L'actualité de la crise : L'ŒUVRE DES CHAROGNARDS, par François Leclerc

Billet invité

La tournée européenne de Christine Lagarde n’est pas sans rapport avec une véritable bombe à retardement, le temps passant et les négociations à propos de la décote de la dette grecque n’aboutissant toujours pas. La Grèce doit rembourser 14,5 milliards d’euros d’obligations le 20 mars prochain, mais elle ne sera pas en mesure de le faire si l’accord d’échange avec décote de la dette grecque n’est pas bouclé dans un mois au plus tard.

L’Union européenne et le FMI ont en effet mis comme condition préalable à la mise en œuvre de leur nouveau plan de sauvetage que cet accord – qui en est le pilier – soit auparavant conclu entre les investisseurs, que l’Institute of International Finance (IIF) représente, et le gouvernement grec.

En dépit des déclarations apaisantes qui se multiplient, de nombreux obstacles subsistent. L’écart entre le montant initialement envisagé de décote de la dette de 50% et la demande du gouvernement grec de la porter à 75% n’a été que partiellement résorbé, les grandes banques ayant semble-t-il accepté d’accroître leur effort pour la porter à 60%. Mais le FMI est venu apporter un soutien inattendu aux autorités grecques, considérant que ce n’était pas suffisant pour que le plan de sauvetage puisse remplir sa fonction, étant donné la détérioration de la situation économique du pays, estimant qu’il fallait atteindre la fourchette 65-70%.

D’autres aspects de l’échange de titres qui devrait résulter de l’accord font encore l’objet de tractations, portant sur la maturité et le taux des nouvelles obligations, les garanties apportées, ainsi que sur leur attribution de juridiction (britannique ou grecque). Mais l’essentiel n’est pas là.

L’objectif était de convaincre les détenteurs de 90% de la dette grecque – qui représente un montant global de 206 milliards d’euros – d’appliquer volontairement l’accord négocié en leur nom par l’IIF. Mais il risque de falloir se contenter de 60%, en raison des difficultés rencontrées. Un tel pourcentage diminuerait le montant effectif de la décote et pourrait amener la Troïka (Union européenne, FMI et BCE) à considérer que le compte n’y est pas et que le plan de sauvetage ne peut pas être bouclé dans ces conditions. Au mieux, son efficacité sera diminuée.

Les hedge funds sont montrés du doigt comme étant les responsables de cette situation, insensibles aux pressions exercées sur les banques par les autorités politiques et les banques centrales. Ils ont ces derniers mois considérablement renforcé leurs positions en rachetant de la dette grecque aux banques, trop contentes de s’en délester, et s’arrachent actuellement les titres arrivant à maturité le 20 mars prochain, à des prix bradés en raison des taux très élevés qui prévalent sur le marché secondaire. A l’arrivée, les hedge funds ont acquis le pouvoir de faire capoter l’ensemble du plan de sauvetage de la Grèce… Selon JPMorgan Chase, ceux-ci détiendraient avec des fonds souverains la valeur de 80 milliards d’euros de titres de la dette grecque.

Leur calcul est simple : ils attendent soit que la Grèce n’honore pas son échéance, avec pour conséquence l’activation des CDS et le remboursement de leurs pertes par les émetteurs de ceux-ci ; soit d’être remboursés par le gouvernement grec à la valeur nominale, si suffisamment d’autres investisseurs acceptent la décote qu’eux refusent, le plan de sauvetage fonctionnant alors. Dans les deux cas, un bénéfice substantiel est à la clé.

Le risque qu’ils prennent est relativement mineur, car il faudrait pour qu’ils se pincent les doigts dans la porte que la loi grecque soit changée en urgence, vu qu’elle ne prévoit pas de clauses d’action collective (CAC) obligeant tous les investisseurs à appliquer les décisions prises par une majorité qualifiée d’entre eux.

Une telle initiative pourrait d’ailleurs rendre intenable la position de l’ISDA qui a fondé sa décision de ne pas activer les CDS sur le caractère volontaire du processus. Elle poserait aussi tout cru le problème de la BCE, gros détenteur de la dette grecque, et de sa participation à l’accord de décote qu’elle a pour l’instant refusé d’envisager… Ou bien de certains fonds souverains, auquel il est par ailleurs fait les yeux doux pour financer le FESF, le Fonds européen de stabilité financière.

Resterait, pour être complet, à identifier tout ce beau monde, banques et hedge funds, investisseurs et émetteurs de CDS. Mais ces informations ne sont pas disponibles. Il n’est pas davantage possible de savoir avec quels fonds, prêtés par quelles banques, les hedge funds en question ont le cas échéant réalisé leurs acquisitions. La finance, ce n’est pas compliqué mais simplement opaque.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

178 réflexions au sujet de « L'actualité de la crise : L'ŒUVRE DES CHAROGNARDS, par François Leclerc »

    1. Beaucoup trop salissant, par contre grâce à la pac ya pas mal d’hectares en friche qu’auraient bien besoin d’un coup de bêche…. 😉

      1. Ah ? Bin, tiens ! Labourer la terre avec nous, c’est le boulot que je réservais à Sarko si il y avait eu une révolution pour renverser ce système avant les présidentielles de 2012. C’est râpé ! M’enfin. Peut-être qu’il nous rejoindra plus tard avec ses complices…

        Papillon

    2. LES GRECS DOIVENT PAYER ! Ras le bol d’entendre les doux rêveurs qui accusent les hedge funds. Ceux-ci s’engouffrent dans l’hypocrisie des gouvernements. C’est le gouvernement grec qui a emprunté à tout va, distribué des prébended en veux-tu en voilà. Je n’ai vu personne demander la traduction de Karamanlis en justice pour avoir falsifié les comptes de son pays (c’est bien SON pays, vu qu’ils héritent de père en fils du poste de 1er ministre). Aux grecs de faire leur agiornamento et de réformer leur Etat, leur moeurs. Qu’ils payent leurs impôts avant de demander les miens ! Qu’il revendent leurs frégates et autres armement de malade qu’ils continuent de s’offrir. Qu’ils rendent les subventions européennes qu’ils ont touché pendant des années pour distribuer aux copains. Les hedge funds ne sont pas des tendres mais ils n’exploitent que l’hypocrisie des gouvernements qui veulent un défaut de paiement sans le reconnaitre. ALors à quoi sert donc une assurance contre le défaut de paiement si une fois le défaut, on ne peut déclencher l’assurance (cds= assurance) Inepte politiques. Tout ce merdier est dû exclusivement à l’incompétence de nos élus, des élus grecs, de nos élites. Mais on a les élites que l’on mérite.

  1. Comme dans une liquidation , tout n’est pas connu , dans quelques décennies on pourra faire les comptes.
    En attendant la Grêce va devenir un quart monde car rien ne sera plus payé.
    Allo les européens vous continuez à renflouer la Grêce ??????? Les idiots.

  2. Oui c’est opaque, et l’opacite et meme le moteur (ou le carburant ?) de la « machine-a-faire-du-fric ».
    Dans ces conditions je me suis toujours demande que valent ces belles injonctions a la « transparence » tres a la mode ces derniers temps chez nos chers dirigeants et leur cohorte « d’experts » ?… on se fout de la gueule de qui en pronant la transparence dans un monde ou c’est la derniere chose qui est souhaitee ?…

  3. Peut-on vraiment parler de l' »oeuvre des charognards » quand ce sont les Etats qui ont accepté la mise en place du système des CDS ? Ils ne se prennent finalement que le revers de bâton…
    Certes les Hedges Funds n’ont aucune morale, ni éthique, mais en attendant ils appliquent leur spéculation en toute légalité et c’est là la source du problème…

  4. Relativisons, la dette grecque avec ses 206 milliards par 350 millions d’européens, c’est tout juste le prix de deux écrans plat, soit 588 euros, pas de quoi en faire le cirque qu’ils en font.
    Il suffit de ne pas acheter les écrans plats qui ne servent à rien et d’annuler une bonne fois pour toute celle ci avec la majeur part d’annulation bien entendu à la charge des banques pour la différence il suffit d’entrer au capital des banques, et d’y faire enfin le grand ménage qu’on attend depuis 2008. La finance ce n’est opaque que parce que les états les ont laissé libre de faire n’importe quoi et c’est donc devenu des labyrinthes où maintenant les zélites ne retrouvent pas leurs p’tits

    1. On commence par se passer d’un écran plat. Puis, c’est Unicrédit, le Crédit Agricole, l’Espagne, l’Italie, la France qu’il faut renflouer. A ce rythme, on mangera tous des patates à la fin de l’année…

      1. @SEB si on avait coupé net l’hémorragie, il n’y avait personne derrière à renflouer, c’est parce que justement en 2008 ils n’ont pas fait le travail mais dit; :

        après vous je vous en prie,

        que nous en sommes là,

    2. et là encore j’ai soldé la dette grecque sur un an, sur 60 mois sans intérêt c’est peanuts pour nous européens, 0,32 cts par jour, un petit résidu de pièces jaunes mes bonnes dames mes bons messieurs et pour si peu voilà que cela met tout au tapis, on a vraiment les politiques qu’on mérite.

      1. Oui, heu… 32cts/jour, ça fait beaucoup pour beaucoup.

        Il y a soi-disant 2 millions de « bénéficiaires » du rsa majoré (c’est quoi?, le « socle » à 400 euros?), c’est sans compter les travailleurs pauvres et/ou indemnisés par les assedics et qui se font raboter dès qu’il le dépassent – ce montant vertigineux du rsa – en contrat précaire et à temps partiel. Sans compter les indemnisés pris en charge par des tutelles de la sécu qui leur donnent généreusement 40à 60 euros par semaine. Et les retraités à minima obligés de bosser pour être logés décemment et pris en charge par les équipes médicales.
        Combien de français en dessous du dessous du seuil de pauvreté?
        J’aimerai avoir les chiffres là..

