from regulation for the City of London is not acceptable, » La tentative de Cameron de faire de la City un sanctuaire qui serait soustrait à toute régulation n’est pas acceptable. « 

      1. fnur
        Bertrand Lemmenicier l’auteur de cet article est un libéral pur sucre, libertarien revendiqué, l’article est d’ailleurs publié en collaboration avec à l’Institut Turgot, hink tank lui-même très libéral. ….

      2. Lemmenicier ou Mme Soleil, même combat.

        Quand je lis en plus ceci « Les électeurs ne sont pas des nuages mais des êtres humains rationnels », j’en conclus qu’en voilà un de plus qui prend ses désirs pour la réalité.

        Quand la prévision se limite à de la comptabilité d’épicier, mieux vaut passer outre.

    1. @oil Man
      Cela me rappel une jolie phrase de M.AUDIARD
      « A travers les innombrables vicissitudes de la France, le pourcentage d’emmerdeurs est le seul qui n’ait jamais baissé »

  16. 9 pays europeens degrades par moody , perspective negative pour la france ,le royaume uni,et l’autriche sur zero hedge

  17. « ….Et Yvan et Vigneron m’avaient dit ce jour là : Tais toi Martine et bois un coup…. »

    vigneron
    13 février 2012 à 23:41

    Calomnie…

    Gaffe Vigneron ! Il se fait que mon amie Anne qui habite Oppedette me proposait cet après midi de prendre un « ryanair » à 10 euros pour la rejoindre demain…Et que pour « le juste prix » il me serait plus facile de venir discuter avec vous, en face de cette  » calomnie »….Un point pour vous, vouloir retrouver sur les posts du blog Jorion « la preuve de ma bonne volonté » serait bien plus ardu que de prendre ryanair et de venir « vous en coller une en live » ;-))))

  18. Tout l’art consiste à passer la tondeuse de droite à gauche
    puis de gauche à droite
    et ainsi de suite…

    Le principe de base étant que les coûts sont toujours trop élevés par rapport aux bénéfices.
    d’où l’intérêt de baisser les salaires et les impôts sur les sociétés.

    Pensées primitives d’un accapareur.

  19. Je voudrai bien savoir quels seront les candidats grecs à la députation qui vont devoir s’enquiller l’application du plan voter hier !! A part les fachos (qui ne l’ont pas voté) pas sûr qu’il y ait beaucoup de motivé-es !

    C’est un pari des plus risqué…

  20. SARKOZY perd son AAA Moody’s enfin perspective négative.

    http://www.liberation.fr/depeches/01012389869-moody-s-envisage-de-priver-la-france-et-la-gb-de-leur-aaa-a-moyen-terme

    http://www.zerohedge.com/news/moodys-downgrades-italy-spain-portugal-and-other-puts-uk-france-outlook-negative-full-statement

    Moody’s adjusts ratings of 9 European sovereigns to capture downside risks

    As anticipated in November 2011, Moody’s Investors Service has today adjusted the sovereign debt ratings of selected EU countries in order to reflect their susceptibility to the growing financial and macroeconomic risks emanating from the euro area crisis and how these risks exacerbate the affected countries’ own specific challenges.

    Moody’s actions can be summarised as follows:

    – Austria: outlook on Aaa rating changed to negative

    – France: outlook on Aaa rating changed to negative

    – Italy: downgraded to A3 from A2, negative outlook

    – Malta: downgraded to A3 from A2, negative outlook

    – Portugal: downgraded to Ba3 from Ba2, negative outlook

    – Slovakia: downgraded to A2 from A1, negative outlook

    – Slovenia: downgraded to A2 from A1, negative outlook

    – Spain: downgraded to A3 from A1, negative outlook

    – United Kingdom: outlook on Aaa rating changed to negative

  21. Moody’s change la perspective de la France à négative
    L’agence de notation a annoncé lundi soir qu’elle envisageait d’abaisser à moyen terme la note de solvabilité maximale (Aaa) qu’elle attribue à la France.

    On va encore dire que c’est la faute du PS du coté de l’UMP?Ils en sont capables.Mauvais lancement de campagne Nico.

