L'actualité de la crise : GUIGNOL EST DE RETOUR ! par François Leclerc

Billet invité

De rafistolage en rafistolage, le plan de sauvetage de la Grèce s’achemine vers son échec final. Selon le FMI, le PIB devrait chuter de 6 % cette année, le double de ce qui était prévu, ne laissant comme issues possibles que d’adopter de nouvelles mesures d’austérité, d’augmenter la décote de la dette grecque (alors que les négociations ne sont toujours pas conclues à son propos) ou bien d’amplifier l’aide financière directe. Toutes solutions qui coincent pour une raison ou pour une autre.

Avec ce plan, c’est toute une stratégie orientée vers le désendettement à marche forcée des États qui va sombrer, même s’il va être affirmé que la Grèce est le mouton noir de l’Europe et que la feuille de route n’est pas modifiée (faute d’en disposer d’une autre). Car cela reste une question de temps pour que l’Italie ou l’Espagne se trouvent dans l’obligation de se tourner vers l’Union européenne et le FMI pour refinancer leur dette, déclenchant dieu sait encore quelle improvisation de circonstance pour tenter d’y pourvoir. L’Espagne a repris une longueur d’avance, en attendant la suite.

“Quelques pays de l’Union européenne ont un problème de dette publique”, vient d’affirmer le président du Conseil italien, Mario Monti, réfutant contre toute évidence les difficultés des banques italiennes et particulièrement d’Unicredit, la principale d’entre elles. Le gouvernement espagnol a de son côté décidé de ne pas vider l’abcès en créant une bad bank, et de fonder ses espoirs sur la capacité des banques à progressivement maîtriser leur désendettement. Il n’est donc toujours pas question de sortir du cadre initial et de reformuler un diagnostic qui renvoie à l’impuissance.

Simultanément, la BCE enregistrait à nouveau un record de dépôts des banques dans ses coffres, faisant comprendre qu’il ne s’agit pas là d’un simple grippage provisoire du marché interbancaire, ni même de mesures de précautions prises par les banques dans l’attente de leurs lourdes échéances du premier trimestre, qu’il va falloir honorer.

Celles-ci rencontrent des difficultés endémiques sur les marchés, et c’est dans les entrailles du système financier qu’il faut rechercher l’origine de cette perte de confiance jamais analysée car les causes sont dérangeantes. Comme si le désendettement n’était pas plus maîtrisé du côté privé que du côté public, et que l’édifice de la dette vacillait sur ses bases en raison de la tendance à la baisse de qualité d’une quantité de plus en plus grande des collatéraux apportés en garantie, ainsi que de la montée des risques de défaut en résultant. L’ensemble a tous les traits d’une implosion qui ne peut pas être reconnue.

La contraction de la dette est en train de se révéler beaucoup plus brutale que souhaitée, déjouant tous les calculs et les tentatives de la maîtriser. Elle se refuse à opérer la distinction sélective entre ses composantes publique et privée, celles-ci continuant à se contaminer réciproquement.

Les banques déposent également leurs fonds à la BCE pour les mettre à l’abri des soubresauts grecs à venir, aux conséquences incertaines. Les marchés ont en effet fait le tour de la question et savent qu’il ne peut désormais plus rien être attendu des gouvernements européens : la BCE est leur seul sauveur, mais celle-ci réserve ses bienfaits aux seules établissements financiers. Il est donné aux banques le temps qu’il est refusé aux États, une demi-mesure qui pèse.

Combien de temps ce blocage tiendra-t-il ? L’heure n’est pas encore venue de sa remise en question, qui n’interviendra qu’en tout dernier recours, si tel est le cas. Les bricolages se poursuivent donc. Le FESF (fonds européen de stabilité financière) étudie le renforcement des garanties qu’il pourrait consentir aux investisseurs non-européens, afin de les attirer, mais son mécanisme assurantiel réduira d’autant son effet levier et les fonds qu’il pourra lever. Le gouvernement britannique laisse entendre qu’il pourrait reconsidérer son refus de financer le FMI, un geste que pourrait également consentir le Japon. Le gouvernement allemand, enfin, envisagerait que le Mécanisme européen de stabilité (MES) soit doté en 2012 de la totalité de son capital (et non pas selon des tranches annuelles successives). Mais tout cela ne fait toujours pas le compte.

