LA SITUATION A FUKUSHIMA (IV), par François Leclerc

Mise à jour n°116 (lundi 13h35)

Selon l’Autorité de sûreté nucléaire française (ASN), la contamination radioactive va s’étendre sur « des zones considérables », des taches sont déjà constatées au-delà de la zone des 30 kms.

La gestion des territoires contaminés va, selon elle, « prendre des années sinon des décennies ».

========================================================

Mise à jour n°115 (lundi 12h39)

La radioactivité des masses d’eau contaminées découvertes dans les sous-sols des réacteurs serait la suivante  : réacteur n°2 = 1.000 millisieverts – n°3 = 750 millisieverts – n°1 = 0,4 millisieverts.

Dans les deux premiers cas, la très forte radioactivité rend particulièrement problématique l’évacuation de cette eau contaminée ainsi que la reprise des travaux préalables au redémarrage des installations de refroidissement.

==========================================================

Mise à jour n°114 (lundi 12h09)

La température est en train de monter au sein du réacteur n°1, ce qui avait déjà conduit l’opérateur à augmenter le débit de l’injection d’eau. L’enjeu est dans l’immédiat de ne pas devoir procéder à des rejets de gaz contaminés dans l’atmosphère afin de soulager la pression interne et d’éviter une explosion.

L’élévation de la température résulte de la fusion du combustible, qui se poursuit donc.

Quant à elle, l’évacuation des eaux contaminées du réacteur n°2 se heurte actuellement à l’absence de solution de stockage, pour lequel une solution est recherchée.

=========================================================

Mise à jour n°113 (lundi 11h14)

De l’eau hautement radioactive a été découverte à l’extérieur du bâtiment du réacteur n°2, dans des puits de regard d’une tranchée souterraine débouchant à l’extérieur de celui-ci, à 60 mètres du bord de mer. Le niveau est supérieur à 1.000 millisieverts par heure (1 sievert).

L’eau découverte dans les réacteurs n°1 et 3 est nettement moins radioactive.Correction : 0,4 sievert au n°1, la mesure n’a pas pu être possible au n°3 étant donné les décombres, d’après l’opérateur. Il en ressort que la situation au sein du réacteur n°2 est particulièrement critique. Et que l’évacuation de l’eau qui s’y est répandue sera une autre affaire que celle du réacteur n°1, en cours.

==========================================================

Mise à jour n°112 (lundi 10h38)

Au mieux, la catastrophe s’annonce pour durer longtemps, accompagnée de la menace permanente du basculement dans une nouvelle horreur. Et de l’accroissement encore à venir de la pollution dans de très vastes zones autour de la centrale.

Dans des conditions de radioactivité qui n’ont pas été précisées, le travail d’évacuation de l’eau des sous-sols du réacteur n°1 a recommencé. Elle est évacuée par trois pompes auxiliaires dans un réservoir non identifié situé dans le bâtiment lui-même.

Les autorités japonaises de sûreté nucléaire ont reconnu que l’eau hautement contaminée qui s’est répandue dans les sous-sols du groupe des réacteurs « pourrait provenir » d’une fuite du réacteur n°2. Selon elles, elle « pourrait » avoir fuit vers la mer. Elle résulterait – toujours selon les autorités – de la fonte de cartouches de combustibles et proviendrait de vapeurs d’eau contaminée et non pas d’une fuite de la cuve.

Un nouveau prélèvement dans la mer a fait apparaître lundi une contamination élevée de l’eau en iode 131, soit 1.150 fois la valeur maximum autorisée. Il est donc confirmé que la zone polluée est étendue, cette nouvelle mesure ayant été effectuée dans un échantillon d’eau prélevé devant les réacteurs n°5 et 6, où aucun dysfonctionnement n’est enregistré, distant d’un kilomètre et demi du groupe des 4 autres.

Pour la première fois, Tepco a demandé « l’appui » d’EDF, Areva et le CEA (Commissariat à l’Energie Atomique). Le gouvernement japonais à « interdit » à Tepco de renouveler l’erreur d’analyse qu’il a commise la veille, qui reste douteuse.

=========================================================

Mise à jour n°111 (dimanche 17h02)

De jour en jour, de nouveaux événements alarmants se succèdent et s’enchaînent sans répit, dont les précédents – toujours non maîtrisés – sont à l’origine. Les zones d’ombre relatives à telle ou telle situation critique et potentiellement dévastatrice ne sont pas résorbées. La liste des questions s’allonge, pas celle des solutions.

