L'actualité de la crise : UN FILM DÉJÀ VU ET REVU, par François Leclerc

Billet invité.

Les alertes se succèdent, sans aucun répit. A peine une crise dénouée, elle rebondit. L’Europe vient de prendre le relais des Etats-Unis, où la tension n’est qu’en partie retombée et se prépare à rebondir, quand il va falloir à nouveau entrer dans le vif du sujet et rendre crédible le retour dans une spirale ascendante de l’économie américaine.

En Europe, on croyait depuis deux jours revoir un film déjà vu : les taux obligataires se tendaient brutalement et atteignaient des niveaux historiques, les spreads qui mesurent le différentiel de prime de risque avec l’Allemagne grimpaient, ainsi que le coût des credit defaut swaps (CDS), ceux de la France suivant la tendance.

Sauf que, cette fois-ci, il s’agit de l’Italie et de l’Espagne, respectivement troisième et quatrième puissance économique de la zone euro. Les digues mises en place ne contiendront pas ce qui se présente. Dans l’immédiat, les marchés tremblent et Moody’s vient d’abaisser à « négative » la perspective de sa note Aaa qu’elle maintient pour les Etats-Unis.

Le film se poursuivait ensuite à l’identique : Giulio Tremonti, ministre des finances italien, convoquait dans l’urgence une réunion du comité pour la sauvegarde de la stabilité financière, réunissant la Banque d’Italie, l’autorité boursière et le régulateur des assurances. Il s’entretenait avec le commissaire Oli Rehn avant de rencontrer demain mercredi le chef de file de l’Eurogroupe, Jean-Claude Juncker. José Luis Rodriguez Zapatero retardait de son côté ses vacances.

Une rumeur insistante du marché faisait état d’une décision imminente de dispenser l’Espagne et l’Italie de leur participation financière au sauvetage de la Grèce, amenant la commission à démentir, en précisant qu’il y avait un « mécanisme spécial » pour contrebalancer le surenchérissement du crédit que ces pays subissaient sur le marché. Ce qui n’était pas pour rassurer.

De Bruxelles, la commission affirmait qu’« aucun plan de sauvetage » n’était sur la table pour l’Espagne et l’Italie (ni pour Chypre non plus). Jugeant « risible » le coût des CDS sur la dette italienne et espagnole, Herman Van Rompuy, président de l’Union européenne, déclarait enfin dans une tribune publiée par Le Monde que « On ne soulignera jamais assez que la situation de la Grèce est unique, et qu’elle n’est pas comparable à celles d’autres pays de la zone euro ».

Oubliées dans la bataille, les bourses européennes chutaient, les analystes ne sachant pas à quoi l’attribuer : le scepticisme croissant sur la portée de l’accord voté au Congrès, les dernières données corrigées sur une croissance américaine plus qu’anémique, ou les chiffres toujours en baisse de la consommation intérieure. Ou bien encore le nouvel épisode de la crise européenne, qui s’enclenche le précédent même pas terminé.

Alors que tous les commentaires, après n’avoir cessé de se focaliser sur la dette publique , découvraient que celle-ci serait très difficilement résorbée des deux côtés de l’Atlantique sans croissance économique, l’OCDE publiait l’un de ses inimitables rapports ne pouvant que mettre de l’huile sur le feu.

Constatant que la récession grecque s’accentue par rapport à ses propres prévisions, et que le chômage continue d’exploser, elle recommande sans faillir l’application « irréprochable » des réformes engagées, en expliquant que « l’austérité va avoir des résultats à long terme », puisqu’elles visent à remédier « aux causes profondes de la crise, et non à ses symptômes ». Sur la base de ses hypothèses, enfin, l’OCDE estime que « le ratio dette/produit intérieur pourrait atteindre un sommet en 2013, avant de retomber en-dessous de 60% au cours des deux prochaines décennies ». Elle dévoile ainsi la durée de la peine à laquelle sont condamnés les Grecs : vingt ans de pénitencier. Sera-t-elle moins lourde pour les autres ?

Cerise sur le gâteau, l’organisation précise que la bonne volonté du gouvernement grec sera notamment mesurée à l’absence de « mesures protectionnistes » envers des partenariats ou regroupement des banques grecques avec des banques européennes. Il ne s’agit donc pas seulement d’un programme de privatisations de 50 milliards d’euros à réaliser dans les cinq ans à venir.

Du côté des banques, Baudoin Prot, administrateur général de BNP Paribas, a également exposé sa vision de l’avenir, qui a en commun avec la précédente d’être totalement irréaliste. Relevant que la participation de sa banque au plan de sauvetage de la Grèce allait coûter un demi-milliard d’euros à sa banque, il insiste sur le fait que cette charge exceptionnelle vaudra « solde de tout compte en ce qui concerne les investisseurs privés », rappelant combien les chefs d’Etat et de gouvernement avaient été lors de leur sommet « extrêmement clairs » à ce sujet. Pendant ce temps-là, ses plus proches collaborateurs doivent être en train de vérifier l’exposition de BNP Paribas à l’Espagne et l’Italie…

La simultanéité des crises américaine ou européenne crée une nouvelle spirale descendante. Aux inquiétudes à propos du niveau de la dette publique se superposent désormais celles sur le danger d’une récession atteignant toute l’économie occidentale. Le FMI vient d’y contribuer en écrivant dans son rapport annuel sur le Royaume-Uni que « les perspectives de croissance sont sujettes à des incertitudes considérables ».

« L’économie avance nettement moins vite que nous ne pensions » vient de reconnaître Timothy Geithner, secrétaire d’Etat américain au Trésor. Pour vite ajouter que « cela se produit dans le monde entier » dans l’intention de le minimiser, tout en estimant que le risque d’une nouvelle récession n’était pas « très important ». Pour admettre, enfin, que l’emploi ne s’améliorait pas, signe selon lui que « les entreprises ont énormément mis l’accent sur l’amélioration de la productivité ».

Sont-ils tous à ce point inconscients ou simplement des affabulateurs ? L’un n’empêche pas l’autre.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

157 réflexions au sujet de « L'actualité de la crise : UN FILM DÉJÀ VU ET REVU, par François Leclerc »

  1. 01001100 01001111 01001100 01001100 01001111 01001100 01001100 01001111 01001100

    oops ! désolé pour le spam, mes robots se sont trompés d’endroit pour parier sur la chute de l’Italie 🙂

  2. Ce n’est peut être pas la fin du monde, mais certainement celle d’un monde.

    Comme disait l’autre, « Ce n’est pas la fin. Ce n’est même pas le commencement de la fin. Mais, c’est peut-être la fin du commencement ».

    Les politiques sont discrédités, les allemands ont fait preuve de bonne volonté lors du dernier sommet de Bruxelles, l’attention des citoyens européens a été attiré malgré les diversions sur la pluie en juillet, les merveileux nageurs, les faits divers d’argentine, la réfection de l’Elysée…

    Pendant ce temps, sur les marchés…

    Comme prpévu suite à l’accord creux de Bruxelles, les émissions des trésors du royaume d’espagne et de la république italienne ne font pas recettes. Le montant des souscriptions est faible et les taux demandé quasi 200 points de base (2%) supérieurs à ceux de l’Allemagne.

    Ces deux pays ayant encore près de la moitié de leur programme d’émission annuel à satisfaire sur les quatre prochains mois, la réalisation de ceux-ci en totalité commence à apparaître comme une gageure.

    La dernière cartouche qui me semble rester, la monétisation, quoique l’on en dise, restant exclue, est donc l’incitation par les divers gouvernements à faire souscrire ces titres par les banques et compagnies d’asurances européenne, au prétexte que s’ils ne le font pas, la faillitte les guette. Le noeud coulant se resserre.

    Comme dans le même temps, du fait de Bâle III, les banques sont tentées de privilégier l’épargne de bilan (emprunts des banques et émissions d’actions/parts sociales) au détriment des OPCVM et Assurances-Vie (dont une bonne part du cash flow part directement en titres du Trésor), c’est pas gagné.

    Les banques entrent dans la lessiveuse. Soit elles stoppent leurs achats de titres des états européens fragiles, soit elles en prennent et alourdissent leur barque déjà bien chargée. La evnue d’un chevalier blanc semblant hypothétique à ce stade. Le prix de la dette italienne et espagnole n’est pas le seul indicateur à suivre, le plus important est la demande lors des émissions. D’autant qu’au rythme ou les CDS sont souscrits, certains vont commencer à s’interroger sur la solvabilité de ceux qui les émettent, sans compter les directions des risques qui devrait rapidement stopper ces montagne d’engagement hors bilan ainsi stockés.

    On peut comprendre que beaucoup ne souhaitent pas partir en vacances.

  3. « Jugeant « risible » le coût des CDS sur la dette italienne et espagnole (…) »
    J’avais déjà posé la question : mais qui donc émet des CDS sur les dettes souveraines? Comment l’acheteur peut-il s’assurer de la solvabilité de l’émetteur en cas de réalisation du risque couvert?

    1. @ Bernard Samson

      Qui ? Les établissements financiers
      Comment l’acheteur du CDS peut-il s’assurer de la solvabilité du vendeur ? Il ne peut pas. Il se contente de payer sa prime, sachant que le vendeur n’a aucune obligation de constituer des réserves dans le cas de la survenue de l’événement de crédit qui déclencherait le règlement du CDS, à l’exception pour les banques bien sûr des habituels exigences de ratios financiers type Bâle. La seule indicationpour l’acheteur du CDS est donc la notation de l’établissement financier établie par les agences de notation…

      1. Vous voulez vous assurer du risque sur les assureurs ?
        Certes non! Mais je me souviens d’AIG, incapable d’honorer ses engagements. Sauf erreur, c’est l’état US qui en avait hérité. Mais dans le cas d’une dette souveraine, qui pourrait prendre le relais?
        Je m’interroge donc sur l’économie de ces CDS dans le contexte d’aujourd’hui : qui peut être assez fou pour en acheter à leurs prix actuels, avec un tel risque d’insolvabilité de l’émetteur?
        La « finance créative » moderne est pour moi bien mystérieuse …

      2. Monsieur Sanson,

        Excellente question.

        La réponse serait de mon point de vue (non financier) :

        Nemo auditur propriam turpitudinem allegans

      3. @BS

        Un système matheux/bancaire de pari sur les assurances, avec fort effet de levier, simplement légal, coopté par les banques et autres assureurs des banques, qui permet de se faire un tas de pognon si on sait s’y prendre. Et comme en 2007 (ou 2008, me rappelle plus) il a montré son impéritie en étant à la base du clash – ce qui aurait du faire réagir politiques et législateurs afin de le faire cesser – et ben non, personne n’a rien dit, mieux, on a renfloué les fautifs faussaires pour repartir comme si de rien était. Mettez-vous à la place des gens vénaux qui en croquent, vont-y arrêter, pilotés par leur conscience ?

        On a des gens vraiment sensés aux commandes, non ?

      4. En profane, si j’ai bien compris, ces CDS assurent les riques de défaut de payement des dettes des Etats. Plus le risque augmente, plus les Etats s’endettent, plus les Etats s’endettent, plus les risques augmentent et plus… à la fin il ne reste plus que de la monnaie – pixel ?

    2. @ Bernard Samson

      vous avez là une parfaite illustration de fonctionnement du Capitalisme Financier qu’il aurait fallu dénoncer il y a maintenant quelques dizaines d’années pour qu’il ne produise pas les dégats actuels….
      Il n’ y a pas de possibilité de s’assurer de la confiance que l’on peut faire à l’autre , donc les CDS sont à priori une aberration à éliminer .
      maintenant que les( ré-)assureurs sont démasqués ( notamment de par le fait qu’ils financent les agences de notations) , la confiance va dégringoler (cf : les bourses depuis Lundi) …
      le commun des mortels comme vous et moi n’ayant aucun accès (complet) aux infos concernant la véritable « valeur » des choses misent en vente sur les marchés (au sens large du terme : financier ,immobilier,objets de consommation….) à moins de faire parti du cénacle des « initiés » , il est facile de nous berner , comme nous devons le constater.
      Trop-peu-nombreux , hélas , se sont fait traiter de « fou » de dénoncer l’hérésie de ce système dès sa création..(1994 pour les CDS , mais avnt pour l’endettement facile , 1971 ?)…..c’est si tentant de croire à la facilité de s’endetter….pour ma part , je me reproche de n’avoir pu être plus persuasif…
      L’histoire récente est pourtant riche en exemple évoquant ces inepties (défaut de la Russie en 1998,de l’Argentine 2002)…
      bon ,je sais , je suis facilement « Complotiste ».
      c’est la philosophie du système qui est à reprendre de A à Z ,nous étant embourbés au lendemain de la période 38-44 dans des solutions uniquement issues de rapports de force violents (militaires).

      il faut espérer pour tous que l’histoire ne va pas se répéter.

      mais , pour ma part je ne sens pas l’imagination au pouvoir chez nos nombreux penseurs pour produire des solutions différentes ….
      espérons que les pays émergents pourront faire entendre leur voix avant que l’armada occidentale essaye d’imposer la sienne comme en 14 , non en 44 , désolé….

