FUKUSHIMA : premières leçons, par François Leclerc

Billet invité.

Une enquête du Wall Street Journal revient sur les événements intervenus au tout début de la catastrophe, les 11 et 12 mars derniers, et éclaire les circonstances dans lesquelles est intervenue l’explosion d’hydrogène qui a ravagé le bâtiment du réacteur n°1, projeté des débris radioactifs sur tout le site et lâché dans l’atmosphère une très importante contamination radioactive.

Il a été déjà largement noté que Tepco, l’opérateur privé, avait tardé à inonder d’eau de mer les réacteurs, solution de dernier ressort quand les systèmes de refroidissement ne fonctionnent plus. En le mettant sur le compte de sa volonté de ne pas irrémédiablement condamner les installations et de préserver son investissement financier.

L’enquête du journal fait apparaître que la décision de « purger » le réacteur de l’hydrogène qui s’y était accumulé suite à la surchauffe du combustible, en relâchant des gaz contaminés dans l’atmosphère, a été elle aussi tardive. La procédure japonaise en vigueur imposant de demander auparavant l’autorisation aux autorités, étant donné ses conséquences pour l’environnement. Le président de la compagnie devant préalablement être averti. Une chaîne de commandement qui n’existe pas aux Etats-Unis, les ingénieurs en salle de contrôle étant décisionnaires dans l’urgence.

L’explosion d’hydrogène qui est intervenue, les rejets ayant eu lieu environ une heure auparavant, ne serait pas sans relation avec ce délai. Compte non tenu de difficultés techniques à ouvrir manuellement les vannes, dans des conditions de pression anormales, et de la défaillance des instruments de mesure.

En effet, la procédure suivie par Tepco pose un autre problème, toujours selon le journal. Contrairement aux normes en vigueur aux Etats-Unis, qui imposent de procéder à de tels rejets de gaz contaminé avant que la pression interne à l’enceinte de confinement n’atteigne le maximum prévu par le constructeur (en l’occurrence General Electric), Tepco aurait laissé le niveau de celle-ci atteindre le double de ce maximum avant d’enclencher la procédure permettant de réduire la pression en relâchant les gaz contaminés.

Si cette analyse se révèle exacte, l’opérateur et les autorités japonaises portent la lourde responsabilité, en différant les rejets atmosphériques de gaz contaminé, d’avoir probablement contribué à l’explosion d’hydrogène qui en a relâché des quantités très supérieures.

Voir ici les dernières mises à jour à propos de la situation sur le site de la centrale.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

172 réflexions au sujet de « FUKUSHIMA : premières leçons, par François Leclerc »

      1. Excellent, merci.
        Cette vidéo ferait plaisir à une écolo de la première heure que j’ai eu le plaisir de rencontrer en rando ce samedi et qui me disait que le plus difficile est d’impliquer les gens qui en règle générale s’en foutent et hélas je confirme.

  1. La procédure japonaise en vigueur imposant de demander auparavant l’autorisation aux autorités, étant donné ses conséquences pour l’environnement. Le président de la compagnie devant préalablement être averti. Une chaîne de commandement qui n’existe pas aux Etats-Unis, les ingénieurs en salle de contrôle étant décisionnaires dans l’urgence.

    Si c’est vrai , c’est assez , je ne sais même pas comment le dire ….

    Le capitaine est le seul maître à bord après Dieu …. Ce n’est pourtant pas nouveau ..

  2. Ce qui cloue le bec aux anti-nucléaires, puisque la démonstration est faite que ce n’est pas la technologie du nucléaire qui est en cause dans cette catastrophe, mais bien l’erreur humaine par le non respect des procédures validées et en vigueur par le constructeur dans le cas d’accidents .
    Ce qui confirme bien le point du vue d’Allègre qui est celui d’un scientifique, dont je félicite au passage le rationalisme et le recule dans son analyse de cette catastrophe.
    Les pitreries et précipitations médiatiques seulement émotionnelles et non rigoureuses des écologistes de tout poils, en seront pour leurs frais !

    1. C’est bien connu, une mine antipersonnel n’a jamais fait par elle-même de mal à personne  !

      1. Oui, c’est erreur humaine par une construction archaïque à l’époque de la centrale en rapport avec les risques du nucléaire. La preuve est que c’est bien une erreur humaine puisqu’une telle catastrophe d’explosion n’est pas possible avec les nouvelles normes de constructions des centrales, et pourtant les réactions de fusions ou fissions sont et resteront les mêmes .

        1. … et les erreurs humaines ne font pas de morts. Ou bien si, mais c’est des morts qui ne comptent pas = ce sont des morts qu’on peut mettre au bilan de la nature humaine, et la nature humaine étant la nature, ce sont des morts naturelles. Donc on peut rien y faire. c.q.f.d.

      2. @bible Avec les nouvelles normes ..
        j’entends souvent ça , avec les nouvelles approches qui préconisent un refroidissement résiduel statique peut-être, mais ce n’est pas le cas je crois de l’EPR, qui d’ailleurs n’est pas encore en service …

      3. et vlan .vla mon adoré Mr P Jorion qui écrit…
        Paul Jorion dit :
        23 avril 2011 à 19:53

        … et les erreurs humaines ne font pas de morts.

        à votre santé,moi c’est Chimay capsule bleue hic..
        Une mine pour le/la foi?

      4. @ Bible
        Le nucléaire tout court est une erreur humaine.
        Le pape aussi est une erreur humaine.
        Allègre… c’est une erreur tout court

    2. Effectivement, bible : les centrales nucléaires ne sont pas dangereuses si elles sont gérées par une race d’extra-terrestres qui ne fait jamais d’erreur. Je suppose que c’est le cas pour les centrales françaises, donc nous n’aurons jamais d’erreur humaine et d’accident nucléaire en France… quel soulagement !

      1. Maintenant qu’on a interdit le vin rouge ches les crs il n’y aura jamais plus de bavures (bavures=erreurs humaines). Il faut interdire le vin rouge dans les centrales nucléaire pour améliorer la sécurité.

    3. @bible
      J’étais plutôt ‘agnostique’ en ce qui concerne le nucléaire. Pour Tchernobyl, OK j’avais accepté l’argument sur l’erreur humaine (pôvres soviets !). Après Fukushima je suis résolument devenu anti-nucléaire.
      Je crois que vous ne comprendrez jamais la faille de votre raisonnement mais je veux encore expliquer ma position. Oui: il y a erreurs humaines – et de plus bien liées à la cupidité capitaliste comme c’est bien expliqué – oui : on peut toujours imaginer de mettre encore et encore des sécurités (un mur de 25 m puisqu’il semble avéré que les tsunamis historiques ont été bien plus hauts que les 5,5 m du mur effectivement construit). Mais quand une erreur humaine (et qui peut prétendre par définition éviter une erreur humaine quand les humains s’activent?) survient avec de tels RISQUES et CONSÉQUENCES à un niveau mondial c’est tout simplement INACCEPTABLE. Vous ne pouvez nier que l’on envisage de construire là encore un sarcophage… que la zone est interdite etc….et aucun calcul économique d’investissement honnête ne tient.
      En fait il suffit de relire les points de vue de François et de Paul : même avec une probabilité hyperfaible (et là encore c’est généreux car le rythme c’est tous les 25 ans!) c’est complètement stupide et irresponsable quand le risque lui-même est si fort, si extraordinaire.
      Oui maintenant, j’ai compris et je combattrais cette énergie de m*** malgré ce type de propagande Allègre.

    4. Vous y étiez, bible ? :
      Aujourd’hui, dans les rues de Quimper, une dizaine de comédiens amateurs liront, aux halles Saint-François à 11h30 et place Médart à 15h, des textes de pro-nucléaires tels que NicolasSarkozy et Claude Allègre, qu’ils confronteront à des extraits du livre «La supplication», recueil de témoignages de contaminés de Tchernobyl.

    5. Je pense que Bible fait de la provoc ou du troisième degrès
      autrement …
      Les pitreries des écolos ne sont pas en mesure de mettre en danger la santé de millions de personnes, par contre les mensonges et les économies de bouts de chandelles des responsables des centrales nucléaires…
      L’erreur humaine est quotidienne, au niveau de la sécurité en france quand les responsables dans leurs argumentaires disent que les anciennes centrales sont mieux surveillées que les nouvelles ca veut dire qu’ils font le minimum pour les nouvelles , c’est difficile de mentir tout le temps sans se contredire.Si une procédure est sérieuse on ne peut pas faire mieux.

      1. Oui, c’est de la provoc…et Bilble savoure qu’il puisse produire autant d’effets.
        C’est comme les gamins qui jouent avec les allumettes : petites causes, grands effets : illusion de puissance.

      2. Tss tss

        Les pitreries des écolos ne sont pas en mesure de mettre en danger la santé de millions de personnes, par contre les mensonges et les économies de bouts de chandelles des responsables des centrales nucléaires…

        faites une petite enquête sur le DDT, l’arrêt de son usage, et la mortalité de la malaria.
        Y’ a du complexe et des objets hybrides un peu partout, les choses ne sont pas tranchées !
        Sinon, pour le nucléaire, j’ai des sentiments analogues à ceux de Tolosainen.
        Et c’est pas tant l’erreur humaine qui me préoccupe que la société humaine ou inhumaine-néolibérale, ou tout autre variante ;
        En réalité, dans les phases de progrès, un petit groupe de gens qui pratique la chose peuvent manipuler de grands risques sans trop se tromper techniquement. Mais dans un domaine donné, le progrès des acteurs n’est pas le progrès du front de la science.
        Quand Fermi (Enrico) et Szilard (Leo, dit l’emmerdeur) déposent en décembre 1944 un brevet (accessible dès 1946 donc) sur les réacteurs nucléaires, ils ont fait marché celui très faible de Chicago en 1942 (le premier) puis ont pris parts aux études de Los Alamos et la force des bombes A a été « maitrisée » par eux à l’époque, bien sur par l’exact étendue des dégats de la radioactivité, mais le deal en aout 1945 était entre 18 mois de guerre au corps à corps sur l’archipel et un arrêt « par le choc ».
        Si Fermi et Szilard avaient pu être dans chacun des réacteurs à travers le monde, des précautions auraient été prises dans la bonne mesure. L’accident de criticité de TokaiMura par exemple vient de gens qui avaient une ignorance crasse du sujet semble-t-il (dans les « bonnes » usines de choses très radioactive, on bannit purement et simplement tout récipient pouvant contenir la masse critique ou plus); à Fukushima, ils auraient demandé qu’une réserve d’eau de 48h soit là en permanence en hauteur « au cas où », sans doute.
        Ce qui est réaliste, c’est qu’on n’aura pas de Fermi et de Szilard partout, et que c’est ça qui compromet le gigantisme dans l’usage de l’énergie nucléaire, quelle que soit la qualité de la conception technique.