La contamination radioactive s’amplifie fortement et irrésistiblement et ne peut que se répandre plus largement. Aucune perspective de la stopper n’est évoquée. L’accès aux installations est de plus en plus dangereux, voire pour certaines d’entre elles impossible. Le rythme des travaux en cours se ralentit.

Progressivement, ce qui restait de contrôle limité et précaire de la situation semble échapper des mains des techniciens et pompiers qui travaillent dans des conditions dantesques. Les problèmes sans solution s’accumulent tandis que se rallongent les délais prévisibles de remise en état des installations de refroidissement, qui témoignerait d’un début de reprise en main de la situation.

La question doit être posée : une dérive sur le mode actuel est-elle pratiquement tenable longtemps, si aucun nouvel incident irrémédiable ne venait l’interrompre ? Quelle alternative pourrait être sinon envisagée ?

========================================================

Mise à jour n°110 (dimanche 11h34)

Toutes précautions de Tepco et des autorités mises à part, la situation dérape fortement sur le site, l’ampleur de la catastrophe étant sous-estimée, une fois l’ensemble des accidents successifs mis bout à bout.

Dans la logique infernale de la contamination élevée de l’eau constatée dans les sous-sols de plusieurs réacteurs, il a été constaté une augmentation importante de celle de la mer. Depuis le précédent relevé de vendredi, La présence d’iode 131 est passée de 1.250 à 1.850 fois la limite autorisée.

Avant que l’évacuation de la centrale ne soit décidée, les techniciens s’efforçaient de mettre en service des pompes auxiliaires, afin de réaliser les injections d’eau douce dans les réacteurs n°1, 2 et 3 avec le minimum de présence humaine aux alentours immédiats des réacteurs. Dans le but de s’installer dans la durée, les doses cumulées de radioactivité absorbées par les quelques 700 techniciens mobilisés augmentant (à des niveaux non divulgués).

L’évacuation de l’eau contaminée pose par ailleurs des problèmes dont la solution retenue n’a pas été expliquée : par quel moyen l’évacuer, une fois pompée, pour la stocker où ensuite ? Il est en effet exclu, à ce niveau de contamination, d’utiliser des camions-citerne.

Le directeur général de l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA) a déclaré de son côté que le Japon est « encore loin d’avoir surmonté l’accident ». L’alerte pourrait selon lui durer des semaines, et même des mois.

Le problème le plus préoccupant provient selon lui des barres de combustible stockées dans les piscines de refroidissement en contact direct avec l’atmosphère, et particulièrement la piscine n°4, qui comprend une très grande quantités de barres, le réacteur ayant été déchargé.

Il a également exprimé sa crainte que les opérations d’injection d’eau dans les réacteurs n’aient pas réussi à les refroidir suffisamment et à empêcher que le combustible ne prenne feu.

======================================================

Mise à jour n°109 (dimanche 7h47)

La centrale a du être une nouvelle fois évacuée, après le démarrage des travaux de pompage de l’eau radioactive découverte dans les sous-sols des bâtiments des turbines de plusieurs réacteurs. Après avoir probablement fuit par une ou plusieurs vannes ou tuyaux défectueux, en provenance du cœur d’un ou de plusieurs réacteurs ayant connu un début de fusion dégageant des radio-éléments hautement radioactifs.

Une nouvelle course contre la montre, l’évacuation de l’eau avant qu’elle ne soit pas trop contaminée, a été pour le moment perdue. La progression de la contamination de l’eau en l’espace d’une journée témoigne de l’importance des fuites radioactives.

Une très forte augmentation de la radioactivité a été mesurée dans un échantillon de l’eau à la base du réacteur n°2 : 1.000 millisievert par heure. Des taux de plusieurs centaines de millisieverts ont été enregistrés autours des réacteurs.

Une première pompe avait été installée au réacteur n°1. Deux autres devaient l’être, en raison du volume d’eau à évacuer. L’interruption des travaux est intervenue avant qu’une pompe ne soit installée au réacteur n°2.

==========================================================

Mise à jour n°108 (samedi 16h58)

Le nouveau point quotidien de la situation de l’IRSN – à 10 h (Paris) – n’apporte pas d’élément modifiant l’appréciation de la situation.

Si les réacteurs n°1 à 3 sont désormais refroidis à l’eau douce, ainsi que les piscines – y compris la piscine commune de désactivation – les dangers dus à une présence massive de sel dans les cuves des réacteurs n’ont pas disparu pour autant.

