L'actualité de la crise : CAMISOLES DE L'ESPRIT, par François Leclerc

Billet invité.

Les yeux rivés exclusivement vers l’Europe et les Etats-Unis, il n’en faudrait pas pour autant négliger la Chine et le Japon, détenteurs des deuxième et troisième place au classement mondial des puissances économiques, pour faire le tour du propriétaire.

La Chine connaît un boom du crédit, dont la croissance n’est toujours pas enrayée. Selon l’agence Fitch, qui s’est penchée sur le dossier à la suite de Moody’s évaluant l’énorme endettement des collectivités locales, ce sont successivement pour 1.050 milliards d’euros en 2009, 870 milliards en 2010 et prévisionnellement 875 milliards en 2011 de crédits qui auraient ou vont être accordés. Mais il s’agit d’estimations ne prenant pas en compte les circuits parallèles, notamment les prêteurs sur gage, ni les crédits accordés par les banques de Hong Kong ou par des institutions non bancaires, ainsi que les lettres de crédit des entreprises. Selon l’agence, le volume total des crédits distribués en 2011 pourrait atteindre le montant de 2.000 milliards d’euros…

Par son ampleur, cette situation porte en germe la déstabilisation du système bancaire, en dépit des relèvements successifs du ratio de fonds propres des banques décidés par les autorités réglementaires. Les Chinois ont à leur tour cédé à la logique financière et mis en marche une machine à fabriquer de la dette, suscitant la formation d’une gigantesque bulle, avec comme seule perspective de la voir crever, faisant beaucoup de dégâts dans le secteur modernisé de l’économie du pays. Selon les statistiques officielles, la croissance continue de dépasser les 9% annuels.

La croissance en accéléré n’a donc pas comme seuls effets de gros dégâts environnementaux, mais aussi un apprentissage financier précipité, qui va difficilement conduire au recentrage sur le marché intérieur, comme proclamé.

Dans l’immédiat, c’est l’inflation qui sévit, y compris sur les produits alimentaires de base. En une seule année, le prix du porc a augmenté de 57,1%. La stabilisation des prix est donc l’objectif gouvernemental numéro 1, en raison de ses incidences sociales et des risques d’agitation, afin aussi d’éviter des hausses de salaire généralisées qui nuiraient à l’exportation. Mais la banque centrale chinoise a déjà augmenté ses taux d’intérêt à cinq reprises en huit mois, sans résultat.

L’économie japonaise devrait, selon la Banque du Japon, connaître en 2011 une croissance maximale de 0,4%, en baisse par rapport à ses précédentes prévisions. Contrairement aux attentes optimistes qui prédisaient une rapide relance en raison de la reconstruction des zones dévastées du pays, un ensemble de facteurs concourt à ces plus sombres présages. La localisation d’unités de production dans les zones sinistrées, le rationnement de l’électricité, ainsi que le baisse de la consommation des Japonais. Mais surtout la rupture de la chaîne d’approvisionnement de la production, occasionnée par les ravages du tsunami, et dont le rétablissement demande du temps. Les circuits logistiques ont été désorganisés, paralysant un appareil productif travaillant à flux tendu pour optimiser les coûts financiers, démontrant la grande fragilité de ce type de mécanique.

L’avenir ne s’annonce pas rose, étant donné la hausse prévisible du coût de l’énergie et la remise en service difficile de nombreuses centrales nucléaires – 35 centrales sur 54 sont actuellement à l’arrêt – sous la pression d’une opinion publique qui s’est réveillée à la faveur de la catastrophe de Fukushima.

Le Japon n’est pas prêt de sortir de sa trappe à liquidité, les facilités accordées par la Banque du Japon englouties en pure perte. La crise politique qui rebondit actuellement n’est pas de nature à régler ce problème lancinant. L’édifice financier japonais, longtemps considéré comme sain, au prétexte irréfléchi mais répété à satiété que la dette était financée en interne, pourrait à force donner des signes de grande faiblesse. L’actualité européenne a montré que ce qui était considéré comme un gage de solidité pouvait se révéler un grand danger.

« On ne peut plus soutenir que la politique menée jusqu’à présent garantisse la sécurité de l’exploitation de l’énergie nucléaire. Nous devons concevoir une société qui puisse s’en passer », vient de reconnaître Noato Kan, le premier ministre. Une sortie progressive du nucléaire du pays n’est encore qu’une perspective, pour laquelle aucun calendrier n’a été fixé, et qui va être vivement combattue par le complexe électro-nucléaire et les milieux industriels qui craignent que des délocalisations de la production en résultent. Mais, en tout état de cause, l’objectif de faire monter d’ici 2030 la part de l’électro-nucléaire de 30 à 50% de la production énergétique est d’ores et déjà mis en question, non sans conséquences pour l’appareil productif.

Un tel rapide survol de la Chine et du Japon conduit à se poser une simple question, sachant ce qui se passe aux Etats-Unis et en Europe : où va ce système qui partout est désormais en échec ?

Pour l’Europe, le futur directeur général de la BCE, Mario Draghi, a fourni avec assurance une réponse, donnée à l’occasion d’une allocution prononcée devant l’Association bancaire italienne : « La solvabilité des Etats souverains n’est plus un fait acquis mais doit être gagnée sur le terrain avec une croissance forte et durable, seulement possible grâce à des comptes publics en ordre ». Il en a tiré comme corollaire que « Le coût du crédit reflète aujourd’hui cette nouvelle condition, il est plus élevé pour les pays à croissance basse et avec des finances publiques plus faibles », rendant « encore plus essentielles des réformes structurelles ». Il faut mériter le crédit, lui aussi.

Il n’est plus nécessaire de détailler ce qui est entendu par réformes structurelles. Il n’est pas un plan d’austérité européen qui ne soit assorti d’un programme de privatisations ou qui prépare l’essor des assurances médicales privées ou des fonds de pension par capitalisation, à force de restrictions. Exemple symbolique épinglé en France, une première route nationale sera bientôt sous régime concessif, devenant à péage. A la recherche de nouveaux centres de profits, le système financier continue de prendre ses aises. Le « moins d’Etat » n’a pas d’autre raison, si ce n’est la nécessité par ailleurs que les Etats cèdent la place sur le marché obligataire pour que les institutions financières puissent y être servies dans les meilleurs conditions.

Sous la pression des marchés le gouvernement italien vient de durcir son nouveau plan d’austérité, qu’il devrait selon des délais jamais atteint faire adopter dans l’urgence vendredi. Une leçon est à en tirer : les uns après les autres, les pays européens engagent un même régime sévère d’une ampleur jamais vue sans rencontrer d’autre réaction notable que celles des indignés. Le monde occidental a basculé dans une véritable hystérie collective et punitive. Mais sans aucune garantie de succès, tout au contraire.