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0201897103083-moody-s-change-la-perspective-de-la-france-a-negative-288763.php

    Les attendus détaillés de Moody’s:

    http://blogs.lesechos.fr/by-les-echos/le-communique-de-moody-s-sur-la-note-de-9-pays-europeens-a9148.html

    Campagne, déja un recul:

    Sarkozy veut s’attaquer à la réforme du modèle social
    Parmi les mesures-chocs annoncées pour sa campagne, le chef de l’Etat aurait envisagé de mettre fin au statut de la fonction publique pour les nouveaux recrutés, avant d’y renoncer.

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/election-presidentielle-2012/ump/0201896418849-sarkozy-veut-s-attaquer-a-la-reforme-du-modele-social-288672.php

  22. OK, j’essaie d’imaginer la sortie de la Grèce de l’euro. Et si les Grecs ne le veulent pas sortir de la zone euro que peut-il se passer?.
    Première question: Les grecs ont-ils des planches a billets en euros? Sinon peuvent-ils fabriquer ces planches? Si oui a l’une de ces questions quel est le problème?
    Bon,d’accord ils ont pas les planches(qui les a?), mais tous les grecs ont des euros, si ces euros ne sont pas utilisés pour rembourser la dette, ils peuvent donc être recyclés en interne.. Quel est le problème?
    Bon d’accord les billets ne sont pas utilisés dans les transactions financières internationales, mais les banques grecques ont tous les numéros nécessaires pour créer ces transactions. Donc pas de problèmes.
    Bon, les instances internationales peuvent changer les numéros de comptes et ne plus accepter les transactions venant de Grèce, et aussi changer tous les billets d’euros en circulation pour que les Grecs ne puissent pas se servir de ceux qu’ils ont,tout ceci a ajouter aux CDS qui devront etre payés,ça va créer un de ces bord..
    Difficile de prévoir tout ça, qui peut m’aider?

    1. Les grecs ont sans aucun doute de l’encre, du papier et une bonne imprimerie pour faire une monnaie nationale.
      Il suffit qu’ils le fassent en décrétant un moratoire pour que le pays se relève rapidement.

      1. C’est ça Finckh, c’est simple comme un coup d’fil hein ? A Poutine par exemple pour se faire livrer à l’oeil pétrole et gaz, plus tout le reste, c’est à dire à peu près tout… Et pour exporter quoi à prix dépréciés pour profiter de la fameuse croissance en J des grandes dévaluations ? Du soja comme l’Argentine après leur dévaluation de 70 % ? Des matières premières ? Des produits industriels ? Avec quelles industries ? Des usines Renault, Volkswagen ou Apple ? Et tout ça dans une Europe et un monde en récession et qui bloque de plus en plus ses frontières nationales ? Ah ouais vont p’têt faire rentrer des dollars, des euros et des yuans dans les poches des touristes. Génial.

      2. johannes,je me suis mal fait comprendre: Les Grecs ont tout intérêt au contraire a garder l’euro comme monnaie,la finance sera coincée…

  23. Faute avouée, faute…
    « Notre système politique est responsable collectivement de tous les fonctionnaires que nous avons embauchés par favoritisme, des privilèges que nous avons accordés par la loi, des demandes scandaleuses que nous avons satisfaites, des syndicalistes et des hommes d’affaires que nous avons favorisés et des voleurs que nous n’avons pas mis en prison ».

    http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2012/02/georges-papandreou-reconnait-la-corruption-de-la-classe-politique-grecque.html

    1. Le copinage mon cher monsieur,

      Le copinage il n’y a toujours pas mieux pour moins ressentir les premiers effets de la crise dans la chair et dans votre vie. Et si la classe politique en Grèce n’était pas plus corrompue qu’ailleurs, mais qui donc n’a jamais un peu péché en matière d’économisme, de position, de confort, de bureau, de carrière, etc.

      J’irais alors jusqu’au bout de mes rêves les plus fous en matière d’austérité bien appliqué partout, pourquoi font-ils d’abord cela aux pauvres damnés de plus sur terre, tout simplement parce que depuis la première et la seconde guerre mondiale, on n’a jamais trouvé mieux pour mieux éviter de nouveau la déchirure entre les ménages et les peuples, surtout dans un tel monde commercial en sursis, c’est principalement le calcul marchand sur toute la terre.