Faute de changer de politique, c’est le discours qui va évoluer. Les Allemands et les Français devraient proposer aux membres de l’Union européenne d’adopter des “initiatives de croissance”, mesures destinées à lutter contre la récession et à favoriser l’emploi, afin de ne pas s’en tenir à la seule discipline budgétaire et à la réduction des déficits. Sans toutefois s’appuyer sur des mesures de relance financière, mais en se contentant de préconiser des réformes structurelles

C’est du même niveau que la bataille engagée par Nicolas Sarkozy à propos de la taxation des transactions financières: beaucoup de vent, pas d’effet !

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

110 réflexions au sujet de « L'actualité de la crise : GUIGNOL EST DE RETOUR ! par François Leclerc »

  1. LEAP annonce une décote mondiale des dettes d’état de 30% en 2012.
    En valeur supposée , actée ,entérinée , confirmée jusque dans les poches des détenteurs de dette ?
    Un accord mondial qui permets de repartir en avant ou juste une valeur de marché?
    Une restructuration réelle ou un rêve ?
    LEAP laboratoire européen ne peut qu’être pro-européen.

    1. Le LEAP annonce beaucoup de catastrophes depuis plusieurs mois… avec une précision qui laisse à désirer… puisque la plupart de ces évenements n’ont pas encore eu lieu !!
      Ce labo veut jouer au prophète.

    2. 30% me paraît faible, mais c’est bien la confirmation d’une chose que je répète à l’envi : la dette c’est de l’inflation masquée.

      Faîtes le calcul : 30% en 2012 au bout de 10 ans d’euro, ça veut dire un taux moyen de 1,7%. Ajoutez ça aux 2% d’inflation assumée et vous aurez le taux réel d’inflation de la zone euro.

      (Je précise que je calcule ici à la louche et qu’il faudrait tenir compte aussi des endettements préalables à l’instauration de l’euro. Mais ça ne changerait rien aux conclusions).

      On a fondé l’euro et (surtout) la BCE sur l’axiome : la banque centrale ne prête pas aux États. Pourquoi ? Parce que sinon ces méchants États y font rien qu’à faire de l’inflation. Résultat : on a à la fois l’inflation (légère se réjouissent-ils) et la dette. Sauf que c’est les mêmes qui paieront les deux.

      1. La dette comme inflation masquée , cela parait très intéressant au béotien que je suis , et j’aimerais plus de développements , mais apparemment cette idée semble provoquer peu de réactions .

      2. Tout à fait vous avez bien résumé l’arnaque de la banque centrale indépendante comme la nôtre notre trop chère BCE,

        L’essence sans plomb vient de dépasser les 1.80 euros en Italie, résultat c’est le rush sur les stations françaises de la frontière, merci les taxes Monti

        préparez vous on y va tout droit en France

    3. Aux larbins qui ne manquent pas de chanter, jusque sur ce blog (!)
      « un honnête homme paie ses dettes »…
      voici des tableaux remarquables qui font l’histoire des défauts.

      Merci encore à Olivier et chapeau bas pour la constance et qualité de son travail.
      Ces tableaux montrent entre autres,
      – que la France a été un champion du défaut sur sa dette,
      – que 70 défauts ont été déclarés au cours des 35 dernières années…

      http://www.les-crises.fr/etats-font-jamais-defaut/

  2. Il faut absolument initier (dès que possible) un projet de loi rendant obligatoire de proposer des réformes structurelles.

    1. C’est en effet un cartoon très savoureux. Fait par des chinois, il me semble… Mais tellement réaliste, tellement bien illustré! L’Europe (l’humanité?) résumée en un cartoon…

    2. HAHAHA ! Excellent, mort de rire ! Rien de tel qu’un peu d’humour pour relativiser… car « Plaie d’argent n’est pas mortelle » n’est-ce pas… Bon il faut le dire vite parce que ça dépend où, quand et à qui on a emprunté 🙂

      1. @Un naïf

        Je suis encore plus naïf que vous. Je m’étais imaginé que notre flanby n’oserait pas se laisser secouer sa gélatine rose par un capitaliste pur et dur. Ceci expliquerait son discours mou en économie et son attitude fuyante devant les vraies grandes questions politiques. Merci pour l’info

      2. @gotoul

        Mr Lorenzi ( banque Rothschild ) est aussi un des conseillers économiques de Mr Fillon. No comment !

        Ah si ! Tout de même ! Ce Mr Lorenzi à l’air de s’être spécialisé dans le traitement des corps mous.

      3. Oui, puisqu’on parle de Guignol, voici que l’on découvre qui enfile les gants ! À noter : ce n’est pas Guignol qui à écrit l’histoire, toujours la même d’ailleurs…

      4. 1er cercle ?