    3. Je ne pense pas que ce soit pour s’assurer contre un défaut, c’est pour parier sur une augmentation de la probabilité du défaut.
      C’est un peut comme acheter des turbo long sur l’or, on profite de la montée avec un effet de levier mais en cas de défault de la banque qui émet le turbo ne vaut que le papier sur lequel il n’est pas imprimé.
      L’acheteur du CDS va proffiter de la hausse en revendant son CDS à un autre spéculateur, il surfe sur la bulle.
      De toute facon en cas de faillites d’états et de banques en série, on aura d’autres soucis que de savoir qui va payer les CDS.
      Alors tant que la musique joue les joueurs font tourner leurs CDS et autres « véhicules d’investissent » , ils augmente leur score (et recoivent des primes en fonctions).

    4. c’est un instrument à fort pouvoir spéculatif, un peu comme le casino mais avec beaucoup plus de chance de gagner, donc se faire du blé sans soleil, ni sueur, grâce aux misères d’autrui et même en les accentuant. Question éthique et morale, ben…

      1. Ha ben vi , on avait bien vu que certains s’efforçaient de faire leur taf du mieux qu’ils pouvaient pendant que d’autres nous envoyaient dans le décor sans nous avoir demandé si on était d’accord .

        Avez vous vu l’interwiew de ce trader allemand, il y a deux ans et 1/2 qui lors de la présentaton de son livre semblait totalement insensible à ce qu’il s’était passé soit la presque faillite du système bancaire à l’époque.
        En toute sérénité il disait que m^me voyant ce qu’il se passait, il rejetait la faute sur les états car ils laissaient faire disait il ; donc aucune barrière ni pare feu , je continue, c’est ça ,
        gaming !!!

        Vous êtes un individu un tant soit peu conscient, vous avez les manettes et vous voyiez et entendez cela et vous laissez faire………….sachant ce qui en découle , hummmmmmm…….inquietant

        Chez vous les portes et les fenêtres sont toujours ouvertes à tous les vents ???????

        Pourquoi ont ils laissé faire ???
        Déjà à cette époque, des individus ont souligné le danger de cette économie casino (non pas que M Doom Roubini……..lol)
        L’autisme de certains soit disants responsables est devenue pitoyable et surtout franchement insupportable.

        et quand il n’y aura plus de joujoux pour faire mumuse ……….ils vont grandir après la poussée
        acneïque ????????

        Pour info : cac en dessous des 3500 et Dow sous les 12000, après les 40ème rugissants c’est quoi……..
        Haaaaaaa oui les 50ème hurlants , bon,ben des oreilles vont se débouché………on peut rêver sans limite mais dénier, ça devient sportif…………….

  4. On dirait que les marchés commencent à apostasier le déni de réalité : Tokyo et Shanghai annoncent la couleur ce matin, et le future CAC40 perd en ce moment près de 3%. Apparemment, la crédibilité des « plans » et « accords » européens ou américains a déjà fait long feu…

  5. Les difficultés pour l’Espagne et l’Italie à placer leurs emprunts est la suite prévisible au dernier accord de Bruxelles qui ne règlait, par la temporisation pour l’essentiel, que le cas grec, et ne disait rien de l’Espagne, de l’Italie et de Chypre dont l’économie est sinistrée depuis que l’île vit avec 40% de son électrcité seulement.

    Les spéculateurs, être rationnels qui ne font que jouer sur des failles déjà existantes, ont naturellement testé les défenses sur les taux espagnols et italiens (ont peut facilement et discrétement gagner beaucoup d’argent lorsque les taux montent et que la valeur des obligations baisse). Ce faisant, ils ont dissuadé les investisseurs, ceux qui prennet de véritables positions longues en portefeuille, comme des lignes d’emprunts d’état, de revenir sur ces marchés. Ces derniers sachant que la planche est vermoulue et peut céder à tout instant.

    L’apsect amusant, parceque tout le monde a accepté ce fait, et cependnat excessif des marchés est le suivant.

    Des spéculateurs aggressifs, que l’on peut définir comme des vendeurs à découvert ou des personnes utilisant les produits à fort effet de levier, sont en situation de bloquer un ou des marchés car chacun les sait en embuscade et que tous savent qu’ils ont raison et qu’aller contr leur position risque d’exposer aux pires déconvenues.

    Comme aux échecs, lorsque le plateau présente certaines dispositions, la fin commence à appraître inéluctable. Nous y sommes. Seules des décisions politiques pourraient modifier le jeu et faire réaliser de pertes par les spéculateurs aggressifs.

    Cela n’arrivera pas. La BCE a déjà trop de risques en portefeuille, les états sont décrédibilisés, les allemands doivent commencer à réfléchir au périmètre revue de l’union monétaire du futur.

    1. Me demande si c pas pire que ca, a savoir que les hft, complètement « saoul » aux algo, mènent tout ceci.

  6. Seule solution à la dynamique obligée : déspéculation , retour sur le passé , dévaluation orchestrée contre les émergents et provisoire.
    ETAT DE GUERRE ECONOMIQUE.

    1. Si plans de sauvetage pour le trio Italie/Espagne/Chypre il y a, qui va payer?Si ensuite France et Belgique y passent, même question.Les pays du Nord encore solvables ne vont plus pouvoir payer
      car soit leur caisse sera vide ou sous la pression des peuples.
      Médias menteurs, politiciens menteurs et dans le déni de réalité(sarko »j’ai sauvé l’euro »), van Rompuy en plein délire hier dans le Monde….OCDE/FMI/UE etc ou incompétents ou …
      Les politiciens sont vendus directement ou indirectement aux banques qui financent leurs campagnes directement (usa) ou par des caisses noires et ‘petits services’ en Europe.
      Il est plus que temps de renverser tous ces traitres et de leurs faire payer leurs actes ou ‘non actes’.
      Nous sommes dans les années 30 et une guerre n’est plus possible(en europe).C’est la première fois que le capitalisme ne peut plus se ‘sauver’ de cette façon…l’histoire en direct même si tout est assez lent, la chute se poursuit comme un train sans conducteur ou un avion en plein vol(…)sans pilote.

      1. @Dissy

        « …une guerre n’est plus possible (en europe)… » Je serais vous, je ne me montrerais pas aussi affirmatif…

  7. Belote, rebelote, et dix de der !
    Du moins pour la Finance, tant que le système n’est pas radicalement transformé.

    C’est maintenant, comme le disent fort bien vos différentes plumes blogueuses, qu’il faut s’indigner, manifester, pousser les politiques à entamer le chantier de refonte du système.

    Il faut le faire avec une force et une mobilisation bien plus grande que celle de ces derniers temps car le système, même s’il s’écroule, a vacillé. Puis est retombé sur ses assises. Celles-ci, sous leur propre poids, ploient de nouveau et finiront tôt ou tard par céder. Mais pour l’instant, le système vient à nouveau de se doter d’une belle rustine dont seuls les banksters ont le secret.

    Question à MM PSDJ, FL et PJ : y a-t-il quelque chose, techniquement, que vous attendriez de nous pour relayer vos propos et faire en sorte que nous politiques s’attèlent au chantier ?

    1. unité de tous les politiques sur le plan national / europeen face à la crise + nouveau Bretton Woods = 1

    2. Question à MM PSDJ, FL et PJ : y a-t-il quelque chose, techniquement, que vous attendriez de nous pour relayer vos propos et faire en sorte que nous politiques s’attèlent au chantier ?

      Ben…
      Manifs de rues? Pas très envisageable de mobiliser en masse sur le thème de la finance…(déjà que le discours dominant c’est que « la crise-est-jugulée-ou-en-voie-de-l’être »)…
      Voyez la Grèce.

      Prochaines élections? Hum…Avec nos classes politiques (de tous bords !), on commence à se méfier…
      Là aussi, voyez la Grèce.

      Et puis, il n’est pire sourd que celui (décideur tout autant que citoyen lambda) qui ne veut pas entendre…

      Et pour bien mettre les points sur les i…: Le « Chantier », comme vous dites, c’est à terme le démantèlement de toute protection sociale…Alors, nos politiques, je puis vous assurer qu’il s’y attèlent, à ce chantier, depuis des années, maintenant…

      1. Le « Chantier », comme vous dites, c’est à terme le démantèlement de toute protection sociale…

        C’est déjà en cours en France depuis trois ans : par exemple l’Allocation d’Aide au Logement, versée par la CAF à un locataire retraité percevant le minimum vieillesse, pour le même logement et le même revenu, est passée successivement de 220 à 190 euros en janvier 2010, puis de 190 à 130 euros au premier janvier 2011 .
        Autre exemple : Les remboursements de médicaments et des actes médicaux ont diminué et certains examens médicaux à titre préventif ( ostéodensitométrie par exemple) , 70 euros, ne sont plus remboursés que si le résultat est mauvais ou si la personne suit un traitement particulier ( cortisone), ce qui explique que les dames âgées attendent que les dégâts soient déjà là pour le faire faire .

        Et tout cela se passe déjà depuis trois ans, avant que les mesures d’austérité n’entrent en vigueur officiellement . Jusqu’où cela ira-t-il ensuite ?

      2. @ Mianne

        L’ostéodensitométrie ne coûte pas 70 € elle coûte 39,96 € (par un radiologue en secteur 1) et effectivement elle est remboursée sous conditions (présence d’importants facteurs de risque d’ostéoporose).

    3. Ecrivons en masse à nos députés respectifs pour qu’ils transmettent l’info au plus vite..
      Le citoyen lambda n’a que cette solution ..

  8. Hier, sur ma plage bretonne à moi, j’ai construit pour mon renardeau un château de sable. C’est à dire un gros tas, plus haut que lui de plusieurs centimètres, scientifiquement tassé et renforcé par des armatures d’algues. La technique s’en transmet familialement de père en fils et n’a connu au fil du temps qu’une modification : le remplacement du goémon disparu par ces machins verts et filandreux qui font par ailleurs la une des journaux.
    La mer était basse et, inexorablement, elle est montée. Les marées sont fortes ces temps-ci. La façon dont les vagues progressaient a attiré toute mon attention. Celle grosse et puissante, dont on croit qu’elle va dépasser de loin la limite entre sable blond et sable humide, est souvent prise dans un ressac qui annihile sa puissance ; tandis que la modeste vaguelette dont on n’attend rien étend de quelques pouces le domaine de l’océan. Parfois les deux s’allient pour faire basculer dans leur camp plus d’un mètre de plage sèche. Cris des estivants surpris et désolation devant leur drap de bain trempé.
    Le rythme de l’avancée des eaux est donc régulier dans sa tendance et imprévisible dans ses détails.
    Finalement, l’écume est venue blanchir le pied du château après avoir recouvert sans trop de difficulté les défenses, rigoles et murettes, que nous lui avions opposées. Et le même jeu a repris mais cette fois ci verticalement. Impossible de prévoir si ce sera un coup de boutoir ou une simple caresse qui fera se désolidariser de l’édifice un pan entier, qui en élargira la lézarde et le fera s’écrouler. Les vagues font ce qu’elles peuvent ou ce qu’elles veulent, allez savoir. Toujours est-il que moins d’une heure après le premier assaut, nous étions mon fils et moi avec de l’eau jusqu’aux genoux avec au dessous un sable plat comme avec la main. Sans doute notre technique familiale pourrait être améliorée.
    Hier, c’était un jour en « ette », c’est-à-dire que chaque vague vague portait un nom se terminant par « ette » : Sylvette, Bicyclette, Toujourprette, …
    J’ai l’impression que sur ce blog, les vagues portent des noms de pays : Grèce, U.S.A., Italie, … Mais qu’il est aussi difficile pour vous que pour moi de deviner laquelle emportera le morceau, ou quel morceau elle emportera.

