L'actualité de la crise : RIEN DANS LES MAINS, PEU DANS LES POCHES !, par François Leclerc

Billet invité

À la grande fébrilité des marchés correspond celle des responsables européens, du moins ceux qui ne sont pas en vacances. Avec à la clé des réunions, quelques rencontres et coups de téléphones et beaucoup de déclarations à la presse, pour mettre finalement en évidence qu’ils n’ont rien dans les mains.

Ils ne disposent comme réponse à la montée impétueuse des taux obligataires, des spreads, ou bien à la chute des bourses, que de l’exhortation à appliquer au plus vite les décisions du dernier sommet, pourtant déjà dépassées par l’ampleur de ce que représenterait l’entrée de l’Espagne et de l’Italie dans la zone des tempêtes.

Qu’on en juge… Silvio Berlusconi déclarait hier devant les députés, tout en en restant là dans l’immédiat : « La situation nous impose de donner une réponse encore plus forte, immédiate et visible sur le plan de croissance qui rendra crédible [l’assainissement des finances publiques] ». José Luis Rodriguez Zapatero appelait Herman Van Rompuy à appliquer « au plus tôt » le plan destiné à la Grèce et José Manuel Barroso à « accélérer au maximum [son] application », afin de donner aux marchés un signal de confiance. Dans un courrier adressé aux chefs d’État, ce dernier leur écrit d’ailleurs : « Je saisis l’occasion (sic) pour inviter à une rapide réévaluation des éléments relatifs au Fonds européen de stabilité financière (FESF) et au mécanisme appelé à lui succéder, afin de s’assurer qu’ils sont proprement équipés pour gérer des risques de contagion ».

Plus alarmiste, le président de la Commission européenne a également reconnu dans ce courrier que « nous ne sommes plus dans la gestion d’une crise limitée uniquement à la périphérie de la zone euro », et que « les décisions audacieuses prises lors du sommet de la zone euro le 21 juillet n’ont pas eu les effets escomptés sur les marchés ».

Le FESF étant en effet encore loin d’être opérationnel et de disposer des engagements suffisants des États membres, tous les regards se sont tournés vers la BCE, qui tenait opportunément une réunion de son Conseil des gouverneurs ce jour même. Dans l’espoir qu’elle fasse la soudure le temps nécessaire, d’ici au moins fin septembre, et relance son programme d’achats de titres obligataires suspendus il y a 18 semaines afin d’obliger les États a prendre sa succession.

Une courte et légère accalmie intervenait aujourd’hui, avant que les bourses repartent à la baisse en raison des résultats de deux émissions obligataires espagnoles. Montrant l’ampleur des dégâts, elles concédaient 4,813 % à trois ans et 4,984 % à quatre ans, ne parvenant à lever que deux fois le montant demandé, contrairement à trois à quatre fois d’habitude.

Selon la presse espagnole, le Trésor avait pris ses petites précautions en obtenant préalablement d’établissements financiers espagnols qu’ils couvrent à hauteur des 2/3 des objectifs des émissions. On retombe dans le schéma dangereux et d’une grande fragilité qui amène les banques d’un pays à majoritairement le financer, comme c’est le cas en Italie.

Le financement des banques espagnoles elles-mêmes devient très problématique avec la montée en flèche des taux. Avant leur baisse ce jour même, les spreads (la prime de risque représentant l’écart entre les taux à 10 ans allemand et espagnol) ont grimpé à un niveau proche d’être insoutenable. Ce qui conduit LCH Clearnet, la chambre de compensation qui garantit les emprunts à court terme des banques, à réclamer 15 % de marge supplémentaire pour les autoriser, avec comme collatéral des obligations d’État. Ce qui ne pourrait, par ricochet, qu’accroître leur dépendance aux liquidités dispensées par la BCE, dont elles avaient commencé à se défaire, seules source possible de financement.

La banque centrale n’est donc pas au bout de ses peines, en dépit de ses intentions initiales de désengagement, surtout si la même situation était enregistrée pour les banques italiennes. À destination des banques, elle va lancer une opération d’allocation illimitée de crédit, à taux fixe et à six mois, tout en prolongeant l’allocation à trois mois jusqu’au début de l’année prochaine. En direction des États, Jean-Claude Trichet à joué aujourd’hui les sibyllins : « Vous verrez ce que nous allons faire ! » s’est-il contenté de déclarer, précisant qu’il n’avait « jamais dit que le programme de rachats d’obligations était interrompu », pour finir par convenir : « Je ne serais pas surpris si quelque chose se passait avant la fin de cette conférence de presse ». Cela a été vite confirmé.

Les signaux se succèdent, qui montrent l’imminence d’une crise possible. Les dépôts de liquidité des banques à la BCE ont doublé et atteint leur plus haut depuis cinq mois, en dépit du fait qu’ils y sont rémunérés en-dessous du prix du marché, une solution considérée préférable à celle consistant à les prêter sur le marché interbancaire. Acquérir des dollars est devenu plus cher pour les banques, en raison de la nécessité de se les procurer sur le marché faute de pouvoir faire aussi aisément qu’à l’habitude appel aux Money market funds.

Le sujet récurrent des banques n’est pas propre aux pays au bord de la zone des tempêtes. Le BaFin, l’organisme de régulation allemand, vient de reconnaître qu’en dépit des résultats des stress tests – totalement oubliés dans la bataille – « le marché bancaire allemand reste vulnérable ». « Il est possible que la prochaine crise apparaisse dans un secteur que nous n’avons pas examiné de très près », admet Raimund Rösseler dans les colonnes du Handelsblatt, sous-entendant celui des obligations d’État. Les résultats de Deutsche Bank, phare des mégabanques, avaient il y a quelques jours par ailleurs marqué le coup, exprimant une tendance générale.

Même les banques françaises, qui se sont forgé une réputation usurpée d’invulnérabilité, sont touchées. Baudouin Prot, directeur général de BNP Paribas, tout en annonçant des résultats encore confortables en dépit des pertes provisionnées sur les titres grecs, continue de batailler avec les futures exigences de Bâle III, « fondamentalement injustifiées ». « Nous sommes toutefois légitimistes » a-t-il cru toutefois devoir rappeler, comme si cela n’allait pas de soi, pour admettre que sa banque les appliquerait malgré son désaccord. « La gestion de nos risques est tout à fait rigoureuse », a-t-il affirmé, mettant en garde contre les effets de cette « pénalisation [allant] affecter le financement de l’économie ».

L’annonce de mauvais résultats de la Société Générale, sous la forme d’un avertissement sur résultat, a été quant à elle lourdement sanctionnée par le marché. Ceux qui venaient d’être publiés à l’occasion de la fin du deuxième trimestre avaient déjà enregistré un recul du résultat d’un tiers.

