L'actualité de la crise : MINIMUM DE RÉALISME, par François Leclerc

Billet invité.

La Grèce va devoir patienter, ayant entretemps réussi à emprunter 1,625 milliards d’euros à six mois, au taux pénalisant record de 4,88%, afin de tenir dans l’immédiat.

La Commission parle d’une décision prise « dans les prochaines semaines », et Angela Merkel veut pour se prononcer attendre les résultats de la mission de la Troïka, qui vient juste d’arriver à Athènes et doit y rester une bonne semaine. Le temps de se dégager un peu de la pression qu’exerce sur elle son allié du FDP, qui anime en Allemagne le front du refus.

Tous espèrent ainsi faire retomber la tension que la réunion de vendredi dernier avait contribué à faire grimper, et gagner du temps pour trouver une position commune. Christine Lagarde, pour rassurer, a de son côté déclaré sans savoir comment qu’« on allait continuer à les aider », tandis que George Papandréou appelait les Grecs au « sang froid ». Ce nouveau numéro du cirque ne fait que commencer, car les intérêts des uns et des autres sont clairement divergents.

Ce qui est certain, c’est que plus le temps passe, plus la dette grecque va être garantie par les Etats via le fonds de stabilité, car les banques non seulement n’en achètent plus sur le marché mais s’en délestent autant qu’elles peuvent. La charge est donc progressivement reportée en totalité sur les Etats, rien qui ne soit vraiment étonnant.

Dans l’immédiat, la situation se complique au fur et à mesure que les bouches s’entrouvrent et que l’on entre dans le détail des options disponibles, entre lesquelles il va falloir trancher. La palme revient à Bini Smaghi, gouverneur de la BCE et farouche opposant à la restructuration de la dette grecque, qui en est venu à mettre en cause à l’occasion d’une conférence à Florence « certains gros investisseurs qui se sont assurés contre ce risque » et qui poussent au crime en pratiquant « une incitation perverse »… On finira par tout savoir du comportement des mégabanques et comprendre pourquoi elles font preuve de sérénité.

D’autres, comme Jürgen Stark de la même BCE, conservent leur flegme et leur langue de bois pour affirmer contre toute vraisemblance que la Grèce est solvable et « n’est pas un puits sans fond », afin d’inciter les Européens à remettre le couvert.

Ce feuilleton va rebondir, ne justifiant pas de suivre au jour le jour les épisodes de la fièvre qui s’est emparée des dirigeants européens, Jean-Claude Juncker, ayant une fois reconnu et laissé échapper dans un accès de franchise que « quand cela devient sérieux, vous devez mentir ».

Une nouvelle réunion des ministres des finances de l’Ecofin – officielle celle-ci – devrait en début de semaine commencer à se pencher sur l’addition que les Grecs ont déjà présentée : ils auraient au dernier pointage besoin de 60 milliards d’euros supplémentaires, pour couvrir leurs besoins en 2012 et 2013.

Les Allemands ne sont pas prêts à participer au financement de cette énorme rallonge, et préféreraient que soit adoptée comme solution une extension négociée de la maturité des obligations souveraines grecques venant à échéance ces deux années-là. La BCE n’est pas d’accord et les Français se réfugient derrière elle. Une solution de compromis pourrait aux dernières nouvelles être trouvée, les Grecs garantissant un nouvel emprunt auprès du fonds de stabilité européen en fournissant comme collatéraux des éléments de leur patrimoine. Mais nous n’en sommes pas là !

Bini Smaghi prononçait donc ce matin son instructive conférence, sur laquelle on peut revenir. Car elle l’a conduit à expliquer – ce qui de prime abord étonne dans sa bouche – combien s’en remettre aux marchés financiers pour faire des choix de politique budgétaire relevait d’une « illusion ». Illusion selon laquelle « …la gouvernance économique de la zone euro peut être renforcée, non en augmentant les responsabilités des politiques (…), mais en déléguant aux marchés financiers la tâche de sélectionner les politiques appropriées auxquelles les autorités doivent se conformer ». Or, selon lui, les marchés n’apprécient pas correctement la solvabilité des Etats, car « le risque souverain ne s’apprécie pas uniquement à l’aune de la capacité d’un pays à soutenir le poids de sa dette mais aussi de la volonté de réaliser une politique d’ajustement, incluant des privatisations et des réformes structurelles ».

Que d’intéressantes circonlocutions et remarques sur l’aveuglement des marchés pour justifier que les Etats européens financent collectivement la dette publique existante au sein de la zone euro tout en s’imposant une discipline drastique pour la réduire !

L’épineuse question des taux auxquels le fonds de stabilité européen prête aux uns et aux autres va aussi devoir être tranchée. Olli Rehn, le commissaire aux affaires économiques, a annoncé un taux compris entre 5,5 et 6% pour les Portugais. La Grèce, dont le taux initial était de 6,2%, a déjà obtenu l’engagement qu’il soit réduit d’environ un point en pourcentage. L’Irlande a bénéficié d’un taux moyen de 5,8% et se bat pour obtenir une réduction de celui-ci. Peut-on justifier que les taux soient différents suivant les pays et les plans de sauvetage et qu’ils restent si élevés ? Cette question, relativement secondaire car cela ne changera rien à leur insolvabilité finale, n’en reste pas moins hautement symbolique d’une stratégie irréaliste et sans avenir.

Le parti socialiste finlandais en a pris acte à sa manière, qui a décidé de ne voter au parlement le soutien au plan de sauvetage Portugais – indispensable pour qu’il puisse être adopté au niveau européen – qu’à une condition très claire mais assez symbolique étant donnés les montants : les Portugais devront lever une taxe bancaire dont le produit sera destiné au remboursement de cette aide financière, en cas de restructuration de la dette…

Il est cependant paradoxal de devoir constater que ce n’est pas du côté des autorités politiques européennes que l’on peut attendre un minimum de réalisme, mais que l’on peut par contre en trouver à l’Institute of International Finance (IIF), le lobby international des mégabanques.

S’inscrivant dans le cadre d’une consultation publique lancée en janvier dernier par la Commission, à propos des conditions suivant lesquelles d’éventuelle faillites de banques systémiques pourraient à l’avenir être organisées, l’IIF vient de faire un pas en avant que l’on n’attendait pas. Il admet que, en dernier ressort, les détenteurs jusqu’alors intouchables d’obligations senior pourraient être mis à contribution, ce qui était il y a encore peu considéré comme un crime de lèse-majesté pour la restructuration des banques irlandaises. Laissant l’Etat seul avec une mission impossible.

Les mégabanques savent, pour ce qui les concerne, faire quand cela est nécessaire la part du feu. Quitte à utiliser des instruments de couverture, comme on le voit à propos des obligations souveraines…

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

121 réflexions au sujet de « L'actualité de la crise : MINIMUM DE RÉALISME, par François Leclerc »

  1. Il n’est peut-etre pas neccessaire d’interdir les paris sur les fluctuations des prix vu le controle actuel des marchés par des ordinateurs preprogrammées (Hyper frequency trading). Malgré tout ce qui est dit, le marchés sont verrouillées depuis la crise des subprimes, si non ils se seraient effondrées depuis longtemps.
    Ils sont maintenus pour l’instant par des rapports de force (la monnaie etant corrompue depuis longtemps) sous la toutelle du G20, FED-QE, BCE, PBC, etc.) parfois on a comme meme droit a un avertissement, genre Flash Crash Mai 2010, rebondisement de crise souveraine, etc.).
    Pour eviter une soufrance inutile au peuple travailleur il suffit d’un consensus politique concernant l’evaluation des l’economie reele neccesaires a la bone marche de la societé. Dans le cadre d’un consensus politique la configuration actuelle permetrait le lessivage essorage regulier des exces des speculateurs (decourageant et reduisant directement leur capacité de nuisance).
    Tout ce qui est superficiel serait laissé aux speculateurs, casinos, paris, jeux en ligne comme deja mis en place. Et tous ceux qui veulent speculer qu’ils misent entre eux mais sans affecter la societé dans sa fonction utile. Des jetons-monnaie-virtuels devront etre crées pour cela. On devrait meme leur reserver un espace dediée pour se fagocyter entre eux, perdants et gagnants de leur illusion de richesse. Quand le fruit de leur labeur sera utile a la societé alors la speculation aura trouvé sa place dans la societé sous la forme qu’elle aura pris. Le resultat le plus probable serait une forme de CDO indexé sur l’avidité et le degrée de nuissance de l’investisseur meme qui conditioneront le type de marché accesible (demolition controlé, criminalité organisé, pedophilie etc. Du coup on aboutirait a du feedback positif et meme ces gens seront utiles car douées a leur maniere.

