L'actualité de la crise : "FEU SUR LE QUARTIER GÉNÉRAL !" (*) par François Leclerc

Billet invité

« Le statu quo n’est plus possible » a déclaré ce matin le nouveau ministre français de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, François Baroin, comme si tout ce qui avait été fait jusqu’à maintenant pouvait être ainsi résumé. Les marchés ne l’avaient pas attendu pour le signifier. Avec une double particularité, qui tend à être un peu oubliée : la France n’est pas seule visée et si les bourses européennes sont encore attaquées ce matin, ce sont les valeurs financières qui les tirent ainsi vers le bas. Les CDS sur les banques ne sont pas en reste, dont le coût inversement grimpe.

Et ce n’est pas l’interdiction provisoire des ventes à découvert sur les valeurs financières en Belgique, Espagne, France et Italie qui va y changer quelque chose. Mettre en cause hier les agences de notation et aujourd’hui les spéculateurs auxquels on ne s’attaque que les 36 du mois ne va rien y changer. L’AMF, l’autorité française des marchés financiers, braque ses binoculaires sur ces derniers et le fait hautement savoir. Tout cela, c’est de l’esbroufe.

Voilà le sérieux. Les banques asiatiques revoient depuis plusieurs jours leur exposition aux banques européennes et commencent à fermer les lignes de crédit accordées. Les Money market funds américains n’avaient pas tant attendu pour fermer les robinets. La BCE ouvre grand les siens pour ses prêts overnight destinés à ce que les banquiers puissent passer des nuits pas agitées, après avoir dans la journée exprimé leur défiance envers leurs confrères, à qui ils prêtent en rechignant de plus en plus.

On se demandait, à l’annonce de la dégradation de la note américaine, quel serait le point faible qui apparaîtrait, et on a l’a trouvé : c’est le système bancaire européen.

Les réponses qui sont apportées sont dérisoires. Plus d’austérité et de rigueur sont partout promises, comme autant d’offrandes offertes aux marchés. À ce jeu, l’Italie a pris la tête. Le ministre britannique des finances, George Osborne, a de son côté trouvé le moment particulièrement opportun pour réaffirmer : « nous poursuivrons sans relâche notre politique de réduction des déficits ». À quand la danse de la pluie ?

Alors que l’entrée en récession des économies occidentales se rapproche dangereusement, les autorités passent leur temps à se cogner contre les meubles quand elles veulent couper et encore couper, ne pouvant ou ne voulant pas bénéficier de nouvelles recettes fiscales. Ou bien, à l’instar du gouvernement conservateur suédois, elles défendent comme position le chacun pour soi : « Les pays européens les plus touchés par la crise économique actuelle n’ont pas fait ce qui aurait dû être fait pour l’éviter et devront trouver eux-mêmes des solutions », a ainsi déclaré le premier ministre, Fredrik Reinfeldt.

Il faut un Élie Cohen pour affirmer qu’on ne risque pas de dépression mondiale, mais seulement un « ralentissement », car « quand les pays occidentaux faiblissent, ce qui est le cas actuellement, la Chine et l’Inde et d’autres émergents continuent de surperformer ». Quelle sera la durée de vie de cette moyenne mondiale, lorsque tous les pays occidentaux seront en récession ?

On hésite à décerner le premier prix. À George Osborne, dont le message aura été reçu dans les quartiers de Liverpool, de Manchester, ou à Tottenham ? Ou bien à Giulio Tremonti, qui a reconnu l’existence de la fameuse lettre de directives que lui a adressé la BCE et qui l’applique à la lettre ? Sont au programme : un grand plan de privatisation des sociétés municipales, des coupes dans les aides sociales et les retraites et une réforme du droit du travail. Sans hausses d’impôts pour les plus favorisés.

Comment va Wall Street dans tout cela ? Elle éclate de rire, de manière un peu forcée.

———–
(*) Mao Dzedong, 5 août 1966.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

133 réflexions au sujet de « L'actualité de la crise : "FEU SUR LE QUARTIER GÉNÉRAL !" (*) par François Leclerc »

  1. Dans la «crise» de ces jours-ci, il faut réussir à déterminer ce qui est orchestré de ce qui ne l’est pas, et quelles sont les fausses notes.

    L’économie veut imposer un monde dont les citoyens ne veulent pas.

    Il ne s’agit pas d’une guerre économique; il s’agit d’une guerre de pouvoir. Il s’agit de remplacer le pouvoir politique par le pouvoir économique.

  2. Dirigée contre Liu Xaoqi et Deng Xiaoping, cette tribune de Mao Zedong a eu pour résultat d’envoyer le premier individu à l’ombre, où il est d »ailleurs terminé sa vie.
    Question (dans cet univers quelque peu agité mais passionnant) : qui pourraient être à l’heure actuelle les Liu Xaoqi et Deng Xiaoping français et européens?
    Il est grand temps de faire le ménage et que toute cette fine équipe de Baroin, Lagarde et consorts disparaissent dans cette tourmente financière à laquelle ils ne comprennent rien.

    Bien à vous,

    Renaud Bouchard

  3. Ceux qui sont au pouvoir en occident ne changeront pas.
    Il faut changer ceux qui sont au pouvoir en occident…

    1. Absolument, Zevengeur, c’est exactement cela !
      Plus ça va et plus ça vient évident aux yeux de +en + de gens…
      C’est peut-être cela que beaucoup, dont moi, appellent : Plus qu’une Révolution, une Évolution. Elle est en marche, indéniablement, et le retour en arrière sera enfin, fort heureusement, impossible. Manque l’étincelle…

    2. En démocratie, ça s’appelle « élection ».
      Sinon la prise de pouvoir par la force c’est un vol et ça ne donne que des dictatures.

      1. Je croirai aux résultats des élections quand les partis d’opposition auront mis en place un comptage parallèle.
        C’est à ce prix qu’on pourra encore parler de démocratie.

      2. Je pense qu’un elu qui n’applique pas son programme est aussi un voleur.
        Quant à celui qui ferait tout le contraire,on pourrait parler de coup d’etat.

      3. Bonjour,

        l’ump est au pouvoir avec seulement le vote positif d’une quizaine de votant sur cent en capacité de voter … je ne retrouve plus l’image sur le sujet

        l’obligation de voter me semblerais peut être une solution pour prévenir une révolution violente, façon de mettre tout un chacun devant ses responsabilités de citoyen et protéger la démocratie malheureusement une bouffonnerie ploutocratique démontré trés clairement par la crise de la financiarisation de l’économie: derriére la crise de la dette il y a tout un monde politique félon qui crapaute à tout va, notre mode de représentation politique mérite aussi d’être bien revu.

        Cordialement

      4. Ras le bol !!!!
        Dans nos vies quotidiennes ont peut constater depuis longtemps la mort de la démocratie et de la « liberté » ( ils nous ont méme pris ce mot pour qualifier leur dictature impitoyable ).
        Quotidiennement nous subissons les injonctions , le harcelement au travail , l’irrespect inhumain des chiens qui commandent nos vies de travailleurs.
        Et quotidiennement nous sommes gavés par la propagande de ce secteur privé qui s’est approprié nos vies .
        La démocratie est morte , et depuis longtemps.
        On réduit notre démocratie à la liberté du peuple à choisir ses représentants . Mais lorsque la pensée unique s’impose et impose le black out sur toute opinions divergente , ou est la liberté démocratique ?
        Il va falloir gueuler très fort dans ce vide abyssal pour se faire entendre . Le débat public doit avoir lieu . Pas ces simulacres de parôle donnée ou tout est sous contrôle idéologique .
        Si le pouvoir vire à la répression , au contrôle social et à la violence politique , il nous montre au moins son vrai visage comme en Angleterre en ce moment .
        Nous payons et les générations suivantes payerons pour sauver un système économique inique et un secteur privé mafieux de la faillite cataclysmique !!! Et on ne nous accorde même pas la vérité et le respect . Les révoltes des populations arabes contres des pouvoirs corrompus , violents et népotistes nous paraissent légitimes , personne n’oserais affirmer le contraire. Les révoltes des peuples Européens le seront aussi quand la propagande aura été
        balayée.

      5. La démocratie , c’est le contraire de la pile Wonder , mais comme la liberté d’expression : ça ne s’use que si l’on ne s’en sert pas.

  4. irigée contre Liu Xaoqi et Deng Xiaoping, cette tribune de Mao Zedong a eu pour résultat d’envoyer le premier individu à l’ombre, où il a d’ailleurs terminé sa vie.
    Question (dans cet univers quelque peu agité mais passionnant) : qui pourraient être à l’heure actuelle les Liu Xaoqi et Deng Xiaoping français et européens?
    Il est grand temps de faire le ménage et que toute cette fine équipe de Baroin, Lagarde et consorts disparaissent dans cette tourmente financière à laquelle ils ne comprennent rien.

    Bien à vous,

    Renaud Bouchard

  5. Vendredi 12 août 2011 :

    Grèce deuxième trimestre : aggravation de la contraction du PIB sur un an (- 6,9 %).

    Le produit intérieur brut (PIB) grec s’est fortement contracté au deuxième trimestre 2011 de – 6,9 % par rapport à la même période en 2010, contre – 5,5 % au premier trimestre, selon les estimations provisoires publiées vendredi de l’Autorité des statistiques grecques (Ase).

    1. Ce n’est pas ainsi que vous allez payer des dettes.
      Tout ceci n’est qu’une escroquerie.
      Lorsque vous avez une dette quelle quelle soit elle est circonscrite et financée, ou elle à son pendant , sa contrepartie , sinon vous ne pouvez pas faire de dette.
      Les états ne peuvent se laisser jouer ainsi par des pressions , ce sont les états qui font les lois…..alors.
      Escroquerie est la seule réponse.
      Ne surtout pas s’engager à payer quoi que ce soit dans ce schéma.
      Ceci est du chantage , de la menace , les politiques devraient s’en rendre compte , sinon les peuples se révolteront.