    1. ils ont fait la même expérience au japon , la bas leur château avait le joli nom de « centrale nucléaire de Fukushima « , ils n’ont pas d’algues vertes , mais je crois que les sangliers y meurent aussi

  9. Les révolutions : d’abord elles n’arrivent pas , elles sont refusées , on fait des petites modifications , puis on transige , transige encore , rien ne change vraiment , le temps s’écoule , les colères montent , les colères deviennent globales , puis un fait anodin déclenche une réaction disproportionnée , et tout s’enflamme , le monde est renversé , d’un coup tout est refusé , ceux qui détenaient un pouvoir sont bannis.
    Les changements véritables ne peuvent se faire que dans la douleur.
    Oubliez vos conseils et sortez vos armes qu’elles qu’elles soient.

  10. Si l’on veut ( c’est qui, on?, ben c’est nous! ) s’attaquer réellement au problème, il faut affronter la finance mondiale, les paradis fiscaux et le déséquilibre croissant entre la captation (profitation?) des plus gros patrimoines et les revenus du travail….autant dire faire la révolution, et ce n’est pas avec ceux qui nous gouvernent que cela se produira, ils se contentent de rafistoler le système à la marge pour tenter de le maintenir…..
    conclusion: la radicalité s’impose! un programme fédérateur européen ad minima au niveau géopolitique, avec comme objectif premier de remettre les peuples au centre gravitaire du pouvoir; vaste programme, mais incontournable;
    reste à écrire le nouveau manifeste; à vos plumes!

      1. Créer, à partir des citoyens des Etats membres de l’U.E, un gouvernement de lU.E.citoyen alternatif. Avec élections informelles rigoureusement contrôlées etc…
        Pour rester dans la légalité il faudra lui donner un nom acceptable juridiquement. Il faut pour cela mobiliser et sensibiliser la société civile, syndicats, associations citoyennes etc…
        Cela doit être soigneusement organise, il faudra prendre du temps.
        La préparation, seule donnera lieu à un grand débat que les média ne pourront occulter et il faut éviter les violences, prétextes à répressions. Une force tranquille alternative.Quel chantier, quel défi !

  11. « l’organisation précise que la bonne volonté du gouvernement grec sera notamment mesurée à l’absence de « mesures protectionnistes » envers des partenariats ou regroupement des banques grecques avec des banques européennes. Il ne s’agit donc pas seulement d’un programme de privatisations de 50 milliards d’euros à réaliser dans les cinq ans à venir. »

    no comment …

  12. Au-dessus des traders, au-dessus des banquiers,
    Des medias, des dettes, des états, des monnaies,
    Par delà les politiques, par delà les marchés,
    Par delà les confins des sphères argentées,

    mon esprit, tu te meus avec agilité,
    Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l’onde,
    tu sillonnes gaiement l’immensité profonde
    Avec une indicible et mâle volupté.

    Envole-vous bien loin de ces miasmes morbides;
    Va te purifier dans l’air supérieur,
    Et bois, comme une pure et divine liqueur,
    Le feu clair qui remplit les espaces limpides.

    Derrière les ennuis et les vastes chagrins
    Qui chargent de leur poids l’existence brumeuse,
    Heureux celui qui peut d’une aile vigoureuse
    S’élancer vers les champs lumineux et sereins;

    Celui dont les pensers, comme des hirondelles,
    Vers les cieux le matin prennent un libre essor,
    – Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
    Le langage économique et des choses réelles!

  13. Ce que nous vivons n’est pas la fin du capitalisme mais du capitalisme financier déréglementé, de l’anarchie néolibérale. Les oligarchies de tous les pays sont aveugles et autistes et vont nous entrainer vers l’abîme plutôt que de faire le nécessaire : réglementer la finance!

  14. Ca sent vraiment la fin. Comme le dit Bilabong, qu’attendriez-vous de nous pour relayer vos propos et faire en sorte que nos politiques s’attèlent au chantier.
    Sans réaction urgentissime, il sera trop tard. Il est même sans doute déjà trop tard !!! Aléa jacta est.

  15. @ Thom Bilabong :

    A s’en tenir au « but du blog » (voir accueil), je ne pense pas qu’il vous sera donné ni suggéré des consignes de nature à influer sur la finance… :
    But du blog :
    « Je précise à leur intention que le blog de Paul Jorion est consacré à une réflexion générale sur les questions du monde contemporain et n’aborde les questions financières – parmi une multitude d’autres – que sous ce seul angle. Quiconque prend dès lors une décision d’ordre financier en fonction de ce qu’il a pu lire ici sous la plume du blogueur ou de ses lecteurs, le fait sous sa seule responsabilité. »

    1. C’est vrai que, le blog ne s’affiche pas dans un rôle « conseiller financier », achetez de ci, vendez de là, placez ici, déplacez là-bas, vous allez gagner des millions, lequel n’est pas son objet.

      N’empêche que moi, qui n’y connait rien, j’ai bien du mal à imaginer un quiconque quidam prendre une décision financière de sa seule et propre responsabilité tant mon sentiment est qu’elle n’est plus abordable que confisquée par un intermédiaire, lequel intermédiaire paraît lui-même s’avérer de décider sous une responsablité qui semble n’être fondée que de formules mathématiques, ou calculs d’algorythme, eux-même entièrement dédiés à la valeur froide, plate, abstraite, irresponsable, insensible, et parfaitement indifférente des chiffres

      Dans mon image à moi, lorsqu’on nous dit les marchés, les marchés, j’ai beau essayé de comprendre,
      je ne vois rien qu’une sorte d’usine à gaz de chiffres, une machinerie inconséquente, décohérente, parfaitement absurde, dépourvue de tout état d’äme et qui visiblement ne pense même pas,
      soit, rien à voir, et pas du tout celle de l’image qui nous est véhiculé des marchés par les médias, avec des marchés qui penseraient, qui réfléchiraient, qui raisonneraient en temps réel et d’auxquels il faudrait que la politique-même en soit vouée

      Pourtant, cette idée d’un marché, dont pour moi nous sommes bernés, comprises comme une association de quidams qui réfléchissent avant d’investir, qui prendraient des décisions financières dont ils savent de quoi, pourquoi, pourqui, ils s’engagent, en leur propre responsabilité, elle a quelque chose qui réfère en nous d’un possible, sans quoi il me semble à voir de l’irresponsabilité entretenue de la finance actuelle, qu’elle ne tiendrait pas.

    2. @ Sud
      Détrompez-vous, il serait illusoire de croire qu’ici la politique n’a pas cours.

      En réalité, les visions qui sont ici défendues (et je m’y inclus) sont parfaitement politiques dans la mesure où elles servent une certaine vision de l’humanité et du comment vivre ensemble. L’économie n’est pas une chose irréelle et déconnectée, ça c’est la vision des politiciens qui n’y ont rien compris et qui ont un logiciel qui tourne à vide. L’économie est AUSSI politique car elle ne peut s’en passer… on vient de le voir aux US.

  16. Sauve qui peut… et dans quelques jours (mois ?) ils restreindront les retraits sur les comptes en banque ?

    Une députée veut encadrer la vente d’or
    Le Figaro Publié le 03/08/2011 à 09:31

    Une proposition de loi visant à réglementer de façon très stricte le commerce de l’or et des métaux précieux, ainsi que sa publicité, a été déposée par la députée UMP des Bouches-du-Rhône Valérie Boyer, a-t-on appris mercredi auprès de l’élue, confirmant une information du quotidien « La Provence ».

    Confrontée au nombre élevé d’agressions physiques qui ont lieu à Marseille, soit en moyenne 26 par jour, dont une large partie sont des arrachages de colliers sur la voie publique, la parlementaire veut encadrer très précisément ce commerce, trop souvent occulte selon elle, qui donne une place accrue aux voleurs et receleurs et encourage la délinquance. « Les publicités pour l’achat ou la vente d’or font aujourd’hui clairement la promotion du recel », assure-t-elle.

    Parmi les mesures qu’envisage de mettre en oeuvre la députée Valérie Boyer, destinées à permettre une meilleure traçabilité des transactions, on trouve l’obligation pour les commerçants se livrant au commerce de l’or d’obtenir un agrément préfectoral. La cession ou l’achat de métaux précieux seront subordonnés à la signature d’un contrat entre acheteur et vendeur. Une attestation sur l’honneur sur l’origine des biens sera exigée. Un justificatif de domicile, ainsi qu’un certificat de propriété et d’authenticité, seront requis. En outre, la députée entend créer un « registre national des transactions », afin de faire la guerre aux ventes douteuses.

    De même, tous les achats au-delà de 100 euros ne pourront plus être réglés en liquide. Un paiement sécurisé sera mis en place. S’agissant de la publicité faite sur l’or, qui vante souvent des achats « à prix cassés », Valérie Boyer souhaite qu’elle soit plus précise, plus détaillée et plus référencée. Les fraudeurs s’exposeront enfin à des peines accrues, qui pourraient aller jusqu’à 45.000 euros d’amende. « J’espère que cette proposition de loi sera débattue à la rentrée, car il y a urgence », insiste la députée UMP des Bouches-du-Rhône.

    1. Une mesure de bon sens vous voulez dire, qui va mettre le holà sur le grand n’importe quoi de la fièvre de l’or qui sévit un peu partout.
      Le parallèle entre la restriction des retraits sur les comptes bancaires et une proposition de loi pour limiter le trafic illégal d’or et la délinquance liée, c’est très fin 😉

      1. Une mesure de bon sens vous voulez dire, qui va mettre le holà sur le grand n’importe quoi de la fièvre de l’or qui sévit un peu partout.
        Pourquoi « grand n’importe quoi » ? vous préférez sans doute laisser l’or entre les « grosses mains ».
        Le parallèle entre la restriction des retraits sur les comptes bancaires et une proposition de loi pour limiter le trafic illégal d’or et la délinquance liée, c’est très fin
        Ah! s’ils mettaient la même dexterité contre la délinquance financière, les tafics illégaux des cols blancs, les paradis fiscaux!! qu’est- ce que ces « petites gens », qui viennet nous emmerder avec leur or ? ne pourraient-ils pas nous laisser faire nos trafics entre nous, les riches ?
        c’est vrai quoi!!! ils devraient acheter des dollars et des euros pour assurer leur avenir.

        1. Gilles, tout en finesse, pas du tout binaire. Oui, empêcher le trafic illégal d’or revient à le laisser entre les « grosses mains » et à favoriser les paradis fiscaux et la délinquance en col blanc. Cela fait mourir également les animaux domestiques et provoque de l’exéma aux enfants.

    2. Je propose un amendement « Les fraudeurs s’exposeront enfin à des peines accrues, qui pourraient aller jusqu’à 1 kg d’or » 🙂

    3. Une attestation sur l’honneur sur l’origine des biens sera exigée.

      C’est une excellente initiative d’exercer un contrôle sur l’or pour faire cesser les cambriolages, aggressions, arrachages de colliers etc …, mais je doute de l’efficacité d’une attestation sur l’honneur, car l’honneur d’un voleur n’est-il pas justement de savoir mentir sur l’origine de ce qu’il possède et de tromper les bourgeois ? Nos politiques, issus d’un certain milieu, font l’erreur de croire que les valeurs auxquelles ils font référence recouvrent les mêmes implications pour tout le monde, et l’honneur en est une . Le code d’honneur d’un maffioso en est un exemple . Quant au fait qu’une dame puisse se trouver « honorée » par son époux ou « déshonorée » exactement par le même acte est une simple question de point de vue !!!

      Au moins, cette initiative ferait cesser cette publicité télévisée écoeurante qui incite tout un chacun à vendre sans frais ( encore heureux !) ses vieux bijoux en or ( là, ils disent « vieux » pouah, pas « anciens ») et à aller arracher les dents en or du vieux voisin, pour les leur envoyer sous une enveloppe . Quelle tentation pour les intérimaires du tri postal qui voient passer les enveloppes à cette adresse ! Quel recours pour les naïfs expéditeurs floués ?

      Oui, il y a urgence de réglementer tout cela . Roosevelt avait rendu illégale la possession d’or (limitée à quelques bijoux) par les particuliers pour faire cesser cette folie des périodes de crise et pour renflouer les caisses de l’Etat en le confisquant contre un « dédommagement » dévalué.

      Quand les gens se rendront-ils compte que l’or n’est en fait qu’un métal mou, inutile, tout juste bon, en petite quantité, à recouvrir de petits connecteurs ?