        Il ne faut pas exagérer, il suffit de consulter l’organigramme de l’équipe Hollande.

        Lorenzi est Prdt du cercle des économistes et membre du Conseil d’économistes qui conseillent Matignon. En quelque sorte incontournable. Après qu’il soit présent dans les médias, certes il faut lui apporter la contridiction mais en faire une victime à chaque fois qu’il intervient dans une émission cela ne va que conduire les journalistes et autres animateurs à l’inviter ne serait-ce que pour montrer qu’ils ne cèdent pas à « une poignée de gauchistes » Sans compter que cela disqualifie les agresseurs et rend inopérant leurs arguments.

        Et il continuera à paraître dans les médias.

      1. Le problème pour François H, c’est que s’il expose des intentions économiques hérétiques, le CAC40 l’exécute en quelques jours. Le CAC40 est comme un chat jouant avec la souris. Le CAC40 a compris que sa marionnette en exercice est devenue impopulaire, il peut la sacrifier pour que les manants se tiennent tranquilles, mais gare à l’impétrant trop téméraire!!

      2. malheureusement la monnaie commune est celle d’une copropriété et non pas d’une nation, la nation européenne n’existe pas, c’est pour ça que la BCE est indépendante et c’est aussi pour ça que cela ne marche pas, vous avez déjà vu des copropriétaires s’entendre vous ?

      3. @lars

        gare à l’impétrant trop téméraire

        Bien sûr que les patrons du CAC 40 n’ont pas tout perdu de leur pouvoir, mais ils n’ont jamais étés autant marqués par la crise ni autant détestés. Ils sont contraints d’agir en pleine lumière. Et ces vampires là n’aiment que la pénombre. Si FH avait réellement la volonté d’agir et de prendre les bonnes décisions, il en aurait les moyens … s’il n’était pas, bien sûr, tributaire de la bonne volonté des détenteurs du capital pour ses campagnes électorales et ses gages de domestique.

        @ Renaud Bouchard

        Merci pour cette vidéo qui a le mérite de confirmer ce dont tout le monde se doute sans disposer systématiquement de preuves éclatantes comme celle-ci. Rq: Si le « Cher Monsieur » placé en tête de votre texte m’est destiné, sachez que j’apprécie cette marque de courtoisie mais que vous pouvez comme tout un chacun m’interpeller en utilisant mes nom et/ou prénom.

    1. Lorenzi, comme les autres, il suffit d’entendre leur timbre de voix, leur style d’élocution, pour savoir qu’il font partie des « chiens de gardes », pas si nouveaux que ça…
      Si je peux me permettre un conseil, courrez voir ce film documentaire qui sort mercredi 11/01,
      « les nouveaux chiens de garde »…
      http://www.lesnouveauxchiensdegarde.com/

  3. Le plan marche à merveille.
    Et si on spéculait sur la chute des Etats Unis et de l’Angleterre qui sont en pseudo faillite ? pour que l’europe puisse se faire de l’argent.
    Et heureusement que nos amis chinois continuent à soutenir l’euro autrement on serait tous parti au fond du gouffre, je ne sais pas si c’est pour le bien des peuples Européen qu’ils font ça.
    Ca doit bien embêter les Hedges Funds tout ça, pourtant ils doivent s’acharner.

    1. @icare

      nos amis chinois continuent à soutenir l’euro

      Ça risque de ne pas durer. Certaines provinces chinoises sont incapables de payer les intérêts de leur dette.

    1. Oui effectivement nous avons permis grace à cette loi le financement de l’état Français au banque privées. Alors qu’avant nous pouvions nous financer à taux 0%, maintenant, nous le faisons avec intérêts pour le bien des banques privées. Il lfaudra également souligné :
      L’article 123 du Traité de Lisbonne stipule que : « 1. Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées « banques centrales nationales », d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions, organes ou organismes de l’Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres ; l’acquisition directe, auprès d’eux, par la Banque centrale européenne ou les banques centrales nationales des instruments de leur dette est également interdite »

      En 1973, le ministre des finances Valery Giscard D’Estaing (sous la Présidence de Pompidou, ancien directeur général de la banque Rothschild) modifie les statuts de la Banque de France à travers la loi 73-7 pour lui interdire de faire des avance ou des prêts à l’Etat.
      En 1992, l’article 104 du traité de Maastricht interdit à la BCE et aux Banques Centrales Nationales de consentir des avances ou des prêts aux États ou aux Collectivités Publiques.
      Le traité de Lisbonne a été adopté en France par Mr Sarkozy le 04 février 2008 alors que le référendum sur la constitution européenne avait été rejeté en 2005 par 53% des Français.
      Avant la loi 73 la dette en France n’existait pas.

      http://www.nirgal.com/wakeup/dette

      1. « Avant la loi 73 la dette en France n’existait pas. »

        Avant 1973 le budget était équilibré, ceci expliquant cela.