Chacune à sa manière, les deux principales banques françaises, comme toutes leurs consœurs européennes, expriment une fragilité qu’elles tentaient il y a peu encore de nier. Intesa Sanpaolo a enregistré une diminution de 28 % de ses résultats, Unicredit de 25 % et Santander de 18 %.

Les unes après les autres, elles empruntent le même chemin et taillent dans leurs effectifs pour limiter la baisse de leur rentabilité. Au Royaume-Uni, c’est Lloyds Banking Group (LBG), qui vient de plonger dans le rouge et annoncé la suppression de 15.000 postes de travail, après en avoir déjà supprimé 35.000 ces deux dernières années.

Nouveauté dans ce paysage, les compagnies d’assurance entrent dans la danse alors qu’elles se faisaient discrètes. Henri de Castries, le Pdg d’AXA, qui a pris sa modeste part du sauvetage grec à hauteur de 92 millions d’euros net, n’a « pas de raison » de réduire son exposition à la dette italienne et espagnole, affectant la sérénité. Leader mondial de la réassurance, Munich Re, a fait entendre un autre son de cloche. Nikolaus vom Bomhard, son Pdg, a fait part de ses inquiétudes sur la crise de la dette mondiale. Commentant les récents événements, tant en Europe qu’aux États-Unis, il a déclaré que « il est clair pour tout le monde qu’on ne traite que les symptômes » sans toutefois préciser son diagnostic.

Le paysage est en train d’évoluer. La dette publique ne peut plus être présentée comme source de tous les maux alors qu’il apparaît de plus en plus ouvertement que les banques sont atteintes elles aussi. Placées devant la nécessité de renforcer leurs fonds propres, elles le sont aussi devant le risque de devoir assumer des pertes qu’elles avaient jusqu’à maintenant réussi à masquer.

De nouvelles restructurations de dette rendraient inévitable la recapitalisation d’un certain nombre d’acteurs financiers, et l’on pense déjà au rôle que le FESF pourrait être amené à jouer. Suivant davantage le mode d’un TARP américain que d’un FMI européen, comme on a voulu le présenter avantageusement. Mais il va falloir financer celui-ci…

Il va être difficile d’éviter, dans le contexte européen, que les actionnaires ne prennent pas leur part de l’effort, craignent les analystes qui cherchent à anticiper sur la question. La rentabilité des banques ne sera plus en tout état de cause ce qu’elle était, c’est confirmé. Les banques européennes sont à leur tour entrées dans une zone de grande turbulence.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

186 réflexions au sujet de « L'actualité de la crise : RIEN DANS LES MAINS, PEU DANS LES POCHES !, par François Leclerc »

  1. Néron jouait de la lyre pendant que Rome brûlait. Autres temps, autres moeurs, les dirigeants européens « retardent leur départ en vacances ». Qu’ils sachent que nous leur en sommes infiniment reconnaissants. Non, « infiniment », n’est pas assez fort. « Faramineusement », peut-être ?

    1. « Aujourd’hui encore, on ignore la cause de cet incendie. Bien que les anciennes sources (et les lettrés) penchent pour un Néron incendiaire, il faut rappeler que les incendies étaient fréquents dans la Rome antique. Cependant, la durée de cet incendie dépassait la normale. La célèbre Domus aurea faisait partie du projet de reconstruction imaginé par Néron. »

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Domus_aurea

      « La traduction en Maison Dorée est légèrement impropre, en réalité c’est la maison de l’Age d’Or, l’époque où les fruits poussaient tout seul et où le travail était inutile. »

      Vous êtes partisan de la théorie du NOM ? 😉

      par contre pas cool la suite du grand incendie…brrrr

      « Le 04 aout 2011 éclata le grand incendie de la bourse. Le feu débuta dans les boutiques des environs du Grand Cirque financier. Sarko était alors en vacances à la plage, mais il dut revenir en toute hâte. L’incendie fit rage durant six jours. La rumeur circula que Sarko aurait joué de la flute et chanté, au sommet de la butte Montmartre, pendant que la ville brûlait.

      Les mêmes récits nous décrivent un proconsul ouvrant ses palais pour offrir un toit aux sans-abris et organisant des distributions de nourriture pour éviter la famine parmi les survivants. Mais Sarko perdit toute chance de redorer sa réputation en rendant trop vite publics ses projets de reconstruction de la finance mondiale dans un style monumental.

      La population désorientée cherchait des boucs émissaires, et bientôt des rumeurs tinrent Sarko pour responsable. On lui prêtait pour motivation l’intention d’immortaliser son nom en renommant l’Onu Carlapolis. Il était important pour Sarko d’offrir un autre objet à ce besoin de trouver un coupable. Il choisit pour cible des groupes humains qui prenaient de plus en plus de place, et dont il s’amusait à en persécuter les membres, celle des roms/musulmans/pedonazis du web. Il ordonna que ceux-ci soient jetés aux procureurs et juges dans les tribunaux, alors que d’autres étaient jetés au cachot en grand nombre, et renvoyés dans leurs pays, comme des bestiaux. »

      1. J’étais à Rome ce week, les fruits y poussent toujours tout seuls et y sont délicieux !
        Vivement que ça se casse la binette, qu’on puisse dire au-revoir à Monsanto et ses copains

      2. à Paul et Aurel
        Dans un des tableaux de Raphaël, exposé dans la chambre de l’incendie (à l’intérieur du Palais du Vatican-même), Rome est en feu, le Pape est à la fenêtre impuissant, (quelque part, mais comme, il y a plusieurs tableaux de Raphaël, tous très impertinents dans cette chambre de l’incendie ) il y a une allusion aux philosophes grecs sur les marches, dont Diogène.
        Mais la figure allégorique (et je dirais aussi pour ma part politique) la plus célèbre du tableau, reste celle d’un adulte aveugle, guidé hors du Palais en feu par un enfant, portant sur ses épaules un vieillard .

    2. Pourquoi « autres temps autres moeurs » ?
      Néron non plus n’est pas parti en vacances, il regardait Rome brûler.

  2. Panne miraculeuse sur le Nyse Euronext à cette heure. Tout fout le camp …

    Mais heureusement, le téléphone marche encore (enfin je crois) ce qui permet à nos dirigeants de bien s’assurer qu’ils leur reste encore un peu de salive, c’est toujours cà.