    Biensur cela serait possible si les elites actuelles etaient a la hauteur du mandat que leur donne les citoyens par leur vote. Mais comme de democratie il n’en reste que le nom, il parait que la voie est toute tracé selon les anticipations de Jaques Attali.

      1. Le peu d’humanité qui reste au monde est l’atribut des naifs et j’en assume l’apartenance. Les discours de Jaques Attali me font surtout une peine enorme et n’invitent pas vraiment a rever.

      2. @gigi l’amoroso

        Le peu d’humanité qui reste au monde est l’atribut des naifs

        Que c’est beau… La naïveté sauvera ce monde…
        Et bien gardez votre humanité, votre naïveté et vos attributs. Vous aurez peut-être la chance d’en deviser post-mortem – et en enfer – avec d’anciens naïfs bourrés « d’humanité » – et d’explosifs autour du ventre – qui ont perdu et leur vie et leurs attributs par la grâce de leur naïveté et de leur « humanité »…

      3. avec vigneron tous dans la résistance française!

        bon, après tout, c’est vrai la période se prête aux vieux réflexes (?). tenez, les héritiers renault viennent d’assigner l’état pour l’injuste nationalisation de 1945.

        affligeant.

      4. Méthode.
        Le souci est que Vigneron n’est pas loin de la vérité…

        D’ailleurs, avec ton exemple de la famille Renault, tu lui apportes du grain à fermenter.

      5. yvan.

        ok. si tu le dis. et puis on est pas de la même génération. mais il y a des jours où il me fout les boules avec son cynisme, c’est viscéral, et le coup de la ceinture d’explosif c’est quand même limite.

      1. Deux jours plus tard et le fil est exquis… Vigneron-prévôt, ou sont les armes?… J’ai du monde sur la corde à linge… Fais signe…
        « 1) Les prévôts
        Ils sont choisis par le gradé chargé de la détention pour l’aider dans sa tâche d’encadrement. Le prévôt doit posséder certaines « qualifications ». Il doit être craint et/ou respecté par l’ensemble de ses compagnons de captivité. Il doit être fort et discipliné. A la fois oeil et oreille de celui qui le désigne, le prévôt est choisi parmi « ceux qu’on connaît bien ». Il existe un prévôt dans chaque pavillon secondé par des chefs de « chambrées ». L’ensemble des prévôts sont commandés par le « sergent ». Qui est l’homme le plus fort de la détention. Son pouvoir égale et parfois même dépasse celui des gardiens qui se « gardent » bien d’entrer en conflit ouvert avec lui. Les prévôts (ou CABRANES) assurent le maintien de la discipline à l’intérieur des chambres et des cellules. Ils organisent les dortoirs et y maintiennent l’ordre. Leur pouvoir est renforcé la nuit avec la baisse du nombre des gardiens en service. Des abus et des exactions sont commis par les prévôts. Tant que ces abus ne troublent pas l’ordre carcéral, l’administration les ignore ou les tolère. Les prévôts recrutent leurs informateurs parmi les prisonniers et tissent un réseau d’information très dense qui leur servira à tenir l’administration de la prison au courant de tout ce qui se dit ou se fait en détention. En contrepartie, ils se voient accorder de menus avantages tels qu’une bonne place en cellule ou une couverture supplémentaire. »
        Une couverture supplémentaire…

      2. @Renou (« et perd si qu’erre ? »)

        D’abord (et surtout….), ç’aurait été plus gouteux avec « ce fil est mignon » qu’avec « ce fil esr exquis », mais on peut pas penser à tout et après tout, peut-être êtes-vous végète-à-rien.
        Ensuite, je ne me prévaus de rien et note prestement qu’il faudra que je pense á enfiler des gants blancs et refiler des sous-titres pour la comprenance et la tolérance limitées de certains lorsque je reléve avec ironie certaines niaiseries.
        Pour le qualificatif de prêvot à mon encontre, j’épiloguerai pas, mais sachez que l’expression est plus que limite. Puisque vous n’êtes pas sans savoir, cher camarade de longue peine, que le terme s’applique parfaitement à une réalité historique autrement révulsante et un à mot fort commun que vous n’osates employer, dans votre grande « décence » et votre petite perfidie : le Kapo, comme ceux d’Auschwitz, en exemple anodin.
        Et donc, à l’unanimité de moi-même, c’est à ma grande peine, mais en connaissance de cause, que je vous décerne un point Godwin, pour un motif bien maquillé certes, mais certainement mérité pourtant. À bon entendeur… Monsieur de La Renouée Persicaire.

      3. @Vigneron
        La Culture (vigneronne ou pas) ne conduit pas neccessairement a une plus grande humanité si votre âme est glacé.

      4. @ vigneron, bien vu… C’est brillant comme d’habitude. Un peu à côté de la plaque mais je l’étais moi-même, donc tout va bien. A mauvaise foi, mauvaise foi et demi…

      5. Tout à fait Idem pour la naïveté, et ce quelle que soit la « température » de votre « âme »; voilà bien tout ce que je disais. Sauf que toutes choses égales donc par ailleurs, ben je prendrai plutôt une dose de connaissance supplémentaire, plutôt que l’inverse.

  2. ayant entretemps réussi à emprunter 1,625 milliards d’euros à six mois au taux pénalisant record de 4,88%

    pas fous ces chinois!

    1. il feront les rallonge, la BCE « mutualisera » le payament des interets à 27… le dollar aua son petit revival de 5 minutes.. la force d’inertie reprendra avant longtemps …

  3. Je signale, sur ce sujet, que mon dernier billet résume les propositions de Paul De Grauwe, spécialiste des questions monétaires Européennes. Le résumé du résumé, le voici:

    – Eurozone bails out Greece (lesser evil)
    – The ECB should clearly signal that it will continue to accept Greek government debt as collateral, independently of the ratings concocted by the agencies
    – The ECB should discontinue its policy of outsourcing country risk analysis to American rating agencies. The latter have a dismal record.

  4. Et pendant ce temps-là, les bourses volent de rebond en victoires, encore et toujours dans le vert, grâce aux chiffres de l’emploi « moins mauvais que prévu », ou à ceux des fermetures d’entreprises « moins nombreuses que prévu » (tout est dans le : « …que prévu. » …Prévu par qui? mystère.)

    Tout cela est d’un factice qui me laisse songeur.

    1. Peut-être que, en cas de gros problèmes,posséder des parts de sociétés solides sera la meilleure solution pour sauver son capital.Immobilier surévalué,cash non fiable en cas de hyperinflation,or en bulle?