      Pas étonnant que le monde s’en désespère graduellement. Oui faut vraiment avoir un très bon carnet d’adresse et une bonne carrière pour pouvoir encore se permettre d’acheter le dernier i-phone du moment pour leurs petits enfants.

      C’est pourquoi connaissent-ils vraiment bien la vie ? Apparemment oui pourquoi s’enfer alors davantage ?

      1. +1 le reveil des consciences est necessaire, sinon le processus en route continuera
        le vote je n y crois plus
        la rue est souvent violente
        mais le systeme aussi, toujours et de plus en plus

    2. Ce qui me faire rire c’est que tout le monde fait comme si la grèce était plus corrompu/clientéliste que les autres. Autour de chez moi c’est pareil au niveau local, mais on peut regarder au niveau national (EPAD par exemple), + toutes les décisions de complaisance (Tapie,…), affaire bettencourt et c’est pas un problème de droite ou de gauche, le PC négocie actuellement ses députés dans le dos du PG et dicte les interventions de mérluchon ( »pas de anti-hollande, SVP »),…/… La liste est infinie . Depuis des lustres les anarchistes disent que c’est le système qui est pourri et on nous traite d’utopistes ou de peigne cul ! Ben encore une fois la démonstration par le fait est édifiante, les grecs vont, je l’espère s’abstenir en masse lors de la future pantalonnade d’Avril et nous de même.

    3. « « Notre système politique est responsable collectivement de tous les fonctionnaires que nous avons embauchés par favoritisme, des privilèges que nous avons accordés par la loi, des demandes scandaleuses que nous avons satisfaites, des syndicalistes et des hommes d’affaires que nous avons favorisés et des voleurs que nous n’avons pas mis en prison ». »

      (citation Papandréou)

      Rappel réponse Olivier Berruyer http://www.les-crises.fr/10-mythes/

      Delphin

  24. 2012 serait l’année des prises de conscience ?
    Grêce , Eternit , Monsanto , Trichet , les responsables à la Bastille.

  25. Brice Couturier en forme sur France-Culture, je résume de mémoire:

    Les grecs ont élu des dirigeants pourris et corrompus, ils sont responsables et donc il est normal qu’ils payent pour leurs fautes.
    Les grecs ont préféré s’endetter pour s’acheter des piscines, plutôt que pour développer leur économie, tant pis pour eux.
    La Troïka est en train de réformer en « douceur » la dette grecque.
    On ne va pas céder à la tyrannie de la rue!

    Un vrai festival « libéral »…

    1. « les grecs », c’est vague, car il y a les détenteurs de piscines d’un coté et les pauvres de l’autre et que l’on essaye de faire payer davantage.

  26. Tant que les députés grecs restent des serviteurs serviles d’un diktat étranger, il n’y aura pas de paix possible dans ce pays.
    Ne pas rompre avec des traités européens, absurdes pour la Grèce, relève du crime contre le peuple grec.
    Toutefois, cela ne suffira pas si le gouvernement grec ne réussit pas, par ailleurs, à collecter plus efficacement et plus justement des impôts.

  27. Bonjour. Partant toujours du principe que nos oligarques européens ne sont pas plus sots que la moyenne d’entre nous, et constatant qu’ils mettent en oeuvre une course à l’abîme échevelée débouchant sur un désastre économique, politique et social prévisible, avec le risque d’une mise en cause de l’Union européenne elle-même, j’essaie d’en tirer une conclusion logique. Ces gens se fichent de la construction européenne dès lors qu’il faut sauver les banques engagées en Grèce et ailleurs, et profitent de l’occasion pour tuer le modèle social européen, sur lequel, si je me souviens bien, était officiellement plus ou moins gagé le projet de l’Union. A l’arrivée, cette Union n’est donc plus qu’un maillon du système financier mondial qui a pris les manettes de notre destin, en écartant l’ennuyeuse démocratie dite bourgeoise qui arrivait peu ou prou à mettre un frein à la voracité des uns et des autres. Parallèlement, il apparaît que les gouvernants occidentaux sont moins l’expression du système oligarchique que le système lui-même. Ils poussent donc l’avantage de leur camp, celui des possédants, contre la majorité de la population. Cette machine infernale ne tombe pas du ciel. Elle a été inventée par tous les partis de gouvernement dans les pays européens. Le baptême officiel du monstre qui à présent nous dévore a été Maastricht. Le but est maintenant de privatiser, ponctionner, etc… Il n’y a plus de politique, mais de la gestion au profit des oligarchies en place. Pauvre Grèce, pauvre de nous! Qui nous rendra la démocratie? Qui nous rendra le souci de l’intérêt général? Faut-il que tous nos enfants deviennent banquiers pour espérer ne pas mourir de faim? Chers amis, en ce début 2012, « on est mal », et les « grands candidats » aux présidentielles, ceux qui ont à priori une chance de l’emporter, ne me rassurent guère. L’extrême droite peut se contenter de laisser faire, d’autres travaillent pour elle.