      2. Avant la loi 73 la dette en France n’existait pas.

        C’est même pire que ça ! Tous calculs étant faits, la dette actuelle de la France est (à un chouïa près) égale aux intérêts de ses emprunts !

        Alors je veux bien que ce soit d’« extrème-droite » ou d’« ultra-gauche » de dire ça, n’empêche …

      3. Ah oui au fait, j’allais oublier : l’article cité prétend que la loi de 1973 a été abrogée en 1994.

        Remarquons d’abord que 1994 c’est deux ans après Maastricht. Ce n’est pas un hasard.

        Ensuite, cassez-vous un peu la tête et goolglisez à loisir pour lire cette « abrogation ». Vous serez édifiés !

      4. @hatoup
        @Léoned

        On arrive en 1973 à la fin des 30 glorieuses. Par la suite, avec le chômage, les industriels vont disposer d’une arme absolue contre les revendications ouvrières. Et l’état devra se contenter de collecter l’impôt sur des salaires en chute libre.

    2. Je trouve cet article très peu clair.

      Par exemple: « – Enfin, il faut rappeler que si l’on souhaite accroître la part relative des consommations collectives dans le revenu national, il faut nécessairement réduire la part relative des consommations privées. »

      J’en ai cependant déduit à sa lecture que, pour son auteur, « il y a d’autres choses à faire pour améliorer la situation », qu’autoriser un Etat à se financer directement auprès de la banque centrale, au lieu d’être uniquement autorisé à le faire par l’intermédiaire des banques commerciales (qui elles-même se refinancent auprès de la BCE, à 1%, au lieu des quelques % auxquels l’argent est reprêté…).

      Si quelqu’un peut m’expliquer clairement pourquoi il serait utile, sinon même indispensable, d’interdire aux Etats de se financer directement auprès de la BCE: je suis preneur (l’argent emprunté venant initialement de la BCE…)! Au-delà de toute polémique politicienne.

      Merci d’avance!

      1. Rien de politique juste du lobbying de la part de la propriété privé aux prétextes de lutter contre l’inflation et en Europe de s’émanciper de la contrainte « dollar ».
        Avec les complicités du FMI, BM, Bruxelles, etc… Toutes ces institutions honorables à leurs créations ont depuis largement dérapé sous l’influence des lobbyistes de la finance entre autre.
        C’est juste un problème de rapport de forces entres les tenants du pognon et les gueux; entre l’intérêt privé et l’intérêt général, entres les peuples et leurs maîtres, bref: entres les dominants et les dominés.

      2. @Bruno deux raison : 1973, c’est la suite logique du dollar libre comme l’air et des régimes de change flottant, 1992 maastricht, c’est la gestion de la copropriété europe et des adhérents à la monnaie unique qui voulait avec une bce indépendante aussi en plus des idées libérales tuer le favoritisme dans l’oeuf.

    3. « loi Pompidou-Giscard », ou « loi Rothschild » allusion au fait que Pompidou fut directeur général de la Banque Rothschild.

      « La loi n°73-7 est issue d’un projet de loi déposé par le gouvernement Pierre Messmer, le responsable de l’élaboration du projet étant le ministre de l’Économie et des Finances, Valéry Giscard d’Estaing.
      La loi modifie l’organisation de la Banque de France.
      L’article 25 de cette loi, selon lequel « le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la Banque de France », fait l’objet de commentaires polémiques.

      La loi a été abrogée par la loi n°93-980 du 4 août 1993 (aujourd’hui codifiée dans le Code monétaire et financier), entrée en vigueur le 1er janvier 1994 pour la transcription du traité de Maastricht »

      Les intérêts payés depuis 73 sont quasiment équivalents au taux d’endettement actuel (devinez à qui profite les intérêts en bout de course?)
      C’est un transfert de la création monétaire publique au secteur privé sous le couvert de lutte contre l’inflation.

      L’article du monde est scandaleusement partisan et diffamatoire en parlant de rumeur complotiste d’extrême droite.