      1. oui enfin, son hold up n’avait pas si bien marché je crois… et ce n’était pas une confiscation mais un rachat à prix fixe par l’état de l’or. seuls les fous ont accourus échanger des billets de monopoly contre un bout de métal mou (?), les autres se sont enrichis.

        et puis entre un symbole privé, franc maçonnique imprimé sur un bout de papier, vieux de quoi… 100 ans, périssable et un symbole universel, multi millénaire, indestructible qui n’appartient à personne et qui appartient à tous, je crois que les gens ont vite fait le choix…

        faut pas oublier que la richesse, c’est essentiellement un facteur psychologique.

    4. Il existe deux marchés de l’or auprés des particuliers , selon que la loi porterai sur l’un où
      l’autre marché , elle aura des effets complétement opposés .
      1) un marché clean , celui des numismates l’or (piéces ou lingots) , à de petites nuances prés
      on y achéte et on y vend au cours officiel . L’ or y est vendus en sachets scellés avec engagement de racheter , le lingot à une immatriculation . C’est là que va Harpagon , et parfois sur les paniers de village ou les ventes aux enchéres .
      2) Un marché anciens d’orfévres qui eux ont généralement affaire à une clientéle qui ne connait pas la valeur des choses et rachétent à des prix dérisoires ou vendent à des prix exhorbitants .
      Auquel s’ajoute depuis peu des racheteurs venus d’on ne sait où , aidés d’une pub consternante et jouant sur la totale ignorance de la population actuelle . Cette ignorance est patente , on voit fréquemment lors d’héritage une attitude des héritiers considérant les piéces comme des vieilleries au méme titre que les bijoux , dont le premier souci est de se débarasser de ces reliques barbares .
      Ce deuxiéme marché est un scandale permanent .

      1. « ce deuxième marché est un scandale permanent » … et prouve à suffisance que ce qui nous tracasse, nous, depuis près de quatre ans, continue de passer au-dessus de la tête d’une énoooorme proportion de nos con-citoyens.
        Une marche blanche là-dessus n’est, hélas, pas encore pour demain.

  17. A ce jour, c’est décidé ne voulant plus de ce système à fabriquer du pauvre et des injustices de plus en plus difficile à supporter et n’ayant plus aucune confiance en celui-ci, la décision est prise d’enlever toutes mes billes du système financier par le retrait du peu d’économie que nous avons.
    Tout cela dans le but d’un avenir meilleur pour mes enfants, le notre étant scellé !

      1. L’or (et les métaux précieux) qui use beaucoup de claviers sur ce blog est un des moyen de sortir ses économies du systéme financier tout en restant liquide. Mais il y a plusieurs problèmes
        – il n’y en a pas pour tout le monde
        – vos èconomies ne servent plus à rien, elles ne sont plus pretées à des entrepreneurs
        – si tout le monde surgéle ses liquidités dans des métaux précieux le système s’écroule et les métaux précieux ne servent plus à rien.

  18. Quand les gens de la bourse chat entre eux , y me semble qu’il y a un petit malaise

    « quand le vote aura été confirmé les marchés pourraient pricer le futur:
    L’économie US ralentie
    les intérêts de la dettes seront plus pesants
    les revenus moindres
    à termes il faudra encore plus de rehaussement de la dette
    « possibilité d’une dégradation (qui est méritée) ce qui aggraverait tous les éléments ci-dessus
    la spirale infernale, le tout avec une sauce inflation des mat 1ères

    si ça ne saute pas aujourd’hui ça sera demain: la seule question est est-ce que les marchés vont le pricer ? »
    http://www.daily-bourse.fr/forum-CAC-40-Elliott-balises-et-autres-methodes-vtptc-12455-start-6456.php

  19. @ Thom Bilabong,
    L’image que vous utilisez est tout à fait pertinente: « e système, même s’il s’écroule, a vacillé. Puis est retombé sur ses assises ». Tant qu’il ne sera pas tombé que tous ces docteurs maboul pratiqueront de l’acharnement thérapeutique pour le maintenir en vie ( et cela peut durer un certain temps encore) rien ne changera. Les acteurs sont trop impliqués, peut-être manquent-ils de vision, de recul, ou de volonté de changer. C’est à n’en point douter lorsque le feu sera au Rez-de-chaussée que nos responsables Européens, nationaux, prendront (ou essayeront de prendre dans la panique la plus totale) des mesures ad-hoc. Seront-elle à la mesure des évènements? le choc favorisera-il des remous politiques, décapitera-il les pouvoirs jugés co-responsables de la gabegie? Quels pouvoirs émergeront alors?
    L’histoire des années trente est riche en enseignements, mais begayera-t-elle? mystère. Qui pourrait le dire. Nous vivons des temps inédits. Par contre, nous, à titre individuel, ou collectif disposons de moyens, modestes certes, mais bien réels. Pourquoi pas un nouvel appel, signé par tous les affidés du blog de Paul (et ils doivent être nombreux à l’heure actuelle), texte court et incisif qui serait notamment proposé aux autres groupes qui réfléchissent à ces questions, aux économistes atterrés par exemple, mais même au delà. Si la situation se tend dans les jours ou même les heures qui viennent, je pense qu’il faut se préparer à une action de ce genre. J’imagine que Paul, François, Julien et Pierre ont ça en tête…

    VM

    1. Le ciel vous entende.

      Mais ce la ne suffira pas, vous le savez. Nous sommes dans une situation où toutes les bonnes volontés doivent se manifester et agir. Même si c’est un peu brouillon, des initiatives multiples doivent fleurir. Certes, celles qui sont envisagées ici sont importantes. Mais, on le voit, ne suffisent pas à faire basculer l’opinion de nos politiques.

      Ce que vous ne voulez pas admettre (et moi non plus, hélas), c’est que les politiques en place ne voient aucun intérêt à changer radicalement le système dans lequel ils sont rois. Que le système disparaisse peu à peu leur indiffère, ils pensent avoir le temps de réagir pour rebondir tranquillement et continuer comme avant, plutôt que d’avoir un blitz à gérer dont l’issue en ce qui les concerne est incertaine. C’est d’ailleurs étonnant, cette inertie, puisque certains d’entre eux sont plutôt bons dans les crises et mauvais dans la gestion du quotidien… Il semble qu’on assiste là à un beau syndrome de la grenouille (dans l’eau tiède, puis chaude, puis brûlante, etc… jusqu’à la mort).

      1. Oui je connais aussi la fable de la grenouille, que j’emploie de temps à autre. J’aime bien aussi, pour rester dans le registre animalier, celle du colibri et de la forêt tropicale en feu. Cela nous ramène au propos présent: comment susciter une prise de conscience élargie, faire partager nos craintes et éventuellement nos recommandations au plus grand nombre. Les responsables politiques en charge des affaires et une certaine opposition (cauteleuse) ne sont quant à eux guère
        susceptible d’évoluer, pris qu’ils sont dans la nasse verrouillée à double-tour de leur doxa d’ivoire.
        Il faut donc s’appuyer sur les citoyens. Là est la seule issue, le seul moyen. Une révolution citoyenne est possible, certains à gauche l’ont même théorisée. Mais tant que le système s’auto-réparera, tant que les tensions accumulées ne trouveront pas d’issue, qu’elles seront maintenues tant bien que mal, rien ne se passera. En revanche, en cas de krach, on peu raisonnablement espérer aujourd’hui que les peuples demanderont des comptes aux dirigeants. Les phénomènes « indignés » ne se multiplient pas partout sans raison…

        VM

      2. On achète une page entière dans un quotidien (ou périodique) au plus fort tirage possible.
        On explique le plus précisément possible mais aussi de la manière la plus compréhensible possible ce qui, à notre avis, se passe. (Vu le challenge, on préfèrera, pour la rédaction, P J ou F L; plutôt que P S D J qui comprendra)
        Pour financer cette page, on fait une donation spéciale, ici.

  20. Maintenant on va savoir ce qu’on resentie les Romains a la chute de leur empire même si j’admets que la situation actuelle est assez différente, mais le point commun c’est la chute d’une civilisation, très peu de génération humaine assiste a ses événements qui sont quand même assez rare dans l’histoire.

    Il y a une chose que je trouve assez hallucinante c’est que beaucoup de personnes n’on même pas encore compris qu’il va avoir bientôt de très grand changement dans leurs vies, je me demande si ces personnes vivent dans le même monde que nous.

    1. Le meilleur moyen que j’ai trouvé pour pouvoir parler sereinement des changements à venir avec des personnes dont les préoccupations sont surtout centrée sur le présent (je doit aller chercher le petit a 16h30 conduire la grande chez sa mère a 18h faire les course et passer à la mairie pour le formulaire machin…) c’est d’entrée de jeu mettre les changements dans un futur éloigné, possiblement après leur mort. Il est vrai qu’on a été programmé pour fonctionner dans une société donnée et que pour beaucoup l’effort de s’imaginer des changements important dans leur mode de vie est soit inutile (on verra bien – on ne sait rie y changer) soit pénible. Bref le déni est la meilleure des défenses.

      1. @ philippev

        Vous avez raison, j’ai un contacte sur internet alors que ça fait maintenant 2 ou 3 ans que je le tiens informé de la situation mondiale et que je lui dis les problèmes qu’on va devoir affronter dans un proche avenir, il me dit toujours « On verra bien » et pourtant je lui dis souvent que c’est pas quand ça va se produire qu’il faut se préparer..

        Le déni est une défense quand il n’y a pas encore de turbulence, mais quand ses turbulences arrivent, je dirais plutôt que le déni est une forme de suicide, car il provoque un effet psychologique face à la réalité soudaine et ne permet aucune préparation quand le temps le permet encore. C’est un peu comme la fable de la cigale et de la fourmi.

      2. Il existe 5 stades de reaction face au choc psychologique :

        1- Le deni
        2- La colere
        3- La depression
        4- La negotiation (ce n’est peut etre pas si grave pas irreversible , on peut peut etre y echapper…)
        5- L’acceptation

        Ce n’est qu au dernier stade que l’on est en capable de reagir et se preparer
        Les gens inconscients des graves problemes de notre civilisation sont au stade 1
        Les personnes un peu informees sont entre le stade 2 et 3 et aimeraient revenir au 1 (je prepfere ne pas le savoir, ne pas y penser, de toute facon je ne peux pas agir)
        Les indignes sont au stade 2 ( se battre contre la vie chere/la perte d’avantages sociaux quand c’est la civilisation qui s’ecroule???)
        Beaucoup de commentateurs de ce blg sont au stade 4 : ils cherchent des informations pour relativiser le probleme ou pour se rassurer aupres de gens plus surs d’eux meme

        J’aimerais etre bien cale au stade 5 (depuis le temps que je m’interesse a la question : 10 ans) mais j’oscille entre le 2 le 3 et le 5 au gre des evenements et de mes realisations ou echecs

  21. Stendhal, à propos de l’astrologie

     » Peu à peu sa rêverie prit un autre cours. »Y aurait-il quelque chose de réel dans cette science ? Pourquoi serait-elle différente des autres ? Un certain nombre d’imbéciles et de gens adroits conviennent entre eux qu’ils savent le mexicain, par exemple ; ils s’imposent en cette qualité à la société qui les respecte et aux gouvernements qui les paient. On les accable de faveurs précisément parce qu’ils n’ont point d’esprit, et que le pouvoir n’a pas à craindre qu’ils soulèvent les peuples et fassent du pathos à l’aide des sentiments généreux ! Par exemple le père Bari, auquel Ernest IV vient d’accorder quatre mille francs de pension et la croix de son ordre pour avoir restitué dix-neuf vers d’un dithyrambe grec !  »

    Le mexicain ou l’économie ? pour certains, c’est la même chose.

    Plus loin : « il ne faut surtout pas faire des objections avec les diverses pièces de son ignorance »…

    Avant : « Le réel lui semblait encore plat et fangeux… je conçois qu’on n’aime pas à le regarde, mais alors il ne faut pas en raisonner. « 

    1. De Philippe Geluck :
      Les Français sont en train de se poser la question de savoir s’ils ne devraient pas imprimer sur les paquets de cigarettes (dont le prix vient d’ailleurs d’augmenter considérablement) la photo d’un fumeur atteint du cancer du même nom ainsi que la mention « Le tabac tue ». L’effet sera-t-il suffisamment dissuasif que pour décourager les futurs consommateurs ou faire baisser la fréquence d’inhalation des adeptes de Jean Nicot (1530-1600).