    6. A tout celà, et qui à cet égard sont contre tout progrès, lequel quelque soit son domaine de prédilection ne fait faiiite dans la majeur partie des cas qu’au travers d’un usage relatif à l’humain:

      – Conduire reste dangereux, jusqu’à plusieurs milliers de morts par an depuis des lustres. Les accidents mortels sont de la responsabilité des hommes (Alcool, excès de vitesse .. ) et pas un défaut du véhicule
      – Fumer est la cause de millions de fumeurs tous les ans, ce n’est pas la cigarette qui tue mais bien l’excès de trop fumer qui tue. Les fumeurs modérés sont peu menacés
      – Quand nous aurons , dans quelques années, constaté les dégâts physiologiques dus aux téléphones portables, les mêmes accuseront sans doute la technologie et constructeurs, alors qu’encore une fois c’est son addiction qui en sera la cause et non sa technologie.

      Dans quel monde voulez-vous vivre, dans un monde sans technologique avec l’utopie d’un risque nul ? Ce risque est l’humain qui n’est pas à la hauteur de sa technologie, et non le con traire..

      1. Et oui l’humain n’est pas a la hauteur et quand on sait ca et bien l’humain dans un dernier éclair de lucidité doit s’interdir certaines choses comme le nucléaire.
        Ami bible évite de dire que les fumeurs modérés sont peu menacés
        ca dépend en grande partie de la génétique, certains gros fumeurs ne seront jamais malades d’autres petits fumeurs feront un cancer très vite.
        Oui ce n’est pas la technologie qui est en cause ce sont les erreurs humaines, les fuites radioactives, les manquements aux procédures, les dechets radioctifs, il y a pleins de problème avec le nucléaire y compris une opacité, pas de controles vraiment indépendants,
        aucun comptes a rendre sauf quand ils ont pas le choix…
        Il ne faut pas utiliser toutes les technologies sous prétexte qu’elles existent casser des atomes pour faire de la chaleur c’est clairement barbare j’appelle de mes voeux un moratoire sur les atomes ils font partie du patrimoine de l’humanité, casser des atomes et polluer le monde entier ca relève plus de la bêtise que du progrès à mon sens.

      2. @ bible :

        Pauvre idiot de mec !! vous pensez surement etre malin, armé de vos sophismes a la noix et de vos arguments specieux a deux balles !!
        Pour votre gouverne sachez par exemple que le probleme des telehones portables n’est pas seulement du a une addiction des usagers (bien que ca en fasse partie), mais fondamentalement a une pollution electromagnetique que nous subissons plus ou moins tous, qu’on le veuille ou non.
        Quand au probleme du nucleaire, on s’evertue a vous dire en long en large et en travers sur ce blog que les accidents de voiture ou d’avion ne sont absolument pas comparables aux accidents nucleaires, vous devez etre bouché a l’émeri !!

      3. @ Bible
        « Payé non, mais répondre au dernier des rouges est un plaisir …. »
        Eh bé… Du Berlusconi dans le texte, non ?

      4. bible dit :
        23 avril 2011 à 19:36
        A tout celà, et qui à cet égard sont contre tout progrès, lequel quelque soit son domaine de prédilection ne fait faiiite dans la majeur partie des cas qu’au travers d’un usage relatif à l’humain:
        – Conduire reste dangereux, jusqu’à plusieurs milliers de morts par an depuis des lustres. Les accidents mortels sont de la responsabilité des hommes (Alcool, excès de vitesse .. ) et pas un défaut du véhicule
        – Fumer est la cause de millions de fumeurs tous les ans, ce n’est pas la cigarette qui tue mais bien l’excès de trop fumer qui tue. Les fumeurs modérés sont peu menacés
        – Quand nous aurons , dans quelques années, constaté les dégâts physiologiques dus aux téléphones portables, les mêmes accuseront sans doute la technologie et constructeurs, alors qu’encore une fois c’est son addiction qui en sera la cause et non sa technologie.
        Dans quel monde voulez-vous vivre, dans un monde sans technologique avec l’utopie d’un risque nul ? Ce risque est l’humain qui n’est pas à la hauteur de sa technologie, et non le con traire.. »

        Fukushima est une prise de conscience
        J’habite Chinon, le pays de Rabelais, j’ai dans ma pharmacie :une petite boite :
        Iodure de potassium

        je lis : pharmacie centrale des armées
        65 mg comprimé sécable + Mention manuscrite du pharmacien : 2 par adulte –1 par enfant 11 ans
        Pharmacie centrale des armées donc…
        En cas d’accident nucléaire
        Dès l’alerte il faut :
        Rentrer chez soi ou rester à l’intérieur d’un bâtiment
        Ecouter la radio et suivre les consignes du préfet
        Garder les comprimer d’iodes à portée de la main : le préfet peut vous demander d’en absorber (sic)
        En cas d’accident nucléaire des rejets d’iode radioactif dans l’air peuvent se produire.
        L’iode radioactif porte atteinte à la population en particulier des plus jeunes.
        Des comprimés d’iode stable (iodure de potassium) protègent la glande thyroïde contre les effets de l’iode radioactif.
        Les comprimés d’iodes sont efficaces pendant 24 h.
        Pour en savoir plus :
        http://www.asn.fr

        suit l’information suivante :

        La centrale de Chinon épinglée
        L’autorité de sûreté nucléaire a dénoncé mardi à Orléans une rigueur d’exploitation « insuffisante » à la centrale de Chinon (Indre-et-Loire) et demandé à EDF de prendre « des mesures fortes » pour corriger les dysfonctionnements.
        ORLEANS – L’autorité de sûreté nucléaire a dénoncé mardi à Orléans une rigueur d’exploitation « insuffisante » à la centrale de Chinon (Indre-et-Loire) et demandé à EDF de prendre « des mesures fortes » pour corriger les dysfonctionnements.
        Lors de la présentation du bilan 2010 de la sécurité nucléaire en région Centre, l’ASN a dénombré 58 événements significatifs dans le domaine de l’exploitation des centrales, un chiffre jugé « très élevé » par rapport à la moyenne des centrales française.
        L’autorité relève également « deux événements significatifs d’exposition anormale aux rayonnements ionisants », survenus en avril et août 2010. Des prestataires d’EDF avaient ramassé des pièces métalliques fortement irradiées et absorbé une dose de radiations supérieure à la normale.
        « La situation technique de Chinon, qui compte quatre réacteurs de 900 MW, en fait l’une des centrales les plus mal gérées du parc EDF », a résumé Nicolas Forray, délégué territorial de l’ASN pour les régions Centre et Limousin. « Les événements du Japon montrent qu’une centrale est une usine très particulière. On ne peut pas ignorer les bonnes règles de conduite », a-t-il dit
        En conséquence, l’ASN a demandé à EDF d’élaborer un plan d’action dont la mise en oeuvre a débuté fin 2010. « Il nous semble percevoir des améliorations mais il faudra plusieurs années pour revenir dans la moyenne du parc », a ajouté Nicolas Forray.
        Les résultats des trois autres centrales nucléaires de la région – Belleville-sur-Loire (Cher), Dampierre-en-Burly (Loiret) et Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher) – sont en revanche jugés « dans l’ensemble satisfaisants ».
        L’ASN note toutefois que la surveillance des prestataires de maintenance est « insuffisante » et doit être « rapidement améliorée et renforcée ».
        Pour 2011, l’ASN annonce qu’elle va tirer les leçons de l’accident de Fukushima en étudiant des situations accidentelles extrêmes qui n’ont encore jamais été envisagées sur ces quatre centrales, toutes situées en bord de Loire. Elle suivra également de près la troisième visite décennale du réacteur n°1 à Dampierre-en-Burly.
        © 2011 AFP

        Au clair de la lune j’ai pété dans l’eau
        ça faisait des bulles c’était rigolo ?

        Lise

      5. @Bible « L’humain pas à la hauteur de sa techno »
        Comme le médiator, faut en prendre avec parcimonie, « les modérés sont peu menacés »

      6. Ce que « j’apprécie » sur ce blog, c’est cette faculté et surtout ce plaisir très français de destruction systématique et de critiques systématiques quelque soit le sujet … rien à en tirer décidément !

      7. rien à en tirer décidément !

        Parfait ! Donc vous savez désormais quoi faire, à défaut de quoi penser ou dire.
        Vous connaissez le chemin… Vous n’en voudrez à personne de ne pas vous raccompagner jusqu’à la sortie…

      8. @bible

        vous qui mettez en pseudo le titre d’un objet de croyance pur et dur, je vous demanderai de vous pencher un peu sur la notion de progrès avant de balancer le terme à tout bout de champ…

        qu’appelle t-on un progrès ? quelle est l’origine du terme ? le terme est il approprié ? sur quelle échelle de temps doit-on évaluer la notion du progrès ?

        ex : une étude à récemment mis en évidence que les moyennes de vitesse routière en ville aux usa ne sont pas supérieures à celles des siècles précédents où les gens se déplaçaient en charrettes et carrosses. donc on peut dire que le progrès automobile est négatif en terme de progrès dans le confort humain et l’amélioration des conditions de vie (pas plus rapide, et augmentation de la pollution, destruction de l’environnement, perte des rapports humains etc etc).

        comment dire que le nucléaire est un progrès s’il engendre la destruction de notre écosystème et la perte de millions voire de milliards de vies ?

        parlez d’évolution technologique, mais abandonnez le terme de progrès, cela sera plus juste.