      2. 0.32 cts par jour pour la Grèce, ça fait combien au niveau européen?

        Parce que moi j’en suis à +10 cts par jour rien que pour mon pain quotidien (pas de l’industriel) à cause du prix de la farine, du blé quoi.

        Je paye de bon coeur, le produit est bon et ce petit argent permet à un artisan local de continuer son travail voire d’embaucher malgré la hausse des prix.

        En fait ce qui me gêne dans la démarche des 0.32 et autres généreux qui veulent offrir leur petite obole pour sauver le monde (j’ai même lu un article où on proposait de mettre en gage 15% des avoirs des Français pour financer la dette , j’ai cru à un gag) c’est que ce faisant nous renforçons le système d’accumulation en négligeant le problème majeur de la redistribution.

        Admettons que je gagne 1 000 euros par mois et que je donne 0.32 cts, il serait sans doute normal que celui que gagne 10 000 donne 3.2 cts, non?

        On peut même imaginer que celui qui gagne 500 par mois ne donne rien et que celui qui gagne 20 000 donne 6.4 centimes, voire pour faire une chiffre rond 10 CENTIMES.

        Quant à celui qui gagne 800 000, je vous laisse fixer le montant d’une juste contribution au maintien du système qui le favorise tant.

        Si ça se trouve une solidarité plus juste est possible, si ça se trouve ça existe déjà!

        L’impôt est-il devenu un gros mot?

  5. Si j’en crois mon petit Wiki, plus des 3/4 des hedge funds sont anglo-saxons et les 2/3 sont domiciliés aux Iles Caïmans (les bien nommées !). Il suffirait d’y envoyer le porte-hélicoptères Jeanne d’Arc, retirée sans gloire du service en 2010, pour parachever en beauté sa carrière, arraisonner ces îles absurdes et britanniques, dépêcher quelques commandos dans les bureaux pour mettre la main sur les listes… mon voeu de Nouvel An… 🙂
    …et, en plus, c’est très faisable : l’intérêt national de la France et l’intérêt confédéral (et confraternel) de l’Europe sont en jeu. Les Etats-Uniens ont, naguère, envahi la Grenade et le Panama pour infiniment moins que ça !

    1. Ouais, que notre marine coule ces îles ! Qu’elle en profite pour mettre par le fonds les banques européennes qui ont vendu leurs titres grecs aux hedge funds honnis ! Nous nous replierons si nécessaire sur l’île de la Cité, la nôtre, celle de notre belle Lutèce que les envahisseurs du Nord n’ont jamais pu prendre.

      1. En cas d’envoi du Jeanne d’Arc , je me propose d’intervenir avec mon voilier comme bateau d’escorte , 4 personnes d’équipage , particularité le capitaine n’est pas fiable à 100% a partir de 18h , amener juste de quoi manger car ce bateau est l’un des rare à être équipé d’une cave « saint joseph , viognier etc » . Simplement avertir le commandant du porte hélicoptère que l’on risque d’être un peu a la traine. Un voilier en bateau d’escorte c’est un peu une forme de décroissance

      2. On pourrait peut-être utiliser le rafale, inoccupé, pour bombarder les banques européennes ?

        Bomb, bomb, bomb, bomb the banks … (BBB, la note finale)

      3. Rien à voir mais tout de même vous avez vu les ventes ce matin de Nissan Renault, ça se congratule de partout avec Carlos, et nobody personne en France pour demander à Carlos de jouer la clause de retour à meilleure fortune, le remboursement à l’état des primes à la casse sur les ventes de Renault en France, what else ?

        au lieu de tout distribuer aux actionnaires, mes bons messieurs, la petite pièce de reconnaissance à l’état qui vous a aidé, à votre bon cœur messieurs les actionnaires du CAC renault, ne pensez pas qu’à privatiser les profits, rendez les aides …

      4. @ François Leclerc
        …merci de m’avoir fait l’honneur d’embrayer sur ma petite parodie. 🙂
        (infiniment moins grotesque et sanglante, en tout cas, que les dernières guerres perdues de l’Oncle Sam ; et l’on attend le démenti sur les proportions et chiffres ci-dessus donnés)
        Mais, depuis Ste-Geneviève, le danger ne vient plus du Nord, ni, depuis Von Rundstedt, de l’Est (hum…via le Nord), mais bel et bien… de l’Ouest, ça ne fait plus mystère 😉
        …quant aux banques soi-disant nationales, mais pactisantes et trahissantes, sort simple : ne plus leur en mettre par le « fonds », comme vous dites :o)), mais bien les mettre par le fond : arrêt des renflouements et nationalisation à la Frédéric Lordon, c’est-à-dire saisie de ces banques tombées dans le ruisseau, pour 0 euro et 10 cts !

        @ Ardéchoix
        …ah, coeur fidèle …mais quoi, pas la plus petite bombarde sur votre yacht (à prononcer comme il se doit : [jak(t)] ) ? … quelques bouteilles de champ à agiter, au moins ?!!

      5. @ Zébu
        … puisque tout finit, ici, en chansons, vous vous souvenez certainement du petit air de McCain, inspiré des Beach Boys ?
        … il est hélas plus que jamais d’actualité !
        Quant au Rafale, il s’agit – très simplement dit – d’un des meilleurs avions du monde et, probablement, du meilleur avion polyvalent :
        http://www.flightglobal.com/blogs/the-dewline/2009/11/rafale-beats-f-35-f-22-in-flig.html
        http://www.dedefensa.org/article-le_rafale_il_existe_by_jove__10_11_2009.html
        …voilà pourquoi « on » (pas seulement la mésentente franco-française) lui barre la route à l’export : il s’agit de ne pas révéler le pot-aux-roses : F22 arrêté pour malfaçons ; F35 incapable de jamais pouvoir répondre aux missions imparties ; ce serait alors une accélération de l’effondrement du mythe suprématiste états-unien et l’assèchement des crédits pour le complexe militaro-industriel US !
        Pour la bannière étiolée, il s’agit aussi, au cours d’une énième guerre d’agression lancée dans le vain espoir de recoller les morceaux de l’empire, de ne pas perdre celle-ci plus vite que d’habitude face à un adversaire équipé de tels appareils.
        Car, à part le Japon encore et toujours vassalisé, qu’il embarque dans la calamiteuse aventure du F-35, l’Empire perd la main en n’arrivant plus à forcer celle des émergents :
        http://www.challenges.fr/entreprise/20110428.CHA4785/duel-final-entre-le-rafale-et-l-eurofighter-en-inde.html
        http://www.dedefensa.org/article-hillary_le_jsf_l_inde_et_la_narrative_comme_strategie_05_08_2011.html

      6. @Nerima-kun
        Ok je vais rajouter quelques bouteilles de champagne mais la quille risque de toucher au détroit de Gibraltar ,et au retour on donne un billet d’humeur pour ce blog ,j’ai un début de quelque chose !!!!!!
        http://www.youtube.com/watch?v=DLdiIZHqleE&feature=related
        @Vincent Wallon
        ok mais pas de mots qui portent la poisse « lapin, cds , subprime , effet de levier , dette  » juste Santé 😉

      7. Non le Rafale face au Sukoi T50 ne vaut pas tripette…
        Meme face à un Sukoi 33…
        Et le Sukoi 45 à aile inversée? De l’impensable chez Dassault ablation
        Un Sukoi: 30 tonnes de poussée contre 15 au Rafale…
        Il décolle d’un porte-avion sans catapulte, grace à la poussée vectorielle…
        Encore la rigolade: Sarkosy a essayé de vendre sa trapanelle à l’Inde.
        L’Inde a choisi le Sukoi T50…

        http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=cleCO9UY23A

      8. @ Nerima…

        « depuis von Rundstedt de l’Est »…

        Mouais, pas sûr que ce soit le bon nom à citer, car ce vieux pruscos ne l’a pas trop connu le danger bolchévique (entre juin et novembre 41, avant que cela tourne mal).

        Après il fut à l’Ouest de 42 à 45.

        J’aurai plutôt cité von Bock, von Leeb, von Kuchler ou plus connu von Manstein : eux l’ont bien connu le danger venant de l’Est…

      9. @Izarn

        Désolé de vous contredire et ce n’est certainement pas mon admiration pour l’homme Dassault qui me fait parler, mais le Rafale est à l’heure actuelle le chasseur multi-rôle en service le plus évolué au monde. Son seul rendez-vous, pour jouer, à Dubaï, avec le F-22 américain, qui ne se classe pas dans la même catégorie puisque c’est un avion de supériorité aérienne et d’une génération un peu plus jeune, s’est soldé par un match nul qui a fait se renfrogner nos amis américain (quand il ne pérorent pas, c’est vraiment qu’il l’ont mauvaise, quand bien même pourtant, l’engagement était censé être limité donc sans BVR). Votre argument sur la poussée beaucoup plus élevée ne tient pas compte du rapport avec le poids d’une part, avec la manoeuvrabilité impressionnante du rafale, pour un chasseur dont les réacteurs sont fixes. Enfin tout ça pour dire que si la concurrence est bien outillée, le Rafale est loin d’être ridicule (son système d’arme, l’électronique embarquée donc, est sa plus grande réussite,avec le Spectra notamment, et les Russes n’ont jamais été les meilleurs dans ce domaine. Il ne suffit donc pas d’aller vite ou de faire un Cobra pour s’adjuger la maîtrise du ciel)

    2. Les îles Caïman abritent donc des armes de destruction massive.
      Je suis d’accord on y envoie aussi le Charles de Gaulle (si il est réparé).

      1. Qui êtes-vous donc, Pample ? … notre honorable correspondant à George Town (auquel cas, vous avez ma bénédiction)… ou un « petit » investisseur, bon « père de famille » ?