    La situation politique et économique est si désespérée que l’on peut commencer à avoir de l’espoir… (idée prise sur Dedefensa)

  3. « … deux émissions obligataires espagnoles. Montrant l’ampleur des dégâts, elles concédaient 4,813 % à trois ans et 4,984 % à quatre ans, ne parvenant à lever que deux fois le montant demandé, contrairement à trois à quatre fois d’habitude. »

    Les candidats sont moins nombreux, et ceux qui restent ont les dents plus longues… Et deux tiers de ces candidats, soit un tiers du total des acheteurs (prêteurs), sont des banques espagnoles soumises à une « amicale pression » de leur propre gouvernement. Les taux exigés montrent qu’elles ne perdent pas le Nord pour autant ! Il faut dire qu’elles sont bien placées pour savoir dans quelle mesure l’opinion négative des « marchés » à l’égard de l’Espagne reflète leur propre déconfiture !

    1. Les candidats sont moins nombreux, et ceux qui restent ont les dents plus longues…

      La pyramide de Ponzi exige toujours de nouveaux entrants.
      Il semblerait que le flux commence à se tarir (écho à la place Tahrir ?)

    2. « Espagne : le Trésor annule son émission obligataire du 18 août.

      Le Trésor espagnol a annoncé jeudi qu’il annulait son émission obligataire, prévue pour le 18 août, alors que le pays est soumis depuis plusieurs jours à une forte tension sur les marchés et que la Bourse est en forte baisse depuis quatre jours. »
      http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=645d5e8178f56f33501ae2d521485a2c

      Aujourd’hui la Bourse espagnole: – 3,89 %
      La prime de risque: à 398 points de base

  4. Il se passe quoi exactement sur les bourses? Pourquoi cette grosse baisse cette semaine malgré l’accord US? D’habitude, ça arrive quand il y a une très mauvaise nouvelle qui n’est pas encore dévoilée au grand public mais qui est proche de l’être.

      1. Et deux nuls cyniques à la tête de l’Espagne et de l’Italie préférant faire couler l’Europe à démissionner…

      2. Ouais, mais c’est pas nouveau ça. Les fondamentaux sont mauvais depuis longtemps et puis la bourse et les fondamentaux on sait que c’est loin d’être correlé. En fait, c’est plutôt comme si Ben l’hélicoptère avait dit aux marchés qu’il allait arrêter de les arroser de liquidité.

    1. la mauvaise nouvelle est : les usa sont en faillite. le monde est en faillite. nous entrons en stagflation globale. une révolution mondiale est en cours.

      enfin, mauvaise nouvelle… disons que ça dépendra des lieux, des hommes et des contextes, tout cela peut se terminer tout à fait positivement.

      la seconde guerre mondiale a donné naissance à cette fabuleuse invention qu’est l’ONU qui permet aujourd’hui d’éviter conflits, dictatures et massacres et qui pacifie les rapports humains.

      la 1ère grande guerre financière accouchera peut être d’une ONU monétaire qui permettra dans le futur, d’avoir une économie pacifiée pour une croissance perpétuelle.

      1. « d’avoir une économie pacifiée pour une croissance perpétuelle. »

        C’est quoi ça une croissance perpétuelle ? Un truc d’économiste ?
        La crise actuelle est avant tout –écologique au sens scientifique– les aspects financiers n’en sont que la mousse et résultat de la croyance à une croissance perpétuelle justement.

      2. @ hakim

        Non c un truc de politocard. Apparement qu une economie passe par des hauts et des bas, ca les defrise…

        Les arbres doivent pousser jusqu au ciel, les riches doivent rester riches et grace a leur majestueuse ramure, ils laissent le sol nul et vide de jeunes pousses.

        Et puis vint la tempete….

    2. @toi

      La question serait plus tôt pourquoi les marchés ne se sont-ils pas écroulés avant ?

      Tout a été expliqué, analysé et décortiqué depuis des années sur ce blog (pour rendre à césar…).

      To be continued…

      1. Ils ne se sont pas écroulés parce que maintenus à bout de bras par la FED. Est-ce cela qui a changé sans annonce tonitruante? Je sais pas…

    3. Chirac disait à propos des bourses  » ça m’en touche une sans bouger l’autre !  » ben moi , ça me fait pareil et c’est bien le seul point commun que j’ai avec le Chi !

    1. @pierre
      la croissance perpétuelle , c’est comme le mouvement perpétuel , depuis des siècles les gens cherchent , et ne trouve rien désolé

      1. perpétuel(le),
        fonds, marchés, pouvoirs, …. illimité(s)
        éternel
        paradis ….
        …. mondial

        (h)or(s) condition humaine, ouais, quelle mouche nous a piqués d’avoir des dieux pareils ?!

        Changeons-en

      2. Nous sommes en mouvement perpetuel je vous signale.

        Mm morts, les petits vers et les bacteries se chargent de l’animation (g vu un jour un cadavre de mouton pdt une ballade, il ondulait sous l effet des asticots, impressionnant).

        Sur terre, a cause de la force d attraction, on a la sensation que les choses finissent colle au sol, mais au niveau atomique, ca danse la gigue.

        Le seul endroit ou les choses semblent figes, c est dans un trou noir.

  5. C’est entrain de craquer sur toutes les places européennes, la dernière 1/2 heure avant fermeture est un véritable calvaire !

    La Banque centrale européenne (BCE) a décidé d’intervenir fermement pour tenter d’éteindre les feux de crise de la dette en zone euro, notamment en reprenant ses interventions sur le marché obligataire, a annoncé jeudi son président Jean-Claude Trichet.
    Le conseil des gouverneurs de la BCE a décidé « à une écrasante majorité » de procéder à de nouveaux achats, a-t-il dit lors d’une conférence de presse à Francfort (ouest), siège de l’institution.
    Des sources de marchés parisiennes ont confirmé à l’AFP que la BCE intervenait jeudi après-midi.
    Auparavant, M. Trichet avait déclaré n’avoir « jamais dit » que ce programme avait été « interrompu ». La BCE n’en avait pourtant pas fait usage pendant plus de quatre mois.
    L’ampleur de l’intervention ne sera connue que lundi au plus tôt, la BCE ne communiquant qu’une fois par semaine à ce sujet. Il se pourrait même que l’intervention de ce jeudi ne figure pas encore dans les chiffres de lundi, du fait des délais de compensation.

    – 3,90 % à Paris

  6. Les décisions de réactivation par la BCE de son programme de distribution de liquidité à six mois et de ses achats obligataires n’y ont rien fait, l’accueil des bourses a été très frais.

    Lors de sa conférence de presse, Jean-Claude Trichet a en effet insisté sur la nécessité que le FSFE prenne rapidement le relais. Une solution qui n’est pas crédible pour les marchés, vu les aléas et les limites auquel il est soumis.

    1. l’accueil des bourses a été très frais.