Une logique d’enfermement est systématiquement utilisée, martelant qu’il n’y a pas d’alternative. Avec comme clé de voûte que le monde est dirigé par les marchés et qu’il faut s’y soumettre. La solvabilité des Etats doit « être gagnée sur le terrain » a énoncé à Rome Mario Draghi, il voulait dire sur les marchés. L’industrie électro-nucléaire nous a habitués à ces raisonnements d’enfermement, ces camisoles de l’esprit endossées au nom du réalisme. Hier pour répondre à la demande en croissance vertigineuse d’énergie, aujourd’hui pour combattre l’émission de CO2.

Sur la brisée des parlementaires allemands, qui ont initié cette mesure, et dans le cadre de la tarte à la crème du renforcement de la bonne gouvernance, le parlement français vient d’adopter une « règle d’or » de retour à l’équilibre budgétaire. Tentative de graver celui-ci dans la constitution, qui vise à la rendre le plus possible indiscutable, au prétexte d’être raisonnable. Aboutissant dans la pratique à sanctionner l’abdication du pouvoir électif au profit des marchés, mise en cause au nom des nécessités du moment de la démocratie politique, dans toutes ses imperfections mais avec également ses acquis.

Faut-il rappeler comment le système financier utilise aux Etats-Unis avec le succès que l’on sait les méandres de la loi, afin de garantir ses marges d’évasion. Les lois qui régissent l’activité financière sont d’une complexité folle, permettant de toujours y trouver des trous permettant de les contourner… en toute légalité. Mais ces mêmes lois sont parfois bien utiles. En décembre 2010, Philip Morris, la multinationale du tabac, a attaqué devant le Tribunal des résolutions de la Banque mondiale l’un des plus petits pays d’Amérique Latine, l’Uruguay, coupable d’avoir imposé une des législations les plus restrictives du continent à propos du tabac. Arguant d’une violation de ses droits intellectuels, Philip Morris poursuit le pays pour entrave à la liberté du commerce, mettant en cause une disposition prévoyant que sa marque ne pouvait au maximum occuper que 20% de la surface des paquets de cigarette…

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

102 réflexions au sujet de « L'actualité de la crise : CAMISOLES DE L'ESPRIT, par François Leclerc »

    1. Combien de temps ces économies malades peuvent-elles survivre, c’est en effet la seule question qui compte:
      3mois ? 3 ans ???

  1. Texte remarquable, comme d’habitude. Sauf que vous n’avez rien compris, Mr. Leclerc:
    « Protéger les faibles contre les forts, c’est l’essence du libéralisme ».
    (Christine Lagarde le 25 mai dans le journal de 20 h de France 2, citée par Télérama)

    Blagues à part, je suis étonné de voir à quel point tous ces politiques et financiers ont l’air d’ignorer la Physique de la Cocotte-minute, autrement dit les leçons de l’Histoire depuis 2 siècles.

    Et la cocotte-minute, inexorablement, continue de chauffer…

    En Espagne, selon le secrétaire général du deuxième syndicat espagnol, l’UGT (socialiste), 75 % des municipalités andalouses sont en faillite.
    http://www.libremercado.com/2011-07-13/ugt-advierte-de-que-el-75-de-los-ayuntamientos-andaluces-esta-en-quiebra-1276429451/

    Et en France il y a de plus en plus de personnes surendettées:

    « Le nombre des dossiers déposés auprès des commissions de surendettement a progressé de 8,8% au premier semestre 2011 par rapport à la même période de 2010, selon des chiffres publiés mercredi par la Banque de France. »
    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/07/13/97002-20110713FILWWW00361-surendettementdepot-dossiers-88.php

    1. Bonsoir Pablo,

      Personne n’ignore le phénomène de la cocotte-minute. C’est bien là le drame.

      Je suis vraiment très étonnée que l’on dise constamment qu’ils ne savent pas faire.
      C’est, depuis le début, un fondement d’analyse erronée.

      Ils savent parfaitement bien ce qu’ils font et leur justification est multiple : de l’idéologie de tréfond au bénéfice plus superficiel. Investiguez sur où passe tout cet argent draîné et vous percevrez mieux la raison pour laquelle ils iront jusqu’au bout.

      1. En 1788 vous auriez dit que le Roi et les aristocrates français savaient parfaitement ce qu’ils faisaient. Et peut-être que c’était vrai. N’empêche que la cocotte-minute leur a explosé à la g… quelques mois après.

      2. Oui mais en 1789, vous oubliez un grand détail si je puis dire : ce n’est pas le peuple qui a fait tomber le régime, mais la bourgeoisie qui voulait le pouvoir pour en arriver à ce capitalisme que nous connaissons depuis, alors si vous attendez que le peuple combatte et se révolte seul juste par soucis de justice vous pouvez attendre longtemps Pablo.

      3. Quelle soit réelle ou simulée, la compétence financière des politiques est très limitée, voire nulle: c’est d’ailleurs une excellente raison pour les financiers de les financer… Et quand certains grands politiques réalistes et très bien conseillés prennent le risque d’affronter les serviteurs de Mammon, ils se font renvoyer ou « neutraliser »… On voit le résultat du « péché monétaire de l’Occident »!
        « Il semblerait que l’Occident s’applique à mettre en œuvre ce précepte de Lénine : « Pour détruire le régime bourgeois, il suffit de corrompre sa monnaie » J. Rueff.
        C’est fait!

      4. N’empêche que c’est le peuple qui a commencé presque toutes les grandes révolutions, même si après il se fait massacrer souvent et il se les fait confisquer presque toujours.

        Je ne dis pas, Liervol, que le peuple va combattre pour la justice, je dis qu’un jour il sortira dans la rue de façon violente et que les politiciens seront obligés de l’écouter. En Espagne, autant le mouvement des « indignados » était voué à l’échec à cause de la récupération dont il a été l’objet par les agitateurs et les fêtards de toujours, autant des résistances concrètes s’organisent beaucoup plus efficacement: à Madrid ou Barcelone il est impossible maintenant de déloger ceux qui ne peuvent plus payer leur appartement. À chaque fois que des huissiers et la police essaient de le faire, il y a quelques centaines de personnes, coordonnés grâce à internet, qui l’empêchent. Quand le sentiment d’injustice arrive à certains seuils les gens se mettent à bouger, parce qu’ils n’ont plus rien à perdre.

        En Grèce, en Espagne, en Italie, au Portugal, et même en France, il est évident que si la cocotte-minute continue à être sur le feu elle explosera un jour. Et contrairement à ce qui est arrivé en France en 1791, 1792, 1848, 1851, 1871, on ne pourra pas massacrer le peuple qui sortira bruler les banques.

