L'actualité de la crise : COMMENT TAIRE L'INDIGNATION ? par François Leclerc

Billet invité.

Depuis mardi dernier, les indignés ont pris un relais sur la place Syntagma. Progressivement, ils se sont installés sur la grande place d’Athènes avec armes et bagages, avec leurs banderoles et leurs tentes. Ils étaient finalement 20.000 à s’y être retrouvés le premier soir, rompant avec le rituel des défilés des grandes centrales syndicales et réclamant « une vraie démocratie », avant d’en faire un rendez-vous quotidien. Une pétition est proposée à la signature, qui réclame un référendum à propos du mémorandum signé par le gouvernement avec l’Union européenne et le FMI.

A la Puerta del Sol, au centre de Madrid, l’acapamento n’a donc pas plié bagage aux lendemains de la déroute électorale du PSOE. Les participants avaient décidé de poursuivre leur mouvement jusqu’à ce dimanche, comme à Grenade, Saragosse, Valence, Malaga ou à Barcelone. Avec la perspective de s’éparpiller dans les quartiers pour y tenir des assemblées, afin de continuer sur un autre mode.

C’est sur la place de Catalogne, au centre de Barcelone, qu’a été involontairement relancé le mouvement, la police intervenant violemment vendredi au petit matin pour dégager la place, au prétexte de la nettoyer pour qu’elle puisse accueillir samedi soir les célébrations alcoolisées faisant suite au match de football Manchester United contre le FC Barcelone. Tout un symbole.

Après avoir matraqué et envoyé à l’hôpital plusieurs dizaines de manifestants qui étaient restés dormir sur la place et refusaient d’évacuer, les tentes ont été démontées, et il a été enlevé « tout type d’objet potentiellement dangereux, comme des casseroles, des couteaux », ainsi qu’une porte-parole de la police l’a expliqué. Utilisées pour faire tous les soirs un très percutant concert, les casseroles ont ainsi acquis à Barcelone le statut d’arme par destination.

Vendredi soir, les tentes étaient sans plus attendre remontées, des milliers de Catalans ayant repris immédiatement possession de la place, une fois la police et les services de nettoyage de la ville retirés. En chœur étaient repris l’inusable « El pueblo unido jamas sera vencido » (le peuple uni ne sera jamais vaincu) ou bien un « No pasaran ! » très républicain.

Y faisant écho à la Puerta del Sol, des milliers de manifestants agitaient des fleurs en criant pour se faire entendre « Catalogne, nous sommes avec vous ! ». Une dizaine de cars de police ayant hier soir fait leur apparition dans les rues avoisinantes. Le ministre de la police semblant s’interroger : « pouvons-nous saisir des fleurs ? ».

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

94 réflexions au sujet de « L'actualité de la crise : COMMENT TAIRE L'INDIGNATION ? par François Leclerc »

  1. Le retour de l’agora, au sens ancien du terme.

    Et à quelques centaines de mêtres de la place de Catalogne, dans le quartier ancien qui descend vers la mer, la place George Orwell, auteur de Hommage à la Catalogne.

    Souvenirs, souvenirs…

    1. Excellentissimes liens !!

      Merci infiniment, Roma !!

      Je prends et fais suivre à l’infini !

      1. Et encore
        http://reelledemocratie.com/
        RASSEMBLEMENT DIMANCHE 29 MAI :
        AVIGNON : 15h, Place de l’horloge
        BAYONNE : Campement permanent place Chaho-Pelletier
        BORDEAUX : 19h, Place de la Victoire
        BREST : 19h, Place de la Liberté
        CLERMONT FERRAND : 18h Place de Jaude
        GRENOBLE : 20h, Place Victor Hugo
        LANNION : 16h, Devant le tribunal
        LE HAVRE : 15h, Préfecture
        LILLE : 12h, Place de la République
        LYON : Campement permanent Place Bellecour
        MARSEILLE : 14h, Place Thiars – (devant le journal la Marseillaise)
        METZ : 19h, Place Saint Louis
        MONTPELLIER : 18h à l’esplanade
        NANCY : 19h30, Place Maginot
        NEVERS : 15h, Place de la mairie
        NIMES : 19h, Maison Carrée
        ORLEAN : 14h, Place du Martoi
        NANCY : 19h30, Place Maginot, contact 0659827367
        NICE : 19h, Place Garibaldi
        PARIS : 14h, Place de la Bastille
        PAU : 20h Place Clémenceau
        PERPIGNAN : AG 19h Place République
        RENNES : 19h, Place de la Mairie
        SAINT-ETIENNE : 17h, Hôtel de Ville
        STRASBOURG : 19h, Place de la République
        TOULOUSE : 19h Place du Capitole
        TOURS : 19h, Place Anatole
        VALENCE : 19h, Place de la Mairie

        MARDI 31 MAI :
        GRASSE : 17h, Cours Honoré Cresp
        MILLAU : 18h, Place du marché
        SAINT ETIENNE : 17h, Marches de l’hôtel de ville

        MERCREDI 1 JUIN :
        CHAMBERY : 18h30, place des éléphants

      1. La rumba ! où comment on peut tuer ( les banquiers ) avec grâce !

        Le malheureux gardien de sécurité n’y peut mais, totalement débordé qu’il est ! Va peut-être se mettre à la danse : sera moins « pottolo » !

        Génial !
        Car, le ridicule peut tuer, si chacun(e) s’y met !