Si la pression dans le réacteur n°1 semble maîtrisée, n’impliquant plus de rejets radioactifs dans l’atmosphère, la rupture d’étanchéité des enceintes de confinement n°2 et 3 contribuent toujours à la poursuite de ces rejets.

L’état du combustible et de la cuve du réacteur n°3 reste inconnus. Le combustible du réacteur n°1 a connu une fusion importante [rappelant pour l’instant et de ce point de vue l’accident de Three Mile Island, qui s’était terminé sans rupture de la cuve].

La présence d’importantes masses d’eau contaminée dans les salles des machines des réacteurs n°1 à 3 contribue à ralentir les travaux d’inspection des installations, malgré que l’électricité ait été rétablie dans les salles de contrôle de ces réacteurs. [La radioactivité de cette eau s’accroît avec le temps, ce qui implique de la pomper le plus vite possible. Pas d’information à ce propos].

L’INRS évoque la possibilité que cette situation de grande précarité puisse se poursuivre ainsi pendant « des semaines, voire des mois », non compte-tenu de possibilités d’aggravation.

========================================================

Mise à jour n°107 (samedi 10h30)

La contamination dans la zone comprise entre un rayon de 20 et 30 kms autour de la centrale, où continuent de vivre plus ou moins confinés des dizaines de milliers d’habitants, est périlleuse. Non seulement en raison du niveau de radiation enregistré, qui en un jour dépasse la limite annuelle acceptable, mais à cause de sévères difficultés d’approvisionnement.

Les secours ne sont pas livrés, les camions ne pénétrant pas dans la zone. Les habitants doivent se rendre dans les villes les plus proches pour acheter de la nourriture. Mais l’essence manque également pour s’y rendre et les queues aux stations service s’allongent.

Le gouvernement a incité les habitants de la zone à la quitter, sans organiser leur évacuation.

============================================================

Mise à jour n°106 (samedi 09h30)

La centrale contamine son environnement de manière incontrôlée et dans des proportions très supérieures à précédemment annoncé.

Sur le site, cela pourrait encore ralentir, voire stopper, les travaux en cours afin de rétablir le refroidissement des installations. Dans la mer, les effets de la contamination ne sont pas maîtrisés.

Selon des relevés effectués vendredi dans la mer à 330 mètres du rivage, le niveau d’iode 131 est 1.250 fois supérieur à la norme légale et celui du césium 137 est 80 fois supérieur (Autorité de sûreté nucléaire japonaise). Ces niveaux sont en augmentation en très forte proportion par rapport aux précédents qui ont été annoncés.

Greenpeace a annoncé qu’elle allait effectuer des mesures hors de la zone d’exclusion de 20 km autour de la centrale : depuis le début, « les autorités ont en permanence donné l’impression de sous-estimer à la fois les risques et l’étendue de la contamination radioactive ».

Dans la centrale, un important épanchement d’eau radioactive de 40 centimètres a été tardivement découvert dans le sous-sol du bâtiment abritant les turbines (pompes) du réacteur n°1. Dans ceux des réacteurs n°2 et 4, c’est respectivement un mètre et 80 centimètres d’eau qui ont été découverts, en cours d’analyse radiologique, selon Tepco. Les volumes estimés ne sont pas précisés.

L’opérateur admet ne pas savoir d’où provient cette fuite eau, mais envisage qu’elle pourrait provenir de tuyaux ou de valves reliant les réacteurs aux turbines. Mais il est aussi très possible – bien que considéré comme peu vraisemblable par l’opérateur – que la contamination de l’eau puisse provenir d’une rupture d’une ou même de deux cuves de réacteurs (n°1 et 3).

Tepco s’efforce d’évacuer l’eau découverte, sans indiquer ni les moyens employés, ni sa destination.

======================================================

Mise à jour n°105 (vendredi 20h40)

L’évolution de la situation catastrophique de la centrale conduit à se poser de nouvelles questions, au fur et à mesure de ses rebondissements.

La situation du réacteur n°3 concentre toutes les attentions, car une rupture avérée de la cuve du réacteur serait une première dans l’histoire des accidents intervenus dans les centrales nucléaires. L’inconnue n’étant pas seulement la résistance de la dalle de béton, ultime barrière avant les sols, sur laquelle le corium se répandrait, mais la propagation dans l’atmosphère de plutonium, notamment, l’enceinte de confinement n’étant plus étanche.