      L’idée n’est pas bête et pourrait faire des petits.

      On ferait imprimer sur les sachets de bonbons des photographies de dents gâtées et sur les étiquettes des bouteilles de bière ou de whisky des clichés d’accidentés de la route perdant leurs derniers litres de sang dans le bas fossé.

      Sur chaque emballage plastique, chaque canette, chaque bouteille d’eau minérale, une vue de décharge publique où s’entassent pour les siècles des siècles les rebuts de notre société d’hyper consommation.

      Sur nos T-shirts, casquettes et chaussures de sport, on verrait le portrait des enfants esclaves qui, dans des caves obscures quelque part en Asie, pour quelques centimes d’euro, cousent de leurs petits doigts les vêtements que nous porterons seulement quelques fois avant de les bazarder parce que le coloris ne sera plus de saison.

      Il faudrait aussi apposer sur chaque litre d’essence l’image d’une mouette mazoutée et sur chaque baril de pétrole, celle des terres inondées par les océans qui vont bientôt déborder suite au réchauffement de la planète ou celle de populations martyrisées par des guerres dont le seul but est de préserver l’approvisionnement d’or noir des pays les plus riches et les plus égoïstes du monde.

      Excusez-moi, je m’énerve.

      Au fond, la meilleure solution serait peut-être, tout simplement, de faire imprimer sur les billets de banque cette mention : « Peut nuire gravement à l’humanité ».

      1. Mais ne vous enervez pas pour rien, tous les outils sont formidables quand la ptite mimine qui les tient et le cerveau qui va avec les utlise pour faire autre chose que fracasser la tête du voisin ……..tout simplement !

        Mauvais outil ou mauvais esprit ?

  22. folie financière destructrice (ces logiciels de trading qui envoient des ordres qui NOUS flinguent : quel est ou quels sont les esprits dérangés qui les ont conçus ???????? ) totalement déconnectés de la VIE !

    Une initiative positive et révélatrice de la lassitude générale :

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/france/actu/0201420573208-la-monnaie-solidaire-de-toulouse-rencontre-un-meilleur-accueil-que-prevu-201836.php

    et que ça suive !!!!!!!! et que ça continue !!!!!!!! sur l’initiative des individus voyants et non autistes , qui envoient et qui en veulent et qui ne s’en laisse pas compter par ces dingues !!!!!

    Que dit on d’un individu destructeur, d’un psychopathe ??? réponse : qu il est FOU !!
    Voulez vous raisonner des fous ?? Amusez vous bien, certains ne commencent à raisonner et à y voir clair que quand ils ont la t^te dans le mur………par ce qu’ils roulaient trop vite !!!!!!!!!!!!!!

    ALORS ?????

    QU ATTENDEZ VOUS DONC DE LA PART D INDIVIDUS PEUREUX, COUARDS ET A
    L ESPRIT FORMATE PRISONNIERS DE LEURS DOXAS ?????

    LE CHEVALIER BLANC C EST NOUS TOUS, nos choix, notre liberté d’agir chacun avec ces moyens !!!!!!!!

    1. C’est moins cher quand on achète en « sols » ?
      EDF accepte-t-il les sols ?
      J’aime bien ces monnaies solidaires, mais pour être totalement acceptables il faudrait pouvoir tout payer avec.
      Sinon vous vous trouvez avec l’obligation de travailler pour avoir des euros (loyer, EDF, gaz) pour les besoins basiques, et de trouver quoi échanger avec les détenteurs de sols (sels ou autres) pour obtenir des sols pour pouvoir acheter d’autres produits (alimentaires par ex) accessibles avec cette monnaie.
      Ceux qui bénéficient d’aides sociales ou du chômage, peuvent avoir la possibilité de payer EDF avec les aides et trouver du temps à échanger contre des sols (petits travaux, aides diverses, cours de piano………..).
      Ceux qui travaillent dans un boulot épuisant et loin de chez eux pour un salaire de misère, se servent de leur salaire pour payer EDF et le reste et doivent en plus trouver aussi du temps ou des choses (fringues, meubles) à échanger pour avoir des sols.
      On tourne en rond !
      30 sols par mois = 1 baguette par jour pour 90 familles de chômeurs , pendant 6 mois !!
      Autant leur donner directement la baguette !!

    2. Sur les algorythmes et du trader, tels décrits dans le roman de Flore Vasseur
      « Je suis un enfant du fascisme occidental. Je veux appuyer sur la touche « échappe ». Fils de plombier à Clermont-Ferrand, Pierre s’est réfugié dans les mathématiques pour oublier une enfance blafarde. Devenu polytechnicien, trader richissime, roi du quant au Crédit Général, il conçoit des programmes de calcul systémique qui engrangent des milliards. Mais sa vie est un désastre affectif. »
      « Pierre n’a pas le choix : liquider ce monde de chiffres n’est-il pas le moyen de recouvrer sa vie d’homme ?

      « Comment j’ai liquidé le siècle » autopsie l’oligarchie financière, prisonnière de sa sophistication, de ses dogmes morbides, qui va dévaster le monde. C’est la chronique d’une explosion définitive préfigurant la prochaine étape du capitalisme.

      Colombani invite Flore Vasseur (en première partie, de 1 jusqu’à 14mm) avant Jean-Vincent Placé (de vers 15mm jusqu’à la fin)
      http://www.dailymotion.com/video/xcsdct_jean-marie-colombani-invite-jean-vi_news

  23. Mercredi 3 août 2011 :

    Le ministre italien des Finances Giulio Tremonti a commencé mercredi un entretien avec le chef de file de la zone euro, Jean-Claude Juncker, à Luxembourg, alors que son pays est soumis à de fortes pressions des marchés.

    M. Tremonti n’a fait aucune déclaration lors de son arrivée, vers 08H00 GMT, à la résidence du Premier ministre et ministre des Finances luxembourgeois.

    L’Italie, troisième économie de la zone euro, est sous la pression des marchés, comme les autres pays fragiles de la zone euro, et le but de cette rencontre est notamment d’endiguer la panique, même si Bruxelles a exclu toute discussion sur un plan de sauvetage pour l’Italie ou l’Espagne.

    http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=034236591f64ea1df18b5e21049a273e

  24. Les humains ne progressent que par la souffrance.. C’est uniquement dans ce cas qu’ils se serrent les coudes.. Sinon, ils se dispersent en desaccords futiles multiples.. La chute de l’ancien monde est donc un passage obligé pour l’émergence d’un monde nouveau .. Tâchons d’endurer le passage au mieux .. N’oublions pas qu’ici n’est pas notre vraie maison, quand nos corps seront mis à la ferraille, ne restera que notre esprit, très chers êtres de lumière !!

    En attendant, le maire de Vilnius protège ses pistes cyclables:

    http://www.youtube.com/watch?v=IvGaSct3cJk&feature=player_embedded

    1. Et là concrètement, justement, il serait temps que nous l’incarnions la LUMIERE, ça me semble tout de m^me plus constructif que d’endurer, ne confondons pas patience et masochisme !!! ; et surtout si vous voulez allez à la ferraille , je vous en prie allez y donc et ce sera sans moi , j’ai encore des choses à vivre……..et puis j’aime bien Spielberg, les frites et bob dylan, je me comprends LOL

    2. Je crois plutôt que c’est le chaos qui s’installe durablement avant de voir luire quoi que ce soit. Un effondrement est a éviter coûte que coûte si il est possible de le faire. Une réelle évolution serait de changer de paradigme en douceur, je me demande si nous avons les connaissances suffisantes pour faire cela d’ailleurs. Comment changer de paradigme sans tout casser ? Cherchons le volume 1 de « Techniques de transition », il doit bien traîner quelque part…

      1. Oui, ce serait mieux que l’on effectue une transition intelligemment !

        Les connaissances, nous les avons certainement, en tout cas l me semble qu’il y a plus de maturité chez la plupart d’entre nous.

        Par exemple , je trouve vraiment admirable la patience des indignés espagnols,bon les grecs sont trés nerveux c’est vrai, mais quand m^me je trouve cette attitude des espagnols vraiment digne responsable et réfléchie.

        Tout est en NOUS !

  25. Quand va-t-on enfin prendre conscience que ces crises financières ne sont que la mousse des vrais problèmes ?
    Ce qu’il faut c’est :
    – en finir avec l’idée de croissance
    – en finir avec l’idée de progrès (enfin, au sens Baudelairien, c’est à dire que le progrès techno scientifique ne change fondamentalement rien, même si ça change beaucoup de choses)
    – se concentrer sur le fait d’améliorer notre infrastructure technique en général (bâtiments en particulier) en vue de la tempête qui arrive
    – adresser la redistribution en tant que tel
    – le meilleur moyen les question d’infrastructure serait d’augmenter fortement les taxes sur matières premières et carburants fossiles en particulier, en en mettant une grande partie en redistribution directe et comptable mensuellement, part égale par habitant comme proposé par James Hansen (et autres points de redistribution bien sûr impots sur le revenu etc)
    – dé complexifier un maximum la finance
    Mais clairement, la bagnole pour tous, la baraque individuelle pour tous ou beaucoup, l’avion pour tous, c’est terminé !!

    1. Ben oui!Uniquement les ceusses qui auront la carte du parti X.Comme maintenant quoi,mais,en plus fort.

  26. Le pire est possible, c’est ça?
    Ce serait quoi? De manière simple, pour un novice en économie?
    Je mets volontairement à l’écart les options collectives qui sont largement débattues.
    A titre individuel, que peut-on faire?
    Un potager? Ça, je sais faire et je me dis que ce savoir pourra toujours être utile à mes voisins et proches.
    Que faire de maigres économies sur un livret A? Acheter de l’or?
    Merci de me répondre sans condescendance.
    Je crois que se préparer individuellement est peut-être aussi un devoir pour ses proches et donc favorable à la collectivité.

    1. Sans condescendance…lisez ça….. je l’ai trouvé fort instructif sur une évolution possible de la situation actuelle…et de plus cela donne une idée de la préparation a concevoir d’ores et déjà. Vous noterez que le sujet spécule sur l’évolution de ce futur krach annoncé situé aux Etats Unis mais a tout bien considérer, cela reste valable pour l’Europe puisque la « crise » est mondiale.
      C’est un peu long mais édifiant. Bonne lecture

      1. Bonjour,

        Vous vouliez donner le lien d’un article? Auquel cas, il ne fonctionne pas, du moins depuis mon PC…

    2. @Aleixein

      Non la meilleure protection possible, la meilleure préparation de l’avenir, c’est de se convaincre et convaincre que la solution sera collective, que seule la solidarité de fait, donc institutionnelle, peut éviter le repli sur soi, qui lui-même débouche toujours sur une expression politique d’exclusion.

      Ensuite, à titre individuel, vous pouvez vous préparer à un changement de société, à la fin de la sur-consommation et à une relocalisation des échanges de première nécessité…

      1. Tout d’abord, merci de votre réponse.

        Mais l’individu est lié au collectif?

        Quelqu’un sachant, par exemple, faire un potager me paraît pouvoir être aussi utile à lui-même qu’à la collectivité. Je vous rejoins d’ailleurs entièrement sur la relocalisation des échanges de première nécessité.

        Pour la fin de la surconsommation, c’est pas grave, je ne suis jamais vraiment rentré dedans.

        Ma logique n’est pas je me sauve, chacun se sauve, et D(d)ieu pour tous.

        Mais plutôt, j’agis pour moi et mes proches et en m’assumant je me permets de pouvoir être utile à ma collectivité. En revanche, je ne crois pas à un sauvetage collectif venant du haut, mais plutôt du bas. Donc oui, certainement, au niveau collectif la solution passera par du collectif, mais, à mon sens, pas par les institutions et les modes de représentation existants.

        Malgré tout, et pardon pour cette approche très pragmatique et terre à terre (mon côté pratique du potager, peut-être?), que ce soit pour moi ou des millions d’autres personnes, qui ont quelques maigres économies sur un livret. Qu’en faire d’utile?

        Des gens qui ne sont pas propriétaires, des gens modeste, qui ont là, matériellement, l’effort de plusieurs années de travail.

        D’une manière très concrète, il doit bien y avoir quelques personnes qui sont dans ce cas et qui se sont posées la question? Qu’ont-elles alors fait?