  6. Le seul pouvoir de nos hommes politiques est de donner de grands coups de trique à leurs populations, surtout aux plus démunis et à présent classes moyennes, quand ils auront ainsi plonger tout le monde dans la pauvreté, quelle sera la suite ?? La frange de ceux qui « s’en sortiront », la frange de ceux qui auront conservé pouvoir et richesse pourra-t-elle sortir des quartiers protégés, ira-t-elle vivre à l’île Moustique ou dans d’autres îles de même sorte ??? C’est un monde bien absurde qui se prépare…

    1. Il me semble qu’il y a plus de pays avec de grandes disparités de richesse et pas ou peu de classe moyenne que l’inverse. Pas besoin d’aller à l’ile moustique,une police bien armée, un service de renseignement suffisent à garantir la sécurité de la classe dirigente.Je ne pense pas qu’une révolution soit possible aujoud’hui. D’une part la culture est individualiste et aucune idéologie alternartive au capitalisme n’est partagée par sufisament de personnes. D’autre part les progrès techniques dans le renseignement (cartes a puces, caméras de surveillances, reconnaicance faciale, facebook…) et dans l’armement laissent peu d’espoir à d’éventuels révolutionaires.
      Une fourche contre une baillonette c’était jouable. Une fourche contre des gaz inervents ou des mitrailettes c’est du suicide.
      De plus une révolution sans idéologie sert juste à remplacer quelques individus aux commandes sans grand changement pour les masses (tunisie?)
      La révolution est en marche c’est la révolution des riches contre la démocracie. Il n’y a pas d’argent pour faire fonctionner l’état démocratique par contre l’argent est là pour acheter les biens de l’état et les faire fonctionner avec profit.
      Le seul moyen de sortir par le haut est une remise a zéro mais dans un systéme mondialisé même une guerre mondiale (non nucléaire) ne changerait pas grand chose à la structure sans remise en question de la propriété privée et de ses limites. Les super possédant survivent aux guerres et s’enrichissent encore plus par rapport aux masses qui perdent tout y compris la vie.
      Le jour ou les américains traverseront la mer en masse pour demander asile à Cuba peut être qu’un changement sera possible…

      1. Une police bien armée, moi qui connaît bien le Mexique pour y avoir vécu 20 ans, je sais que ça ne suffit pas du tout, je ne crois pas non plus à une révolution mais à une décomposition de la société telle qu’elle existe en Amérique Latine. Les gens se font dégommer par leurs propres gardes de corps, la police organise les enlèvements, et même l’armée, alors aucune mesure de sécurité ne suffit car on ne peut avoir confiance en personne. Ou alors il faut vivre tout le temps enfermé ce qui devient vite insupportable. Ou alors accepter de risquer sa vie à tous moments, c’est très dur à supporter nerveusement. Même les dictatures finissent par tomber car sur le long terme ce n’est pas soutenable. La corruption est toujours là, la trahison aussi. Non je ne vois pas comment les choses pourraient évoluer…(Au Brésil, les business man se déplacent en hélicoptère pour ne pas circuler au sol)

  7. Que les gens qui ont en leur temps voté pour les promesses populistes de Sarkozy, Berlusconi et ensuite Cameron ne viennent pas se plaindre.Idem pour Merkel bien qu’à un moindre niveau.
    Pour les autres, malheureusement ils sont bien peu ou pas défendus par du personnel politique sans charisme, sans guère de programme différent et sans ambition.
    La preuve sarkozy remonte de 3 pct ce matin dans un sondage csa, les moutons sont masos et aiment être tondus.Simplement pour s’être agité sans le moindre résultat concret comme d’habitude.
    Rouler à vélo, organiser des g vain etc semble plaire au peuple.C’est la gouvernance ‘voici’ et ‘gala’.
    Après la télé réalité la politique ‘effet d’annonce réalité, jamais suivie d’effets concrets.
    Qui parle encore de création d’emplois alors que nous sommes en campagne électorale?

    C’est à désespérer de tout.

    1. Sarkosy n’a que mépris pour la population dans son ensemble, tout hypnotisé qu’il est par les paillettes, la façon dont il parle dans ses discours est très claire, il prend ses interlocuteurs pour des « enfants de maternelle » ou pour des » retardés mentaux ignares », ce qui est surprenant, c’est effectivement que sa côte puisse remonter, vraiment c’est à désespérer….

    2. vous savez il n’y a pas que Sarkozy, vous pouvez remonter jusqu’à Giscard en passant par Mitterrand … la place est très convoitée, donc bonne pour eux ; mais ce sont eux, les vrais assistés de la République, je dirai même que ce sont les parasites de la République, et nous payons chaque fois la note de plus en plus salée.
      Faut il encore voter avec des campagne électorales,qui disent ouvertement que « les promesses n’engagent que ceux qui y croient » ?
      Ca va être difficile en 2012 de voter pour des « faiseurs » pour être finalement dirigés par Trichet et consort.
      A moins que d’ici là, la planète finance, et ces imbécillités suicidaires ait fait exploser le Néolibéralisme à tout va ?
      C’est toujours sur des ruines qu’on reconstruit, j’espère que de nouvelles intelligences Politiques verront le jour… on peut rêver !

    3. Je suis à la fois d’accord avec vous, et pas d’accord.

      D’accord parce que je passe plus de la moitié de mon temps à râler sur les gens qui ne réfléchissent pas, qui n’ont pas d’esprit critique, pas de culture historique, pas même le courage de faire marcher leur cerveau et préfèrent gober ce qu’on leur raconte comme des veaux, le regard vide – parce qu’ils préfèrent hocher la tête en lisant un titre provocateur trash sur un fait divers ou se dire en secret que l’extrême-droite a raison, parce que, au moins, ça ne leur demande pas de réflexion.

      Pas d’accord, parce que, même si les sources d’information sont disponibles, on vit dans une société qui formate, qui pèse de tout son poids pour enfermer les gens dans des schémas où surtout, surtout, il ne doit plus rester aucun espace pour réfléchir, penser et prendre du recul.

      Nous vivons dans une société où on n’existe, ou l’image de soi via les autres, ne se construit le plus souvent plus qu’à travers la consommation, qu’à travers les preuves que l’on doit sans cesse fournir qu’on fait bien partie de l’ordre établi, qu’on est bien dans la norme. Cette société nous fait épuiser la plus grande partie de nos vies au boulot, dans un environnement que, de plus en plus, on essaie de rendre mécanique, sans relations ni échanges humains (procédures, processus, nouvelles organisations du travail et formes de management) – et lorsque nous rentrons à a maison, il y a encore tellement de choses à faire, à gérer, à régler, que souvent, nous sommes noyés et nous n’avons plus ni le temps, ni l’énergie nécessaires pour creuser.

      Car l’une des plus grandes réussites de cette société de l’enfermement, c’est d’avoir réussi à détourner les formes d’information « faciles », « proches » comme le JT ou les journaux papier, ou – sublime arnaque – les journaux gratuits qu’on lit dans le train comme Metro : ils ne contiennent plus de l’information au sens premier, ils ne fournissent plus la matière pour la réflexion, ils ne fournissent plus de vraie analyse journalistique. Ce sont des outils de propagande.

      Et je ne peux pas reprocher à mes concitoyens d’être fatigués le soir, d’avoir envie de se détendre le weekend. Je ne peux pas leur reprocher de ne pas consacrer les heures que je consacre à essayer de m’informer et de construire ma réflexion. Ceux et celles qui le font sont en fait des anomalies dans le système, nous sommes hors norme.

      La démocratie, elle ne peut fonctionner que si le peuple est « émancipé », comme on dit. Pour cela, il faut une réelle éducation populaire. Cette dernière a existé, mais elle n’est quasi plus là. En Belgique, des organisations syndicales comme la FGTB tentent, avec tous leurs défauts, de continuer à la faire survivre. Mais elles le font contre vents et marées, et contre la poussée des forces politiques de droite (et parfois pas que de droite) alliées au patronat (FEB, UWE, VOKA, UCM, AGORIA, FEDIS, etc.) qui mettent toutes leurs forces dans la démolition via le dénigrement, le mépris systématique de ce que font les organisation syndicales.

      Sans éducation populaire, sans émancipation, la démocratie ne peut qu’échouer, et donner lieu aux aberrations que nous voyons. Ce matin, dans le Washignton Post, un article refaisait le pont sur la réforme des soins de santé d’Obama (dont l’un des piliers va s’écrouler parce qu’une cour d’appel juge comme inconstitutionnelle l’obligation d’assurer les gens) et montrait pour illustrer l’opposition virulente qu’elle a rencontrée, la photo d’un petit garçon noir brandissant une pancarte « touche pas à mes soins de santé » (*) (à voir ici). C’est l’illustration parfaite de ce phénomène presque parfaitement huilé de contrôle de la population, qui arrive à la faire bougr contre ses intérêts.

      (*) pour la petite histoire, on peut voir que la pancarte porte la mention de son sponsor « Americans for Prosperity », un groupe de soutien ultra-conservateur qui fait semblant de s’occuper du petit peuple, mais a été fondée et dirigée par les milliardaires bien connus : les frères Koch.

      Et la fin de ça, l’aboutissement est à trouver dans l’interview de Nouriel Roubini : émeutes, soulèvements, une fois que les choses sont allées trop loin. Mais une fois qu’on est là, on sait quand ça commence, mais on ne sait ni quand, ni comment, ni où ça se termine – et là, l’extrême-droite attend, les bras grand ouverts et le sourire enjôleur.

      1. @ Hououji Fuu :

        //////// Sans éducation populaire, sans émancipation, la démocratie ne peut qu’échouer, et donner lieu aux aberrations que nous voyons. //////////////:

        Il n’empèche …….que nous sortons d’ une période faste (que nous ne retrouverons jamais), ou l’abondance d’énergie a permis un acces inoui aux médiats , a l’information , a l’éducation , a la documentation …….etc …..pour aboutir a ce sommum de démocratie qu’est l’ AUDIMAT !! , audimat qui nous pond un « ppdc » a la tete de l’état « démocratique » et dans d’autres pays , des journalistes ou des comédiens comme leaders ……ça donne a réfléchir sur le paradigme d’un système qui ne peut , de plus exister sans le secour d’esclaves virtuels ou réels .

      2. Hououji Fuu,

        Si c’est vous qui écrivez également en anglais sur votre site, je crois que je vais m’y mettre séance tenante. Merci.