Après avoir évoqué cette possibilité, l’opérateur a affirmé qu’il n’en était rien, mais sa crédibilité est très relative.

La seconde interrogation concerne la contamination du site, non seulement par des rejets gazeux radioactifs provenant de fuites dans les enceintes de confinement, mais également d’eau contaminée répandue sur le sol de certaines installations, en particulier les bâtiments qui abritent les pompes. L’ensemble rend de plus en plus problématique la poursuite des travaux de remise en état de celles-ci et des circuits de refroidissement, ainsi que leur alimentation électrique.

Or le cœur de trois réacteurs connaît une fusion partielle et l’on peut se demander si les injections d’eau effectuées avec les moyens du bord pourront l’endiguer longtemps, alors que l’opérateur parle désormais de semaines, et même de plus d’un mois, avant de pouvoir remettre les installations de refroidissement en marche. C’est un second énorme facteur d’incertitude.

=======================================================

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

430 réflexions au sujet de « LA SITUATION A FUKUSHIMA (IV), par François Leclerc »

    1. Excuse moi béber
      C’est juste pour remercier Mr François Leclerc ,
      Merci pour le lien bbr.

      à pluche
      déjà dépasser ,c’est en internet que les pompiers se sauvent.
      l’Irradiation Rapporte soyez en certains.

  1. Comment se fait-il que greenpeace n’est pas encore effectué ces mesures au delà des 20 km d’exclusions? (peut-être à cause de leur lien avec les « puissants » de ce monde…)
    N’y a t-il pas des « observateurs » indépendant pour effectuer ces mesures!

    Il devient évident que tous ceux qui ont des billes ou intérêt dans le nucléaire manipule l’info, mais là c’est trop énorme pour laisser faire!

    Ne serait-il pas possible de saisir le tribunal international (pour la forme bien sûr, vu que ça n’aboutira pas) contre Temco (et tous les responsables) pour crime contre l’humanité!

    Que peut-on faire pour se prémunir des nuages hautement radioactifs qui circulent depuis Mercredi!!! et je ne dit pas ça uniquement pour ma petite personne (et ma petite famille) mais pour tout le monde!

    Et comme dit l’autre: « on va tous crever, mais on fait la fête! »

    1. De toute façon, Greenpeace avait relevé, dans les années 90, un taux de radioactivité très supérieur à la normale dans la mer au large de la Hague. On en a parlé deux jours, et ça a fait long feu. Depuis, il y a beaucoup de leucémies dans la région…

    2. C’est en effet un crime contre l’humanité, et pas seulement contre tous les humains pris un par un. Contre l’espèce, pas seulement contre ses représentants.

      1. On la chantait à l’école dans la cour de récréation, et surtout le couplet sur les ministres .
        De Georgius, j’adorais aussi la chanson faussement larmoyante « le fils-père », reprenant pour un homme tous les poncifs de l’époque sur les filles-mères, pas triste . En ligne je ne l’ai pas trouvée par son auteur mais par Michèle Bernard
        http://www.youtube.com/watch?v=qsb2uucyC3Q

        Ben quoi, c’ est dimanche !

      2. Mianne,

        le fils-père

        écrit en 1920, quand-même ! excellent !…
        fin 60 – début 70, dans notre petit groupe, nous avions un copain, qui chantait cela quand il avait le « blues »( car il était « fils-père » ), et un verre dans le nez !…et, vraiment façon chanson réaliste !
        Je ne savais pas de qui c’était …plus entendu depuis !

        Merci !
        post-scriptum:
        impossible à comprendre pour les ceusses qui sont né(e)s après 68 ….

    3. Au moment de Tchernobyl, mon ancien pharmacien nous conseillait de prendre et de donner aux enfants de 5 à 10 gouttes de teinture d’iode dans un verre de lait, ( pas plus car c’est très dangereux) afin de saturer en iode leur glande thyroïde .

      Aujourd’hui, les pilules d’iode ne sont pas disponibles à la vente et …le nouveau pharmacien dit que la teinture d’iode n’est plus en vente libre . En cas de pépin, nous sommes donc condamnés à mort par de nouvelles lois imbéciles censées nous protéger .

      Cela me rappelle le moment où les autorités avaient, fort à propos, interdit la vente libre des seringues jetables (soi-disant pour ne pas encourager les jeunes à se droguer) précisément au début de l’épidémie de SIDA,, les obligeant à se piquer en choeur avec la même seringue !!!

