L'actualité de la crise : LE DOS AU MUR, par François Leclerc

Billet invité

Ouf ! Un accord serait finalement intervenu nous dit-on à Athènes, la Grèce serait sauvée, et la zone euro avec elle. Mais pouvait-on réellement en douter ces derniers jours ?

Les réunions et les conciliabules se sont multipliés, afin de raccorder les bords au départ si éloignés de la plaie et aboutir au miracle toujours renouvelé d’un compromis, ayant en commun avec les précédents de gagner du temps mais de ne rien régler. Insolvable était la Grèce, insolvable elle reste, quand bien même la nouvelle échéance va être reportée à 2014. En attendant, l’économie grecque va continuer de plonger et la société de souffrir.

Les détails du nouveau plan ne sont pas connus. Sans doute ne sont-ils pas bouclés, car le propre des accords européens de ces derniers temps est d’être annoncés avant d’avoir été finalisés. C’est qu’il faut au plus vite rassurer les marchés ! Un cocktail de mesures additionnant un nouveau prêt, une austérité renforcée pour les Grecs et la vente ou la mise en concession d’actifs du pays a été finalement concocté, incluant le plus débattu, le plus difficile à mettre au point : une participation des créanciers privés, c’est à dire des banques européennes.

Disons-le tout de suite, elles n’ont rien à redouter. Si elles vont devoir – sur une base volontaire selon toute vraisemblance déjà négociée – « rouler » une partie de la dette grecque qu’elles possèdent, une formule de compensation financière jouant sur le taux d’intérêt a été trouvée, afin qu’en dépit de ce rééchelonnement qui ne dit pas son nom elles ne perdent pas dans l’opération un seul euro. On sera curieux, également, de connaître la répartition entre les banques de ce fardeau et de noter à combien s’élèvera la contribution des banques grecques elles-mêmes, soutenues à bout de bras par la BCE. Tout cela est cousu de grosses ficelles. Fallait-il réunir tant de science pour aboutir à un tel résultat ?

Oublions cependant l’anecdotique pour nous pencher sur le fond de l’histoire. Bien des raisons immédiates concourent pour expliquer qu’un défaut grec sur sa dette, même le plus soft possible, même qualifié de reprofilage pour le rendre anodin, n’était pas envisageable pour les gardiens du Temple. Mais il y a derrière une raison encore plus impérieuse, qui vaut en Europe comme en ce moment même aux États-Unis, avec la bataille qui s’y déroule entre démocrates et républicains autour du déplafonnement de la dette publique, afin également de ne pas faire défaut.

Le système financier ne peut admettre qu’un défaut survienne, même provenant de ce petit pays qu’est la Grèce, car il appartient à la zone euro et y ferait jurisprudence. Les obligations de la dette publique sont un élément constitutif essentiel de la solidité du système bancaire, un levier sur lequel prend appui tout l’édifice de la dette, à commencer par celle des banques elles-mêmes. Ce serait donc de l’inconscience que de retirer la baguette du dessous au jeu du mikado.

Un référent est nécessaire pour que ce système pyramidal inversé qui repose sur la pointe, la valeur de dernier ressort que la dette des Etats et leur capacité à l’honorer envers et contre tout représente en ultime instance. Car dans ce domaine, il ne vaut mieux pas compter sur les banques, comme elles sont les premières à le savoir.

C’est pourquoi elles bloquent, avec toute l’énergie que procure le fait d’être le dos au mur, tout renvoi vers elles de la patate chaude de la dette qu’elles sont parvenues à refiler aux États. Un seul chiffre illustre l’étendue du problème dans le cas des États-Unis, qui reste pour le moment le pivot du système financier international : la Federal Reserve a acheté et détient plus de 2.000 milliards de dollars d’obligations du Trésor et d’obligations hypothécaires. Sans compter ce dont Fannie Mae et Freddie Mac regorgent, avec la garantie de l’État.

Voilà l’enjeu : si les États se révélaient incapables d’assumer la mission qui leur est assignée, l’implosion du système qui est bien engagée irait irrévocablement jusqu’à son terme.

Que faire alors pour l’éviter ? Rouler la dette (la refinancer en permanence sans la diminuer) est de plus en plus onéreux au fur et à mesure que les taux montent, rien ne garantissant leur stabilité, même pour les mieux lotis. Il ne reste plus pour les gouvernements qu’à accroître leurs recettes fiscales et à couper dans leurs budgets, en faisant semblant de ménager équitablement la chèvre et le choux.

Nous sommes entrés dans une nouvelle longue période – où les marges de manœuvre sont singulièrement rétrécies et les partages moins équivoques – qui impose à ceux d’en bas de se soumettre ou de se démettre, de se résigner ou de s’indigner. Pour au moins refuser, et peut-être plus si affinité…

En dépit d’un contexte différent, mais qui n’est pas sans exprimer des connivences, le vent qui continue de souffler dans des conditions très dramatiques en Syrie démontre que la résignation n’est pas nécessairement destinée à l’emporter. Ils luttent là-bas pour une démocratie dont nous disposons en Europe, selon la fine analyse du ministre français des affaires étrangères, lequel déclare ne pas croire à un mouvement européen de la force de celui qui balaye les pays du Moyen-Orient. Ce n’est pas ce que l’on a cru entendre à la Puerta del Sol ou sur la place Syndagma.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

214 réflexions au sujet de « L'actualité de la crise : LE DOS AU MUR, par François Leclerc »

  1. Pour le défaut de paiement de la Grèce. Point de vue.
    Pourquoi faut il être pour le défaut de la dette grecque?
    – Tout simplement le fondement de la construction Européenne (du moins la façon dont il a été vendu aux pays européens) est simple. L’association permet de diluer le risque, et est une manifestation d’une solidarité continentale en émergence.
    – l’équation en résultant est simplissime:
    . si la Grèce ne fait pas défaut, rembourser sa dette se fera à un coût usuraire, qui fera imploser la Grèce et peut être l’Europe par ricochet.
    . je possède une assurance vie en Euros, truffée d’obligations grecques (comme la plupart des AV en Euros du continent), la mienne est évaluée à 7% d’exposition (pas terrible).
    . si la grèce fait défaut je vais perdre ces 7 %, sur un an, et alors? existe t’il un placement sans risque?
    . en sacrifiant ces 7% l’Europe aura fait montre de sa capacité à la solidarité, et aura une chance d’assainir son économie à moindre frais.
    . Sinon la sortie se fera par le bas et sera plus brutale.

    1. le problème c’est ça justement(entre autre).
      il y a les gens sympa, prêt à lâcher 7% pour assainir la situation;
      mais il y a les autres qui ont des boites d’allumettes pleine dans la poche et qui de demandent quand même du feu pour la clope que tu viens de leur offrir

      le problème c’est qu’il y a quelque chose à voler pour te donner l’illusion de protéger ta vie même si pour cela d’autres en crèvent.

  2. Bonsoir François.

    « En dépit d’un contexte différent, mais qui n’est pas sans exprimer des connivences, le vent qui continue de souffler dans des conditions très dramatiques en Syrie démontre que la résignation n’est pas nécessairement destinée à l’emporter. Ils luttent là-bas pour une démocratie dont nous disposons en Europe, selon la fine analyse du ministre français des affaires étrangères, lequel déclare ne pas croire à un mouvement européen de la force de celui qui balaye les pays du Moyen-Orient. Ce n’est pas ce que l’on a cru entendre à la Puerta del Sol ou sur la place Syndagma. »

    Les dirigeants occidentaux ont organisé le bordel en Tunisie, Egypte et maintenant en Syrie. De même la Lybie va être conquise militairement et on veut nous faire croire que les peuples se sont soudainement levés pour l’obtention d’une démocratie représentative où tous les intervenants sont vendus à tous ceux qui veulent bien payer. C’est en tous cas ce qui se passe chez nous.
    Les populations de ces pays, les USA, l’Angleterre et la France s’en moquent, un des buts à atteindre est de museler tous les pays qui pourrons ainsi faire tampon pour protéger au maximum Israël quand la guerre contre l’iran débutera.
    Quant à notre ministre des affaires étrangères, il a raison, si mouvement européen, il aurait déjà dû avoir lieu. Il n’y a que les jeunes qui ont à craindre et ils sont contrôlés par les vieux. si les vieux avaient eu à craindre, ils auraient envoyé les jeunes au casse pipe avec des moyens.
    L’Europe est vieille et rentière, il n’y a rien a en tirer!!!

    1. « Les dirigeants occidentaux ont organisé le bordel en Tunisie, Egypte et maintenant en Syrie. »
      Vous avez des éléments tangibles?

      1. Dommage d’associer la Syrie à votre commentaire. Personne n’a de preuves de ce qui s’y déroule.

      2. Bonsoir Itaki75.

        Des preuves tangibles vous en aurez quand les archives tomberont dans le domaine public.
        Mais la preuve indirecte est celle-ci: Pensez vous que si les occidentaux n’étaient pas derrière tout cela que le FMI serait venu « soutenir » ces futures démocraties méritantes aussi rapidement avec un prêt de 40 milliards alors que pour autant que nous sachions ils n’ont pour l’instant pas de gouvernement et pour cause, tous ceux que l’occident veut imposer comme politiques, ces peuples n’en veulent pas. D’où ces 40 milliards pour acheter les populations. C’est assez hilarant!
        Quant à la Syrie si elle tombe, l’Iran perd son allié dans la région.

      3. @Marc Riva Pourquoi exclure la Lybie de votre liste ?
        D’autant plus qu’apparemment le leader Lybien a perdu 98 % des milliards confiés à Goldman-Sachs, ce qu’on n’a peut-être appris, que lorsqu’il a été question de les confisquer (pour les rendre à la Lybie) pour financer l’opposition de Benghazi.
        Pour le Bahrein qui préoccuppe l’Irak et le Yémen (dont les dirigeants sont soignés en Arabie Séoudite) l’implication occidentale est plus discutable, à moins d’un grand dessein.

  3. amha il n’y aura pas défaut
    comme dit jc werrebrouck :
    soyons raisonnables et sortons la planche à billets.

    1. mais l’inflation c’est le Mal !!! et d’ailleurs la BCE ne sait lutter que contre l’inflation .

  4. @ François.

    Contrairement à ce que laisse penser ta conclusion et à ce qui transparaît sur quelques commentaires réguliers, la « révolution », où tout du moins une version « musclée » de l’indignation, n’est pas pour demain.
    Il va falloir en rajouter des couches de « rabotage des niches fiscales », suppression de postes de fonctionnaires (enseignants, infirmières, policiers), révisions budgétaires, RGPP,, blocage des pensions et retraites, augmentation des taxes (les impôts c’est trop visible…), avant que la Mme Du-genou chère à FH manifeste quelques récriminations modérées.
    Les plus « chauds » des « contestataires » seront calmés par les dirigeants syndicaux, politiques, qui préconiseront une réorientation de la grogne vers les urnes.
    En fait, pour que celà bouge au point de conduire à la révision du système, voire son abolition, il faut taper au portefeuille : euthanasie des rentiers et détenteurs d’assurance-vie, suppression des primes et bonus, diminution du salaire minimum et de la grille indiciaire, blocage des comptes bancaires et cartes au 1er euro de découvert non autorisé, le super à 3.00€ le litre, augmentation des loyers de 30%, ect…

    1. Je me garde bien d’employer de tels grands mots galvaudés et trahis par leur emploi.

      Oui, il y a encore du gras avant d’atteindre l’os, mais l’angoisse de perdre l’acquis est déjà là. Comment savoir comment elle va se traduire ?

      L’équipe en place manifeste qu’elle est très précautionneuse, celle qui pourrait lui succéder avance encore à couvert…

      La logique dans laquelle nous sommes entrés, soit on l’accepte, soit on la refuse. Prétendre encore l’aménager est, vu les marges de manœuvres disponibles, une illusion qui ne tiendra pas longtemps.

      On est au bout d’une histoire, la suivante est à écrire.

      1. On est au bout d’une histoire, la suivante est à écrire.

        Tu dis ça parce que t’as plein de cheveux poivre et sel ? Euh sel surtout ! 😉

        Peur de n’avoir plus d’encre, plus de crayon, plus le temps ? Y a un télescopage dans cette phrase, en fait dans toute ta réponse FL, un truc étrange, non , pourquoi je ressens ça, une lecture sur un autre plan, à un autre degré ? Tiens, en passant, c’est marrant, mais tu es entrain de l’écrire la suivante, un long prologue quotidien, qui n’en fini pas de démarrer. Alors le meilleur toujours pour la fin ?

      2. La prochaine fois, je mettrais une photo de Marx (Julius Henry dit Groucho).

        Ce n’est pas lui mais Pierre Dac qui a écrit cette phrase admirable : « il est plus facile de faire sortir le dentifrice du tube que de l’y faire rentrer ».

        La vérité est que j’ai vu quelques histoires et que je ne sais pas écrire la suivante.

      3. Si on se donne la peine d’observer les comportements politiques pitoyables de ceux qui sont derrière les gesticulations des « indignés », on ne peut que louer la justesse de vue de Léon Trotsky:

        Les bavardages de toutes sortes selon lesquels les conditions historiques ne seraient pas encore « mûres » pour le socialisme ne sont que le produit de l’ignorance ou d’une tromperie consciente. Les prémisses objectives de la révolution prolétarienne ne sont pas seulement mûres ; elles ont même commencé à pourrir. Sans révolution socialiste, et cela dans la prochaine période historique, la civilisation humaine tout entière est menacée d’être emportée dans une catastrophe. Tout dépend du prolétariat, c’est-à-dire au premier chef de son avant-garde révolutionnaire. La crise historique de l’humanité se réduit à la crise de la direction révolutionnaire.

        La Crise que nous traversons (d’une certaine manière le prolongement de celle débutée en 1914), s’explique essentiellement par l’incapacité du prolétariat de s’élever de classe en soi, en classe pour soi. Pourquoi ne le peut-il pas ? Parce qu’il n’a pas comme classe, le loisir de s’aligner et de pousser, derrière une avant garde politique lui ouvrant une perspective historique post capitaliste. Une perspective socialiste et communiste.

        L’ami François a grand mérite de régiger ses billets objectifs quotidiens. Mais l’ami François et l’ami Paul, ne peuvent pas à eux seuls contrebalancer l’extraordinaire crise que traverse les organisations ouvrières dans le monde.

        Crises dans leurs sommets de la social-démocratie, du stalinisme et avatar type maoisme, du trotskysme. La paralysie des directions ouvrières (partis et syndicats), incapablent de dépasser une politique de type « new deal » à la Roosevelt, (et encore pour ceux qui sont dans l’opposition, les autres c’est la rigueur), ouvre un boulevard au gauchisme et à l’anarchisme crétin.

        De là le sentiment d’impuissance politique actuel.

        Le New Deal, malgré le caractère résolu dont il faisait étalage dans la première période, ne représente qu’une forme particulière de désarroi, possible seulement dans un pays où la bourgeoisie a pu accumuler des richesses sans nombre. La crise actuelle, qui est encore loin d’avoir dit son dernier mot, a pu déjà montrer que la politique du New Deal aux États-Unis, pas plus que la politique du Front populaire en France, n’ouvre aucune issue dans l’impasse économique.

        Mesurons à sa juste valeur cette analyse ancienne de Léon Trotsky. Avec le recul, nous savons que la politique de Roosevelt et de Blum mena le monde à une catastrophe. Et puisque l’orientation politique des masses est déterminée en dernière analyse par une certaine réalité sociale, fondons notre espoir sur le fait que le moment que nous vivons est sans espoir dans le cadre du capitalisme.

        Indignés de tous les pays, unissez-vous mais indignez-vous vraiment.

        Et quel est le comble de l’indignation, sinon des directions d’organisations ouvrières qui se mettent, non pas à défendre inconditionnellement les interets économiques et professionnels des salariés, mais à défendre inconditionnellement les interets financiers et politiques des banques et des gouvernements bourgeois. Le drame c’est que l’ensemble des directions ouvriéres semblent ne pas être indignés elles ! En france, regardez Aubry, regardez Hollande ! Ils ont des têtes d’indignés cela ?

        En Grèce comme en Espagne se joue l’avenir de l’Europe. Nous devons être pour l’Europe, mais pour l’Europe des travailleurs et du Socialisme.