      2. @Nerima-kun:

        Pour jouer franc jeu :
        – je travaille dans une entreprise internationale qui organise un séminaire aux iles caïmans la semaine prochaine, auquel je dois participer ! (on connait pas vraiment la crise…;-)
        – je suis un ancien investisseur « bon père de famille » et depuis que je m’intéresse fortement à l’économie et à la finance en général (ce blog, certains autres, des auteurs, etc…) : le peu d’argent placé en PEA, Ass Vie et autre est passé au remboursement de ma seule et unique demeure : ma résidence principale.
        – plutôt capitaliste et penchant à droite il y a encore peu de temps, comme tout imbécile qui ne se respecte pas, j’ai changé d’avis, et aspire maintenant à autre chose, qui me semble être plus porté à gauche (la vraie).
        – enfin, marié à une conseillère financière, je m’offusque de certaines lectures ici et ailleurs, qui stigmatisent ces personnes, alors que beaucoup/certains d’entre elles (je ne sais pas faire le ratio) ne sont ni requins ni voleurs, mais sont plutôt du côté des oppressés et victimes d’incivilités (des clients et de leur managment). Et oui, le conseiller qui reçoit « le monde » n’est pas forcément celui qui vole et qui arnaque, mais peut aussi être un vrai conseiller (forcément au détriment d’une belle progression de carrière…)

        Cela répond-il à votre question ? Merci en tout cas de m’avoir donner l’occasion de m’exprimer la dessus…

      3. …3 paters et un ave, ou alors la récitation d’un sûtra, pour moi, ça suffira ! …mais d’autres, ici, je ne sais pas… dès qu’on avance sur le blog ses petits soucis d’économies ou qu’on dit qu’on est d’la partie, boudiou, badiou, bourdieu, ça tombe comme à Gravelotte !
        Enfin, soyez verni, mon fisc !

    3. @ Nerima-kun
      C’est exactement ce que je pensais ; aujourd’hui encore j’observais l’île de Jersey à quelques encablures de la côte , charmant paradis fiscal …
      Wikipédia :  » … les services financiers contribuent pour 60 % à l’économie de l’île. Le taux de chômage est très faible. Le PIB par habitant ( de $57000 ) place Jersey à la sixième position mondiale , ce qui fait de l’île un endroit très agréable à vivre. 47 banques officient à Jersey …  »
      On la prend d’assaut ?

      1. … c’est une preuve de la grande tolérance de l’esprit françois (et de son coupable désintérêt historique pour le domaine maritime) que d’avoir laissé anglois, à quelques encablures de ses côtes, ces restes des apanages normands !
        … évidemment, à l’heure de « l’Europe », pareille expédition n’est plus souhaitable 😉
        … cela a failli se faire, en 45, pour Monaco et le Val d’Aoste, et puis…
        De Gaulle, dit-on, regretta l’occasion manquée.

        @ Pample
        …effet d’ironie ratée, apparemment, excusez-moi.
        Merci d’avoir donné ces éclaircissements, en tout cas.

  6. Croyez-vous, M. LECLERC que le cow-boy des plaines européennes, dit Nick Tobin, puisse entendre quoi que ce soit du dépeçage magistral que vous venez de faire » sous nos yeux » de l’oeuvre criminelle des charognards qui nous gouvernent ou rongent nos modestes « économies » ?

  7. 206 milliards d’euros. Que dalle quoi.

    Imaginons le scénario suivant : la France rachète en entier cette dette, ça monte sa propre dette aux alentours de 100% de son PIB (à peine), ça lui fait perdre son fameux triple A, et ensuite … ?

    J’ai bien dit la France, pas les banques françaises : faut pas confondre.

    (Rappel : le « patrimoine » de la France représente environ 6,5 années de son PIB, On n’est pas à 3 mois près).

  8. Belle pièce, chapeau.

    En gros, dans cette partie d’échecs, ceux à qui profite le crime (comme le dit souvent Paul Jorion) ont en permanence le temps d’avance que ceux censés nous prémunir de ce chaos on de retard.

    Resterait, pour être complet, à identifier tout ce beau monde, banques et hedge funds, investisseurs et émetteurs de CDS

    Une fois que ce sera le cas, est ce qu’on pourra prononcer le mot complot, oligarchie etc. et y réfléchir à haute voix sans restrictions?

    Puisque dans ce domaine, les états-unis sont souvent précurseurs, en mal comme en bien, on peut imaginer que ceci arrivera dans nos contrées et que très rapidement seront remises en cause certaines structures « démocratiques » qui rendent nos vies si belles. Ce sera peut-être le pas vers une vraie démocratie un jour:

    http://www.youtube.com/watch?v=oOpQkRsEfaU
    http://www.youtube.com/watch?v=rEpmRv2kAng

    Ces deux vidéos ne sont que des exemples, Bernanke et Geithner refusent de répondre en auditions publiques à des parlementaires qui leur posent la question que pose François Leclerc: qui sont les charognards -ou les pompiers pyromanes-? Leur réponse: un bras d’honneur aux représentants supposés du peuple.

    J’invite les curieux à s’intéresser aux parcours de ces deux personnages et à découvrir où leur chemin croise celui d’autres célébrités comme Papademos, Conti ou Draghi.

    L’anomalie statistique mérite qu’on l’acte et, au minimum, qu’on en admette l’existence. On pourra alors envisager de ne plus avoir ces deux temps de retard sur les charognards.

  9. Pas sympa pour les ‘utiles’ charognards nécrophages !
    Eux (banques, fonds spéculatifs, etc..) font en sorte que la proie meurt, pour se nourrir ensuite du cadavre obtenu…Très fort !
    C’est ‘soleil vert’ !
    Mais les ‘chambres de compensation’ (Clearstream, Euroclear..) ont bien ses informations, qui permettraient « d’identifier tout ce beau monde » !?

    1. une partie certainement importante de ces achats se faisant soit sur des plateformes alternatives soit de gré à gré, c’est a priori au moment de l’activation des CDS que nos chères banques devrait savoir combien elles ont à payer et à qui !
      sommes toutes, auront elles également pour partie à se payer entre elles pour le solde des créances qu’elles n’auront pas pu revendre aux hedges !
      si les CDS sont activés, je ne suis pas certain que nos chères banques TBTF ne passent l’année sans une nationalisation.
      reste à savoir comment ils pourront justifier du maintien du modèle de banque universelle !!!!

      1. Oui da, mais les informations de Clearstream ou autre, sur les transactions financières, sont-elles libres d’accès pour les Etats, ou bien restent-elles confidentielles ?

    2. Dernière conférence de la plateforme « Paradis fiscaux et judiciaires » d’Anticor.
      Avec plein de nouvelles infos, notamment sur les raisons de la lenteur des prises de décisions (enfin, la part d’explication qui se base sur les faits).

  10. OMYGOD ! J’ai tout compris ! votre article est super clair (quel bonheur), et même la question que je me posais en le lisant : « mais alors, qui sont ceux qui émettent les CDS et qui ont donc intérêt à ce que le plan de sauvetage [des banques allemandes et françaises] fonctionne ? », réponse, les simples mortels ne savent pas !

    Merci beaucoup, comme vous le dites très justement, la finance c’est pas si compliqué 😀

    J’aime beaucoup les tours de magie avec des cartes, foulards etc… c’est par ce biais que j’ai réussi à m’intéresser à l’économie via ce blog : si on veut comprendre il ne faut pas regarder la main qui montre, mais l’autre qui agit 🙂

  11. Moraliser le capitalisme en 2008…

    Pour aujourd’hui se rendre compte que ne rien avoir moralisé permet cette fois-ci l’attaque en règle des finances publiques.

  12. Les dépenses des administrations publiques en France représentaient 56,6 % du PIB en 2010 contre 47,9 % en Allemagne d’après Eurostat (seul le Danemark fait pire que nous en €URSS, exception faite du cas de l’Irlande pénalisée par le sauvetage de ses big banks too big to bail).

    Si notre histrion ignare voulait rapprocher la situation de la France de celle de l’Allemagne il devrait d’abord commencer par sortir du domaine public un certain nombre d’administrations pour les transformer en entreprises au lieu d’augmenter la TVA et de créer une nouvelle taxe, dite Tobin, qui ne feront que pénaliser davantage la croissance en France.

    Mieux : il pourrait prendre exemple sur l’Helvétie dont ce taux des prélèvements obligatoires est de 34,2 % proche de l’optimum qui est de l’ordre de 30 %.

    Cliquer ici pour lire le tableau d’Eurostat à ce sujet.

    1. Vous proposez donc la nationalisation de services publics, histoire de coller aux indicateurs budgétaires allemands ?

      🙂 🙂 🙂

    2. Et quelle est la part consacrée à des redistributions qui ne diminuent pas (ou de moins en moins) les inégalités et qui servent donc les plus riches d’entre nous ?

      ça fait environ deux tiers des dépenses publiques sur lesquelles vous ne pouvez pas agir car elles participent d’une façon ou d’une autre à l’effort de redistribution.

      Ensuite, vous avez la part de frais de fonctionnement : 1/3 des dépenses des administrations publiques, sur lesquelles vous pouvez agir que dans une certaine limite et encore, les administrations publiques françaises sont parmi les plus rigoureuses dans leurs dépenses de fonctionnement. Je dirais que les plus gros excès sont l’œuvre des hauts fonctionnaires et des élus. Si vous réduisez trop les dépenses, cela va être vite ressenti par les concitoyens.

      Je ne vois pas quelles administrations pourraient être transformées en entreprises. Si vous pensez à la SNCF, elle n’est pas prise en compte dans les dépenses d’administrations publiques.

      Votre comparaison avec la Suisse est grossière.

      1. Je ne vois pas quelles administrations pourraient être transformées en entreprises.

        Un simple exemple? Sous le règne de notre Président actuel, nombre de bureaux d’administrations, ont été revendus, au privé. Quitte à devoir les louer, ou en louer ailleurs.