    1. Qui nous rendra le souci de l’intérêt général?

      « We the people », personne d’autre ne le fera sinon…
      Mais il faudrait que le Peuple se réveille, actuellement il semble particulièrement anesthésié.

      1. Pire le Peuple est dans un tel état de stupéfaction, suite à l’application de la thérapie du choc, qu’il pourrait céder au chant ensorceleur de sirènes dangereuses.

      2. Une réponse de Simone Weil:
        Les chômeurs souvent déresponsabilisés par des années d’inactivité sont peu susceptibles de s’engager dans une action énergique et trop désorientés pour concevoir une nouvelle forme d’organisation économique. Quant aux ouvriers pourvus d’un emploi, la précarité même de cet emploi leur dicte la nécessité de ne pas risquer la sécurité relative dont ils profitent. Une telle conjoncture, loin de solidariser ses victimes, les oppose en réalité de manière implacable : les travailleurs, si peu privilégiés qu’ils soient, se sentent menacés par la masse des chômeurs qui sont à tout moment des remplaçants potentiels en cas de conflit avec les employeurs. Au total, les sentiments révolutionnaires ne sont excités que dans un premier temps ; plus la crise s’approfondit, plus elle compromet l’unité ouvrière et plus elle la détourne de s’attaquer aux structures sociales

    2. Parallèlement, il apparaît que les gouvernants occidentaux sont moins l’expression du système oligarchique que le système lui-même. Ils poussent donc l’avantage de leur camp, celui des possédants, contre la majorité de la population.

      Les politiciens dépendent de l’appareil politique pour manger et, en vertu de cette dépendance-là, ils bouffent plutôt bien, tous n’ayant pas l’opportunité de se recycler comme par exemple J.-L. Dehaene au CA de Dexia — délicieuse reconversion !

      Et encore, si les plus malins, ou les plus roublards, entrevoient des opportunités de réinsertion sociale, ce sera probablement au sein d’un appareil politique autre que celui qui les occupe actuellement : Herman Van Rompuy qui « saute » de la politique belge (premier ministre) à la présidence du conseil de l’UE pour quelque 300 à 400 000 € net par an, plus les frais, les avantages et les rabiots associés à la fonction. Ce n’est pas Byzance, mais pas le modèle crève-la-faim non plus. (Allez ! au bas mot, environ 100 fois le salaire grec minimum dans sa version « austérité de redressement ». Austérité nécessaire, hein ! « Nous ne sommes pas des porcs. Pas encore. »)

      En plus, une fois dedans, vous faites comme partie d’un réseau de première ligne, là où les informations disons « intéressantes » (et/ou intéressées) circulent. On serre des mains, on rencontre des gens… Bref, pas le temps de chialer et de gamberger en comparant le prix de la saucisse en promotion au kilo de rutabaga, question de ne pas se mettre dans le rouge et sucer les os du clébard dès le quinze du mois. Quand on n’a pas dû manger d’abord le chien, puis le panier en osier synthétique du chien.

      Bien évidemment, cette dépendance-là, elle a un coût. Non pas de l’argent que vous viendriez à sortir de votre portefeuille, du moins pas comme ça ; plutôt une attitude à acquérir et une certaine façon d’envisager la fonction de telle sorte qu’elle serve et vos intérêts et ceux des individus ou groupes sociaux en mesure de servir vos intérêts, ceux-ci se comportant d’ailleurs exactement comme vous le faites. L’effet boomerang : « Entre nous, on se comprend. » Même pas besoin de comploter.