        J’ai expliqué à plusieurs reprises ici la raison qui pousse l’individu-social à ne pas réfléchir : la peur. La peur d’affronter les questions existentielles qui se posent ou se sont posées à lui. Elle implique également par nécessité la soumission volontaire – le capitalisme par principe – et aujourd’hui, chemin faisant, le tyran est l’échange monétisé.

        Au plaisir : http://www.pauljorion.com/blog/?p=27486#comment-213505

      3. @meeusen joseph : désolée pour votre moral, en plus le temps qu’il fait ne doit pas aider, à moins que vous ne soyez dans un lieu plus au Sud de l’Europe, où le soleil existe encore. Un élément pour vous mettre un peu de baume au coeur :
        Oui, nous vivons dans une société qui nous enferme, mais mon expérience est que l’on peut malgré tout, malgré les obstacles, faire quelque chose, chacun à son petit niveau : cela fait maintenant 7 ans que je fais du travail de terrain, au quotidien dans l’entreprise où je travaille et où je suis représentante élue du personnel, et je peux vous dire que ça marche. On peut informer et sensibiliser les gens, on peut avoir un écho, une réponse, si l’on y consacre le temps et l’énergie. Et si on peut faire passer sa sincérité, on peut expliquer, on peut être écouté, entendu et compris. Mais c’est un travail immense, sans fin, et de tous les instants. Ceci étant, comme on dit : ce n’est pas l’objectif qui compte, mais la quête, ou le voyage qui y mène. 🙂

        @Fab : oui, c’est bien moi qui écris en anglais sur mon site. Un petit avertissement cependant : mon site est principalement là pour me permettre d’exprimer une série de choses par rapport à l’un de mes hobbies (à savoir l’animation japonaise et les mangas). Sinon, il y a une partie détachée de mon site mais accessible via la page d’accueil qui est un « blog » où je lâche de temps en temps un core dump de mon état d’esprit du moment. Si vous voulez y aller directement, il s’appelle « Loki »s Playground« . Mais bon, je ne peux vraiment pas garantir une qualité rédactionnelle ou de contenu, même si la plupart des billets ont un thème politique ! ^^;;;;;

  8. Pour une fois, vous faites le jeu des ultra-libéraux (I.e de nos chers ami les anglo-saxons).

    Les « fausses rumeurs » sur les banques françaises, les « fausses rumeurs » de dégradation de la note de la France, et toutes les attaques sur les pays européens ont bel et bien un but. Plusieurs but, en fait.

    L’un de ses buts est de faire oublier aux gens la situation catastrophique des Etats Unis. Certains analystes ont clairement montré que la situation là bas n’était vraiment, vraiment pas rose. Lorsque le Roi est nu, il faut vite pointer du doigt quelqu’un d’autre…

    Alors évidemment, quelques chacals financiers opportunistes se disent peut-être qu’attaquer les petits pays européens est plus « facile » qu’attaquer les USA. Mais pour combien de temps?

    Voyez le cours du dollar: un euro s’échange à 1.42 USD. Les gros titres des journaux américains à propos de « l’Euro qui s’effondre » me font bien rire. Nous avons encore de la marge. De même que si on regarde la sphère privée, et les économies de particuliers, nous avons beaucoup plus de marge que les américains endettés jusqu’au cou jusque dans leurs foyers…

    Vous êtes si occupés à souhaiter la débâcle du « capitalisme européen » que vous en oubliez l’essentiel: tant que les USA ne tomberont pas, le « libéralisme prédateur » ne tombera jamais. Si l’Europe tombe la première, les américains sans scrupules prétendront que c’était parceque nous avions des « politiques sociales »… Ils iront jusqu’à dire que tout est de notre faute, que nous aurions dpu faire comme eux. Est-ce vraiment ce que vous souhaitez? Si ce n’est pas le cas quelques billets caustiques et réalistes sur la situation réelle aux USA seraient les bienvenus…

    1. Il y en aura pour tout le monde, à chacun son tour. Et n’oubliez pas d’inclure les Britanniques dans les Anglo-saxons. La City est tout autant l’île de la Tortue des boucaniers des CDS que ne le sont les repaires des hedge-funds…

      1. bonjour
        C’est bien …vous y venez sur la mentalité anglo-sax!!!
        Il suffit de regarder le mail, juste derrière de Lau, qui rappelle que les Allemands ont une loi interdisant ces fameuses ventes à découvert…puis d’écouter ou lire les medias anglosax…qui ne parlent que des FIGS (sans la Germanie donc – le G représentant la Grèce -) pour bien montrer l’inutilité de telles dispositions qui ne servent qu’à montrer comme « cibles » (dixit Paul), les entreprises concernées…
        Chez les anglo-sax, jamais, Ô grand jamais l’Allemagne n’apparait!!!!
        Chris

      2. Petit « détail » de l’histoire rappelé sur BFM ce midi :
        Ce sont bien les Rosbifs, soit, la City, qui ont poussé à supprimer le glass steal act en 1999.
        Un bon Rosbif n’est pas à ingérer, même bien cuit.

      3. Oupsssss…. Autre « détail ».
        Au début des émeutes, les policiers de la City sont allé aider leurs collègues débordés.

        Vous dire comme la City est ultra-protégée…

    2. Un euro à 1.40/1.45 est très mauvais pour l’économie de l’Europe.Une dévaluation de 30 à 40 pct serait souhaitable et relancerait fortement nos exportations.Un Euro ‘fort’ c’est juste bon pour la frime et une fierté mal placée, pas pour l’économie réelle.Regardez l’exemple de la Suisse, leur monnaie est bien trop surévaluée à un tel point qu’ils envisagent de lier son cours à celui de l’euro dans un premier temps pour limiter les dégats car leurs exportations souffrent, le tourisme aussi.Un drink en terrasse à Genève en ce moment: 20 euros !

      1. Un euro fort n’a servi que les délocalisations qui se sont faites à moindre coût pour le capital. En effet, investir avec un euro fort était nettement plus rentable.

      2. « Un Euro ‘fort’ c’est juste bon pour la frime et une fierté mal placée »

        N’importe quoi… comme si l’on pouvait faire ce que l’on voulait avec les changes… Si l’euro est aussi fort aujoud’hui, ce n’est pas du fait d’une décision mais celui d’une situation,en particulier celui d’une situation US dramatique et donc d’un $ qui s’affaibli vs autres devises dont l’euro.

        De plus, les pays forts ont toujours des devises fortes, l’histoire de la devise faible qui permet d’exporter est un mythe. Ya qu’à voir la force exportatrice de l’Allemagne…avec quelle devise déjà ?

      3. Peut être que vous touchez la quelque chose du doigt que nous ne savons nommer.

        Si l’euro fort = pas bon pour économie, alors peut être que c’est bon pour la politique. C’est pourquoi il est bon qu’on y comprenne rien, parceque la politique c’est comme ca.

        Quand au lien avec la Suisse, c’est la qu’intervient l’inconnu (neutralité oblige), mais c’est un rapprochement étonnant.

      1. En effet, Cora. Ou carouf en langage de grande distribution. Soit, intoxiquant un maximum de populace.
        Le point G existe. Je l’ai testé à de nombreuses reprises.
        Ce point, et son parallèle godwin, mérite que l’on s’y intéresse pour des raisons diamétralement opposées et produisant des effets de plaisir communs ou individualistes, soit, là, bien sûr, diamétralement différent de la nature humaine qui est au milieu du centre.
        Il semble d’ailleurs que le milieu du centre soit recherché par les « anglais » les plus pauvres, ce qui tuera heureusement cette nation qui le méritait depuis longtemps.

        Nice to meet you, but happy to never meet again.

  9. Romandie News Texte
    Ventes à découvert: Berlin en faveur d’une interdiction en Europe

    BERLIN – L’Allemagne est favorable à une interdiction des ventes à découvert dans toute l’Europe, a indiqué vendredi le ministère des Finances, saluant les décisions prises en ce sens par la France, l’Italie, l’Espagne et la Belgique.

    L’Allemagne interdit les ventes à découvert dites à nu depuis l’an dernier, et ce sur tous les titres cotés, a rappelé le ministère dans une prise de position écrite.

    Nous nous engageons pour une interdiction substantielle des ventes à découvert en Europe, a-t-il poursuivi, seule à même de contrer de manière convaincante la spéculation destructive.

    La Grande-Bretagne a aussitôt fait savoir qu’elle n’envisageait pas d’interdire les ventes à découvert.

    La France, l’Italie, l’Espagne et la Belgique, dont les Bourses, et surtout les valeurs financières, ont été dans le collimateur des investisseurs ces derniers jours, ont annoncé des mesures pour restreindre la pratique des ventes à découvert. Elles sont limitées dans le temps, en France et en Italie, ou ne concernent que certains titres.

    La fédération allemande des banques privées BdB considère que ces mesures nationales, patchwork de règles différentes, sont acceptables de manière temporaire pour calmer les marchés dans une situation d’exception, mais ne doivent pas se pérenniser, a commenté vendredi son président Michael Kemmer.

    Le BdB milite pour des règles européennes raisonnables, qui doivent prendre en compte le fait que les ventes à découvert remplissent une fonction importante dans la constitution des prix. La fédération est contre un interdiction pure et simple du mécanisme.

    Celui-ci consiste à emprunter un actif dont on pense que le prix va baisser et à le vendre, avec l’espoir d’empocher une forte différence au moment où il faudra le racheter pour le rendre au prêteur. Cette pratique est accusée de précipiter la chute des actions les plus fragiles, et d’aggraver l’instabilité sur les marchés financiers.

    L’autorité allemande des marchés financiers Bafin avait décidé en mai 2010, au coeur de la première crise de la dette grecque, d’interdire les ventes à découvert à nu, forme poussée à l’extrême de la vente à découvert, où l’actif vendu n’est même pas emprunté.

    La décision du Bafin, qui avait été critiquée par les partenaires de l’Allemagne comme une initiative non concertée, concernait au départ seulement une dizaine de titres financiers de la Bourse de Francfort.

    Mais elle a ensuite été étendue à toutes les actions négociées en Allemagne, et transposée dans une loi en juillet 2010. L’interdiction vaut aussi pour la vente à nu de credit default swap (CDS) sur des titres de dette souveraine.