      9. @bible le 23 avril 2011 à 19 h 51
        « (…) répondre au dernier des rouges est un plaisir … »
        Si par « rouge » vous évoquez Marx, à propos de Jorion, alors vous êtes daltonien.

    7. le point du vue d’Allègre qui est celui d’un scientifique, dont je félicite au passage le rationalisme et le recule dans son analyse de cette catastrophe.

      Le même Allègre idéologue de la religion productiviste qui a besoin de trafiquer les données pour démontrer que le réchauffement climatique n’est pas lié à l’activité humaine….
      Allègre scientifique…j’espère que c’est une blague allègre….

    8. @ bible

      Justement, on ne met pas dans des mains humaines qui sont toutes, sans exceptions, soumises aux aléas de la vie et aux erreurs de tels monstres.

      Le calcul du risque commence par là, et non par : « en cas de …. voici les consignes …. premièrement, faire ceci etc.

      Facile de donner le mode d’emploi, facile de le comprendre lorsque tout va bien, totalement hors de propos lorsque la nature et la bête entrent en guerre … pauvre petits bonhommes terriens, que sommes nous devant cela, ce et y compris, les plus grands cerveaux et les meilleurs chefs d’états du monde.

      Croyez moi, c’est une pragmatique qui le dit.

      1. Votre point de vue pourrait s’appliquer aux risques de l’automobile, de l’avion et autres avec elles aussi, leurs mêmes consignes en cas d’accidents. Pour parler risques et dans les faits, et au regard du nombre de morts d’accidentés de la route et de ceux dûs aux crash d’avions depuis les débuts de l’aviation qui sont sans aucune comparaison avec ceux du nucléaire jusqu’à aujourd’hui, vous ne condamnez ni l’un ni l’autre !

      2. @bible l’automobile, l’avion enjolivent leurs avantages dans les pubs mais ne prétendent pas être sans risques, à comparer aux autres modes de transport, antérieurs qui n’étaient pas sans risques non plus, cheval, etc.
        De plus une approche statistique est possible, même si les accidents comme Tennerriffe marquent l’opinion, mais pas plus que le Titanic.
        Pour l’énergie nucléaire il vaudrait mieux comparer à l’hydroélectricité par l’accaparemment de l’espace (visible et préalable) et les catastrophes (rares également au moins dans l’OCDE -30000 morts hors OCDE !).
        Le malaise provient sans doute que le complexe pro-nucléaire prétends à l’absence de risque, comme l’amiante, le tabac, le glyphosate, les OGM en niant la possibilité du risque, car les conséquences sont estimées comme perçues comme inacceptables pour le public.

      3. HEY mais bilble, vous etes con ou vous le faites expres ???…. je pencherais plutot pour la deuxieme solution, qui n’exlu d’ailleurs pas la premiere…. un fukushima ou un tchernobyl en france et le quart du pays est inhabitable pendant des generations, comment peut on comparer ca aux accidents de voiture et d’avions ??? C’EST INCOMPARABLE sombre cretin !!!

      4. @bible

        les statistiques représentent l’historique des évènements. les probabilités sont le calcul des moyennes futures en rapport avec l’historique connu…

        ces outils mathématiques sont utilisables pour faire un bilan et éventuellement répartir des charges à venir.

        EN AUCUN CAS ça ne représente une quelconque image fiable du futur.

        si demain, 2 ou 3 centrales explosent, irradiant des millions de personnes, vos précieuses statistiques indiqueront que par le passé, d’un coup, le nucléaire est devenu plus mortel que l’auto ou l’avion. et les calculs de probabilités mettront en évidence l’extrême dangerosité du nucléaire.

      1. bon ,on va faire simple avec mon bac F1 , si on me vendait une machine qui réalise d’énorme profits , mais avec une différence par rapport a toutes les autres JE NE PEUX PAS L’ARRÊTER QUAND JE VEUX l’inspection du travail m’interdirait son utilisation ,c’est simple toute machine doit être munie d’un bouton coup de poing qui permet l’arrêt d’urgence ,en ce qui concerne @bible conduire fumer téléphoner peut conduire à la mort qu’il se rassure pour les grecques la naissance était une mort , par contre si tu veux te rendre utile , y cherche du monde à fukushima

      1. Chaque rejet de gaz carbonique contribue à un changement climatique qui tuera des centaines de millions de personnes.

        Ce n’est pas une erreur humaine : nous le savons, et nous continuons. Nous sommes tous des assassins.

        Erreurs humaines meutrières ou meurtres prémédités ? Quand on ne sait pas qui l’on va assassiner, qu’on ne le connaît pas pesonnellement, l’assassinat est moralement plus confortable.

      2. @Hermiss

        Nous sommes tous des assassins !

        Ouais des ashishins même kon est ! Et pi des » pervers polymorphes narcissiques et psychotiques » préméditant consciencieusement leur monstrueux forfait aussi tant qu’on y est.
        Faut pas pousser quand même. Dites à la limite « meurtriers auteurs de coups sur leurs enfants ayant entrainé leur mort sans intention de la donner », ça m’parait suffisant dans le genre stigmatisation pénale très emphatique…

    9. Invoquer la justesse de vue de Claude Allègre est un facteur qui devrait sonner l’alarme compte-tenu des performances passées de cette Lumière des temps modernes. Si on analyse les grands accidents industriels ou les accidents d’avions, on s’aperçoit qu’il y a souvent un enchaînement imprévu où l’incident initial a été mal analysé et traité par les opérateurs ou le pilote et où l’action appliquée conduit à aggraver la situation jusqu’à la perte de contrôle. De tels scénarios court-circuitent les analyses de risque apriori et les certitudes. C’est par le retour d’expérience des accidents d’avions survenus que voler est devenu de plus en plus sur et c’est aussi à la suite de nombreux accidents que les usines chimiques explosent de moins en moins. Les thuriféraires du nucléaire ont voulu nous faire croire que cette loi ne s’appliquait pas à l’industrie nucléaire, c’est à dire que cette fois-ci on avait vraiment paré à tout dans la conception et que l’empirisme n’avait plus sa place. Les faits ont démontré le contraire. Un accident d’avion est dramatique mais l’impact est limité et tolérable pour la société tant que cela ne se reproduit pas trop souvent. Les accidents nucléaires sont susceptibles de condamner des pans entiers de territoire sur des dizaines voire des centaines d’années, de polluer sur de longues durées des ressources essentielles comme les fleuves et des zones côtières et d’avoir des conséquences à long terme sur la santé de populations comptées en millions. La question n’est plus de savoir si de tels accidents sont imaginables ou non mais de savoir si l’impact des accidents déjà survenus et à survenir est supportable ou non.

    10. Avec toutes les réponses qu’a (ré)suscité « bible », on pourrait faire un 3e testament… Mais
      bon, P(l)âques à part, quelqu’un qui cite allègre-ment le pachyderme comme caution scientifique est un troll de bonhomme.

    11. Qu’elle est belle votre apologie d’un ministre de l’enseignement de l’ignorance !
      On voit que vous avez bien assimilé ses enseignements.
      A moins que vous soyez un adepte d’un humour noir un peu suspect…

      Mais quand même, cet immense respect pour la technologie ne serait-elle pas l’erreur humaine fondamentale ?

      1. Milton Friedman:

        « Seule une crise – réelle ou supposée – peut produire des changements. Lorsqu’elle se produit, les mesures à prendre dépendent des idées en vigueur dans le contexte. Telle est, me semble-t-il, notre véritable fonction : trouver des solutions de rechange aux politiques existantes et les entretenir jusqu’à ce que le politiquement impossible devienne le politiquement inévitable. »

        Préface de la nouvelle édition anglaise (1982) du livre de Milton Friedman (assisté de Rose D. Friedman), Capitalisme et liberté (note 33, chap. 6).

        Dis tonton…

    12. Allègre , et ses réponses indécentes , j’utilise volontairement le terme indécent , lui qui sur une radio comparait l’accident d’un avion avec celui de FUKUSHISMA.

      Vous êtes un peu nerveux , un petit coup de déprime ? Vous aimez ( volontairement ou non ) jouer au troll ?

      D’habitude il ne faut pas nourrir un troll , un billet a été déjà écrit sur ce blog.
      Au fait ! à combien de commentaires est votre pari ?
      Cordialement
      PS: pour le dernier rouge: sachez que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé… 🙂

  3. « En le mettant sur le compte de sa volonté de ne pas irrémédiablement condamner les installations et de préserver son investissement financier. »

    Pour ma part, c’est cela que je trouve condamnable, car il n’assumera pas les conséquences de ses actes.

  4. Cette analyse est éclairante,
    ce qui reste curieux c’est que le dégagement d’hydrogène se fasse sous le toit tolé du batiment réacteur et pas directement à l’extérieur, les toits des unités 5 et 6 seulement ont été percés et bien plus tard.
    Quand à la chaîne décisionelle, il serait intéressant de la comparer à ce qui existe en France, comme pour protéger les populations en cas de dégagement d’hydrogène il faut peut-être prévenir les populations, ordonner par l’entremise du préfet la prise d’iode dans la zone de 10 km et les distribuer en urgence préalablement dans la zone 10-20 km.
    Autrement dit GE a fourni une cocotte minute dont la valve de sécurité est à commande manuelle avec la clé dans le bureau du chef !

  5. La conscience a besoin d’autant plus de temps pour saisir pleinement une situation, que celle-ci est grave, complexe , coûteuse et riche en conséquences possibles de toutes sortes, comme c’est le cas pour les incidents nucléaires.
    La première leçon de Fukushima montre qu’en cas de problème majeur, l’homme peut être dépassé, du moins momentanément et qu’ainsi, dans le cas du nucléaire, il ouvre la porte à une gravité irréversible. Or, la prévention d’une catastrophe nucléaire doit passer par ce qui rend l’accident nucléaire possible : l’homme lui-même, en tenant autant compte de tout ce qui dépend de lui que de tout ce qui ne dépend pas de lui.
    Cela veut dire qu’aucune forme d’improvisation n’est envisageable dans la maîtrise du nucléaire et que pour que cette technique puisse être envisageable elle doit être parfaite et exiger de l’homme l’inenvisageable, c’est à dire la maîtrise totale et absolue en toutes circonstances de l’homme et du nucléaire et donc pas seulement d’une maîtrise « in vitro ».
    Il y va de la liberté de l’homme – ni plus ni moins –

  6. Nationalisons les industries nucléaires

    Que l’on décide ou non de sortir du nucléaire, les centrales et toute l’industrie qui tourne autour vivront encore des années. Peut-on les laisser aux mains d’entreprises privées ?