      Résultat des courses : l’émergence d’un halo de privilégiatures de plus en plus complexes, quelquefois nébuleuses, « occultes » diront certains, un embrouillamini de nomenklaturas souvent parasites qui, d’une part, finissent par perdre contact avec la réalité de monsieur-tout-le-monde et qui, d’autre part, à force de rester coincées dans le même moule, en viennent autant à dégénérer (résultat d’une consanguinité de plus en plus forte) qu’à virer à l’autoritarisme par nécessité de conservation, voire même quelquefois d’autopromotion : « Voyez, voyez combien nos exigences deviennent conformes à vos (nos) désidératas. »

      Le problème, c’est qu’en dehors du halo, c’est le bordel à visage commun ; celui-là même qui concerne la plupart d’entre nous, là où, pour un oui, pour un non — une petite crise d’austérité par-ci, une restructuration par-là, ou encore un plan de relance économique genre « agenda 2010 » — les aléas de la vie peuvent vous précipiter du jour au lendemain dans la nécessité (la vraie, celle qui est en contact direct avec la chair et le sang), le désespoir, la misère noire, ou d’autres joyeusetés inversement proportionnelles à ces bulles de plaisirs financiers, une fois que la théorétique en vase creux de l’intérêt pour l’intérêt prend sur elle de devenir pratique et d’anéantir toute poétique afin de se donner des air de miracle. Celui de l’éternelle résurrection. À tout prendre, une resucée, une autre forme d’indigence.

      « La misère… Oh putain …! Allez les Grecs ! Encore un p’tit effort ! »

  28. Le vide politique d’après avril 2012, en Grêce…?

    Dans quel film ?

    La nature à horreur du vide et la Grêce une longue expérience « démocratique ». La Grêce,
    c’est prévisible, va devenir la première démocratie avancée de l’Europe (comme un camembert).

    Et la partie continuera, comme prévu…

  29. Pour y voir plus clair

    Loin de moi de remettre en cause les billets qui nous parlent de la Grèce, de ses turpitudes et des décisions scandaleuses prises pour y apporter des remèdes.

    Dans ce concert il ne faudrait surtout pas oublier que l’ex premier ministre a eu le courage de prononcer ces mots au Parlement avant le vote.

    Il faut espérer que c’est sur cette base que va se reconstruire la Grèce et qu’elle ne sera pas la victime l’idéologie justiciaire des WAPS et des Allemands.

    Georges Papandreou reconnait la corruption de la classe politique grecque

    Georges Papandreou, l’ancien premier ministre socialiste grec, a reconnu, dans la nuit de dimanche à lundi, au cours du débat sur le plan d’austérité, la faillite collective du système grec et la responsabilité des politiciens dans celle-ci. Il s’est « excusé » pour la gabegie institutionnalisée qui règne dans son pays depuis le retour de la démocratie en 1974. « Notre système politique est responsable collectivement de tous les fonctionnaires que nous avons embauchés par favoritisme, des privilèges que nous avons accordés par la loi, des demandes scandaleuses que nous avons satisfaites, des syndicalistes et des hommes d’affaires que nous avons favorisés et des voleurs que nous n’avons pas mis en prison ».

    Ces quelques extraits de son discours nous ont été fournis par des internautes grecs. Il y a sans doute plus, mais, curieusement, on n’en trouve pas trace dans les dépêches des agences, ce qui est regrettable. Car ce n’est pas tous les jours qu’un ancien chef de gouvernement reconnait solennellement la responsabilité collective de l’élite politique dans la faillite de son pays et la corruption généralisée des moeurs politiques. Une telle déclaration pourrait-elle servir de base à une action en justice ? Le problème est qu’en Grèce la justice est elle-même largement corrompue comme en témoignent les très rares condamnations pour fraude fiscale… Pauvre Grèce !

  30. Enfin, me voilà rassuré: vu l’état actuel de la Grèce, le comportement de l’Union Européenne à son égard, elle pourra toujours se vendre à la Sainte-Russie, elle-aussi orthodoxe.

    Quant on n’a rien à perdre…

    1. Je suis tout à fait d’accord… On vient de jeter les Grecs dans les bras de la Russie !

      Je ne vois pas la Grèce rester dans l’UE tout court à terme… Déjà la Russie faisait des appels du pied ; les résultats électoraux risquent d’accélérer le rapprochement.