    Les CDS sont des contrats d’assurance contre le défaut de paiement, qui font l’objet d’un marché spéculatif à part entière et dont les échanges sont accusés d’amplifier les mouvements de marché.

    (©AFP / 12 août 2011 13h24)

    1. Les banquiers allemands ne voulaient pas de cette décision, mais comme l’avait dit Wolfgang Schäuble à l’époque: « Quand on veut assécher un marais, on ne demande pas leur avis aux grenouilles »…. !

  10. Lire l’excellent papier de Paul Krugman dans le New York Times aujourd’hui :

    « La crise détournée« .

    Quelques extraits traduits :

    Est-ce que la tourmente des marchés vous a plongés dans l’angoisse ? En tout cas, elle devrait l’avoir fait. Clairement, la crise économique qui a débuté en 2008 n’est absolument pas terminée.

    Mais il y a une autre émotion que vous devriez ressentir : la colère. Parce que ce que nous voyons actuellement, c’est ce qui se produit quand des gens influents exploitent une crise plutôt que de tenter d’y apporter des solutions.

    Pendant plus d’un an et demi – depuis que le président Obama a choisi de faire de la dette, et non pas de l’emploi, le point central de son allocution sur l’état de l’union en 2010 -le discours public a été dominé par des inquiétudes sur le budget, tout en ignorant presque complètement le chômage. Le besoin soi-disant urgent de réduire la dette a tellement dominé le discours que, lundi, au milieu de la panique sur les marchés, M. Obama a consacré la plupart de ses remarques à la dette plutôt qu’au danger criant d’avoir une nouvelle récession.

    Ce qui a rendu ça si bizarre, c’est le fait que les marchés lançaient un signal d’une clarté absolue signifiant que notre plus gros problème c’est le chômage, pas la dette. Souvenez-vous, les faucons de la dette nous ont avertis pendant des années que les taux d’intérêt sur la dette américaine allaient s’envoler d’un jour à l’autre. La menace sur le marché des obligations était censée être la raison pour laquelle il fallait réduire les déficits maintenant, maintenant, maintenant. Mais cette menace continue à ne pas se concrétiser. Et, cette semaine, au lendemain d’une dégradation qui était censée terrifier les investisseurs en obligations, ces taux d’intérêt sont en fait tombés à des planchers record.

    Ce que le marché disait – criait quasi – c’est : « on n’est pas inquiets de la dette ! On s’inquiète à propos de la faiblesse de l’économie ! » Parce qu’une économie faible signifie des taux d’intérêt bas et un manque d’opportunités pour le business ce qui, à son tour, implique que les obligations du gouvernement deviennent un investissement attrayant, même avec des rendements bas. Si la dégradation de la note de la dette américaine a eu un effet, c’est celui de renforcer les craintes de politiques d’austérité qui rendront l’économie encore plus forte.

    Mais le discours général n’aurait pas autant déraillé de la réalité si des gens influents n’avaient pas été pressés de changer de sujet et de ne plus parler d’emplois, même confrontés à 9% de chômage, et de détourner la crise dans l’intérêt de leurs propres agendas, qui datent de bien avant la crise.

    Regardez la page des cartes blanches de n’importe quel grand journal, ou écoutez n’importe quel débat, et vous rencontrerez probablement un centriste auto-proclamé qui vous déclarera qu’il n’y a aucune solution court-terme pour nos problèmes économiques, et que la chose responsable à faire c’est de se concentrer sur des solutions de long-terme, en particulier la « réforme des droits » – à savoir, des coupes dans la sécurité sociale et Medicare. Et quand on rencontre ce genre de personne, on doit savoir que c’est ce genre d’individu qui est l’une des raisons majeures pour lesquelles nous sommes dans une telle mouise.

    1. A l’époque où on ne gorgeait pas la terre d’engrais chimiques, on pratiquait l’assolement. Quand la terre avait donné, on la laissait reprendre des forces. Les financiers demandent aujourd’hui à la machine économique des rendements permanents; jamais de repos. Dynamiquement, c’est un système intenable. Peut-être doit-on envisager aussi de mettre régulièrement certains pans de l’économie en repos pour qu’ils échappent à la contrainte du toujours plus?

      1. De rien 🙂

        J’en profite pour rectifier une grosse boulette due à la fatigue : dans la phrase « Si la dégradation de la note de la dette américaine a eu un effet, c’est celui de renforcer les craintes de politiques d’austérité qui rendront l’économie encore plus forte. », ce n’est pas « encore plus forte » qu’il faut lire mais bien entendu « encore plus faible« . Je suppose que tout le monde l’aura facilement décelé et corrigé à la lecture. Mea culpa *ahem*

    2. Je suis bien d’accord avec ce qu’écrit Krugman , aujourd’hui il semblerait que seules les coupes budgetaires sont à l’ordre du jour et à la une des journaux.

      Aucune solutions ou mesures ne sont proposèes pour faire repartir l’èconomie rèelle; seule vraie source de richesse et , à mon humble avis, unique voie pour sortir de la crise. Aujourdh’hui chaque jour qui passe ne fait que confirmer l’éffondrement lent et sùr de cette richesse (il suffit de suivre l’augmentation lente et inexorable du chomage et le dèclin de la croissance industrielle au USA et CEE)

      Mais comment trouver de solutions si l’on ne parle pas des raisons profondes du marasme de l’économie réelle, qui a commencé il y a plus de 30 ans, lorsque la « mode » de la mondialisation poussée par les multinationales, le systéme financiers et une certaine clique d’économistes (un peu comme la génération de météréologues du réchauffement de la Terre, complétement disparus des média
      ).
      Il a fallu ces 20-30 années pour le transfert de postes de travail (aucune nouvelle industrie n’a remplacée celles qui fermaient), de technologie, de capitaux nous fassent arriver à la situation d’aujourd’hui.
      En France de 2000 à 2005 se sont perdus 500.000 postes de travail uniquement produit par la délocalisation des entreprises.
      Seules restent en Europe celles qui sont trop petites pour délocaliser et qui produisent des biens que qui ne peuvent pas (encore) etre produit à l’étranger (coùt-know how,etc).

      Les rentes imposables diminuant , le chomage augmentant, la rente des Etats diminuant, la dette ne pouvait que prendre son envol de méme que les capitaux s’envolaient vers les paradis fiscaux soumis à la seule loi du profit maximum dans un systéme qu’ils avaient eux mémes réussis à déréglementer complétement (gràce à leur clique économistes-sponsors suivie par tous les économistes-moutons des universités, journaux specialisés et non).

      La déréglemantation financiaire soutenue par le « lacquairisme » flagrant de nos dirigeants politiques ont fait exxploser le probléme de la Dette et maintenant il nous est expliqué que ce ce sera à nous (les pingouins) de payer pour leur cupiditè et pour l’unique Dieu qu’ils vénère : le Profit maximun.

      Je ne suis pas économiste loin de là, mais la création de zones économiques (l’idée est Maurice Allais) regroupant des pays au développement èconomique, social comparable, ou la libre concurrence reprendrait tout son sens, serait peut étre une solution.
      Aujourd’hui il suffit de voir le rapport importations/exportations de la Chine pour se rendre compte que les dés sont complètement biaisès.

      Je pense que l’espoir se situe dans la crèation de barriéres protectionistes (Obama – une des rares geste que j’aprouve), il y a un an environ avait proposer de taxer les produits de toutes les entreprises américaines qui dèlocalisaient leur production hors du territoire USA) .

      Que le gouvernement Chinois se dépèche à dèvelopper son leur propre marché de 1,500.M ! et que les entreprises qui ont allégrement licencié en Europe payent les impots, reinvestissent dans leur propre zone économique, ou restent en Chine et développent las bas leur propre marché.

      Alors finalement en Europe – USA nous feront de la vraie concurrence libre !

      Que les milliards que la Mondialisation à généré en produisant à des couts ridicules soit réinvestit dans le tissus productifs de nos différends pays.
      Et si une TV à LED coutera plus cher, ce ne sera pas la fin, Je suis sur que beaucoup prefererons avoir un poste de travail à une TV (achetèe à travers une dette juste pour faire le bonheur des banquiers).

      Un changement de direction ne sera possible que sur plusieurs annèes mais au moin elle me donne quelques lueurs d’espoir pour mon fils qui a aujourd’hui 13 ans.

      1. A mon avis la Chine n’est pas une solution , c’est un probleme . La Chine n’est pas ni un état
        ni une nation comme les autres . C’est aussi une civilisation , une culture autre que la notre .
        La culture , à mon avis , ne consiste pas dans la maniére de tenir sa fourchette et de porter un
        pantalon , c’est plus profond que çà , c’est inconscient , c’est une maniére d’étre dans son corps ,
        et les mots , attitudes , ne sont qu’une surface .
        En Chine la propriété privée de la terre non seulement est une absurdité , mais quelque chose
        de monstrueux . Nous avons inventé cela il y a 800 ans et çà nous apparait maintenant naturel ,
        mais c’est passé ici aussi d’une maniére trés douloureuse , atroce méme .
        Croire qu’ils vont faire çà dans les 10 ans qui viennent c’est étre vraiment ignorant des réalités .

      2. Alors finalement en Europe – USA nous feront de la vraie concurrence libre !

        c’est une blague !
        je sais bien qu’on nous l’a sorti du chapeau trés tardivement , par rapport à sa mise en place progressive et souterraine, le GMT …mais, cela veut dire, dans l’état actuel des choses, que nous nous enfonçons dans le neolib encore plus débridé :
        aucun service public pour ce qui est de l’ordre de l’essentiel : juste les fonctionnaires grassement payés des OMC-BM-OCDE-FMI …ne payant pas d’impôts, et ailleurs, les gueux soumis à une concurrence sauvage …sans aucun moyen de s’en sortir …
        il faut changer le système d’abord, et tâcher de refaire une forme d’équilibre, à une échelle raisonnable …pourquoi pas l’échelle européenne (déjà pas simple, comme on le voit) .
        J’en frémis : définitivement plus aucun frein aux OGM, Monsanto & consort, Gaz-de-schiste : eau polluée, paysages défigurés : ah ça non alors !

        La cagaille qu’on nous imposée à marche forcée, ne tenant aucunement compte des populations ( cf 2005 ) ne vous suffit pas !!