      5. Question ( pour eclairer sur le sujet de conversation):

        Qui a massacré le peuple , dans toutes les occasions, en 1791, 1792, 1848, 1851, 1871????

        PS : Attention à la réponse … car, il y a plusieurs données et paramètres …. donc plusieurs réponses …

      6. pablo 75
        « Le peuple » est terriblement ignorant et naif en matière d’économie et politique; on peut lui raconter n’importe quoi ou presque. Il aime croire aux bonnes paroles onctueuses, aux discours vernis, aux sourires vendeurs des représentants de la classe politique. Les résultats aux élections le démontrent bien.
        Pourquoi croyez-vous que nous sommes arrivés à ce degré de dèsinformations et mensonges, que ce soit le debâcle de l’euro, Afghanistan ou autre chose?
        La grande Révolution de 1789 n’a pas été initiée par « le peuple », mais par une bourgeoise ambitieuse, minée par le système. Le bon peuple est passé derrière.
        Et tant chacun aura sa télé, sa baguette et son quart de rouge, il n’y aura pas de révolution.

      7. @ Germanicus

        « La grande Révolution de 1789 n’a pas été initiée par « le peuple »… »

        Ah bon? La prise de la Bastille c’était les bourgeois?

        « Le matin du 14 juillet, au moins 40.000 personnes se presentent devant les Invalides pour prendre les armes par la force. Deux forces peuvent les en empêcher : les invalides hebergés aux Invalides, qui disposent d’artillerie, les régiments qui campent sur le champ de mars, c’est à dire tout près. Ni les uns ni les autres n’acceptent de tirer sur les parisiens, les Invalides se revèlent donc sans défenseurs! Les émeutiers forcent le passage et s’emparent d’au moins 30.000 fusils. A 10 heures du matin, les parisiens sont armés, mais n’ont pas de munition. On dit qu’il y en a à la Bastille…  »

        http://his.nicolas.free.fr/Dates/Evenements/PageEvenement.php?mnemo=PriseBastille1789

      8. @ Germanicus
         »
        « Le peuple » est terriblement ignorant et naif en matière d’économie et politique; on peut lui raconter n’importe quoi ou presque. »

        Oui, quand tout va bien il s’en fout. Mais quand ses poches sont vides… Si vous saviez à quel point les espagnols sont en ce moment calés en matière de prix, prêts, hypothèques, taux d’intérêt, euribor, etc, vous seriez très surpris.

        Quant à la « naïveté » du « peuple » on en reparle après le premier tour des élections présidentielles de 2012, ok?

    2. « Protéger les faibles contre les forts, c’est l’essence du libéralisme ».
      (Christine Lagarde le 25 mai dans le journal de 20 h de France 2, citée par Télérama)

      mais aussi PJ dans le cap à l’agonie pages 39 et suivantes où les limites et les dérives sont décrites;

      Et la cocotte-minute, inexorablement, continue de chauffer…

      La cocotte minute ne chauffe pas. On la fait chauffer, jusqu’à ce que…

      1. Si les faibles (parce que moins nombreux) n’avaient pas besoin d’etre protègés , il n’ y aurait pas besoin de flics .
        Un ancien voleur , ministre de la justice , a dit que la force de la police résidait dans l’ignorance par le peuple de sa faiblesse .

      2. @ Kercoz
        amusante votre citation, parce que c’est une réflexion que je me suis faite en voyant les images des émeutes en Angleterre et en Grèce. Les forces de police auraient pu être massacrées vu la puissance potentielle des foules.
        D’ailleurs, au printemps il y a eu une émeute à Bristol. Les émeutiers ont fait se replier la police alors que le ratio était d’un policier pour 2 émeutiers (160 contre un peu plus de 300).
        D’ailleurs ce qui est frappant dans les vidéos de cet évènement est de voir comment les personnes dans la rue acclament le départ des policiers, comme s’il s’agissait du repli d’une force d’occupation.

        Dans le fond la force des autorités ne réside que dans l’autorité que nous leur accordons psychologiquement.

        Tout l’art de la guerre est basé sur la duperie.

        L’art de la guerre
        Citations de Sun Tzu

        Source : Citations de Sun Tzu – Dicocitations ™ – citation

    3. voilà les pauvres qui imitent les banques, le surendettement devient une stratégie par défaut.Why not surenchérir dans le pire ? Défendre les faibles c’est déjà les convaincre qu’ils le sont, perversion totale et propagande.

  2. Monsieur Leclerc,

    Je partage votre pessimisme sur la situation. Elle est fort sombre et s’accelere. C’est le Grand Soir, pas celui prevu mais le Grand Soir quand meme. Nous allons connaitre la vraie et la pure societe de marche pour cause de TINA.

    Comment sortir de ce TINA ? Cela doit passer par une regulation de nos relations non financiere, non quantifiable et meme carrement non scientifique. Je peux creer des lois regissant mes relations hors de toute science. La paranoia, la schizophrene, les psychoses prouvent que c’est possible du point de vue negatif. Ces maladies ont forcement une forme positive, meme si ce n’est que pour prouver que nous, les humains, avons des comportements hors de la science et de la raison. Il faudra l’accepter ou accepter la pure, la vraie et la totale societe de marche qui est mise en place maintenant et sous nos yeux.

    Elle est en train de triompher. C’est un desastre. En France, l’UMPS lutte pour son avenement. Ce sont les socialistes espagnols qui ont lance le mouvement dans leur pays. Les Democrates et les Republicains US sont en course pour savoir lequel ira le plus loin dans ce sens. La CDU a continue sur la lancee du SPD. Si le second revient, il continuera. Etc… Tout cela va foirer car base sur une creation de dettes de plus en plus impayables. C’est aussi la science economique, politique, etc… en action.

    Ces sciences sont une autre forme de TINA. Ces sciences affirment ce qui doit etre. Elles le disent sans imagination, sans creativite. Elles sont le carcan et l’armature de la prison dans laquelle nous nous debattons. Elles sont aussi la raison pour laquelle l’UE se bat pour sauver les banquiers jusqu’au ‘dernier Grec vivant’.

    L’echec financier est assure. Il n’est que le symptome d’une autre crise intelectuelle plus grave encore.

    1. Il n’y aura de régulation que lorsque les Etats auront retrouver leur souveraineté et que les banques centrales appliqueront la politique des dits Etats et que ces dernières seront les seules à émettre de la monnaie. Bref, il faut revenir à ce qui se passait dans les années soixante où nous connaissions la croissance.