        Pour moi, cela a deux « avantages »: 1) Faire ressortir un « revenu » (qui n’a l’inconvénient que d’apparaître une seule fois…), quitte d’ailleurs à créer une charge pour le futur, les loyers, qui n’existaient pas avant, et ainsi diminuer « les dégats » au niveau du déficit, à court terme (année de la vente), mais pas à long terme. 2) Création de toute pièce d’une activité de location, qui entre dans le… PIB! 🙂

        Comme quoi l’imagination est sans limite…

  13. Le système soviétique n’a pas survécu à la Glasnost.
    Je ne sais pas si le capitalisme y survivrai, mais il serait temps de mettre des noms de personnes physiques derrière les profits et ordres, derrière les fonds, les banques et les multinationales. Que ceux qui sèment le chaos aient obligation de se dévoiler et ne puisse plus jouir de ce morbide anonymat.
    Exigeons une Glasnost.

    1. @Kerjean
      Le système soviétique n’était-il pas qu’un capitalisme d’Etat à 100% ?
      Et les ‘Soviets’ c’était pas si mal que ça…Mais trop démocratiques, c’est la première chose que Lénine et Trotski ont détruit, sitôt après la révolution d’Octobre…
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Soviet

      1. L’URSS, c’était l’aboutissement même du capitalisme: la concentration du capital dans une seule main, l’Etat…

      2. @ Bruno

        Pas exactement. C’était aussi la retraite à 40 ans pour les enseignants, la gratuité de l’enseignement primaire, secondaire et supérieur, la gratuité des soins médicaux, du travail pour chacun (certes pas toujours forcément très excitant), les crèches gratuites dans les entreprises, pas d’impôts (!!), des retraites (peu élevées) garanties pour tous et payées rubis sur l’ongle par l’Etat, une recherche de qualité financée par l’Etat, etc.. Personne n’était laissé au bord du chemin mais il y avait des asiles psychiatrique pour les dissidents, fort peu nombreux d’ailleurs. Autant d’éléments que l’on peine à retrouver dans les régimes capitalistes de l’ouest. C’est sans doute pour cela que le parti communiste russe reste la seconde formation politique après celle de Russie Unie (Medvedev et Vladimir): 20% des voix aux dernières législatives de décembre 2011. C’est un parti qui se veut patriotique, nationaliste, étatiste, marxiste-léniniste.

      3. @Ando

        Certes. Ma position est seulement de dire que la situation de l’URSS peut être considérée comme l’aboutissement du capitalisme (chaque crise aboutissant à une concentration du capital, selon la théorie marxiste. Et dans la pratique). Concentration en une seule main du capital.

        Par ailleurs, l’histoire de la Russie / URSS n’a pas été cependant un « long fleuve tranquille ». Il n’y a qu’à voir la quantité de morts qu’il y eut dans l’entre-deux-guerre (et non pas l’entre-deux-mers, hein, Vigneron!), dans ce pays (en particulier par la famine, le blé étant en même temps exporté, pour financer une industrialisation à marche forcée, partant de rien + à nature politique – par ex: purges dans l’armée -): par millions.

      4. @xas, @Bruno, @Ando,
        Lénine et Staline, c’est pas tout à fait la même chose.
        Combien de morts a provoqué le ‘capitalisme de marché’ de puis 50 ou même 100 ans ?
        Plus que les deux guerres mondiales réunies ? Possible…
        D’ailleurs, ces deux conflits mondiaux ont pour origine, au moins en partie, ce capitalisme…
        Pour et au nom du ‘peuple’, quelque soit le ‘régime’, c’est toujours pour le ‘peuple’ !…

      5. @Pablo

        pas besoin d’aller chercher loin les millions de mort du capitalisme. ¨Par contre, ce dernier, tue en douce, en creux, sans vague.
        A la fin de l’URSS, l’espérance de vie était de 74 ans. En 2000 elle était descendu à 59. Elle est à 57. ça fait douze millions de personnes qui seraient vivantes si l’URSS avait perduré. ça fait 12 millions de morts du capitalisme. Et on n’a que les stat des 130, pardon, des 120 millions de Russes, probablement seul pays au monde à connaître une décroissance de son peuple. Alors qu’est ce que ça donne au niveau de toute l’URSS?

      6. @Kerjean
        D’accord avec le fait qu’il tue ‘en douce en creux, sans vague’, mais c’est parce qu’on en parle peu dans les médias…Annoncer des chiffres d’espérance de vie en hausse, à mon avis légèrement surévalués, permet de s’offrir un bon prétexte pour faire passer la mensongère réforme des retraites, par exemple…
        A mon avis, l’espérance de vie aux USA est aussi en baisse, et l’Europe risque bien de suivre…
        Michael Moore l’évoquait dans l’un de ses documentaires, évidemment pas dans les mêmes proportions qu’en Russie où c’est flagrant, mais c’est une réalité bien cachée…
        Autre exemple, je viens de voir le film ‘les nouveaux chiens de garde’, dans lequel un épidémiologiste anglais annonce une espérance de vie dans les quartiers ‘défavorisées’ (avant on disait ‘exploités’, c’était moins faux-cul) de Glasgow de 54 ans, et de 75 dans les plus ‘riches’.
        Et 54 ans étant de 8 ans inférieurs à la moyenne de vie en Inde…
        Kenavo

    2. 100 % daccord , et cela je le pense depuis très longtemps .
      Rajouter à cela qu’il faudrait les présenter devant des tribunaux et les juger .
      C’est vrai que plus j’y réfléchi , et plus je me dit qu’il n’y a plus besoin d’être  »mafieux » grâce aux lois que ces personnes ont mises en place , depuis des décennies , avec force avocats .

  14. Bonjour à tous,
    Je viens de voir le taux grec à 2 ans, et il gravite autour de 175% !!!!.
    Comment est-il possible de rembourser une dette dont les intérets sont si élevés ????? Je ne comprends pas du tout techniquement comment c’est possible.
    Désolé si cette question a déjà été posée et répondue, donnez moi le lien et je me débrouillerai.
    Merci d’avance, et encore mille merci à toutes ces personnes qui se décarcassent pour faire comprendre aux ignorants dont je fait partie la situation actuelle
    Bonne journée
    Reynald

    1. Techniquement, c’est le prix des obligations qui baissent sur le marché secondaire, vu que personne n’en veut. De ce fait, le taux monte (taux = coupon (fixé à l’émission) / prix), mais il s’agit d’obligations déjà émises. Si l’état grec voulait ré-emprunter sur les marchés pour rouler sa dette, il devrait surement payer un taux d’intérêt similaire à celui que vous citez pour cette même maturité. C’est pourquoi il ne le fait pas et demande des prêts a l’UE/FMI et BCE.
      C’est ce qui va arriver quand les taux des obligations des autres pays (Espagne/Italie/France) vont prendre le même chemin.

  15. « . La finance, ce n’est pas compliqué mais simplement opaque. »
    ———-
    Une phrase qui n’est pas compliquée mais qui désopacifie lumineusement le fonctionnement de la finance.

    Je n’en suis pas encore revenu.

    Il faut faire de cette phrase des cartes de voeux joliment illustrées par de magnifiques et cossus sièges bancaires. L’alliance de l’art architectural et de la finance.

    Puis inscrire la révélation démocratique au fronton des mairies et des hôtels de ville :

    « Liberté, égalité, fraternité, opacité« .

    Amicalement,

    Delphin

    1. Quand c’est trop compliqué et trop opaque, il y a une solution, utilisée en programmation:
      La poubelle, et on recommence tout depuis le début.

  16. Doucement vers l’abîme.

    En ce début d’année, les dix-sept pays de la zone euro cheminent plus que jamais vers l’abîme. Aucune des deux urgences ayant fait l’objet de plusieurs « sommets historiques » ces derniers mois n’ont été traitées : la Grèce se dirige vers un défaut total d’ici au mois de mars, et l’Europe n’a toujours pas mis en place de mécanisme de sauvetage crédible.

    http://www.lesechos.fr/opinions/edito/0201832353127-doucement-vers-l-abime-272970.php

    1. :@ : BA .

      Quoi de plus normal !
      —> il est prévu que les 2 urgences citées par vos soins, ne soient pas traitées. je souhaite vous avoir rassuré!!!
      —> Globalement, compte tenu de la situation et du déroulement du planning , on est dans les temps ( pour d’autres, la lecutre sera plutôt : on est dans l’étang … Qu’est ce qu’il se passe maintenant …?)
      –> Après la zizanie, et le retour aux fourneaux individuels, …tuons les chevaux ….  » aidons les à se renier les uns des autres, les uns les autres ….
      —> FERDINAND !!! FERDINAND ???? FERDINAND ??? Y es tu ? Ou es tu ? Okay !!!: Je te vois … Je suis prêt … les AUTRES ,,,, ma foi … peu m’importe pour l’immense majorité …

  17. Resterait, pour être complet, à identifier tout ce beau monde, banques et hedge funds, investisseurs et émetteurs de CDS. Mais ces informations ne sont pas disponibles. Il n’est pas davantage possible de savoir avec quels fonds, prêtés par quelles banques, les hedge funds en question ont le cas échéant réalisé leurs acquisitions. La finance, ce n’est pas compliqué mais simplement opaque.

  18. Une analyse , un avis de votre part ! Monsieur Leclerc ou Monsieur Jorion !!!

    La construction de gratte-ciel annoncerait une crise :

    Une étude de la banque britannique Barclays analyse la construction de bâtiments monumentaux comme un signe avant-coureur de problèmes économiques.

    La construction de gratte-ciel a souvent précédé des crises financières, si bien que les investisseurs devraient se méfier de la Chine et de l’Inde où les chantiers se multiplient, conclut une étude publiée mercredi par la banque britannique Barclays. Barclays Capital estime qu’il existe «une corrélation dangereuse entre la construction des plus grands immeubles du monde et une crise financière imminente: New York 1930, Chicago 1974, Kuala Lumpur 1997 et Dubaï 2010».