      Nos amis serbes ne doivent pas être vraiment être enthousiastes à l’idée de rejoindre l’UE ; eux qui font le parcours du combattant pour obtenir leur ticket d’entrée.

      L’attitude de l’Allemagne, et je le déplore, y est pour beaucoup…

      1. « Quand on a rien à perdre »
        Tout à fait d’accord, à l’ouest c’est mort, alors regarder vers l’est n’est pas dénué de sens. Mais ils leur faudra d’abord se débarrasser des collabos qui sont à la tête de leur Etat.

  31. Hors sujet, quoique… Parmi vous, qui peut m’apporter des infos sur l’implication de la Chine, qui deviendrait, sous peu, l’Actionnaire d’EDF, par ratification d’un accord avec le gouvernement actuel Français et qui ferait de la France, le grand parc nucléaire de la planète soit la réserve d’énergie nucléaire mondiale, et ce donc, sous la gouverne de la Chine. Merci

    1. Vous croyez en la supériorité du nucléaire français, vous?…mais quand ça pètera, on ne demandera plus comme dans le passé, si c’est américain, britannique, russe, chinois, japonais…ou… français, n’est-ce pas?

  32. Grecs = Slaves
    Anciens communistes , alphabet syrillique , prolongement géographique des pays de l’est , orthodoxes , pas étonnant qu’ils aient à faire avec une oligarchie du style russe , l’europe n’aurait jamais du les intégrer , il faut qu’ils sortent.

    1. Que d’erreurs dans ces propos! Que de racisme, avec ça MLP n’aura aucun souci pour son avenir.
      Les grecs ne sont pas slaves, ni anciens communistes. Ce n’est pas un alphabet Cyrillique, mais grec.Ils faut qu’ils sortent, pour vous bien sûr, maintenant qu’ils n’amènent plus rien de bon. Le mot démocratie est un mot grec à l’origine, que manifestement vous ne connaissez pas.

    2. « Grecs = Slaves
      Anciens communistes , alphabet syrillique , prolongement géographique des pays de l’est , orthodoxes , pas étonnant qu’ils aient à faire avec une oligarchie du style russe , l’europe n’aurait jamais du les intégrer , il faut qu’ils sortent. »

      ———-
      Le simplisme a encore frappé.
      Le simplisme est le miel des leaders démagogues.
      Le simplisme, lorsqu’il fermente, par les circonstances, fait des brutes avinées.

      Delphin, en toute simplicité (volontaire)

    3. « Grecs = Slaves
      Anciens communistes , alphabet syrillique , prolongement géographique des pays de l’est , orthodoxes , pas étonnant qu’ils aient à faire avec une oligarchie du style russe , l’europe n’aurait jamais du les intégrer , il faut qu’ils sortent. »

      Rassurez-moi c’est (au moins) du second degré là ?

    4. MDR J’avais déjà entendu des gens de l’UMP nous comparer à des turcs chrétiens ou à des libanais et qui disaient que notre culture était orientale et non européenne et maintenant d’après vous (sûrement de l’UMP aussi ?) on serait des slaves ? Trop drôle. Non mon bon monsieur, on est tout simplement les héllènes (et pas grecs) et notre pays c’est Hellas (et non pas Grèce).

      Et quand les italiens (surtout du sud) nous disent : « una faccia una razza  » (la même face, la même race), ça veut dire que les italiens sont aussi des slaves à ce moment-là ?
      http://en.wikipedia.org/wiki/Greco-Italian_relations

      Et le système français c’est quoi à votre avis, sinon une oligarchie ? 2 partis seulement (PS et UMP) qui peuvent être élus et dont les dirigeants font semblant de se disputer en public alors qu’ils ont grosso modo la même politique.

      Et beaucoup des politiciens de ces 2 partis sont les fils ou neveux d’anciens politiciens ou grands chefs d’entreprises : Martine Aubry fille de Jacques Delors, Jean Sarkozy fils de Sarko, Marine Lepen fille de Jean-Marie Lepen, … Si la France n’est pas devenue une oligarchie avec toujours les mêmes grandes familles et les mêmes partis au pouvoir, alors je ne sais pas ce que vous appelez oligarchie …

      Et pour l’UE, une monnaie comme l’euro ne permet pas au pays du sud (et même à la France) d’être compétitifs au niveau des exportations voire même du tourisme à moins que l’on ne baisse les salaires pour pouvoir baisser les prix de ventes des biens.
      C’est plutôt nous qui n’aurions pas du accepter l’UE et surtout l’Euro.