        Les indignés (et ce blog) doivent exiger des directions ouvrieres locales (partis et syndicats), de rompre d’avec la bourgeoisie et le systéme capitaliste. d’appeler dans l’unité le prolétariat à la Grève Générale, pour:
        – Un gouvernement ouvrier révolutionnaire.
        – L’annulation de la dette.
        – L’expropriation de la bourgeoisie.
        – Un plan de production et une distribution de type communiste.
        – L’armement du prolétariat.

        Un appel à l’ensemble du prolétariat mondial à se lever et à faire pression sur les organisations ouvrières existantes, afin que ces directions ouvrières se mettent elles aussi à leur tour … à s’indigner.

        On est au bout d’une histoire, la suivante est à écrire.

        Et elle ne peut s’écrire qu’en lettres rouges ! Celles de Marx, celles de Engels, celles de Lénine et celles de Trotsky !

      4. Je crois qu’on tient un winner…
        Comme dirait Vigneron on est vraiment au spectacle!

        Les artistes viennent saluer la salle une énième fois, dans un ultime baroud d’honneur. Pourtant, la pièce qu’ils jouaient s’est finie il y a longtemps. Tout le monde a quitté la salle. Nulle voix ne les rappelle. La prestation est improbable, devant ce parterre vide, et l’on hésite entre la figure du clown mécanique et celle du vétéran perdu du Vietnam, oublié sur son île.

        Vais voir s’il me reste quelques tomates.

      5. Et elle ne peut s’écrire qu’en lettres rouges ! Celles de Marx, celles de Engels, celles de Lénine et celles de Trotsky !

        Manque le U et le C

        Socialisme et Communisme

        Soialisme et Ommnisme

    2. enseignants, infirmières

      Le non-gvt fait avec les enseignants ce qu’il a fait avec les professionnels de Santé ( Hôpital public) …cela a roulé sur pas mal de temps : c’était dans les cartons, y compris des socialo. =) donc, erreur ou pas : quand c’est prévu, on fait . Point. = règle n°1 des techno-dirigeants : ne pas écouter ce que disent les personnes concernées ; prendre les décisions d’un bureau bien étanche ; faire semblant de faire une table ronde avec les syndicats et, ou cadres supr. (càd hors circuit depuis belle lurette) une fois que l’on a déjà pris la décision …ex. des Instituts de formation en soins infirmiers ( dont beaucoup ont été fermés- par le biais de fusions – sans tenir compte de l’effet papy-boom, et d’un taux de remplacement à prévoir …numerus closus ,itou …= en bon français : ne pas voir plus loin que le bout de son nez = règle n°2 des techno-dirigeants . Dire que l’on embauche x postes par an ; et ne pas le faire : parce que ma bonne dame, les gueux veulent plus travailler ; ah de mon temps, on n’est pas servi de nos jours, s’pas ! =) en réalité, les postes devant être budgetés, ne le sont pas : toujours ça de pris pour le cost-killing = c’était la règle n°3 des techno-dirigeants . [ évidemment, on dira au personnel surmené que : on voudrait ben, mais personne veut travailler de nos jours (bis) : en fait blocage des cv , auxquels on ne répond pas != c’était la règle n°4 des techno-dirigeants.
      Bon, ça suffira pour aujourd’hui !
      Remarquez : un service de Santé public à l’agonie : c’est toujours ça de pris pour écourter les retraites !! Feront pas centenaires ceux-là !
      devront cotiser à Merdekoff …et payer les trrrrrrés gros dépassement d’honoraires dans les cliniques privées ( les fonds de pension salivent !)
      RIP =) Youpiiii =) direct dans les caisses de l’état ! l’état épongeant la dette privée, liée aux tripatouillages gangsteriens :CQFD.

      quant à l’enseignement =) plus les gueux sont niais – abrutissoir tv – moins ils apprennent, plus on peut leur raconter des bobards !
      pis, l’école publique, c’est plus ce que c’était ( tout comme l’hôpital public) =) allez zou, chacun dans son école confessionnelle, plus de chose commune ! dieu reconnaîtra les siens !
      Les techno-dirigeants jubilent [ autant dire que « liberté, égalité, fraternité », ils n’entravent que pouik à ce truc là =) leur truc, c’est  » LLOPSI 2, inégalité, division ].

      à moins que …qui sait ?

    3. beaucoup, ici, oublie l’essentiel : les plus exploités, ceux qui en bavent le plus , ce sont les immigrés légaux, clandestins et leurs enfants !

      ils ont été lâché par les gauches
      – qui se souvient du bulldozer de la mairie communiste de vitry en 1980 ( alors que les précédentes générations immigrés ont été intégrées par les luttes sociales )
      – qui a traité les grévistes de talbo en 1984 de manipulés par les islamistes ? mauroy !!!!! pdt que le gros quiquin se payaient les pères, sos racisme et les gauchistes torpillaient la lutte des enfants d’immigrés qui rentraient en luttes

      ceux qui ont dès à présent toutes les raisons de rentrer en lutte , ont été laissé à l’abandon , en rase campagne ; le le sarko de développer l’encadrement islamiste des quartiers avec les imans !!
      drogue et bizness d’un côté, développement de l’islamisme de l’autre ; les possédants peuvent dormir tranquilles

      et me direz-vous les les autres qui commencent à en baver que croyez-vous qu’ils vont faire ?
      lutter contre de « lointains » capitalistes ?
      allumer des pogroms anti-islamistes avant de s’en prndre aux juifs et aux dernier militants de l’émancipation sociale ?

      tout se met en place pour la purge et ce n’est pas la révoultion qui vient, mais bien plutôt la barbarie ( il suffit de voir tous ces « indignés » européens qui ne jurent que par l’apolitisme ! )

      comme chantait Réggiani, les loups sont entrés dans Paris

      http://youtu.be/8v77VIxElwM

    4. A Eninel

      « nous savons que la politique de Roosevelt
      et de Blum mena le monde à une catastrophe »

      Affirmation gratuite. Prouvez-la.
      Sans preuves convaincantes, ce genre d’affirmation
      procède d’une ignorance consternante.

    5. @ Alain Loréal

      Par « euthanasie des rentiers », j’espère que vous ne comptez pas au nombre des rentiers les retraités qui commencent à vivre, qui vivent d’une modeste retraite après quatre décennies de vie pas facile, sans une seule journée de vacances hors du domicile jusqu’à l’âge adulte et ensuite des vacances en camping-sauvage jusqu’au départ du dernier enfant, par manque de fric et aussi pour récupérer !!!

      Ouf, je voyage hors-saison depuis quelques années , vais prendre ma retraite sous peu et ne possède aucune économie ni assurance-vie . Ce n’est pas au moment où l’on commence à vivre que d’autres futurs vieux parleraient d’euthanasie !!!

      Quant à taper au portefeuille, c’est d’accord, et c’est la seule solution pour que ce système ne soit plus alimenté .
      Une vie bien remplie , sans frime ni futilités, avec bon sens, permet parfois des économies. Encore faut-il avoir le bon sens de ne rien laisser dans une banque à la portée de spéculateurs et d’acheter des équipements collectifs conviviaux pour la survie des personnes du quartier où tous et toutes trouvent une place : actifs, chômeurs, malades, jeunes, anciens, étrangers …Notre potager-verger-poulailler collectif, lancé au départ à quatre famille d’amis, accueille maintenant pas mal de gens , en semaine les chômeurs et les anciens et toute la smala le week-end pour des repas collectifs .

      J’avais pensé au départ à laisser chaque mois mes quelques euros de reste dans une banque mutualiste, mais je n’ai pas assez confiance et préfère connaître les personnes qui en profitent vraiment .

  5. Je crois aussi qu’il n’y aura pas de révolution de si tôt(même en Grèce), car la tactique de ‘pousser la poussière sous le tapis’ va continuer encore un bon moment.Par contre plus le temps va passer plus cela va devenir difficile de passer ‘l’aspirateur’ sur un tel tapis de dettes.
    Les gens ne comprennent pas grand chose à ce qu’il se passe en fait à part quelques initiés comme les lecteurs de ce blog et de trop rares journalistes.Les médias ‘mainstream’ ne font aucune pédagogie(au mieux) ou mentent(au pire).Je suis certain que si on faisait demain un sondage en Belgique(ce malgré le manque de gouvernement depuis un an), q’une grande majorité des gens diraient que ‘tout va bien’, car ils n’ont encore constaté aucun changement réel dans leur pouvoir d’achat( idem en France).La Grèce c’est loin….Les politiciens veulent simplement ‘survivre’ jusqu’à l’élection suivante, pour le reste ‘on verra’ bien plus tard est le mot d’ordre.Au pire ils ne seront plus au pouvoir pour gérer le peak de la future crise.
    L’erreur fatale fut commise en 2008, quand les politiques ont cédé au chantage des banques qui menacaient des pires cataclysmes ‘le politique’ si on ne les ‘aidait’ pas.Des gens comme Lagarde ont aidé à manipuler les politiciens moins au fait de l’économie, et chaque pays avait sa ‘Lagarde’.Pourquoi croyez-vous qu’on risque de la retrouver au FMI?Remerciements pour services rendus, idem pour Summers qui lui a déja quitté la Maison Blanche une fois rassuré sur la complicité(hésitante au début)d’Obama.
    Il n’y a que l’Espagne qui peut faire foirer la tactique ‘poussières sous le tapis’, car l’addition risque d’être salée.Mais je suis persuadé qu’ils trouveront bien l’une ou l’autre fantaisie créative pour surmonter l’obstacle.Nous serons alors sans doute en 2012 ou 2013(sauf accident imprévu aux USA).Si ça tombe les politiques actuellement aux affaires ne le seront plus …la terre brulée sera pour les successeurs.
    En 2012 nous aurons des élections majeures en France, en Espagne et aux USA, sans doute aussi (anticipées) en Allemagne et en Italie?La chute de la fragile coalition UK est aussi dans le domaine du possible.
    Par contre je vois bien les Républicains devenir ‘suicidaires’ à l’approche de 2012, et tout faire pour que l’économie US soit dans le pire état possible vers le mois de novembre.
    Et la un accident majeur est toujours possible car il s’agira de pure idéologie, sans ‘choc’ ils n’ont en fait quasiment aucune chance de battre Obama même un Obama dévalorisé.

    1. avant 2012, il faudra passer l’automne et on annonce déjà 30% des récoltes en moins… préparez vos réserves ou attendez-vous à une note salée chez votre épicier préféré ! Ca va grogner dans les chaumières…

  6. Bonsoir François, une chose est sûre: La Grèce ne peut pas rembourser la totalité de ses dettes.
    Le système financier aura accepté de partager sa responsabilité ?
    Un plan Marshall-UE ?
    Et j’ai lu qu’à l’étranger – Suisse (banques) par exemple – se trouvent déplacés illégalement 600 milliards d’euros de dépôts grecs !!
    Et les pays de l’UE avec des problèmes similaires ? La « solution » ne devrait être commune
    Dernièrement, le système capitaliste (financiarisé) compte avec la main visible de l’État. Et Je me demande si penser qui produit qua, pour quoi, et dans quelles conditions serait une sorte de « plan quinquennal » ou une chose raisonnable pour les grosses têtes de l’économie et nos gouvernants.

  7. L’équipe en place manifeste qu’elle est très précautionneuse, celle qui pourrait lui succéder avance encore à couvert…

    Mais encore?….

    1. Quel peut-être aujourd’hui la portée du programme de réforme du capitalisme de ceux qui se réclament de l’héritage de Jaurès et de la social-démocratie ?

      1. @ François,

        Le PS (en tous cas son programme 2012) n’a absolument pas l’intention de réformer le capitalisme et c’est fondamental depuis qu’il a accepté l’économie de marché et rejeté le marxisme révolutionnaire.
        Donc cautère sur jambes de bois et rustines sont les fondements d’une position portée par le couple improbable FH/MA qui ignore tout de « la crise » unique paravent pour « causer gauche » à Mme Michu (son pouvoir d’achat, sa sécurité, sa retraite, son codevi, et, essentiel, ses services publics).
        Si on veut retrouver un peu de substance de Jaurès c’est du coté des « idées & des rêves » d’Arnaud Montebourg qu’il faut se pencher. Et encore cela risque d’être considéré bien trop timoré pour les tenants du « qu’ils s’en ailles tous ! »

      2. Montebourg n’a pas dénoncé le programme du PS, qui effectivement est le programme d’alternance qui convient au CAC 40 si Sarko est trop usé.
        Montebourg tente sa chance sur la bande gauche du PS, mais reste dans la bande des serviteurs du capital.

      3. Je crois que V. Peillon a écrit un livre, que je n’ai pas lu, sur Jaurès :
        Jean Jaurès et la religion du socialisme
        Il semble y avoir divorce complet entre ce qui se dit ci-dessous, et l’appareil PSien ! Ce parti politique semble avoir le don de gâcher, écraser, éparpiller façon puzzle ses talents …Plus de liberté en son sein : il fallait faire sécession …=) d’où l’intérêt que j’ai trouvé à la démarche du pas de côté effectué par d’ex-Verts, et PS aile gauche …car, il faudrait de VRAIS réformistes dans le sens socialiste, et garder une flamme révolutionnaire …[ ce qui ne veut pas dire stalinisme : les coco en France n’ont pas commis d’horreur …et un sens de l’équilibre, et un vent de générosité, ont fait le reste .] : esprit ou lettre ? : esprit et substantifique moëlle ( résultant de l’épreuve du temps et de l’expérience )

        … »A cela s’ajoute le fait que, pour Jaurès, la « révolution » ne peut être réduite à un bouleversement économique. La morale et la religion y ont leur part -décisive. Pour lui, politique et mystique ne sont pas séparables. Ce mouvement intellectuel vient ainsi nous rappeler que « la chose publique » ne saurait être assignée à une technologie du pouvoir aux mains des importants et des habiles. Il lui faut, au contraire, s’enraciner dans l’existence et la féconder afin de lui donner un sens. C’est à cette condition qu’elle retrouvera la dignité et la légitimité qui lui sont, aujourd’hui, si fortement contestées.D’où cet ouvrage, dans lequel Vincent Peillon s’efforce – en tant que philosophe et socialiste – de raviver une pensée fondatrice et trahie. »

        Si ce résumé est fidèle au livre, comment ne pas être d’accord ?

  8. Bonjour M Leclerc,

    Je lis régulièrement avec intérêt vos chroniques, j’aurais souhaité connaitre votre avis sur le déclenchement du système assurentiel des CDS.
    A priori si un pays fait défaut la banque émetrice de CDS doit régler l’acheteur; Quel pourrait être l’impact d’un défaut sur la solidité de ces institutions financières. Ce marché étant non régulé pourrait-on voir quelques problémes à ce niveau?
    Peut-on savoir quels sont les engagements des banques émetrices (ils me semblent qu’elles sont 4 à truster le marché)
    Car si l’une d’entre elle se retrouvait en difficulté on pourrait de nouveau assister à un élément amplificateur d’un défaut de paiement. les banques ne se prétant plus entre elle……
    De toute façon le défaut de la dette grecque ce n’est pas pour tout de suite, on va continuer la grande illusionen espèrant que ça « passe »….

    1. Nous avons tous en tête AIG et sa vertigineuse dégringolade. Mais ce marché est totalement opaque, comment savoir ? Tout le problème est précisément là ! Qui sont les assureurs et quel est leur répondant ? Qui entraineraient-ils avec eux en cas de chute ?

      1. C’est quand même incroyable de laisser se dévelloper un marché sans avoir aucune idée de l’impact d’un déclenchement de paiement suite à sinistre. Si ça ce n’est pas du virtuel……..Surtout que tant qu’on a pas à payer ça doit être rentable de vendre des CDS. Si le marché n’est pas suffisament solide il faudrait pouvoir le fermer. Sinon ce sont encore les contribuables qui vont payer…….
        Par contre pour la BCE le fait que les titres en pension soient dvalorisés ne pose qu’un probléme politique. La banque centrale peut en principe battre la monaie elle ne peut donc pas être en défaut (dites moi si je me trompe). Donc si tous les états sont d’accord on pratique des politiques non conventionnelles et le tour est joué

      2. @Dissy

        Ils vous donnent des conseils d’investissement personnalisés et gratuits les sbires de Bill Bonner d’agora ou de moneyweek ? Ces grands pulvérisaterreurs de l’hyperinflation et grands marchands d’or devant l’éternel joncailler ?
        Renseignez vous sur Bonner et sa bande. Pour ma part un simple regard transversal de leur chronique (je vous conseille les extrats de lettres de remerciements de leurs chers lecteurs-zinvestisseurs-trouillo à z, un plaisir de fin gourmet… Vous faites pas avoir par ces coyotes de mauvaise lune.
        http://la-chronique-agora.com/qui-sommes-nous/

    2. Un point de vue prospectif:

      Par Simone Wapler, rédactrice de l’Investisseur Or & Matières

      Des centaines de milliards partiraient en fumée…
      Wall Street Journal, Financial Times, Herald Tribune : les titres sur la tragédie grecque font la une.