        Insolence, humour, sens de la dérision = force des gueux ! voilà pourquoi les mots – et gestes – font si peur aux dominants !
        « Ils » rêvent de « camisole »chimique, televisuelle, marketing, novlangue, soumission enfin! …

        Ici, ce serait plutôt les mots ! et, puisqu’il s’agit d’une banque :

        .. »LE FONDE DE POUVOIR
        La chute est là, monsieur, elle est irrésistible,
        Des villas somptueuses sont au prix de cabanes,
        L’immobilier s’écroule, nous passons pour des ânes.
        Les courtiers ont menti, et dans les formulaires,
        Gonflé les revenus, inventé les salaires.
        Or, les gueux sont fauchés, ils n’ont plus un radis,
        Submergés d’échéances, ils deviennent faillis,
        Endettés jusqu’au cou, ils cessent de payer,
        Même vendre le bien ne peut plus rembourser…
         »

        et plus loin :
        … » LE BANQUIER
        Il n’y a rien du tout, nous sommes à l’abri.
        Les crédits sont au loin et aussi les faillis.
        Ailleurs il est certain que d’autres font des pertes,
        ça n’est pas notre affaire, n’ayez aucune alerte.
        Croyez-moi, il n’est pas une seule journée
        Où je ne me réjouisse des traders surpayés.
        Ce sont certainement de rudes imbéciles,
        En banque cependant ce sont les plus agiles.
        Affairés à construire ces produits biscornus,
        Ils nous laissent sans tache et les autres cocus.
        La vie est ainsi faite, c’est la vie des affaires,
        Il faut être malin ou bien prendre un autre air…. »

        dans  » D’un retournement l’autre » / Frédéric lordon.
        (Pièce en alexandrins mettant en scène la crise de la finance mondiale)
        « y’a rien à jeter, sur l’ile déserte, il faut tout emporter ! »

  2. Triste et à la fois rempli d’espérance.
    Normalement (?) les Espagnols ne devraient plus être seuls avec les Grecs, d’ici quelques semaines,ou petits mois…
    Deauville c’est fini…!!!
    Festival d’un autre monde ,celui de l »entre soi » des sociologues auteurs du livre « président des riches ».

  3. Revolution maintenant !!!
    Balayons l umps partout en europe !!
    Je me dirige actuellement vers le parvis de saint gilles , a vous le studio….

  4. « pouvons-nous saisir des fleurs ? »….Je ne vois qu’une seule solution pour ces policiers, c’est de devenir des ânes pour manger les fleurs…Hi-Han…Leurs rêves sont enfin exaucés…Des vrais baudets!…Akmares.

    1. « pouvons-nous saisir des fleurs ? » Des fleurs ! je n’y avait pas songé , des roses avec les épines bien sûr comme arme par destination !
      no pasaran !

      1. oui, mais dans la première video de Roma, me semble-t-il : on en voyait qui « tiraient » sur le sol, et à distance des manifestants …pas trés envie d’être là, dirait-on ! et pas trés fiers d’eux : ils savent bien qu’ils sont du Peuple.
        Ici, à l’avant, les matraqueurs sont des brutes face à une population pacifique…

        dans les manif°parisiennes précédentes, certains se contentaient d’un rôle de « gardiens de la paix » , à distance ( en dépit de qq pièges déjoués par la population avertie )…à Lyon-Bellecour, ce fût tout autre : tout-à-fait minable.( du style de ce qui fait « mettre au garde à vous » l’ex-sinistre des étranges affaires : des jeunes gens si bien formés qu’on pourrait les « prêter » à d’autres pays !)

        la privatisation et l’externalisation en cours (armée, police) n’est pas innocente =) elle servira magistralement « pognon sans frontières SA » : encore une brillante invention zuesses =) retour aux milices! bizness is bizness ! slurrrrrp !

  5. Là où je me trouve, un rendez-vous des indignés est organisé dans la journée.

    Je pense que j’vais y participer, d’une manière ou d’une autre, tant il est vrai qu’une manifestation pacifique permettra peut être de trouver la voie d’un nouveau monde.

    1. Allez dans le rassemblement de votre ville,
      Ecoutez et échangez.
      Ceux très nombreux sur ce blog qui comprennent les mécanismes de la tyrannie du capital,
      contre le travail, contre la planère, contre la démocratie,
      expliquez aux jeunes et aux autres comment cela fonctionne,
      comment le capitalisme doit être remplacé par le bon sens, la démocratie!
      Nous sommes en 1788.
      En face, ils se veulent en 1939

  6. Au Portugal, dans toutes les villes un peu importantes, il y a des manifs spontanées sur le même modèle. Partout les gens crient leur haine du FMI et des ses banksters, qui tuent l’humain pour quelques billets (dévalués) de plus

    1. en Grèce
      http://www.youtube.com/watch?v=VGeCc0JbHD8&feature=player_embedded

      en France
      Samedi 28 mai :
      – AIX EN PROVENCE : 18h, Rotonde/Mirabeau
      – AMIENS : 15h, Campement devant le rectorat
      – BELFORT 14h place Corbis
      – BESANçON : 18h30, Place Marulaz
      – BORDEAUX : 19h, Place de la Victoire
      – BREST : 19h, Place de la Liberté
      – CARHAIX : 10h, Place du champ de foire
      – CHERBOURG :19h, place du théatre
      – CLERMONT FERRAND : 18h Place de Jaude
      – GRENOBLE : 20h, Place Victor Hugo
      – LE HAVRE : 15h, Préfecture
      – LILLE : 12h, Place de la République
      – LORIENT : 18h Place Aristide Briand (Fnac)
      – LYON : Campement permanent Place Bellecour
      – MONTPELLIER : 14h, Place des Patriotes (avec casserole)
      – NANCY : 19h30, Place Maginot
      – NANTES : 18h, Place Royale (devenue place du peuple)
      – NIMES : 19h, Maison Carrée
      – PARIS : 19h à la Bastille
      – PAU : Place de Verdun : 9h
      – PERPIGNAN : AG 19h Place République
      – RENNES : 19h, Place de la Mairie
      – REIMS : 15h30, Parking Herlon
      – ROUEN : 17h, Place de l’hôtel de ville
      – STRASBOURG : 19h, Place de la République
      – TOULON 17H place de la liberté
      – TOULOUSE : 19h Place du Capitole
      – TOURS : 14h, Place de la Victoire