  5. La fraude fiscale et l’évasion des capitaux grecques sont-elles inscrites au patrimoine immatériel de l’Humanité ?

    La mise en gage des antiquités du musée d’Athènes, on y vient tout doucettement. « Vous y verrez la chaste Diane… »

    1. bonjour
      Si c’est à Athènes, c’est Artemis et pas Diane… Et moi j’aime beaucoup cette « sauvageonne, insoumise et fière, » comme il est écrit dans les livres… par rapport à la Diane latine, presque uniquement chasseresse!!! D’accord c’est une vierge vindicative…mais on aimerait, de nos jours, une telle attitude de nos dieux « élus » face à la finance qui s’auto-autorisent tant de choses, non???
      Et plus sérieusement, la fraude fiscale (sous quelle que forme que ce soit), EST une constante historique des plus aisés (là on se situe en milieu méditterranéen, compte tenu de Diane.. mais à voir les anglo-saxons… pas meilleur le résultat!!!) Cela doit relever de quelque chose qui a à voir avec l’humain profond, non?? Donc non, pas immatériel… mais bien génétique!!!
      Chris

  6. Pourquoi écrivez vous : » la dette Greque va être reportée sur les états, » plutôt que « la dette de la Grèce va être reportée sur les contribuables européens … »

    1. C’est de la diplomatie verbale.

      « la dette de la Grèce va être reportée sur le prolétariat européens … », plus précis, eut donné au texte une allure de brûlot gauchiste.

  7. Juncker : « Vous devez mentir quand cela devient important » – Contrepoints

    Pourquoi mentir ?

    Prié de dire si une telle désinformation délibérée saperait à l’avenir la confiance des marchés dans les déclarations de l’Eurogroupe, M. Schuller a répondu « pas du tout », en précisant que les marchés n’avaient déjà pratiquement aucune confiance dans les déclarations des responsables européens.

    M. Schuller a même illustré ses propos en disant que lorsque M. Juncker, ou Jean-Claude Trichet de la Banque Centrale Européenne, ou le ministre français des Finances Christine Lagarde disent quelque chose aux marchés, « personne ne semble le croire ».

    1. @fujisan

      Nous pouvons nier la vérité, si nous avons en vue d’affirmer par là notre liberté.

      Descartes.

      1. Ouais, Vigneron.
        Et les Ricains appellent ça : pragmatisme.
        Soit, bien la preuve que c’est la porte ouverte à TOUT débordement et du grand n’importe quoi.

        La liberté des uns s’arrête là où commence le pied de la lettre.

      2. Ca me semble surtout révélateur du profond désarroi et de cette croyance au « dieu marché » omnipotant.

        « La véracité n’a jamais figuré au nombre des vertus politiques, et le mensonge a toujours été considéré comme un moyen parfaitement justifié dans les affaires politiques. » Hannah Arendt

        « Ce qui est déshonorant, ce n’est pas de mentir, c’est de se faire prendre en flagrant délit de mensonge. Il y a des maladroits du mensonge : ceux-là on devrait les reléguer dans la vérité et leur interdire d’en sortir. » Etienne Rey, Eloge du mensonge

      3. @yvan

        Tu dis « la liberté des uns s’arrête là où commence le pied de la lettre ». Si tu veux, toutes façons je capte pas toujours l’yvan dans le texte. Mais j’ai surtout la sensation que l’hubris de chacun commence où commence sa connerie et s’arrête où s’arrête la connerie de l’autre, très prosaïquement dit, lettre ou pas lettre, Esprit ou pas. Et j’appelle « connerie » l’acceptation inconditionnelle de sa condition, quelle qu’elle soit.
        Je sais bien que dans la Grèce ancienne des Lois allaient jusqu’à protéger censément les esclaves de l’hubris de leurs maîtres, mais bon…

      4. yvan a une dent contre les crédos trop contraignants, tenez par exemple, frédéric lefebvre allait jusqu’à assurer récemment sur un plateau, un brin provocant mais guère plus, qu’il faisait dans l’aide aux ‘jeunes en difficultés’…

        Tout peut, un jour, arriver, même qu’un acte conforme à l’honneur et à l’honnêteté apparaisse en fin de compte, comme un bon placement politique.

        Charles De Gaulle (résistant français, visionnaire)

      5. Ne fait pas semblant de ne pas me comprendre, Vigneron.
        Tes Portugais te semblent-ils vraiment SI éloignés du statut d’esclave, mon bon..???

        Hhmm..
        Méthode. De Gaulle, sujet délicat CAR complexe.
        Ce veau a en effet été qualifié de droite en faisant une politique de gauche.

        Maiéééééééééééééééééééés.
        Le contexte était différent.
        Hors, sortir une chose de son contexte est la pire manipulation et connerie qui puisse être faite. Car ça te retombe obligatoirement sur la gfigulre.

        Vigneron, t’inquiètes : si tu ne me comprends pas, saches néanmoins que nous avons des valeurs très proches SAUF celle de l’individualisme.
        Je ne me suis pas encore fait contaminé. Pour cause de valeurs ancestrales et mauvaise expression. (pas vendeur)
        Ce qui procure un différentiel notamment remarquable ici aussi, d’ailleurs.

      6. @Yvan
        Désolé mon bon mais j’arrive toujours pas á mettre la main sur la putain de clef de douze qui me permettrait, peut-être, de régler mon réseau neuronal sur ton fonctionnement synaptique. Bref j’t’entrave toujours dalle.
        Pour les portos, arrête le délire, stp, ces mecs se ramassaient à l’aise deux journées de smic dans une, quand je m’en faisais pas une en allant à leur rythme. Donc le con c’était moi, mais fallait finir fissa dans la journée la plantation des 6000 cab sauv sur 101.14 et les filles qu’arrosaient derrière idem, parce que plus de 50° au soleil et la paraffine autour du point de greffe des plants qui fondait entre les galets… Donc plus de 70°C au niveau du sol, accumulés par la grave. 3% de mortalité seulement malgré tout, donc on avait bien bossé et les portos mérité leur paye, point. Et les gosses de riches qui me causent d’esclavage, je leur p…

    2. Les hommes mentent avec une frequence indicible, mais apres coup ils n’y pensent plus, et en general ils n’ y croient pas. Nietzsche.

  8. ////Ce qui est certain, c’est que plus le temps passe, plus la dette grecque va être garantie par les Etats via le fonds de stabilité, car les banques non seulement n’en achètent plus sur le marché mais s’en délestent autant qu’elles peuvent. La charge est donc progressivement reportée en totalité sur les Etats, rien qui ne soit vraiment étonnant//////

    C’est donc in finé , une main-mise sur un pays par d’autres …une prise de pouvoir sur son autonomie de décision …..Un peu d’ Uchronie :
    Ancien modèle pré-européen : en faillite pour gestion hasardeuse , la Grece dévaluait , on passait des vacances pas chères , des investisseurs venaient y délocaliser de la production , lais raisins sec retombaient a des prix abordables ….
    Pour le Blaireau moyen grec , la vie est abordable au niveau des produits locaux , seuls les produits de luxe importés augmentent …..
    Modèle actuel ……c’est l’inverse et on force le modèle en faillite a perdurer pour permettre de rembourser les risques des créditeurs . Nous payons pour rembourser les pertes de nos banques sur la grece …..sans que celà bénéficie aux « vrais gens » grecs .

  9. MINIMUM DE REALISME

    Tant que le monde sera dirigé par des marques, des multinationales, des firmes, des grands groupes, des banquiers, des politiciens, des bureaucrates, des marchands le quotidien des peuples ne pourra réellement changer tant au niveau du matériel que sur le plan de la moralité.

    Faites nous confiance, votez même à chaque fois pour nos premiers représentants sur terre
    où à l’image même si nous préférons souvent prendre les gens pour des cons ou des animaux.