      Dernière supputation en date : « une sortie de la zone euro pour la Grèce devient un scénario possible », selon L’Agefi de ce matin.

      Selon Maria Damanaki (le commissaire européen à la pêche) : « le scénario d’un retrait de la Grèce de l’euro est sur la table. Je suis obligée de parler ouvertement. Nous avons la responsabilité politique de soupeser le dilemme : soit nous nous mettons d’accord avec nos emprunteurs sur un programme de sacrifices importants avec des résultats… soit nous revenons à la drachme ».

      Dans ce cas, les créanciers seraient remboursés en néo-drachmes, une perspective peu réjouissante. La néo-drachme serait probablement dévaluée de 30% à 70%.

      La dernière note de Natixis, va même plus loin : « L’Espagne doit-elle quitter l’euro ? », s’y demande Patrick Artus qui préconise une dévaluation de 30% de la néo-peseta, calculant que celle-ci rapporterait 3,6% de croissance chaque année.

      Moyennant quoi, les prêteurs étrangers perdraient la bagatelle de 660 milliards d’euros (soit 132 kerviels, sachant qu’en 2008, 1 kerviel était censé mettre la finance mondiale en danger).

      La BCE pourrait faire faillite…
      1 – La Banque centrale européenne a « pris en pension » des milliards d’euros de titres pour gager les prêts des pays périphériques : 2 010 milliards d’euros répartis entre :

      – ABS (asset backed securities : titres adossés à des actifs)
      – Obligations du secteur public
      – Obligations bancaires
      – Obligations d’entreprise
      – Autres créances

      Selon Der Spiegel, une grande partie de ces actifs ont été surévalués ce qui a permis à certains pays d’emprunter bien au-delà à ce qu’ils peuvent prétendre.

      2 – Toujours selon Der Spiegel, les banques centrales qui ont le plus de dettes auprès de la BCE sont :
      L’Irlande : 145 milliards d’euros
      La Grèce : 87 milliards d’euros
      Le Portugal : 60 milliards d’euros
      L’Espagne : 51 milliards d’euros

      Admettons que la Grèce fasse faillite ou sorte de l’euro. Que se passerait-il ?
      – Les banques grecques deviennent immédiatement insolvables.
      – La néo-drachme est instaurée et vaut 50% de l’euro, ce qui revient à récuser 50% des dettes.
      – Les Irlandais récusent leurs dettes au motif du « puisque d’autres le font… »
      – Les Portugais aussi « puisque tout le monde le fait… »
      – Les banques espagnoles, françaises et allemandes affichent des pertes telles qu’elles ne respectent plus la réglementation.

      A ce stade, la BCE fait faillite et les pays d’Europe sont solidaires. La Banque centrale allemande, qui compte pour 27% du capital de la BCE, est redevable de plus d’un quart.

      La Crise 2 est bien plus grave que la Crise 1
      Elle en reprend tous les ingrédients :
      – Risques systémiques pour parler le jargon financier.
      – Produits dérivés contaminant au travers des CDS censés assurer les défaillances des obligations souveraines.
      – Crises de solvabilité maquillées en crise de liquidité.

      Le scénario le plus probable sera alors le recours intensif à la planche à billets par la BCE, avec ou sans l’Allemagne. Car le seul scénario que la presse anglo-saxonne n’examine pas est la sortie de l’Allemagne de l’euro. Auquel cas, je ne vous en voudrai pas de vous jeter sur le néo-mark !

      En attendant, l’Europe fait oublier les Etats-Unis et le dollar
      La croissance américaine anémique réalisée grâce à une impression monétaire massive est insuffisante pour rembourser les dettes. Chômage et immobilier continuent de peser très lourdement sur le pouvoir d’achat des Américains, laminés.

      L’Europe fait aussi oublier la dépression japonaise et le yen menacé d’hyperinflation.

      Lorsque vous raconterez cette crise à vos descendants, vous leur direz : « Je n’étais pas spécialement intelligent(e). Je ne comprenais rien à la finance. Simplement, lorsque les banques centrales imprimaient de l’argent et détruisaient les plus grandes monnaies fiduciaires mondiales, j’achetais de l’or ».

      1. @Charles A

        Vous appelez ça un point de vue prospectif ? Objectif aussi non ? tankonyé. Pas spéculatif plutôt ? De la pure propagande pour l’or, rien de plus et au mieux. Du grand n’importe quoi. C’est l’heure de l’alliance objective entre le NPA et les petits harpagons du jonc ou quoi ? Bravo la gauche révolutionnaire… Vais finir par voter Madelin et boire des coups avec Gu Si, si ça continue….

      2. @Charles A
        Si c’était juste pour vérifier que vigneron était bien réveillé , c’est gagné.

      3. Excellente analyse de Philippe Béchade sur la crise à venir.

        Un journaliste ‘mainstream’ un peu différent des autres.

        Biographie

        Philippe Béchade rédige depuis dix ans des chroniques macroéconomiques quotidiennes ainsi que de nombreux essais financiers.

        Intervenant quotidien sur BFM depuis mai 1995, il est aussi la ‘voix’ de l’actualité boursière internationale sur RFI depuis juin 2002.

        Analyste technique et arbitragiste de formation, il fut en France l’un des tout premiers ‘traders’ mais également formateur de spécialistes des marchés à terme. Intervenant quotidien de La Chronique Agora, il fait aussi partager aux lecteurs de MoneyWeek son analyse ironique et originale de l’actualité financière française et internationale.

      4. Merci de relayer la propagande US!!!

        Comme c’est le roi dollar ou l’euro, ils essaient de sauver leur peau. Si la Grèce, l’Italie, l’Espagne… tombent, ils gagnent.

        Mais une sortie de l’euro des pays les plus fragiles aux attaques peut-elle renforcer ce dernier dans son statut de valeur refuge?
        L’usage de la planche à billet permettrait-il de tenir, d’acheter le temps manquant avant qu’ils ne s’effondrent (et nous foutent la paix, dans tous les sens du terme)?

      5. @ Vigneron
        Pas de soucis: le prospectif se discute et l’objectif n’existe pas.
        J’ai posté pour info et discussion, car le texte reprend les principaux journaux financiers, comme le font tous les analystes, ici et ailleurs, défend la thèse d’une crise 2 plus grave que la 1, de même que la sortie possible par l’inflation. Les deux sont précisément en discussion sur ce blog, et utilement.
        Pour l’or,il est réservé désormais aux partageux…

  9. Voilà + de 20 ans que la france notamment est en dette et qu’elle la roule , pensiez vous vraiment que l’eurogroupe allait laisser tomber la dette grecque ?
    Il faudra 200 ans au moins pour apurer ces dettes.
    Alors quelques années en + ou – , quelle importance.
    Vous serez morts depuis longtemps que la dette roulera encore.
    C’est en fait une répartition déguisée qui passe par le porte monnaie des élus et dirigeants , c’est la porte à toutes les corruptions.
    Ce qui signifie que vous vivez dans un monde économique qui est flouté .
    Lorsque vous verrez quelqu’un se lever pour commencer à y mettre un terme , alors aidez le.

  10. Votre blog est revigorant.

    A visiter !

    et se garder de donner trop d’ampleur à sa colère, car même au journal Marianne, une censure indirecte est en train dêtre mise en place.

    Le cas Servier est édifiant. Il menaçait de mettre en cause l’Agfssaps, ( solide argument !) eh bien on a reporté sur le contribuable la note à payer et d’ici 2 ans, tout sera oublié et les médecins se sont rebiffés, qu’à cela ne tienne, on a abandonné les poursuites.

    Les gaz de schistes sont contestés, en France, mais la porte n’est pas fermée avec NKM alors
    Obama va les vendre à la Pologne pour 3 entreprises américaines qui opéreront également chez nous, avec des arguments mensongers, auxquels se rallient le 1er ministre et un ministre polonais entyhousiaste:
    3 000 milliards de m3 alors qu’il n’y en aurait que 1 000 milliards de m3, qui permettrait d’être indépendant de la russie, argument très porteur auprès de l’opinion tant ils aiment les russes.

    2ème argument tout aussi mensonger : il y a d’autres pocédés que le fractionnement et les couches de gaz se trouvent plus bas, à 3 000 m qu’en France, donc sans danger pour les nappes phréatiques, et le territoire beaucoup plus vaste aux USA permettait d’avoir des dommages limités alors qu’en Pologne, le territoire est beaucoup plus restreint et mettrait à mal toute autre activité, agricole par exemple.

  11. Hello Francois,

    Sur le chapitre qui se ferme, je suis sous l’ influence de l’ analyse de Michael Hudson, qui
    enseigne avec William K.Black et prépare un livre sur l’Europe que l’actualite lui permet de « feuiletonner »…
    Derniers bonnes feuilles qui incluent un decryptage du discours Charlmagne de l’ Abbe et sa proposition d’ un ministre des Finances unique de l’ Euroland…

    Le remplacement de la democratie economique par l’ oligarchie financiere

  12. Le scenario à venir pourrait se lire dans la ville de Sevran (93), si une grande majorité ne dispose plus du minimum pour vivre, elle pourrait bien opter pour la délinquance à grande échelle, style Mexique, Colombie, Vénézuela etc…Les prisons étant archi pleines et la Justice engorgée…Il semblerait que l’UMP concocte la fin du RSA, fin de ce « cancer de l’assistanat », il y a déjà des symptômes de ce qui se passe dans les pays émergeants, massages de rue, ventes à la sauvette, à quand les ventes de bonbons et chewing gum sur les trottoirs ? En Amérique Latine, les bourgeois sortent accompagnés de gardes du corps plus ou moins fiables, et vivent derrière des clôtures électrifiées, dans des quartiers bunkerisés et pleins de caméras de surveillance, on ne sort le soir qu’en groupes, les entrées des super marchés et centres commerciaux sont gardées par des vigiles lourdement armés sans parler des banques…

    1. C’est comme cela dans 90 pct des grandes villes du monde(Rio, Sao Paulo, Mexico, Miami, Buenos Aires,Santiago, Caracas, Bogota, Deli, Bombay, Capetown, Joburg,Kin, Abidjan,en Asie quasi partout sauf au Japon, en Corée (+singapore), Moscou…
      L’Europe occidentale, le Canada, une grande partie des USA, l’Australie et la Nelle Zélande sont les derniers lieux ou la loi de la jungle n’était pas encore la norme.

    2. voila notre future. Regardé le Mexique. En supprimant les fonctions régalienne de l etat, les politiciens sont entrain de creer de vrai zone de pauvreté et de non droit. Les riches comme au moyen age seront dans leur chateaux forts. Tres mauvais calcul pour les riches, car aujourd hui les manants ont des kalashnikovs et des RPG en lieu et place des fourches et des fleaux

      1. C’est ce que j’aime chez les capitalistes. Ils sont toujours en train de vous vendre la corde pour les pendre, ou la kalashnikov pour leur trouer la peau.
        Ne jamais sous-estimer leur avidité. Elle causera leur perte.

      2. vous vous trompez lourdement ; la politique du pire ne mènera qu’à la barbarie.

        pris indivduellement les possédants trinqueront un peu ; mais en tant que classe ils sauveront leur peau , mais seulement dans un premier temps.

        ensuite, ce sont leurs protecteurs ( armée, milice public et milice privée ) qui les tueront et les voleront pour s’accaparer le peu de standing de vie occidental qui subsistera !

        votre fameuse corde ne servira jamais pour l’émancipation sociale . ce sont les peuples qui vont payer le prix du sang s’il n’y a pas de renversement de ce système mortifère

        c’est la barbarie qui vient, mais les possédants ne lâcheront rien ! ( et encore une fois les capitalistes peuvent dire un grand merci aux staliniens et à leurs rejetons )

        socialisme ou barbarie

      3. socialisme ou barbarie

        ça sonne comme un refrain, ou plutôt comme du violon. mais ça ne tient pas la route. le socialisme est mort.

      4. comme du violon. mais ça ne tient pas la route

        Tenir la route c’est bien pour des quadricycles à moteur, type Toyota 4/4; pour les instruments à cordes frottées, type Stradivarius, on apprécie plus l’expressivité du glissando que le grip du pneumatique ou la rigidité du chassis…

      5. @ méthode

        Peu importe le nom, socialisme ou autre.
        La seule alternative à la barbarie qui avance, dans tous les domaines,
        jusqu’au risque d’un fascisme dépassant tout ce qu’Orwell a imaginé,
        c’est l’organisation sociale et économique pour satisfaire les besoins durables écologiquement,
        autrement dit la vraie démocratie, la fin l’expropriation et la fin de la tyrannie du capital.

      6. @ méthode

        Sous la tyrannie du capital, l’écologie n’aura jamais droit de citer,
        sauf celle en papier glacé qui sert à seulement à se goinfrer dans les ministères.
        Il faudra donc abolir le capitalisme, pour définir démocratiquement nos besoins, mais durables.
        En général, on appelle cela le socialisme, mais c’est vrai, que cela n’a jamais existé.
        Raison de plus !

      7. Oui et surtout ils ont déjà accepté leur propre mort, car la philosophie qui règne dans le grand banditisme, c’est « mieux veut deux ans dans le luxe que 50 ans dan la misère ! »

      8. grand-banditisme écologique
        grand-bandit écologiste
        milliardaire écologiste… ?

        hm, décidément il y a une éthique vraie et naturelle derrière, de quoi métamorphoser le parti socialiste… un sacré levier pour pas dire l’inverse

    3. vous vous trompez lourdement ; la politique du pire ne mènera qu’à la barbarie.

      Je ne faisais pas de pronostic, juste un constat. Ils vous vendront toujours la corde pour les pendre, c’est une réalité.
      Pour les conséquences de cette réalité, je n’en sais rien et je n’y peux rien. Tout ce que je sais, c’est qu’a mon niveau, la perspective de la barbarie ne me fait pas peur. Comme disait l’autre « Freedom is just another word for nothing left to lose ».

    4. Les prisons étant archi pleines et la Justice engorgée…Il semblerait que l’UMP concocte la fin du RSA,

      c’est le moyen zuesse, depuis un bail, pour garder « sous contrôle » la populace désoeuvrée, au chômedu, et par là même, en petite ou plus grande délinquance …
      mais guère les hauts phynanciers-truands …d’aucuns sont en liberté, alors qu’ils sont des criminels avérés aux mains si propres …

      et, c’est l’aimable pente choisie par le sous-vers-rien et son gvt de « pieds nickelés » pour notre Pays …
      un rêve : la société sous-contrôle …tout le monde en tôle ; hochets électroniques pour les nourrissons futurs délinquants ( pas les lardons des zélites, il va de soi ) ; si mouvements de reptation dans le berceau : c’est louche ! pas assez calme ! = vite, une drogue ! n’a pas dit « arreuh arreuh » au bon moment = graine d’ananar =) au gnouff ! ; en rang par deux à la crèche, marche au coup de sifflet : rien ne doit dépasser ! lecture d’ un livre non conforme: comptines et poésie =) ouh là, danger : ça peut donner un esprit de liberté =) punition ; a chantonné un air qui ressemblait « au temps des cerises »=) parents à surveiller …etc etc

      les armes individuelles sont dans les gènes zuesses, fruit de leur histoire …
      elles n’étaient pas dans les nôtres. Grande régression.
      le capitalisme fou ou la dé-civilisation.