    Depuis Fukushima on a vu ressortir l’idée que l’industrie nucléaire devait être nationalisée. L’argument le plus souvent mis en avant est la sécurité : un conseil d’administration mandaté par des actionnaires privés préférera toujours des dividendes à des investissements supplémentaires pour la sécurité. Même les autorités de contrôle indépendantes (on ne rit pas !) ne parviennent pas à endiguer cette tendance. Cet argument est déjà très fort.

    Je propose un autre : les coûts du nucléaire sont essentiellement des coûts externes qui n’entrent pas dans la comptabilité de l’entreprise :

    Si il y a un accident les conséquences sont supportés par la population; et les « coûts » sont alors non seulement matériels et inassurables vus leur ampleur, mais surtout humains, terriblement humains, et ne peuvent rentrer dans aucune comptabilité.

    Même en l’absence d’accidents c’est la population qui supporte l’augmentation de radioactivité discrète mais réelle que génère toute l’activité nucléaire : chaque année des incidents mineurs relâchent « un peu » d’éléments radioactifs dans la nature. Peut-être n’est elle pas dangereuse mais qui en est sûr ?

    Enfin c’est toujours l’ensemble de nos descendants qui supportera la charge de la surveillance séculaire des déchets. Aucune entreprise n’est éternelle à l’échelle de leur durée de vie; Areva et EDF auront disparu bien avant l’extinction de la radioactivité qu’ils auront engendrée.

    Toutes ces « externalités » (comme disent les économistes) n’entrent pas dans les comptes (j’ai failli écrire les contes) et bilans de entreprises qui travaillent dans le nucléaire. Les bénéfices qu’elles font ont donc une large contrepartie infligée à leurs concitoyens. Il est injuste, voire immoral d’en faire profiter quelques actionnaires privés. Ils doivent revenir à la collectivité.

    1. le nucléaire …revenir à la collectivité.

      oui, mais il faut un état irréprochable, et, quand-même, des contre-pouvoirs solides …et des citoyens au parfum …
      et pas un gouvernement qui s’augmente tout seul de 100% ~, et qui utilise l’entreprise publique comme vache à lait pour lui-même …
      y’a du boulot !

  7. ce ne sont que des paroles répétées, donc non vérifiées , mais là on touche au secret défense ,donc , l’ on m’a dit que les gens des commandos nageurs de combat s’entrainaient à boucher les canalisations d’arrivée d’ eau des centrales nucléaires , en cas de conflit ça risque bien de péter partout.. Il sera bien difficile de tout gérer en meme temps

  8. Question peut-être déplacée, mais je pense qu’il faut la poser:
    L’economie Japonaise repose en grande partie sur l’exportation de produits de haute technicité.
    Qui pourra garantir que ces produits ne sont pas irradiés?
    J’entends bien que les voitures, par exemple, sont assemblées souvent ailleurs qu’au Japon, mais des pieces de ces voitures sont fabriquées au Japon.
    Alors? quid de la securité sur la non nocivité de ces produits? qui garantira quoi?

    1. Non, non : un tas de voitures de marque japonaises sont bien assemblées au Japon. La délocalisation de l’assemblage concerne certains modèles de véhicules de certaines marques mais des milliones de voitures sont encore exportées chaque années à partir des ports japonais (exemple : le port de Nagoya pour Toyota).

    2. Un dosimètre (compteur de débit de dose , version moderne du compteur Geiger), ca n’est pas bien dur à mettre en oeuvre (cf les vidéos des journalistes qui ont approché la centrale, sur ce blog) .

      Comparez aux pbs que posent les molécules, pas si visibles ou détectables, elles :

      Dans les années 1990, je me souviens avoir entendu parler des chimistes qui faisaient des stages sur les plastiques de tableau de bord pour faire le « reverse engineering » de ceux qui arrivaient à les faire dégazer moins que les autres au chaud. Donc de la chimie, oui, vous en avez bouffé très naturellement dans votre voiture chaude. Il s’agit de liants du plastique, assez volatiles, qu’on n’a pas su éviter dans les formulations de plastique à l’époque, un peu mieux maintenant. Et les quantités n’étaient pas négligeables : elles étaient responsables d’un voile fin grisé, très repérable, sur l’intérieur des pare-brises, qui revenaient un peu tant que le plastique de surface n’était pas « cuit de soleil ». Le « bisphénol » de l’époque.

      Je ne craindrais pas grand chose, donc, de produits manufacturés japonais, mais plus de la chimie en général, pas visible,

      et puis il y a des cas où c’est les deux, comme certains engrais à base de phosphate qui sont un peu riche en isotopes radioactifs divers (P et Po …) et dont a suivi notamment le fait qu’ils étaient responsable via la culture de tabac d’une dose pas si faible de radioactivité de la fumée de cigarette, dont l’incidence sur le cancer du poumon ne serait pas tout à fait « dans le bruit » par rapport à celles des goudrons.

      Bref, la chimie est vraiment compliquée et la radioactivité vraiment mesurable …. si on pense à la mesurer (voir le cas des immeubles de Taiwan construit avec de l’acier au Co60 recyclé).

  9. J’espère sincèrement que personne n’a pensé que je cautionnais les propos de bible ..

    Je voulais juste dire qu’il s’agissait d’une erreur énorme , il me semble , de ne pas laisser à ceux qui sont au contact de l’évènement le pouvoir de prendre les décisions d’urgence ..

    Après , qu’auraient-ils pu faire face à une catastrophe de cette ampleur … Peut être auraient -ils eu une chance de limiter les dégâts, mais certainement pas avec une certitude assez grande pour justifier de prendre le risque nucléaire ..

  10. Les Hubert s’entrainent à parer toute éventualité …. Après , on peut toujours fantasmer … il est possible qu’ils s’entrainent aussi à un débarquement de petits hommes verts …

    En pratique , ils sont plutôt (en temps de paix) dans un contexte de secours et d’assistance rapide ..

    Parole d’un ancien militaire (pas hubert .. ) et il y a 20 ans , çà a peut être changé ..

    1. je connais bien , les huberts , il n’y a pas qu’eux ,et puis un plastron cela s’éprouve parole de marin

  11. Bonjour, je suis nouveau commentateur sur ce site mais ancien lecteur. Je me pose une question, n’y aurait ‘il pas une double lecture de cette article qui serait de dédouaner complétement général électric aux yeux des investisseurs (parution dans W.S et non dans un journal scientifique) et de préparer le terrain un à futur pingpong juridique entre tous les intervenants.

    1. La question est en premier lieu de savoir si les informations à propos de la procédure d’autorisation suivie par Tepco avant de rejeter les gaz sont ou non confirmées. Les données relatives à la pression interne atteinte au moment du rejet proviendraient quant à elles de l’opérateur lui-même.

      A ce stade, on en est pas à fabriquer du contentieux et, si le Wall Street Journal porte bien son nom s’agissant de ses pages éditoriales, ses journalistes ne sont pas nécessairement des âmes damnées…

      General Electric n’a été pour l’instant mis en cause par personne. Par contre, des débats sur les questions soulevées ont déjà eu lieu au Japon.

  12. Analyse d’une catastrophe aérienne

    TENERIFE 27 Mars 1977 : Impliquant 2 Boeing 747, vols KLM N° 4805 et Pan Am N°1736.
    Collision sur la piste alors que le Pan Am remontait la piste et que le KLM décollait sans autorisation.
    574 morts – 70 survivants.
    Piste en service 30 – visibilité 2-3 km – 15 minutes avant l’accident –

    Les deux avions incriminés faisaient partis des avions déroutés sur l’aéroport de Tenerife en raison de l’explosion d’une bombe à l’aéroport de Las Palmas ce jour. Les deux étaient stationnés sur le taxiway – voie de circulation pour accéder à la piste – nord-west avec trois autres avions par manque de place sur le parking central de l’aéroport. Le départ du vol Pan Am avait été reporté en raison des opérations d’avitaillement en fuel du vol KLM, qui lui bloquait l’accès à la piste.

    Le KLM était initialement autorisé à remonter la piste et à sortir à la troisième bretelle pour rejoindre le taxiway normal – parallèle à la piste – mais l’autorisation fut aussitôt modifiée par le contrôle l’autorisant à remonter toute la piste directement pour s’aligner en seuil de piste 30 – 300 ° – Une fois aligné, les check-list complètes, le KLM reçu sa clairance départ par la tour. Le premier officier de bord collationna les instructions de départ et termina sa transmission par « we are now at take-off ». Les freins furent relâchés et l’avion s’élança quand la tour annonça  » stand by for take-off , i will call you ». En entendant l’échange radio, le Pan Am qui remontait la piste à son tour pour sortir à la quatrième intersection pour rejoindre le taxiway, annonça à la radio « et nous remontons toujours la piste «  mais se produisit un sifflement aigu sur les radios du KLM lors de cette transmission rendant incompréhensible le message du Pan Am pour le KLM. La tour demanda au Pan AM de reporter une fois la piste libérée et le Pan-Am collationna à la tour qu’il avisera la piste dégagée, mais causant un deuxième sifflement aigu dans la radio du KLM rendant à nouveau le message inaudible à l’équipage du KLM. Cependant le mécanicien naviguant du KLM, intrigué de ces échanges radio inaudibles dit au commandant de bord ‘Alors, il n’est pas dégagé », ce dernier répond « qu’est-ce que tu dis », le mécanicien  » Il n’est pas dégagé, le Pan Am ? « , la réponse du captain est emphatique « OH,Yes ».

    Le Pan-Am a vu le KLM fonçant sur lui 9.5 secondes avant l’impact. La visibilité a chuté 4 minutes avant le choc vers 300 mètres. Le Pan-Am a tenté de quitter la piste mais le train principal d’atterrissage du KLM, juste après une rotation désespérée, a percuté le PanAm.