      C’est pas un complot puisque votée au grand jour.
      C’est un sujet débattu depuis longtemps (gauches radicales , Serge Halimi , Lordon, Attac etc) bien antérieurement à Marine Le Pen, Dupont -Aignant ou même JL Melanchon.
      Cette loi n’est pas une rumeur ses conséquences non plus (endettement)

      1. Tiens quelqu’un qui pense comme moi sur le sujet ! Ça fait plaisir. 🙂

        J’ajoute juste un truc : la prétendue abrogation de 93/94 est juste la soumission de la BCF aux Traités européens (Maastricht) qui sont encore plus contraignants.

    4. Dans une copropriété avec une bce non indépendante ils ont eu aussi peur des excès des uns par rapport aux autres, il ne faut pas l’oublier, la monnaie est commune, mais l’europe nation n’existe pas, cette bce indépendante devait garantir aussi cela, que les italiens n’iraient pas imprimer à tout va tandis que les allemands non donc ça a été aucun état au guichet, c’est ça aussi qu’il faut voir pas seulement les vilains banquiers qui s’en sont mis plein les poches, en fait ils ne font que profiter des travers humains qui font que les pauvres ne sont pas plus vertueux que les riches quoi qu’on en dise….comme le chantait si bien Ballavoine, mais je stoppe de suite je vais encore me faire traiter de libérale, moi qui suis libertaire.

    5. @liervol

      « mais je stoppe de suite je vais encore me faire traiter de libérale, moi qui suis libertaire. »

      Je crois aussi que c’est important de comprendre les enjeux et l’historique de toutes les parties en cause, en sachant que la mise en place d’un système ne se fait jamais sous le prétexte de « mauvaises raisons ».

      Ce qui se passe souvent c’est que dans un contrat social en déplaçant simplement une virgule on en dénature le sens et pervertit la nature et l’objectif à terme.
      Le FMI et la construction européenne en sont d’excellents exemples.

  4. « …C’est Guignol, c’est Guignol
    Qui cogne les gendarmes
    Avec son compagnon Gnaffron
    C’est Guignol, c’est Guignol
    Qui nous fait rire aux larmes
    Avec sa natte et son nœud papillon
    Il a des enfants il a toute une famille
    Des ennuis d’argent pour survivre à la ville… »

    Papillon

    1. « Berlin a pour la première fois de son histoire émis lundi un emprunt à taux négatif: les investisseurs sont prêts à perdre de l’argent pourvu qu’ils puissent le placer dans les coffres allemands jugés plus sûrs. » (extrait article)

      1. Source : dépêche AFP.

        Jean a raison, c’est mieux de préciser d’emblée, surtout pour les dépêches AFP (dont je rappelle au passage qu’il est interdit de les reproduire in extenso).

      2. C’est juste un extrait de l’article dont Alain a donné le lien (d’où l’emplacement de mon commentaire).

      3. @Julien: « il est interdit de les reproduire in extenso »

        Allons donc, ce seraient 90% des articles des journaux qui passeraient à la trappe… 🙂

        1. @ Moi

          Et les journaux, elle leur fait cadeau gratos du boulot de ses journalistes l’AFP ?!?
          Les conditions de licence des contenus sont très claires. Et la licence, en l’occurrence, en tant qu’éditeurs de contenus sur le blog de Paul Jorion, nous ne l’avons pas.

      4. @Julien: je sais comment ça fonctionne. Je plaisantais, d’où le smiley. Tu ne précisais nulle part : « … à moins de payer ».

      5. Sans être spécialiste, au sujet des taux d’intérêt négatifs, de cet emprunt public en Allemagne, j’ai l’impression que c’est très mauvais signe, de l’état général des banques en zone euro.

        Quant on y réfléchi: les investisseurs préfèrent payer un intérêt, pour que leurs liquidités placées dans cet emprunt ne restent même pas par exemple en simple compte courant d’une banque, « même » allemande… Alors que je crois – de mémoire -, les comptes courants en Allemagne sont rémunérés! En tout cas auprès des particuliers.

        On attend avec impatience les commentaires qu’en fera François Leclerc, de cette histoire.

  5. Une question en passant par là : en admettant que ladite taxe soit mise en application, quelles seront les conséquences prévisibles 1) sur les autres pays européens (suivront-ils ?) ? 2) sur la finance mondiale ? Sur la finance française ? 3) quel serait le bon taux pour qu’elle soit utile ?

  6. Lu quelque part que le trafic de drogue est le premier créateur de richesses et le second celui des armes. Où vont les sommes ainsi récoltées et quels rapports avec la dette, son montant et son maintien, en France et ailleurs ?