  10. Avez vous remarqué comment le Wall Street Journal déforme la réalité des propos ? Peut on encore croire un seul instant aux discours des Européens lorsque Junlker affirme mentir aux media pour rassurer les marchés ?

    http://www.zerohedge.com/article/blatant-wsj-revisionism-redlined-0?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+zerohedge%2Ffeed+%28zero+hedge+-+on+a+long+enough+timeline%2C+the+survival+rate+for+everyone+drops+to+zero%29

  11. fonds de garantie des assurances vie 500 000 000 €
    garantie individuelle 70 000 €
    nombre indemnisables 7143 pékins
    Courrez pour ne pas être le 7144°

  12. Il est vraiment bien trouvé le titre de ce billet je trouve,

    Parole et Promesse d’un décideur économique pour le futur com pour le présent,

    Mieux nous nous porterons et mieux le monde s’en portera toujours bien comme il faut,

    Si vous avez confiance en nous, vous inspirerez même davantage confiance à notre femme,

    Reposons également le monde uniquement sur nos propre valeurs de conduite,

    Plus votre argent sera bien placé et plus les récoltes seront toujours bonnes,

    Faites nous confiance nous vous aimons également beaucoup en société,

    Qui a une totale confiance aveugle en nous fait moins de tort à l’homme,

    1. Courbettes hypocrites

      Précèdent la main du bourreau

      Qui les jettent dans la marmite

      Car c’est la fin des haricots

      Calvo

      1. Faites quand même bien attention aux requins, ils leur arrive parfois d’aller manger un peu plus près des gens surtout lorsqu’ils ne trouvent plus rien de mieux à dévorer entre-eux.

        Avant oui on pouvait encore nager en toute tranquillité dans les piscines,

      2. Il n’y aura pas de révolution en Europe

        On a entendu cela à toutes les époques, dans tous les pays, y compris dans les capitales du monde arabe…

  13. @ françois

    On finira par tout savoir du comportement des mégabanques et comprendre pourquoi elles font preuve de sérénité

    Je voudrais savoir auprès de qui les mégabanques européennes se sont assurées contre le risque de défaillance des obligations grecques.
    J’ai le souvenir que les CDS ont entraînés la faillite d’AIG qui assurait les investisseurs contre le risque des défaillance sur les CDO perclus de subprimes.
    D’après-vous, risquons-nous de voir se reproduire le même mécanisme ?

    1. Bonne question, à laquelle je n’ai pas la réponse ! Il faudrait avoir les moyens de descendre à la cave, où cela manque de lumière.

      1. Les secrets de la finance (et des consortiums réunis).
        Et c’est le point fondamental pour comprendre quels « blocs » devraient financer l’assurance en cas de défaillance, et pour combien? Ou encore, qui sont les actionnaires de la Fed, qui détient ces actions?
        Qui devraient tomber les premiers?
        Beaucoup d’opacité, la main invisible se cache des curieux par cloisonnement et intérêts croisés certainement pour des raisons politiques, mais surtout pour ne jamais être clairement identifiée!

        Un jour nous saurons qui sont ces familles qui veulent laisser en place cette maffia (il n’y a plus d’autre mot) et son système, le monde est déjà devenu trop petit pour eux.

    1. mon espagnol est foireux, peux tu me dire si merkel parle de sortir de l’euro uniquement, ou plus?

  14. @BA
    « Pendant la grossière erreur de communication du 6 mai, l’euro perdait encore jusqu’à deux centimes sur le dollar, et les investisseurs se réfugiaient sur les valeurs américaines. »

    Le jeu n’est pas de savoir qui va gagner du Dollar ou de l’Euro, mais qui tombera en premier…
    Dans ce contexte ce facheux episode pour l’euro peut facilement etre contre-balancé par n’importe quelle turpitude monetaire outre Atlantique…
    Ce sont les agences de notation qu’il faut mettre hors d’etat de nuire…

  15. bonjour!

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20110426trib000617717/l-allemagne-championne-d-europe-de-la-dette-devant-l-italie.html

    Selon les statistiques publiées ce mardi par Eurostat, la dette des pays de l’Union européenne et de la zone euro atteint, en 2010, le seuil symbolique de 80% du PIB. En valeur, l’Allemagne détrône l’Italie et devient le troisième pays le plus endetté au monde.

    http://www.edouardhusson.com/Les-vrais-chiffres-du-commerce-exterieur-allemand_a10.html

    ce sont les importations européennes et même celles de l’Union européenne qui tirent les exportations allemandes

    http://www.tribuforex.fr/forum/viewtopic.php?id=19796

    L’Union européenne et le FMI ont jugé « regrettable » dimanche 13 février le tollé provoqué en Grèce par les nouvelles demandes de privatisations massives dont ces institutions ont assorti la poursuite de leur assistance financière.

    De son côté, le représentant de la Commission européenne Servaas Deroose a alimenté la fureur grecque en proposant, dans le quotidien To Vilma, de « vendre les plages pour développer le tourisme et le marché des propriétés touristiques ».

    Le chef de la mission du FMI Poul Thomsen y est allé lui-aussi de ses encouragements à « vendre des terrains, y compris l’ancien aéroport » d’Athènes. « Nous sommes à un point crucial où nous avons besoin d’une accélération des réformes », a encore déclaré M. Thomsen…

    « car les intérêts des uns et des autres sont clairement divergents. » qd çà veut pas, çà veut pas?
    En tout cas, la commission et le fmi semblent converger : ils vont y arriver, pas de panique.
    A moins qu’ils se fassent mettre dehors, comme en argentine pour l’imf.

  16. La Grèce privatisera tous azimuts pour obtenir de l’aide, selon la presse grecque.

    La Grèce est proche d’un accord pour des prêts supplémentaires de l’Union européenne et du Fonds monétaire international qui atteindraient 50 à 60 milliards d’euros en échange de privatisations importantes, rapporte la presse grecque de mercredi.

    A Londres, le coût d’assurance de la dette grecque contre un défaut était en baisse mercredi après ces informations.

    « La Grèce devrait signer un nouveau mémorandum avec la troïka (UE/FMI/BCE) pour assurer la poursuite de son financement avec environ 60 milliards d’euros, en plus du plan de 110 milliards d’euros en cours », rapporte le quotidien Ta Nea.

    http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRLDE74A0J320110511

  17. Bonjour
    @ BA .Et si le but de toutes ces manoeuvres, hésitations, etc .. était justement de privatiser à tours de bras, en Grèce pour commencer puis dans toute l’Europe pour tout ce qui ne l’est pas encore. Les ultra-libéraux auraient pas mal de coups d’avance dans cette partie qui se joue sous nos yeux !
    Bonne journée .

    1. Je ne pense pas. Je pense plutôt que personne ne contrôle la situation. La situation des Etats européens, du Japon, des Etats-Unis est aujourd’hui hors contrôle.

      A une époque, les Etats européens, le Japon, les Etats-Unis étaient les caïds. Aujourd’hui, ils sont en train de s’effondrer. C’est la fin d’une époque.

      De nouveaux caïds vont s’imposer. Peut-être les BRICS. On verra bien.

      1. Personne ne s’imposera plus de la manière dont les USA se sont imposés : nous sommes tributaires de ressources non renouvelable, et le gaspi, c’est bientôt finit !

      1. @papiman

        Ah bon ? Il vous plait le drôle de zigotto Grasset, Papimam ? Moi pas. Pas du tout même. Pas plus avec sa caution « Debrayhyène ». Il est grave touché le Philou…
        Contreinfo, ça suffit bien.

      2. @vigneron
        Grasset ne me plait pas particulièrement, je manque de « culture » profonde pour pouvoir le juger avec certitude mais il traite des sujets de fond et pose des questions (et donne des réponses) sur des thèmes historiques essentiels comme les conflits européens et mondiaux.
        Le site fournit aussi des infos géopolitiques variées, un complément utile à celles du Diplo.
        Plus tard je lirais peut être ses bouquins, si vous avez mieux, je suis preneur.