    1. @Sido

      …Humour je suppose.
      Question d’Ethique,simplement.
      A terme-proche- c’est l’inverse qui est en marche,n’en déplaise à Sorrros et consorts.

    2. Je ne crois pas ,hier j’etais dans une petite fondation a Bali avec des enfants et des adultes lourdement handicapes c’est une Espagnole qui a initiee cela ,je n’echangerai pas une vie de reveur contre quoi que ce soit .www.kupukupufoundation.org(en anglais ) http://www.ongkupukupu.org(en espagnol)
      Amities a tous

  7. Intéressant l’affrontement entre un mouvement social pacifiste, réfléchi et responsable et un système qui parie sur le football pour maintenir un semblant de cohésion social. Cela permettra-t-il aux socios de réfléchir ? enfin , les violences policières à Barcelone me font penser à un slogan vu sur les murs de rennes il y a bien longtemps: « Ne soyons plus exploités par les français, soyons exploités par les bretons ! » , cela montre les limites du régionalisme: les matraques catalanes sont aussi dures que les espagnoles.

  8. les casseroles ont ainsi acquis à Barcelone le statut d’arme par destination.

    … mmm … pas qu’à Barcelone.

    Il se pourrait bien que la campagne présidentielle réserve le même sort à ces instruments de cuisine 🙂

    1. Remarquez qu’avec toutes les casseroles que traînent certains candidats, le bruit pourrait être insoutenable.

    2. Tout prétexte est bon pour réprimer. Et surtout, on ne se rend pas assez compte de la vitesse à laquelle un décret peut-être appliqué! L’année dernière à Bruxelles, en une soirée, les autorités ont mis en place un décret d’ « arrestations préventives » (pourtant anticonstitutionnel) et un décret interdisant les rassemblements de plus de 3 personnes dans tel quartier (en l’occurrence, le quartier des affaires).
      Sinon, y’a pas qu’à Barcelone qu’il y a eu du grabuge, à Lleida aussi la police a tenté de dégager les « chabolistas ». Dixit un commerçant de Madrid : « ce campement est insalubre, rempli de gens sales, comme un bidonville. C’est un foyer d’infection. » Bref, entre politiciens et commerçants, les forces réac sont prêtes à passer à l’action pour déloger la populace de squatteurs : c’est mauvais pour le business! Dans les campements, les idées commencent à prendre forme afin de donner une suite constructive et non violente au mouvement. Pacifiste depuis le début, les affrontements violents qui se profilent si les campements perdurent feraient plus de mal que de bien à la contestation. Et cela jetterait du sel sur les plaies encore purulentes de l’histoire espagnole, participant à un clivage violent du débat, ouvrant la porte à des dérives.
      Les 2 idées qui germent de ce constat sont :

      . Déplacé les assemblées dans les quartiers.
      .Créer un « Wikiparlement » qui servirait à proposer et à voter des idées.
      Je pense que ces 2 propositions vont dans le bon sens. S’implanter dans les quartiers peut permettre d’intégrer des gens plus marginalisés et qui regardaient les choses de leur « barrio » sans oser participer. Ce serait donc une opportunité de grossir les rangs de la contestation en lui donnant une vraie assise populaire.
      Pour le « Wikiparlement », cela peut permettre de centraliser les différentes propositions qui ont vu (et verront) le jour lors des débats citoyens dans tout le pays, permettant également d’inclure les émigrés.
      Bref, tout ça est très vivifiant!

      Et par chez nous, toujours la colère, sourde, larvée, mais qui a du mal à germer :
      http://www.youtube.com/watch?v=zpa1Jfo9zh4

      1. « Créer un « Wikiparlement » qui servirait à proposer et à voter des idées »

        La fabrique collaborative

        La « fabrique collaborative » est une organisation permettant à un très grand nombre de personnes d’élaborer collaborativement des textes politiques. Il s’agit d’un réseau coopératif et décentralisé de groupes de travails autonomes, s’inspirant de wikipédia et du « logiciel libre ». Cette organisation, que nous appelons « fabrique collaborative » reste simple, bien que son caractère novateur en politique puisse dérouter en première lecture. Ces propositions sont le fruit du travail d’un groupe autonome de citoyens actifs.

        voir aussi
        http://www.fabrique-collaborative.fr/

  9. « la police intervenant violemment vendredi… »

    120 personnes blessées dont bcp gravement, dans cette intervention de la police espagnole, à propos de laquelle un présentateur sur Europe 1 déclarait que la police avait fait « place nette », puisque les joueurs du Barça allait passer ou jouer dans le coin.

    A la vue de ce brillant tableau de chasse aux jeunes, on se demande si cette police n’a pas été équipée et formée par des spécialistes en contre-insurrection dépêchés par Alliot-Marie.