        Juste en profiter tant que c’est possible? Investir dans du matériel durable et utile? Les laisser sur son compte (le taux est passé à 2,25)? Faire un placement socialement utile (Terre de liens, La Nef….)? Acheter de l’or, non pas pour spéculer, mais pour se prémunir d’une éventuelle très forte dévaluation ou un changement de monnaie?

        Merci d’avance à toute personne, éventuellement dans cette situation, qui acceptera de me faire partager ses propres choix.

      2. @alexein

        – prendre des cours sur l’auto médication et la survie : francois couplan fait des stages de survie très appréciables, en montagne sous la forme de rando/bivouac et totale autonomie nutritive dans la nature.
        – savoir potager est une bonne chose (préparer des réserves de semences)
        – avoir des livres chez soi pour savoir se débrouiller (construire sa maison, tricot, couture etc etc)
        – acheter des vivres (c’est une épargne facile, utile et fiable en cas d’inflation et de troubles)
        – acheter des outils solides pour faire ses travaux et son jardin
        – commencer à se faire sacrément pote avec tous ses voisins, en cas de trouble ça limitera les galères.
        – préparer l’autonomisation de sa maison : récupération de l’eau de pluie, chauffage facile à entretenir, isolation etc etc.
        – prévoir un mode de cuisson alimentaire indépendant des énergies fossiles : four solaire (à bricoler soit même) ou four à bois (à bricoler soit même).
        – préparer une réserve de choses intéressantes à échanger, pour avoir une monnaie locale en cas de plantage étatique.

        – j’aurai bien dit de prendre qques cours d’auto défense, si vous ne pratiquez pas un art martial mais bon, on va me qualifier de terroriste d’extrême droite…

        voila qques tips…

        après si vous avez vraiment des tunes et que vous voulez vraiment les garder, y’a plein de solutions financières mais rien de vraiment vraiment sur et tout placement financier fait mettre le doigt dans l’engrenage qui nous entraine à la cata en ce moment.

        dans tous les cas, la meilleure des monnaies c’est d’avoir un talent (ou un savoir utilitaire) que les autres n’ont pas. donc instruisez vous au max, vous vous tirerez toujours d’affaire.

      3. @alexein

        Le problème est bien là, dans le fait qu’il ne peut y avoir de réelle pacification sociale sans institutions adaptées. Je vous suis naturellement sur le fait qu’il faut les transformer et surtout changer les dirigeants, de même que pouvoir faire face à un effondrement de l’économie en s’assurant un minimum d’autonomie. Mais sur le fonds, toute solution qui ne sera pas structurelle débouchera sur une jungle plus ou moins violente. C’est pourquoi je vous conseille d’essayer de convaincre que c’est la mise en commun des moyens qui peut engendrer une société où les plus forts ne pourront assujettir les plus fragiles.

        Aujourd’hui, vouloir à tout prix sauver son bas de laine sous forme financière, c’est immanquablement aller dans le sens de la crise et donc l’aggraver. Vous pouvez effectivement investir dans du durable et de l’utile, mais encore une fois, je pense que s’assurer pour l’avenir, c’est pouvoir compter sur des structures lissantes et protectrices, donc oeuvrer pour les rénover ou les faire advenir. Dans ce cas, peu importe de ne pas avoir de capital…

        Le chacun pour soi, c’est la violence assurée (quand je parle de chacun pour soi, c’est valable pour la tribu, l’ethnie ou la région…)

  27. Question aux pilotes de ce vol « Jorion airlines » et fins connaisseurs de la chronologie des crises financières: je souhaiterais faire « une loupe » sur les quelques jours qui précédent un krach. Je sais que les Krach se suivent et ne se ressemblent peut-être pas forcément, mais, de même qu’un violent orage est toujours précédé quelques minutes avant par des signes évidents: chaleur étouffante, brusques bourrasques de vent, chute de la luminosité du ciel, y-a-til (ou pas) des similitudes entre la situation des jours présents, et celle qui précéda en 2008 la chute de Lehman Bros et le déclenchement de la crise. Ce serait intéressant graphiquement de faire se superposer les courbes, ou d’analyser les éventuelles similitudes. Si cela a déjà été fait sur ce blog, tenez aucun compte de ma suggestion et acceptez mes excuses. Je n’ai malheureusement pas le temps de tout lire.

    Merci d’avance

    VM

    1. Ma réponse ne va pas vous aider: je me fie en premier lieu aux déclarations des personnages politiques, quand ils commencent dans l’affolement à dire que tout va bien !

      1. Merci de votre bon sens et de votre lucidité M Leclerc !

        Et ne pas oublier leur sourire crispé qui va avec ………..LOL !!

        Cordialement.

      2. Bah, c’est une réponse qui en vaut d’autres. La tribune de HVR hier dans le monde était intéressante de ce point de vue là. Les politiques ont intégré depuis belle lurette les principes dits de prophétie auto-réalisatrice. Ils savent mieux que quiconque les effets des prises de parole publique, alors ils lénifient quand ils ne pratiquent pas le déni systématique. Malheureusement, plus beaucoup de monde, à commencer par les investisseurs ne se fient à eux…
        Peut-être qu’en tenant un discours clair et lucide à l’adresse des peuples ils auraient en retour des attitudes lucides et courageuses. Mais tout cela prend du temps, et j’ai bien peur que des vagues de fond ne se soient mise en mouvement. Car il y a bel et bien, et depuis longtemps, les lecteurs de ce blog le savent, une tellurique de la crise…

        Si un grand hic survient, sachant qu’en 2008, les états ont arrosé l’incendie et qu’ils n’en auraient plus les moyens aujourd’hui, je me demande ce qui se passerait/ra…
        Un grand saut dans l’inconnu? une remise à plat générale de l’économie. Mais n’est-ce pas précisément de cela dont nous avons besoin?

        VM

      3. Yvan Audouard avait une maxime proche :

        « Quand j’entends dire que toutes les mesures ont été prises , je sais que l’affaire est foutue . »

      4. « Si un grand hic survient, sachant qu’en 2008, les états ont arrosé l’incendie et qu’ils n’en auraient plus les moyens aujourd’hui, je me demande ce qui se passerait/ra…
        Un grand saut dans l’inconnu? une remise à plat générale de l’économie. Mais n’est-ce pas précisément de cela dont nous avons besoin? »

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Assignat

        tout peut arriver à partir de maintenant…

  28. La création d’un « super congrès » est un bel exemple de démocratie parlementaire…
    Soyons sérieux, M.Obama et son gouvernement viennent de faire un pas de plus dans la confiscation du pouvoir par les « élites » au détriment du peuple américain;en effet confier à 12 personnes(6 démocrates et 6 républicains:la belle affaire n’est-ce pas!) l’orientation et la décision des coupes budgétaires des Etats-Unis pour réduire le poids de la dette dans le budget national est énorme, incroyable,tout simplement anti-démocratique.
    Vous allez me dire: le choix des coupes budgétaires sera ensuite soumis au vote du Congrès et du Sénat,cela est exact mais ce « super congrès » pourra en cas d’opposition parlementaire appliquer automatiquement (selon sa bonne volonté…de puissance?), des coupes de 1500 milliards de dollars.
    En tout cas dans la presse française je n’ai pas entendu beaucoup de bruit sur ce changement du fonctionnement politique de la constitution américaine…c’est vrai nous sommes en plein mois d’août,tout le monde est à la plage.
    Mais jusqu’où iront-ils?

    1. Je vous rejoins complètement .

      Nous avons d’ailleurs montré l’exemple en France avec la RGPP , confiée 0 deux cents à trois cents crânes d’oeuf , qui ont ,en l’absence de tout vrai débat parlementaire ,décidé la nature , le coût et la date de suppression de (Oh ! pas grand chose…) quelques dizaines de milliards d’euros et quelques centaines de milliers d’emplois de la fonction publique .Ils ont même décidé des dernières fonctions qui pouvaient ( si possible , en attendant la prochaine crise !) être des attributs d’Etat souverain . On se demande bien pourquoi les français auraient souhaité être consultés là dessus .

      Avec un seul dogme : « réduire les dépenses ». Sans prévenir trop . Des fois que les citoyens n’auraient pas les mêmes arbitrages qu’eux . Et puis quelle perte de temps .

      Si les membres de la future commission US ont besoin de formation , on peut leur donner des cours.

      Un certain Attali a lui aussi des compétences commissionesques ( mais au moins était il soumis aux parlementaires qui avaient d’ailleurs un peu grincé des dents ) .

  29. Qui peut évaluer le montant nécessaire pour des plans de ‘sauvetage’ de l’Italie et de l’Espagne?Vu l’état pitoyable des banques et caixas en Espagne cela devrait dépasser le trillion d’euros non?Qui va payer?

    1. ce n’est pas « faisable », le Fond de soutien est trop maigre, l hémorragie risque de devenir totalement incontrolable et puis le temps qu’ils reflechissent à ce qui leur reste de « munition » et hop déjà un tir groupé de ces chères agences pour rassurer tout le monde………….., lucky luke revient………….lol

      qu y a t il à comprendre à cette frénésie destructrice ???????? Oui comme le souligne V Migeat
      il est peut etre temps de passer à autre chose……..

      Souhaitons que les prise de conscience se fassent le mieux possible en restant optimiste !

      Le cac est passé en dessous de 3500, attendez qu’il arrive a 3300, voire 3200 et là les sirènes vont se faire entendre.

      C’est bien pour cela que ça sent la « fin de partie » : il y a ceux qui ne voudront plus payer et ceux qui ne pourront plus payer, et puis les 2.

      Quand aux agences si elles sont remplacées par des instances collegiales SERIEUSES ….personne ne leur en voudra………

      euro ou dollar, ils se font la gueguerre, mais m^me là ils vont se prendre les pieds dans le tapis…….ridicules et graves ils sont !

      quand on veut défier les lois de l’apesanteur peut être conviendrait il au départ d’avoir la tête à l’endroit et les pieds sur terre …………

      ça ne sert à rien de s’affoler, ce qui me semble important c’est de rester serein et confiant et de croire en nous et en ce que nous avons de meilleur pour affronter ce changement !

      Le vie continue !

      1. C’est effectivement ce que certains pensent: les USA pourraient adopter la solution « inflation » afin de diminuer la dette et de doper l’export. On estime que ce pays, grâce à son extraordinaire capacité de rébondir, son potentiel immens, pourrait ainsi se tirer d’affaire. Ce serait l’Europe, ses investisseurs et exporteurs, qui payeront dans ce cas la note. Mais il y a un problème: la Chine ne serait pas d’accord avec cette manoeuvre – à moins de leur proposer un deal.

  30. Depuis quelques années, je lis régulièrement ce blog, très souvent passionnant. Mais je suis aussi désemparée, après chaque lecture, quant au « que faire » et à « quand le faire », pour autant que je ne me contente pas des « n’y a qu’à ».
    Comme vous tous, je suis imbattable au jeu des « n’y a qu’à » : abattons le capitalisme financier, et le capitalisme tout court, etc. Mais que puis-je faire avec une quantité suffisante d’autres pour que cela aie lieu ?
    Devant l’impossibilité de répondre, je me rabats sur la question « quand serons-nous vraiment en capilotade ? », pas seulement, comme en ce moment, dans un mal-vivre pour 20 à 30% des Français, proportion à laquelle je n’appartiens d’ailleurs pas.
    Ou encore, je me demande combien de temps une société ou une civilisation peut merder sans s’effondrer. La réponse est presque rassurante : très longtemps, plusieurs siècles.

    1. A vous d’en décider. La persuasion est le premier pas.
      Comme pour le voyage, le plus important est de se rendre à la gare pour y prendre son billet.

    2. Le fait de savoir que nous allons tous mourir un jour ne nous empêche pas d’entreprendre.
      Il arrive que des gens aux situations et aux idées très différentes se retrouvent pour agir ensemble dans une volonté qui leur est commune sur un sujet et pour un temps donné (ex: les gaullistes dans la guerre)
      Le temps de l’action approche.