      3. Les délires géo-stratégico-téléologiques et « théopolitiques » de de defensa constituent de la pure propagande anti-américaine d’extréme-droite du plus bas étage, issue des derniers sous-sols des nostalgiques de la « Grande Europe », et pas celle de Napoléon, si vous voyez ce que je veux dire…
        Une rapide web-recherche sur le gus vous ouvrira rapidement les mirettes.
        Un seul exemple. Vous n’êtes pas parisien je présume, mais si vous l’étiez, écouteriez-vous Radio-Courtoisie ? Si oui, et bien vous pouvez lire Grasset sans états d’âme, il y a son nid toujours tiéde. Sinon, à vous de juger…

      4. Les analyses géo-politiques qu’on peut lire sur Dedefensa sont intéressantes car elles se fondent sur des articles qui sont cités et commentés. Mais tout est rapporté à la communication et ses effets virtuels. D’ailleurs Grasset ne manque pas de répéter dans ses articles que ce n’est pas son propos que de porter un jugement sur tel ou tel mouvement, chaque évolution, mouvement politique, ne devant avoir de signification que rapporté à la fin dernière qu’est l’effondrement du système.
        Ainsi sa vision eschatologique du monde fait du virtuel a la fois le symptôme et le remède de la crise. Grasset c’est un peu l’alliage improbable de la pensée Baudrillard et post moderne avec le spiritualisme transcendant de l’Histoire.
        En dehors de l’effondrement du système du déchaînement de la matière et la révélation (il utilise ce terme) qu’il implique, il n’est proposé aucune perspective en termes politiques et institutionnels. Grasset reconnaît lui-même qu’il n’a pas grande culture philosophique, qu’il fonde le cœur de son analyse sur une « grande intuition ». Sous ses abords très critiques d’une situation actuelle les enjeux ne sont pas posés en termes de problématique, d’où le sentiment de se trouver en face d’un discours somme toute très idéologique, malgré la pertinence de certaines analyses. Je dois ajouter tout de même que d’autres intervenants, notamment Jean-Paul Baquiast (dont l’approche est celle de l’épistémologie des sciences) apportent un contrepoint critique au virtualisme eschatologique transcendantal de Philippe Grasset.

      5. Pour être tout à fait exact, sous la plume de Philippe Grasset il s’agit de « haute intuition » et non pas de « grande intuition » comme je l’ai écrit par erreur.

        J’en profite pour ajouter que je n’ai rien contre l’intuition, même concernant une transformation globale. Ce qui me paraît contestable c’est qu’en l’occurrence cette « haute intuition » y est élevée au rang de catégorie métaphysique, faisant alors l’économie de toute objectivation des phénomènes sociaux. Une vision univoque et transcendantale de l’histoire n’est pas compatible, sur le plan du concept, avec une perspective pleinement démocratique, par essence conflictuelle et dialogique.

      6. @papimam

        grasset fonde ses réflexions il me semble sur un postulat de départ assez simple: l’europe, telle qu’aujourd’hui, n’a aucune volonté de puissance et d’affirmation géopolitique. ce qui coûte cher économiquement mais aussi culturellement, voir psychologiquement. il faut observer le cynisme tendance schizoïde de ceux qui déplorent tous les jours la mort clinique de la grande culture européenne, tout en (s’)imposant une flagellation mémorielle constante et générale à l’ensemble du continent. flagellation imputable à une forme de mauvaise conscience, celle-là même que rumine ceux qui ont vendu le pays en 1940. sauf que là nous approchons les sujets fâcheux.

        c’est la raison pour laquelle grasset ne voit pas d’un si mauvais œil le retour d’une russie forte et désoviétisée sur la scène internationale: le peuple russe fut le réel artisan, aux mains moyennement propres, de la défaite de l’allemagne en 1945 lors de ‘la grande guerre patriotique’ que les russes fêtent le 9 mai: 80% des pertes allemandes sur le front est. il peut donc revendiquer la moitié de la vérité historique pour ainsi dire.

        alors grasset a ces penchants c’est vrai… mais qui n’en a pas… notamment une forme d’antiaméricanisme, qu’il faut plutôt associer à une certaine idée de l’amérique, d’après lui yankee façon sherman, qu’à un rejet primaire de la culture américaine. c’est ce qui gène quelque intervenant sur ce blog: l’idée que l’amérique se fait d’elle-même, soit l’amérique dominée par la côte new-yorkaise, est en train de bouger et risque bel et bien d’emporter avec elle toute une forme de propagande culpabilisante et infantilisante pour l’ensemble des européens. culpabilité déresponsabilisante à tout point de vue, mais aussi handicapante économiquement, fondement d’une soumission politique, et militaire, un peu comme l’europe de l’est fut soumise par les soviétiques.

        dans ce sens grasset avance qu’il n’est pas logique de regarder ébahi l’allemagne ou la chine pour leur puissance économique, quand l’on possède un c.m.i à faire baver russes et chinois, mais totalement à charge si l’on considère la non-vente de porte-hélicoptère, de rafale, d’airbus… il engage à se souvenir de l’histoire dans son ensemble, grande et petite, sans quoi le continent file droit vers la folie collective, voir le suicide. et il le fait en sachant sûrement que beaucoup seront prompt à le labelliser ‘extrême-droite’. on se demande d’ailleurs de plus en plus pourquoi.

        cdt

      7. @méthode

        Bla bla bla bla. Dis moi. Un mec qui est repris systématiquement par des sites comme Français de souche ou Vieille Europe, qui est un habitué de Radio Courtoisie, qui soutient ouvertement la Marine qui reprend intégralement les grands thémes de ses « visions » géo-stratégique et son « ambition » française, t’appelles ça comment ?
        Ah oui ! bien sûr ! un « esprit libre », opposé au « Système », aux « salonnards » de la bien pensance – de gauche et munichoise bien sûr , un grand « résistant de demain », un visionnaire seul face aux aveugles et au politiquement correct qui submerge la liberté et le génie de l’occident (le génie français évidemment…) ! Suis-je bête ! Ma naïveté me perdra…

        http://www.dedefensa.org/forum-2012_en_france_ou_la_mesure_de_l_enjeu_23_04_2011.html

      8. vigneron,

        bien je n’ai pas écrit qu’il n’appartenait pas à une droite à mon goût rancie, souverainiste si charité bien ordonnée commence un minimum par soi-même pour pas mal de gens… simplement que ces penchants ne pouvaient discréditer l’ensemble de son boulot d’analyse, conséquent, depuis 1985.

        qu’il devient un peu trop simple de jeter systématiquement le bébé avec l’eau du bain, ce qui cache mal la faiblesse argumentaire de ceux qui tremblent dans leurs pantalons de voir une europe unifiée prendre son envol (blablabla)

        quand à marine, je lui préfère eva l’ai déjà dit maintes fois son style grand-mère norvégienne fait des ravages je trouve et ‘elle en a’, depuis nicolas et compagnie il faudrait peut-être apprendre à balayer devant sa porte à gôooooche et tenter de piger ce qui fait recette à droâaaaate (apparemment c’est les porsche à solferino).

        alors c’est certain grasset a ses penchants… mais qui n’en a pas… certains jours ces jérémiades me soûlent, et d’autres où ces analyses m’éclairent. et puis entre historiens non-assermentés, il y a forcément un peu de respect (léger). j’aime beaucoup madame lacroix-riz aussi.

        vàla

      9. dans ce sens grasset avance qu’il n’est pas logique de regarder ébahi l’allemagne ou la chine pour leur puissance économique, quand l’on possède un c.m.i à faire baver russes et chinois, mais totalement à charge si l’on considère la non-vente de porte-hélicoptère, de rafale, d’airbus…

        et ça vigneron v’s en pensez quelqu’chose…?

        ah ouais, le péril jaune… après le brun, le rouge, le vert.