    Les analyses ultérieures ont mis en évidence plusieurs facteurs :

    La fatigue de l’équipage KLM qui n’était pas loin de la butée d’amplitude de vol autorisé.
    Le changement de visibilité brutal ne permettait plus d’avoir les minimas de décollage.
    Le Captain du Pan-Am semblait avoir des doutes s’il devait quitter la piste, à la première bretelle ou à la quatrième, il était autorisé à la troisième.
    Après que les check-list furent complètes, le premier officier de bord rappela au commandant qu’il n’avait pas l’autorisation de décoller, le commandant lui demanda de la demander tout en avançant les manettes de gaz. Le premier officier de bord dit alors au contrôle « we are at take-off ». Le contrôle interprète »we are now at the take-off position » ! Depuis la phraséologie impose TAKING-OFF.

    Cet accident tragique montre que pour tout accident, il n’est jamais le fait d’une cause.
    Le modèle adopté par l’OACI s’inspire des travaux de James Reason.
    http://enperspective.pagesperso-orange.fr/james_reason.html

  13. Pour les derniers sceptiques et optimistes inconscients (auxquels je préfère les pessimistes actifs), une piqûre de rappel pour faire au minimum réfléchir.
    On a causé nucléaire dans l’excellente et pertinente émisson hebdo de F Culture « Terre à terre » (le samedi à 7h00).
    http://www.franceculture.com/emission-terre-a-terre-25eme-anniversaire-de-la-catastrophe-de-tchernobyl-et-fukushima-au-japon-2011
    Merci à Bible de nous donner son avis après cette écoute.

  14. Bonsoir à tous,

    J’ai vu les propos de certains (Bible) qui défendent la techno nucléaire en disant (en gros) que les risques ne sont pas imputables à la technologie mais aux erreurs humaines. S’ils estiment qu’il faut continuer en ce sens malgré ces erreurs et ces conséquences, j’ai alors une question à leur poser :
    Que font ils de mon droit à manger les légumes non radioactifs de mon potager à l’autre bout de la planète ?
    J’ai aussi une proposition à faire :
    Et si tous les mécontents allaient demain matin à la gendarmerie du coin pour déposer une plainte contre TEPCO pour mise en danger de la vie d’autrui.
    J’en ai même une autre :
    Ceux qui trouvent que la technologie nucléaire est géniale devraient se porter volontaires pour aller nettoyer (liquider) le site de Fukushima. Ils peuvent aussi faire une donation pour le second sarcophage en Ukraine, c’est très tendance en ce moment !

    Plus le préjudice est élevé et moins les gens pensent à demander réparation ! C’est comme pour les subprimes. Tout le monde se fait dépouiller par des banquiers indélicats et pas un ne va en prison.

    C’est quoi au juste notre modèle de civilisation ? C’est la loi de la jungle, le droit du plus fort ? J’ai le sentiment que nous sommes au degrés zéro de la civilisation et que Paul à beaucoup de travail.

    Bonsoir à tous,
    Pascal

    1. En relisant attentivement le livre de la Genèse, il m’apparaît que le 6ème jour de travail de Jehovah (celui où il crée l’homme à son image) n’est en fait pas terminé. Après la mention du 7ème jour, en effet, le texte revient sur la création d’Adam puis Eve, enchaîne sur le serpent, la pomme, et tout ce qui s’ensuit : toute la suite de la Bible ne fait que raconter les détails du 6ème jour.

      L’humanité n’est pas finie, elle ne mérite pas encore ce nom.

      Ce qui explique bien des choses….

      1. L’humanité n’est pas finie, elle ne mérite pas encore ce nom.

        Jean Jaurès : « L’Humanité n’existe point encore, ou elle existe à peine »…

        et je viens d’aller sur le site des amis de l’Humanité ( qui ont eu l’idée formidable d’inviter depuis 2 ans au moins, à la Maison de la Poésie, des conférenciers divers et variés : philosophes, poètes, artistes …pour proposer leurs improvisations à partir de cette phrase …
        et je viens d’y trouver ceci :

         » C’ est par des informations étendues et exactes que nous voudrions donner à toutes les intelligences libres le moyen de comprendre et de juger elles mêmes les événements du monde » Jean JAURES

        On n’en a pas fini avec cet homme là ! n’est-ce pas …
        Pourquoi donc le PS l’a-t-il ainsi renié ?

        http://www.amis-humanite.com/

    1. Et en France ?

      Pour cette histoire de refroidissement et de surchauffe , la filière au thorium serait quand même un progrès sensible … ( je ne suis pas pro nucléaire , mais de deux maux , autant choisir le moindre .. )

    2. Pour ne pas accabler nos ami japonais, aux USA c’est pas mieux :.

      mais, nous passons là gaillardement et sans complexes à la propaganda ( guerre économique ), où il va s’agir d’expliquer aux acheteurs putatifs que les japonais avaient la technique US, mais n’avaient pas su faire dans l’urgence…alors que la technologie US est, bien sûr, la meilleure, et qu’ils savent faire, alors que les français …blablabla ….
      sans surtout remettre en question le modèle économique, qui est en cause ici, là-bas et ailleurs …
      la quantité l’emportant aux yeux des actionnaires radieux, sur la qualité [ qui, en effet, a toujours été
      trés mise en avant en France, avant la financiarisation des Entreprises ]

  15. Aux tenants de la croyance indéfectible en le progrès technologique : quelle incidence positive le progrès a-t-il eu sur la part humaine de l’homme ? Serait-il devenu plus sage ? plus aimant ? plus respectueux du vivant et des équilibres universels ? plus sociable ? plus heureux ?
    En tous les cas, il ne semble pas faire davantage usage de son libre-arbitre.

    Bien que la guerre du feu ait débuté il y a plusieurs millénaires… le feu n’est toujours pas maitrisé. Pas plus que les tremblements de terre, les tempêtes, les sécheresses ou la foudre. Seules les famines semblent désormais sous contrôle (c’est-à-dire parfaitement organisées). Technologie maîtrisée ? L’homme se rêve dieu alors qu’il n’est somme toute qu’un hôte de prédilection pour les virus et bactéries. Les accidents, tous dûs à des erreurs humaines ? Soit, mais dans tous les exemples avancés, l’auteur du choix, devenant victime de ce choix, assume pleinement la responsabilité de ce choix (personne n’est obligé de prendre l’avion ou de circuler en voiture).

    Dans le cas qui nous intéresse, ceux qui deviennent les victimes du choix n’en sont ni les décideurs, ni les bénéficiaires premiers. Ils ont juste à subir, à se taire, à continuer de consommer (et à payer, pour certains au prix de leurs vies, pour les fautes des autres).
    Le regard que je porte sur l’industrie (nucléaire, chimique, biotechnologique, etc.) s’en trouverait changé si en cas d’accident, les responsables des choix les assumaient pleinement : plutôt que d’envoyer des moutons sacrificiels sous-payés, ce seraient les actionnaires, les concepteurs, les décideurs politiques qui se retrouveraient en première ligne.
    Leurs choix n’en seraient certainement que plus mûrement réfléchis. Alors qu’on va, une fois encore, se retrouver dans la situation des « responsables mais pas coupables », et vogue la galère. Il serait bon de rappeler à tous ces incompétents la définition du mot responsabilité. Et dans le cadre de ce que les technocrates de tout poil appellent « bonne gouvernance » de les contraindre à les assumer.

    Au lieu de cela, la direction de TEPCO envisage de baisser le salaire de ses employés de 20% pour avoir les moyens d’ « indemniser » les personnes évacuées hors de la zone interdite. Je ne sais si la disparition des antiques traditions japonaises est imputable au progrès, mais on ne peut que la déplorer : en lieu et place des courbettes quotidiennes dont ils gratifient les uns et les autres depuis plus d’un mois, peut-être auraient-ils eu la décence de débarrasser définitivement le plancher.

      1. ..de Roy Lewis

        livre d’un formidable humour, et qui est, en effet, au coeur du sujet …ce qui est bon dans la transgression, pour accéder à la modernité ( changement de paradigme de l’époque) …et l’arrêt ( par la mort) de celui qui a fait faire un bon dans l’évolution, mais qui devient dangereux pour la survie de l’espèce …
        sinon, risque de retourner  » Back to the tree! »

  16. Même si il est instructif de connaître le déroulement des évènements, l’analyse des détails ne doit pas occulter le problème de fond.
    Le risque, c’est d’arriver à une conclusion du type « si nous avions fait ceci… » ou « untel est responsable », alors que nous parlons d’une patate chaude que bien ou mal, personne ne peut tenir.

    1. Il me semble en effet intéressant de soutenir l’analyse par la description détaillée des évènements connus !

      Surtout lorsqu’ils montrent que l’avènement des pires hypothèses n’est pas nécessaire pour justifier de grandes inquiétudes et rendre possible de nouveaux rebondissements.

      Fukushima est une catastrophe nucléaire exemplaire, en ce sens que le pire a peut-être été évité – la suite le dira – mais que la très grande vulnérabilité d’une telle installation a été démontrée.

  17. Trop d’importance est accordé aux propos de @Bible.
    L’énergie va là où se porte notre attention.
    Ici, ce trublion n’en vaut pas l’effort.

    Je relaie ce que @Youpi nous a invité de visionner sur Mediapart :

    Les hommes et le nucléaire

     » En 2002, le comité central d’entreprise d’EDF avait organisé plusieurs forums sur la réalité du travail dans les centrales nucléaires. Salariés, experts du monde du travail, sociologues s’étaient rencontrés pour parler de ce qu’ils vivaient, des nouvelles organisations du travail, des pressions accrues. Mediapart a reçu, via Frenchleaks, ce documentaire jamais rendu public. Le Comité central d’entreprise nous a par la suite donné son aval à la diffusion de ce film. « 

    <a href="http://www.mediapart.fr/content/les-hommes-et-le-nucleaire

    Il y est notamment mis en évidence, une différence fondamentale dans la gestion du risque entre les procédures virtuelles (papier) et les moyens techniques et humains face à la réalité du terrain.