  11. http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/08/12/contre-la-dette-pour-l-emploi-ma-regle-d-or_1558928_3232.html

    L’Italie entend adopter un plan de rigueur de 45 milliards d’euros

    LEMONDE.FR avec AFP
    Le gouvernement italien espère adopter, vendredi 12 août, un nouveau plan de rigueur qui permettra de récupérer « 20 milliards en 2012 et 25 milliards en 2013 » afin d’atteindre l’équilibre budgétaire dès 2013, a indiqué le chef du gouvernement, Silvio Berlusconi, lors d’une rencontre avec les partenaires sociaux à Rome.
    Selon des participants à la rencontre, M. Berlusconi a affirmé que les mesures comprendraient pour la première fois une « taxe de solidarité » sur les revenus les plus élevés. Le président du conseil s’était ces derniers jours dit opposé à une hausse de la fiscalité mais, selon les commentateurs, il a dû s’y résoudre sous la pression de son allié crucial, la Ligue du Nord. L’idée d’une « contribution de solidarité » qui pourrait être de 5 % pour les revenus supérieurs à 90 000 euros et de 10 % pour ceux de plus de 150 000 euros figurait parmi les hypothèses annoncées par la presse.

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/08/12/l-italie-entend-adopter-un-plan-de-rigueur-de-45-milliards-d-euros_1559052_3214.html

    1. Ca m’avait déjà frappé dans une interview de François Hollande, et je l’ai retrouvé ici ou là par la suite.
      On ne dit plus « respecter les critères de Maastricht » mais « atteindre l’équilibre budgétaire ». Alors même que l’objectif n’est pas l’équilibre (qui à ma connaissance suppose autant de ressources que de dépenses) mais un déficit de 3% !!
      La novlangue vient de franchir un nouveau cap : après le célèbre « la liberté, c’est l’esclavage », nous avons désormais « l’équilibre, c’est le déficit ».

      1. Avec deux plans de rigueur en deux mois sur deux ans de plus de 110 milliards d’euros, l’Italie va s’enfoncer dans la récession.Et donc comme les autres pays ne va jamais pouvoir atteindre ses objectifs enfin ceux de l’imperator Trichet.

      2. Surtout qu’avant la crise c’était déjà génération 1000 euros en italie sans compter comme les disent les italiens qu’ils ne produisent plus rien alors sauf à taxer les Berlusconi à 99% ils vont avoir du mal à les trouver les sous et pour l’allemagne le client frime italien de la grosse voiture, c’est fini.

  12. L’idée progresse…

    EU calls for final steps in September to conclude talks on new short selling framework .

    EU Commission say they strongly welcome a short selling ban .

    agences via zh

  13. Credit taps run dry for European lenders, setting scene for liquidity crisis – ifre
    MARKET COMMENTARY

    Options are rapidly running out for Europe’s ailing mid-tier banks as nervous creditors pull the plug on once vital sources of funding in response to growing sovereign contagion worries, sowing the seeds of an imminent liquidity crisis at the heart of the eurozone.

    With bond markets shut and investors unwilling to buy asset-backed securities, the repo market – for some banks the sole remaining source of private funding – has become the most recent tap to run dry, with some investment banks pulling credit lines worth tens of billions of euros in recent weeks.

    zh

  14. Hors sujet :

    Japon : séisme de magnitude 6 à Fukushima
    Publié le 11.08.2011, 21h24 | Mise à jour : 12.08.2011, 14h46
    Un séisme de magnitude 6,O s’est produit dans la nuit de jeudi à vendredi dans le nord-est du Japon, dans la préfecture de Fukushima, mais aucune alerte au tsunami n’a été déclenchée et aucune anomalie détectée dans les minutes suivantes à la centrale accidentée de Fukushima. | AFP/Tepco via Jiji Press/Archives
    2 réactionsRéagir Un séisme de magnitude 6 s’est produit dans la nuit de jeudi à vendredi dans le nord-est du Japon, dans la préfecture de Fukushima, mais aucune alerte au tsunami n’a été déclenchée et aucune anomalie détectée dans les minutes suivantes à la centrale accidentée de Fukushima.
    Les secousses ont nettement été ressenties dans la capitale où les immeubles ont tangué.
    SUR LE MÊME SUJET
    Japon : un séisme de magnitude 6,1 au sud du pays, ressenti à TokyoJapon : un séisme de magnitude 6,4 en mer ressenti jusqu’à Tokyo Selon l’agence de météorologie nippone, le tremblement de terre s’est produit jeudi à 20H22 (heure française). Son épicentre était situé sur la côte de Fukushima (environ 220 km au nord-est de Tokyo), et son hypocentre à 50 kilomètres de profondeur.
    Les autorités n’ont pas signalé de victime ou dégât immédiatement après, mais ont mis en garde la population contre les risques de réplique.
    La compagnie d’électricité Tokyo Electric Power (Tepco), exploitante de la centrale Fukushima Daiichi, a indiqué ne pas avoir observé de problèmes particuliers découlant de ce nouveau séisme dans ses installations.
    Le Japon, situé à la jonction de quatre plaques tectoniques, subit chaque année plus de 20% des tremblements de terre les plus violents recensés sur la planète.
    Ces derniers mois, l’activité sismique y est particulièrement forte. Le Japon a été meurtri le 11 mars par le plus violent séisme enregistré sur son territoire, une secousse tellurique de magnitude 9 au large des côtes nord-est. Suivie d’un tsunami géant, cette catastrophe a fait plus de 20 000 morts et disparus selon le plus récent bilan.
    Ce séisme sans précédent a en outre entraîné un grave accident à la centrale Fukushima Daiichi et conduit à l’arrêt de plusieurs autres réacteurs nucléaires dans la région nord-est.

  15. Qd les coupes budgétaires ne suffiront plus, peut-etre faudra-t-il arrêter les métaphores et couper carrément dans le lard des citoyens…
    Je vois bien la chose se passer en haut des marches de La Défense, à la manière des sacrifices Mayas au sommet de leurs pyramides. Le prêtre-bourreau du Temple gouvernemental prenant à témoins les Tours Sombres colossales de l’esplanade, de sa complète dévotion à mesure qu’il égorge à tour de bras de nouvelles victimes dans la procession noire qui monte vers lui. Avec le vague espoir superstitieux de voir poindre à nouveau les rayons de la Croissance occultée…

    Ça serait-y pas charmant! -_-.

    1. 😉

      Avec Attali et Trichet, vêtus d’un cache sexe, peinturlurés, dansant et hurlant autour du bourreau.

      1. Désolé, mais c’est déjà ce qui se passe. Je vous rappelle que les Dieux Marché, ou Veau d’Or exigent le sacrifice de nos enfants.
        Bien sûr, on ne leur arrache plus le coeur en public, on les plonge seulement dans la torture de l’angoisse, de la pauvreté, de l’inutilité et du desespoir.
        A chaque époque, ses méthodes.

  16. Le PIB de la Grèce recule de près de 6.9%.

    Merci la rigueur, vivement que Sarkozy face de même, vende EDF aux qatari, la poste aux anglais, Areva au chinois, vende Versailles au mafieux russes, passe la tva à 30%.
    La

      1. Les suisse prendraient bien les Savoie , où ils viennent souvent habiter et dont quelques milliers de transfrontaliers travaillent déjà pour eux , dont les revenus ont d’ailleurs augmenté de plus de 10% depuis le début de l’année sans rien faire d’autre que regarder le franc ( un comble) suisse décoller par rapport à l’Euro et au dollar .

        Pour Nice c’est plus subtile ( quelqu’un a parlé ici des Grimaldi ) .

        Ceci étant , la France n’a jamais acheté les Savoie et Nice , tout juste échangé contre un coup de main à Garibaldi pour assurer l’unité italienne , en découpant de l’autrichien .

      2. Les préjugés se nourrissent de mots tels que  » souvent » , « sans rien faire d’autre » , « un comble » .

        La valorisation excessive d’une monnaie est le signe, à terme , de détérioration économique pour la plupart , donc de chômage , de montée de la xénophobie, et de dégradation des conditions de travail car les salaires sont , dans les systèmes capitalistes, la première des variable d’ajustement .

        « Sans rien faire d’autre » qui disait ….

      3. @béber le cancre :

        C’est moi le cancre ,car je n’ai rien compris . De quel préjugé voulez vous parler ?

        Pour l’ajustement relatif, ça fait déjà bien des années qu’il n’a pas eu lieu . Ce qu’on a pu constater dans ce sens , c’est une tentation , jusqu’à ce jour restreinte, des employeurs suisses (surtout alémaniques) à considérer que les boni automatiques des transfrontaliers liés à l’appréciation du franc suisse, devaient être considérés comme une partie des augmentations de salaires réclamées par le salariat .

        Mais ça reste encore très et de plus en plus juteux de se faire éduquer , soigner et loger en France , tout en travaillant en Suisse .

        Nota : dans mon texte j’évoquais l’augmentation de revenus des transfrontaliers ( dont de plus en plus de ….Portugais d’ailleurs ) .

      4.  » de plus en plus de portugais , d’ailleurs » ….

        et vous ne voyez toujours pas où pourraient se situer vos préjugés ?

        Quelles données ( chiffrées serait encore mieux ) pourriez vous donner pour justifier cette  » pseudo invasion » portugaise,
        si ce n’est que vous avez l’impression de croiser de plus en plus de moustachus en Suisse ?
        Les préjugés les plus perturbateurs du raisonnement humain sont eux qui se relèvent de l’inconscient .

        Retenir de cette histoire que la spéculation fragilise mêmes les pays qui tentent de gérer leur économie de façon raisonnable .
        http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/08/12/la-suisse-menacee-par-son-propre-franc

  17. On annonce que la croissance de la France est nulle ce vendredi, la production industrielle est en baisse de 0.7 pct en zone euro et…le CAC 40 est à +4 pct.Cherchez l’erreur.D’autant plus que des banques Asiatiques coupent leurs crédits aux banques Françaises.
    La seconde quinzaine d’aout risque de swinger!