    Ca fait déjà une semaine que la place de la Bastille reçoit des insurgés et la grande cohorte des larbins médiatiques préfère tenter de sauver le soldat DSK, des fois qu’on s’aviserait même dans les tribunaux US de traiter un politique comme les manants, plutôt que de n’en dire le moindre mot. Mais le Net, ici et ailleurs, encore une fois, résiste.

    La carte des villes de France où les indignés se rassemblent.
    http://www.thetechnoant.info/campmap/

  10. Apparemment, un mouvement de fond est en train de s’amorcer…nul doute que la répression va se concrétiser fortement.
    Nul doute non plus,hélas, que les médias seront à la hauteur de leur « mission »…leur actuelle discrétion sur le sujet en fait foi…

  11. A noter que ont été volés par les hordes policières de nombreux objets dont des ordinateurs.

    Les forces policières, richement équipées pour la violence, sont un problème de plus en plus grand en Europe

    Leur utilisation par des régimes qui cherchent méthodiquement la violence et la brutalité dés qu’ils le peuvent politiquement, ou croient le pouvoir politiquement, est devenu un véritable problème et un vrai danger.

    Il règne comme une ambiance de guerre civile dés que ces régimes le peuvent , comme au G8 où par moins de 13 000 policiers ont été mobilisés, ce qui confine à une paranoïa sortant des limites du pensables.

    Ces gens de pouvoir sont malades et dangereux, des socialistes Zapatero à Papandreou, de Sarkozy à Socrates, de Berlsuconi aux deux jumeaux anglais avides de violence.

    Il y a une énorme disproportion de violence qui s’accentue entre les résistances sociales et l’attitude de régimes à la violence sous-jacente.

    Tout ça pour ça, tout ça pour que la fortune de Lilianne soit passée de 10 à 14 milliards officiels en 2010 !

    L’Europe se précipite vers un chaos inimaginable pour continuer de faire tailler des parts de plus en plus grosses à la bourgeoisie huppée.

    Ils sont sans freins, et ils cognent sans frein.

      1. PRÉSIDENCE
        DE LA
        RÉPUBLIQUE
        ______
        LIVRE BLANC SUR LA DÉFENSE ET LA SÉCURITÉ NATIONALE 2008

        (Dossier de presse)

        Et tout ça a été acté par la représentation nationale, par les Lois de programmation militaire, la LOPPSI 2, et la réforme constitutionnelle…
        Quelques Extraits :

        Le Livre blanc, en cohérence avec le projet de révision de la Constitution propose
        d’une part que les interventions à l’étranger donnent lieu à une information du
        Parlement au plus tard dans les trois jours qui suivent le déploiement des forces,
        d’autre part que toute prolongation au-delà de quatre mois fasse l’objet d’une
        autorisation par vote de la représentation nationale.

        Libye ? Compte à rebours enclenché. Sable à plus de la moitié écoulé. Reste 50 jours avant le Parlement… Débat vers le 14 / 20 Juillet ? Pas de vacances pour les braves députés…

        Les préfets de zone de défense et de sécurité, qui succèdent aux anciens préfets des zones de défense héritées de l’ordonnance de 1959, constitueront, en effet, l’échelon interministériel déconcentré de premier rang en matière de préparation et de gestion de crise majeure. Il leur reviendra d’impliquer les collectivités locales et les opérateurs des secteurs d’importance vitale et de veiller à l’entraînement commun de tous les acteurs de la gestion de crise, civils et militaires. Tous les acteurs seront ainsi associés à la planification, certains d’entre eux détenant des compétences et des moyens clés d’intervention.
        Les préfets de zone se voient confier en outre le pilotage et la mise en cohérence des réserves de l’ensemble des ministères, en liaison avec les autorités militaires pour ce qui concerne les réserves spécifiquement militaires et en appui des préfets de département pour les réserves communales. L’ensemble des services civils et militaires bénéficiera de l’amélioration de l’interopérabilité technique des moyens d’information, de commandement et de communication des forces de sécurité publique, de sécurité civile et des
        armées. La fiabilité des liaisons entre les acteurs est indispensable notamment dans
        les premières heures suivant le déclenchement de la crise.
        En cas de crise grave, la première intervention terrestre sera toujours conduite par le dispositif de sécurité intérieure et de sécurité civile. Des objectifs opérationnels sont assignés aux forces de sécurité dans ce but. Dans le prolongement de cette capacité, un contrat opérationnel de protection sur le territoire national est fixé aux armées, comportant une capacité de déploiement de forces terrestres pouvant aller jusqu’à 10 000 hommes en quelques jours au bénéfice de l’autorité civile.
        Afin de mieux assurer la coordination des moyens civils et militaires au niveau des zones de défense et de sécurité, quatre orientations sont définies :
        1/ Le préfet de zone s’appuie sur l’officier général de zone de défense (OGZD) placé
        sous l’autorité directe du chef d’état-major des armées.
        2/ Les états-majors des préfets de zone et ceux des officiers généraux de zone de
        défense sont rapprochés afin de regrouper les moyens militaires de planification
        dans un état-major unique sous l’autorité du préfet de zone.
        3/ L’OGZD dispose de l’emploi des moyens militaires courants de zone.
        4/ Les organisations déconcentrées des ministères sont alignées sur le niveau ou
        mises en cohérence avec celui-ci lorsqu’elle concourent à la gestion de crise.(…)

        Pour les dispositifs de sécurité intérieure et de sécurité civile, agissant au
        titre de la fonction stratégique de PROTECTION, la totalité du personnel est
        appelée à intervenir en cas de crise extrême, sur l’ensemble du territoire national.
        Les dispositifs de sécurité intérieure et de protection civile doivent pouvoir intervenir dans l’urgence en mobilisant immédiatement sur le territoire métropolitain :
        – des unités d’intervention de forces de police ou gendarmerie (RAID, GIGN, détachement central interministériel d’intervention technique (DCI), appuyés le cas échéant par le groupement interarmées d’hélicoptères (GIH)) ;
        – trente unités des forces mobiles ;
        – dix colonnes de renfort de sécurité civile ;
        – une capacité de prise en charge immédiate de plusieurs dizaines de milliers de personnes déplacées ;
        – les capacités d’action et d’urgence des douanes pour la sécurisation et le contrôle de zones frontalières.