    Dernier exemple en date: la tour Burj Khalifa à Dubaï, géant de plus de 800 mètres de haut inauguré au moment où l’émirat était rattrapé par une crise financière. Ce lien, qui peut être illustré sur les 140 dernières années, n’est pas le fait du hasard, affirment les experts de la banque d’affaires.
    …………

    L’Inde doit aussi être surveillée de près: avec seulement deux tours géantes achevées, elle en a 14 autres en construction, et elle doit inaugurer d’ici 2016 la deuxième plus grande du monde, la «Tower of India».

    voir ici… le lien
    http://www.boursorama.com/actualites/la-construction-de-gratte-ciel-annoncerait-une-crise-5497ead12093f3d71a56a2bac288777a

      1. Rassurez vous ,elles sont conçues pour résister à un, voire deux A-380 en perdition.
        Mais à quoi bon s’inquiéter,l’histoire ne se répète pas.

    1. Les Tours de Bologne, l’un des traits les plus caractéristiques de la ville .On a parfois parlé de 180 tours, mais cette estimation, qui reposait sur une interprétation erronée d’actes notariés, est aujourd’hui considérée comme très excessive.
      Les raisons pour lesquelles elles furent élevées ne sont pas encore très claires, mais on pense que les familles les plus riches, dans la période des luttes pour les investitures impériales et papales, les utilisaient comme instruments de défense autant que comme symboles de pouvoir.Un grand nombre de tours furent abattues au cours du XIIIe siècle ou ont fini par s’écrouler

  19. Juste pour vérifier que je comprenne bien la situation actuelle : au lieu de préter (encore) des fonds à taux élevés à la Grèce, le gouvernement européen déciderait « d’effacer » une partie de la dette grecque, c’est bien cela?
    lorsque Mr.Leclerc dit ceci, « L’écart entre le montant initialement envisagé de décote de la dette de 50% et la demande du gouvernement grec de la porter à 75% n’a été que partiellement résorbé, les grandes banques ayant semble-t-il accepté d’accroître leur effort pour la porter à 60% »

    Il s’agit bien d’une reduction de dette sur 90% de l’ensemble de la dette?
    Cela veut donc dire que La grèce ne devrait plus à l’ensemble de ses créanciers que 20,6milliard? Est-ce bien possible?

    J’ai comme l’impression que je ne cerne pas quelque chose la…

  20. L’actualité de la crise : L’ŒUVRE DES CHAROGNARDS, par François Leclerc

    Tout est dans le titre. La complexité de la Finance en 3 mots. Derrière l’opacité, un même état d’esprit partagé par un ensemble d’acteurs.
    Les actes révèlent les choix et la vision qui les sous-tendent , Il y a des noms pour nommer ces choses.
    Monsieur Leclerc enfile ses gants de boxe et tape dans le mille, défaisant ainsi l’écheveau des turpitudes invraisemblables et des discours creux . Révélant une parfaite communion dans la médiocrité, d’individus cherchant par la rapine à dissimuler une misère personnelle terrifiante….un abîme. Abîme dans lequel ils entrainent les êtres et les choses, disloquant toutes les architectures ,les vidant de leur substance.

    Haïs sont-ils.

  21. La Grèce doit rembourser 14,5 milliards d’euros d’obligations le 20 mars prochain, mais elle ne sera pas en mesure de le faire si

    yaka envoyer le coursier de la banque centrale grecque, la BCE distribue les milliards gratuits à tout le monde en ce moment. 480 au début janvier, sans doute autant en février, suffit de demander poliment.
    Ha non, pour sauver la Grèce y a rien… c’est ballot.

  22. Juste en passant…je viens de recevoir une proposition de LCL, en envoi en nombre et sur papier glacé: solution crédit renouvelable, taux annuel révisable: 15,799%; c’est alléchant, j’hésite…vous voyez bien que les banques font des efforts pour relancer l’économie, voyons!

    1. Moi de même , ma gestionnaire de compte ( banque pop ) m’a proposé une mastercard avec possibilité de crédit révolving ( 10 000 € ) au taux cadeau de 14% .

  23. l’Insee pour la France, l’IFO pour l’Allemagne et l’Istat pour l’Italie :
    Petite récession envisagée en zone euro : recul limité entre octobre et décembre 2011 puisque le repli du PIB devrait ressortir à -0,3% et, entre janvier et mars, il est anticipé en recul de seulement 0,2%.
    Puis croissance faible T2, T3, T4 pour une croissance nulle sur l’ensemble de la période 2012 avec une baisse de l’inflation sous 2%.
    Emergent, Asie, US en croissance correct sur 2012. Moyenne mondiale vers 2.8%. Cad une bonne petite croissance !

    Or tout le monde anticipe ou plutôt, a anticipé, le pire en Europe : les marchés actions sont très très bas, certains marchés de taux ont explosé, les entreprises, les banques, beaucoup de ménages, dégueulent de liquidités et sont en position d’attente, les journaux et experts financiers anticipent la fin du monde… Ces mêmes experts et journaux qui se trompent en permanence depuis 15 ans en surfant systématiquement sur la mode du moment, celle qui se vend bien, et en ce moment, la mode c’est… la fin du monde. Et bien entendu, les hommes politiques aux manettes et dont les mandants vont être remis en jeu, jouent sur ce qui marche le mieux : la peur du lendemain.
    Entre temps l’activité financière occidentale traverse une crise énorme, dégraisse tout azimut et sait bien que maintenant ses faits et gestes sont scrutés à la loupe. Entre temps, les états se refont gentiment la cerise soit via des politiques monétaires accommodantes, soit via de la rigueur budgétaire, jouant ainsi sur la crédibilité à court, moyen et long terme de leurs devises selon leurs contraintes respectives.
    Et plus récemment, même en Europe, la recherche d’une croissance raisonnée devient la préoccupation numéro 1 de tout ce beau monde.

    Le capitalisme serait-il, à nouveau, en train de renaître de l’une de ces crises dont il a le secret ?

    1. quiconque prevoit une « croissance correcte » aux US pour 2012 devrait être démissioné fissa pour tromperie aggravée… La seule chose qui a toutes les chances de croitre c’est la vente de flingues.

  24. « Boire ou conduire, il faut choisir » disait un slogan anti-alcoolisme il y a 50 ans. « Faire défaut ou ne pas faire défaut, il faut chosir » est-on tenté de dire à ceux qui élaborent ces mal-nommés « plans de sauvetage » et qui semblent croire que la Grèce peut à la fois faire défaut (70% de décote !) et ne pas faire défaut (c’est ce qu’ils prétendent)…

    Nous ne sauvons pas la Grèce, nous la sacrifions sur l’autel de l’euro.

    1. J’aimerai bien savoir ce qu’il en est vraiment du facteur « x 60% (participation) », il semblerait que vous ne soyiez pas d’accord avec M. Olivier Berruyer.

      Selon cet article (http://www.les-crises.fr/enfumage-decote/), la decote ne concernerait plus que 140 milliard sur 360, soit un peu plus du tiers, et non 60%.

      Qu’en pensez vous?

      1. Thomas, BCE, FMI, FESF, etc, ça pèse bien plus de 50 % de la dette de marché grecque, non ? Et là y’a jamais eu de décote prévue, on a toujours parlé d’un hair-cut sur les titres détenus par des créanciers privés (d’abord des banques grecques…) et volontaires, uniquement, enfin jusque là…

      2. C’est bien le sens de ma question. M. Leclerc annonce 60% de dette qui serait « décotée », alors que M. Berruyer n’en trouve plus que 30%. Qui s’approche du vrai?

  25. Or sujet sur la psychanalyse…François Roustang (09.01.2012)

    http://www.franceculture.fr/emission-hors-champs-francois-roustang-2012-01-09

    39 mn :

    – Par exemple, je pense que l’anamnèse, que quelqu’un raconte son histoire, ça n’a aucun intérêt, aucune efficacité. – Que le langage peut être mis de côté. Si on se met à parler dans une psychothérapie, c’est à un moment pour se taire. C’est ça qui est efficace. Parce que pour moi, ça se résume de façon très très simple, à une chose : – vous voulez guérir, oubliez que vous êtes un humain, devenez un animal. Encore ces jours-ci, à des gens qui venaient me voir, j’ai dit, mais est-ce que vous souhaitez vraiment aller mieux ? Vous transformer ? Eh bien oubliez vos pensées, oubliez que vous avez un vouloir à votre disposition, et tout simplement installez-vous dans votre statut d’organisme vivant.

    – Mais vous dites vous-même dans « la fin de la plainte » que la guérison n’est pas un but FR Roustang.

    – Non, mais elle vient par surcroit, elle vient dans la mesure où précisément, je change complètement de visée, je ne cherche pas à guérir, je cherche à me mettre dans la position d’un organisme vivant qui se laisse influencer par son environnement. Et pour ça je dois oublier, même, d’une certaine façon, que je suis là. Je dois me laisser être là, comme une souche, ou comme une pierre, comme un rocher. Si je peux faire ça, si je peux me laisser oublier que je suis un humain, alors fatalement je vais trouver la solution.

    – Mais Freud avait abandonné l’hypnose parce qu’il avait peur que ça l’entraîne trop loin dans des rapports soumission avec certaines de ses patientes… et vous ?