      1. @ M,

        Bonjour,

        Apuration des dettes, dite technique,
        Epuration des êtres, dite ethnique,
        Et pour combler, oui c’est magique,
        Cet étrange fossé, la politique,

        Des discours à focaliser en vote,
        La furie consommée qui nous emporte,

        A force d’intense, quête d’insatisfaction,
        La loi devient immense, comme notre déraison,

        Sans coeur, le portefeuille,
        Vide misère de l’orgueil,

        Quand t’écris comme ça tu m’inspires, t’es beau
        Moi je me fous du calcul, de l’effet sur mes os
        Je suis de chair tendre, d’amour éperdu,
        Corrompu de haine, partagée, c’est entendu

        Zaz – Prends garde à ta langue
        http://www.youtube.com/watch?v=REUvWc2FmLA&feature=fvwrel

        Veillée des larmes, si ça peut suffire
        A éviter l’instinct de tout maudire
        Comme acculé par l’arme électorale
        A fuir la joie, la manip doctorale

        Rechargez vos yeux, armez vos regards,
        Moi n’en peux plus, tout est hagard,

    5. Le scenario à venir pourrait se lire dans la ville de Sevran

      que la situation soit tendue, certes ; priver une population défavorisée de ressources élémentaires est un moyen qui a fait ses preuves, n’est-ce pas, chez les réalpolitiks cyniques …mais, on nous a déjà bien mis en scène les « émeutes », qui ont appelées à un discours sécuritaire et aux lois liberticides votées – ou revotées, jusqu’à ce que « bon bouton » – par l’actuel gvt , en qq années …
      aussi, il serait judicieux de ne pas tronçonner notre société humaine, en montrant du doigt une partie des citoyens. et, il serait éthiquement souhaitable que lémedias décervelés n’en rajoutent pas une louche.
      quel pied, n’est-ce pas, pour les gouvernements incompétents, de pouvoir décréter une solution sécuritaire !
      attention !

      1. Pour avoir vécu très longtemps à Mexico, je suis attentive à tout ce qui s’y passe, il y a des analogies avec effectivement plein d’autres grandes mégalopoles dans le monde. En ce moment la population manifeste non pas pour des emplois ou des salaires mais pour avoir le droit de sortir de chez eux et même d’y rester sans risquer leur vie et celle de leurs enfants à tous moments de la journée et de la nuit, les riches se déplacent à bord de voitures blindées et même comme ça, ls tombent dans des traquenards et en général même avec paiement de rançon ne s’en sortent pas vivants…Les cartels contrôlent le pays, véritables états à côté de l’état.. La population n’en peut plus. et vit terrorisée. C’est bien le scénario qui pourrait nous attendre avec la fin des aides sociales des états providence à moins comme au Chili (dans les abbées 70) et autres pays d’installer des dictatures sanglantes. Voilà, je ne crois pas être pessimiste, mais simplement réaliste, Pour les très riches, il retsera des îles, type Ile Moustique enfin je ne sais pas si c’est une perspective réjouissante

      2. Je n’ignore pas l’état actuel du Mexique, et des cartels de drogue …( à noter que Le Honduras, sous Zelaya , mouture précédente – avec ses réformes sociales en cours, et un frein mis aux multinationales – a bien gêné les capitalistes échevelés =) coup d’état adoubé par les USA, et trés malheureusement, l’UE fût, à son habitude, étrangement molle du genou aussi – a dérangé la réal-politik bien plus que le Mexique, et sa drogue ) : pas la démocratie, non, la politique du pourrissement .

        Il serait judicieux de ne pas en arriver là. Dans une Société solidaire, et non réglée sur toujours plus de pognon pour qq uns ( addiction), avec pour but la « chose commune », et non tout pour qq’uns, rien pour les autres, l’équilibre peut se maintenir.
        Notre Société d’économie mixte était une forme d’équilibre : voilà pourquoi, elle était insupportable à ceux qui ne tolèrent pas de limites pour eux-même, et en exigent toujours plus pour les autres : c’est le fait du pervers.

    6. Qui ici a une idée de ce qui s’y passe dans le 9-3 ? pour de vrai…pas dans la version « le Droit de Savoir ».

      La réalité y est pire.

      C’est un foyer ultra capitaliste…c’est le Tea Party qui y règne…des « anarchistes de droite » comme dit Paul Jorion.

      Oubliez le poussiéreux prolétariat à Papa…c’est fini!…ça n’existe plus.

      1. les banlieusards sont des mercenaires de la mondialisation ultra-libérale, ils savent que les classes moyennes les ont lâché.

        on ne peut pas vénérer l’argent et être un bon gars.

      2. Ne racontez pas n’importe quoi methode. Les gens dans les banlieues existent au même titre que vous et moi. Seulement une logique du conflit y est plus que n’importe où exacerbée, engagée et voulue par cette même société dans laquelle nous vivons : à savoir du chacun pour soi. Et cela jusqu’à preuve du contraire.
        Faut-il vous rappeler que l’habit ne fait pas le moine :
        http://www.youtube.com/watch?v=swZePLi2nuM

        Pour moi les banlieues sont de toutes les couleurs et ça change de l’hypocrite blanc blafard policé et détenteur du petit magot bon père de famille mort de trouille.

      3. Octobre, vous êtes exemplaire mais utopiste.

        Mais le « rien à perdre » à un sens ici…c’est la principale richesse, paradoxalement, de ces quartiers.
        Ce qui explique aussi leur violence et leur intransigeance.

        Nombreux ont été les mouvements qui ont tenté de récupérer cette jeunesse, du LPA aux frères musulmans, de Soral à Debouzze, tous s’en sont fait éjectés à grand coups de pied aux fesses.

        Étrange mélange de non compromission, d’égoisme, de loi du plus fort, même si une certaine forme de solidarité existe.

        J’avais posté un lien vers une vidéo pour illustrer. Je peux comprendre qu’elle ait été modérée. Comme cette jeunesse, elle est crue et sans concession. Je sais aussi être raisonnable parfois Monsieur Alexandre, même en tant que cancre de ce blog ; ).

      4. Octobre, laisse tomber les méthodistes vendeurs-vendeurs du crétinisme. Quant on en est à vendre ce genre de discours de la méthode, c’est pince à linge-persil dans les oreilles ou AK 47, rien d’autre.

      5. Repostons une réponse plus gentille, je ne voudrais pas froisser l’oracle Vigneron.

        Monsieur le Vigneron, certes vous êtes la lumière de ce blog, et tous vous craignent, du genre, « ho la la dites pas ça, sinon qu’est ce que vous allez prendre de Vigneron »…mais moi, voyez vous, je m’en tape le coquillard (j’espère que je ne vous brusque pas).

        Je crois que du fin fond de votre propriété viticole, vous êtes trop éloigné de la réalité urbaine et de la misère quotidienne qui pousse beaucoup se replier sur eux même, et à se tailler la part du lion par tous moyens. C’est de l’ultra libéralisme, du chacun pour soit, de l’accaparement de richesse, le plus possible, moi d’abord. La détresse d’autrui, « plutôt lui que moi ».

        Quand on passe sa vie à mettre du vin en bouteille à la propriété, je ne vois par quel miracle on peut avoir la moindre idée de ce que vivent ces quartiers.

        Alors, je connais votre science infuse, mais là voyez vous, sauf grossière erreur de ma part…je crois que vous ne savez pas de quoi vous parlez.

        Et pour revenir sur le fil, on voit des pauvres qui se protègent des encore plus pauvres, lesquels deviennent de plus en plus violents de plus en plus jeune.

        On est loin du terroir mon bon Vigneron.

      6. @ qui de droit

        Primo, j’ai vécu un an à Lormont, rien à voir avec Pessac version Haut-Brion ou Léognan version Kercoz, ni Neuilly/Seine, ni Lasalle. Et j’y ai gardé encore quelques connaissances pour en savoir un peu sur ce qui s’y vit, s’y fait et surtout ne s’y fait pas.
        Secundo, je vois la même misére, les mêmes taux de chômage des jeunes (40%) et les mêmes phénomènes de ghettoïsation, ségrégation, communautarisation, « ensauvagement » dans des communes péri-urbaines tout près de mes vignes, cher petit vanvan 50cm3. Sans parler des communautés manouches ou gitanes que je connais d’assez près. Et de tout ça, jamais je ne tirerais les conclusions que vous et methode croyez bon de clamer ici. Sur des mecs de votre acabit par contre…
        Tertio, pas d’AK 47 finalement, un pistolet à eau suffira.

      7. octobre,

        Les gens dans les banlieues existent au même titre que vous et moi.

        je ne suis pas sûr de saisir mais ce que je raconte n’est pas n’importe quoi, d’ailleurs c’est bien le problème. les gens dans les banlieues ont moins à perdre que les autres, ils restent des français de seconde zone (l’affaire dsk aura mis un point final à ce débat). alors en effet la ‘logique’ du conflit s’exacerbe. voyez où vont prospecter nos amis américains pour chercher les politiques français de demain.

      8. @mon vivi

        Entièrement d’accord sur la misère sociale en milieu rural et périurbain. c’est un fait.

        Sur mes conclusions, c’est mon expérience et mon observation en Ile de France où les jeunes s’entretuent pour une poignée d’euros. Vous pouvez choisir de le nier. Ce n’est pas mon problème.

        L’exemple vient de très haut que voulez vous….

      9. @sergio leone du neuf trois

        « S’entretuer pour une poignée d’euros » c’est mieux que pour une poignée de dollars, uh ?…
        Et pour rien, c’est pire ou c’est mieus ? Pour le territoire national c’est mieux ? Pour son territoire de chasse ? Pour l’honneur ? Pour la Liberté ? Pour le fun ? Pour une fille ? Pour un mec ? Pour une ligne ? Pour l’Ordre ? Sais pas moi…
        A part ça, il est bien le film par la fenêtre ? C’est en 3D ?

      10. Vigneron,

        Très bien. Ce que vous dites n’est pas faux du tout. pour mes conclusions, les inégalités sont criardes.

        bonsoir.

      11. @vigneron: tu veux dire quoi par là? Que s’entretuer pour la liberté, l’honneur, une fille ou le territoire national c’est kif kif à s’entretuer pour une poignée d’euros?

        1. Le concours du « c’est moi le plus fin connaisseur de la banlieue » vient de prendre fin !

      12. Bah apparemment c’est ça moi….

        Et de toute façon ça n’existe qu’au cinéma….en 3D.

      13. @julien

        Bon ben tu l’auras voulu. Vais te rechafrer moi… « Ding dong Juju » ? Ça ira ? Ou « Little Big Ben Alex » ou « Jules el’bedaud à l’abbé Paul » ?
        Ben ouais, rapport à c’lui qui sonne la fin d’le récré, ou l’heure des vêpres ou d’l’angelus… 🙂

      14. L’arbitre siffle la fin de la partie…il y en aura d’autres.

        Merci pour le boulot M. Alexandre

      15. il y en aura d’autres, c’était un tour de chauffe, comme à madrid et athènes. après la grêle je relisais papy fouettard,

        « ensauvagement » dans des communes péri-urbaines tout près de mes vignes,

        je crois bien que le problème est là, je ne vois pas en quoi ce serait les siennes de vignes.

        ce qui est parlant, c’est tout ce petit monde se voulant pour le changement (abolition des privilèges, réformettes financières) mais pas trop quand même, le leur rappeler les rend instables… la prise de conscience avance.

        http://www.communautarisme.net/Plus-les-societes-deviennent-inegalitaires-plus-elles-sont-attachees-a-la-diversite_a1036.html

        cdt

  13. Un peu d’ Uchronie .
    Essayons d’envisager ce qui se passerait si la Grece n’etaient pas dans l’ Europe . Je parle des gens de base (60% les moins favorisés) ……. Est ce que leur mode de vie serait plus dur ou moins dur ?
    Il me semble que les biens essentiels seraient plus accessible , les boulots plus frequents …Certe il y aurait moins d’écran plats et de bagnoles de luxe , mais les touristes seraient plus nombreux ainsi que les usines de montage .

  14. Bon ,il est clair que ,et ce contrairement à l’apparence,que le « pouvoir » revient au plus grand nombre,à la majorité.
    La poignée de malfaisants aux commandes ,de façon glauque et/ou occulte voudrait nous laminer de toutes les façons…
    NB : ne me parlez pas de complot : il existe ,c’est Buffett qui le proclame = »notre classe a gagné » ) ,le dit complot n’est pas dans la majorité trop silencieuse.?
    Déjà en s’informant au maximum chez des Personnes au courant de manière sensée : ici par exemple.
    Puis diffuser larga manu la bonne information.
    Ensuite,ainsi « éclairés »,nous pouvons ,à la suite d’économistes,de politiques ,tous neutres et probes,intégres,enclancher un mouvement via tous les moyens légitimes existants.
    Oui ça marche :
    Regarder Paul Jorion,Leclerc et ce blog = quasiment inconnus il y a une petite paire d’années(comme disent nos amis Belges) et les voici (Jorion) au haut de l’affiche.
    Et ce faisant,TOUS les intervenants d’ici diffusent ,bon gré mal gré,leurs idées ,leurs propositions ,liées au discours du ou des leaders du blog.
    C’est un grand signe d’espoir.
    Il faut soutenir,continuer …la chute du systéme,accomplie,est à parachever et,ensuite,très rapidement,Construire.
    Oui,la Majorité écrasante rétablira un nouveau mode de société,à un niveau planétaire.
    Ne nous endormons pas et « gardons notre lampe allumée » : Le Fracas précédera nombre d’échéances de l’oligarchie.

    1. il n’y a pas de complot !

      juste le développement des contradictions de ce système mortifère !

      et les élites économiques, politiques, militaires et médiatiques entraineront les peuples dans l’abîme.

      il suffit de se rapeller l’île de pâque et de son funeste destin ……………….

      si les têtes ne tombent pas nous finirons comme ces iliens

      socialisme ou barbarie

    2. ne me parlez pas de complot : il existe

      attention, vous flirtez, le dealer d’alcool de raisin qui sévit en ces lieux va vous tomber dessus…

      ce n’est pas un complot mais toute une culture, du mépris, de l’accaparement et de l’avarice, du nihilisme niais, de la bêtise revendiquée.

      suffit de faire la causette à un petit bourgeois, en prenant un peu sur soi pour ne pas devenir violent si vous êtes dans mon cas, et vous aurez assez rapidement toute la gamme des tonalités nauséeuses fondements de ses ‘conceptions’ rancies. ça marche à tous les coups.

      le problème mon bon m. senior, c’est que les braves gens refusent le plus souvent de croire/voir ce qui leurs arrive au quotidien, jusqu’à ce qu’il soit un peu tard, ensuite ils sombrent dans l’excès inverse et font un zèle dangereux.

  15. Lettre ouverte à mes chers amis grecs, portugais, irlandais, espagnols etc….
    Inutile de continuer à vous agiter comme ça, vous rembourserez vos dettes jusqu’au dernier euro, intérêts compris! vous ne voudriez tout de même pas « faire défaut », c’est à dire planter « nos » banques et au final « nous » dépouiller de nos modestes économies placées à 4%, non?
    Donc, on ( on c’est le FMI, la BCE ) va vous lâcher une dernière sucée de crédits, histoire d’éviter la banqueroute, mais comprenez bien qu’on va vous serrer le kiki, et pour au moins un demi siècle!
    Et si vous vous rebiffez, hop, les colonels, comme au bon vieux temps!
    quant à la participation « volontaire » des banques créancières…MOUHAHAHAHA!

    1. Mais si la participation volontaire des rapaces capitalistes … pour s’abattre sur tout et sur tous ce qui a une quelconque valeur marchande dans le pays.

      Les banques s’apprétent à se payer sur la bête, et à participer à la très grande braderie grec organisée par un gouvernement bourgeois, toujours soutenu par le PASOK.

      En Grèce … tout est à vendre !

  16. Je suis dans une phase où je détruis tous mes commentaires… car enfin. En plus je prépare mon voyage en Grèce, départ demain soir, si tout va bien. J’ai pas l’habitude de voyager ni de prendre l’avion…. ce petit vaisseau métallique devra traverser le ciel nocturne et atterrir pile, à Athènes.

    L’Antre de la folie, la fin. Le rire diabolique dans la sale de ciné. C’est une image de l’état du monde.