      Le CAC 40 est passé de 3813 en clôture le 25 juillet à 3320 ce soir, soit – 13 % en deux semaines
      Si c’est pas Krach, c’est quoi ?
      Et ce n’est peut-être pas fini (à part un rebond technique)
      Bref les « marchés » ont leur propre système de notation sur tout ce cirque

    2. Bien sue, le « marché » pense qu’il n’y a que deux solutions : l’inflation ou la nationalisation.

  7. Il se passe que le château de cartes financier voit ses cartes de bases chanceler… Mieux vaut ne pas être dessus, dessous, autour… car avec un vent de panique elles ne vont pas tenir longtemps…

    1. c’est peut-être les vapeurs radioactives dont Néron dans ces temps jadis n’était pas connaisseur

    2. c’est très mauvais signe: les monnaies des pays investisseurs montent, les monnaies des pays qui accueillent les investissements (=pays émergents ) baissent, alors qu’habituellement, c’est plutôt le contraire. Exactement comme en septembre 2008. Les riches des pays de l’OCDE et les banques rapatrient leur argent, certainement pour éponger des pertes.Les japonais sont parmi ceux qui possèdent le plus d’avoirs.
      Là où l’on ne s’en fout pas, c’est que ce serait un signe de la gravité de la chute à venir.

  8. La BCE peut elle résoudre le problème de financement des pays de la zone euro en intervenant sur le marché des obligations d’état ?

    1. Monétiser la dette, c’est bien gentil, mais cela suffira-t-il? Trichet ne l’acceptera pas, c’est un ayatollah de la lutte contre l’inflation. Le dogme c’est l’euro fort.
      La seule solution, ce serait de boucher le trou des déficits publics en faisant payer les plus riches, car cette solution est peu coûteuse en consommation donc en croissance. Pas comme les « plans d’austérité » qui sont surtout austères pour les 90% des citoyens les moins riches.

      Faire payer les riches…Vous croyez que nos dirigeants sont prêts à mener cette politique?

  9. Ca a l’air mal parti
    Et qui va trinquer a votre avis ?

    Le Trésor espagnol a annoncé jeudi qu’il annulait son émission obligataire, prévue pour le 18 août, alors que le pays est soumis depuis plusieurs jours à une forte tension sur les marchés et que la Bourse est en forte baisse depuis quatre jours.

    « Comme lors des années précédentes, le Trésor a décidé de ne pas convoquer d’émission obligataire pendant le mois d’août, donc il n’y aura pas d’émission le 18 août », a-t-il indiqué dans un message sur son site internet, sans donner de raison précise à cette annulation.

  10. Qui disait que le deuxième « dip » n’interviendrait pas ? Combien de perte depuis une semaine et la prise de conscience par un cercle plus élargi, que le fondement du système est touché ?

    1. Un dip est par définition un trou avant la reprise. Je ne crois pas qu’il y ai de deuxième dip, car pas de reprise. C’était pas un « W », mais bien un « L » aux pieds gonflés. Tout reste à écrire.

      1. Non, il s’agit bien d’un deuxième épisode de récession qui s’ouvre, comme prévu. On pourrait plutôt parler de double L, une sorte de W en pire…

  11. vraiment légère cette accalmie on ne l’a même pas vu.
    RIEN DANS LES MAINS, PEU DANS LES POCHES…. C’est quoi comme tour de magie
    qu’est ce qui va sortir du chapeau ?

      1. C’est vrai : la supposition que Big Brother aurait encore un chapeau à bouffer était exagérément optimiste. Big Brother avait été stress-testé : RAS, on aurait dû se douter que cela n’annonçait rien de bon !

    1. mais où se trouve celui sur les dettes privées ??
      L’imbrication des deux est systématiquement soulignée par F. Leclerc.

    1. çà me rappelle le refrain de la coupe du monde 98, mais avec des moins devant les « et 1, et 2, et 3-0 »

  12. Nouvelle zizanie entre les Allemands et Trichet, ils ne sont pas d’accord que la BCE intervienne!
    Ambiance..vive les vacances!

    News Just Keeps Getting Worse: Spain To Cancel August 18 Auction As Bundesbank President Says Opposes ECB Bond Buying.

    http://www.zerohedge.com/news/news-just-keeps-getting-worse-spain-cancel-august-18-auction-bundesbank-president-says-opposes-

    Et une déclaration inquiétante de Trichet:ECB’s Trichet says « I am not concerned for Euro system » …hum hum

  13. Alors question! Les decision-makers, sont-ils tous incompétents, aveugles quant a la gravité de la situation ou complices de la finance? Sans doute un peu de tout cela à la fois comme vous l’avez mentionné sur ce blog. Mais il existe une dernière possibilité: consciemment, ils précipitent le désendettement et la chute du système car l’impasse est totale, ayant au préalable trouvé un refuge pour leur famille. Ainsi quand le nuage de poussière se dissipera, nous verrons plus clairement ce qui reste utilisable dans les décombres et ce qu’il faut reconstruire. Une solution pas si mauvaise après tout! (à long terme…)

    1. Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, il parait que le « grand » schtroumpf en France sera le même après 2012 ! Schtroumfette grognone est pas contente, et dit que c’est trop injuste car elle revendique elle aussi le droit d’être nulle !!!

      A part ça rebond des bourses normalement désormais…mais le marché restera baissier ensuite à priori, enfin il aura du mal à redevenir vite haussier (quoique sait on jamais Q3, Q4, Q5 !!)

      On sent bien ce que je disais l’autre jour : l’échiquier reste le même mais on change de roi…si PU YI voyait ça 🙂

    2. les doc sur Bob Marley y font un tabac ! c’est après qu’on le voit en 3D

      PS: serait t il possible que lorsque l’on clic sur un lien dans les commentaires cela ouvre une autre fenêtre , on pourrait alors continuer sur votre blog sans annuler le lien ouvert (je me suis compris)

    3. Paul, à propos des schtroumpfs, j’ai vu une affiche où j’ai trouvé que le grand schtroumpf (portant des lunettes de soleil) vous avait un air de ressemblance. 🙂

      1. il y a le grand schtroumpf ou big schtroumpf, le schtroumpf bourru et le jeune schtroumpf censeur censé jeune de par son icône fétiche pour tout les trolls ! 🙂

      2. Vous parlez de cette bd de tous les totalitarismes et qui prone un retour au sovietisme ? ;-D

        Sans oublier le fait qu ils se defoncent a la salsepareille tte la journee (leur coca ?)

        Et le grand schtroumpf, cet empoisonneur qui utilise regulierement l hellebore et la mandragore pour ses preparations !

  14. Bonsoir,

    Meuh non, il ne faut pas paniquer comme cela !!!!!