      10. En tous cas merci à tous pour vos éclaircissements.
        Il y a une année je m’étais fourvoyé sur le site « mondialisation » et après une petite enquête sur le net je ne le consulte pratiquement plus.
        Je vais donc suivre les conseils de Vigneron et m’enquérir sur l’animateur du site DeDefensa et lirais ses articles sous un autre jour.
        Il y a aussi le blog de Jean-Dominique Merchet hébergé depuis peu chez Marianne après Libé.
        http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/

  18. La question : allons nous connaitre le destin des grecs?
    Dettes extérieures en Md$: Grece-France-Allemagne-Espagne-Irelande-
    522 5021 5208 2409 2386
    Populations en millions 11 63 81 46 4,4
    Dette/habitant 47 79 64 52 542

    Source Banque mondiale 2009
    Pourquoi méfiance sur la Grêce ? Uniquement car elle fait l’objet de spéculations sur un défaut , il est même à parier que les grecs spéculateurs en sont les organisateurs avec d’autres banques extérieures comme Goldman. Le Grec étant intelligent a envoyé son argent à l’extérieur , il n’est pas d’accord pour payer. Donc le pays grec est un bon choix pour spéculer.

      1. la cellule Tracfin en France est censée pouvoir identifier tout echange superieur à 20 000 euros , je crois qu’ils sont moins d’une cinquantaine à bosser dedans , intercepter des echanges frauduleux entre transnationales releve de la gageure la plus complete …

      2. @pseudo cyclique

        Tracfin est fait pour les « petits » fraudeurs et suit les recommandations du Gafi concernant le blanchiment d’argent de mafieux à col bleu ou de barbus subversifs.
        C’est votre propre banquier qui lui transmet les infos des mouvements considérés suspects (espèces), inhabituels ou dont il ne peut vérifier le « bien fondé » de la destination ou de la provenance.
        Tout comme pour le lien que je vous fournis, la cible est la même, cela sent l’imposition et la taxation des masses à venir quand on en prévoit le recouvrement, le gel des avoirs était plutôt appliqué aux politiques et dictateurs auparavant, quand les pouvoirs vous octroient une considération pareille, c’est pas pour vos beaux yeux, mais pour votre argent si vous oubliez de leur donner.

        Il est tout à fait possible de retracer des flux internationaux, même si c’est compliqué je vous l’accorde, c’est une question de volonté politique, mais la règle du jeu est autre, personne ne veut supprimer les paradis fiscaux où se perdent les pistes, car l’argent sale fait partie intégrante de ce système et est recyclé industriellement.
        Il n’y a donc pas de gageure, il y a la traçabilité possible et l’absence de volonté, c’est comme la comptabilité internationale, les normes peuvent être changées selon le besoin, pour la circulation des capitaux aussi. Pour les trafics sales, des puces sur les billets sont une solution encore dédaignée pour enrayer les volumes, un comble pour Big Brother toujours à la pointe de la technique!

        Techniquement tout est possible, le terme gageure est par conséquent inexact, d’autant que ce n’est qu’un semblant d’impossibilité dans le propre sens de sa définition. 🙂

      3. Tant qu’elles n’auront pas été expropriées, les multinationales feront tous les transferts frauduleux qui leur chantent, par la technique déjà exposée par plusieurs d’entre nous dite des « transferts de prix ».
        Tous les projets de contrôle et de régulation agités depuis toujours ne servent qu’à ballader et retarder le moment d’un soulèvement pour mettre l’économie au service de nos besoins, et non du profit.

    1. Si l’on poursuit la démarche intellectuelle , on doit affirmer qu’il y à collusion interne au pays , banques,politiques,lobby , pour présenter la possible faillite grecque.
      Le simple fait d’accepter pour un homme politique des taux d’intérêt à + 20 % est un CRIME.
      Les voyages autour du monde du 1° ministre en quête d’argent sont autant de drapeaux plantés , regardez la grêce , nous sommes en faillite.
      A partir de là que croire……..Les chiffres , que les chiffres , rien que les chiffres.
      Et envoyer les ministres grecs à l’échafaud.

      1. @bertrand

        Le simple fait d’accepter pour un homme politique des taux d’intérêt à + 20 % est un CRIME.

        Si vous voulez parler du taux d’usure sur les prêts conso payé par ses concitoyens, ok. Par contre, dites vous bien que la Grèce ne paye pas, n’a aucune intention de payer, ne peut pas payer et ne payera pas des intérêts à 20% et plus sur ses dettes publiques.
        C’est juste des taux de marché, des rendements, des yields, indicateurs de la valeur estimée sur le second marché des titres grecs compte tenu des risques, au même titre que le niveau atteint par les primes de CDS. La Grèce ne paye pas du tout ces taux là sur ses dettes en cours et n’émet plus de titres. C’est bien le problème d’ailleurs. La Grèce n’a plus d’accès possible au marché.

      2. Ce qui serait mieux , c’est que les marchés n’aient plus d’accès possible à la Grèce et aux finances des Etats en général…

  19. La dette exterieure des pays riches en dollars,chiffres deuxieme trimestre 2009 publier sur le site de la banque mondiale

    Allemagne 5208 milliards
    Australie 891 milliards
    Autriche 832 milliards
    Belgique 1271 milliards
    Canada 833 milliards
    Danemark 607 milliards
    Espagne 2409 milliards
    Finlande 365 milliards
    France 5021 milliards
    Grece 552 milliards
    Ireland 2386 milliards
    Italie 2567 milliards
    Pays bas 2452 milliards
    Norvege 548 milliards
    Portugal 507 milliards
    Russie 475 milliards
    Suede 669 milliards
    Suisse 1338 milliards
    UK 9087 milliards
    USa 13454 milliards

    1. @Bertrand

      On s’en contrebalance des dettes brutes mon bon. On les connait par coeur ces chiffres de 2009. Ils sont partout et ne signifient rien. Sauf à aller s’imaginer que les suisses ou les hollandais sont les plus malheureux zendettés du monde envers l’étranger ou les ricains deux fois moins endettés que les gaulo-rentiers et trois fois moins que les rosbeefs ! Ce qui compte c’est la dette nette ! Et pour faire une étude comparée, une dette nette per capita. Capito ?

      1. Eh marchand de pinard je ne vous insulte pas , alors un ton en dessous , mon bon.
        Vous n’avez qu’à la faire vous l’étude comparée per capita au lieu de gueuler après les autres.
        AH mais quand même.

  20. à se demander si les économistes et les politiques ne sont pas tombés sur la tête.
    les plans pour diminuer les déficits sont par essence voués à l’échec comme le dit Stiglitz, puisqu’ils font baisser le pouvoir d’achat de la population.
    Les banques grecques sont exangues car la confiance en elles est absente; les agences les dégradent.
    Ces banques détiennent une forte partie de ka dette grecque, ainis la solution logique et de bon sens serait :
    la nationalisation de la branche économique et industrielle des banques, (quant à la partie « banque d’affaire » qu’elle se débrouille).
    Ces nationalisations entraineraient une baisse immédiate du déficit grec, par annulation de la dette, (l’Etat ne peut se devoir d’argent à lui-même).
    toute autre solution est monstrueuse et ne consiste qu’à désespérer et à affaiblir un peuple dont l’histoire montre qu’il n’a pas été épargné.
    La BCE et le FMI se comportent commes des vampires pour faire plaisir aux actionnaires de la FED..!
    Ne vous y trompez pas, notre tour n’est pas très loin sur la liste…!
    l’oligarchie financière a bien « ficelé » (avec la complicité des leaders politiques) sa stratégie afin de réaliser sont objectif : obtenir la révision du système monétaire international selon SA conception..!
    elle fait en sorte que la situation se dégrade progressivement partout…crise = devant nous !