      1. Manifestement vous ne connaissez pas l’Oligarchie, relisez ou lisez les études sociologiques des Pinçon et Pinçon-Charlot pour mieux savoir…..et pour être compétitif à la mode libérale, il faut , au mieux, un salaire de Roumain, qui monte une voiture pour 300€/mois ou au pire , celui d’un chinois, qui fait la même chose pour 2 ou 3 fois moins

  33. Opposition à un projet de centrale nucléaire en Chine
    Les habitants du district chinois de Wangjiang, dans la province de l’Anhui (sud-est de la Chine), sur les bords du Yangtsé, se rebellent contre un projet de centrale nucléaire en amont du fleuve. Les autorités locales ont en effet estimé dans un rapport officiel qu’il constitue une menace pour la population.
    Les autorités du district voisin de Wangjiang ont tapé du poing sur la table. Selon elle, le rapport sur l’impact environnemental de la centrale serait irrecevable. Il aurait ainsi omis une précision de taille, à savoir que le site serait construit sur une faille sismique en activité. Ces dernières années, plusieurs séismes ont ainsi été ressentis.

  34. C’est franchement hors sujet, mais comme c’est mardi, c’est « politicailleries »
    Nouvelles Neuves du jour:
    – Christine Boutin jette l’éponge , se retire ( coïtus interruptus, une méthode recommandée par la calotte ) et soutient qui vous savez…..Liliane Bettencourt aussi!
    – Qui vous savez se pointe jeudi pour le lancement de sa campagne à Annecy. On pourra dire ce qu’on voudra, il n’est pas superstitieux, le Nicolas, Annecy, la dernière candidature, les JO 2018, ça s’est terminé par une bâche monumentale…devrait demander à Carla ce que c’est que le « malocchio ». Suggestion: Accoyer devrait nous ressortir son projet de graaaande loi d’amnistie pour les évadés fiscaux ayant mis leur pèze au chaud en Suisse voisine…ça plaira beaucoup à l’auditoire trié sur le volet, vous pensez bien!
    – Nicolas 1° n’ira pas se recueillir au plateau des Glières; il va faire mauvais temps, c’est en altitude, et l’équipe de campagne craint que ça fasse un peu trop  » boule à neige » façon « Les Guignols »….
    – Vu que c’est les vacances scolaires, impossible de mobiliser les écoles primaires pour faire le pestacle; j’ai proposé qu’on sorte les vieux, mais avec ce fichu temps, on risque des pertes en ligne!

  35. Ah si la police grecque les lâche!!!!

    Comme vous poursuivez cette politique destructrice, nous vous prévenons que vous ne pouvez nous contraindre à nous battre contre nos frères. Nous refusons de nous élever face à nos parents, nos frères, nos enfants ou tout citoyen manifestant ou exigeant un changement de politique », souligne le syndicat, qui représente plus de deux tiers des effectifs policiers de la Grèce. « Nous vous prévenons que, en tant que représentants légaux des policiers grecs, nous allons émettre des mandats d’arrêts pour une série d’infractions légales (…) telles que chantage, tentatives de subrepticement abolir ou ronger la démocratie et la souveraineté nationale. »
    http://www.20minutes.fr/ledirect/877534/policiers-grecs-menacent-representants-ue-fmi

  36. les beaufs et incultes et racistes sont parmi nous ! bertrand ! l’alphabet grec n’est pas cyrillique avec un c pas un s, c’est a partir notamment du grec que Cyrille , au IX siècle , a crée cet alphabet.
    Quant à l’oligarchie qui est une forme de gouvernement, du grec oligos (peu nombreux) , ….même un système électif est une oligarchie. L’oligarchie peut être faite des meilleurs (« aristocratie » au sens étymologique), des plus riches (ploutocratie), des technocrates (technocratie), des Anciens (gérontocratie), il suffit de regarder wikipedia , avant de venir déverser sa haine pour un peuple.
    Nous sommes en effet tous gouvernés par des oligarques, aristocrates,ploutocrates et technocrates!!!
    l’Europe n’aurait jamais du nous intégrer!!!
    Mais mon pauvre Bertrand !! l’Europe est faite par les oligarques et pour les oligarques!!