      1. Quand la Structure est trop rigidifiée, elle est appelée à mourir …elle devient totalement inefficace ! (cf H1N1 : c’était une magistrale démonstration par l’absurde )…cf, URSS …

        Il faut une colonne vertébrale ( l’anarchie totale engendrant les mafias ), mais avec des électrons libres, des systèmes D pouvant palier aux erreurs de la structure …une économie mixte, ce qui marchait encore trés correctement avant les libéralisations du saint-pognon, et l’encasernement des peuples décidé par les *potentats en place actuellement …( je pense qu’*ils se prennent, à bas coût pour eux-mêmes, pour des sortes de héros : ils ont le frisson, la décharge d’adrénaline,…en vérité, ils ne sont que des zeros )

        pour les seringues, les soignants étaient du côté des patients ( il y a eu un système D organisé rapidement ).

      2. Mianne, M, vous êtes en train de ré-inventer (ou découvrir) la nécessité des contre-pouvoirs.

        Et contre le pouvoir de l’argent, il n’y a … plus rien.

      3. @Mianne

        La teinture d’iode ? Bah no souci, j’en ai dégoté un bon petit stock avant son retrait du marché ! Vieux réflexe de vigneron méfiant. Mais bon vous comprendrez aisément que je peux pas décemment la mettre à la vente subito presto. La demande est encore beaucoup trop faible. 1000% de marge c’est de la prévoyance civique encore bien mal rémunérée, vous avouerez ! Vais attendre encore un peu. Ça frémit juste mais quand ça va bouillir, ce s’ra banco mon coco ! 10 000 % les doigts dans l’nez et avec la gratitude sans borne des charlots en prime !
        En attendant essayez la Bétadine, c’est pas mal à’s’qui paraît, surtout la formulation gynéco…
        Autrement un produit plus dilué en principe actif mais plus gouteux : le Scotch. Le plus recommandable, tant du point de vue organoleptique que de la teneur en iode, étant sans conteste un bon vieux Single Malt d’Islay. Une dose journalière de 70 cL par jour mini me paraît une bonne posologie, pour les premiers jours en tout cas.
        Plus 5 douzaines d’huîtres plates bretonnes, pleine mer et sauvages, ça va de soi, par jour aussi évidemment. Paul vous trouvera ça du coté de Carnac, La Trinité, Quiberon ou Locmariaquer…
        [ 🙂

      4. Vigneron

        Vous ne croyez pas si bien dire à propos du Scotch.
        Je tiens d’un ami qui a vécu en Ukraine, parlant le russe, que les opérateurs dans la centrale de Tchernobyl étaient imbibés d’alcool le jour où s’est produit l’accident, qu’ils auraient ainsi été protégés de la radioactivité ambiante. Information à vérifier.

      5. Hhmm… Vigneron.

        60% des alevins d’huitre meurent spontanément sans qu’il n’existe un remède si ce n’est d’en faire venir du … Japon.
        Et c’est exceptionnellement pas une blague.

      6. @Pierre-Yves

        Comment ça « vous ne croyez pas si bien dire » ? Est-ce à dire que vous insinuez que je pourrais quelquefois mal dire ? ou simplement pas si bien dire ? ou même, textuellement, bien dire sans le savoir ? Votre outrage à mon ouvrage, je m’en ouvre, m’outre (comme disait sans outrance le petit juge rance d’Outreau en France). Bon, sérieusement, peut-on valablement comparer les effets d’une vodka frelatée ukrainienne avec ceux des meilleurs single-malt Islay ? Et de toutes façons, quels qu’aient pu être les très très très relatifs effets protecteurs du tord-boyaux soviétique sur les 500 000 liquidateurs – la désinhibition face au danger me semblant constituer le seul effet réel en l’occurrence, comme le pinard et la gnôle pour les poilus de Verdun, j’ai bien peur que la consommation immodérée de l’élixir d’origine indéterminée n’ait déjà provoqué et ne provoque encore dans leurs rangs 100 ou 200 fois plus de morts que toutes les irradiations qu’ils ont pu encaisser…

        @Edith

        Pas de bêtises avec la Bétadine ! Ça vire au mauvais délire. Je plaisantais bien sûr. Si on a pas un peu de sens de l’humour dans ces moments la, ben autant dire que l’humour c’est du mou pour le chat… quand c’est pourtant le signe ultime de l’humanité, l’antidote universel, le précieux des précieux biens, la vie même. La dernière chose à perdre, après la vie même, c’est plus prudent…