  21. pendant qu’au procès clearstream s’agitent les coulisses, modus vivendi pour les paradis fiscaux, centres financiers offshore (CFO) ingénierie financière & désignés par le Centre d’analyse stratégique (CAS) sous le terme de

    « paradis prudentiels »

    http://lexpansion.lexpress.fr/economie/ces-paradis-fiscaux-qui-menacent-le-monde_255283.html
    http://lexpansion.lexpress.fr/economie/les-paradis-fiscaux-qui-trichent-encore_214084.html?p=1

    http://alternatives-economiques.fr/blogs/chavagneux/2011/05/05/paradis-fiscaux-comment-la-suisse-et-l%E2%80%99angleterre-sabotent-les-efforts-du-g20/#more-178

  22. Une info que je trouve très importante :

    Mercredi 11 mai 2011 :

    ALERTE – Le Danemark rétablit des contrôles à ses frontières intra-Union Européenne.

    Le Danemark va rétablir des contrôles douaniers à ses frontières intra-européennes avec l’Allemagne et la Suède, a annoncé mercredi le ministre danois des Finances, Claus Hjort Frederiksen, à la suite d’un accord politique entre le gouvernement et l’extrême-droite.

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___Le_Danemark_retablit_des_controles_a_ses_frontieres_intra_UE_110520111605.asp

    1. Encore une avancée de l’extrême-droite…

      Tiens, BA, puisque nous en discutons. Chavez a non seulement critiqué le colonialisme européen en le comparant à la pensée napoléonienne, mais en plus, a bien expliqué que les naissances de dictateurs étaient bien le fait du capitalisme.

      L’argent n’est pas le nerf de la guerre et de la haine pour rien…

      1. @ Yvan

        Chavez est un démagogue dangereux. Il finance et protège les assassins de l’E.T.A. C’est un ami de Khadafi et de Ahmadinejad.

  23. Henry Miller estimait que la Grèce est plus grande que les Etats-Unis… la Grèce est partout…

    Lorsqu’un grec s’en va, il laisse un vide. Lorsqu’un américain s’en va, il laisse un tas de détritus…

    Je viens de le lire mais j’ai perdu la page. Cauchemar climatisé ou Colosse de Maroussi.

    Il est étonnant de voir que certains détestent cette société capitaliste depuis des lustres alors que je répète, nous étions bien content en France, alors que nous étions les gagnants de la guerre économique il n’y a pas si longtemps. C’est seulement maintenant qu’on pleure et que les règles du jeu ne nous plaisent plus.

  24. Vigneron :
    « …la Grèce ne paye pas, n’a aucune intention de payer, ne peut pas payer et ne payera pas des intérêts à 20% et plus sur ses dettes publiques.
    C’est juste des taux de marché, des rendements, des yields, indicateurs de la valeur estimée sur le second marché des titres grecs compte tenu des risques, au même titre que le niveau atteint par les primes de CDS. La Grèce ne paye pas du tout ces taux là sur ses dettes en cours et n’émet plus de titres. C’est bien le problème d’ailleurs. La Grèce n’a plus d’accès possible au marché. »
    yields, second marché, niveau des primes CDS, quelques explications basiques seraient bienvenues pour les béotiens, si vous n’êtes pas trop pris dans la vigne…merci

  25. Pourquoi dit-on que le défaut de paiement de la Grèce signifierait la fin de l’Euro ?

    Si une énorme société privée, BP par exemple, ou Siemens, faisait faillite cela provoquerait une perturbation plus grande sur les marchés.

    Il n’y a pas de lien autre que psychologique entre la « faillite » d’un État et une remise ne cause de la monnaie commune……Ne brandit on pas cette menace d’éclatement de l’euro pour faire peur et faire ainsi croire qu’on n’en viendra jamais à une restructuration de dette souveraine ?

    Un indice de plus qu’il s’agit de politique, pas d’économie.

    1. Sauf que ces politicards ont eu la main sur la dépense , les normes européennes et on engagé la mondialisation , le crédit mondial , la désindustrialisation.
      Par ce fait leur idéologie s’écroule en mêle temps que leur systeme économique.
      Et voici comment nous pourrions avoir la guerre civile entre pays de l’europe.
      Car les grecs attaqués , les autres pays euro vont à un moment dire stop on ne paie pas.
      Et c’est la guerre….la guerre je vous dis……………la guerre comme en 39………….tous les ingrédients sont là.

    2. la « faillite » d’un État et une remise ne cause de la monnaie commune

      Alain M-B

      vous dites encore monnaie commune …quelle différence avec cet hypothétique « bancor » ?
      l’euro serait-il du bancor sans le savoir ?
      si l’euro est déjà du bancor, en quoi est-il ( le bancor ) une (re)-trouvaille esmerveillante ? qui va tout nous remettre le monde en ordre fissa ??
      bancor-route pour bancor-route, cela vaut-il de changer de nom …( le re-branding, z’en avons déjà entendu parler dans les multinationales : ça coûte trés cher, et ça sert à ren !)

      si c’est pour nous aligner ( par le bas) comme à la parade, c’est-y la peine ? c’est déjà en cours!
      post-scriptum (embêtant PS, ça le fait pas):
      l’alignement, j’ai horreur ! ça doit venir du nord, ce truc là …
      j’y peux rien, c’est comme ça.

  26. qui en est venu à mettre en cause à l’occasion d’une conférence à Florence « certains gros investisseurs qui se sont assurés contre ce risque » et qui poussent au crime en pratiquant « une incitation perverse »… On finira par tout savoir du comportement des mégabanques et comprendre pourquoi elles font preuve de sérénité.

    Vous n’avez pas attendus tout ce temps pour comprendre cela.

    A quoi croyez vous que sert le temps que mettent tout nos politiques à ne pas prendre de décisions?

    Laissons le temps au temps, cela permet à certaines poches de surgonfler (on ne peut plus dire se remplir, elles sont déjà gaver), maintenant on atteint la gonfrerie!

  27. LES CHARS GRECS SONT ENTRES DANS BRUXELLES !!!!!!!!!
    j’entends les bombes , les snipers , barrosot s’est enfui en hélico , tous les planqués de l’europe sont en planque…..OLALA CA VA MAL.

    1. Bruxelles, ma belle, je te rejoins bientôt
      Aussitôt que Paris m’ait trahi
      Et je sens que son amour aigri, depuis
      Elle me soupçonne d’être avec toi, le soir
      Je reconnais, c’est vrai
      Tous les soirs, dans ma tête
      C’est la fête des anciens combattants
      D’une guerre qui est toujours à faire

      Dick Annegarn, Bruxelles, 1974.

    2. barrosot s’est enfui en hélico

      J’ai ri . c’était nerveux. =) enfin, je pense que le penta-gone with the wind lui trouvera un petit placard …bien obéissant cet homme là !

  28. A mon avis la Grèce ne remboursera jamais rien.

    Tout le monde le sait. Mais on gagne du temps pour que les banques aient le temps de transférer leurs actifs pourris à la BCE, donc aux contribuables européens.

    S’assoir sur le prêt du FMI ca sera une autre histoire.

    1. @pablo

      Délivre moi d’un doute affreux qui m’oppresse et meurtrit mon âme française…
      Notre France chérie se serait-elle avilie au rang infâme du Venezuela de Chavez ?
      Passeque les gars d’ÉTA, dont ce procureur espagnol a accusé le Venez d’avoir été un lieu d’entraînement, il me semble bien qu’ils s’étaient aussi entraînés en France, non ?
      Et puis ce bon vieux colonel libyen, il me semble bien aussi qu’il n’avait pas été récemment reçu comme un malpropre ou un ennemi de la France, non ?
      D’ailleurs, les 10 gros bateaux de pêche au thon rouge bloqués dans le port de Sète et qui ne pourront pas démarrer la saison dimanche 15 mai. battant pavillon libyen.. Ces bateaux détenteurs de 1000 tonnes de quota sur les 12 000 autorisés par l’organisme international de protection du thon rouge, ces bateaux qui emploient 100 pêcheurs sètois et sont gérés par la mafia de la pêche sètoise, ces bateaux dont le propriétaire serait un fils du colonelissime honni, ils sont bien dans un port français, non ? Ils sont pas à Caracas, non ?
      Je suis surement pas un inconditionnel de Chavez, mais pour la stigmatisation systématique du Satan de Caracas, on a déjà Adler et pas mal d’autres. Pas besoin, en plus, des révélations « exclusives » de notre espagnol germanopratin préféré.