    3. « pas seulement, comme en ce moment, dans un mal-vivre pour 20 à 30% des Français, proportion à laquelle je n’appartiens d’ailleurs pas. »

      Il y a probablement quelque chose à creuser là ? Je vois ça comme un aveux pudiquement révélé. Parmi nous, certains, avons encore la chance d’avoir des marges de manœuvres. Tout le monde sait que le temps passe mais quoi attendre du poids écrasant des siècles. N’est-ce pas plutôt ici et maintenant ? Ou alors vivre comme un Oblomov. (Roman d’Ivan Gontcharov)
      « Oblomov » est dans la langue russe un mot qui désigne une personne inactive, ne parvenant pas à trouver le bonheur. Le nom d’Oblomov provient lui-même du mot russe облом (oblom) « cassure, brisure » : Oblomov est un homme dont le ressort intérieur est cassé. (wiki)

    4. oui je pense que la résignation est souvent grande ches les mal lotis-qui ont tendance à s’enfermer chez eux et à ne rien demander à personne-si si j’en ai dans ma famille-c’est manque d’éducation combative et fierté mal placée-
      jusqu’à quand supporter la pauvreté, les humiliations et que le corps et le mental font maL??!et que souvent la peur est le premier réflexe-qui anéantit toute rebelliion-la peur est la première chose à combattre lorsque l’on est pauvre-peur de tout et de rien
      Les grands de ce monde connaissent cette faiblesse -et ils en joueront jusqu’à que ce soit eux qui aient peur-en attendant il y aura menaces et intimidations de leur part.

    5. @ octobre 3 août 2011 à 14:29

      Très intéressante votre idée de ressort qui mène à l’énergie. A l’énergie interne, celle qui relie à la vie et qui prend certainement beaucoup plus d’importance chez l’être humain que chez les autres organismes vivants. C’est ce qui fait la force et la faiblesse de l’être humain. Elle nait dans le cerveau et on peut la sentir appartenir à l’immatériel, relever du mental, du spirituel même, puisqu’elle est le fruit de notre travail intellectuel, celui de notre esprit.

      Cette énergie là est probablement celle qui est la plus motrice chez l’homme. Il a tout intérêt à la cultiver et à la développer. Il faut parfois la doper en remontant le ressort quand le besoin se fait sentir comme actuellement. Hélas cette énergie a aussi besoin d’une autre énergie plus primaire, plus matérielle, plus physique, plus indispensable encore, celle sans laquelle la vie ne peut survivre il faut s’y intéresser aussi.
      http://www.pauljorion.com/blog/?p=26915#comment-207516

      1. Efarista

        Il me semble qu’un autre article de cet auteur ( enfin, c’était trés russe : sorte d’humour noir trés appréciable ) avait été posté, il y a un moment …

        on ferait bien d’en prendre de la graine avant de privatiser ( et de « laver la tête », pour ce faire = adaptation à la concurrence contre tous et chacun) ce qui nous reste de fonctionnaires en état de marche ! trainons les pieds! si pas de possibilité d’utilisation de la force, reste la force de l’inertie !

      2. @ M 5 août 2011 à 01:18
        Bravo. Quel beau conseil ! C’est de la provocation ou de l’inconscience ?

        Nous avons déjà beaucoup trop de fonctionnaires en France soit environ 26% de la population active. (J’ai été fonctionnaire ou assimilé durant la moitié de ma carrière)
        Nous en avons autant qu’il y en avait dans les pays communistes, nous savons où cela les a conduits.
        Ailleurs en Europe, ils ne sont 12 à 13 % de la population active.
        Ce qui aggrave notre situation, c’est leur état d’esprit mafieux qu’ils s’emploient à propager.

        L’avenir de nos descendants est assuré

        1. Nous avons déjà beaucoup trop de fonctionnaires en France […]. Ce qui aggrave notre situation, c’est leur état d’esprit mafieux qu’ils s’emploient à propager.

          Je vous ai connu plus finaud cher jducac. Là, on retombe au niveau de vos interventions où vous trouviez la France « déculturée » par l’invasion des familles polygames. Ressaisissez-vous ! Vous allez finir dans la rubrique « Le mur du çon » du Canard !

      3. @ Julien Alexandre 5 août 2011 à 11:51
        Cher Julien Alexandre, pour tout vous dire, votre répartie me déçoit. Vous m’aviez habitué à une argumentation qui pouvait déstabiliser la mienne en s’en prenant à un raisonnement défaillant. Là c’est différent, vous vous en prenez à celui qui condamne l’attitude d’un fonctionnaire. Un fonctionnaire qui incite ses collègues à traîner les pieds. En clair, qui invite à en faire le moins possible tout en continuant à être payé comme avant.

        Dois-je comprendre que vous soutenez une telle attitude ? J’en doute !

        Cet incitateur à un moindre engagement professionnel des fonctionnaires, qui fréquente un site où l’on traite beaucoup d’économie, peut-il par égoïsme corporatiste se permettre d’oublier que c’est grâce aux 75% d’autres actifs qu’il a un emploi, un traitement et qu’il aura plus tard une retraite ?

        Ces 75% d’autres actifs ne bénéficient pas d’une sécurité d’emploi indépendante de la productivité globale du pays. Si les fonctionnaires se mettent à être moins productifs, il faudra que les 75% d’autres actifs augmentent leur productivité à moins d’admettre que la baisse du niveau de vie d’ensemble, soit une solution pour résoudre nos difficultés nationales. Les non fonctionnaires, les moins protégés dans le pays, seraient certainement les plus touchés

        Quant au reste, il s’agit probablement d’un dérapage incontrôlé. Ça peut arriver à tout le monde…..

        1. @ jducac

          Vous êtes déçu, c’est normal : déçu moi-même par votre saillie, je me suis mis au niveau de votre diatribe sur le comportement mafieux des fonctionnaires.
          Pour ce qui est des dérapages incontrôlés, évitez de tirer le frein à main dans les virages.

      4. ducac40,

        Pas fonctionnaire (juste « assimilée » un temps, passé, de ma vie = travailler +++ pour pas un rond, avec heures sup.fort nombreuses ni payées, ni compensées en jour de repos, car nous étions en sous-nombre)… mais appréciant le service des sus-dit …
        Une société d’économie mixte est la plus équilibrée : il y en a pour tous les tempéraments .
        Certains domaines doivent garder une forte composante publique ( Santé, Education ).
        S’adapter, oui ( ayant bougé toute ma vie : remise en question habituelle), mais pas à n’importe
        quel prix ! pas au prix d’une perte d’éthique, et de l’envie d’écraser l’autre!

        Vous êtes, pour une fois, presque « pardonné » parce que, d’après ce que vous dites, vous avez au moins 75 ans (des parents d’amis ont eu le même style d’évolution que vous : ils sont abasourdis de ce qu’on leur raconte, et sont restés sur des valeurs de saine émulation, actuellement caduques ), ce qui veut dire que vous n’avez pas vécu l’évolution actuelle in situ . Vous parlez donc du passé, qui est révolu ! le bon et bel ouvrage n’existe plus : tout pour le pognon,rien pour l’innovation – tel est le mot d’ordre des mafieux qui nous dirigent.
        post-scriptum:
        il est aisé, diminuant les postes de manière drastique, de faire dysfonctionner
        une entité ! … »voyez comme ça marche mal : seul le privé fonctionne ! »
        manque de chance, connaissant les deux systèmes, je peux vous dire que c’est faux ! et, que les requins en profitent.

      5. Julien est observateur.
        Jducac40 s’était déjà fait la voix de Sarko.
        Donc aucune surprise.
        Faut de tout, même le Fouquet’s, pour se distraire sur un blog…

      6. M,

        Certains domaines doivent garder une forte composante publique ( Santé, Education ).
        S’adapter, oui ( ayant bougé toute ma vie : remise en question habituelle), mais pas à n’importe
        quel prix ! pas au prix d’une perte d’éthique, et de l’envie d’écraser l’autre!

        En élargissant un peu votre « composante publique » (Logement, Nourriture, Sécurité…) on parvient aux besoins de base : http://www.pauljorion.com/blog/?p=26981#comment-208340.

        La « perte d’éthique » (conscience de l’individu noyée dans l’inconscient collectif), la nécessité plutôt que « l’envie d’écraser l’autre », sont apparues il y a fort longtemps : la crise actuelle est de civilisation, « la façon de vivre les uns avec les autres est remise en question » (Albert Jacquard). La mise en société avait pour objectif de garantir à tous les besoins de base : nous vivons aujourd’hui dans une société de consommation qui ne peut combler ces besoins qu’en passant par…la consommation. On trouve malheureusement encore beaucoup de nostalgiques de cette époque que j’espère révolue.

        Les besoins de base doivent être comblés avant toute autre considération.

  31. Inventivité lexicale de plus en plus calamiteuse des journalistes et des « économistes ».
    Aux doux euphémismes au sujet des « marchés et des « investisseurs » qui sont « inquiets, apeurés et qu’il faut rassurer, se juxtapose un vocable atomique très impressionnant.
    Ainsi Daniel Cohen

    Il faut, dit-il, transformer la Banque centrale européenne (BCE) en « bombe nucléaire » en l’autorisant à acheter de la dette d’un pays de l’euro dès que des tensions trop fortes apparaissent sur les taux et l’habiliter à « imprimer » des billets autant que nécessaire. Les marchés sauraient alors que, quoi qu’il arrive, c’est elle qui a l’avantage.

    .
    Et cette proposition vient 24H apres le lamentable spectacle américain.

    A ce stade de bétise n’est il pas temps d’aller déposer des tombereaux de cierges dans la grotte de Lourdes pour que la lumière descende sur ces âmes égarées?

    Le lien vers l’article du Monde pour rire

    1. Cet économiste, quelquefois intéressant, est le conseiller « Economie » dans l’équipe de campagne de Martine Aubry : celà vous indique donc très clairement à quels genres de « régulation » et de « contrôle de la situation » vous pouvez vous attendre dans l’hypothèse où vous auriez eu la louable (mais imprudente) tentation de glisser un bulletin de vote dans l’urne des primaires du Parti Socialiste…

      1. mimolette ? : non
        titine ? : non plus, donc
        reste Nono …faut qu’il sorte du bois, qu’on l’examine de plus près …

      2. Suis allé sur les blogs de Hollande, Aubry, Joly (jusqu’à Jeudi midi): La dette US, les derniers événements: RAS. Si au moins ils mettaient le blog de Paul fans leur blogroll…
        Tout le monde est en vacances, (comme notre président) tout va pour le mieux….
        En revanche on peut leur acheter des pin’s.

  32. Sur la base de ses hypothèses, enfin, l’OCDE estime que « le ratio dette/produit intérieur pourrait atteindre un sommet en 2013, avant de retomber en-dessous de 60% au cours des deux prochaines décennies ». Elle dévoile ainsi la durée de la peine à laquelle sont condamnés les Grecs : vingt ans de pénitencier.

    A ce niveau d’entêtement, ce n’est même plus de l’inconscience ou de la bêtise, mais une volonté de nuire, tout simplement.

  33. Je n’y connais pas grand chose, mais est-ce qu’une nationalisation des banques et autres établissements financiers pourrait permettre de sauver notre civilisation en reprenant le contrôle de ces satanés marchés financiers et en permettant de remettre tous ces capitaux au service de l’intérêt collectif ? Indépendamment du côté hérétique de la chose pour nos élites tant que les trompettes n’ont pas encore sonné, bien sûr.

    Ou ne peut-on vraiment plus que se mettre à apprendre à dire « merci, maître » en chinois ?

    Remarquons, les trompettes sont peut-être bien en train de sonner.

    1. Marcel: Je n’y connais pas grand chose, mais est-ce qu’une nationalisation des banques et autres établissements financiers pourrait permettre de sauver notre civilisation en reprenant le contrôle de ces satanés marchés financiers et en permettant de remettre tous ces capitaux au service de l’intérêt collectif ?

      Avec dans le même temps l’expropriation de l’oligarchie, cela permettrait enfin,
      par son extension à la sphère économique, de commencer à construire une vraie démocratie,
      au service des besoins de l’humanité, et de la préservation de la planète.
      – Mais c’est utopique !
      – Oui, et même difficile à réaliser, comme toutes les révolutions.
      – Et vous y croyez ?
      – Moi, oui, et encore plus avec vous, car chaque jour augmente le nombre
      des indignés, révoltés, puis révolutionnaires…

  34. « Pékin tance Washington à propos de sa dette.