      7. @yvan

        T’auras remarqué que j’ai recommandé les plates sauvages de pleine mer et bretonnes… et pas manqué non plus de saisir que c’était une grosse vanne (et pas de Vannes).
        Pour la sur-mortalité des naissains, n’écoute pas trop les pleureuses du bassin d’Arcachon qui tiennent le marché français des écloseries (70% des naissances en France) ou celles de Marennes ou Bouzigues. On est pas près de manquer d’huîtres pour Noël, même si les tentatives de l’Ifremer pour contrer la sur-mortalité par l’introdiction de souches triploïdes se sont soldées par un cuisant échec.
        La solution des naissains importés de Sendai, n’en parlons plus… La délégation d’arcachonnais et de bretons qui avaient prévu, de longue date ! de se rendre à Sendai dans la deuxième quinzaine de mars pour formaliser les conditions d’Importation massive de naissains locaux qu’ils pratiquaient déjà depuis plusieurs années sont restés le bec dans l’eau. Raté. Mais t’inquiète, l’État, les collectivités territoriales et le Conservatoire du Littoral se sont déjà démerdés pour leur trouver 18 hectares dans les prés salés sur la commune de La Teste de Buch pour y créer une écloserie high tech d’où ils vont nous sortir la
         Crassostrea Gigas new look, du naissain d’huitre creuse toujours bien japonaise mais bien née en France, dans le Bassin, et qui crèvera pas au printemps dès que l’eau dépasse 17,5°, herpes en prime…
        Tu voudrais quand même pas qu’ils reviennent à la portugaise, exterminée depuis lurette, ou pire, à la plate de pleine mer ! Comme au bon vieux temps ! Ah là ! plus de soucis sanitaires ou de sur-mortalité ! mais on les trouverait plus que chez Fauchon.

      8. Vigneron dixit !
        l

        la Bétadine, c’est pas mal à’s’qui paraît, surtout la formulation gynéco…

        Attention, attention ! la bétadine ne doit pas être utilisée pour les petits …(ni sous forme dermique : flacon jaune, la gyneco : on n’en parle pas, même la buccale n’est pas à boire !!)

        Ah, voilà un bel exemple ! tiens ! un vigneron contaminé par les speculators fous …pourvu qu’il ne verse pas sa teinture d’iode hors d’âge, vieillie en fût de …ah, non, me trompe,
        dans son vin ! ça va faire du joli !
        Quant à Paul Jorion, aura-t-il le temps nécessaire pour se livrer au trafic de fruits de mer ?
        Ah, c’est du joli tout ça !

        Tiens, vais peut-être aller me déguster un plateau de fruits de mer en Bretagne !
        En somme, les Bretons ont l’iode, pas de schistes, et des paillettes dans leur granit : il n’y a pas de justice !

      9. @ Vigneron

        Rassure toi, je ne cherche pas de remède miracle

        Dans le Sud-Est on s’est déjà pris quelques goulées de Tchernobyl, vas donc savoir si ça vaccine pas ….:-D

        Je pense sincèrement qu’en cas de contamination générale, ça se traduira par une résistance physique naturelle pour une majorité, sauf bien sûr, si la pollution dépassait un niveau acceptable par l’être humain.

    4. Greenpeace , WWF, …. par qui sont ils financés ?

      toutes les organisations ( partis, syndicats, associations , think-tank et autres joyeusetés ) qui sont financés par les états et/ou les patrons , doivent toujours à un moment ou un autre faire des renvois d’ascenseur !

      cependant, de termps en temps, pour assurer leur fausse image; il leur est nécessaire de se bouger un peu ; sinon, il y a risque de perdre toute crédibilité « revendicative » . le spectacle est bien rôdé.

      loin du cirque médiatico-électoraliste, luttes sociales et constructions d’alternatives

      socialisme ou barbarie

      1. la loi qui fait que chaque association, syndicat, parti ….
        gna-gna -gna moins d’impôt sur le revenu …
        (mention dont les non-imposables n’ont rien à faire car ils n’en sont pas ayant-droits …)
        n’a pas été exclusivement négative, mais elle a fortement embourgeoisé la vie citoyenne
        (donc ….