    Je continue à prendre ma voiture comme l’avion et fumer quotidiennement mon paquet de cigarette.
    Ce n’est pas pour autant que j’expose ma vie ou mets en danger celles des populations entières comme avec les conséquences de Tchernobyl, TMI et plus incontrôlables encore, les effets irréversibles comme des risques à venir de Fukushima.

    1. ll y est notamment mis en évidence, une différence fondamentale dans la gestion du risque entre les procédures virtuelles (papier) et les moyens techniques et humains face à la réalité du terrain

      .
      il s’agit d’un « CCE » EDF, avec débat interne et intervenants extérieurs …( modéré par journalistes compétents )
      voir notamment études de l’analyse du travail, ergonomie, marges de manoeuvre des équipes du CNAM ( Clot / Dejours …) et chercheur fac Bordeaux …: différence entre travail prescrit ( nécessaire ) et travail réel …les modèles économiques actuels ( pression accrue ) tenant de moins en moins compte du travail réel, permettant moins l’échange entre « coeurs de métier », càd terrain, et managers, et la venue des managers sur site (travaux de tranche …) afin de baigner dans le réel, et de comprendre les difficultés rencontrées par les opérateurs …pression financière cassant les collectifs de travail, indispensables pour la sécurité,empêchant une bonne transmission, et épuisant les salariés …video en effet qui permet de comprendre la problématique et d’aller au fond des choses .
      Il y est parlé aussi des intérimaires « chair à canon », qui vont d’un chantier « nucléaire », =) atteinte de la dose maxi, et passent dans la foulée sur un chantier de désamiantage =) risques cumulés …
      Vive la finance irresponsable !

  18. Parler « d’erreur humaine » à propos de ce type de catastrophe est naïf !

    Lisez par exemple « Normal Accidents: Living with High Risk Technologies » de Charles Perrow…

  19. Le retour d’expérience prendra des décennies , ne nous leurrons pas !

    Dernière nouvelle du 23/04 : une bad new de plus …

    http://www.yomiuri.co.jp/science/news/20110423-OYT1T00667.htm?from=main7

    Le site larguerait 154 TBq par JOUR ! depuis les explosions d’H2 ; Une erreur de calcul soi disant !

    Quelle est la part du Pu dans ces rejets ?

    http://www.ctbto.org/press-centre/highlights/2011/fukushima-related-measurements-by-the-ctbto/fukushima-related-measurements-by-the-ctbto-page-1/

    L’hémisphère sud est touché, du Cs137 a été trouvé jusqu’en Papouasie Nelle Guinée !

    Combien de niveaux supplémentaires à prévoir pour l’échelle INES ?

    Un autre bon site : http://enenews.com/ mis à jour très souvent.

    1. Merci pour tous ces liens intéressants.
      Quelque chose me chiffonne dans une des informations que vous divulguez : comment se fait-il que l’hémisphère sud soit touché également ? L’équateur ne constitue t-il pas une barrière pour les masses d’air ? Avez-vous une explication ?

      1. Encore l’illusion d’un confinement qui s’écroule !
        La circulation atmosphérique s’organise par hémisphères (cf Coriolis), mais cela ne veut pas dire qu’il y ait une paroi infranchissable et sans turbulences ….
        juste un ralentissement à la diffusion et à la dilution,
        auquel on se raccroche comme élément positif.

      2. Coriolis.

        Tiens, certains commencent à ouvrir les yeux…

        Si vous avez des envies de continuer les travaux d’Einstein, ne vous privez pas, surtout.
        Depuis le temps que j’en parle, je commençai à me demander quand nous trouverions des gens futés.

      3. je ne suis pas climatologue, mais je sais que les deux hémisphères sont perméables au niveau atmosphérique et imbriqués au niveau de la circulation des courants marins.
        Nous sommes sur UNE planète. Il n’ y a donc pas de « mur » à l’Equateur.

        Allez dire au Cs 137 et aux transplutoniens de s’arrêter ici et pas là … succès garanti !

    2. « 154 TBq par JOUR » ? Qu’est-ce que ça peut faire, cette unité ne parle pas plus que les autres. Un gramme, un kilo, une tonne, on imagine, mais un becquerel ? Un röntgen ou un sievert ? On connaît à peine l’orthographe, alors, parleriez-vous de yotta-becquerels (10**24) que ça reviendrait (presque) au même ! (Merci quand même pour l’info.)

    3. OUF !
      Enfin une bonne nouvelle, bible est embauché à fukushima comme surveillant de piscine.
      On y croit…

  20. Bonjour,

    en plus de supporter beaucoup de centrale nucléaire en France maintenant la population va voir ses factures d’electricité augmenter pour complaire aux régles européennes qui veille pour lutter contre les positions de monopole de certaines entreprises, si dans certaines situations c’est compréhensible, ici pour l’electricité nucléaire la logique à l’oeuvre devrait être clarifiée.

    Mais où est donc le benefice à produire de l’electricité nucléaire ? … il n’y en plus aucun nulle part.

    Cordialement

    1. sisisi, il y a encore la question du démantèlement: qui va le payer? Bien sûr ceux qui ont profité avant, mais la politique sera tenté de dire que nous avons tous profité de la chose, même s’ il sera difficile de le prouver. C’est pas terminé, la question du bénéfice pour qui.

    2. Le seul bénéfice qui subsiste pour l’instant est d’avoir du courant tout le temps et sans empirer le changement climatique. La difficulté pour l’arrêter est de le faire en respectant ces 2 caractéristiques.
      Si c’était facile à faire, ce serait fait depuis longtemps dans les pays qui ont décidé d’arrêter (Suède, Allemagne).

      1. Prenez aussi l’exemple de l’Autriche avec Zwentendorf
        http://www.pauljorion.com/blog/?p=23113#comment-168840
        Quand à avoir du courant tout le temps ce n’est déjà plus le cas des japonais.
        Le changement climatique, n’est peut-être pas non plus perçu, vu du Japon, comme plus préoccupant que les Tsunamis.
        Sans remettre en cause la réalité du phénomène , ni sa composante anthropique, n’est-il pas curieux que le déferlement médiatique date apparemment du peak oil, et serait un moyen plus acceptable de faire accepter la modération, le CO2 est commun concerne tout le monde, alors que le pétrole on peut l’accaparer.
        Alors que justement le peak oil devrait résoudre de lui même le problème.

  21. Puisqu’on vous dit que c’est un incident, et encore un petit ! On peut faire beaucoup mieux en France ! Que des scientifiques corrompus ou des actionnaires nucléaires tiennent ce genre de discours, je le conçois. Mais le citoyen lambda qui se lance dans la défense de l’atome est forcément un ignare doublé d’un idiot et triplé d’un masochiste !
    Ou bien il est simplement confondant de naïveté.
    Et pourquoi toujours prendre le retour à la bougie comme une catastrophe, elle ne tue pas grand monde la bougie ! Le bonheur humain dépend donc d’interrupteurs permettant de se prendre pour dieu ! Et la lumière fut. Franchement, je préfère passer pour un plouc attardé que suivre la masse technophile qui se laisse manipuler par une propagande commerciale qui ne tromperait que peu d’enfants en bas-âge. Sois un esclave libre grâce à ton aïe-phone, juste fais-le, tu es un winner avec ta voiture hybride et tes fringues à la mode que tout le monde possède comme toi. Ressembles à ton idiot de voisin, mais en mieux, en tout le temps renouvelé ! Faut-t-il que l’esprit critique est disparu pour en arriver à cette société qui, si elle n’était pas si destructrice en serait comique de tant de vanité et de futilité. Le nucléaire en est le reflet par sa relation fusionnelle avec nos besoins dont l’assouvissement est toujours repoussé.

    1. elle ne tue pas grand monde la bougie

      A confirmer. Les grands incendies urbains du Moyen-Age ne peuvent-ils pas lui être imputés en partie ?

    2. Le nucléaire en est le reflet par sa relation fusionnelle avec nos besoins dont l’assouvissement est toujours repoussé.

      Parler de relation fissionnelle serait plus juste… Désolé, j’ai pas pu résister. 😉

  22. Avant qu’ils ne corrigent, le titre de RIA Novosti du jour :

    International
    Fukushima: la récupération des débris achevée en juillet 2010

    Et une légende Shadokienne de plus, une ! Fukushima : plus c’est long, plus ça va vite.
    😉

    1. Oui, j’ai même vu que cette date a été reprise un peu partout et je me suis même surpris moi-même à commencer à recalculer la date de l’année présente… incroyable.
      Peut-être que le subconscient veut en finir, avec cette saleté…ça use…

      1. @quelqu’un

        J’ai éprouvé tout comme vous une sorte de blanc mental avant de me dire que c’était une erreur pour le moins fascinante. Un peu comme si tout était devenu si surréaliste autour de nous, des annonces lancinantes et monocordes de Tepco sur leur calendrier quasi irréel, au temps arrêté de la ville fantôme de Fukushima, que pendant quelques secondes mon inconscient, tout comme le vôtre, était pénétré par ce retour en arrière, ce parfait subterfuge.

  23. Cher Bible,
    Je trouve pour le moins touchant, l’effort que vous déployez pour défendre la pensée unique concernant le nucléaire. Je dis pensée unique, car chez nos politiques, (UMP, PS, PC, ..), la pertinence du choix du nucléaire ne fait aucun doute. Comme la plupart de nos médias officiels sont acquis à ce choix, souffrez, je vous prie, de trouver un lieu ou s’exprime un avis différent.
    Le premier problème du nucléaire, c’est justement d’être géré par de l’humain, qui plus est dans un système ou le profit immédiat règne en maître absolu.
    Le second, c’est que les conséquences d’une erreur sont à l’échelle des espèces. Les sites de Fukushima et de Tchernobyl sont condamnés pour des millénaires.
    C’est tout un modèle de croissance qui est à revoir.
    Que léguons nous aux générations futures? Des continents de plastique au large des océans,
    une planète malade et qui nous fera crever. Vive la croissance, vive la consommation, et surtout, apprenez à vos enfants le premier verbe à savoir, pas le verbe aimer, mais ACHETER!