    – Mais c’est pas de la soumission, c’est de la liberté. Au contraire, pourquoi la plupart du temps les gens viennent me voir, une fois ou deux ? Encore hier j’ai vu quelqu’un qui était venu me voir il y a deux ans, ça avait changé sa vie. Alors aujourd’hui, je – magic Roustang alors ? – absolument, c’est ça la magie, c’est précisément la participation aux choses. On rigole de la magie des shaman, c’est ça, ils disent mais non, vous participez, vous êtes un morceau d’univers, de quelque chose, vous êtes vivants, ça suffit. Si vous vous installez là dedans, mais vous êtes libres aussi, comme un organisme vivant est libre. – Il n’y a pas de soumission, je me. – Ca ne marche pas avec tout le monde l’hypnose ? – non certainement pas, parce que beaucoup de gens ont peur. C’est pas une aliénation, je suis là comme un être vivant et c’est ça qui est ma liberté. je ratifie cette position que j’ai dans le monde.. mais il n’y a rien a ajouter à ça. A un moment il y a soumission, quand je dis à quelqu’un par exemple, vous avez senti que vous étiez libre, il y a un lieu en vous où vous êtes un homme libre, et vous n’êtes plus dans le ressentiment, alors de fait je fait acte d’autorité en disant arrêtez vous là, prenez le temps qu’il faut, pour être tout entier l’homme qui est en paix avec lui-même, et qui n’a plus besoin de cette femme (cf un passage précédent de l’émission).

    1. « Il n’y a de pensée véritable que celle qui accepte de s’abimer dans la vie sans pouvoir faire retour sur elle-même. »
      François Roustang

      1. @octobre

        Et je pense qu’une thérapie de groupe est encore plus efficace, parce qu’on a tout un groupe derrière soi, ou avec soi… tandis que le psy n’est qu’un parent de substitution et ne peut faire poids aux images parentales, ou imago, qui existent. Enfant unique d’un bon parent, c’est quand-même une position de solitude, – voire fusionnelle… une dépendance pour le coup, toutes ces angoissent d’abandon etc, sont toujours là.

        Dans le même entretient il dit que « le psychanalyste ne s’autorise que de lui-même » cela veut dire qu’il s’affranchit également de toute théorie…

        Puis Lacan disait que l’analyse offre une possibilité d’oublie..

        Votre citation me fait penser au loup de steppes, de Hesse.

  26. « L’écart entre le montant initialement envisagé de décote de la dette de 50% et la demande du gouvernement grec de la porter à 75% n’a été que partiellement résorbé, les grandes banques ayant semble-t-il accepté d’accroître leur effort pour la porter à 60%. »

    Mais quel est le deal pensé par les banques ? Calculent-elles qu’avec une décote de 60% elles ne perdent rien, ou sont-elles encore gagnantes à ce stade ?
    Quel est l’intérêt du FMI – mis à part l’altruisme qui ne semble pas être sa première motivation au fil des plans d’ajustement qu’il a imposé de par le monde – quand il propose 75% de décote ?

  27. Il me semble que les « coups d’Etat constitutionnels grec et italien » empêchent une mise en défaut de ses Etats à la mexicaine, façon 1982, et encore moins dans la version argentine de la banqueroute. L’Etat grec va payer. Mais, on peut envisager un coup de billard à plusieurs bandes. 1/ On attend de la troïka qu’elle fasse son travail, soit atteindre une décote suffisante pour refourguer les obligations au prix fort 2/ Avec le magot et l’effet de levier qu’il procure, on passe à un autre morceau (Portugal, Irlande, on verra bien) voire au plat de résistance (Italie, France). En effet, les politiques d’austérité actuelle ne peuvent que prolonger le marasme européen, ça, même un spéculateur avec trois neurones connectées peut le prévoir. Donc tant que la planche à billets des banques centrales tourne, ces messieurs joueront, à la roulette, la faillite d’un Etat de la zone euro. Le Boss de Goldman Sachs l’avait dit aux parlementaires de Washington, « nous faisons le travail de Dieu ». Traduction, les spéculateurs ne sont même plus menés par les esprits animaux, ils sont, sous couvert de rationalité, purement et simplement délirants

  28. Pourquoi taper sur les hedge funds ?

    Il faudrait plutôt connaitre ceux qui ont émis des CDS sur la dette Grecque sans en avoir provisionné les risques.

    Finalement. Ils ont raison les hedge funds et ils vont peut être faire éclater le systeme.

    1. « Ceux qui ont vendu des CDS sur la dette grecque » ? Ben des Big banques se gavant crescendo depuis deux ans avec les primes de cds tout en se couvrant de leur risque sur la dette grecque en vendant à découvert de la dette grecque, à des hedge-funds par ex, non ?

  29. La finance mondiale n’en finit plus de dériver. Le fameux adage « too big to fail » risque encore de se reproduire. Bien que les banques aient subi un défaut partiel sur la dette grecque, elles savent que les Etats et les banques centrales seront toujours là pour les renflouer. Cela crée un aléas moral qui ne devrait pas exister.
    La priorité doit donc être de réglementer la finance mondiale en revenant sur cette hérésie qu’est la règle des 3 D.
    Sur le lien suivant vous pourrez lire une analyse des dérives de la finance à travers l’exemple de Goldman Sachs: http://lespoir.jimdo.com/2011/11/26/goldman-sachs-ou-les-nouveaux-ma%C3%AEtres-du-monde/

    Je vous conseille également de regarder le superbe film de Ferguson: Inside Job dont vous trouverez un résumé sur les liens suivants: http://lespoir.jimdo.com/2011/12/10/inside-job-1%C3%A8re-partie/ » rel= »nofollow »> et

    1. @ Macarel
      « … ils se servent de l’Etat à leur profit …  »
      Ben alors , ce ne sont pas des incapables , au contraire !

      1. Ouais.. ça leur restera en tous cas. Dans quelques années, après l’effondrement de l’économie, c’est ce qu’on dira sur leur brillante période de règne. Longtemps après les rois fainéants, les dirigeants incapables…
        … jusqu’au jour où les gens comprendrons qu’ils peuvent se gouverner eux-même.

        Dingue cette façon de vouloir rester sous la coupe de papa-maman. Le fric n’est qu’un prétexte au désir de rester des mômes irresponsables, dirigés par le nec+ultra-des mômes irresponsables. But du jeu : accumuler les billes dans de gros sacs pour les enlever de la circulation et éviter de se faire ridiculiser par les bons tireurs. Et au final, une bonne vieille baston dans la cour de récré.

  30. Mercredi 11 janvier 2012 :

    Zone euro : « La BCE doit faire plus pour éviter un cataclysme. » (Fitch)

    La Banque centale européenne doit augmenter le volume de ses rachats d’obligations afin de soutenir l’Italie et éviter un effondrement « cataclysmique » de l’euro, a déclaré mercredi le directeur de la notation souveraine chez Fitch Ratings.

    David Ridley, qui s’exprimait devant des investisseurs, a expliqué qu’une implosion de la zone euro aurait des effets désastreux sur l’économie mondiale et que, même si ce n’est pas le scénario de base de Fitch, une telle issue pourrait se produire si l’Italie ne trouvait pas de solution à ses problèmes de dette.

    « La fin de l’euro serait cataclysmique. L’euro est une monnaie de réserve », a-t-il dit avant de s’interroger sur les conséquences d’un tel événement en termes de stabilité financière et politique.

    « Il est difficile d’imaginer que l’euro survive si l’Italie ne trouve pas de solution », a-t-il déclaré, ajoutant que si certains jugent que le poids économique et politique de l’Italie est trop important pour qu’on lui permette d’échouer, « on pourrait également estimer qu’il est trop important pour qu’on puisse la sauver. »

    http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL6E8CB3SM20120111

  31. Crécy, Azincourt, Jeanne d’ Arc, Waterloo, Fachoda, Mers El Kebir, Dakar ….et aujourd’ hui les hedges founds basés aux Iles Caimans…Ca fait un petit moment que nos amis anglo-saxons nous les brisent menu-menu…
    Un certain Napoleone Buonaparte avait bien compris que le continent européen (le monde entier d’ alors) ne connaitrait pas la paix et la prospérité tant que la perfide Albion serait laissée libre de sévir…

    1. le ontinent européen (le monde entier d’ alors)

      Oh sacrebleu ! Celle-là, j’crois bien qu’j’l’avais jamais vue ni entendue. Même sans l’reste autour y’a d’quoi faire biper sévère le conomêtre là.

      1. ah, le conomètre!
        il me semblait bien que vigneron avait un appareil de mesure !
        (et qu’il y croyait !)
        😉

  32. Une vidéo, bande son des Dead Kennedy’s, images de la misère.

    Pendant ce temps là ce soir ils tuent les pauvres, ça leur fait de la place!

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=aATm5cON87M

    Efficiency and progress is ours once more
    Now that we have the Neutron bomb
    It’s nice and quick and clean and gets things done
    Away with excess enemy
    But no less value to property
    No sense in war but perfect sense at home:

    The sun beams down on a brand new day
    No more welfare tax to pay
    Unsightly slums gone up in flashing light
    Jobless millions whisked away
    At last we have more room to play
    All systems go to kill the poor tonight

    Gonna
    Kill kill kill kill Kill the poor:Tonight

    Behold the sparkle of champagne
    The crime rate’s gone
    Feel free again
    O’ life’s a dream with you, Miss Lily White
    Jane Fonda on the screen today
    Convinced the liberals it’s okay
    So let’s get dressed and dance away the night

    While they:
    Kill kill kill kill Kill the poor:Tonight

    1. « N’achète pas le journal, tu ramènerais un patron à la maison. »
      Dicton populaire français, début du XXème siècle.

  33. Jeudi 12 janvier 2012 :

    Le plus gros hedge-fund du monde : la BCE.

    Nous allons nous intéresser aujourd’hui au bilan de la BCE – qui se dégrade de plus en plus. D’où le titre – rappelons qu’un hedge-fund est un fonds d’investissement spéculatif, qui fait appel à l’emprunt pour investir, visant de fortes rentabilités. Je taquine un peu, mais le bilan de la BCE a désormais dépassé celui de la Fed – même si elle a bien moins augmenté son bilan que la banque centrale américaine comme nous le verrons bientôt…

    L’actif.