        Tout est prêt.
        Et les médias ? C’est prévu :

        – faire des médias d’information un partenaire majeur en cas de crise ; les médias sont aujourd’hui encore trop souvent perçus par les administrations comme susceptibles perturber la gestion d’une crise. Au contraire, les journalistes doivent être reconnus, dans les hypothèses mettant en jeu la sécurité nationale, comme des partenaires de la chaîne de communication de crise, indépendants mais responsables. A l’image de ce qui pratique au Royaume-Uni, leur information devra être la plus complète possible.

        Avant l’évènement, les journalistes recevront une information concrète sur l’organisation et sur les moyens de gestion de crise des pouvoirs publics. Ils seront associés aux exercices de crise.
        Au cours de la crise, une ouverture et une transparence beaucoup plus grande permettront d’expliquer rapidement les principaux faits à ceux qui ont pour métier d’en rendre compte. Un réseau de points de contact entre les centres de gestions de crise et les responsables des grands médias sera proposé.

        Et au dessus, le Poste de Commandement et d’Observation Central…

        La réorganisation des pouvoirs publics
        L’actuelle organisation des pouvoirs publics résulte de l’ordonnance du 7 janvier 1959 portant organisation générale de la défense. Cinquante ans après, cette organisation doit être revue en profondeur pour répondre aux priorités définies en matière de stratégie de sécurité nationale.
        Une nouvelle organisation sera mise en place au sommet de l’Etat :
        • Un Conseil de la défense et de la sécurité nationale (CDSN) sera institué. Il permettra d’appréhender globalement les objectifs et les contraintes de la sécurité nationale, en surmontant les cloisonnements internes de l’Etat. Présidé par le chef de l’Etat, son champ de compétence couvrira l’ensemble des questions de défense et de sécurité nationale. Il pourra se réunir en formations spécialisées, tels le conseil de défense, le conseil national du renseignement ou les conseils restreints (gestion de crise, renseignement, questions nucléaires).
        • Sera créé auprès du Président de la République un Conseil consultatif sur la défense et la sécurité nationale (CCDSN), composé notamment d’experts indépendants, qui apporteront des éléments diversifiés d’appréciation et d’éclairage.
        • Le Conseil national du renseignement (CNR), présidé par le Président de la République, réunira le Premier ministre, les ministres de l’intérieur, de la défense, des affaires étrangères et européennes, de l’économie et du budget, les ministres concernés le cas échéant en fonction des sujets traités, ainsi que le coordonnateur national du renseignement, les directeurs des services de renseignement et le secrétaire général de la défense et la sécurité nationale. Le coordonnateur national du renseignement sera le point d’entrée des services de renseignement auprès du Président de la République.

      2. Ben oui, quoi, le « Patriot Act », comme aux zuesses !

        pour se protéger du Peuple : c’est qu’il mordrait le bougre !

        ah, quoi, on me dit dans mon sonotone que je fais erreur : ce serait « pour se protéger des terroristes zé des casseurs, des hordes ceci cela … »
        ah, ben , dans mon sonotone y’a la traduction simultanée, avec intégration de la méthode à Mimile spécial « langue de bois » :
        et, mon sonotone, jusqu’ici, m’a toujours été fidèle ( c’est mieux que rien !).

      3. policiers et militaires ont aussi des familles, parlez leur tranquillement, ne vous moquez surtout pas et n’en faites pas trop. c’est généralement des gars angoissés mais eux aussi sont traités comme des chiens.

        rappelez vous que vous êtes parfois assez content de les trouver, ceux qui prétendent l’inverse sont des abrutis doublés d’affabulateurs ou des anarchistes déconnectés.

        de toute façon s’ils doivent charger ils le feront, on leur bourre le crâne h24.

  12. Beloyannis héros grec immortalisé par Picasso »l’homme à l’oeillet » fait des émules outre s’indignerresister

  13. La révolte de gamins.

    Le couvercle du ras-le-bol a sauté en Espagne. Ce bouillonnement est tout proche de nous, audible dans ses slogans, partagé dans son exaspération. Jusqu’à nous faire imaginer que vérité au-delà des Pyrénées puisse devenir réalité en deçà. Instruits de la puissance des printemps arabes, les jeunesses inquiètes peuvent twitter l’Europe en une agora contestataire qui ferait siennes les revendications espagnoles.

    Seul manque une étincelle pour que la contagion de ce mal d’espoir se propage de la Puerta del Sol à la place de la Bastille, du Campo di fiori de Rome au Rossio de Lisbonne, ou au Temple Bar de Dublin, transformant notre fin de mai en une version revisitée de la lutte des places.

    Car l’ibèrespace n’est pas clos et, à la vitesse de la colère électronique, le malaise circule, s’enfle, balaye d’un revers de dédain les élections espagnoles et nos indulgences machistes. La révolte madrilène n’a pas l’odeur du jasmin. Elle a le goût amer du chômage, de la richesse injustement partagée et de l’avenir bouché entre intérim et CDD.