    Breaking news du Figaro:
    « Mr Trichet est optimiste pour le quatrième trismestre ».

    « Je ne veux pas anticiper… Laissez-moi simplement dire pour le moment que nous pourrions assister à une croissance très robuste au quatrième trimestre », a-t-il dit.

    Ce Monsieur est un cador, un gourou, la lumière de l’Europe et de l’Euro réunis.

    Allez, bonne fin de journée à tous ceux de bonne volonté.

    1. Ca me rappelle ce ministre de l’information de Sadam husein; Saeed al-Sahaf en 2003 après l’invasion américaine.
      « Les americains sont loin,ils ont été battus,ils sont en pleine déroute. »

    2. Réservons la lumière de l’Europe à Van Rompuy qui nous illumine de ses fulgurances.
      « Trois vagues déferlent / abordant ensemble au port / le trio est rentré. »
      C’est bien beau tout ça mais d’une part on en est plus à 3 mais bientôt 4 ou 5 qui déferlent en même temps et ça nous dit toujours pas ce qu’on fait.

  15. La situation de l’Europe aujourd’hui me rappelle le long poème de Pessoa (l’un des 2 ou 3 écrivains les plus importants du XXe siècle) « Ultimatum », écrit en 1917:

    « Aujourd’hui la politique c’est la dégénérescence adipeuse de l’organisation de l’incompétence.
    […]
    Vile époque des subalternes, des ébauchés, des laquais qui aspirent comme tous les laquais à devenir des rois-laquais !
    Laquais ! vous êtes incapables d’avoir une Aspiration, bourgeois du Désir, paumés du comptoir instinctif […] dans ce maelström de thé fade !
    […]
    Grands-Hommes de Lilliput-Europe, passez sous les fourches caudines de mon Mépris !
    […]
    Hommes, nations, desseins, tout est nul !
    Faillite de tout à cause de tous !
    Faillite de tous à cause de tout !
    D’une manière complète, totale, intégrale:
    MERDE !
    […]
    L’Europe est lasse de ne pas encore exister !
    […]
    Je me lève devant le soleil qui décline, et l’ombre de mon Mépris est la nuit de votre crépuscule ! »

    (Traduction de M.Chandigne et J.-F. Viegas)

  16. C’est bien la Deutsche Bank qui vient de se débarrasser de 90% de ces obligations Italienne…
    La dernière réunion du 21 Juillet, y avait bien Joseph Ackermann dans la négociation et la promotion du nouveau dispositif FESF/MES….
    Tu paries qu’il joue sur le défaut de l’Italie?
    Ouai,c’est ça la Novlangue, « aider »ça veut dire « enfoncer », « intervention humanitaire »ça veut dire « guerre », »Reprise économique »ça veut dire »effondrement du système financier »,etc…
    Orwell,non vraiment ,ça suffit !
    Au fait le QE111,ça serait pas pour renflouer la BCE à tout hasard?
    Putain,les gars,ils ont du en faire des études pour en arriver là,non?

  17. Comme plus personne ne sait où placer son argent pour le protéger, la Bank of New York Mellon a décidé de pénaliser ses trop gros clients : vous voulez déposer plus de 50 millions de dollars sur votre compte courant ? Il va falloir casquer !

    C’est le Wall Street Journal qui nous l’explique.

    Le taux pour emprunter d’un jour sur l’autre est tombé à… à… en fait, à moins de zéro : « Je n’en ai rien à foutre de votre argent ! »

    Panique ? Vous avez dit « panique » ?

    1. Panique ? hum, bizarrement cette initiative prendra effet juste la veille du prochain FOMC (Federal Open Market Committee). Un coup de pouce pour « inviter » les capitaux flottants à aller vers les bons à long terme? et après un coup d’inflation et hop les rentiers sont nettoyés! Pas les banques qui elles se contentent de faire les intermédiaires.

    2. Cela rappelle la Suisse, il y a quelques années, où les banques prélevaient des intérêts négatifs sur l’épargne .

    3. moi qui croyais que la fête était finie vendredi soir avec le vôte du rehaussement de la dette US !eh ben non on continue à bien s’marrer sur ce blog!

  18. Bonjour,

    Si le système explose, que va devenir l’Euro ,

    Devrons nous revenir à une monnaie pour chaque pays ?

    Quelles vont être les conséquences financières pour les particuliers que nous sommes ?

    Cdlt,

    1. oualou,nada,nothing,niet !

      L’euro,c’est mort,tout comme le dollard,enfin bref le système financier dans son ensemble!

    2. Cultivez des terres, travaillez dans l’innovation technologique…
      L’intelligence c’est la capacité à s’adapter, alors n’ayez crainte, on est tous ensemble.
      Heureux, l’Homme sans dettes ni sans créances
      amen

  19. Ce soir je pense au petit porteur qui va rentrer de quinze jours de vacances …. car ce ne sont pas les télés et radios qui ont traité le sujet de ces 9 jours de baisse successives.

    Je n’aime pas le cinéma en général, mais les films qui sont à l’affiche en Juillet/août sont toujours des navets (fut un temps où il n’y avait que des films d’horreur).

    1. Une séparation, film iranien, est toujours à l’affiche dans certaines salles parisiennes…ça vaut le détour pour ceux qui ne l’ont pas vu…

  20. RIEN DANS LES MAINS, PEU DANS LES POCHES !

    Bonsoir;
    « Rien vue, rien entendu et nous avons tout perdu » Hmmm, Combien coûte le temps?

  21. Impressionnant comme ça va fort ici quand ça va mal ailleurs, 6 interventions de Paul jorion en moins de 3h, quelle énergie !
    En tout cas dans ce chaos, pour les chanceux qui ont de la liquidité et ne sont pas en vacances, il y a de belles courses à faire.

      1. Ca personne n’en sait rien. Et puis de quoi parle-t-on ? CT, MT, LT …

        Par contre, ce matin, quelques ménagères ont commencé doucement à faire des emplettes et c’est vrai que certains cours font rêver à TCT.
        Il convient simplement d’y aller tranquillement avec des stops loss sérrés et de les remonter progressivement.
        Exemple parmi d’autres : achat Natexis ce matin à 2600 avec stop déjà remonté à 2800 et du 2960 en cours.
        Ah les vilains !