    1. Ce sont deux secteurs parmi des dizaines d’accumulation du capital,
      qui, dans la crise de surproduction en cours,
      ne trouvent pas à s’investir dans la production,
      et donc restent du capital financier, pompant notamment les Etats
      qu’ils contribuent à endetter grâce à la baisse de la fiscalité sur le capital…

    1. Pourquoi taxer les 1% !!!!????? bcp dont nôtre cher président sont contre… et moi zosi

      DÉFAUT SUR LA DETTE un point c tout !!!!

      1. @Julien, @toutouadi,
        En fait, il faut ‘les deux’ et tout de suite…Et aussi doubler les ‘salaires du travail’, pour espérer revenir à une situation ‘normale’, c’est dire la révolution qu’il faut faire !

    1. D’où peut bien venir l’expression « pisser dans un violon » ? 🙂

      Rudyard Kipling utilise aussi  » pour signifier que quelque chose est complètement inutile, nous dirons désormais que cela fait l’effet d’une feuille de bananier sur un nez d’éléphant ». J’adore! 🙂 🙂

    2. De toute facon si on taxe la speculation qu’en France, il suffit sans doute de delocaliser et de speculer ailleurs, la ou il n’y a pas de taxation. Je pense que c’est encore une fois un tour de magie pour montrer au peuple que la politique prend les choses en main « foutaise » a mon sens.

  7. Amsterdam/Medellín, 9 Janvier 2012,

    Estimé Contempteur,

    Pour vous servir!

    http://www.unodc.org/unodc/fr/money-laundering/index.html

    (évidemment ce n’est qu’une fraction de la réalité).

    Comme j’avais proposé ici-avant au BLOG, lire s.v.p. aussi le livre excellent de Seth Freedman « Binge Trading »: L’histoire du rôle de la cocaïne dans une section du secteur des services financiers.

    http://www.amazon.co.uk/Binge-Trading-inside-cocaine-corruption/dp/0141043644

    Et.. n’oubliez surtout pas que le grand héro de beaucoup, M. Sigmund Freud, était un des grands promoteurs de cette consommation qui a détruit tant des vies et tant de la nature..

    http://www.historyhouse.com/in_history/cocaine/

    Bien à vous tous,

    JL

    1. Merci Johann, je bookmarque le UNDOCC pour y revenir plus tard. Le final, comme cerise sur le gâteau avec notre grand Freud si jésuitique, est assez savoureux.

  8. Bonjour à tous
    Il serait dommage d’insulter Guignol !
    De même que la mauvaise télévision avait inspiré à Frédéric Dard le verbe: enconner,
    le spectacle qui nous est donné là inspire : esbrouffon (e) : triste produit du croisement d’une esbrouffe et d’un bouffon.
    Si en plus cela remue du vent , nous avons alors affaire à :
    un esbouriffon (e): esbrouffon( -ne) ébourriffé ( -e) par le vent qu’il brasse….souffleur de vesces.
    Si le procédé est incantatoire et répétitif , à visées électorales, il s’agit alors d’un:
    branleur de marotte: pur français du moyen âge: l’expression s’appliquait au fou du roi qui agitait rythmiquement sa marotte – son semblant de sceptre.

    Cordialement

    1. Remarque purement linguistique qui n’a rien à voir avec le sujet :

      le verbe « enconner » est utilisé dès la fin du XVIIIe siècle par Donatien Aldonse François de Sade, plus connu sous le de Marquis de …

      Voila ce que c’est que de ne pas lire les classiques ! Fi !

  9. On ne peut plus parler de problèmes économiques à propos de la Grèce ; il s’agit de la survie d’une population où la faim est réapparue et où les soins sont devenus inaccessibles à beaucoup (réapparition de maladies disparues, mortalité croissante). On dit que Athènes se dépeuple au profit des campagnes où il est plus facile de se nourrir.

    Plutôt que de s’acharner à appliquer les lois implacables qui coulent la Grèce ne pourrait-on parler de lui venir en aide comme on le fait lorsqu’un pays est frappé par une catastrophe naturelle?

    Car quand une catastrophe frappe un pays le monde sait faire preuve de solidarité en envoyant des secours gratuits.

    Ainsi nous connaissons deux modes de relations ; la compétition sans frein où chacun se bat contre tous et l’assistance à ceux que le malheur frappe. Deux comportement extrêmes.

    Ne serait-il pas temps d’en venir à un juste milieu et de parler de collaboration ?