      1. @coligny,

        Je vous signale que dans les années soixante, le système monétaire qui était en place était celui de Bretton Woods, c’est à dire fondé sur une seule monnaie, le dollar, lui même défini en or au taux fixe de 35$/oz, les autres monnaies étant définies par rapport au dollar suivant des taux fixes mais ajustables après négociations et accords des partenaires. La « souveraineté » dont vous parlez était donc toute relative!

        Est ce ceci que vous désirez remettre en place?

        Un système de changes flottants, comme l’actuel, présuppose que les états ne puisse pas se financer directement auprès de leurs banques centrales mais soient obligées de passer par le marché secondaire, ce qui est le cas aujourd’hui pour toutes les monnaies qui participent à ce système (euro, dollar, yen, livre…). Sans cette obligation, un tel système aurait dérivé très rapidement et n’aurait pas tenu en place plus de quelques mois.

        Il est clair que ce système de changes flottants présente de nombreux défauts mais je ne pense pas que revenir à Bretton Woods soit non plus une solution.

        Il nous faut un système entièrement nouveau, mieux adapté à la réalité du monde du XXIeme siècle qui n’est plus mono-polaire avec les USA comme seuls maîtres à bord. Le système qu’il faut mettre en place doit être basé sur un étalon commun mondial (Bancor) et une chambre de compensation mondiale.

        Le problème est que pour le moment, les USA et un certain nombre d’autres pays ne veulent pas en entendre parler. Donc, qu’est ce qu’on fait en attendant?

        Ce qui est clair c’est que l’on ne peut pas faire n’importe quoi, du genre garder le système actuel de changes flottants et relâcher l’interdiction faite aux états et l’indépendance des banques centrales…

    2. moi je suis optimiste / révolté mais optimiste / regardé ce qui s’est passé en islande les citoyens on refusés de payer / ils ont fait face au FMI / à EU / ils sont entrain de reécrire leur constitution / le passé ne disposait de la technicité d’aujourd’hui / l’avenir avance masqué….

  3. Moody’s Puts US AAA Rating On Downgrade Review.

    BOOM: « The review of the US government’s bond rating is prompted by the possibility that the debt limit will not be raised in time to prevent a missed payment of interest or principal on outstanding bonds and notes. As such, there is a small but rising risk of a short-lived default. Moody’s considers the probability of a default on interest payments to be low but no longer to be de minimis. An actual default, regardless of duration, would fundamentally alter Moody’s assessment of the timeliness of future payments, and a Aaa rating would likely no longer be appropriate. However, because this type of default is expected to be short-lived, and the expected loss to holders of Treasury bonds would be minimal or non-existent, the rating would most likely be downgraded to somewhere in the Aa range. »

    A la demande d’Obama j’imagine pour mettre la pression sur les reps?

    http://www.zerohedge.com/article/moodys-puts-us-aaa-rating-downgrade-review

    1. http://www.lesechos.fr/investisseurs/actualites-boursieres/reuters_00361044-reunion-tendue-a-la-maison-blanche-apres-l-avis-de-moody-s-193891.php

      « J’en suis arrivé au stade où je dois dire: ‘ça suffit!’ Est-ce que Ronald Reagan resterait assis ici? J’ai atteint mes limites. Cela peut peut-être entraîner la fin de ma présidence, mais 543843616 ne céderai pas sur ce point »

      aurait affirmé Barack Obama selon un attaché parlementaire républicain.

  4. Israël-Iran, Inde-Pakistan, Assassinat d’Obama quel évènement va relayer l’effondrement systémique au deuxième plan ?

    1. Je crois très modérement à cette dégradation (du moins dans les mois qui viennent). Le rôle de cette annonce est probablement de nous faire gober que les agences de notation n’en veulent pas qu’aux pays de l’UE et qu’elles sont indépendantes des autorités américaines.

  5. « La solvabilité des Etats souverains n’est plus un fait acquis mais doit être gagnée sur le terrain avec une croissance forte et durable, seulement possible grâce à des comptes publics en ordre »

    Il est parfait ce garçon, « the right man at the right place ».
    Sans rire, il semble moins finassier que JCT, le bouquet final est pour bientôt.

    1. La vie semble simple au Chili, la gauche garde des entreprises nationales et la droite privatise, au moins on sait contre qui se battre (quelque-soit son camp).

  6. J’ai des patates qui ont germées dans mon frigo… je les ai planté dans le jardin de ma résidence ce soir… j’en aurai peut être besoin cet hivers.

    1. Planter des patates mi-juillet, c’est trop tard. Ne comptez pas sur elles pour manger cet hiver.
      L’humanité n’a pas de beaux jours devant elle avec de tels jardiniers…. A moins qu’il ne s’agisse d’une métaphore.

      1. @arkao
        « Planter des patates mi-juillet, c’est trop tard ».

        FAUX ! Tous les ans, depuis de nombreuses annés, je le fais, et je récolte en septembre.
        Je vais m^me en replanter demain, pour récolter au mois d’octobre, juste avant les gelées.

        Le problème c de trouver des plants, à cette époque il n’y en a plus. Il suffit d’en acheter plus au bon moment et le tour est joué.
         »
        « L’humanité n’a pas de beaux jours devant elle avec de tels jardiniers »…. C quand même un comble de votre part !

        @Mitch Plantez vos patates, vous en mangerez en septembre, parole d’un jardinier compétent et expérimenté !

      2. @ arkao : j’ai bien ri en vous lisant, et je me suis dis que malgré tout il y avait peut être un espoir que mon « rêve » se réalise. Et au pire mes patates auraient poussées l’année prochaine.

        @ Cpourquand: merci d’avoir encouragé mes espoirs, maintenant j’y crois à mes patates pour l’hivers.

        Non seulement les patates avaient germées, mais il y avait des tiges… ça faisait longtemps que ces patates étaient dans mon frigo, dans le bac à légumes… je n’arrivais pas à me résoudre à les jeter, et j’habite dans une zone assez urbanisée. J’ai pris mon courage à deux mains et à la vue des appartements voisins, j’ai commencé à creuser la terre (à coté d’une vielle souche) et planté mes patates. Je me suis senti un peu comme un vieux fou (malgré mes 30 ans), mais bon, peu importe, j’aurai peut être des patates en septembre. Et allez savoir, au train où vont les choses, j’en aurai peut être besoin.

      3. @ Mitch :

        Bonne idée d’avoir planté vos patates à mi – juillet . Si conditions favorables —> vous récolterez à l’identique d’une récolte réalisée en juillet. Bonne chance .

        « Et au pire mes patates auraient poussées l’année prochaine »: Non Mitch !!!! Très peu probable , en raison de multiples facteurs et paramètres, dont certains ne sont connus que de vous même ( climat et météo de votre secteur, connaissance et travail de votre sol , présence de nuisibles – larve de hannetons pour seul exemple- et auxiliaires etc, ….).