    1. La confiance des consommateurs US à son plus bas niveau depuis…1980!

      Super chouette ! C’était juste quand Reagan et sa clique commencaient à prendre les choses en main à Washington ! Sur le terrain déjà défriché par Volcker à la FED et Thatcher à Londres, il allaient pouvoir lancer en tandem ses équipes de néo-libs et néo-cons à l’assaut du monde et regonfler le moral des troupes en soldant une génération de « désertion keynésienne »… Couple improbable que ces néo-libs/faux nouveaux/vrais salauds et néo-cons/faucons/faux cons… Grosso merdo c’est le cocktail Prozac/Viagra fifty/fifty…
      Keskon va nous sortir du chapeau de tout neuf tout beau c’coup ci ? Kesk’y a ty donc dans les cartons ? Du recyclage en plus hard ? Un nouveau Prozac ?

  18. Je commence à avoir une tite !!! faiblesse pour Neron, quand en regardant Rome brûler, il déclamait de la poésie.

  19. Il faut un Élie Cohen pour affirmer qu’on ne risque pas de dépression mondiale, mais seulement un « ralentissement », car « quand les pays occidentaux faiblissent, ce qui est le cas actuellement, la Chine et l’Inde et d’autres émergents continuent de surperformer ».

    Lorsque les gens superforment de trop dans la peur de perdre leur place cela ne risquent-ils pas de provoquer plus
    de casse, com à Fukushima par exemple, nuire davantage à la santé humaine, au climat, aux cultures, etc. Bref de provoquer déjà un net ralentissement d’enthousiasme à se faire plus longtemps payer plus durement de la sorte, et puis sur quoi reposait principalement la superformance de l’autre, si moi déjà je recherche beaucoup moins à fonctionner com les premiers damnés de la terre, l’autre aura beau pareillement superformer comme un fou avec sa pédale d’accélérateur, cela ne fera pas plus sortir la vache sacré de la route.

  20. Tout cela fait partie de la stratégie du choc (faire peur pour rendre les populations dociles)..
    La seule solution de s’en sortir est de supprimer l’argent, les devises..
    La seule valeur permettant d’acheter doit être la bonne action constatée et validée..
    Désolé de rabâcher, les primates ne lâcheront pas le morceau comme ça !!

  21. Il faut un Élie Cohen pour affirmer qu’on ne risque pas de dépression mondiale

    En effet, je l’ai entendu sur France 5 affirmer avec aplomb que si tout le monde perd le AAA, le AA+ deviendra le nouveau AAA et que ça ne changera rien.

    Ben… oui, sauf les taux d’intérêt quoi O___O Et c’est pas rien quand même…

    1. Ceci étant , sur le fait que , si le AAA disparait , le top devient le AA+ c’est une évidence .

      Cependant , ça m’étonnerait qu’un système spéculatif s’en satisfasse , sauf à utiliser l’espoir de retrouver  » l’âge d’or » du AAA , comme la carotte qui justifie tous les coups de bâtons .

      Les notations complexes et sous notations peuvent d’ailleurs aussi être utilisées pour réduire une pression sociale désagréable . Exemple :

      imaginez un « adjoint administratif » ( catégorie C de la FPE ) qui ambitionne à juste titre compte tenu de son expérience et de ses talents d’accèder au grade de « Secrétaire administratif ( catégorie B de la FPE ) . Comment le calmer et faire des « économies » .

      Vous lui permettez après quelques années de tirage de langue, de travaux réels au dessus de sa qualification de rémunération et de compétition acharnée avec ses petits camarades , d’accèder à « adjoint administratif principal » ; ça fait déjà dix ans de gagnés . Mais il insiste : vous le nommez alors  » adjoint administratif principal de classe exceptionnelle ».; ça fait dix ans de plus de gagnés et vous en avez écoeuré déjà 85% . S’il en reste , arrivé au bout de 35 ans de compétition au couteau , vous vous décidez à en nommer un ou deux avec leur bâton de maréchal de Secrétaire administratif en catégorie B .

      Et ça marche depuis des décennies et les tueurs de Bercy n’ont absolument rien à envier aux agences de notation . La langue française est heureusement inépuisable pour définir des gradations :

      de classe normale , supérieure , exceptionnelle , émérite , hors classe .

      Ne me demandez pas la différence de travail entre un adjoint administratif simple doué et un secrétaire adminisitraif .

      Il y a beau jeu que les cabinets d’audit privés , mis en chasse par les ministères , et que Bercy , ont décrété que les métiers on s’en foutaait mais que seuls comptent les ETP ( « équivalents temps pleins » ) indexés à un coût moyen qui est devenu la seule et unique règle de gestion .

      On cherche un vrai DRH .

      Et de vrais ministres .

      Et un vrai patron .

      Et une défintion démocratique des missions à remplir ou à abandonner .

      1. « Ceci étant , sur le fait que , si le AAA disparait , le top devient le AA+ c’est une évidence ».

        Bien sûr que non : c’est une évaluation de la capacité à rembourser ses dettes. Alors, si plus personne ne rembourse ses dettes, tout le monde est « AAA » ? Je sais qu’Élie Cohen a dit ça à la télévision, mais je suis sûr qu’il s’agissait de sa part d’un lapsus.

      2. J’imaginais qu’avec AA+ on avait encore les moyens de rembourser  » un peu  » ses dettes . C’est en tous cas ce que doivent espérer ceux qui ont de la dette américaine .

        Si les  » prêteurs  » n’ont plus d’autre espoir que d’être remboursés  » un peu  » par le monde entier , ou bien ils se font une raison et alors pourquoi les emprunteurs viseraient ils le AAA , ou bien ils s’énervent et qu’est ce qui se passe ?

      3. ils ont peut-être bien raison d’espérer, ou de faire semblant d’espérer, une certaine directive dite présidentielle 51 irait dans leur sens en supprimant les pouvoirs du congrès, comme sur le plafonnage de la dette, en cas de ? à un certain moment la guerre finance la guerre je présume. une crise? vraiment? allez bon weekend.

      4. In fine, je retiendrai donc que Paul Jorion pense qu’il est accessible aux agences de notation d’avoir la vue assez fine pour apprécier qu’il serait techniquement possible de définir une aptitude à rembourser mieux ses dettes que le monde entier ne se trouve prêt à le pouvoir ou vouloir à un instant T .

        ( c’est un peu long et il faut lire deux fois, je le confesse ).

        J’avais cependant cru ,jusqu’à ce jour, qu’il fallait se montrer assez prudent sur leur aptitude à modéliser sérieusement certains paramètres .

        Alors que là , il semble qu’on leur donne la préscience de définir un état idéal de non -risque de faire défaut pour des peuples qui seraient tous dans un niveau de risque supérieur par action , omission ou bêtise .

        Serait ce dire qu’on octroie aux agences de notation le rôle d’aiguillon de la croissance, par la recherche de l’excellence de l’équilibre raisonnablement déséquilibré des comptes nationaux ? FMI , FED et agences de notation même combat ?

        Je vais laisser Sainte Marie m’inspirer pour sortir de cette erreur ou de ce trouble .

      5. Si personne ne rembourse ses dettes ? Ben , il n’y a plus ou pas besoin d’agence de notation .

        Et les acteurs du marché devront trouver d’autres moyens de se rassurer mutuellement.

        Entre la prise d’otages et les trous noirs des assureurs , ré-assureurs , sur-assureurs , richesse bidon et autres joyeusetés , il doit bien y avoir quelques instruments de mesures assez justes , fidèles , précis et sensibles , assez grossiers pour que la communauté mondiale s’y reconnaisse et ne s’y sente pas trop à l’étroit .

        Ha que finalement , pour me faire une opinion , il faudrait un billet sur le détail du travail et des outils des agences de notation pour évaluer la capacité à rembourser ses dettes .

    2. il est énorme celui-là…il a affirmé il y a quatre ans de cela, que la crise de 1929 n’aurait pas lieu dans une tribune du monde !

      1. C’est probablement l’été, et les télés doivent racler les fonds de tiroirs mais j’avoue que la vision de C dans l’air et des deux ayatollahs mâtinés d’augures que sont Dessertine et Cohen a quelque chose de particulièrement révoltant.
        Hier soir, ils admettaient carrément que l’abolition de la souveraineté populaire contre celle éclairée des marchés et de leurs prophètes, les économistes(eux en fait) était tout à fait naturel.

        J’en ai marre d’entendre ces types, hautains arrogants, peremptoires pontifier en me disant que j’ai vécu au dessus de mes moyens et qu’il faut absolument sauver la rente, quitte à sacrifier tous les autres.

        C’est insupportable. D’autant plus qu’on sait aujourd’hui que l’ économie est une science à peu près aussi utile et fiable que la divination dans les entrailles de poulet.

        Comment ces gens ne peuvent-ils voir que leur arrogance ne peut déchainer que haine et violence?

      2. Exact Kerjean, je confirme. C’est insupportable. Je n’ai pas pu écouter jusqu’au bout. Ca faisait longtemps que je n’avais pas ressenti ça. Depuis 20 ans, quand j’ai jeté la télé. Mais comment font les gens pour gérer cette bouillie?

    3. Dire que ça ne changera rien semble complètement faux puisque les taux globalement monteront sur les anciens 3A. Les taux de tous à AA+ seront toujours plus hauts que les taux de certains, même potentiels puisqu’ils n’y en aurait plus, à AAA.
      On ne va quand pas faire disparaitre le 3A pour faire plaisir aux AA+ et recalibrer tous les taux et les niveaux de couverture.

      1. @M. Jorion

        « Je sais qu’Élie Cohen a dit ça à la télévision, mais je suis sûr qu’il s’agissait de sa part d’un lapsus. »

        Vous êtes vraiment trop gentil de nature -et je crois que vous êtes sincere- parce que ça fait déjà un moment qu’il lapsus sans vergogne, lui parmi de nombreux autres du brouillard médiatique.

        Comme dit Kerjean on se demande sur quelle planète on vit qd on regarde les Cdansl’air avec les sieurs Calvi, Barbier et consort nous expliquer à nous les idiots comment doivent se dérouler les événements: au détriment du plus grand nombre!

    4. @ juan nessy 12 août 2011 à 18:27
      Tout comme vous, j’ai œuvré dans ce monde là, mais pendant la moitié de ma carrière seulement. Ensuite, j’ai exercé dans le privé où jamais je n’ai eu à revendiquer pour que l’on se comporte correctement à mon égard.