      2. Stop Natexis remonté à 3.000. Soit 400 pts gagné depuis ce matin, plus de 15% en moins d »une journée, peut être plus, et sans jouer sur des dérivés avec effet levier… donc avec un risque de perte faible de la mise initiale.
        Même si ça repart à la baisse le résultat est maintenant garanti compte tenu de la profondeur de l’action (peu de chance de titre réservé à la baisse) et ça peut continuer à monter car à 3.000 ça reste bas.
        Avec un bon niveau de liquidité, vous multipliez ce type de swing avec de bons points d’entrée sur une dizaine de valeurs bien massacrées et vous pouvez partir en vacances pour un bon moment.
        Tant que tout cela existera, il sera bien difficile de faire bouger les choses…

  22. « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre contre les États-Unis. Une guerre permanente, économique, une guerre sans morts. »
    « Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. Une guerre inconnue, une guerre permanente, sans morts apparemment, et pourtant une guerre à mort. »

    François Mitterrand

    Le seul souci c’est que notre guerrier en chef a agité son drapeau blanc depuis longtemps, et même demandé un strapontin dans l’otan, pour faire les (vraies) guerres économiquement juteuses (et juste pour l’honneur de notre côté, même pas un ou deux barils comme récompense!)

    Au fait c’est pas l’anniversaire de l’abolition des privilèges aujourd’hui ?

    Ah c’est vrai c’est plus d’époque avec l’otan va tout s’en va…

  23. Pourquoi les marchés fébriles ne prennent ils pas une aspirine ??
    Ne comprennent ils pas que cela intervient juste après le relèvement de la dette des USA ..
    Etrange, non ??

  24. Il se confirme que l’achat à nouveau d’obligations souveraines ne concerne pas l’Espagne et l’Italie, mais uniquement les pays bénéficiant d’un plan de sauvetage, ce qui implique nettement moins de moyens financiers.

    Selon certaines rumeurs, la BCE aurait pu aller plus loin, mais il lui aurait fallu une garantie du FSFE, qui supposait pour l’obtenir un sommet européen aux résultats très hasardeux.

    1. La Libre.

      « M. Trichet souhaite précisément voir ce Fonds de soutien européen relayer rapidement la BCE comme cela a été décidé lors d’un sommet à Bruxelles le 21 juillet.
      Or ce transfert serait « dangereux », estime Holger Schmieding. « En cas de panique irrationnelle, un message puissant est nécessaire pour l’arrêter », ce que seule une banque centrale « qui peut agir vite et à grande ampleur » peut faire », ajoute-t-il, estimant que la BCE avait « raté une opportunité d’agir de manière plus convaincante ».

      1. Le problème c’est que la BCE a ingurgitée en échange de liquidité fraîche et aux taux nominaux,la plupart des papiers toxiques d’un certain nombre de banques,autant dire qu’elle s’est transformée en Banque « vomitorium »,banque défécatoire…
        Oh,dis don,ça pu là’dans.
        Vite,vite le QEIII !!!

  25. Si Néron jouait de la lyre en regardant Rome bruler, nos JC Trichet, Barroso et autres nous jouent du pipeau….et on voit le résultat!

  26. si seulement ça pouvait être la bonne !!!!!……

    j’attends ce moment depuis si longtemps (4-5 ans) que ça s’effondre…..

    Sur votre lit de mort que vous direz-vous:
    je voudrais avoir travaillé encore plus fort ou produit plus de valeur pour l’actionnaire
    ou
    je voudrais être allé plus souvent me promener, avoir lu plus de livres à mes enfants
    ???????????

    1. Mais vous ne comprenez donc pas que c’est nous qui allons être les 1ères victimes !

      1) dans un 1er temps, avec les plans d’austérité qui vont transformer les médecins de Molière en amateurs.

      2) dans un 2nd temps, lors du retour de l’inflation probable, alors même qu’il n’y a plus d’indexation des salaires (sauf en Belgique et au Luxembourg): les petits épargnants verront fondre leurs économies, les débiteurs seront étranglés si leurs revenus ne suivent pas l’inflation.

      3) … sans exclure la possibilité d’un collaps du système bancaire et là je vous souhaite du plaisir quand tous les DAB auront cessé de fonctionner et quand les files s’allongeront devant les agences bancaires sans espoir de récupérer grand chose… Ce sera sanglant…

      Quand aux « gros », il y a bien longtemps qu’ils se seront mis à l’abri sous une forme ou une autre.

      1. 1) d’accord mais les gouvernants n’ont pas besoin que cela s’effondre pour imposer de plans de rigueur imbéciles.
        2) !?? Si l’inflation repart la valeur réelle des dettes diminuera d’autant. c’est plutôt une bouffée d’oxygène pour les débiteurs de toute sorte. Quant aux petits épargnants, ils sont souvent mis en avant pour défendre en fait l’intérêt des gros épargnants.
        3) Alors là par contre…Entièrement d’accord avec vous.Que les banques arrêtent de faire de juteux bénéfices, ok. Par contre, qu’elles fassent faillite,et ce serait certainement la cata.

      2. Mais ne faudrait-il pas qu’on en arrive bien bas si l’on veut enfin que de bonnes décisions soient prises, comme en Argentine?

      3. arrêtes tu vas me faire pleurer ! allez envoie un peu de pognon aux mères qui tiennent leurs enfants en train de crever de faim en Afrique, et cesse de penser à ton ventre !

      4. @ Jeanbaba qui écrit: « Si l’inflation repart la valeur réelle des dettes diminuera d’autant. c’est plutôt une bouffée d’oxygène pour les débiteurs »…

        Oui mais faut-il encore que les débiteurs voient leurs revenus suivre l’inflation ! Dans les années 1970, il y avait indexation des salaires sur les prix. Plus aujourd’hui… Evidemment, on peut imaginer que face à une forte inflation, le mécontentement serait tel que les employeurs et le gouvernement seraient obligés d’accorder des augmentations de salaires et d’allocations mais, vu la rigidité d’esprit actuelle, je n’en suis pas si sûr. Tout cela ne se ferait pas sans heurts et sans retards conséquents. Entretemps, les échances de votre emprunt continue d’arriver chaque mois… Les révolutions se sont produites dans le passé en période de forte inflation subie par les populations sans que leurs revenus ne suivent (ex: 1789).