    Je viens d’entendre Jacques Sapir, pendant 15 mn sur France Culture, radio qui est devenue par parenthèse, un tsunami de conneries, en diurnes, j’en suis à ces mots là quand j’entends le niveau de l’ensemble des intervenants de la chaine, bref…

    J’entends Jacques Sapir, l’illustre Sapir que tout le monde aime bien, expliquer pourquoi l’Europe va mal, que cela profite à l’Allemagne etc. Très bien mais, il laisse dans le vague les questions sur l’avenir de la crise et ça commence à m’énerver ! Il avait 15 mn pour dire qu’il n’y a pas de sortie de crise et il ne l’a pas fait ! A quoi ça sert d’avoir du temps de parole pour ne pas dire la vérité ! Et je veux que l’on parle de J.B. Say, – l’économiste qui n’évoque pas Say en ce moment mérite un bonnet d’âne ! j’en ai ras-le-bol d’entendre toujours partout, les mêmes raisonnement ni faux ni justes, juste incomplets, qui piétinent depuis des mois, voire des années ! Jacque Sapir répète son discours à l’identique, on sait tout cela, Warrenbrouk l’a dit aussi, au sujet du dysfonctionnement de l’Europe ; Ils oublient Say et cela les empêchent de conclure !!! Il n’y a pas de conclusion au discours d’un Sapir, sauf de dire que la Grèce entre en récession jusqu’en 2019 ! NON la Grèce ainsi que tous le monde capitaliste est foutu, le système est mort, à cause de la loi des débouchés de Say, à cause de l’insuffisance définitive de la demande ! Say, Malthus et Keynes ! Ceux qui n’ont pas ces références n’ont rien à dire de précis !

    Mon cher Jacques Sapir, dites leur que c’est foutu ! Sinon ils vont se bercer d’illusions !

    Jacques Sapir, sur Fr C 12h45 Et oui malheureusement il n’y aura pas de sortie de crise, ni la Grèce ni l’Europe, ni les USA ni la Chine ne s’en sortiront, le système capitaliste dans son ensemble est définitivement foutu… Il fallait s’y attendre, un enfant de 4 ans pouvait comprendre cela mais bon.

    99% des discours ambiants ne servent qu’à cacher la vérité par des vérités pseudos ou partielles, c’es une honte.

    Bon… les grecques ne veulent pas d’ingérence du FMI et ils ont bien raison !

    1. Listztfr

      Et n’oubliez pas quand vous y serez, en Grèce, de nous faire part de vos sentiments et analyses.
      Vous êtes un peu notre envoyé spécial. 🙂
      Bon voyage !

      1. vous z’inquiétez pas pierre-yves des futurs grecs il y en a plein les banlieues françaises, pas besoin d’envoyé spécial, suffit de sortir de boboland 😉

    2. c’est curieux lisztfr de même je commence un commentaire et j’efface, des fois sur un coup de tête j’envoie, ou me débarrasse d’une autre façon je sais pas, je relis pas, déjà bien fatigué des commentaires lus (s’en tenir exclusivement au billet!) légère déprime? pas plus que ça, les idées pures épuisent, aux trop beaux ficelages ou aux maladroits y rajouter du mien ? (une cure régulière du blog est indispensable! ) une idée temps réel monde mais d’artifice si elle ne s’ensuit pas d’affects vivants. C’est ce que Lordon écrit dans dernier livre
      D’un retournement l’autre
      Comédie sérieuse sur la crise financière
      En quatre actes et en alexandrins
      Seuil,

      écrit là : http://www.monde-diplomatique.fr/2011/05/LORDON/20465
      ou dit là dans les matins de fr.culture http://www.dailymotion.com/video/xijoqk_les-matins-frederic-lordon_news#from=embed&start=1223
      « La connaissance vraie du bien et du mal ne saurait réprimer aucun affect en tant que cette connaissance est vraie mais seulement en tant qu’elle est considérée comme un affect … » (Eth., IV, 14).

      ça aussi,du même: « La puissance des institutions »
      http://www.journaldumauss.net/spip.php?article678
      bon voyage!

    3. @Lisztfr,

      NON la Grèce ainsi que tous le monde capitaliste est foutu, le système est mort, à cause de la loi des débouchés de Say, à cause de l’insuffisance définitive de la demande ! Say, Malthus et Keynes !

      Pouvez vous svp expliquer ce que vous voulez dire?
      Je croyais que la loi de Say concluait exactement le contraire ie qu’une crise de surproduction était impossible. Puis que Keynes réfuta ses conclusions en observant que plus il y avait d’incertitude sur l’avenir, plus il y avait thésaurisation, d’où la nécessité de création monétaire pour stimuler la demande puis la production.

      Merci, et bon voyage.

      PS: je suis d’accord sur l’insuffisance de la demande, mais a mon avis cela ne découle pas de la loi de say mais du fait que nous avons passé un moment de Minsky.

      1. @chris06

        Minsky, wikipédia :

        On appelle parfois « moment Minsky » le point où les investisseurs surendettés sont contraints de vendre en masse leurs actifs pour faire face à leur besoin de liquidité, déclenchant une spirale de baisse auto-entretenue du prix de ces actifs et un assèchement de la liquidité.

        *** Certains appellent cela la debt deflation, cette idée a déjà été évoquée je ne sais plus à propos de quoi. Cette idée est de l’ordre du conjoncturel et de l’accidentel seulement, contrairement aux conséquences de Say.

        L’une des idées centrales de Minsky, exprimée dans Stabilizing an Unstable Economy (2008), est que la stabilité engendre l’instabilité,

        *** Il n’y a jamais eu de stabilité.

        le capitalisme lui-même se déséquilibrant intrinsèquement:

        *** il ne se déséquilibre pas, il est déséquilibré;

        se lassant de profits modérés, les investisseurs, en période de croissance, commencent à prendre des risques plus élevés, mettant en péril la stabilité du système [5]. Dès lors, seule une régulation financière peut permettre de limiter la spéculation et de prolonger une croissance stable [5].

        *** Encore une théories des crises …

        J’ai déjà pas mal parler de Say ici, je ne vais pas le refaire. Say est l’équivalent du zéro absolu ne physique, une asymptote, une limite infranchissable de la demande globale. Cette limite ne permettant jamais d’absorber/consommer la marchandise produite. On survit grâce au crédit, c’est pourquoi. C’est pourquoi aussi c’est en déséquilibre depuis toujours depuis le jour où le premier atelier à ouvert.

        @Roma,

        A plus 🙂

  17. Grèce tout peut basculer le peuple n’en peut plus:

    Là, les slogans, au départ juste évocateurs du ras-le-bol de la crise, deviennent de plus en plus antigouvernementaux, frisant le populisme. Les députés sont conspués, accusés d’avoir spolié le pays en acceptant l’aide internationale qui a, selon les « Indignés », précipité la Grèce dans la crise.
    Des incidents au cours desquels des membres du gouvernement sont pris à partie publiquement se multiplient, la classe politique étant rendue responsable des années de gabegie qui ont conduit le pays au désastre.
    Le dernier en date, jeudi soir, a vu le porte-parole du gouvernement Georges Pétalotis recevoir injures et projectiles alors qu’il se rendait dans un centre pour personnes âgées.
    Il a été évacué par une sortie de secours, tandis qu’on entendait « Honte, honte » dans la foule, ou encore « prends l’hélicoptère et tire-toi ».
    Selon des études récentes, les Grecs n’ont plus confiance dans le système politique actuel pour sortir le pays de sa crise financière.
    Selon un sondage réalisé pour le journal To Vima le week-end dernier, seulement 40% jugent qu’un « gouvernement élu démocratiquement » est capable de faire face à la crise, 30% souhaitant « un groupe d’experts et de technocrates » et 22,7% préférant un « dirigeant puissant auquel parlement et élections ne puissent pas faire obstacle ».
    Plus inquiétant, les sondés sont 57% à « approuver ou plutôt approuver » les agressions verbales et physiques contre les responsables politiques.
    Dans les défilés, deux sentiments dominent: l’envie de sortir du mémorandum d’accord avec les créanciers, au risque pour la Grèce de faire vraiment faillite, ou l’abattement.
    Samedi, un syndicaliste de la Gsee, Nektarios Darzakis, estimait qu’il fallait « augmenter la pression » pour « obtenir le départ du gouvernement et le retrait du mémorandum ». Plus loin, Stratos, 26 ans, salarié d’un centre d’appel expliquait qu’après l’abaissement de 30 à 40% de son salaire, il vit toujours chez ses parents: « Je n’ai jamais vu mon père aussi déprimé, et c’est cela qui m’inquiète le plus ».

    http://www.lalibre.be/toutelinfo/afp/328476/grece-le-gouvernement-au-defi-de-remplir-ses-promesses-face-a-une-crise-de-confiance.html

  18. Certes, mais si les taux longs nous laissent tranquilles on sera alors en 2013 voir en 2014 et ceux qui jouent, depuis 3 ans, sur le fait que les moutons aiment être tondus auront eu raison.
    Entre temps l’euro continuera à progresser dans les réserves de change et d’un fédéralisme uniquement monétaire on passera gentiment à un fédéralisme d’endettement voir plus si affinités.
    Par contre, du côté du dollar, le virage du 2em semestre 2011 va être bien délicat à négocier et on devrait s’inquiéter de voir toujours l’euro, malgré la mise en scène très anglo saxonne de cette formidable tragédie grecque, si proche des 1.5$.

    1. éclairant à tout point de vue. la complexité ne fait plus recette, c’est déjà le crépuscule des économistes.

    2. La question fondamentale est la suivante
      Qui tombe en premier l Europe ou les USA.
      Si c est nous, les ricains comme il y a 80 ans reviendront avec leurs GIs sur les cotes Normandes. Bien sur Coca cola et mickey mouse dans les valises et la partie recommmencera.
      Si c est eux, j espere que nous serons construire une europe plus juste, sans interference étrangère.

  19. Les sommes versées ou cautionnées pour « sauver » la Grèce sont des sommes à fonds perdus. La Grèce restera encore pendant très longtemps fidèle à son image: pays agricole avant tout, avec très peu d’industrie (très concurrencée), et du tourisme.

    Et puis il y a un autre spectre qui pourrait troubler ce jeu mal engagé: il suffit de demander à Google de rechercher dans la rubrique  » the gost town crisis » , concernant la bulle immobilière en Chine.

  20. La énième rustine, c’est tout ce qu’on peut dire du dernier plan de sauvetage. Au fait, c’est le combien ?
    La seule privatisation en Grèce qui rapporterait de l’argent, c’est la fortune accumulée par l’ Eglise orthodoxe, mais je vois mal les Grecs accepter cela.
    Bref! on essaie de gagner du temps, mais je doute que les fameux « marchés  » soient longtemps dupes.

  21. Tu nous avais caché ça Angela …c’est pas bien!!!!

    Les Européens du sud travaillent beaucoup plus et parfois plus longtemps que les Allemands, selon une étude qui, statistiques à l’appui, bat en brèche de récents propos d’Angela Merkel fustigeant en pleine crise de la dette un laxisme social de la Grèce, de l’Espagne et du Portugal.
    « Les Allemands travaillent beaucoup moins (sur l’année, sur leur vie) que les Européens du sud. Ils ne travaillent pas non plus plus intensément », écrit Patrick Artus, chef économiste de la banque française Natixis et rédacteur de cette étude qui s’appuie notamment sur des chiffres de l’OCDE et d’Eurostat.
    La durée annuelle moyenne du travail d’un Allemand (1.390 heures) est ainsi beaucoup plus faible que celle d’un Grec (2.119 heures), d’un Italien (1.773 heures), d’un Portugais (1.719 heures), d’un Espagnol (1.654 heures) ou d’un Français (1.554 heures), attestent les chiffres publiés en 2010 par l’OCDE.

    http://www.lalibre.be/toutelinfo/afp/328487/les-europeens-du-sud-travaillent-plus-et-plus-longtemps-que-les-allemands.html

  22. Je suppose que la semaine prochaine les irlandais vont aussi passer « au guichet » pour une rallonge, en attendant, toujours en attendant, mais en attendant quoi?
    Ca n’en finira jamais!

    L’avenir et le bien commun des grecs sont vraiment hypothéqués au plus haut point. Etant donné que la recette d’un éventuel redressement ou reprise n’a que peu de chances de se réaliser, on s’oriente vers une spirale des pertes inéluctable. Les capitaux restants ont déjà quitté les banques grecques (et l’Europe), je ne vois pas comment la cavalerie peut tenir sans ces capitaux.

    Ils auraient d’ailleurs tout intérêt à laisser le temps éroder les valeurs des actifs par la dépression (avec quelques touches politiques pour s’y aider), puis quand la situation l’exigera de faire défaut, sortir de l’euro et de re-nationaliser.

    Sinon dans l’absolu gagner du temps sans solution possible, n’est pas viable bien longtemps.
    La situation américaine ne dit pas mieux!

    Ou alors, sait-on déjà chez ces élites de la finance qu’une bonne grosse guerre est en préparation, ce qui pourrait expliquer cela! La collusion de ces corporates est depuis longtemps avérée.
    Pourquoi l’envisager? Tout simplement car le système ne souhaite pas une seule seconde réformer son modèle, et c’est relativement indicatif dans ce jeu, qu’il envisage de se servir de recettes « à l’ancienne », comme une guerre mondiale, les autres artifices n’ayant pas fait long feu!
    De plus, la situation permet aux dirigeants de garder la main sur l’ordre en interne, ce n’est pas négligeable, pour appliquer des mesures impopulaires sous couvert d’état d’urgence.

    Y’aura-t’il des élections en 2012 dans ce cas?

    1. La guerre est dans les risques des stress tests des centrales nucléaires ? (bombes à coques en nanoparticules , mitraillettes tirs de raffales micro-ondes, …

      1. « Prison Valley » (-l’industrie de la prison )
        lien du site
        http://prisonvalley.arte.tv/?lang=fr

        ou ici , 90mm, le documentaire Arte « Théma »)
        http://www.tagtele.com/videos/voir/64630

        « Le sujet
        Fremont County, Colorado : deux villes – Cañon City & Florence, 36.000 âmes, 13 prisons, 7731 détenus

        Ce n’est plus un comté. Mais un complexe prisonnier, comme l’on dit complexe hôtelier. C’est Prison Valley, région paumée du Colorado. Ici, on a planté une prison dans les années 80. Puis un hôtel. Puis une autre prison. Puis un resto. Puis une troisième prison. Et encore un motel. Un cabinet d’avocats s’est installé. Puis cinq autres prisons.

        C’est presque une ville modèle avec son chômage en baisse, ses 21 % de population incarcérée, ses pénitenciers dernier cri, son Supermax à demi enterré dans le désert, « the Alcatraz of the Rockies », comme on dit là-bas, la prison des prisons, celle des Timothy McVeigh, Unabomber, Zaccaria Moussaoui et tant d’autres, avec couloirs donnant sur la mort.

        Au final, Prison Valley, c’est ça : une ville prison où même ceux qui vivent dehors vivent dedans, d’une façon ou d’une autre. Avec ce webdocumentaire, le spectateur plonge au cœur de l’industrialisation des prisons :
        • Qu’est-ce que l’incarcération de masse ?
        • Quelles sont les conséquences d’une politique sécuritaire ?
        • D’où vient la peur et à quoi sert-elle ?
        • Lier rentabilité, emplois et justice : quels enjeux pour nos sociétés ?
        …..
        http://webdocs.arte.tv/category/webdocs/societe/prison-valley/

      2. La guerre est dans les risques des stress tests des centrales nucléaires ? (bombes à coques en nanoparticules , mitraillettes tirs de rafales micro-ondes, …

        🙂

        La guerre a toujours été une alternative dans la trousse à outils des dirigeants.
        C’est la saison des Stress tests, les banques, les centrales, le degré de consentement des populations…
        J’ai peu de connaissance sur le sujet technique des armements, mais il me semble difficile d’éluder ce risque pour ce qui concerne les autorités militaires.
        Vous avez également la guerre numérique qui semble d’actualité, et qui « justifierais » le cas échéant un filtrage strict d’internet.

  23. Bonjour à tous

    A lire pour info l’analyse de la situation européenne par Martin Wolf dans le financial times:
    en résumé deux options possibles:
    a) les pays en crise sortent de la zone euro > catastrophe
    b) intégration forcée des finances et fiscalités européennes: très très difficile!

    Reamarque: Autant j’apprécie en

  24. Bonjour à tous

    A lire pour info l’analyse de la situation européenne par Martin Wolf dans le financial times:
    en résumé deux options possibles:
    a) les pays en crise sortent de la zone euro > catastrophe
    b) intégration forcée des finances et fiscalités européennes: très très difficile!

    Remarque: Autant j’apprécie, en tant que français, les prises de positions fondées dur des principes ou des théories ( droit canon) autant j’apprécie aussi le pragmatisme des anglo- saxons qui se préoccupent avant tout de ce qui marche là tout de suite pour éviter la cata demain matin ( droit coutumier) . Cette abyssale différence d’abord des problèmes devrait inciter tous les théoriciens /théologiens, respectables en eux même, de s’interroger sur comment on fait pour appliquer leur panacée dans un tel monde ?!
    Ce n’est pas seulement avec les anglais ou les étatsuniens que le dialogue n’est pas simple:
    souvenez vous du dialogue de sourds Kohl/ F.O. Giesbert sur l’évacuation des troupes soviétiques d’Allemagne!