    1. « le monde sait faire preuve de solidarité », si celle-ci a des relais suffisamment mobilisés… qui n’a pas organisé de mouvement de soutien lors du dernier tsunami au Japon? et pourtant y’en a des « réfugiés » et de la  » tôle froisée »…ce n’est plus sur nos écran, aux menus de nos JT et puis le Japon c’est un pays développé n’est ce pas… et la corne de l’Afrique? non mais là on est déjà trop loin…

    1. Un grand merci Roma.
      Très utile. Je ne connaissais pas encore.

      A diffuser et utiliser dans des réunions.

      Cela ne donne aucune solution, mais certains symptomes du capitalisme agonisant
      sont bien décrits, y compris les conséquences du High Frequency Trading
      que nous connaissons bien grâce à Paul.

    1. C’est amusant mais il se trompe complètement. Il décrit là tout à fait le contraire de la réalité. Avec les pertes que eux vont devoir rembourser (tu penses bien que c’est pas Wall Street qui va casquer pour ses pertes), ils ont au minimum perdu leur futur et celui de leurs gamins, ce n’est pas rien. Fini de rêver.
      En fait, ce sont surtout ceux qui n’ont rien qui sentent passer la douloureuse. Et ce n’est qu’un début…

      1. Quelles pertes ?
        Nous sommes presque tous victimes du capitalisme de marché, d’un système diabolique dit ‘libre échange’ qui nous détruit avant de se détruire lui-même, non ?
        L’Espagne est simplement un peu plus dans la mouise que la France ou même l’Allemagne !
        C’est un pays plein de ressources, et il vaudrait peut-être mieux ‘travailler’ plus avec celui-ci qu’avec une Allemagne trop sûre d’elle… ?

  10. Paul a annoncé vendredi le vent nouveau qui allait souffler.

    Les économistes attérés enfoncent le clou avec des propositions.

    Je sais, c’est de la pub mais je ne suis en rien intéressé aux ventes. Enfin, si un tout petit peu : quand quelques unes de ces mesures auront été mises en application, je dormirai mieux.

  11. Allant toujours plus loin dans la soumission vis-à-vis des marchés financiers, le dernier accord intergouvernemental est un accord qui prévoit que les politiques budgétaires des états seront supervisées par la cour de justice européenne, et des sanctions automatiques seront prises pour tout dépassement du plafond actuellement fixé à 3% du PIB….

    1. Peut-être parce qu’ils sentent qu’elle sera bientôt vide !
      A l’instar de ce merveilleux sondage relayé par Ouest France (entre autres?)disant que « les Français » étaient un drôle de peuple puisqu’ils étaient à la fois les plus pessimiste tout en se sentant heureux…

      Forcément si on confond le pessimisme (projection dans l’avenir) avec le bonheur (situation actuelle) on obtient des résultats étonnants…

  12. La contraction de la dette est en train de se révéler beaucoup plus brutale que souhaitée, déjouant tous les calculs et les tentatives de la maîtriser. Elle se refuse à opérer la distinction sélective entre ses composantes publique et privée, celles-ci continuant à se contaminer réciproquement.

    Le plus touchant dans cette affaire, c’est la discrétion de rosière avec laquelle les banques et les compagnies d’assurances tournent de l’oeil. Elle s’affalent gentiment sur des matelas de billets que des états obligeants ont disposé devant elles pour amortir leur chute. C’est à peine si ces mêmes états osent distraire un petit euro par-ci par-là pour éviter un épisode de famine aux victimes de la crise.

    Je me suis laissé dire que nos banquiers, dont la gestion devrait être évoquée sur les bancs de la correctionnelle, s’accrochent comme des joueurs compulsifs à leur chère spéculation et à leur salaires, tout aussi chers et, bien sûr, hors de proportion avec les résultats obtenus. Aurais-je prêté l’oreille à des médisances? Et sinon, que fait Oncle Bernard ?

  13. Ca fait quelques années que Paul Jorion le dit, quelques mois que certains commencent à le comprendre, et dans quelques mois encore les plus entêtés vont le découvrir : ça commence sérieusement à sentir la fin des haricots… (qui rime avec fin de la zone euro?).

  14. Italie : taux des obligations à 10 ans : 7,159 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND

    Italie : la Bourse de Milan perd 1,67 %.

    La banque italienne UniCredit a chuté en Bourse lundi du fait de la forte décote attachée à son augmentation de capital. L’action de la première banque d’Italie par les actifs a chuté de 12,81 % à 2,286 euros pour le premier jour de sa levée de fonds.