    2. Perso je serais plutôt tendance Brel

      « Après mon dernier repas
      Je veux que l’on m’installe
      Assis seul comme un roi
      Accueillant ses vestales
      Dans ma pipe je brûlerai
      Mes souvenirs d’enfance
      Mes rêves inachevés
      Mes restes d’espérance »

  27. Concernant le CAC40, il faut lui reconnaître une constance dans le « – » :

    Date Variation
    À 5 jours -11,08%
    1er janvier -12,73%
    52 semaines -11,40%

    (source : bourse.investir.fr)

    Heureusement (voire), à long terme nous serons tous morts… ou presque…

  28. Anecdote hisorique.

    En 1792 un certain Marquis de Trichet voyageait sur ses terres en sa carrosse quand il fut interpellé par des brigands de haut chemin qui le sommaient de choisir entre perdre sa vie ou perdre sa bourse. Le Marquis est descendu de sa carosse en clamant qu’il ne risquait rien, tout en tendant vers le chef des brigands sa bourse et sa cassette privée.
    Une autre variante de cette histoire existe, qui raconte elle qu’un certain Sieur Trichet en la même année 1792 voyageait dans la diligence Lyons – Paris quand elle fut arrêtée par des brigands qui sommaient les voyageurs de livrer leur bourse ou d’y laisser leur vie. Se tournant vers les autres voyageurs le Sieur Trichet aurait proclamé qu’ils n’avaient surtout rien à craindre et qu’ils ne devaient en aucun cas obtempérer aux brigands. Ceci dit, il serait descendu de la diligence le premier et aurait offert sa bourse aux voleurs – les autres voyageurs sont restés dans la diligence croyant que le Sieur Trichet allait négocier pour obtenir leur libre passage. Voyant que les autres voyageurs ne voulaient pas livrer leur argent, les bandits les ont tous massacrés, laissant seul le Sieur Trichet avec la vie sauve.

  29. J’aimerais bien moi aussi apprendre à jouer de la lyre sur une ile déserte,

    La joie des tambourins a cessé, la gaîté bruyante a pris fin, La joie de la harpe a cessé.
    Ésaïe 24:8

    Où les deux battants de la porte se ferment sur la rue quand s’abaisse le bruit de la meule.
    Ecclésiaste 12:4

    J’éprouve alors de plus en plus de la pitié pour les plus grands pingres de ce monde.

    1. Accorde moi, fils de Latone, de jouir, avec la santé, des biens acquis, et, je t’en prie, que mon jugement soit entier; fais que ma vieillesse ne soit pas abjecte et puisse toucher la lyre.
      Horace

      C’est pour la lyre bien sûr.
      Et puis je l’aime bien.
      🙂

  30. tout va bien
    bientôt un rebond des bourses
    et toujours la planche à billets pour les banques
    max keiser nous à fait récemment une vidéo instructive

  31. En ce qui me concerne, je suis satisfait – enfin presque. Le château de cartes commence à s’écrouler.

  32. Les gens qui vivent en zone euro sont bcp moins en danger que les autres pour entre autre la raison que la masse de billets et pieces, l’argent, est enorme enorme. C’est le contraire par exemple aux US. Les americanophiles ont tjrs considere cette masse comme de la cavalerie. Meme avec une forte inflation la vie sera possible. C’est cette masse de billets et piece qui va fondre (retiree du circuit) petit a petit, la BCE pouvant greace a cela preter. La zone dollar ou ce sont les dettes qui sont gigantesque, gros danger. Les echanges inter-zones vont s’effondrer par contre, on risque de revenir au quasi-troc entre pays de zones differentes.

    1. Il y toujours l’or pour les échange entre pays. Comme en cas de guerre c’est une valeur tjs acceptée. Et l’europe est bien fournie de ce coté. Bon a condotuion que les US ne saisisent pas l’or européen stocker à Fort Knox.

      1. Tout en sachant que les USA ne rembourseront jamais leurs dettes, c’est ahurissant que des pays osent entreposer leur or chez eux à Fort Knox , autant leur en faire cadeau !

      2. Faut pas rêver!
        L’or européen planqué à Fort Knox, il faut faudra aller le chercher à la main pour le récupérer. Je ne verrais pas ça, mais c’est écrit. 🙂

      3. Surtout qu ils recupereront p-e, s ils recuperent, des kit kat enrobage dore, fourre au tungstene…

  33. Sur les marches CFD « temps reel » le plus bas CAC40 etait a 3290. Ce sera a peu pres le prix du CAC40 demain a l’ouverture, a moins d’un encore plus bas pendant la nuit. A bon entendeur ….

  34. On remarque aussi une baisse de l’or. On a vu cela en 2008 aussi. En toute logique l’or devrait monter lorsque les marchés s’affolent. Il semblerait que les investiseurs puisent dans leurs rèserves d’or pour couvrir leurs positions ce qui fait descendre le metal jaune.

    1. les banques centrales font ce qu’elles veulent avec l’or papier mais on à dit qu’on ne parlait plus d’or ici.
      le cac consolide aussi !

      1. C’ est amusant ce terme consolider pour un chateau de cartes. Heu je veux dire de papier valeur 🙂

    2. Pour l’or (en €):
      +0,46% depuis hier
      +13,18% depuis 1 mois
      + 29,42% depuis 1 an

      Certainement que les bourses aimeraient bien descendre comme le fait l’or en ce moment 😉

    3. 1178 euros ce matin crevindiou, une baisse qui depasse le point haut de la veille !

      Tiens a propos de l or… Tou(t)ati(x) a dit que les possesseurs d or avaient mis 25 ans pour recup leur mises lors du crash de la relique…

      Mais combien on recupere leur mise lors du crash des actions ? Combien ont eu des faillites ?

      Et pour tous ceux qui sont en fonds mensongers euros comme la plupart des assures vie, combien recupereront leur mise en cas de faillite ?

      Et ceux qui restent en devise fiat… En cas de devaluation de monnaie ou de cgt de monnaie, quand recupereront ils ?

      Au moins avec la relique, on a moyen de recuperer un jour, idem avec l’immobilier ( si c de qualite et bien place), idem avec des terres….

      Pour les autres, c’est une vie entiere d’economie et de privations, d’espoir et de prevision, d’aide pour les enfants et petits enfants qui sera balayé en une nuit ou deux.

      1. Touati c’est mon préféré . La pythie tenait des propos sybillins dans des vapeurs sulfureuses .
        Lui c’est tout le contraire , il y voit clair , il ne boit pas , c’est plein de bon sens ,c’est le Mr Jourdain de la Finance ,tellement sécurisant , c’est si clair qu’à chaque fois on sait qu’il faut prendre la direction opposée à ses pronostic .
        Je me régale à chaque fois qu’il annonce une baisse de l’or , ou au contraire quand c’est bas
        recommande de ne pas acheter .