    Prenons ici du plaisir à discourir entre gens de bonne volonté , mais n’oublions pas d’aller aussi gueuler avec les Indignés….

    Cordialement

    1. Hhmm…Steve.
      Sauf quand le « pragmatisme » consiste à oublier le bien des autres pour ne penser qu’au sien propre moi je personnellement.
      Et, n’oublies pas qu’un humain normalement constitué vieillit.
      Hors, même le plus dynamique des cowboys a parfois besoin de souffler à 70 ans et là, le pragmatisme, tu le regardes comme un ennemi…
      Je te souhaite, comme à moi, d’aller jusque là, ce qui n’est pas gagné…

  25. POLL: More Americans Think Economy Will Never Recover.
    CNBC: an increasing number, some 61 percent, say they don’t expect to return to their respective pre-recession lifestyles until the spring of 2014, if ever.

    What’s worse, a full 10 percent said they expect they will never return to pre-recession spending.

    That’s a more pessimistic view than last year, when those surveyed expected that they could be back to pre-recession spending levels by the middle of 2013.

    “Americans continue to push their expectations for return to a pre-recession ‘normal’ further and further into the future—close enough for comfort, but far enough away to seem realistic,” said Fred Crawford, CEO of AlixPartners. “But as that happens, more and more it seems normal is actually where we are right now.”

    http://www.cnbc.com/id/43268037

  26. Tout est dit, simplement.
    « Ce serait donc de l’inconscience que de retirer la baguette du dessous au jeu du mikado. »
    Joli formule.

  27. « (…)Un référent est nécessaire pour que ce système pyramidal inversé qui repose sur la pointe, la valeur de dernier ressort que la dette des Etats et leur capacité à l’honorer envers et contre tout représente en ultime instance. »…Une toupie ce système pyramidal inversé qui repose sur la pointe!

  28. « Parallèlement le système international a désormais dépassé le stade de l’affaiblissement structurel pour entrer dans une phase de délabrement complet où les anciennes alliances se délitent tandis que de nouvelles communautés d’intérêt émergent très rapidement.

    Enfin, tout espoir de reprise économique mondiale significative et durable s’est dorénavant évanoui tandis que l’endettement du pilier occidental, en particulier des Etats-Unis, atteint un seuil critique sans équivalent dans l’Histoire moderne  »

    http://www.leap2020.eu/GEAB-N-55-est-disponible–Crise-systemique-globale-Confirmation-Alerte-Majeure-pour-le-second-semestre-2011-Fusion_a6506.html

    1. Encore une fois, prévision de phase 2 de la crise plus forte que la 1 et de forte inflation.
      Je ne suis toujours pas convaincu par l’inflation à venir…
      Et vous tous ?

  29. Bon article, Monsieur Leclerc.
    Néanmoins, deux choses qui me chatouillent.

    Déjà, vous auriez dû insister sur le cas de l’Islande. Qui montre clairement, et encore PLUS crument depuis Lehman, que le FMI n’est là que pour sauver le système dans son ensemble de sa plus terrible menace : le défaut de remboursement de dette…
    Et son augmentation de capital gigantesque (du fémi) depuis Lehman montre bien que la crainte de contagion est bien réelle.

    2nde chose qui me chatouille fortement, Monsieur Leclerc, entre nous, pourquoi le Fémi n’est-il pas venu SEUL à l’ « aide » de la Grèce comme il a l’habitude…?????
    Un concours d’hégémonie…????

    A qui a profité le crime..??

    1. http://www.lematin.ch/actu/economie/affoles-grecs-cache-344-milliards-suisse-411703
      « «Rien qu’en Suisse, estime ainsi le secrétaire d’Etat au Ministère grec des finances, Dimitris Kouselas, nos concitoyens ont, ces dernières années, déposé 280 milliards d’euros (344 milliards de francs au cours actuel, ndlr). Ces montants sont énormes: ils représentent pas moins de 120% de notre PIB.» Selon des sources bancaires, les deux grandes banques suisses accueilleraient à elles seules 25 milliards de francs d’origine hellénique. Une bonne part des 280 milliards d’euros se trouve dans les banques privées genevoises. »

      Genevois que les détails, me direz-vous…
      Si vous pensez qu’il y a du foutage de gueule un peu quelque part, je ne vous contredirai pas.

      1. Vous voilà bien comminatoire !

        La participation du FMI aux plans de sauvetage européens a été un enjeu au départ. Les Européens ne la souhaitaient pas tous, considérant qu’il étaient chez eux et ne voulaient pas être assimilés à une quelconque République bananière.

        Le temps a passé et son intervention est passée dans les mœurs, nécessité faisant loi.

        L’Europe absorbe désormais la majorité des prêts du FMI, une situation tout à fait inédite, qui n’est pas sans poser de problème en son sein. Ce qui explique l’insistance avec laquelle les Européens sont pour que le prochain responsable du FMI soit Européen.

      2. Encore eut-il fallu, Monsieur Leclerc, ne pas me placer en position abusive de prêteur de commentaires de dernier ressort… 😉
        Mauvais humour, mais réflexion logique, c’est déjà ça.

        Est-ce donc pour cela que les Rosbifs ont fortement re-capitalisé le Fémi afin de mieux profiter de l’Euro..???

        (en aparté, je ne vois pas spécialement de pays qui ne soit plus bananier, mais ce n’est que mon point de vue de simple citoyen…)(ou si c’est du sauvage d’apparence, cela ne trompe plus grand monde…)
        (aparté 2, je pense que l’inédit risque encore de nous surprendre à de nombreuses reprises…)
        (ça innove à tout crin, en ce moment….)
        (on arrête pas le « progrès »…)
        (si vous en avez marre que je vous parle en parenthèse, dites-le moi.)
        (mais ça fait plus intime)
        (j’aime rester discret)
        (et calme)
        (ouaich… c’est aussi du sauvage d’apparence…)
        (parfois, faut essayer…)

    2. Monsieur Leclerc.

      Je vous ai posé une question.

      Pas simple, je reconnais. Mais je sais pouvoir compter sur les autres comme ils savent le faire pour moi.

  30. Johannes.
    Tu contamines.

    http://www.ladepeche.fr/article/2011/06/05/1099235-sol-violette-la-monnaie-qui-monte.html
    « Pour ceux qui ignoreraient encore l’existence de cette monnaie, petit rappel. Le public intéressé peut se procurer des sols violette en convertissant ses euros dans deux banques (Crédit coopératif et Municipal). Trois valeurs de billets infalsifiables existent : 1,5 ou 10 €. Pour le moment, 45 commerces agréés, tous secteurs confondus, acceptent cette monnaie. Ils peuvent à leur tour, dépenser leur Sol dans une enseigne solidaire. Attention, on n’économise pas le sol. « Cette monnaie doit circuler, reprend Jean-Paul Pla. Si au bout d’un trimestre, on ne l’a pas dépensé, elle est dépréciée. On peut toujours la reconvertir en euros, mais en s’acquittant d’une taxe de 5 %. Ce n’est pas le but ». »

    Donc, si j’économise pour ma retraite, je perds 5% par trimestre… Les boules.
    En gros, c’est de la monnaie de con et suméristes.

    1. @Yvan l’article n’est pas suffisant pour se faire une idée (favorable).
      Mais la photo est caractéristique de toutes les démarches marketing pour nous vendre une idée.
      Et l’intéressant est d’éviter encore une fois l’utilisation de la monnaie fiduciaire (billet ou pièces), donner l’impression de payer par carte ?
      Faire honte à ceux qui utilisent encore les espèces ?
      Mais aussi de voir l’acceptation dans les esprits d’une nouvelle monnaie …
      De séparer la notion de monnaie de référence de prix (livres ?) et de monnaie de paiement .
      Le système bancaire crée-t-il de la monnaie à l’occasion ?
      Est-ce un système de solvabilisation comme sous la forme chèque le sont chèque restaurant, chèque vacances, CESU en France.

      1. @ Yvan si fait ! même analyse : accélérer la circulation des signes monétaires, civilisation de la dépense, mais l’innovation, en introduisant une monnaie fongible, c’est de faire de l’inflation en gardant les prix stables !

  31. la messe est dite!
    La faillite grecque surviendra quand même, suivie d’autres faillites.
    L’euro ne s’en relèvera pas.
    Mais est-ce si grave?
    Le retour à une monnaie nationale avec une période de moratoire d’un ou deux ans permettrait de repartir facilement.
    Mais, tant que cela est « l’horruer »…
    Je signale au passage que la Pologne s’en sort infiniement mieux en n’adhérant pas à l’euro!

  32. Biggest Protest In Athens Under Way As Tens Of Thousands Ask « Where Did Our Money Go », Demand No More Austerity.

    After 12 consecutive days of protests, the biggest gathering in Athens’ parliamentary Syntagma square is currently underway. The FT reports: « Thousands of Greeks protested outside parliament on Sunday against a fresh austerity package agreed in return for the country’s second bail-out in 13 months by the European Union and International Monetary Fund. “Thieves, thieves….Where did our money go?” the protestors shouted, blowing whistles and waving Greek flags as riot police thickened ranks around the parliament building on Syntagma square in the centre of the capital.

    http://www.zerohedge.com/article/biggest-protest-athens-under-way-tens-thousands-ask-where-did-our-money-go-demand-no-more-au

  33. Deuxième renflouement : l’aide à la Grèce pourrait dépasser 100 milliards d’euros.

    Le premier renflouement organisé voici un an par l’UE et le FMI représentait 110 milliards d’euros, dont 24,4 milliards apportés par l’Allemagne. Un deuxième renflouement est évalué à 65 milliards d’euros, mais il pourrait dépasser 100 milliards d’euros parce qu’il faudra aux emprunts d’Etat grec un suivi financier en 2014, explique Der Spiegel dans son édition du lundi 6 juin 2011.

    http://fr.reuters.com/article/businessNews/idFRPAE75408A20110605

    110 + 100 = 210 milliards d’euros foutus en l’air (la Grèce ne remboursera jamais ses dettes).

    La photo de l’année 2011 est celle que donne Dissy un peu plus haut sur ce fil.
    Le 30 mai 2011, des dizaines de milliers de Grecs sont dans la rue.
    A Athènes, les manifestants grecs comparent l’Union Européenne à l’Allemagne nazie :

    http://www.spiegel.de/wirtschaft/soziales/0,1518,766645,00.html

    Cette photo des manifestants grecs est très révélatrice.
    Cette photo montre que l’idée européenne est morte.
    En Europe, les années qui viennent seront explosives.

    1. Pas forcément foutu en l’air, celui qui peut faire défaut est celui qui la plus grosse … armée 🙂
      Le petit est couvert par les autres petits et moyens et tout ce beau monde est couvert par le Gros.

    2. BA.
      Salut, vieux camarade.

      Je te rappelle qu’un cabinet comptable newyorkais indépendant a calculé à la grosse en fin 2008 (naissance du petit jésus Lehman) que l’argent virtuel M2 et M3 virtuel qui s’était écroulé et ne valait plus rien « représentait » 1 480 000 milliards de dollards ricains.
      Alors tes petits milliards accessoires…
      Mon pauvre…

      Allez, je suis bon prince : je t’offre une choucroute même si la zone Euro ne s’écroule pas, ce dont tu rêves.

      1. 1 480 000 Milliards ? 1 quintillion et 480 quadrillions de dollars ? Vous êtes sûr ?

        Si vous avez des références ça m’intéresse

      2. Un million quatre cent quatre vingt mille millards de $ US…
        Yvan, c’est un grand cabinet comptable new-yorkais ou ton jardinier qui t’a filé ce chiffre à la mords-moi l’jonc ?
        J’te rappelle que la M3 de la zone €, en janvier 2011, par exemple, c’est juste 10 000 milliards, soit à peine 30 000 € par tête de pipe de la dite zone. Je sais bien que la M3 en $ n’est plus publiée depuis 2006, qu’on connait pas celle du yuan qui suit fatalement celle du $, mais 1 480 000 000 000 000 $, soyons sèrieux, juste un petit peu.
        Je te répète Yvan, dans les conditions actuelles, autant économiques que monétaires ou politiques, il ne peut pas y avoir d’inflation significative dans les pays développés autre que celle, bullaire, des actifs et des matières premières par effet spéculatif. Aussi sûr que 2+2=4.
        À ta place je prendrais le contrôle d’une conserverie artisanale de choucroute alsacienne, tu vas en avoir besoin…

      3. BA.

        Une monnaie est un moyen, rien d’autre.
        Et, au fait, tu le raccroches à quoi, ton nouveau ancien franc..???

        Si tous tes malheurs peuvent être mis sur le dos de l’Euro, beeenn… tu te trompes de cible.

        Vigneron.
        Je me suis trompé en parlant de M2 et 3. J’ignore ce qui m’est passé par la tête. Perturbé par ailleurs, peut-être.

        Il s’agit du montant estimé des dettes mondiales, soit l’argent virtuel imprimé par les banques sur format A4.
        Lorsque tu sais que ces bouts de papier sont revendus au mieux à 26% de leur valeur faciale par des pigeons qui les revendront aussi…

        Ma source d’info est un article du Monde datant de la fin 2008 mais dont je n’ai pas fait de copie et qui serait assez dur à retrouver, je pense.
        Mais le montant est sûr et m’avait, tu t’en doutes, marqué un peu légèrement sur les bords.
        Dailly. Ca te dis quelque chose..???

      4. @yvan

        Rends toi compte que ton chiffre représente plus de 7 fois la richesse mondiale (196 000 milliards de $) calculée en 2010 par le Crédit Suisse. Chiffre lui même net du passif financier ! Enlève 3 zéros et encore… Et n’oublie pas que beaucoup de dettes s’annulent, ce qui compte c’est le solde net.
        http://www.inegalites.fr/spip.php?article1393

        Pour le Dailly, comme pour de l’escompte, il n’y a pas création de dettes nouvelles, juste vente d’une créance sur un client à une banque et versement d’agios sur crédit d’escompte ou OCCC par l’entreprise créanciére. La banque se remboursant soit sur son entreprise cliente après encaissement par celle-ci de sa facture-client, soit directement par recouvrement de la créance sur le débiteur initial, le client de l’entreprise.
        « D’ailly ! D’aiilo ! En rentrant du boulot… »

      5. Non non, BA.
        Ne prends pas qu’un bout de la lorgnette. Ca ne marche pas avec moi.

        Dans la série dévaluation, tu as eu en chose comparable la GB qui s’est faite attaquée au niveau monnaie par Soros en 93.
        Cela a provoqué l’arrivée de Tatcher avec toutes les privatisations et le secteur bancaire qui a explosé (dans le sens hypercroissance)

        Là, si tu veux que nous nous retrouvions dans la même cata que les Rosbifs, très peu pour moi…

        Demandes à Julien qu’il me file ton adresse mail afin que j’ai ton adresse pour t’envoyer une boite de choucroute.
        Tu l’as bien méritée.

        1. @ Yvan

          Dans la série dévaluation, tu as eu en chose comparable la GB qui s’est faite attaquée au niveau monnaie par Soros en 93.
          Cela a provoqué l’arrivée de Tatcher avec toutes les privatisations et le secteur bancaire qui a explosé (dans le sens hypercroissance)

          Elle est pas un peu à l’envers ton Histoire ? Soros attaquant la livre sterling, c’est 1992. Et Thatcher a été premier ministre de 79 à 90…

      6. @julien

        T’es dur là. Les lecteurs avaient rectifié d’eux même le parallaxe de la lorgnette historique d’Yvan… Blair, Thatcher, qu’importe… M’enfin, mine de rien, on pourrait bien lui filer une médaille du Mérite Européen à Soros. avant qu’il passe l’arme à gauche, ou le prix Charlemagne plutôt que le donner à notre pauvre Trichet…
        Avoir réussi à foutre un tel merdier monétaire juste avant le référendum de Maastricht, c’estbeaucoup mieux que ce que tous les think-tanks tentaculaires, toutes les Fondations ramifiées et « profondipoches », tous les méga-clubs de grands patrons franco-allemands, tous les Seguela, Pilhan ou Sauzet du monde étaient capables d’imaginer ou de mettre en oeuvre comme opération de com pro-intégration et pro-€uro, non ? 🙂
        Même Yvan n’a pas oublié le leçon, à sa façon certes ! et s’en sert encore ! à juste raison, disons le tout net.