    Observons l’évolution de la taille du bilan de notre banque centrale, ainsi que la composition de son actif (en euros constants) :
    La durée moyenne est ainsi passée de 2 mois à 2 ans… Beau travail les amis, tout va bien, les apprentis-sorciers sont à l’oeuvre… Tout ceci n’a jamais été tenté à ce niveau dans l’Histoire. “Ils” disent que tout ira bien, je dis “pas sûr du tout” ; comme nous sommes les cobayes, nous aurons la réponse dans quelques trimestres…
    ( … )
    En conclusion, on voit donc que la BCE est en train de se transformer progressivement en bad bank, en récupérant toutes les créances et collatéraux de mauvaise qualité du marché…
    Et nous allons voir dans le prochain billet que les opérations de la BCE amplifient le phénomène – sans grand effet en plus…

    http://www.les-crises.fr/bilan-bce/

    1. Finalement, ils font ni plus ni moins que la FED. QE+Bad bank.
      En s’asseyant sur les traités, mais quand ce sont les citoyens qui ne veulent pas de ces mêmes traités (cf 2005) on leur dit de circuler, mieux on leur tape dessus abondamment, quitte à ce qu’ils en décèdent.

    1. Oh toi, tu vas attirer les troller-killers, comme la confiture attire les cochons.
      La Bête aux cinq doigts de la main gauche perdus sur la tour Montparnasse infernale, et dont il ne faut pas prononcer le nom mais qu’on repère aux trainées sanguinolentes qu’elle laisse sur le clavier comme dans l’esprit des damoiselles trop polite pour être zonnêtes qui viennent s’encanailler ici, va t’alpaguer, mon gars.
      Adieu, je t’aimais bien tu sais.

      http://bit.ly/apbU3x

    1. à Pablo75

      Je considère que la mafia, comme concept et comme réalité, est le modèle de l’entreprise commerciale moderne, dont une part sans cesse croissante est née de la privatisation de ce qui était un service public.
      Pensez par exemple à ce que les PTT sont devenues, dans un monde où la valeur d’échange dirige l’usage.

  34. La charognarde blonde n’est pas mauvaise dans son genre, à savoir la récupération d’idées précieuses défendues ici par Jorion où là par Lordon.

    Bilan: ces idées « FNisées » sont à présent discréditées par les mass medias, comme dans cet article du monde.

    Dommage que les électeurs soient incapables de dissocier les bonnes idées des mauvais partis…

    1. 26% souhaitent qu’elle soit présente au second tour.
      C’est effectivement son ‘potentiel’ électoral.
      Et vu comment part en vrille la campagne électorale, elle bien partie pour …

      1. Ce qui fait 74% qui ne le souhaitent pas.
        A quand un un macaron, un tag genre « Site démocratique insoluble dans le FN » que porterait tous les sites qui se reconnaissent dans des valeurs minimales. Respect de l’Étranger, incrédulité devant le FN-sauveur-des-salariés et refus de l’état policier impuni et omniprésent ?

        C’est encore un combat noble et de sens celui contre le FN.

        C’est pas parce qu’il y a des problèmes immenses que le FN apporte des solutions, sauf si on range au chapitre des bonne idées un monde monocolore avec de hauts murs et mêmes problèmes économiques, pour avoir refusé les solutions collectives et citoyennes.

        C’est aux démocrates de le rappeler et fortement. En tous cas on peut pas compter sur la clique fasciste au pouvoir, qui récupère même ce combat débile pour une femme qui vivait en un temps ou le moindre espace, la moindre représentation était très différente de la nôtre.

      2. @ Contempteur :
        Certes.
        Mais la question n’est pas là et ne l’a jamais été : l’extrême droite n’a jamais, à elle seule, conquis le pouvoir par les urnes.
        La question est celle :
        1/ d’un contexte suffisamment dégradé pour que ses thèses puissent résonner : c’est le cas
        2/ d’obtenir un rapport de force non pas majoritaire mais suffisamment puissant pour réaliser un effet de levier, en s’appuyant sur la dégradation de 1/.
        A l’inverse des démocrates, l’extrême droite a le temps, dans ce type de contexte.
        ‘Taguer’ est un chose.
        Dénoncer les fausses solutions du FN en est une autre.
        Et apporter des réponses aux questions que se posent les citoyens en est encore une autre.
        Les trois sont sans doute nécessaires mais la dernière plus que les autres me semble-t-il.

        D’où l’immense responsabilité des politiques sur ce sujet.

      3. @Zébu
        Je te répondrai qu’il ne faut jamais dire fontaine…
        Je ne crois pas utile, et même je juge contre-productif de séparer les 3 types d’actions proposés. La théorie et la pratique alliée, n’est-pas l’idéal citoyen militant, humaniste ?…
        Plus sérieusement un certain Paul Jorion a écrit un bouquin sur la « guerre civile » numérique je crois bien. Je ne l’ai pas lu, mais je subodore d’après le titre qu’il voulait montrer la puissance croissante des affrontements sur le net entre des camps reflétant plus ou moins ceux « . Le Net est représentation de la société « réelle, singulier soutien d’une stratégie de contre-attaque et terrain symbolique mêlant les idées de modernité, citoyenneté et renouveau. Valeurs incarnant très bien ce que peut et doit véhiculer une société contemporaine qui veut se libérer d’une exploitation économique dictatoriale et archaïque, et d’une xénophobie nationale fleurant bon la réaction colonialiste.
        Dans cette idée du net, faire un collectif numérique de gens sous la bannière « Stop au libéralisme brun », me semble pertinent.
        Il reposerait pas sur rien, ce regroupement. Évidemment qu’il faut des arguments contre et des arguments pour autre chose. Et il y en a. Ca commence à lever, la pâte, par ci par là. Les gens de Ras le Front ont repris du service et de plus en de personnes dans le monde intellectuel et citoyen embrayent sur ce combat, sans doute aussi important que celui contre le dingue de l’Elysée.
        Il faut lire par exemple le bouquin de François Ruffin, journaliste, sur le protectionnisme et voir l’articulation possible de cette stratégie sur une ligne de gauche, pour comprendre qu’il y a des solutions qui émergent, pour peu que nous écartions la résignation et la chape media qui prétend nous dire comment marche notre pays.

        Encore ne faudrait-il baisser les bras avant d’attraper la cognée, ou faire du maximalisme qui ne sert à enterrer les possibles.

      4. …l’extrême droite n’a jamais, à elle seule, conquis le pouvoir par les urnes.

        Si, une fois. En Allemagne…

    2. La récupération.

      Vous avez mis sur le doigt sur une réalité essentielle.
      Les idées, comme les mots, sont récupérées par le pouvoir et ceux qui aspirent à l’exercer.
      La question est de savoir pourquoi et comment ce sont principalement nos ennemis qui s’emparent de certaines de nos idée.
      Serait-ce parce qu’ill les expriment mieux que nous ou parce que ces idées ne sont pas vraiment radicales ?

      1. ils les expriment mieux que nous

        Pas ou peu en qualité; énormément plus en quantité: c’est l’apanage des appareils politiques rivés aux mass médias…

        ces idées ne sont pas vraiment radicales

        Elles ne le sont plus après avoir été récupérées et dévoyées au dernier degré.

    3. Les bras m’en tombent.

      Des électeurs sont de plus en plus désespérés parce que les bonnes idées ne sont désormais plus l’apanage des « bons » partis. Ce manichéisme basique c’est bon pour les contes de fées.

      Le raccourci « électeurs incapables » est intellectuellement malhonnête, politiquement suicidaire et surtout dépourvu de la moindre empathie ou compassion vis-à-vis de ceux qui estiment n’avoir plus que ce choix-là -et qui ne sont pas nés fascistes pour votre gouverne-. Le noyau dur de l’extrême droite c’est bien moins de 10% du corps électoral.

      L’incapacité aujourd’hui est dans le camp des élites dirigeantes conventionnelles qui n’ont rien fait pour corriger le tir après avril 2002 –tout le contraire- et la percée du FN à mettre sur le compte de leurs incompétences au mieux ou leurs irrépressibles tendances oligarchiques au pire.

      D’ici les élections présidentielles, le projet européen en perdition et les affaires qui font surface au sein de l’UMP et du PS risquent d’amplifier le phénomène Marine Le Pen. Ce sera plus spectaculaire qu’en 2002 mais il ne sera pas trop tard pour VRAIMENT comprendre le message.

      Disons que ce sera la dernière chance…

      1. Oui, les coupables sont bien sûr et toujours les individus, pas les partis.
        Les électeurs comme cause vs le FN comme conséquence.

      2. Pensez-vous sincèrement que les électeurs auront la capacité de dissocier les bonnes idées des mauvais partis lors de leur vote?

        Devinette: mon bulletin n’est pas en papier, il ne rentre pas dans l’urne, il sert le plus souvent à la marche en centre-ville historique…

  35. Jeudi 12 janvier 2012 :

    Italie :

    Le Trésor italien a réussi jeudi à lever 12 milliards d’euros d’obligations à court terme, soit le maximum prévu, pour sa première émission de l’année.

    Les taux d’intérêt des titres à un an ont chuté lors de cette opération très attendue par les investisseurs à 2,735% contre 5,952% lors de la dernière émission similaire datant du 12 décembre.

    Espagne :

    Le Trésor espagnol a emprunté jeudi 9,986 milliards d’euros, le double de son objectif, profitant de taux d’intérêt en forte baisse pour sa première émission obligataire de l’année, selon les chiffres publiés par la Banque d’Espagne.

    Soutenue par une demande très importante (18,7 milliards), l’Espagne en a profité pour émettre plus d’obligations que prévu à 3, 4 et 5 ans, à des taux plus avantageux que lors des émissions précédentes, s’étalant de 3,384% à 3,912%, contre 4,871% à 4,848% les dernières fois.

    Le Trésor espagnol souhaitait au départ lever 4 à 5 milliards d’euros, mais avait prévenu qu’il s’agissait d’une fourchette indicative, pouvant être modifiée en fonction des conditions du marché.