    L’action UniCredit a fondu de plus de 37 % en trois jours la semaine dernière, lorsque la banque a annoncé que l’augmentation de capital serait proposée avec une décote de 43 %, au prix de 1,943 euro par action.

    L’indice Eurostoxx 50 du secteur bancaire a reculé de 2,2%, les investisseurs redoutant que des banques européennes ne soient dissuadées de faire appel au marché après l’expérience difficile que connaît leur concurrente italienne.

    « Le plongeon de l’action UniCredit, après l’annonce de son augmentation de capital la semaine dernière, indique qu’il est quasi impossible pour les banques européennes d’envisager l’option augmentation de capital pour trouver des capitaux frais », commente Franklin Pichard Directeur Barclays Bourse.

    L’opération d’UniCredit, qui cherche à lever 7,5 milliards d’euros, fait figure de test pour l’ensemble du secteur bancaire européen pressé par l’Autorité bancaire européenne (ABE) d’améliorer ses volumes de fonds propres.

    L’ABE exige que les banques européennes parviennent à un ratio de 9% d’ici la mi-2012 afin qu’elles soient en mesure d’encaisser le choc d’une éventuelle aggravation de la crise de la dette de la zone euro.

    (Dépêche Reuters)

  15. Bonsoir
    Sur le blog RTL « On refait le monde,annabertille ne peut plus se connecter.
    Pourquoi
    Parce que depuis plusieurs moi elle dénonce »la radio réalité « que fait cette station de façon éhontée
    inscription sur un blog en décembre 2009,et en janvier commencent des choses qui vous font douter de vous.
    Cependant la vie du blogueur est exploitée ,son ordi,son portable ,suivie,voiture piratée sous siège avant.Une sorte de bizutage qui n’en est pas .
    Ou tu joues le jeu ,te tais,tout est super organisé ou tu vas chez le psy
    puis je préciser aussi que sur le blog l’on vous fait savoir que a la pige t’es payé
    Si bien fait que lorsque vous revenez sans cesse à cette proposition suggérée,l’on vous trouve le blogueur qui l’a formulée.Du jamais vu;
    J’ai vécu cela et c’est d’une cruauté pas possible
    La liberté s’achète t-elle.
    J’ai vécu l’indicible ,ne suis avocat .Cette station première radio de France a usé de méthodes que je n’ose qualifier

      1. Moi Il manque des phrases, non?

        Il manque un S, un seul
        Vous pouvez analyser cette faute à loisir,je n’en ai plus,
        Depuis des mois je cherche à comprendre,à expliquer,à refuser et dénoncer
        J’ai mal à Moi

  16. l’euro est foutu!
    Nous devons nous en réjouir.
    Espérons que les moratoires à grande échelle qui s’annoncent( via les décotes massives) finira par coûter cher aux plus riches!

  17. « …..beaucoup de vent, pas d’effet ».
    Merkel s’appuye sur le fait que les anglais ne veulent pas d’une taxe sur les transactions, le président de la République pédale dans le vide. Sarkozy devrait savoir que l’Allemagne ne défendra que ses intérêts particuliers, des intérêts qui consistent à consolider et à élargir sa dominance sur l’Europe.

  18. Hier soir chez Calvi, j’ai entendu Laurence Parisot affirmer que sur les dernières années, les salaires avaient bien plus augmenté que la productivité, en comparaison… du coup je suis allé me coucher.

  19. Mardi 10 janvier 2012 :

    Zone euro : les dépôts des banques à la BCE atteignent un nouveau montant record de 481,9 milliards d’euros.

    Les banques de la zone euro ont déposé 481,935 milliards d’euros entre lundi et mardi auprès de la Banque centrale européenne (BCE), un nouveau record qui montre que la situation est loin d’être normalisée en pleine crise de la dette.

    Le montant des dépôts vole de record en record ces derniers jours.

    Le dernier record avait été annoncé lundi, avec 463,565 milliards d’euros déposés par les banques à Francfort au cours du week-end, témoignant des dysfonctionnements du marché interbancaire, où les établissements financiers sont censés se prêter de l’argent entre eux.

    Selon les économistes, plusieurs facteurs expliquent le montant élevé des dépôts, rémunérés à hauteur de 0,25 % par la BCE, un montant bien plus faible que ce que les banques pourraient en tirer si elles parvenaient à placer ces capitaux sur le marché.

    (Dépêche AFP)

Les commentaires sont fermés.