      Dans chacun de ces mondes, la façon qu’ont les uns ou les autres d’estimer leur propre mérite et leur valeur, est totalement différente. Le seul fait de passer du monde protégé d’un établissement public au monde nettement moins protégé du privé, change son homme de tout au tout en terme d’état d’esprit, d’engagement, de comportement et donc de résultats. J’ai observé cela sur de très nombreux cas de reconversion du public vers le privé.

      Des attitudes telles que celle qui s’est exprimée aussi négativement dans le poste signalé ci-après ne peuvent plus être tenue dans le privé et heureusement. Sans quoi le déclassement national, que tout le monde redoute, serait bien plus grand. http://www.pauljorion.com/blog/?p=26952#comment-208281

      Ces individus, usant de leur privilège de situation protégée, sont prêts à mettre la démocratie en danger, puisqu’ils sont prêts à saboter l’efficacité des services de l’Etat. Certains pays également démocratiques mais soucieux de leur santé économique ont su prendre des mesures de nature à prévenir de telles dérives. Ils ne s’en portent que mieux. http://www.capital.fr/enquetes/economie/la-methode-suedoise-pour-surmonter-les-crises-617323

      1. Il y a pas aussi pas mal de reconversion du privé dans le public, par le biais des concours, (ex : concours IUFM) et là aussi, les convertis s’en portent carrément mieux
        De là, je dirais que la question, n’est pas d’abord de public ou de privé, mais ailleurs ….
        (et qu’il faudrait surtout arrêter de soutenir la grande propagande de la privatisation de tout ….

      2. duCAC 40,

        vous n’avez évidemment pas tenu compte de ma réponse, ni d’autres posts de ci de là :

        pour avoir travaillé dans les deux secteurs – les deux sont nécessaires à l’équilibre d’une société : il en faut pour tous les tempéraments !

        le secteur public hospitalier ( APHP )- assimilé fonctionnaire -, services de pointe, a toujours travaillé plus que vous ne pouvez même l’imaginer ! et par goût du Service Public dans toute sa grandeur ! et, ce n’était pas pour la gloire de monter en grade, ni pour l’argent gagné ! quant aux primes = 0 pointé, vacances correspondant au travail les jours fériés, ni prises ( sous-nombre), ni payées ! = annulées tout simplement, nombreuses heures supplémentaires ni payées ni récupérées, car patients en danger : sens des responsabilités! réactualisation constante des compétences : travail en horaires décalés:
        en 3 x 8h , en 10 h. ou en 12 h …je précise: travail de nuit, encore plus en sous-nombre = travail non stop, dans un stress constant = pas le temps de manger, juste tenir à coup de café – toléré, mais usant à terme – conscience professionnelle infiniment plus marquée que dans le vrai privé, càd : clinique à but lucratif =) et, oui, je connais aussi, et suis capable d’évaluer les charges de travail !
        =) STOP avec cette ânerie et ces fantasmes sur la fonction publique !

        2° secteur tertiaire : le privé =) c’est une autre manière de travailler, mais il y a ceux qui bossent ++, et ceux qui, toujours et partout, passeront à travers les gouttes ! Et, on y trouve des personnes grassement payées, par copinage, et qui sont rarement là !

        vous ne savez pas ce qui se passe dans les entreprises actuellement : cela ne ressemble en rien à ce que vous avez vécu : trop âgé pour cela : tant mieux pour vous ! quand la contrainte actionnariale, et les organisations du travail, mises en place pour ce faire, cassent de l’humain
        (humain, qui justement ne supporte pas de faire mal son travail), il ne reste plus que l’inertie, le retrait [ études : Psychologie du Travail / Psychologie des Organisations ]

        Si j’ai vu des personnes passant du Public dans le Privé – par choix – s’épanouir, j’ai vu aussi, comme le dit Cécile, des Ingénieures grandes écoles, après avoir gagné suffisamment ( c’était le cas =) 2003 environ )d’argent (SIC) dans le Privé, passer un concours de la Fonction Publique (Education Nationale), par désir d’avoir une vie ayant plus de sens !

        5° J’ai vu aussi des (encore jeunes) polytechniciens ayant bossé 10 ans dans le privé, prendre des postes de BTS ( informatique ), continuer d’être payés comme polytechnicien = plus de 7000 € mensuels,
        pour faire un temps partiel, tant l’organisation du travail les avait usés = ce qui n’est absolument pas juste non plus, vis-à-vis des BTS, travaillant de tout coeur, et avec intelligence!

        Voilà où nous en sommes, monsieur duCAC40 : voilà le réel ! Voilà la destruction mise en oeuvre par ceux que vous admirez tant, et dont vous êtes l’idéologue !

      3. M,

        « vous n’avez … pas tenu compte de ma réponse, ni d’autres posts de ci de là » : vous non plus ! :

        http://www.pauljorion.com/blog/?p=26952#comment-208827
        http://www.pauljorion.com/blog/?p=27212#comment-211119
        http://www.pauljorion.com/blog/?p=27212#comment-211492

        Captain Cap : « La bureaucratie, c’est comme les microbes : on ne parlemente pas avec les microbes. On les tue ! »

        Guy Debord : « Etalée partout, la bureaucratie doit être la classe invisible pour la conscience, de sorte que c’est toute la vie sociale qui devient démente. »

        Albert Einstein : « La bureaucratie réalise la mort de toute action. »

        Max Weber : « Bureaucratie: le moyen le plus rationnel que l’on connaisse pour exercer un contrôle impératif sur des êtres humains. »

        On ne doit pas oublier que les fonctionnaires sont des hommes comme les autres : quelles que soient leurs idées révolutionnaires avant d’entrer en fonctionnariat, ils se font broyer par le système :

        Or ces ministères font théoriquement et originellement partie de la solidarité : ils sont l’expression politique de la solidarité. C’est notre égoïsme, le capitalisme, qui réduit cette solidarité à une participation financière prélevée sur nos salaires, sur notre temps de vie donc, c’est lui qui nous fait nous décharger de notre nécessaire implication citoyenne. Alors que le temps de vie consacré à la solidarité devrait l’être par une implication directe, physique : la seule manière de respecter l’autre, de respecter ses valeurs. Ce n’est pas un droit la solidarité, c’est un devoir. Une tâche ménagère, oeconomique. (Ici)

        « La démocratie est l’expression politique de la solidarité » : le fonctionnariat est nécessaire. Mais la société le fait fonctionner à l’envers, de manière insensée.

  22. « les autorités passent leur temps à se cogner contre les meubles quand elles veulent couper et encore couper, ne pouvant ou ne voulant pas bénéficier de nouvelles recettes fiscales »

    C’est inexact :
    « Grande nouveauté, le Cavaliere, 74 ans, a annoncé une « taxe de solidarité » pour les revenus les plus élevés. Selon les médias, elle sera de 5% au-dessus de 90.000 euros par an, de 10% pour plus de 150.000 euros. »

      1. Non je ne pense pas. Par contre avec 10% de 150000 et plus, on doit pouvoir permettre à la collectivité d’offrir à mal de monde la possibilité de bénéficier de bons d’alimentation, non?
        Ne trouvez vous pas normal que les hauts revenus soient aussi mis à contribution ?

      2. Je trouve d’accord parce que cela me semble être la moins mauvaise proposition pour que ce monde tourne rond, et qu’à la fin, je ne pense pas qu’elle soit aussi injuste, ni tant délètère qu’on nous en a conté

    1. Dans le même temps, il a annoncé que si jamais il devait instaurer un impôt sur la fortune, il rendrait son tablier. Il n’en est donc pas à une contradiction près… Et puis il faudra voir la traduction des paroles en actes, comme toujours…

      1. Ce n’est pas sur la fortune, c’est sur les revenus. On peut avoir une fortune qui ne rapporte rien ( surtout en temps de crise)

  23. il me semble que aimez polémiquer…

    je trouvais ce blog intéressant pour dévoiler les soubassements de la financement…

    aujourd’hui, je trouve que cela fait plus ragot de café….

  24. Bonjour à tous
    Ceci relevé sur Zero Hedge à propos de l’interdiction des ventes à découvert
    « We wonder whether the French AMF is also aware that one can just as easily create identical synthetic shorts by buying puts and selling calls on the names in question …. »

    Est ce qu’un spécialiste peut confirmer? Auquel cas, cette interdiction ponctuelle et localisée ne serait qu’un « tour de moulin à vent »!?
    la citation du jour donc:  » La pénurie de chaussures désoblige le grincheux » (Pierre Desproges)

    Cordialement.

    1. Oui mais il n’existe pas nécessairement un marché d’options sur tous les titres cotés en Bourse. Il faudrait vérifier si c’est le cas pour les établissements visés par la mesure. De toute manière, il s’agit d’un marché distinct de la Bourse proprement dite, même si les intervenants les plus avisés tiendront compte du marché des options pour prendre une décision de vente ou d’achat de ces titres à la Bourse, et si certains chercheront à se couvrir sur l’un des marchés pour contrôler leur risque sur l’autre, si certains autres tenteront des arbitrages entre les deux marchés, etc. etc.

      C’est pourquoi en tout cas, je critique cette interdiction en l’appelant « 1/3 ou 1/4 de mesure ».

  25. Déclaration d’un certain FB ou d’un(e) autre.
    Vendredi, Le CAC 40 vient de repasser la barre des 3200, ceci est bien la preuve que les mesures décidées par le gouvernement étaient les bonnes et que notre président adoré n’a pas interrompu ses vacances pour la frime, n’en déplaise à nos pitoyables adversaires socialistes.
    Chers concitoyens, terminez vos vacances tranquilles, nous sommes là.

      1. @Paul
        Votre culture musicale est autant éclectique qu’incommensurable, et parfois étrange, et comme c’est pareil sur beaucoup de sujets, je comprends qu’on vous ait viré , ça doit pas plaire beaucoup ce coté « je sais tout » et pourtant, et pourtant….