    1. Le parallèle Argentine 2001 / Grèce 2011 est très parlant effectivement…. Qu’est-ce qu’il dit ? Qu’il n’y a rien de plus antinomique que les deux cas, i.e que la Grèce est foutu quoi qu’il arrive dans le cadre politico-économique mondial tel qu’il est aujourd’hui. Que c’est juste l’avant-garde des déchus à venir à l’intérieur de l’Eurozone. Pour la Roumanie, la Bulgarie, la Lettonie ou la Serbie, on a pas dépensé beaucoup d’encre ou de salive…

  37. Un peu en marge, là-bas, sur la face caché de la grande sanibroyeuse médiatique, le peuple de Bahrein se soulève et est réprimé dans l’indifférence générale depuis maintenant un an.

    http://www.youtube.com/watch?v=EDYlG98Mdcg&feature=related

    Ces révolutionnaires là, ça le fait pas, c’est pas à la mode « printemps arabe » et ça peu crever sans émouvoir BHL, Juppé ou Delahouse (mais sait-il au moins que Bahrein existe Delahouse ?)….cherchez du côté de ceux qui « partage leur savoir faire » à Manama.

    Bref, Bahrain: One year on

    http://www.youtube.com/watch?v=yINtSJxOWoU

    #ba7ranivalentines

  38. Je vois la Grèce comme un vaste champ expérimental: le paysage politique du pays sera fondamentalement modifié en quelque temps. La question est de savoir si il y aura émettiement des partis avec renforcement des partis radicaux (très probable), ou carrément un gouvernement autoritaire du type militaire, ou conduit par des « expert ».
    Les grands partis traditionnels disparaîtront, puisqu’il n’y a plus rien à distribuer.

  39. D’après un article du Nouvel Observateur, l’Allemagne aurait une dette de 81 milliards d’euros envers la Grèce depuis 1941 .
    Mme Merkel, si vindicative envers la Grèce, semble vouloir faire oublier que l’Allemagne doit encore 81 milliards d’euros à la Grèce depuis 1941, suite à l’emprunt forcé exercé alors par l’Allemagne nazie auprès de la Banque de Grèce et pas encore remboursé.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120214.OBS1352/grece-une-vielle-dette-nazie-qui-fait-tache.html

    Extrait de l’article du Nouvel obs du 14 février 2012 par Pascal Piedbois-Levy
    « Une vieille dette nazie qui fait tache »

    La Grèce fût incontestablement l’un des pays les plus touchés par la Seconde Guerre Mondiale. En avril 1941, le pays qui résiste à l’envahisseur italien, est mis à genoux par la Wehrmacht. Commence alors une occupation particulièrement violente. A cause des privations que l’armée allemande impose, on estime aujourd’hui à 300.000 le nombre de personnes mortes uniquement de la faim. Hitler oblige le pays à participer à « l’effort de guerre » allemand, et emprunte de force à la banque centrale grecque la somme de 476 millions de reichsmarks.

    Le traité de Londres, signé en 1953, établit à 41 milliards de dollars le montant des réparations que l’Allemagne fédérale doit verser à la Grèce pour les dommages matériels et les pertes humaines. Mais le remboursement de « l’emprunt » de 1941 n’a lui jamais été effectué.

    81 milliards d’euros

    Les 476 millions de reichsmarks empruntés à la Banque de Grèce correspondent environ à 10 milliards d’euros. Avec un taux d’intérêt de 3% sur 71 ans, le montant de la dette allemande pourrait aujourd’hui s’élever à un peu plus de 81 milliards d’euros, soit un sixième de la dette publique grecque. Pas suffisant donc pour sortir le pays de toutes ses difficultés. Mais cela pourrait contribuer à améliorer sérieusement les finances du pays, à rassurer les marchés financiers et surtout, la rue.

    Rien n’indique que l’Allemagne décide de rembourser sa dette. Mais cette nouvelle polémique, portée par les manifestants, risque de détériorer les relations entre Berlin et Athènes… »
    Qu’en pense Standard & Poors pour sa notation ? LOL

Les commentaires sont fermés.