    Celles-ci ont été très bonnes, sans doute grâce à l’action de la Banque centrale européenne (BCE), qui a réalisé fin décembre une importante injection de liquidités auprès des banques de la zone euro, ces banques commençant peut-être à utiliser cet argent frais sur les marchés.

    http://www.romandie.com/news/n/_L_Espagne_profite_du_calme_des_marches_pour_emprunter_2_fois_plus_que_prevu120120121101.asp

    1. Tout est faussé avec des BCE et FED qui peuvent manipuler tous les chiffres comme ils veulent.
      Aucune confiance en tout çà.
      Les voleurs sont au pouvoir.

  36. Les charognards vont avoir du grain à moudre (ou plutôt, de la chair à se mettre sous la dent) :

    « Dans son étude sur ce qu’elle appelle « La très grande Récession », l’équipe dirigée par Xavier Timbeau relève d’abord la dégradation « spectaculaire» des perspectives de croissance pour les pays développés et plus particulièrement européens. »

    « Dans le deuxième cas de figure, l’OFCE fait l’hypothèse que l’ensemble des grands pays européens se mettrait à conduire en même temps des politiques restrictives. Dans ce cas l’effort d’économies serait supérieur : il s’élèverait à 72 milliards d’euros au Royaume-Uni ( 4,1 points de PIB), à 44,6 milliards en France (2,2 points de PIB), à 34,9 milliards en Italie (2,2 points de PIB) à 28,2 milliards en Espagne (2,6 points de PIB) et à 26 milliards en Allemagne (1 point de PIB). Il entrainerait partout une récession sévère : -1,4% en Allemagne, – 3% en France (soit plus qu’en 2009), – 3,7% en Italie, – 3,2% en Espagne; – 3,7% au Royaume-Uni. »

    http://bercy.blog.lemonde.fr/2012/01/11/les-scenarios-noirs-de-lofce-sur-la-reduction-des-deficits-en-2012/#mf_sid=465222062

    1. Cercle infernal.

      Moins que le consommateur a de thunes, moins qu’il achète de marchandises.
      Moins que l’électeur achète de marchandises, moins il faut en produire et moins il y a besoin de travailleurs pour produire des marchandises qui ne seront pas achetées..

      Nous tournons en rond dans la nuit, mais ne le dites pas : cela pourrait nuire au moral des troupes et gâcher les élections à venir.

  37. Je ne vois pas pourquoi le taux du livret A n’est pas valorisé selon ce qui est prévu par la Loi, sous prétexte qu’il faudra peut-être le baisser dans 6 mois….

    1. Il n’est pas valorisé afin d’aider aux banques à se reconstituer leurs fonds propres, non?
      C’est plus politique de dire qu’il faudra peut être le baisser dans 6 mois ce dont je doute d’ailleurs. On a l’impression qu’ils essaient de recoller les morceaux quand on voit le type de décisions prises contre la « logique habituelle » et tenter de nous les expliquer avec des arguments bidons. Y’a le feu.
      Je n’y connais pas grand chose mais j’essaie de comprendre, vous allez me dire si je me trompe. Depuis 10 ans, nous avons des taux bas pour relancer les économies occidentales mais ça ne redémarre pas, de plus les taux ont créé des bulles qu’il va falloir faire dégonfler et en nous faisant payer. C’est à peu près cela?

      1. @Marlowe

        J’ai 3e 78 sur mon compte A

        En attendant cela privera les épargnants de 500 millions, et ce n’est pas ce qui me choque mais l’argument en soit…. C’en est pas un de dire qu’il faudra le rabaisser dans 6 mois ! Il n’y a aucun problème à ce que ce taux varie, comme beaucoup d’autres choses, il a été conçu pour cela.

        De toutes façons, au point où on en est …

        J’ai l’impression de vivre dans un monde de fous. Enfin… et la gauche fait tout pour se saborder.

      1. à quelqu’un,

        Nous allons devoir survivre très longtemps avec le nucléaire, en le conservant ou en ne le conservant pas.
        Cet argument, cynique, fait qu’il n’est ni nécessaire ni urgent de s’en débarrasser : demain est un autre jour.
        En fait, nous sommes quelques uns à savoir, et à avoir proclamé, mais sans être entendu, qu’il ne fallait pas toucher au nucléaire.
        Ceux qui le disent maintenant, et quelle que soit leur bonne volonté, viennent trop tard.
        L’argument qui consiste à dire « c’est là et nous n’y pouvons plus rien » est imparable et, s’il est si peu utilisé, c’est pour ne pas briser l’image d’un débat qui n’a plus de sens.
        Nous sommes nucléarisés tout autant que nous sommes transformés en marchandises.

      2. Le chêne et le roseau (Jean Anouilh)

        Le chêne un jour dit au roseau :
        « N’êtes-vous pas lassé d’écouter cette fable ?
        La morale en est détestable ;
        Les hommes bien légers de l’apprendre aux marmots.
        Plier, plier toujours, n’est-ce pas déjà trop,
        Le pli de l’humaine nature ? »
        « Voire, dit le roseau, il ne fait pas trop beau ;
        Le vent qui secoue vos ramures
        (Si je puis en juger à niveau de roseau)
        Pourrait vous prouver, d’aventure,
        Que nous autres, petites gens,
        Si faibles, si chétifs, si humbles, si prudents,
        Dont la petite vie est le souci constant,
        Résistons pourtant mieux aux tempêtes du monde
        Que certains orgueilleux qui s’imaginent grands. »

        Le vent se lève sur ses mots, l’orage gronde.
        Et le souffle profond qui dévaste les bois,
        Tout comme la première fois,
        Jette le chêne fier qui le narguait par terre.
        « Hé bien, dit le roseau, le cyclone passé –
        Il se tenait courbé par un reste de vent –
        Qu’en dites-vous donc mon compère ?
        (Il ne se fût jamais permis ce mot avant)
        Ce que j’avais prédit n’est-il pas arrivé ? »
        On sentait dans sa voix sa haine
        Satisfaite. Son morne regard allumé.
        Le géant, qui souffrait, blessé,
        De mille morts, de mille peines,
        Eut un sourire triste et beau ;
        Et, avant de mourir, regardant le roseau,
        Lui dit : « Je suis encore un chêne. »

    2. Lisztfr, primo le taux des livrets A est valorisé selon la Loi qui dit que des conditons exceptionnelles autorisent à ne pas respecter le plancher du taux d’inflation + 0,25 %. Situation exceptionnelle, tu saisis ce que ça veut dire, i.e ce qui se raconte sur ce blog ???
      Secundo la collecte sur les livrets reglementés a battu des records en 2011 à 19 milliards €, 1 % du pib quoi, une paille…
      Tertio je sais pas si t’imagines un Livret A à 2,75 %, mais je crois que ça donnerait un très mauvais genre aux 1 500 milliards d’ass-vie qui dorment très très très profondément (comateux en fait, d’un coma dépassé) à moins de 3 % à coup sûr pour 2012 et 3 % pour l’année passée… Je crois qu’un certain nombre certain de plafonds cumulés Livret A + LDD (21 300 € de dépôts kamême) seraient très vite atteints, encore plus vite en tous cas. Et imagine ne serait-ce que 2 % de décollecte nette sur les ass-vie, c’est juste 30 milliards € à refinancer pour les sociétés d’assurance.

      1. Les conditions exceptionnelles émaillent de plus en plus notre système. De belles conditions exceptionnelles ornent la dernière mouture de la règle d »or. Bientôt des circonstances exceptionnelles autour de la prochaine élection présidentielle? Car comme l’a dit hier Accoyer…

  38. Pour la Grèce, dernier article intéressant dans Athens News (toujours en anglais dans le texte) : Le FMI en conflit avec l’Union Européenne à propos de l’austérité en Grèce. Je cite un extrait :

    Une rupture qui couve depuis longtemps entre le FMI et l’Union Européenne à propos de l’échec des programmes d’austérité a éclaté au grand jour ce jeudi, à la suite d’une rencontre informelle entre le FMI et les correspondants de presse grecs à Washington.

    Jeudi matin, les compte-rendus de cette rencontre sur les chaînes de TV Mega et Ant1 faisaient état du fait que les membres du FMI faisant partie de la troïka cherchaient à se distancier d’un « ensemble de mesures d’austérité contreproductives » imposées au pays avec l’insistance du côté Union Européenne.

    En Belgique, divine surprise, le ministre fédéral PS Paul Magnette a dû se lever du pied gauche, parce qu’il s’est mis à critiquer vertement et publiquement la commission européenne et ses politiques d’austérité stériles… Lire le bref article du Soir : Magnette fâche l’Europe et Vanackere

    Mais où va le monde ? 😉

    1. « Nous assistons à l’écroulement d’un monde, des forces immenses sont sur le point d’être déchaînées », entretien avec Frédéric Lordon.

      A apprendre par cœur. Et à répandre partout où cela est possible. Bon courage à toutes et à tous.

      Papillon

  39. http://www.presseurop.eu/fr/content/article/1383681-pas-d-austerite-pour-l-armee

    J’ai halluciné en lisant cet article… Des sous marins, avions de chasse,… Pas le genre d’engin qui sert à régler les émeutes au sein d’Athènes… J’avais lu un article sur le fait qu’un conflit mondial entre l’occident et l’orient pourrait démarrer à partir d’affrontements entre la Grèce et la Turquie. Je n’y crois pas trop mais d’autres y pensent peut être. Affligeant.

  40. C’était en 2009, dans un entretien avec A.Mercier l’historienne Michèle Riot-Sarcey nous disait déjà :

    (…) Parce que maintenant on arrive à une impasse – une impasse véritable et comme le dit un chroniqueur que j’ai beaucoup aimé, Max Dorra (dans le Monde), il site Marx : Marx avait eu raison en ce qui concerne le capitalisme et ses crises : on ne moralise pas une logique celle des vautours, ça paraît complètement élémentaire, on ne moralise pas tous ceux qui ont spéculé ; spéculé sur la misère des autres. (…)

    D’autres regards sur la crise.

Les commentaires sont fermés.