      4. Après une invasion de doryphores, ça fait des années que je n’ai pas mangé une patate, je n’y pense jamais . Du riz, acheté par sacs de 25kg au moment du nouvel an chinois me les ont fait oublier. Le potager est plein de tomates et de bien d’autres légumes, mais pas de patates.

    2. Un peu tard pour planter des patates. Les gens qui possèdent la parcelle voisine de notre verger viennent juste de ramasser les leurs.

      1. La limite pour planter des patates est marquée par la fenaison des lilas.En Belgique et jusqu’à la région parisienne y comprise.

      2. A moins d’avoir une très grande surface à cultiver et d’être un intégriste du « bouffer maison », je crois surtout que c’est une belle connerie de sacrifier des m2, du temps et des intrants pour des patates maison plutôt que pour des vrais légumes de saison, surtout quant on voit que les prix des patates standards (pas les saloperies hors de prix, imbouffables et pauvres en amidon) sont au plus bas. Pour indication, la tonne se négocie à 120€ contre 330 en janvier et 200 il y a un an.
        Et le producteur du Lot et Garonne qui nous livre ses binges tous les deux mois d’octobre à mai avec ses pommes, c’est 12,50 € les 25 Kgs… à domicile et pas lavées.

      3. @ Vigneron : Bonjour !

        -T’as BU ? Quoi ???
        – « plutôt que pour des vrais légumes de saison » : La récolte de patates en sept-octobre , plantées mi-juillet, n’est donc pas un « VRAI » légume de « SAISON » … Selon lequel de tes référentiels ????

        @ Mitch : ne tiens pas compte de ce que certains ecrivent … Tu a pris cette initiative , et c’est très bien …. Je souhaite que d’autres suivent…. Tu verras le résultat …. et puis, c’est toujours une expérience supplémentaire, peu contraignante !!!!

        @ Vigneron :
        – Binge ???? Je vois ….. s’cuse … J’entrevois ( faut être prudent avec le M’sieur, dès fois que … ).
        – Dis donc, avant que je ne retourne m’occuper de mes astéracées, comment donc , tu l’as conduit ton exploitation ??? ( sauf à ce que ton pseudo, ne précise en rien ta profession ….???
        – Arrête de grogner … tu es fatigant , à la longue … Dis nous plutôt , si tu rognes ????
        – De la diversité, nait la richesse …. T’as prévu quel additif, pour cette année ??? Plutot fraise des bois, framboise ou mulch…. ????
        – A quel dosage ton hydroxyde de cuivre ???? à quelle fréquence ??? combien de fois cette année ???? Utilisation de mouillant ???? Justifie …

        Pas mal ce p’tit beaujolais blanc, pour un 14 ????

      4. Salut à tous.
        À jacques a :
        faut pas oublier les microclimats… les miennes (de patates) n’ont pas encore fini de fleurir…
        À Mitch :

        J’ai des patates qui ont germées dans mon frigo… je les ai planté dans le jardin de ma résidence ce soir… j’en aurai peut être besoin cet hivers.

        fais gaffe aux endroits où tu plantes tes « e » et tes « s », sinon, ça risque de ne pas repousser correctement la prochaine fois que tu en auras besoin…

        J’ai des patates qui ont germé dans mon frigo… je les ai plantées dans le jardin de ma résidence ce soir… j’en aurai peut être besoin cet hiver.

        Et ne désespère pas, ça ne me semble pas être un blog de jardiniers ici… Tes patates ne seront pas « primeur » mais probablement mangeables quand même, un peu tard, mais ça gène pas… Faut seulement que t’aies pas 30 cm de « permafrost » pour t’empêcher d’y accéder. Pense-z-y, une bonne couverture en peau de bébé phoque et tout ira bien.
        Amicalement,
        mqr

      5. @tomate de saison

        Sache que les patates (demande aux bretons ou aux irlandais – s’il en reste et s’il se souviennent ces malheureux) c’est d’abord un légume de conservation longue, que les jolies petites « pommes de terre nouvelles » ou primeur, roses, blanches, bleues, « de Troudubas », « Trouduhaut », de « Bel Ilot » ou « Noirmouton » ou « de mon jardin » sont juste une aimable plaisanterie hors de prix pour laquelle le p’tit bourge epsilon ou lambda paye religieusement de la flotte à prix d’or. Bref que je donnerai jamais un kilo des bintjes de mon pique-bouzic marmandais pour dix de couillonerie genre Chérie amoureusement entretenue par un con de bio-voisin.
        Me lance pas sur les techniques culturales comparées de la vigne en zone tempérée gulfstreamo-dépendante, j’ai passé l’âge de discourir des jours et des nuits sur ces enfantillages.
        Mode de conduite ? Le mien.
        Bio-doversité ? Ça va. Elle est même à l’étroit ma vigne et ça y pousse, bourdonne, piaille, trotte et rampe comme jamais.
        Rognage ? Un seul cette année, stop végétatif et phénologique depuis trois semaines, à rendre chèvre un vigneron, contrainte hydrique, zavez pas entendu parler. Bon coté : rien à branler dans les vignes. Plus d’épamprages, plus de sagattes de p-g, plus de rognages, pas d’échardage, pas d’effeuillage, plus de traitements, plus de tontes, plus de d’herbe, p’têt ben plus de vendanges, juste la regarder dépêrir, se mettre en position pseudo-hiver. moi pareil.
        Additif : connais pas, pas été en stage chez les ossies ou chez Gallo. Coup d’bol.
        Hydroxyde de cuivre : J’aime pu l’bleu depuis un bail. Oxyde cuivreux (jolis reflets brique) au mois d’aout, cette année ça m’étonnerait. Mais bon j’ai le stock sous la main, 1kg Ha sur le haut du feuillage en face par face et basta.
        Mouillant : bon pour les lapins d’six semaines.

      6. @ Vigneron :

        Tu vois quand tu veus …. Tu es plus « consommable », moins « pollueur », comme il y a quelque temps … déjà!

        – Maintenant , je te laisse à tes certitudes et tes vases clos en matière de jardinage et vigneronnage …. et surtout, le reste !
        – De la diversité naît la richesse …..

        Bonne soirée !

        PS : Tomates des saisons ….. ( c’est mieux … comme pour les patates, par ailleurs)….

        Et vive les prises d’initiatives comme celles relatées par Mitch !