      2. @ arkao

        non je ne l’ai pas lu ; mais avec un peu d’esprit critique et quelques idées politiques ( pour moi l’émancipation sociale, le droit pour chaque être humain de vivre dignement, loyauté et rectitude en autre ) on s’apercoit assez rapidement que beaucoup se font avoir par les puissants ( se font ou se laissent ? )

        j’ai lu un article sur rue 89 à propos de ce livre ; cela m’a suffit . pas trop de sous à consacrer

  2. la météo ces prochains jours serait clémente. météo consult « Aujourd’hui et demain, le vent viendra au nord à nord-ouest, avec de nombreuses chutes de neige, et Tokyo pourrait temporairement être concerné en début de week-end. Ensuite, le flux rejettera les particules radioactives vers la mer, aggravant la situation des pêcheurs confrontés à des poissons contaminés.
    En début de semaine prochaine, les hautes pressions reviendront sur le Japon. Le temps sera donc plus calme, et les vents nettement plus faibles. Ils garderont toutefois une légère composante ouest dominante, ce qui permettra d’évacuer le gros du flux radiaoctif en mer.

    Thom Yorke – And It Rained All Night [Burial Remix]
    http://www.youtube.com/watch?v=8x8osh8v8OU&feature=related

    1. Seulement sur le Japon ? Tout le monde se focalise sur les Etats-Unis ( en premier Hawaï ) et ensuite l’Europe mais personne ne parle jamais du danger que court l’énorme population chinoise, pourtant la voisine la plus proche du Japon.
      Ce retour du nuage « sur le Japon » est-il censé s’arrêter pile au-dessus du Japon sans aller au-delà, à l’ouest sur la Chine , un peu comme celui de Tchernobyl qui s’était arrêté pile à la frontière française ou tout le monde se fiche-t-il totalement de la santé des 1 300 000 000 Chinois ?

      1. Ce sont les populations les plus proches, selon les directions des vents, qui sont les premières concernées, puisque les éléments nocifs continuent, sans-doute pour un long moment, à se déverser de ci de là, dans l’atmosphère …

        Je suppose qu’ici, nous courrons des risques faibles, en tout cas en proportion du Japon, et des Pays limitrophes ( et, par rapport à Tchernobyl ).

        Il serait intéressant de savoir les taux observés aux USA, et Canada …nous pourrions avoir peut-être une idée pour Saint-Pierre et Miquelon ( cela a peut-être été dit ici-même? ): ont-ils du prendre de l’iode ?

      2. Moi aussi je me pose cette question de l’info en Chine, et je ne sais pas ni où, ni comment connecter de ce qui se dit en Chine ..
        j’ai seulement remarqué le cours du sel, qui semblait flambeé parce que des on-dits financiers la Chine ….
        mais déjà de l’info qui se médiatise en russie, j’ai beaucoup de mal d’en récupérer quelques échos ….
        Je ne m’en étonne pas trop, non plus parce que ….
        mais bon entre nos médias, la médiatisation, la censure …
        parfois je me demande …

      3. http://saintpierremiquelon.la1ere.fr/infos/actualites/infimes-retombees-sur-larchipel_49148.html

        « L’ensemble des prélèvements dans les airs, eaux et végétaux sont donc envoyées au siège de l’IRSN au Vésinet dans les Yvelines. Sur son site internet, l’institut propose même l’accès aux résultats d’une balise « en temps réel », positionnée sur le territoire. Jusqu’ici, les résultats indiquent que les retombées sur l’archipel sont infimes, rien n’est alarmant. A 7h45 (heure de Paris) les résultats indiquaient une valeur de 90 nanosieverts par heure, la moyenne de l’archipel étant comprise entre 56 et 104 nanosieverts/h… »

  3. On me dit que le plus dangereux viendrait non pas des réacteurs mais des piscines, notamment une qui contiendrait le combustible de plusieurs (des dizaines me dit on) réacteurs. rappelons que ces piscines, tout comme en France, ne sont pas protégées par des enceintes de confinement..

    1. On me dit aussi qu’Allègre prendrait un bain de vapeur dans une telle piscine et que c’est pour ça que ça dure autant.

    2. On place les piscines au dessus des réacteurs, c’est logique non?
      Ne demandez pas au ingénieurs d’allier sécurité et bénéfice, c’est impossible.

      J’ai la grosse impression que tout cela est fait exprès. Est-ce impossible?

      1. Après Allègre, BHL n’en est pas ??? Lui qui est toujours en avant-garde pour sauver le monde ???

  4. Les 7 piscines (une par réacteur + commune) représentent la production passée de 18 ou 19 réacteurs… Tchernobyl est un pet de lapin à côté de Fukushima.