    1. Il est tout aussi débile de dire que les choses vont bien parce que la bourse monte que de dire que les choses vont mal parce la bourse baisse.
      Un CAC à 4000 ça ne veut plus rien dire, un CAC à 2500 ça ne veut plus rien dire.
      Ca ne reflète d’ailleurs même plus le niveau d’anxiété des gens et de leurs craintes envers « le  » système. Tout le monde est en vacances à se faire bronzer, cool, et… les marchés baissent de 25%…

      1. « Tout le monde part en vacances » , vous êtes parti ???
        (le bugget « tourisme » est l’un des premiers a être sacrifié)

        1. Étrangement, c’est faux Cécile. Les gens rognent sur d’autres choses avant. Ce qui a toujours était vrai en revanche, c’est qu’une grande partie de la population n’a jamais eu à rogner puisqu’ils n’ont jamais eu tout simplement les moyens de partir, que la conjoncture soit bonne ou pas.

      2. C’est pas étrange. Pour beaucoup, les vacances c’est une question de survie.
        Evidemment, si vous avez un job peinard et que vous habitez dans un coin déjà ensoleillé, je comprends. Mais l’ouvrier de banlieue, il sacrifiera jamais son petit mois de vacances au soleil. Sinon, il crève.

      3. double erreur

        – pendant assez longtemps, génération ayant pris leur retraite dans les années 60-70 : les ouvriers trouvaient le moyen de partir en congés, avec souvent des camping-car bricolés, ou des tentes …mais connaissaient fort bien tous les coins du Pays, car trés curieux et envie de découvrir et profiter de la vie …ceux-là, démarrant de zero – qq fois, enfants des rues – ont pu se construire leur maison, pour la retraite …y compris migrants, construisant leur maison au Pays, pour plus tard.

        – depuis un bon moment, beaucoup de personnes, y compris de la petite classe moyenne, ne partent plus en vacances, sauf parfois 8j. tous les 2 ou 3 ans ; ce qui est dur, lorsqu’on est « coincé » en ville. Fatigue générale s’installant …
        donc, contrairement à deux posts plus haut : dans la période, avant financiarisation de la société, petits progrès constants, et qualité de vie, en dépit d’un dur métier …choix de faire ceci au lieu de cela, mais, au moins, y avait-il choix

        – et, depuis que la société dévisse, ayant pris le mauvais virage, beaucoup de personnes restent sur le carreau …
        la dégringolade sociale est trés nette .

        La classe moyenne qui s’en sort encore bien, est celle qui a reçu un héritage aidant à un achat d’un lieu même trés modeste, de la famille en province « garnissant » les garde-manger
        pour l’hiver en ville : conserves de légumes, compotes de fruits maison …etc ( ce qui n’est pas négligeable : qualité + économies réalisées, et pas des moindres ), et effectuant des aides même ponctuelles, prêts sans intérêts, ou plus …mais cette partie de la classe moyenne aisée ne s’en rend pas compte, persuadée qu’elle est de ses aptitudes propres !!
        Existence aussi de tontines, permettant de passer outre le système bancaire, pour certains groupes .

  26. Vendredi 12 août 2011 :

    ALERTE – Standard & Poor’s envisage d’abaisser la note de Chypre.

    L’agence de notation Standard & Poor’s a annoncé vendredi qu’elle envisageait d’abaisser la note de Chypre, plaçant sous surveillance négative la note BBB+ de sa dette à long-terme.

    « Nous pensons que la situation budgétaire du gouvernement chypriote n’est plus viable », a estimé S&P dans un communiqué reçu à Nicosie, deux jours seulement après qu’une autre agence de notation financière, Fitch, a estimé que le pays aurait besoin d’un plan de sauvetage de l’Union européenne.

      1. y vanne au vix 😉

        Vous aurez quand même noté que si l’euro disparaît, c’est de par la divergence politique des états (de facto un zeste de souveraineté. ou alors une inertie du corps?) qui le constituent.
        En fait a t il jamais existé, autrement qu’en laboratoire ou sur papier…?

        « souverainisme »
        Le souverainisme est l’idéologie politique qui consiste à croire à un bloc continental de nations, dites souveraines. Un bloc de souverains, c’est aussi souverain qu’une assemblée : quand ils sont d’accords.
        Imagine t on une france des régions souveraines…?!

        Cette idéologie vient du plan Fouchet, tenté par De gaulle, pour établir…une prédominance de la france sur l’europe d’alors, l’europe des 6. L’allemagne diplomatiquement dans les choux (mais dont l’industrie était déjà de nouveau puissante), l’angleterre dehors, c’était envisageable. Le but était aussi un contre poids aux deux géants géopolitiques d’après guerre.

        un résumé correct : http://fr.wikipedia.org/wiki/Plan_Fouchet : « La réalisation de ce plan s’effectue dans un contexte troublé pour l’Europe communautaire. C’est en effet une période où la Guerre Froide s’intensifie, et où s’effectue le retour au pouvoir de De Gaulle en France. Or, de Gaulle est un farouche opposant au fédéralisme européen. Il conçoit l’Europe comme une organisation internationale, chargée entre autres de conserver son autonomie face aux deux superpuissances que sont à cette époque les États-Unis et l’Union soviétique. Il veut aussi éviter à la France d’être incluse dans un système fédéraliste dominé par l’Allemagne, conformément à la doctrine Hallstein.
        Depuis l’échec de la Communauté européenne de défense (CED : extrait : (échec n°1) « Il ne convient pas aux États-Unis car la mise en œuvre d’une armée européenne est retardée par la constitution préalable de structures politiques communautaires, à commencer par celles de la CECA. » « L’échec de la CED, comme la solution de l’UEO, révèlent l’incapacité des États d’Europe occidentale de concevoir un système de défense indépendamment des États-Unis. R.Marjolin, qui fut l’un des principaux collaborateurs de Jean Monnet le confessera dans ses mémoires : « l’incapacité de l’Europe à s’unir résulte d’une décision prise implicitement par les Européens après la fin de la seconde guerre mondiale, celle de s’en remettre aux Américains pour leur défense »« ) en 1954, la communauté européenne avait relancé le processus de construction institutionnelle de l’Europe par l’intermédiaire des traités de Rome de 1957, qui instituaient la Communauté économique européenne (CEE) et la Communauté européenne de l’énergie atomique (CEEA). Ces deux communautés restaient toutefois axées sur l’économique, et n’abordaient pas frontalement la question du politique.

        Cette question faisait (dès 61) l’objet d’un désaccord entre, d’un côté, la France, favorable à une simple coopération intergouvernementale, et de l’autre les 5 autres pays membres de la CEE, favorables quant à eux à l’octroi de compétences de type politiques à l’Europe communautaire.

        Le projet, qui ne convenait pas aux pays de la CEE autres que la France, resta finalement lettre morte. »

        Je résume un point amusant : ceux pour le fédéralisme sont contre une armée européenne car préférant en gros l’OTAN, ce qui d’après Marjolin, à la suite de Monnet, empêche l’union fédérale…

  27. > Sont au programme : un grand plan de privatisation des sociétés municipales,
    > des coupes dans les aides sociales et les retraites et une réforme du droit du
    > travail. Sans hausses d’impôts pour les plus favorisés

    Je trouve dommage qu’aucun des commentateurs n’ait relevé que le plan de M. Tremonti prévoit une augmentation de 5 points de base de l’impôt sur le revenu dès 90,000 euros imposables et 10 point de base au dessus de 150,000 euros.

    Je ne dis pas que c’est un bon plan pour autant mais il serait bon que cet excellent blog présente des informations fiables.

  28. Votre précision est exacte, mais avant de mettre en cause la fiabilité des informations, merci de prendre en considération la date et l’heure auxquelles l’article en question a été rédigé. En l’occurrence, les fils d’agence que j’ai consulté hier matin ne comportaient pas ces nouvelles informations.

    1. Pour être précis, ces informations ont été données par Silvio Berlusconi lors d’un point de presse vendredi, suite au Conseil des ministres de 19 heures.

      1. Et sur le fond, pensez-vous que ces efforts exigés pour les hauts revenus soit une bonne décision du gouvernement Italien ?

      2. Je n’ai pas les éléments qui permettent de mesurer l’incidence réciproque des différentes mesures du plan italien. Mais je pense qu’une refonte fiscale globale, concernant les particuliers et les entreprises, est nécessaire, en Italie ou en France d’ailleurs. Elle soit s’accompagner, pour être pleinement efficace, d’une action résolue contre les paradis fiscaux et non pas le simulacre auquel nous avons assisté.

  29. J’ai vu , et entendu Elie Cohen , le même jour où j’ai fini pas accrocher vote passage sur France 24.
    je suis loin , très loin dans une île effectivement paradisiaque? Ce qui me permets d’observer « à froid » le feuilleton de la crise.
    Il paraît aussi, selon l’un des comparses d’Elie Cohen ( j’ai oublié son nom) que les vraies mesures ne seront enfin prises qu’une fois au fond du trou.
    On parle , on parle… ACTION ! alors que faisons- nous? simples citoyens sans autre moyens que la gesticulation? Aller! tous dans la rue REVOLUTION !!!!!!!!!!!!!!! Tout de suite au fond du trou !

  30. Bonsoir

    Monsieur Leclerc, Bogza 1er a tempêté et mouliné si tant fort contre les paradis fiscaux, qu’on se demande vraiment pourquoi il n’y a pas encore envoyé le Charles de Gaulle ou nos commandos d’Afghanistan ! Ce serait tout de même bien plus facile d’envahir le Liechtenstein ou les Bermudes ou les Caïmans que la Lybie pour y mettre de l’ordre dans les comptes!
    Cordialement.

  31. En Syrie il a vraiment le feu . Heureusement , si je puis dire , ils ne tirent qu à la mitrailleuse
    lourde , un obus de Marine par comparaison çà détruit tout un quartier , habitants avec .
    Un autre endroit où c’est la panique c’est au pentagone , leur porte-voix MacKeon ne fait pas
    partie du Super congrés des 12 qui vont décider des coupes budgétaires . Une coupe de
    1000 milliards de $ pour le pentagone c’est carrément un missile , et on s’y appréte à en prendre
    plusieurs .
    Je crois que pour nous Occidentaux il va étre temps de vraiment réfléchir à ce que nous faisons
    ou entérinons comme acte de guerre ailleurs dans le monde , les aventures et bons sentiments
    peuvent se traduire par des guerres qui sont toujours atroces , méme à la mitrailleuse lourde .
    De plus en plus de l’autre coté les moyens existeront de nous en faire partager les plaisirs .

Les commentaires sont fermés.