    3. Salut Mitch

      Vous nous tiendrez au courant du résultat ?
      Bon sinon une mauvaise nouvelle, y´a un blogeur jardinier qui dit que si les germes sont trop gros, ça affaiblit la patate… à suivre donc.
      Si vous manquez de place il y a la technique de la tour à pommes de terre.. Il paraît que ça donne de bon résultats et ça a l´avantage de pouvoir être tenté sur une terrasse ou un grand balcon.

    4. Cette sympathique polémique potagère sur la date de plantation des pommes de terres m’inspire la réflexion suivante:
      On peut, pourquoi pas, forcer des variétés hatives dans des conditions optimum de fertilité, d’ensoleillement et d’irrigation. Pourquoi faire alors qu’on peut s’adapter aux cycles naturels des plantes et des saisons ?
      J’ai sans doute eu tort d’être méchamment ironique envers Mitch, apparemment plein de bonne volonté. Mon propos, mal formulé, consistait à rappeler que la production d’aliments demande des connaissances qui ne sont pas anodines et qu’il ne faut pas se bercer de l’illusion qu’en cas de disette annoncée il suffirait de planter quelques vieilles patates germées.
      @ Vigneron: Vous n’avez pas totalement tort sur le rapport surface / coût / qualité, en ce qui concerne la pomme de terre (quoi que sur la qualité gustative ça se discute). Reste le plaisir, sans doute subjectivement démultiplié, de déguster ce qu’on a bichonné pendant deux saisons.

      1. @ Arkao, Vigneron, Vincent Wallon, Mons que rien, Tomate et les deux Jacques:
        merci pour vos remarques, pour vos conseils techniques et remarques sur le marché de la patate.

        Je suis juste un citadin lambda qui s’est dit : plutôt que de jeter des patates ayant manifestement envie de vivre, autant leur donner une chance dans leur milieu naturel.
        Excès d’anthropomorphisme? Peut être. Naïf? Certainement C’est sûr que ce sont les circonstances sociales actuelles qui m’ont incitées à ce geste. Il y a 3 ans de cela, je pense que je les aurais jetées sans l’ombre d’une hésitation.

        Par ce geste, je ne prétends pas être jardinier (n’étant pas propriétaire d’un jardin) et encore moins agriculteur. Je suis ignorant (quoique moins grâce à vos contributions) et je reste humble face à la nature et à la connaissance.

        Inutile, désespéré, vain? Peu importe. C’est la somme des comportements individuels qui font les comportements collectifs. Si nous plantons tous nos patates qui germent dans nos frigos, allez savoir si cela ne rendra pas plus supportable une crise systémique majeure.

      2. Mitch, vous n’avez pas tort, continuez. L’expérimentation est toujours intéressante en matière de jardinage, qui est une belle école d’humilité. C’est comme ça que j’ai commencé, en expérimentant toutes sortes de plantations.

      3. @Mitch
        Vous avez eu raison, entièrement raison, et, tant que vous y êtes, vous pouvez aussi tenter quelques semis, s’il vous reste un fond de paquet de haricots secs, de lentilles ou de quoi que ce soit susceptible de germer !
        J’ai dans mon jardin plus de 70 pieds de tomates qui ont germé tous seuls, résurection des plants de l’an dernier.
        Deux pieds de patates idem, comme quoi une patate en terre peut survivre à l’hiver, aux nuisibles et même au motoculteur !
        Après, alea jacta est, qui ne tente rien n’a rien !
        Je constate de plus en plus que c’est lorsqu’on laisse faire la nature que l’on a les meilleurs résultats.
        Juste lui proposer de quoi faire pousser, après elle se débrouille, je crois plus aux gens qui ont la « main verte » qu’à tous les trucs de jardiniers, ceci par expérience, il y a dans ma famille quelqu’un qui peut semer n’importe quoi, n’importe où, n’importe quand et ça pousse !
        Il lui suffit de jeter des noyaux d’abricots (je dis bien jeter, pas mis en terre !), et ça germe !

  7. Cacophonie(suite et pas fin):

    Zone euro: valse-hésitation autour d’un sommet de crise sur la dette

    Les divergences de la zone euro sur la réponse à la crise de la dette se sont encore accentuées mercredi, notamment entre Paris et Berlin, avec le report probable d’un sommet extraordinaire sur la crise de la dette envisagé un temps pour vendredi.
    L’option d’une telle réunion à l’initiative du président de l’UE Herman Van Rompuy, visant à frapper fort en vue d’apaiser les marchés financiers alors que l’Union monétaire vacille sur ses fondements douze ans après sa création, avait filtré mardi.

    http://www.lalibre.be/toutelinfo/afp/333542/zone-euro-valse-hesitation-autour-d-un-sommet-de-crise-sur-la-dette.html

  8.  »Une leçon est à en tirer : les uns après les autres, les pays européens engagent un même régime sévère d’une ampleur jamais vue sans rencontrer d’autre réaction notable que celles des indignés. »

    C’est bien là le drame : il n’y a personne pour s’opposer.
    Les gens ont la trouille, ils ont perdu toute dignité en refusant de dire  »NON ».

    1. 20 septembre 1992 :

      Référendum sur le traité de Maastricht :

      Non : 12 626 700 votes.

      Oui : 13 165 475 votes.

      En pourcentage des suffrages exprimés :

      Non : 48,96 % .

      Oui : 51,04 %.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9f%C3%A9rendum_sur_le_trait%C3%A9_de_Maastricht

      Les Français ont dit oui au traité de Maastricht.

      Les Français ont dit oui à la monnaie unique.

      Maintenant, 19 ans après, il va falloir comparer. Il va falloir comparer les belles promesses des ouistes, et ce qui s’est passé dans la réalité.

  9. @Paul Jorion ou François Leclerc.

    Vous avez remarqué la différence de cotation entre Brent et WTI ?

    Le WTI (USA) côte moins cher que le Brent (mer du nord/Europe) de 20$ (il semblerait que des spécialistes prévoient un spread de 40$ prochainement). C’est du jamais vu apparemment.

    Comment un tel écart de prix peut il se concevoir ? Si l’Europe achète son pétrole 20, 30, voir même 50% de plus que les USA, je pense que nous allons avoir très vite de gros problèmes, non ?

    Et si le WTI (de meilleure qualité) côte moins (20% pour le moment) que le Brent, cela n’est il pas la preuve que l’économie américaine est en bien moins bonne position que la nôtre ? (il semble que le lieu de stockage physique du WTI soit saturé).

    1. Question difficile . Les bateaux sont un moyen de stockage aussi , surtout quant ils tournent en
      rond , en attendant le ‘bon’ cours . Et puis aux US il y a le gaz de schiste maintenant qui fait un malheur . En tirer des conclusions quant à la conjoncture me parait trés hasardeux , il n’ y a pas plus stratégique donc manipulé que le pétrole (à part l »or) .