    Les jeunesses d’Europe ne craignent ni les dictatures ni la mondialisation, elles craignent la précarité de leur avenir professionnel illisible et l’angoisse du premier logement inaccessible.

    Entre dette et austérité, les jeunes ont épuisé leurs capacités d’espérance et ne veulent plus voir que les ségrégations dans la solidarité. La réforme des retraites ou la loi sur la dépendance ne font qu’accroître le fossé avec les générations aînées et prospérer le populisme sur les faiblesses d’une démocratie qui ne répond plus à leurs attentes.

    En Espagne plus vite qu’ailleurs, l’explosion de la bulle immobilière a exacerbé le malaise de la jeunesse, mais la comparaison des indicateurs montre que les autres pays des rives de la Méditerranée ne sont guère mieux lotis.

    Dans une Europe qui impose la rigueur pour sauver les banques, la jeunesse ne se suffira pas longtemps d’être assistée. Ce n’est pas un hasard si son avenir apparaît déjà comme une priorité de la prochaine campagne présidentielle. Les candidats seraient inspirés d’être concrets, de convaincre les jeunes et leurs parents, et de tenir ensuite leurs promesses s’ils veulent contenir une dangereuse révolte de gamins.

    DANIEL RUIZ.

    http://www.lamontagne.fr/france_monde/edito/la_revolte_de_gamins@CARGNjFdJSsBERgCCh4-.html

  14. Tant de raisons de s’indigner ! Le blog de Paul Jorion « n’est pas à vendre », lui aussi. Même si le niveau des dons est préoccupant.

  15. Ces dernières années me font penser à une captation d’héritage par quelques uns, laissant la génération à qui il devait revenir sur le carreau.

    …. même pas la réserve héréditaire !!!

  16. En Belgique:
    – Bruxelles: parvis de St Gilles (carré de Moscou) depuis ce samedi matin
    – Liège: place Saint-Lambert depuis hier

  17. Si je comprends bien, les casseroles sont maintenant considérées par la police espagnole comme des armes . Le permis de port de casseroles, c’est pour quand ?

  18. Vers une conjonction avec les émeutes que semblent craindre les NU à la suite de spéculations massives sur les cours des matières premières ?

    « Our fear is that we still haven’t seen the worst of food inflation in vulnerable countries and that could be coming. One way or another, rising food prices bring hardship on their people and you can’t rule out the possibility of further food riots. A lot depends on the next few weeks and it’s impossible to predict how Mother Nature will behave, » Abbassian added » (senior grains economist at the FAO).

    « The UN warning came after the release of data showing that the amount of speculative money that has been pouring into basic foodstuffs – and other commodities – also hit a new record in April, putting additional upward pressure on prices that are already being forced higher by the prospect of further crop failures. The amount invested in commodities through exchange-traded funds (ETPs), jumped to $451bn (£273bn) in April – more than 40 times higher than a decade ago – according to new figures from Barclays Capital. It said investors were attracted by what they believed would be higher returns from raw materials on the back of growing demand from emerging markets such as China and India ».

    http://www.guardian.co.uk/business/2011/may/27/food-riots-warning-by-un-as-commodities-soar

  19. « Erreur fatale » des autorités catalanes hier. En envoyant les policiers charger des manifestants parfaitement pacifiques, ils ont fabriqué les images qui ont procuré un second souffle au mouvement. Je les ai visionnées hier, et j’avoue qu’il y avait de quoi être « indigné ». J’imagine sans peine l’effet produit sur un jeune…

    Les Twitts ont fait le reste. Dés lors, il était évident que le mouvement reprendrait du poil de la bête. Logique. D’autant que des contacts directs sont établis entre les indignés des différents pays d’Europe, avec même des retransmissions bricolées via Skype et projetées sur écran comme hier à la Bastille.

    Je crois que les pouvoirs politiques comme une grande partie de la presse peinent à appréhender la radicale nouveauté de ces mouvements, post ou proto politiques selon.
    Ils sont en dehors des radars médiatiques, y culminent un instant puis sombrent dans l’oubli, une info chassant la précédente. La machine médiatique ne déteste rien tant que les situations qui perdurent. Il faut constamment renouveler l’offre et nourrir la bête… Mais c’est là un tout autre sujet.

    Pour en revenir aux indignés, Grecs, Esapgnols, Portugais, Anglais, Belges et bien sur Français, le mouvement qui est en train de naître sous les yeux de ceux qui veulent seulement observer, est à coup sur le premier du Genre (filiation tout de même avec les mouvements Islandais, peut-être un peu moins avec les révolutions arabes comme cela a été écrit ça et là) de ce jeune siècle.

    Nos élites sont dépassées, Elle ne parviennent pas à comprendre ce qui est en train de se passer. Et ça va très très vite.

    A priori demain, mais ce sera aussi fct de ce qui va se passer aujourd’hui en Espagne (je vois guère le pouvoir Espagnol laisser plus longtemps une mouvement d’une telle ampleur se développer) il va y avoir du monde à Bastille…

    VM

    1. Le premier du genre dans le siècle, certes, mais les mouvements sociaux massifs, sans parler des révolutions, ont toujours traversé les frontières: 1789, 1848, 1917…
      En France, la source principale de mai 68, c’est la révolte de la jeunesse, des Etats-Unis au Japon, en passant par la Pologne et surtout l’Allemagne.
      L’important, c’est que la révolte n’est plus en Europe celle de la jeunesse,
      mais celle de toutes les victimes actuelles et à venir des prédateurs capitalistes.
      Zapatero et autres larbins ont très très peur en face.
      Ne leur laissons pas le temps se reprendre leurs esprits.
      Frappons vite!