    Premier créancier des États-Unis, Pékin estime que Washington a échoué à désamorcer «la bombe de la dette». […] Pour appuyer ce message, le gouverneur de la Banque centrale, Zhou Xiaochuan, a annoncé que «les réserves de change de la Chine vont continuer à suivre les principes de la diversification des investissements et de la gestion des risques». En clair, la partie des fonds investis en dollars continuera de baisser. «D’importantes fluctuations et une grande incertitude sur le marché des Treasuries auraient un impact sur la stabilité du système monétaire et financier international, et pourraient affecter la reprise économique mondiale», a ajouté le responsable chinois. Pékin a de quoi s’inquiéter : il dispose des plus larges réserves financières au monde, soit près de 3197 milliards de dollars à fin juin, dont 1160 milliards placés dans des Bons du Trésor américain.

    L’agence de notation chinoise Dagong a par ailleurs abaissé la note des États-Unis de A+ à A, loin du AAA accordé par les agences occidentales. Selon elle, le relèvement du plafond de la dette ne pourra «qu’aggraver» la situation. Le spectacle des divisions entre républicains et démocrates ces derniers mois «reflète l’incapacité du gouvernement pour résoudre le problème» des finances américaines, estime-t-elle. »

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/08/03/04016-20110803ARTFIG00273-pekin-tance-washington-a-propos-de-sa-dette.php

    1. plus le monde capitaliste s’effondre, plus la misère s’étend et plus ils jouent à qui aura la plus grosse : c’est pas croyable !

  35. J’adore les titres sur google actu.. surtout ceux du figaro…
    Il y a matière pour un écrivain…. cette page actu..

    1)
    Wall Street pourrait tenter de rebondir à l’ouverture
    Le Figaro – ‎Il y a 15 minutes ‎
    L’adoption, par le Congrès américain, de l’accord sur le relèvement du plafond de la dette n’a pas convaincu, mais les marchés américains pourraient rebondir au début d’une séance riche en statistiques et en résultats d’entreprises. …
    La note souveraine américaine confirmée par Fitch et Moody’s,
    Les agences de notation maintiennent la pression sur Washington Les Échos

    2)
    Le Cac 40 inquiet pour la croissance mondiale
    Le Figaro – ‎Il y a 2 heures ‎
    Le Cac 40 touche des niveaux jamais atteints depuis fin août 2010, les marchés s’inquiétant pour les économies américaines et européennes. Du côté des entreprises, Société Générale chute en Bourse. Après avoir perdu plus de 8% sur les sept derniers …

  36. Essayez Puppy Linux, c’est génial :

    En 5 mn il s’installe sur un clé USB,

    C’est le plus léger et le plus rapide des linux, facile d’utilisation car ils savent communiquer. J’ai toujours apprécié ce projet.

    # hdparm -S 2 /dev/sda pour mettre le disque dur en veille.
    # hdparm -K 1 /dev/sda pour conserver ces paramètres.

    WIn 7 est une sombre daube à côté.

    1. heu….oui !! Linux a la place de windaube »s et une évidence mais en fait c’était pas trop le sujet là je crois. lol
      Ceci étant, en cas de grand krach, va aussi falloir s’attendre a des coupure edf alors les ordi !! hihi ! congélo et autres accessoires branchés …….intuitez vite !

  37. « A Europe hoping never to repeat its historical tragedies has gone and blundered into institutions that make those same tragedies more likely.

    The European project, as it looks now, has failed. »

    Extrait d’un billet de Paul Krugman, prix nobel d’économie 2008
    http://krugman.blogs.nytimes.com/2011/08/03/this-mornings-grim-eurothought/

    On lira aussi avec intérêt les derniers écrits de Maurice Allais, prix Nobel d’économie 1988 ; lire entre autre cet article de Marianne (on est loin de Daniel Cohen) :
    http://www.marianne2.fr/Le-testament-de-Maurice-Allais_a198475.html.

    Comme le ressent Frédéric Lordon, cette europe là est irréparable.
    http://blog.mondediplo.net/2008-11-30-Cette-Europe-la-est-irreparable

  38. pendant ce temps a l assemblée nos députés essayent de trouver un moyen de sortir de la crise , sans discours trop long
    YES 21
    « Hémicycle interventions longues : Nombre d’interventions de plus de 20 mots prononcées par le député en hémicycle »
    Je pouf
    http://www.nosdeputes.fr/synthesetri/2

  39. Selon un document de 2010 de l’agence de notation chinoise dagong, la note de crédit de la France est seulement de AA- , comme UK et le Japon. Les US sont AA, la Chine AA+ comme l’Allemagne. L’Australie et le Danemark sont AAA. Comme la Chine est le Grand Créditeur, sa notation a un poids trop négligé. La France serait donc dans une situation pire que les US? Non, entre temps, la note des US, le Grand Débiteur, vient de tomber a A…
    http://www.dagongcredit.com/dagongweb/uf/Sovereign%20Credit%20Rating%20Report%20of%2050%20Countries%20in%202010.pdf

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/08/03/04016-20110803ARTFIG00273-pekin-tance-washington-a-propos-de-sa-dette.php

  40. Statement by President Barroso on the euro area sovereign bond markets

    « Developments in the sovereign bond markets of Italy and Spain are a cause of deep concern. These developments are clearly unwarranted on the basis of economic and budgetary fundamentals in these two Member States and the steps that they are taking to reinforce those fundamentals. In fact, the tensions in bond markets reflect a growing concern among investors about the systemic capacity of the euro area to respond to the evolving crisis.

    The systemic nature of the sovereign debt crisis was recognised by the Heads of State and Government of the euro area at their meeting of 21 July. At that meeting, a unique solution for the crisis in Greece was found involving a partnership between the official and private creditors, but it was agreed that private sector involvement would not be a standard feature of the euro area’s crisis management. Agreement was also reached on ground-breaking measures that will reinforce the euro area’s systemic response to the crisis by enhancing the effectiveness of the European Financial Stability Facility (EFSF), by reforming euro area governance structures and by adapting our working methods to the needs of crisis management with each institution playing its part. It is essential, therefore, that we move forward rapidly with the implementation of all of that has been agreed by the Heads of State and Government and send an unambiguous signal of the euro area’s resolve to address the sovereign debt crisis with the means commensurate with the gravity of the situation.

    The necessary technical work to implement the measures agreed on 21 July is already underway and will be completed as a matter of urgency. The Commission services are actively supporting the Member States in this technical work. Implementation of some of these measures will also require actions by national parliaments and today I am writing to the Heads of State and Government urging them to ensure that these actions are taken without delay. »

    http://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=MEMO/11/546&format=HTML&aged=0&language=EN&guiLanguage=en

  41. ha recyclage en vue ?

    oups ………

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/08/03/remede-a-l-eurocrise-
    la-chine_1555727_3232.html

    extrait :
    « La seconde étape, c’est de lier la négociation d’un accord croisé d’investissement avec la Chine à une réglementation européenne aussi commune que possible. Celle-ci doit être incitative, avec une liste limitative de restrictions, et permettre également de simplifier des procédures nationales extrêmement complexes. »

    j’ai des doutes………..

    1. vous avez raison d’en avoir ! l’avenir c’est le changement de société pas des rustines a celle qui est en place

  42. En Angleterre une chercheuse Sue Rabbitt Roff propose d’autoriser les vente d’organe (actuellement c’est uniquement un don). Cela permettrait d’obtenir plus d’organes qui sont nécessaires et de permettre aux personnes plus pauvres de se payer des études.
    http://www.guardian.co.uk/society/2011/aug/03/kidney-sale-proposal-medical-ethics

    Elle n’y voit pas de problème d’éthique ^^. Ca m’étonne que ce genre d’idée abjecte ne soit pas sorti aux Etats-Unis. Dans l’esprit de certains il semble que ce type de proposition soit moins indécente que augmenter les salaires ou, horreur suprême, taxer les milliardaires. Enfin cette proposition a été évité de justesse par Obama.

    On pourrait aussi prévoir une bourse non ? Comme ça la main invisible (magique) rendrait cela parfaitement équitable pour tout le monde, comme la théorie nous l’apprend.

    1. Et oui comme dirait Audiard ça ose tout , c’est m^me à ça qu’on le reconnait !

      Oups que cette brave dame commence donc la première, par vendre………hum son foi……..par exemple……….le monde sera allégé de sa bêtise !

      1. Rien ne servira à rien, tant que la marchandisation de l’être humain ne sera pas retirée des esprits …

        Tout ce qui était bon et unique en France, et qq Pays d’Europe : interdiction de vendre son sang : car une limite est franchie, et c’est fini ! « on » va toujours plus loin dans l’abject !
        (comme en Inde et autres Pays où poches de trés grande pauvreté =) pauvres « exsangues », vivant dans des bidonvilles, devant tracter de lourds occidentaux, ou autre …), interdiction de marchandiser l’Homme, de le vendre à la découpe ! c’est monstrueux : les mafias ( c’est inévitable, dans un monde sans freins ) sont à l’oeuvre et se font du gras !
        à vomir !
        Comment TOUTES nos élites ( ou presque ) ont pu en arriver là !
        Comment peuvent-ils se regarder en face !
        Comment le domaine de la Santé peut se rendre complice de ce genre de choses !

        Non au libre marché ! Non à la privatisation du Monde !
        Que l’UE y renonce et se redresse !

  43. @ François :
    Un article de Money week mentionne un fait intéressant, concernant l’exposition des banques françaises aux ‘PIIGS’ (Portugal, Irlande, Italie, Grèce, Espagne) :
    « Contrairement à ce qu’on aurait pu penser, l’exposition des banques françaises aux PIIGS (Portugal, Irlande, Italie, Grèce et Espagne) a progressé par rapport au quatrième trimestre 2010 de près de 25,2 milliards de dollars (17,6 milliards d’euros) à 671,7 milliards de dollars (470 milliards d’euros). »
    Ces chiffres se basent sur le récent rapport de la BRI, concernant le premier trimestre 2011 :
    http://www.bis.org/statistics/provbstats.pdf

    Qu’en pensez-vous ?

    Selon moi, il me semble, alors même que l’article souligne que concernant l’Allemagne cette exposition s’est réduite fortement (les chiffres donnés sont faux), les banques françaises, en connaissance de cause, n’ont pas profité du rachat des obligations par la BCE pour se désengager mais bien au contraire augmenter leurs positions … pour améliorer leurs profits !!
    Car augmenter sa position dans des pays à risque, c’est aussi profiter des taux d’intérêt prohibitifs et donc maximaliser la rentabilité pour les banques.
    Contrairement à ce que l’on pensait, que les banques allaient profiter des rachats de la BCE pour se désengager et refiler la patate chaude aux contribuables, via la BCE.

    Et Baudouin Prot de faire un chèque pour la Grèce, pour ‘solde de tout compte’ …
    Hallucinant.

    PS : l’Italie, c’est le pays de tous les dangers pour les banques françaises.
    Plus de 50% de l’exposition européenne est française (410 milliards sur 819), très loin devant l’Allemagne (169 milliards) !!
    A titre de comparaison, l’Espagne, c’est ‘seulement’ 146 milliards …
    Quand je disais lors des derniers investissements de CASA (en Italie) qu’il suffisait de suivre ceux-ci pour savoir quel placement il faudrait éviter de faire … 🙂

    1. Et l’Allemagne est exposée à son tour à la dette française…d’où on ne permettra pas à l’Italie de s’effondrer.

  44. Les contes du Doigt Mouillé :

    « Aux inquiétudes à propos du niveau de la dette publique se superposent désormais celles sur le danger d’une récession atteignant toute l’économie occidentale. Le FMI vient d’y contribuer en écrivant dans son rapport annuel sur le Royaume-Uni que « les perspectives de croissance sont sujettes à des incertitudes considérables ». »

    Le même FMI qui annonçait, il y a trois mois et demi que « les perspectives de l’économie mondiale étaient « bonnes », sauf à imaginer un choc pétrolier…[Il] a laissé inchangée sa prévision de croissance mondiale établie en janvier, à 4,4 % en 2011, après 5 % en 2010… »

  45. Rions un peu…

    Elena Selgado : « La situación es de tensión, pero España la aborda en posición de relativa tranquilidad. Nuestra deuda terminará el año en el entorno del 68% del PIB muy lejos de países como Alemania o Bélgica que superan el 100%, y las emisiones de deuda ya han cubierto más de dos tercios de las necesidades de todo el año »

    En gros, tout va bien en Espagne, puisque la dette est fixée à 68 p.c. du PIB, tandis qu’en Allemagne et en Belgique, elle excède 100 p.c. du PIB… Z’avez compris, les marchés financiers : vous vous trompez de cible, c’est la dette allemande qu’il faut harceler .

Les commentaires sont fermés.