  10. China: About 1.1 billion yuan worth of three-year bonds failed to sell, marking the first time the Ministry of Finance has not auctioned all local bonds on offer.

    Source:

  11. high frequency trading, HTF
    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/industrie-financiere/20110713trib000636089/pour-quelques-microsecondes-de-moins-et-quelques-milliards-de-plus.html
    « une opération, c’est 0,000002 seconde. En comparaison, un battement de cils prend 500 fois plus de temps ! »
    l’objectif « c’est 0,000000001 seconde. Soit un million de fois plus rapide qu’un battement de cils. » des poussières d’écailles d’ailes de papillon, l’ombre d’un vol nocturne de papillon… ça prend combien de temps la mort ? ça traîne un peu toute cette chute dans le temps

  12. Mercredi 13 juillet 2011 :

    Trois crans de moins. C’est la sanction décidée par l’agence de notation financière Fitch, qui a dégradé sa note sur la Grèce, qui passe donc de B+ à CCC. En clair, l’agence considère maintenant qu’un défaut de paiement du pays est une « possibilité réelle ».

    Une décision jugée « incompréhensible » par le ministre des Finances grec. Plus encore que le gouvernement d’Athènes, c’est l’Europe que critique l’agence Fitch, évoquant « l’absence d’un plan crédible et dûment financé » de l’UE et du Fonds monétaire international. Les deux instances peinent en effet à se mettre d’accord sur un second programme de prêts, après un premier plan de 110 milliards d’euros adopté en mai 2010.

    Au sein même de l’Union, les dirigeants peinent à se mettre d’accord. D’abord annoncé pour vendredi, un sommet extraordinaire de la zone euro devrait se tenir la semaine prochaine. L’Allemagne avait d’abord exprimé des réticences sur la tenue d’une telle réunion, attendant d’en savoir plus sur une participation du secteur privé, avant d’en accepter le principe mercredi.

    Pour Romano Prodi, ancien président de la Commission européenne et ancien Premier ministre italien, l’Europe a « lourdement échoué » à surmonter la crise de la dette. Il appelle notamment Berlin à « assumer un rôle de direction ».

    Dans une lettre ouverte, le président de la Fondation Robert Schuman, Jean-Dominique Giuliani, fulmine : « le spectacle que donnent les Européens face à la crise grecque est un véritable désastre ». A force de tergiverser, prévient-il, « l’Europe danse au bord du gouffre ».

    http://www.europe1.fr/Economie/La-Grece-s-enlise-dans-la-crise-628525/

    1. « Plus encore que le gouvernement d’Athènes, c’est l’Europe que critique l’agence Fitch »

      déjà fin janvier : « UE-Fitch attend des réponses sur le mécanisme permanent fin mars »
      http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRLDE70O0ZZ20110125

      # Président de la Convention européenne (depuis 2001)
      # Président du comité consultatif international de l’agence de notation Fitch (depuis 2002) :
      http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/le-conseil-constitutionnel/les-membres-du-conseil/liste-des-membres/valery-giscard-d-estaing.222.html

      avant la politique des marchés, c’est le marché aux politiques…

      Donc, si j’ai bien suivi : des spéculateurs, principalement européens (resterait à déterminer les actionnaires), spéculent contre les pays européens, en suivant les notes des agences américaines( un peu chauvines), ce qui laisse le choix aux pays européens, entre la débandade économique, ou plus d’intégration (toujours la forme de l’UE est décriée, jamais les traités qui permettent cette spéculation). L’union forcée fait la force, à croire.

      D’un autre coté, ils le demanderaient gentiment, ce serait moins efficace. Même l’Allemagne se retrouve coincée entre ses retraites et ses exportations.

  13. Si le 29 juillet 2011 , les états unis et l’europe n’ont pas d’accord pour circonscrire leurs dettes , c’est le crack mondial , nous seront dans la configuration du 11-11.
    Notez sur vos agendas.

  14. « Ils ont accepté le déshonneur pour avoir la paix, ils auront et le déshonneur et la guerre ». (Winston Churchill).
    Voilà ce qui attend les 3 singes occidentaux, adeptes depuis longtemps du « chacun pour soi ».
    Notre prospérité des 30 glorieuses s’est basée sur le pillage des pays tiers, le néocolonialisme et le massacre de l’environnement. Quant à la dette (publique et privée), même un arriéré pouvait comprendre qu’elle menait à la catastrophe.
    Les signes étaient là ; il suffisait d’avoir le courage ou l’envie de les voir. Maintenant, c’est trop tard ; il va falloir affronter tous les périls avec des ressources dramatiquement réduites pour une population tout aussi dramatiquement importante.
    Les océans sont vides et pollués ; le pétrole est à plus de 1000 mètres ; l’eau potable est difficile d’accès,…
    Après le déshonneur, ce sera donc une forme de combat ou une autre, pas le retour de la croissance. Reste, pour les plus lucides, à développer des stratégies individuelles de survie.

    1. à développer des stratégies individuelles de survie.

      Comment on fait quand on a pas envie de survivre dans un mode individualiste en mode survie généralisé ? Je n´ai aucune envie de tirer sur un voisin qui voulait un peu d´eau pour ses enfants et cela même si je n´en ai pas assez pour mes propres enfants. Je suis un animal social, je peux pas faire autrement, je peux pas nier ce que je ressens.
      Alors permettez que je cherche à développer des stratégies collectives de bien vivre ensemble et avec la nature au lieu de stratégies individuelles de survie.

      1. Ce qui vous honore.
        Mais « stratégies individuelles de survie », ça peut (doit !) se décliner à plusieurs (famille, voisins, amis,…). Bonne façon de redémarrer.
        Rien n’interdit, d’autre part, de partager.
        Bref, le contraire de la compétition généralisée, imposée d’en haut, pour avoir à manger, un boulot,…

        A quand le jardin du Blog Jorion. Je prends des stagiaires.

      2. @VW:
        /////Comment on fait quand on a pas envie de survivre dans un mode individualiste en mode survie généralisé ? Je n´ai aucune envie de tirer sur un voisin qui voulait un peu d´eau pour ses enfants et cela même si je n´en ai pas assez pour mes propres enfants. Je suis un animal social, je peux pas faire autrement,////////

        L’erreur c’est de croire qu’ autrui c’est n’importe qui ..Non . Autrui c’est l’autre toi , celui que tu connais , qui habite ds ton groupe et avec qui tu as des relations …… L’individualisme se fait au minimum en famille … … Le truc est fractral : Famille // Famille élargie // Quartier //VIllage …..etc … Et a chaque niveau , il y a interrelations qui comprennent l’ affect , c’est a dire agressivité , soumission et protection … ….. C’est a ce niveau que doivent se gérer ces échanges , comme les échanges économiques …… du moins ce qui se produit localement .