    1.  » une planète malade et qui nous fera crever  »

      Un peu d’humour …

       » The planet is fine . The people are fucked !  » G Carlin ( humoriste américain )

  24. @ Bible

    Laissez tomber. Si vous vouliez faire la preuve que ce blog n’est plus (ou n’a jamais été?) un lieu de débat serein, de réflexions rationnelles détachées de l’émotion, de partage d’idées sans préjugés, alors c’est fait.

    @ Tous les autres (y compris Paul Jorion)

    « Comme la plupart de nos médias officiels sont acquis à ce choix, souffrez, je vous prie, de trouver un lieu ou s’exprime un avis différent. »

    Il est très bien, voire même salutaire, de faire entendre ces « avis différents ». Mais vous êtes hélas en train de tomber dans l’excès inverse. C’est à dire un rejet pur et dur de tout ce qui diffère de « votre » avis… En cela ce blogue ne va pas être différent d’un blog de l’UMP, par exemple. Ou de Foxnews! Lorsque la pensée est réduite à « une seule opinion, une seule vision », et que les autres opinions sont d’office conspuées et menées au pilori, alors la pensée meurt.

    Croire en ses idées, c’est bien. Lutter, faire en sorte qu’elles soient entendues, oui! Mais sacrifier au passage tout débat véritable, tout respect d’autrui (en particuliers ceux qui ne partagent pas votre avis), cela n’est plus défendre vos idées. En faisant preuve d’obscurantisme, de fanatisme des idées, vous faites beaucoup de tort à votre cause. Vous dé-crédibilisez vous idées.

    Comment espérez vous convaincre les autres si vous ne les écoutez pas? Si vous n’êtes pas plus ouverts au débat? Si vous les accueillez avec des
    « Pauvre idiot de mec !! »
    « Retourne bloguer sur le site du Figaro »
    « On ne veut pas de toi ici »
    ?

    Il est facile d’être aussi radical que ses adversaires radicaux. Il est beaucoup plus difficile de rester ouverts d’esprit en toute situation. Qu’aurez vous réussi à faire en vous jetant dans la critique acerbe des propos de « bible »? A le braquer, a le pousser à se refermer sur lui même en réflexe d’auto-défense, et à le conforter ainsi dans ses idées de départ. En résumé, si « bible » n’était pas complètement radical au départ, il l’est désormais…

    1. Arrêtez votre char, Ben-Hur, Bible est un troll que nous laissons gracieusement s’exprimer régulièrement. Faut pas pousser non plus !

      1. Ou commence votre définition du « troll », et où s’arrête t’elle?
        – Troll = quelqu’un qui a une opinion différente de la vôtre mais ne sait pas l’exprimer correctement?
        – Troll = quelqu’un qui a une opinion différente de la vôtre?
        – Troll = gêneur qui cherche l’attention en lançant une polémique, en soutenant des idées insoutenables?

        Bref, on récolte ce que l’on sème. Les « trolls » émergent d’autant plus facilement que le débat est radical. Et inversement, dans un débat radicalisé quiconque va à contre courant est perçu comme un troll, semblerait-il… D’ailleurs je vais vous laisser à vos réflexions, avant de me faire taxer de troll.

      2. Ha bon,???
        Je pensais que c’était un animateur rémunéré pour amuser les forumistes.

        Alors ce n’est pas du second degré?

        C’est grave alors.

    2. bible ne recolte que ce qu’il seme…. il vient polluer le debat avec sa malhonetete intellectuelle sans bornes; qu’a-t-il a defendre ? ce n’est meme pas clair ! c’est venir piquer pour le plaisir, rien de plus.
      allez bible, dites nous le fond de votre pensee au lieu de tourner autour du pot !
      quel est reellement votre probleme avec les propos tenus sur le nucleaire par exemple ?
      mais peut etre le nucleaire n’est-t-il qu’un element cristalisateur de votre hargne, dans ce cas quel est l’origine de celle ci ?
      allez y, debatons en !! mais pour l’amour du ciel debatons en sans mauvaise foi !

    3. G. MAL

      Règle n°1 — Ne jamais se laisser envahir par les trolls : ces sales bêtes sont capables de vous réduire toute la charpente en poussière en moins de deux. 🙁

      Ce faisant, vous croyez que le blog PG trônerait toujours en première position dans le classement meilleurs blogs d’économie chez Wikio ?
      Allons un peu sérieux ! z’ont une réputation à tenir ! 😉

  25. Je ne suis pas pro -bible – ( le pseudo , pas le livre .. ) , mais je compatis un peu avec lui …

    J’ai vécu une ou deux fois cette situation … Quand on essaie ( sincèrement , j’espère ) d’intervenir sur un forum ( blog) dans le sens contraire à la majorité , çà devient très vite très sportif ….

    Depuis , j’essaie de me taire quand je me sens en désaccord , même si je pense avoir des arguments …

    1. Le troll est quelqu’un qui va sur un forum ou un blog où il sait pertinemment que la majorité pense le contraire de ses idées. C’est cela qui l’attire. Parfois le troll, lorsqu’il est très pervers, adopte par principe les idées contraires de la majorité des participants d’un forum. Il se fait UMP sur un forum socialiste et se transforme en socialiste sur un forum UMP. Son objectif est la controverse gratuite et se faire remarquer.
      Il est bien entendu que quelqu’un de normal ne va pas sur un forum communiste s’il est anti-communiste ou l’inverse. Sauf à être un troll et chercher la castagne. Et il ne s’agit là en rien de respect de la diversité des opinions, car ce respect se fait avec l’existence de forums d’un bord et de l’autre, pas avec la polémique au sein de chaque forum.
      Ce blog (et leurs détenteurs) défend une certaine conception du monde. Ceux qui ne la partagent pas peuvent aller sur des blogs avec lesquels ils auront plus d’affinité. Il s’agit plutôt d’être constructif (cela n’empêche pas la critique) et d’apporter sa pierre à l’édifice.

      1. @Marlowe

        Ne pas oublier infâme désinformateur amateur. On mixe tout ça et on obtient un troll = désinfâmateur.
        Moi qui ai la prétention d’en être un vrai un jour (quand je s’rai grand ! ), je tiens á la précision et á la complétude de la définition…

  26. Merci pour ce début de confirmation rassurante pour les actionnaires.
    On essaye au moins de préserver ces merveilleuses installations !!!

    -Réflexion d’un abruti :
    « Vous ne voulez pas vous éclairer à la bougie quand même ! ? »

    -Réponse d’un chef d’entreprise responsable :
    « Ah non ! Je préfère encore qu’on tue mes enfants. » !

    Texte bien à la page sur le désastre :
    http://labsolu.revue.free.fr/indexframe-CORPSLeonBloyMeditationdunsolitaire1916.html

    Source : http://labsolu.revue.free.fr/indexframe-CORPS.html

    Belle fin de journée à vous.

    1. si c’est vrai …ça parait peu probable, tout-de-même ..à moins que un allègropathe ?

      correction:

      -Réponse d’un chef d’entreprise irresponsable et sadique :
      « Ah non ! Je préfère encore qu’on tue mes enfants. » !

      1. Merci pour cette note d’espoir.
        Ce qui est vrai aussi c’est le résultat catastrophiques de petits « concours » de circonstances improbables (improbabilisés car non rentables économiquement, et devenant criminels au regard des faits) qui piétinent des paradis et qui tuent.

  27. Ce n’est pas le n°1 seul qui a explosé à cause de l’hydrogène mais le 1, le 3 et le 4. Celle du 3 est spéciale par la projection de débris lourds à la verticale, ce qui laisse penser à une explosion venant du confinement, avec perte possible de combustible. Possible seulement. En tout cas on a trouvé des morceaux de béton fortement contaminés qui ne devraient pas l’être autant dans une simple explosion des murs de la zone de travail.
    Actuellement, l’hydrogène et la vapeur s’échappant des piscines ne sont pas responsable d’une importante contamination, l’origine la + probable est l’eau fortement contaminée du circuit de refroidissement (de chaque réacteur) qui fuite vers la mer et la vapeur non condensée provenant des cuves ou du tore.
    Les cartes de contamination autour du site montrent des niveaux qui évoluent peu, la principale contamination date bien des explosions, avec un panache nord-ouest, et à mon avis essentiellement du n°3.

    Des décisions de principe ont été prises sur des points nécessaires, comme le refroidissement en circuit fermé des piscines (et réacteurs, si c’est possible), il en reste bien d’autres tout autant nécessaires comme la création de lagunages couverts pour stocker l’eau et les débris récupérées, la fabrication de grues télécommandées pour extraire le combustible des piscines et les mettre à sec, créer des enceintes sous-pressurisées autour de chaque réacteur pour isoler les vapeurs de l’atmosphère une fois les piscines vidées si le refroidissement des cuves en circuit fermé n’est pas possible…

    1. Je ne sais pas ce qui vous permet de dire que les piscines, notamment celle du numéro 4, n’ont pas contribué à la contamination. Dans le numéro 4, le coeur venait d’être déchargé, toutes les barres se trouvaient dans la piscine et aucune dans le coeur. D’où est donc provenu selon vous l’explosion qui a eu lieu dans ce réacteur? L’ébullition et/ou la fuite de l’eau de cette piscine a permis l’exposition et une fusion d’une partie des barres qui ont été directement en contact avec l’atmosphère. L’énergie mise en jeu est de l’ordre de quelques mégawatts, c’est bien plus faible que celle du réacteur en activité (d’un facteur 1000) mais il s’agit d’autre chose que des quelques fers à repasser évoqués par Bernard Bigot. L’existence de piscines non confinées apparait clairement comme un défaut de conception. La période qui suit le déchargement du coeur est particulièrement sensible à un accident affectant les piscines.
      Il est trop tôt pour comprendre en détail ce qui s’est passé mais on pressent que ce quadruple accident a impliqué non pas un mais une multitude de défauts de conception et de procédure.

      1. Les piscines représentent la source aérienne importante actuellement, mais c’est en volume bien moins important que les explosions (et surtout celle du 3, à mon avis). Preuve en est la contamination au sol qui varie peu depuis les explosions. Le combustible des 4 piscines est recouvert de plusieurs mètres d’eau.