      1. @ Vigneron
        La France, jusqu’au moment où Felipe González a convaincu son ami Mitterrand que les gens d’ETA étaient des assassins qui n’avaient rien à cirer de la démocratie et de l’opinion de 90 % des Basques, s’est comporté, comme à son habitude, comme le pays très cynique qu’il a toujours été. Personne a oublié en Espagne l’aide à l’ETA de la France après l’instauration de la démocratie en Espagne, ni les insultes au Roi que Mitterrand a écrit dans un de ses livres après la mort de Franco, ni l’attitude de Chirac contre l’entrée de l’Espagne dans le Marché Commun. La France donne de leçons de moral à tout le monde, mais ne trompe plus personne. Les Français n’ont toujours pas compris qu’ils sont détestés partout, y compris en Espagne.

        Quant à Chávez, ce que j’en lis dans la presse espagnole de gauche (El País o Público) n’a rien à voir avec ce que je lis dans celle d’ici (en Espagne personne défend Chávez). Il est vrai que les Français n’ont jamais rien compris à l’Amérique du Sud. Et qu’ils se sont toujours trompé sur les dictateurs de tout poil (je m’abstiendrai de te faire une liste de tous les dictateurs soi-disant « de gauche » que la Gauche caviar française a aimé à la folie depuis 60 ans au moins).

        P.S. C’est qui ce Renou qui m’a l’air si imprudent ou si masochiste?

    2. Le prochain sur la liste ne sera donc pas la France, deux fois plus endettée que l’Espagne sans avoir pour autant deux fois plus d’habitants ? La possession de l’arme nucléaire nous vaudrait-elle donc une certaine indulgence, comme celle qui dispense le puissant escroc en milliards de la détention préventive à laquelle on soumet le petit voleur de pommes ?

  29. Monsieur Fillon viens de dire que la crise est passée (Il ne doit pas beaucoup se renseigner et avec son haut salaire il ne voit pas la montée des prix) et que la croissance revient, elle passe de 0,6% a 0,8% (mais il oublie de dire que par la suite ça va repartir à la baisse) ! Ah qu’elle comique ce monsieur Fillon et ses amis..

    1. J’espère que les Français se souviendront de ses paroles quand arrivera la fin de l’Union Européenne et certainement la mise en place des dictatures qui vont fleurir à cause du repli des pays avec la montée des extrêmes droites et la crise économique et énergétique..

      1. Vous allez me dire que je suis pessimiste.. mais d’après vous, le semblant de démocratie qu’il y a encore de nos jours, arrivera t’elles à passer le choc de la crise économique (Dont le plus gros ne fait que commencer), énergétique (Avec un pétrole de plus en plus chers), climatique etc.. ? Moi j’ai de sérieux doutes en tout cas.

  30. Je suis peut-être hors sujet mais, dans le fond, je m’en fiche.
    Mais si la réalité est une invention, comment peut-on demander du réalisme ?
    Si la réalité est une invention, comment peut-on reprocher à nos autorités de ne rien faire ? Dans leur réalité, ils agissent.
    Si la réalité est une invention, au nom de quoi peut on dire à nos autorités de s’occuper des problèmes actuels ? Ils sont notre réalité selon le logiciel bruxellois. Alors nous leur demandons de changer la réalité ou de changer de réalité. Pour eux cela n’a aucun sens. Ils pourraient même nous demander un minimum de réalisme. Dans leur logiciel, cette demande est sensée.
    Si la réalité est une invention, l’économie ne peut pas être une science. Ou alors la science n’est qu’une fable collée sur une invention.
    Si la réalité est une invention, elle existe. Mais il peut en avoir plusieurs en circulation. Cette multiplicité vide de toute valeur les différentes réalités. Il ne reste que les affrontements pour résoudre les contradictions.
    Si la réalité est une invention, il suffit d’en inventer une autre qui nous convient mieux. Ce blog peut devenir le lieu d’invention d’une nouvelle réalité. Mais je ne vois pas du tout pourquoi cette nouvelle réalité n’irait pas rejoindre celle de nos élites dans les poubelles de l’histoire.
    Si la réalité est une invention, je ne vois pas pourquoi nous serions d’accord entre nous sur la nature de cette nouvelle réalité. Bonjour le conflit ! Pour mesurer sa violence, je pense qu’il faut aller du côté des guerres de religions. Si la réalité est une invention, je ne vois aucun autre chemin pour nous mettre d’accords.
    Si la réalité est une invention, pourquoi est-ce que je suis réel ? Je peux en douter.
    Si la réalité est une invention, la science est une illusion.

    Il y a cette histoire du doigt et de la lune. C’est quelque chose comme :
    « Quand un homme montre du doigt la lune, le fou regarde le doigt et le sage la lune ».

    Je pense que les mots humains sont des inventions. Ils servent à montrer la réalité comme le doigt montre la lune. Grâce aux mots, on peut voir la lune. Après, on peut voir autre chose que ce qui est dans les mots. Sinon, nous sommes le fou de l’histoire. Après, on peut également utiliser le mot lune à bon escient pour donner à un autre les moyens de la voir.

    Comme je ne peux pas voir tout ce que mes connaissances me permettrait de découvrir, je décide de faire confiance ou pas à mes informateurs. Je pense que cela est une façon de se construire une connaissance, un savoir. Je pense que cela peut aussi être une façon de se soumettre à des informateurs. On leur fait confiance. Les abus sont possibles. Les illusions sont également possibles. On peut imaginer avoir compris les informations reçues et savoir avec certitude que la terre est plate ou un truc analogue.

    Je m’arrête ici car tout cela n’a de sens que si la lune de l’histoire existe. Dans cette histoire, elle est hors des mots.

    Je rejette la vision du monde définie par nos économistes et nos financiers en position de force car ils posent que leur savoir est une science et la seule chose valable pour tenir notre société en un seul morceau. Je la rejette parce que ce n’est qu’un savoir, ce n’est qu’un ensemble de mots. je la rejette car c’est une invention. Je la rejette car elle ne montre même pas la lune.

    Pourtant, elle existe.

  31. POUR EN FINIR AVEC LA CRISE .
    Une crise c’est un truc qui gongle et qui dégonfle, un urticaire qui passe qd on arrete les fraises au médoc ……L’arnaque c’est d’appeler le désastre sociétal actuel une « crise » , ce qui de facto laisse croire a une « fin de crise » …nada , point de fin a celle ci , ou alors une faim …une crise sans fin , du style vis … l’usage abusif de ce terme permet de faire croire a un espoir , de lendemains qui chantent et meme (parait que ça marche !) de pretendre qu’une dictature provisoire pourra etre necessaire …. on est là ds la croyance , on garde les memes , on ne change pas une équipe qui perd … shoot again , it’s more fun to compeet !!!
    On n’a pas besoin de flics ou de curés , on a des économistes .

  32. une dictature provisoire pourra etre necessaire

    c’est « manque pas d’air » qui a dit ça pour la Grèce, sur France Cult.il y a un bail ….

    dictature provisoire

    = oxymore !=) ils nous prennent pour des billes !

    necessaire

    =) et puis quoi encore ! quelle honte ! et, on nous

    parlera de l’exemple des démocraties occidentales !!

    à vomir !

    1.  » Dictature provisoire », super oxymore . Imaginez un peu le dictateur qui vous dit : « maintenant que tout va bien, je m’en vais comme promis ! »

Les commentaires sont fermés.