        1. Ah, si même Vigneron me trouve dur, c’est que je n’y suis vraiment pas allé avec le dos de la main morte.
          Mes excuses Yvan !

      7. @Yvan,

        1 480 000 milliards de dollards ricains…
        Je me suis trompé en parlant de M2 et 3. J’ignore ce qui m’est passé par la tête. Perturbé par ailleurs, peut-être.

        Il s’agit du montant estimé des dettes mondiales, soit l’argent virtuel imprimé par les banques sur format A4.

        PIB mondial de l’ordre de 60 000 milliards de dollars cela voudrait dire que le taux d’endettement mondial est de 2470 % du PIB ???
        Pour l’Europe, les USA et le Japon on est entre 300 et 450% du PIB. Pour les pays émergents de l’ordre de 200% du PIB. Pour le monde entier max. 300% du PIB.

        Donc votre chiffre est environ 10 fois supérieur !

        Je vois que vous êtes toujours perturbé…

      8. Soyez dur, les gars.Dont Julien.

        Chaque morceau de mosaïque que nous recollons avec les autres montre bien que nous nous sommes faits avoir et … collectivement.

        Ca donne envie de se faire hypnotiser par des psychologues, non…??

      9. Y’a donc encore un truc à interpeler.
        Donc, Vigneron. Toi qui n’est pas complètement con.

        Qui de Tatcher ou de Soros est né le premier..??

    3. @BA,

      Cette photo des manifestants grecs est très révélatrice.
      Cette photo montre que l’idée européenne est morte.

      vous n’avez jamais vu de photos de manifestants du Tea Party montrant Obama et le parti démocrate en Nazis ?
      Tiens voilà un petit catalogue
      Avec le raisonnement à la BA tout le monde aurait dû en conclure que ‘l’idée Américaine est morte’…

      BA, on trouvera toujours des abrutis pour se lancer dans ce genre d’hyperbole, mais en leur donnant plus d’importance qu’ils n’en ont vraiment, quel est votre objectif?

      1. Mon objectif est de montrer que, partout en Europe, la construction de l’Union Européenne a abouti AU CONTRAIRE de ce qu’on nous avait promis.

        Cette photo est un exemple parmi d’autres de ce qui est en train de se passer en juin 2011 : l’Union Européenne a provoqué la divergence entre les économies des pays européens.

        L’Union Européenne a provoqué la divergence entre les peuples européens.

        Elle a provoqué l’apparition de forces centrifuges.

        C’est ce que montre la photo : des manifestants grecs qui brandissent le drapeau de la Grèce. Des manifestants grecs qui conspuent le drapeau de l’Union Européenne.

        Ces forces centrifuges vont maintenant s’amplifier.

      2. C’est pour cela que la France, de par son rôle historique, doit menacer l’Allemagne de faire exploser la zone Euro, si cette dernière, en sa qualité de première puissance économique européenne, ne se décide pas à une Europe fédérale politique.
        Une Europe fédérale remettant en cause le libre échange – globalisation – par un protectionnisme concerté.
        A partir de là, le capitalisme financier mondial pourra se voir proposer des réformes adéquates, mais seulement voila, il faut le courage d’un premier.
        La France à l’Allemagne, une Europe Fédérale à douze au Monde financier !

      3. La zone euro n’a pas besoin de la France pour exploser.

        La zone euro est parfaitement capable d’exploser toute seule.

        Vous allez voir.

      4. Les responsables du désastre Union Européenne sont :

        1- Les dirigeants politiques qui nous ont fait de belles promesses concernant l’Union Européenne : « Votez oui, ce sera le progrès social. Votez oui, ce sera le progrès économique. Votez oui, ce sera la baisse du chômage. Etc, etc. »

        2- Les électeurs qui ont cru les belles promesses des partisans du oui. Tous ceux qui, depuis 1974, votent pour les ouistes ont leur part de responsabilité.

        Voilà.

        Voilà qui sont les responsables.

        En revanche, ceux qui ne sont pas responsables, ce sont les millions d’électeurs nonistes qui, EUX, avaient prévenu que cette Europe supranationale nous conduirait à la catastrophe. Les nonistes n’ont pas exercé de responsabilité politique depuis 1974. Ils n’ont strictement aucune responsabilité dans la situation actuelle car ils ont toujours dit qu’on fonçait dans le mur. On ne les a pas écoutés. Dommage.

      5. @BA,

        ce n’est pas l’UE qui est anti-démocratique et anti-sociale, mais le système (le capitalisme financier) et l’idéologie (le libéralisme) qui dominent le monde.
        D’ailleurs, l’UE est sans nul doute la région du monde qui est la moins anti-démocratique et anti-sociale. Les USA, la Chine, l’Inde, le Japon, la Russie, le Brésil sont pires.

        Mais comme beaucoup de gens, BA, vous confondez les causes et les effets. Ce qui vous conduit à croire qu’en détruisant l’UE on établira une réelle démocratie et la justice sociale.

      6. Elle est pourrie, cette Union Européenne. Tu n’avais pas encore remarqué ? Je ne sais pas ce qui aura après la mort de l’Union Européenne. Mais je sais que rien ne pourra se faire tant que l’Union Européenne vivra.

        Ce verrou doit sauter.

      7. BA.

        Tu te trompes de cible, Camarade.
        C’est être accro au fric qui est condamnable. Soit, la maladie que nous ont refilé les US.

      8. A partir de 1997, presque tous les gouvernements européens étaient « de gauche ». En France, plusieurs ministres communistes étaient au gouvernement.

        A partir de 1997, tous ces gouvernements « de gauche » ont-ils ré-orienté l’Union Européenne ?

        Non.

        Aujourd’hui, pour les gouvernements européens, le choix est le suivant :

        1- Sauver l’Union Européenne, et sacrifier la protection sociale.

        2- Ou alors sacrifier l’Union Européenne, et sauver la protection sociale.

        Que vont faire les gouvernements européens ?

        On va voir.

      9. @BA,

        Je ne sais pas ce qui aura après la mort de l’Union Européenne. Mais je sais que rien ne pourra se faire tant que l’Union Européenne vivra.

        Il faudra me donner le nom de la marque de boule de cristal que vous utilisez.
        Comment le ‘savez’ vous?

        1- Sauver l’Union Européenne, et sacrifier la protection sociale.

        2- Ou alors sacrifier l’Union Européenne, et sauver la protection sociale.

        En toute logique, Il y a aussi:

        3- Sauver l’UE et sauver la protection sociale
        4- Sacrifier l’UE et sacrifier la protection sociale

        BA, vous ne démontrez RIEN. Aucun raisonnement, aucune logique, juste de la pure propagande anti-Union-Européenne. Vous avez fait le choix de 2. et c’est tout, ayez au moins le mérite de le reconnaître.

      10. Tu es aveugle ?

        Tu ne lis pas les journaux ?

        Dernier exemple en date de l’Union Européenne anti-sociale : la Commission Européenne trouve le Smic trop élevé !

        « La Commission reconnaît les progrès réalisés par la France (réforme des retraites, début de chasse aux niches fiscales, modération des hausses du SMIC, etc.) mais elle s’inquiète tout de même d’un certain flou entourant le redressement des finances publiques, « en partie lié à un scénario macroéconomique favorable à partir de 2012 ».

        Bruxelles critique aussi la politique de l’emploi de la France, jugeant le bilan de Pôle Emploi « mitigé » et ses effectifs « insuffisants » pour un soutien individualisé des chômeurs. Le Smic et les charges sociales, tous deux trop élevés, sont aussi des obstacles à la reprise du marché de l’emploi, ainsi que la distorsion entre les salariés en CDI très protégés et la précarité des jeunes et des employés peu qualifiés, estime la Commission. »

        http://www.boursier.com/actualites/macroeconomie/economie-la-france-doit-renforcer-ses-efforts-budgetaires-selon-bruxelles-437595.html?sitemap

        Elle a raison, la Commission Européenne !

        En France, le Smic est beaucoup trop élevé !

      11. @BA,

        la commission Européenne est comme TOUS les gouvernements nationaux Européens et du monde occidental (sans exception) dominée par des gens qui ont été, depuis maintenant une trentaine d’années, inoculés au dogmes du libéralisme économique.

        C’est cela qu’il faut changer.
        Revenir au nationalisme n’est qu’une diversion inutile et dangereuse.

      12. Ceux qui sont contre l’Union Européenne NE sont PAS forcément pour le nationalisme.

        Exemple : tous les Français de gauche qui ont voté « non » en 1992 et qui ont voté « non » en 2005.

        Le problème, c’est que tu ne comprends pas qu’on peut être contre l’Union Européenne et aussi contre le nationalisme.

    1. Il me semble que plus que jamais ils ont voté contre les politiciens en s’abstenant.
      Ensuite, les socialistes portuguais leur ont démontré que la seule raison de ce parti,
      c’est de pouvoir, grâce à son passé, contrôler mieux la résistance des salariés que la droite.

      On a vu ça ailleurs.
      N’en doutez pas, la bourgeoisie française ira aussi chercher la gauche d’alternance,
      si comme il se profile, elle a usé Sarko jusqu’à la corde,
      et que c’est elle, qui imposera le plus facilement les potions du capitalisme agonisant.

    2. Pourquoi votent’ils à droite les Portugais?

      Parce qu’ils avaient voté à gauche la fois précédente. Et la prochaine fois, ils re-voteront à gauche, pour le « changement ». C’est-y pas beau la « démocratie »?

      Y’a eu une grosse abstention tout de même.

      Il y avait bien sans doute d’autres partis, mais la propagande rend ces choix impossibles pour la masse. Sans oublier qu’ils sont peut-être encore plus dangereux (mais là c’est peut-être déjà la propagande qui me le fait penser, nul n’est à l’abri).

      1. J’ai souvenir d’une vidéo prophétique disant que TOUS les partis au pouvoir perdraient les prochaines élections….à suivre

  34. Lundi 6 juin 2011 :

    Dette : la décote, « un dernier ressort ».

    Restructurer la dette d’un pays de la zone euro ne doit se faire qu’en dernier recours, a déclaré lundi Lorenzo Bini Smaghi, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE).

    « Imposer une décote aux investisseurs privés peut perturber gravement l’économie réelle et financière des pays créanciers et débiteurs. C’est pourquoi une restructuration ne se ferait qu’en dernier ressort, c’est-à-dire lorsqu’il est évident que le pays débiteur ne peut rembourser ses dettes », dit-il, suivant le texte d’un discours qu’il devait prononcer à Berlin.

    Il a ajouté que d’un point de vue rationnel, « la Grèce devrait être considérée comme solvable et priée de servir sa dette », dans la mesure où elle est disposée à vendre certains actifs.

    D’autre part, « il faut éviter toute restructuration de la dette grecque impliquant une décote ou un défaut partiel », a déclaré lundi le vice-président de la BCE Vitor Constancio. Il a ajouté, sans développer, que des investisseurs privés pourraient être impliqués de différentes manières dans une aide à la Grèce.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/06/06/97002-20110606FILWWW00616-dette-la-decote-un-dernier-ressort.php

    1. La nouba des banksters doit terminer.
      Vers des répudiations de dette dans toute l’Europe:

      Intervention d’Eric Toussaint à la conférence de presse organisée par la GUE/NGL
      et des mouvements sociaux au parlement européen le 31 mai 2011
      à l’occasion de la conférence intitulée :
      « Contre l’austérité, le démantèlement social et démocratique en Europe : Résistances et Alternatives ».

      http://www.cadtm.org/Contre-l-austerite-le

  35. Mais que fait F. Leclerc????

    Il n’a rien écrit depuis plus de trois jours????

    Une honte.

    Un scandale.

    Toute paresse se paie.

    1. Il se désespère peut-être de ne pas être rémunéré à la hauteur de la qualité de son travail, dans ce monde qui rémunère grassement les malfaisants !

  36. Lundi 6 juin 2011 :

    Aides à la Grèce : l’Allemagne met les points sur les « i ».

    Un pas en avant, un pas en arrière. Alors que le Premier ministre luxembourgeois et président de l’Eurogroupe Jean-Claude Juncker avait dit, au nom de la zone euro, s’attendre à « un financement supplémentaire accordé à la Grèce en échange de conditions strictes », l’Allemagne a apporté ce lundi un cinglant démenti.

    C’est un recadrage en règle que l’Allemagne a infligé ce lundi à Jean-Claude Juncker, le président de l’Eurogroupe. Alors que ses déclarations, vendredi soir, sur un probable deuxième plan d’aide à la Grèce pour lui éviter la banqueroute avaient été interprétées comme un engagement des Européens à soutenir une nouvelle fois Athènes, le porte-parole du gouvernement allemand a freiné ce lundi des quatre fers.

    « Ce qu’il y a pour le moment, ce ne sont pas des engagements, ce sont des opinions », a-t-il déclaré lors du point presse hebdomadaire. « Des paiements allemands doivent être décidés par des autorités allemandes, et c’est comme cela dans tous les pays ».

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20110606trib000627162/aides-a-la-grece-l-allemagne-met-les-points-sur-les-i.html

  37. Mardi 7 juin 2011 :

    « Je crois que lors du sommet de l’UE (en juin), il faut prendre quelques décisions qui seront difficiles », a indiqué M. Traa, chef de la délégation du FMI en Grèce, lors d’un colloque financier, tenu à Athènes.

    « Ensuite, nous allons décider au sein de notre institution de verser l’aide début juillet car le temps presse », a-t-il souligné.

    M. Traa faisait allusion au cinquième versement de 12 milliards d’euros, qui doit prochainement être versé au pays. Cette tranche fait partie du prêt accordé à la Grèce en mai 2010 sur trois ans et d’un montant total de 110 milliards d’euros dont 80 milliards sont versés par les pays de la zone euro et 30 milliards par le FMI.

    En raison de l’incertitude sur la possibilité de la Grèce de retourner sur les marchés d’ici 2013 pour emprunter et de l’éventualité d’une aide financière supplémentaire, le FMI a menacé de ne pas verser sa partie d’aide au pays si ce dernier ne procède pas à l’adoption de nouvelles mesures d’austérité et à des privatisations pour que sa dette soit viable.

    Le FMI souhaiterait une plus grande cohésion au sein de l’Europe sur la crise grecque survenue en 2010 et qui a été suivie quelque mois après par des plans de sauvetage en Irlande et au Portugal.

    « Les partenaires de la Grèce dans la zone euro doivent parler d’une seule voix, et ne doivent laisser aucune doute sur la poursuite de leur soutien politique et économique au pays », a relevé M. Traa.

    Toutes les parties proches du dossier grec –le gouvernement à Athènes, l’UE, le FMI et la Banque centrale européenne (BCE)– ont mis en garde contre toute restructuration de la dette alors que des discussions existent toujours sur une forme de restructuration douce après un accord avec les créanciers privés.

    Toutefois, des experts notent qu’une pure restructuration de la dette est inévitable et pourrait avoir des résultats vu le montant du montant colossal de la dette du pays, à plus de 350 milliards d’euros.

    « Si il y a une vraie restructuration de la dette, cela va faire la différence », a dit M. Traa, tout en soulignant qu’il s’agit d’un scénario « dangereux », qui provoquerait de problèmes « inédits » pour la Grèce et la zone euro.

    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hfFS8hCGmqG2uggCctUm3HvIF9ow?docId=CNG.e92b5d86688cea2c7390113649f72f93.4d1

  38. Mardi 7 juin 2011 :

    Moody’s : Un report d’échéance pour la Grèce constituerait sans doute un défaut.

    Un report de l’échéance de la dette par ses créanciers privés pourrait difficilement être considéré comme une démarche totalement volontaire et constituerait donc probablement un défaut, a déclaré mardi le directeur de la division « risque souverain » de Moody’s.

    Un tel report fait partie des solutions évoquées pour impliquer le secteur privé dans un nouveau plan d’aide financière à Athènes, en cours de négociation avec l’Union européenne et le Fonds monétaire international.

    « On a du mal à imaginer, dans les circonstances actuelles, que cela se fasse volontairement », a déclaré Bart Oosterveld à des journalistes à Paris.