  35. La suite c’est : une 1° banque européenne se déclare en cessation de paiement , une 2° le même jour , avant 8 jours 5 banques européenne sont en cessation de paiement , les chefs d’état sont réunis en permanence au téléphone , en 15 jours 10 banques ont fait faillite , dont 2 grosses françaises.
    Tous les avoirs européens sont bloqués dans les banques.
    Il est autorisé 200 € par personne et par semaine.
    Depuis 3 mois impossible de retirer plus de 200 €/semaine.
    La moitié des entreprises sont fermées.
    Nous sommes le 15 Novembre 2011 les états généraux réunis annoncent que la moitié des dettes sont rayées de la carte.
    Il est distribué des tickets alimentaires , mais il n’y à pas de stock aux restos du coeur.
    Pour circuler il faut voler l’essence qui vaut 10 € le litre.
    Noel 2011 , Sarkozy fait distribuer des pochettes surprises aux nécessiteux dont les 3/4 sont vides.
    Plus personne ne paie son loyer , la totalité des banques sont fermées.
    Les chinois affretent des bateaux de riz pour distribuer en europe.
    En contrepartie 2000 français sont embarqués pour travailler pour les chinois.
    Les gens mangent des racines……………
    Résultat des dettes , faillite et spéculation .

    1. aux nécessiteux dont les 3/4 sont vides

      .
      Ca veut dire qu’il y en a encore 1/4 à se plaindre pour rien comme d’hab ?

    2. En clair, si l’on considère aujourd’hui le nombre d’huissiers et de techniciens EDF par rapport à l’ensemble de la population endettée, personne ne risque grand chose à ne plus payer ses grosses factures , taxes ou impôts mensuels et annuels, surtout si tous les voisins sont solidaires . Quand les endettés étaient rares, c’était la saisie et l’expulsion automatiques .

      1. En Belgique ils n’ ont rien trouv’e de mieux que de donner le reglement du surendettement prive au tribunal du Travail, les Preud’hommr en France. Bien sur pas de moyens ni de magistrat en +.
        Resultat tant que pour un conflit du travail que pour un surendetement il faux deux ans d ‘ attente avant la premiere audience….Encore plus long que pour creer un gouvernement

    3. Eh oui, vous voyez maintenant les effets pervers de ne pas garantir a tous un lopin de terre pour sa survie.

      Vive les barres d immeubles et les apparts de 200 m2 avec vu sur la seine…

      Moi j prefere 40 m2 de maison et 160 de jardin…

      Au plessis y a des jardins familiaux historique, comment ca se fait que les villes n aient pas l obligation d avoir au moins 20% de leur territoire consacre a la fourniture alimentaire de leurs habitants ? Autonomisable evidemment….

  36. Mais que fait ce cher FMI, depuis qu’il a changé de directeur-général ? on ne l’entend plus à moins que certains au sein du FMI aient donné consigne à la nouvelle directrice-générale de faire profil bas.
    Je voudrais lire la prose de quelques eurolâtres bruxellois comme Quatremer – le brillant (sic) correspondant de Libération à Bruxelles- qui faisaient au soir du 21 juillet à la nique aux Cassandres.
    Et puis il y a notre cher petit Président qui est bien silencieux, ce qui n’est pas dans ses habitudes….
    Tout cela sent le roussi mais d’aucun – les Cassandres vilipendés par l’inénarrable Quatremer’ -n’avait-il pas annoncé que le deuxième semestre 2011 serait « sportif »?

    1. Dimitri Orlov : rien que du bon sens et un humour dévastateur, surtout le 6/6 où il nous donne des pistes pour survivre à l’effondrement . C’est très intéressant qu’il ait vécu dans les deux superpuissances pour pouvoir comparer leurs trajectoires et prédire , sans risque de se tromper, l’effondrement de la seconde après celui de la première, pour des raisons identiques . On y est .

  37. 2 eme impact des CFD a 3260 plus bas que le premier. Les fonds de pension US (entre autre) sortent leurs dollars. La guerre est a un point culminant.

  38. Enquête de la justice italienne sur les agences de notation Standard & Poors et Moody’s :

    La justice italienne a annoncé jeudi enquêter sur les agences de notation Standard & Poor’s et Moody’s, à la suite de plaintes d’organisations de consommateurs concernant d’importantes fluctuations sur les marchés financiers.

    Des perquisitions ont eu lieu dans des bureaux en Italie des deux agences. Certaines de leurs notes et commentaires équivalaient à mettre l’Italie en « faillite » avant même que le gouvernement puisse agir et « alors que les marchés étaient ouverts », a déclaré le procureur Carlo Maria Capristo.

    Les enquêtes ont débuté il y a plusieurs mois, à la suite de plaintes d’organisations de consommateurs, jugeant injustifié le pessimisme des agences en cause et inquiets de l’effet des notes sur les marchés italiens. Les agences de notation « ont perdu toute crédibilité », a souligné Elio Lannutti, directeur de l’association de consommateurs Adusbef.

    Standard & Poor’s a déclaré que les accusations étaient infondées. Moody’s a de son côté souligné « prendre très sérieusement ses responsabilités concernant la diffusion d’informations sensibles sur le marché ». AP

  39. Les agences de notation sont une des armes de l’arsenal. Vont elles etre detruites ?? Une des batailles dans la guerre. Les chinois ont la leur, lEU non …. L’agence chinoise est la reference du monde reel depuis qu’elle existe. Alliance chine EU ??

    1. @Cécile
      Merci du lien, j’avais lu son bouquin (un peu techno mais très intéressant), quand on le voit et qu’on l’entend, on sent bien mieux l’humanité du bonhomme (Philippe Bihouix)
      La vidéo de François Ruffin est super aussi.

  40. Tout-ça me rappelle un magazine de l’été de quand j’étais jeune, et qui parlait de comment emballer les gazelles sur les plages. Et il finissait par : « Pour emballer, surfez, et si vous ne savez pas surfer, ramez, comme tout le mode »

    Eh ben, demain je pars passer 2 semaines à surfer dans le Landes, alors pour les autres, « ramez » ! (moi, j’ai déjà retiré mes sous du système)

  41. C’est la Crise acte II financière (baisse des Bourses supérieure à 10%) et économique(croissance du Nord inférieure à 1% et montée du chômage).
    Le méga-complexe financier médiatique droitier qui a pris le pouvoir en 1980 est de moins en moins cru. Les media financiarisés font au moins autant de désinformation que d’information.

    Il va falloir choisir entre le méga complexe de l’oligarchie financière (remboursement des dettes à des taux de plus en plus proches de l’usure) et le peuple des citoyens travailleurs qui veut le maintien du pouvoir d’achat et du salaire indirect. La question qui va payer des deux est politique et centrale.

  42. quand on n’arrive pas à assurer un train de vie équitable pour tout le monde, que le monde est basé sur des privilèges « obscures », cela serait une bonne chance que les marchés s’effondrent….
    que les gens doivent se concurrencer pour chercher de nouveaux clients ou simplement trouver un boulot, moi, je dis stop…

    je ‘ai jamais compris le principe macroéconomique de prendre le facteur travail comme une variable endogène

Les commentaires sont fermés.