  20. Je crains que comme pour 68, les inductions de ce mouvement ne servent qu’ à renforcer un centralisme et une globalisation, qui pourtant sont a l’origine des errances du système …
    Dire celà parait etre obscène , mais les solutions économiques qui permettraient d’atténuer les ressentis locaux , passent par globalisation européenne des dettes (…et non celle des bénéfices , bien sur ) …ce qui demanderait de reproduire ce modèle a l’échelle mondiale ……pour butter sur la limite des resources .

  21. Le silence des médias pour veaux de batterie est inversement proportionnel au fracas des batteries de cuisine sur fond de batteries de mitrailleuses….
    Un conseil journalistes du « Jité » ou du « treizeur », mettez des boules kiés pour ne pas endommager vos sonotone !
    Sortez couverts ! Les Maladies Socialement Transmissibles sont de retour avec les vents du désert…… Le soleil va cogner cet été.
    Le Siroco sent la poudre à plein nez. Il va y avoir du sable rouge dans les lucarnes magique !

    Dans « Marianne », tout de même, « Espagne, « Le » manifeste » :
    « Pour toutes ces raisons, je suis indigné » (texte traduit)
    http://www.marianne2.fr/Espagne-Pour-toutes-ces-raisons-je-suis-indigne-texte-traduit_a206583.html

  22. La mayonnaise serait en train de prendre, dirait_on….il faut dire qu’entre les flics qui évacuent à coups de trique la place pour y installer un écran géant because le sacro saint match de foot et une jeunesse qui s’insurge de se voir condamnée à devenir « millérista » à vie, et encore avec de la chance, il y a comme un léger décalage….
    Les choses risquent de se gâter ( pour les politiques en place ) lorsque leurs parents finiront par les rejoindre, histoire d’apprendre la politesse aux tuniques bleues qui cognent sur leur progéniture, et le cas échéant, marcher de concert sur les palais du pouvoir, histoire de virer leurs occupants à grands coups de pieds dans le derrière!
    Je sais que c’est un peu court en terme d’analyse politique, mais au moins ça soulage!

  23. François, n’est-ce pas vous qui évoquiez il y a quelques temps et concernant la Chine des manifestants se promenant comme de simples touristes parmi les vrais, manière de dérouter un peu le pouvoir en place ? Je me suis demandé ce qu’il advenait de cette potentielle tactique et me dis qu’elle pourrait faire merveille dans les pays du sud de l’Europe.

      1. Désolé pour la confusion, Paul,

        Sauriez-vous par hasard ce qu’il en est advenu du côté chinois ?

      2. Mais ça ne fait aucune différence

        « parce que c’était lui, parce que c’était moi » …

      3. Bonjour Paul, un peu tard, mais quand même, « je » peux pas m’empêcher :

        Non, ce n’était pas François : c’était moi. Mais ça ne fait aucune différence.

        Enfin, on le savait déjà, depuis l’histoire des pseudos en abyme…
        F.L. heu, non, P.J., flûte, c’est toujours pas ça…
        mqr?

  24. Allez une bonne vieille citation ne peut pas faire de mal. Je la trouve particulièrement d’actualité. Elle date pourtant de 1962. Un certain Pierre Mendes-France…

    « La démocratie ne consiste pas à mettre épisodiquement un bulletin dans une urne, à déléguer les pouvoirs à un ou plusieurs élus puis à se désintéresser, s’abstenir, se taire pendant cinq ans. Elle est action continuelle du citoyen non seulement sur les affaires de l’état, mais sur celles de la région, de la commune, de la coopérative, de l’association, de la profession. Si cette présence vigilante ne se fait pas sentir, les gouvernements, les corps organisés, les fonctionnaires, les élus, en butte aux pressions de toute sorte de groupes, sont abandonnés à leur propre faiblesse et cèdent bientôt, soit aux tentations de l’arbitraire, soit à la routine et aux droits acquis. La démocratie n’est efficace que si elle existe partout et en tout temps »

    PMF 1962

    1. « Tout pouvoir est une conspiration permanente. » Balzac, sur Catherine de Médicis (si j’ose dire, de par les temps qui courent).

  25. Nous revenons du point prévu de ralliement à Strasbourg. Personne…Si quelqu’un en sait plus, je suis preneur. Merci

    1. il y a des villes plus contestatrices que d’autres, par exemple à population égale et pour une importante manifestation donnée il y aura généralement 250 000 manifestants à marseille et 50 000 à lyon. certaines villes sont particulièrement bourgeoises, d’autres plus populaires donnent le ton.

      en france évidemment c’est paris, mais aussi marseille, grenoble, rennes… liste à compléter. tant que paris ne sera pas soulevée l’effet d’entrainement restera fragile, le mouvement embryonnaire.

      patiente et reste connecté.

  26. Et à tant faire, également les paroles (traduction en français) du célèbre tube de Bob Dylan:

    The Times They Are A Changing (Les Temps Sont En Train De Changer)

    Venez rassemblez-vous tous braves gens
    D’où que vous veniez
    Et admettez que les eaux
    Autour de vous ont monté
    Et acceptez que bientôt
    Vous serez trempés jusqu’aux os
    Si votre temps(1) pour vous
    Vaut la peine d’être sauvé
    Alors vous feriez mieux de vous mettre à nager
    Ou vous coulerez comme une pierre
    Car les temps sont en train de changer.