    « Notre définition du défaut implique, pour que quelque chose soit volontaire, que cela soit vraiment volontaire », a-t-il ajouté.

    http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRP6E7G402G20110607

  39. Bonjour à tous

    Relevé sur Zero Hedge un billet provenant du site Open europe.
    je ne connaissais pas ce site. Après un bref tour du propriétaire, il apparait qu’il représente des intérêts et positions anti euro communautaires et trè slibérales.
    Cependant, leur point de vue, même orienté, n’est pas sans pouvoir apporter des infos que les partisans de l’Europe – dont je suis- n’auraient pas spécialement envie de voir paraître en ce moment.
    Leur rapport sur la situation de la BCE à l’adresse suivante:
    http://www.openeurope.org.uk/research/ecbandtheeuro.pdf

    Bien entendu nous savons tous comment bien peigner les chiffres pour faire avaler sans tousser, je laisse donc à la sagacité des » PJ-bloggeurs » de balancer le judicieux du tendancieux!

    Cordialement.

    1. @Steve,

      Ramassis de désinformation (vu qui en est l’émetteur et le diffuseur, c’est pas étonnant).

      Ca commence déjà sur la première page de leur analyse:

      With only €81.187 billion in subscribed capital and reserves, compared to€1.895 trillion in assets, the ECB is now leveraged around 23.4 times.
      In contrast,strong central banks such as the Swedish Riksbank, the Norwegian Central Bankand the Swiss National Bank, are leveraged only 4.7, 5.9 and 6.3 times respectively.
      Meanwhile, the average hedge fund is only leveraged around four or five times.

      Toute personne qui dispose d’un cerveau en fonctionnement normal peut comprendre que :

      1. une banque centrale dont une grande partie des actifs sont dénommés en monnaies étrangères (telles celles de Suisse, Suède et Norvège) va devoir garder un capital important et donc un effet de levier réduit pour se prémunir du risque de change de sa propre monnaie (son passif étant entièrement constitué de billets et réserves des IFM émis dans sa monnaie nationale).
      Ce n’est pas du tout le cas de l’ECB, ni de la FED d’ailleurs dont l’actif et le passif sont majoritairement dénommés dans la même monnaie (l’Euro et le Dollar respectivement).
      2. une hedge fund ne pourra jamais imprimer des billets en cas de cessation de paiement

      Comparer l’effet de levier de l’ECB avec ceux de la banque centrale de Suède, de Norvège ou de Suisse ou d’une hedge fund c’est de la désinformation pure et simple.

      Pourquoi n’ont ils pas comparé l’effet de levier de l’ECB avec celui de la FED?

      1. Bonjour Chris06

        Merci pour la réponse! C’est clair ainsi. Comme vous le dites, l’origine de ce rapport le rendait assez suspect mais je ne pouvais le quantifier.
        Quand je suis hors de mon domaine de compétence, mon cerveau fonctionnant normalement me fait me tourner vers des compétents dans ce domaine pour avoir les explications nécessaires.
        Je viens sur ce blog essentiellement pour la partie anthropologie et comportements des milieux humains… ma connaissance des effets de levier se limite au fonctionnement des balançoires et des pieds de biche!

        Cordialement.

    2. Alors pourquoi n’ont ils pas comparé le bilan de la BCE et celui de la FED?

      Ben pardi, parce qu’ils représentent des gens qui sont fortement investis en dollars et créances en dollar.
      (Exhibit 1 : les britanniques sont ceux qui, de loin, ont le plus augmenté leurs portefeuilles en treasuries sur les 12 derniers mois).

      Et vu que LA question que tout le monde se pose est qui de la FED / le Dollar ou l’ECB / l’Euro crashera le premier, ces gens ne veulent surtout pas faire l’analyse qui s’impose car sinon ceux qui gobent leurs ramassis de désinformations anti-Euro pourraient s’apercevoir que contrairement à l’ECB, la FED n’a que du papier qui ne vaudra plus tripette, pas une once d’Or (Exhibit 2 : c’est pas moi qui le dit, c’est l’avocat général de la FED dans un testimonial devant le congres des Etats Unis le 1er Juin dernier).

      Exhibit 1 + Exhibit 2 = ça donne des gens très nerveux de l’autre coté de la manche, des gens prêt à tout pour faire croire que le coeur de la tempête est à Francfort plutôt qu’à New York…

      1. Ouais bon Chris, j’suis à peu près d’accord, pure propagande financière à gogo et pour gogos, Mais or ou pas, ratio d’endettement à 5, 10, 20 ou 30 fois ou pas, monnaie de rérence ou pas, actifs très toxiques ou pas, l’un dans l’autre, FED ou BCE, c’est du même tonneau rien qu’en cas de nouvel épisode force 12 sur le marché interbancaire. D’ailleurs l’actif officiel des deux rafiots sont du même ordre comme par hasard, 2500 milliards de $ et 2000 milliards d’€…

        PS : il me semble que lors de sa création et avant le doublement du capital détenu par les BCN et autres banques centrales hors zone euro (dont 14% du total pour la BoE, autant que la BdF…) décidé fin 2010, le capital de la BCE n’était que de 5 milliards d’euros, les réserves de change n’étant elles que de 40 milliards dont 15% en or, soit 6 milliards de l’époque et 24 d’aujourd’hui, s’il est toujours là… Mais bon ça fait guère plus de 1% du passif, 24 milliards en or…Quand tu penses qu’à coté ya plus de 1000 milliards de réserves des banques commerciales et en face autant de crèances plutôt douteuses…

      2. Non Vigneron.

        Si, dans le cas extrême, les Etats Occidentaux font défaut (et n’ayez aucun doute là dessus, quand le premier domino tombe, le reste tombera en cascade) que restera t’il au bilan des deux banques ?

        pour l’ECB l’or à l’actif dont la valeur sera égale au passif, ie les billets de banque en circulation.
        pour la FED rien à l’actif et des centaines de milliards en billets sans valeur aucune au passif.

        Prenons le bilan consolidé de l’Eurosystem p.242 et 243 (ie l’ECB + banques nationales)

        Au 31.12.2010, en milliards d’Euros
        Or : 367,4 ie 346 millions d’Oz @ 1060 Euros//Oz (ou 10,7 tonnes d’or)
        billets en circulation : 839,7

        Aprés liquidation de tous les titres en Euros (créances de dettes et réserves des IFM) il restera, en supposant que la quantité de billets en circulation reste à peu près la même d’ici là (en première approximation):

        Or : 839,7 ie 346 millions d’Oz @ 2427 Euros/Oz
        billets en circulation : 839,7

        Cela veut dire qu’il y a un cap maximum pour le cours de l’once d’or en Euros de 2427 Euros/Oz

        Alors que pour le dollar, on arrive au scénario hyperinflationnaire, ie infinité de dollars par once, et infinité de dollars par euro.
        Les 10,7 tonnes d’or que possède l’Eurosystem protègent l’Euro d’un scénario hyperinflationnaire en cas de défauts en cascade des Etats Occidentaux. Pas le dollar.

      3. Autre chose : une petite idée toute simple qui pourrait économiser jusqu’à 700 milliards de dettes aux citoyens Européens.

        Les 839,7 milliards d’Euros de billets de banque en ‘circulation’

        Faites le calcul :
        Nombre de ménages dans la zone Euro : 126 millions

        Ca nous donne : 6 664 Euros par ménage !

        Ou plus exactement, si on prend le nombre en circulation des différentes coupures :
        4,6 billets de 500
        1,4 billets de 200
        12,3 billets de 100
        43,7 billets de 50
        21,5 billets de 20
        15,9 billets de 10
        11,9 billets de 5

        vous en connaissez beaucoup des gens qui ont ça dans leur portefeuille ou chez eux?
        ben ça, c’est la moyenne!

        A mon avis, plus de 90% des Européens ont max 100 voir 200 Euros chez eux ou dans leur portefeuille à tout moment.

        Si je prends 200 Euros fois 126 millions de ménages ça donne 25,2 milliards
        Bon, il y a aussi les distributeurs de billets et agences bancaires.
        Il y en a exactement 186206 dans la zone Euro (chiffre sur le même site de l’ECB)
        Mettons que chacun est stocké avec 200 000 Euros
        Ca donne 37,2 milliards

        Où est le reste? C’est à dire 839,7 – 25,2 – 37,2 = 777 milliards ???

        Vous savez ?

        Dans la caisse des petits commerçants? Bah, au maximum ils ont ensemble 1 semaine de vente c’est à dire selon mes estimations 16,1 milliards de cash.

        Reste 770 milliards de billets dans les mains du marché noir, de la mafia, des dealers de drogue et dans les coffres des politiciens véreux…

        Si j’étais Trichet, je procéderai à un petit « échange » :
        au 1er Janvier 2012, tous les billets en circulation (coupures de 50 et plus) ne seront plus valables et sont à échanger contre nouvelle coupure de même dénomination, sous réserve de justification de provenance (soit un récipissé de distributeur ou de guichet de banque, soit justification des activités).

        A mon avis, 90% de ces billets ne reviendront jamais.

        Economie : 700 milliards !

        Evidemment, personne n’en parle. Raison : ils sont tous (Sarkozy, Merkel, Trichet, …etc) avec leur petits coffres remplis de ces jolis billets.

        Si seulement internet pouvait s’emparer de cela plutôt que de passer son temps à refaire le monde …

      4. @Chris

        Ah super ! Nous voilà avec l’euro-or alors ! C’est bien joli, mais si vous gardez votre or en actif en contrepartie de la monnaie en circulation, et même jusqu’à plus de deux fois la valeur actuelle de l’or prise en compte par la BCE dans son bilan de 2010, vous bouclez le bilan avec quoi si, après défauts d_États et banqueroutes en série, par hasard, l’actif autre que l’or des banques nationales de l’eurosystème s’avère infèrieur au passif autre que la monnaie en circulation ? Vous faites appel aux épargnants en or pour rétablir la solvabilité ? Vous annulez vos dettes ?
        Par ailleurs il me semble que le stock d’or et de créances en or (or-papier quoi) s’élève plutôt à 1 000 Tonnes, et pas 10…
        Il me semble aussi que c’est quelque chose comme 9 000 Tonnes qui seraient en dépôt rien qu’à la FED de New York…

      5. @vigneron,

        vous bouclez le bilan avec quoi si, après défauts d_États et banqueroutes en série, par hasard, l’actif autre que l’or des banques nationales de l’eurosystème s’avère infèrieur au passif autre que la monnaie en circulation ?

        Ben Non, j’ai supposé (cas extrême) que tout le reste de l’actif a une valeur nulle, cela peut quand même pas être moins que cela!

        Par ailleurs il me semble que le stock d’or et de créances en or (or-papier quoi) s’élève plutôt à 1 000 Tonnes, et pas 10

        10 700 tonnes = 346 millios d’oz / 32151 Oz/t

        Il me semble aussi que c’est quelque chose comme 9 000 Tonnes qui seraient en dépôt rien qu’à la FED de New York

        Non, la FED n’a plus une once d’or. Tout fut transféré au Trésor Américain en 1934. A la place, la FED n’a a son actif que 11 milliards de dollars (pas d’or) de créances sur le Trésor. Il s’agit d’un montant fixe en dollars.
        Alors que l’or physique et les créances-or de l’Eurosystem sont pour des quantités fixes d’or et sont donc valorisées a son bilan en fonction du cours de l’or.

  40. no comment :

    Lettre de Wall Street
    Goldman Sachs et les millions libyens
    | 07.06.11 | 14h38 • Mis à jour le 07.06.11 | 18h10

    http://www.lemonde.fr/libye/article/2011/06/07/goldman-sachs-et-les-millions-libyens_1533022_1496980.html#ens_id=1481986

    Aux Etats-Unis, le fonds libyen s’est principalement tourné vers le meilleur d’entre les meilleurs : Goldman Sachs (GS). De janvier à juin 2008, il lui versa donc 1,3 milliard de dollars. En février 2010, il n’en restait que 25,1 millions. De la somme initialement apportée, 98 % avaient disparu. Certes, on connaît des entreprises – AIG, General Motors, Lehman Brothers, Fannie Mae et Freddie Mac… – dont l’action, durant la crise financière, a chuté dans des proportions similaires. Mais, pour des placements d’un investissement souverain, il doit s’agir d’un record du monde toutes catégories.

    1. AAHHHhhh, enfin une bonne nouvelle! pour se faire plumer jusqu’à l’os, rien ne vaut un groupe de financiers de haut vol!
      dommage que le Grand Audiart ne soit plus de ce monde, il nous aurait troussé les dialogues d’un film culte….

    1. et kiki leur vend des zarmes ? et kiki a fait pression sur eux pour qu’ils ne bloquent pas leur achat d’armement vu le contexte ?

      les citoyens du Pays en question n’ont certainement pas demandé cela !

      les « ci-devant » boss des multinationales en question sont mouillés jusqu’au cou, tout comme les grrrrrands banquiers zuesses …

      rendons à césar ce qui est à césar …

  41. Hé hé…
    http://www.latribune.fr/depeches/reuters/la-note-triple-a-de-la-grande-bretagne-menacee-dit-moody-s.html
    «  »Nous pensons qu’un ralentissement de la croissance combiné avec des efforts d’assainissement budgétaire budgétaire plus faibles qu’attendu pourrait provoquer une détérioration des chiffres de la dette du Royaume-Uni au point qu’ils ne seraient pas compatibles avec une note Aaa », a-t-elle dit. »

    Vous allez voir que nous allons bientôt avoir une « crise » économique, à ce tarif.

    Je compte sur vous, les gars. S’ils veulent passer à l’Euro, on refuse.
    Notes, j’imagine la scène…
    Aide du FMI s’ils vendent leurs iles paradis fiscaux…

    Par contre, je suis d’accord pour vendre Monaco. Au plus offrant, bien sûr.
    Au moins deux Acropoles, une tour Eiffel .. non, on en a déjà une, deux centrales nucléaires et 5 chameaux.
    Sinon, je ne sais pas ce qui est passé par la tête des Quataris (pas canaris, pas de rapport) d’acheter le PSG…

    1. Sinon, le PSG recrute des pom-pom’s girls.
      Et je serais d’elles, je m’équiperais d’un De Peyrac, histoire d’arriver à sortir du harem du sultan.

  42. Sinon, certains commencent à se faire peur… :
    http://www.latribune.fr/depeches/reuters/un-defaut-de-la-dette-us-scenario-inimaginable-pour-les-marches.html
    « Le raisonnement républicain est que les créanciers des Etats-Unis seraient prêts à accepter quelques jours de défaut de paiement en échange de garanties d’une meilleure maîtrise des dépenses publiques américaines. »

    Ils devraient essayer. Juste pour rire.
    Et ensuite, ils annoncent que c’était une blague.
    Ou annoncer qu’Ousama Ben Laden est parti avec la caisse. Mais ça manquerait de cohérence.

    1. A la fin de l’article :
       »Mais ces efforts, s’ils sont déterminés et partagés par tous, permettront à l’Europe de sortir de la crise et de préserver sa prospérité future », a conclu son président, José Manuel Barrosso.

      Partagés par tous … On croit rêver !!

      Si la situation n’était pas si grave et au vu de la répartition passée des efforts reposant quasiment uniquement sur les peuples, le peuple d’en bas pourraient dire certains,ce genre de propos ferait sourire.

    2. « sourire de l’insondable vacuité » ne sait que répéter ce qu’on lui demande : il a ainsi le séant confortablement installé sur son fauteuil ( dont le petit nom est « ne me quitte pas » ) : c’est qu’il aime beaucoup son fauteuil, cet homme là ,car le fauteuil va avec les émoluments …sans le fauteuil, restera peut-être une place chez » voiture menteuse », pour services rendus !

      au fait, depuis le temps qu’il s’incruste, trés cher payé et sans impôts, ça vaut bien un CDI
      avec trois mois de préavis, non !!

      ça va trés mal se terminer tout cela !
      la révolte monte trés lentement, mais trés sûrement …
      va falloir trouver mieux que l’abbaye du monte à regret …
      l’addition est en cours.

  43. En hommage à ce pays attachant, crucial dans l’émergence de notre civilisation, à la fois gréco-romaine et chrétienne. Tradition reniée par « Les Lumières », reflet d’un temps où le monde de la matière n’était pas si important, où quoiqu’on en pense aujourd’hui l’expression artistique était celle de la religion (Opium du peuple.. pardon, du Peuple). Chantée par la chanteuse serbe Divna Ljubojevic et le Choeur byzantin de Grèce.
    http://www.youtube.com/watch?v=CfbtJt5y_HE&NR=1

Les commentaires sont fermés.