  28. Des chiffres…

    Périodes radioactives des radionucléides présents lors de la catastrophe nucléaire de fukushima : strontium 90 : 28 ans, césium 137 : 30 ans,
    plutonium 240 : 6560 ans, plutonium 239 : 24 100 ans.
    http://mikephilbin.blogspot.com/2011/03/fukushima-daichi-plutonium-238-239-240.html

    Voici quelques données puisées dans le document intitulé :
    Contaminations radioactives : atlas France et europe, CRIIRAD et andré paris,
    éditions yves michel

    Lorsque les dépots d’iode 131 (cumul de césium 137) sont supérieurs à 13 000 Bq/m2, la consommation de produits laitiers et de légumes feuilles doit être interdite pour les enfants. Au-delà de 100 000 Bq/m2 aucun de ces produits ne devrait être commercialisé.

    Lors de la catastrophe de Tchernobyl et des passages de pluie radioactive, en corse, dans les alpes de haute provence, les alpes maritimes, le jura et le bas rhin, certaines communes ont reçut des dépots de radioactivité supérieurs à 30 000 Bq/m2.
    En corse le 12 mai 1986, les services officiels ont analysés du lait de brebis contenant plus de 4000 becquerels d’iode 131 par litre, bien que la limite soit fixée à 500 Bq/kg pour les productions européennes, les populations concernées n’ont pas été informées et le lait a continué à être consommé, avec une augmentation des cancers de la thyroïde conséquente.

    En 1997, la radioactivité demeure encore importante puisque l’IPSN mesure encore des taux de concentration d’iode entre 30 000 Bq/m2, et 60 000 Bq/m2, dans le lait de vache et dans les légumes feuilles récoltés dans presque tous les départements de l’est de la France dans un large.

    La dose de 50 mSv par an est la limite de dose annuelle pour la thyroïde.
    La glande thyroïde d’un nouveau né pèse environ 1 gramme, celle d’un adulte environ 20 grammes. Il faut 100 000 Bq d’iode 131 pour délivrer 50 mSv à la thyroïde d’un adulte, alors que 14 000 Bq suffisent pour un enfant de un an.
    Près de vaison la romaine, certains sites ont reçu des dépots d’iode radioactifs supérieurs à 100 000 Bq/m2.

    Attention aux discours lénifiants des ministres de tutelle et des autorités du nucléaire en France et partout dans le monde. La catastrophe de fukushima est toujours en cours, il est on ne peut plus difficile d’avoir des mesures fiables de la part des fabricants et des actionnaires de l’industrie nucléaire.

  29. TEPCO discloses radiation map

    Tokyo Electric Power Company has disclosed a map of radiation levels at the damaged Fukushima Daiichi nuclear plant.

    The utility plans to urgently remove radioactive rubble, and the map will help to protect workers from unnecessary exposure to radiation.

    TEPCO began making the map in late March, and has posted copies in the plant’s buildings.

    The map shows radiation levels that controllers measured around the first 4 reactors before the start of the working day.

    Radiation levels around the Number 3 reactor building, which was damaged by a powerful hydrogen explosion, are higher than in other locations, and 300 millisieverts per hour of radiation was detected in debris on a nearby mountainside.

    Work started on April 6th to remove contaminated rubble, which had been obstructing the restoration process.

    TEPCO says much of the debris around the former office building has been removed, and it has started clearing the rubble around the Number 3 and Number 4 reactors.

    Enough debris has been removed to fill 50 containers, and it is being kept in a field on the mountainside.

    The radiation levels one meter away are 1 to 2 millisieverts per hour.

    Sunday, April 24, 2011 22:32 +0900 (JST)

  30. beaucoup de commentaires sur la dangerosité éventuelle des centrales,leur nécessité, les erreurs humaines ,les risques pris ou à prendre……. EN CE MOMENT, DANS L’OUEST DE L’INDE, UN PROJET DE SIX CENTRALES EST EN ROUTE (en partie vendu par Sarkozy/Areva et l’une sera la plus énorme jamais construite) SUR UNE FAILLE SISMIQUE ET DEVANT LE LITTORAL.Les gens de la région se battent à en mourir. Premier mort il y a deux jours . Faudra-t-il en arriver là ?

    1. Merci du rappel
      http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20110420-violentes-manifestations-inde-contre-projet-centrale-nucleaire-areva

      Les écologistes et une partie de l’opposition réclament ainsi l’annulation du projet. Mais le ministre de l’Environnement a rétorqué dimanche 17 avril qu’une telle option était hors de question, l’Inde ayant un besoin crucial de renforcer ses capacités énergétiques pour soutenir sa folle croissance économique dans les décennies à venir.

      sa folle croissance économique

      beau lapsus , par écrit c’est plus rare

  31. la volonté de ne pas inonder les réacteurs prouvent que l’operateur avait dans l’idée de pouvoir réutiliser les centrales après réparation !

    il n’y a pas de petits profits , toujours la rentabilité maximum. ..

    pour éviter de tels accidents , chaque centrale devrait etre equiper des réservoirs d’eau en amont préts à larguer des tonnes d’eau en cas de réaction incontrolable !

    mais évidement la centrale serait inutilisable .

  32. http://www.bastamag.net/article1522.html
    Explosion d’un puits de gaz de schiste en Pennsylvanie
    Des milliers de litres d’eaux usées, issues de forages, viennent de s’échapper d’un puits de gaz de schiste à Leroy, une ville américaine située en Pennsylvanie. L’explosion a eu lieu mardi 19 avril, peu avant minuit, lors d’une opération de fracturation hydraulique. Cette dernière consiste à effectuer des mini-séismes en injectant des millions de litres d’eau et de sable sous pression, chargés de produits chimiques. Des équipes de secours auraient réussi à stopper les écoulements le lendemain dans la soirée. Pour autant, ni la compagnie ni le Département pour la protection environnementale de l’État ne peuvent fournir une estimation de la quantité de liquide déversé. Quant aux sept familles résidant à proximité du puits, elles n’ont toujours pas regagné leur domicile, le puits n’étant pas totalement sous contrôle.

    La compagnie Chesapeake Energy, qui exploite le puits, a expliqué que cet incident est dû à « une défaillance d’équipement ». L’entreprise a déjà reçu de la part du Département pour la protection de l’environnement 30 avis de violations pour ses opérations de forages, en 2011. En 2008, rapporte Citizenvoice, Chesapeake Energy a été citée 284 fois pour des violations, et a dû mettre en œuvre, à 58 reprises, des mesures demandées par des contrôleurs.

    Cet accident survient alors que la mission d’étude en France sur les enjeux économiques, sociaux et environnementaux des « hydrocarbures de roche-mère » – gaz et huiles de schiste – vient de remettre son rapport d’étape au gouvernement.

    Sophie Chapelle

  33. http://www.bastamag.net/article1521.html

    Et si on construisait des parcs éoliens coopératifs ?
    par Nolwenn Weiler

    Et si la production d’énergie était écologique, démocratique, et participative ? Dans le Pays de Redon, entre Bretagne et Pays de la Loire, une aventure unique en France est menée : celle de la construction d’un parc éolien coopératif. Ce projet, fondé sur des savoir-faire nouveaux, pourrait aujourd’hui être diffusé et transféré sur d’autres territoires. Se réapproprier les questions énergétiques, confisquées par l’État et les experts d’EDF, c’est possible. C’est ce qu’on apprend, depuis 10 ans, dans le pays de Redon. Reportage.

  34. Je vous conseil l’excellent film-reportage « Into Eternity » de Michael Madsen. Désolé si cela à déjà été posté. Qu’on soit pour ou contre le nucléaire, ce film laisse songeur. Très songeur…

  35. Je me demande sérieusement si Fukushima n’est pas le cancer qui à terme menace l’ensemble de la planète et si l’apocalypse n’ pas déjà commencée sans que nous en soyons conscients !

      1. Piotr: Matthieu

        « Vous entendrez parler de guerres et de bruits de guerres: gardez-vous d’être troublés, car il faut que ces choses arrivent. Mais ce ne sera pas encore la fin. Une nation s’élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume, et il y aura, en divers lieux, des famines et des tremblements de terre. Tout cela ne sera que le commencement des douleurs. » (24, 6-8)

  36. Tout se passe comme si notre bien folle civilisation commerciale ne pourrait jamais faire l’expérience de sa propre fin.

    Le monde est une comédie pour ceux qui réfléchissent et un tragédie pour ceux qui sentent.
    [Hugh Walpole]

    Certains aiment tellement la science, le commerce, l’argent, le pouvoir, la raison, l’orgueil humain, les distinctions, les premières places, l’atome qu’ils seraient même prêts à sacrifier davantage de pauvres gens et l’humanité pour cela.

  37. @Bible!
    « Fumer est la cause de millions de fumeurs tous les ans »

    Trop drôle!
    Encore un lapsus on line…
    Pour mettre le paquet par dessus le paquet, pourquoi ne pas y inscrire: « la Vie tue »?
    « Fumer tue », c’est un peu en deçà…

  38. On croit rêver:
    http://www.google.com/url?sa=X&q=http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5h-ESQvcqo0_6Y3F2VXcfgVUHiDVg%3FdocId%3DCNG.fce0536b4b2e440336e9bd814dfc8518.13b1&ct=ga&cad=CAEQARgAIAAoATAAOABA64TW7QRIAVAAWABiBWZyLUZS&cd=6OHkiAPdb28&usg=AFQjCNHmVuMJzCH-whMTKZybvUqixHm6Bg
    Ils ont prévu de baisser les rétributions des salariés….Mais jusqu’ou va la ^logique d’entreprise c’est aux salariés de payer les indemnités?? Et qui va payer les indemnités des salariés???Lamentable immoral et minable
    Tepco la honte de l’humanité si leu entreprise n’est pas viable qu’ils fassent un emprunt comme tout le monde puis nationnalisation et liquidation en urgence ils en sont encore a faire de la compta ces minables…

  39. qu’est-ce qui est honteux ? Que les salariés soient pénalisés de 20% ? Ou que PDG et autres têtes ne le soient qu’à 50% ?

Les commentaires sont fermés.