    Venez écrivains et critiques
    Qui prophétisez avec votre stylo
    Et gardez les yeux grands ouverts
    L’occasion ne se représentera pas
    Et ne parlez pas trop tôt
    Car la roue n’a pas encore fini de tourner
    Et il n’y a aucun moyen de dire qui
    Elle va nommer.
    Car le perdant d’aujourd’hui
    Sera le gagnant de demain
    Car les temps sont en train de changer.

    Venez sénateurs, députés
    S’il vous plait prêtez attention à l’appel
    Ne restez pas debout devant l’entrée
    Ne bloquez pas le hall
    Car celui qu’on blesse
    Sera celui qu’on retiendra
    Il y a une bataille dehors
    Et elle fait rage
    Elle fera bientôt trembler vos fenêtres
    Et ébranlera vos murs
    Car les temps sont en train de changer.

    Venez pères et mères
    De tous les coins du pays
    Et arrêtez de critiquer
    Ce que vous êtes incapables de comprendre
    Vos fils et vos filles
    échappent à votre autorité
    Votre vieille route prend
    Rapidement de l’âge
    S’il vous plait sortez de la nouvelle
    Si vous êtes incapables de donner un coup de main
    Car les temps sont en train de changer.

    Le ligne est tracée
    Le sort en est jeté
    Le lent aujourd’hui
    Sera demain rapide
    Et le présent d’aujourd’hui
    Sera demain le passé
    L’ordre (actuel)
    Est en train de disparaître rapidement
    Et le premier d’aujourd’hui
    Sera demain le dernier
    Car les temps sont en train de changer.

    1) votre époque, votre civilisation

    1. Du même, Masters of war, 1963 :

      (…)

      You fasten the triggers
      For the others to fire
      Then you set back and watch
      When the death count gets higher
      You hide in your mansion
      As young people’s blood
      Flows out of their bodies
      And is buried in the mud

      You’ve thrown the worst fear
      That can ever be hurled
      Fear to bring children
      Into the world
      For threatening my baby
      Unborn and unnamed
      You ain’t worth the blood
      That runs in your veins

      How much do I know
      To talk out of turn
      You might say that I’m young
      You might say I’m unlearned
      But there’s one thing I know
      Though I’m younger than you
      Even Jesus would never
      Forgive what you do

      Let me ask you one question
      Is your money that good
      Will it buy you forgiveness
      Do you think that it could
      I think you will find
      When your death takes its toll
      All the money you made
      Will never buy back your soul

      And I hope that you die
      And your death’ll come soon
      I will follow your casket
      In the pale afternoon
      And I’ll watch while you’re lowered
      Down to your deathbed
      And I’ll stand o’er your grave
      ’Til I’m sure that you’re dead

      1. Superbe chanson écrite au moment de la contestation de la jeunesse américaine contre la guerre au Vietnam et qu »il faudrait ressortir régulièrement. Je préférais néanmoins l’interprétation de Julie Felix à celle de son auteur, Dylan.

  27. @Vincent Migeat:
     » Erreur fatale » des autorités catalanes hier. En envoyant les policiers charger des manifestants parfaitement pacifiques, ils ont fabriqué les images qui ont procuré un second souffle au mouvement.  »
    « Erreur »? en êtes-vous si sûr?
    La stratégie de la provocation donne parfois de très bons résultats, côté répression, en permettant toutes les escalades.

    1. Cher pierrot123,
      Il est effectivement fort possible que cet accès de fièvre répressive s’inscrive dans une stratégie de provocation, de nature à provoquer une escalade de violence, justifiant ensuite un retour à l’ordre, mais l’erreur serait à mon avis de considérer cette stratégie comme payante. Je crois que ce mouvement est plus malin que ça. Ils savent mieux que quiconque utiliser les images (ils sont nés avec) et les réseaux type Facebook et twitter sont des armes bien plus puissantes que le recours à la force physique fût-elle défensive. C’est la philosophie de Gandhi V 2.0 associée à l’inédite puissance de démultiplication propre aux réseaux sociaux ou à l’internet.

      Il faut bien sûr se garder des pronostics à l’emporte-pièce, mais je ne serais pas étonné que nous assistions là à la naissance d’un mouvement d’ampleur international totalement inédit dans ce siècle. L’avenir nous le dira…

      En attendant, pour ceux qui sont à Paris, un petit tour à la Bastille demain s’impose. Ne serait-ce que par curiosité, pour voir de plus près à quoi ressemble cet incubateur, ou alors pour ajouter au nombre. Ce serait bien qu’on ne voie pas seulement des jeunes sur les images télévisées…

      1. OUAIHH !
        Des brassard PJ dans les manifs !!!!!!! 🙂 🙂 🙂 🙂 🙂 🙂 🙂 🙂 🙂

  28. Je reviens de la Bastille: il y a entre 500 et 800 jeunes gens pour l’essentiel, d’une moyenne d’âge aux alentours de 25 ans (+/- 2 ans… j’ai pas demandé leur papier). Pas mal d’hispanophones parmi eux. Et surtout 8 fourgonettes de CRS (plutot courtois d’ailleurs et gênés visiblement) organisées en mur et en souricières. Si ça tourne mal ce soir, ça sera facile de gazer tout le monde… Ambiance sympathique mais un peu déprimante finalement: les cafés aux alentours et la foire à la brocante sont pleins: tout continue sans changement.

Les commentaires sont fermés.