    1. oui mais « à titre de riposte en cas d’ouverture du feu sur les représentants de la force publique ».

      Je mentionne cette précision, non pour dénigrer votre inquiétude que je partage complètement, mais dans un soucis de précision.

      1. Oui, pour le « Fusil (sic) à répétition de précision de calibre 7,62 × 51 mm », il doit servir à riposter à des attaques avec armes à feux.

        Le hic, c’est la « Grenade OF F1 », qui est une grenade offensive, une arme de guerre qui tue par effet de souffle dans un rayon de 5 mètres environ. Celle-là est utilisable « lorsque des violences ou voies de fait sont exercées contre la force publique ou lorsque cette dernière est dans l’impossibilité de défendre autrement le terrain qu’elle occupe ».

        Je rappelle qu’il y a de 10 à 20 millions d’armes à feux détenues en France, dont la grande majorité n’est pas déclarée. Je ne conseille pas au gouvernement de faire couler le sang en cas de crise. La situation deviendrait rapidement incontrôlable.

      2. Convention européenne des droits de l’Homme
        Article 2 – Droit à la vie

        1. Le droit de toute personne à la vie est protégé par la loi. La mort ne peut être infligée à quiconque intentionnellement, sauf en exécution d’une sentence capitale prononcée par un tribunal au cas où le délit est puni de cette peine par la loi.
        2. La mort n’est pas considérée comme infligée en violation de cet article dans les cas où elle résulterait d’un recours à la force rendu absolument nécessaire:
        a. pour assurer la défense de toute personne contre la violence illégale;
        b. pour effectuer une arrestation régulière ou pour empêcher l’évasion d’une personne régulièrement détenue;
        c. pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection.

        ça aussi c’est inquiétant, mais existe depuis un petit bout de temps tout de même.

      3. @ Jacques :

        Et parmi ces possesseurs, combien de chasseurs , à jour de leurs cotisations ????
        Une sacrée armée en europe, ma foi …. !!!!
        à la solde de qui???? pom…pom…pom, pom,pom ….. !!!!

        On peut abordez d’autres sujets:

        – Quels sont les viaducs, qui peuvent mettre à mal la région parisienne ?
        – Quels sont les barrages « cibles » , qui peuvent déclencher, en france et en suisse, un effet domino … notamment nucléaire?
        – Quel est le nombre exact et vérifiables de dépôts contenant du nitrate d’amonium ( pouyr ne prendre que ce composant…) ? Quantité ?????
        – Ou peut -on récupérer rapidement de la poudre de charbon ?.???
        – Quels sont les plantes contenant de puissants alcaloides, présentant un potentiel significatif destructeur pour la santé animale et humaine, et disponible dans notre environnement ? Selon quelles préparations????

        Bon, assez de peurs …. plus de préparations …. plus dans l’action !!

        Bonne nuit !

      4. Qu’est ce que les cotisations des chasseurs viennent faire là dedans? Un permis de chasse à jour est nécessaire uniquement pour acheter une arme, pas pour la conserver.
        Qui vous parle d’armée? Je vous parle de millions de particuliers armés, avec un état qui n’a aucun moyen de savoir exactement qui possède quoi.
        Si demain, au cours de manifestations / émeutes, des gens se font tuer par les forces de l’ordre, ce n’est pas l’ensemble de la populace en arme qui va descendre dans les rues, ils sont bien trop lâches pour ça. Par contre, certains manifestants / émeutiers reviendront armés.
        Voila pour quoi je ne conseille pas à l’état de s’engager dans cette voie.

      5. @ Mitch ( convention européenne des droits de l’ Humain)
        La police n’a donc le droit que de riposter sur le manifestant qui lui a tiré dessus, sans faire courir le moindre risque aux autres citoyens manifestants qui entourent ce dernier et qu’elle est payée pour protéger.

        Depuis que la police, censée protéger les Français, peut tirer à balles réelles sur des manifestants en France, les Français qui la payent par leurs impôts et qui sont , en République, ses véritables employeurs , ont donc le droit de la virer séance tenante et avant tout de s’en défendre par les armes si elle menace leur vie .

  15. Draghui « « La solvabilité des Etats souverains n’est plus un fait acquis mais doit être gagnée sur le terrain avec une croissance forte et durable, seulement possible grâce à des comptes publics en ordre ».

    A ce niveau là on ne peut méthaphoriser cette énormité dans le bois. Il faut recourir à l’acier, voire « la langue de titane ».

    A une époque, un crétin UMP quelconque avait poussé les hauts cris pour un refrain jungle exaltant le « sacrifice de poulet ».
    Qui oserait aujourd’hui protester s’il y avait sacrifice de Draghui ?… Je plaisante, naturellement.

    1. Naturellement…

      En fait Mario Draghi l’ancien vice président pour l’Europe de Goldman Sachs, c’est un peu notre Hamid Karzai local ( Hamid Karzai, avait auparavant travaillé pour une entreprise pétrolière et gazière californienne, Unocal )… Dans quelque temps il enverra à la tête des peuples européens ses chameaux et autres chevaux furieux comme en Égypte le 2 févier 2011 pendant la révolution.

      Vidéo  » Libération  » : http://www.liberation.fr/monde/01012349082-l-attaque-de-chameaux-place-tahrir-une-idee-du-president-du-senat-egyptien

      [ merci de me tolérer sur ce blog. Je vais essayer de ne pas trop en abuser ]

  16. Question armes . On s’étonne qu’aux USA il y ait eu record de vente des armes à feu .
    Hormis le lobby des bonnes ames qui veulent les interdire et sont en force avec l’election d’Obama , Il y a aussi les faillites d’états . Aux US , ce n’est pas comme en France un fonctionnaire qui n’est pas payé , ne travaille pas . Si faillite , pas de police ….avec nuances .
    Si çà dure , la police pourrait se payer sur l’habitant , comme çà se fait en Afrique par ex .
    Avec des armes chez soi on s »assure contre bien des risques , la police n’étant pas le moindre .
    Nos policiers qui sont pourtant bien payés , peuvent vous confisquer votre voiture et l’utiliser , selon la loi . Si vous avez une épave pas de pb mais si vous avez une bonne Mercedes çà craint .

    1. Comme en France, je crois que les fonctionnaires qui seront payés jusqu’au bout seront les fonctionnaires armés . Ce sont les fonctionnaires non armés, les enseignants, les hospitaliers, les services sociaux qui sont toujours les plus mal payés et que l’on ne paye pas du tout quand les caisses sont vides .

Les commentaires sont fermés.