    1. Sauf que dans la piscine commune il n’y a que des barres froides et quasi sans danger, et c’est du solide puisque qu’elle a résisté au tremblement de terre et au tsunami. C’est presque aussi vrai pour les piscines 5 et 6 qui sont en état et refroidies, le combustible est juste un peu plus actif. Le seul danger qui les concerne serait qu’une (grosse) explosion à proximité brise les piscines.

      1. vous êtes vraiment convaincu des inepties que vous dites ?
        si elles étaient si froides pourquoi les met-on dans une piscine avec 5 m d’eau par dessus ?
        de plus elles contiennent du plutonium comme produit de fission.

      2. HP : êtes vous sérieux en disant cela ? Avez vous vu les photos satellite infra rouge ? qu’est ce que vous nous racontez ?

      3. Je parle de la piscine commune (et des piscines 5 et 6). Les assemblages de la piscine commune sont froids par rapport à ceux des piscine des réacteurs et il n’y a pas de Mox dedans. L’eau sert surtout à absorber les radiations. A preuve : l’eau n’a pas bouilli malgré 10 jours sans refroidissement.

      4. @HP
        vous êtes la réincarnation de Wesson d’Agoravox(qui se cache dans un trou de souris avec le patron de TEPCO) ou alors vous êtes le préposé de service d’Areva?
        Je vous rappelle que même TEPCO a été terrifié par la piscine du n°4 pendant plusieurs jours.
        Les barres sont froides tant qu’il y a de l’eau. S’il n’y plus d’eau, elles réchauffent.
        ça paye bien votre truc au moins?

      5. La piscine de stockage commune semble en effet n’avoir qu’une génération thermique modeste, évaporation sur ? des semaines (sans pluie) .

        Les piscines des réacteurs sont sans doute construites près des réacteurs et en hauteur pour minimiser les manipulations des coeurs chauds à la sortie, et cela se comprend, mieux vaut éviter de faire circuler un coeur encore radio- actif et thermiquement actif de ci et de la, meme si je suis aussi effrayé que vous de penser que du coup, le coeur dans la cuve + le coeur usé dans la piscine = mot compte double en terme de Pu par exemple.

        HP jouait donc le role de modérateur… de neutrons, il a rallumé les réactions, zut.

      6. Messieurs Dames, sachant que les piscines chauffées en plein air sont particulièrement appréciées des milliardaires, je pense qu’il y a un marché à creuser. (comme la tombe avec les dents, les coffres-forts avec l’emmental, les serres avec les tulipes, …)

        Le tout est d’y entrer en plongeant et de prendre une douche de décontamination en ressortant.

      7. @ HP

        Ces piscines de  » combustible usé » j’ai lu que ce combustible a encore une activité. Il doit séjourner pendant 5 ans avec de l’eau

        A la fin, ils l’envoient en Sibérie, dans des mines « désaffectées  »

        C’est très sérieux !

        Combustible usé = contient des isotopes radioactifq , qui continuent à se transmuter .;

      8. BHL et Sarkosy n’ont pas encore interpellé l’ONU , l’OTAN, le conseil de sécurité pour récupérer ses barres de combustibles ???
        (la France et quelques autres états bendent du combustibles nucléaires, elles savent aussi le stocker ..
        alors pourquoi ce combustible n’est pas récupérable .. ??? )

      9. Le combustible usé doit être refroidi en piscine pendant plusieurs mois, jusqu’à 2 ans (environ, jusque 5 ans pour le mox), celui de la piscine commune est « presque froid ». Les barres uagées du Japon sont retraitées en France, à La Hague.
        Celui des piscines effondrées est récupérable à la petite cuillère, ce qui ne sera pas simple, celui des coeurs est fondu au fond des cuves et très difficilement récupérable.

  5. Quand il est surtout question de chiffres et de commerce mondial, de cadence irréfrénée par dessus tout, on n’est déjà beaucoup moins regardant sur les nombreux ravages causés de plus sur la santé des êtres,

    Et puis sans la poursuite de tout ceci et cela jusqu’à la grande apothéose finale comme donc la plupart de nos élites mondiales pourraient-elles encore mener meilleur train de vie d’enfer.

    Comme si en fait depuis l’atome le Japon n’avait toujours rien compris depuis sa si grande éclatante reconstruction en vitesse sur les marchés. La question qu’on devrait surtout tous
    se poser le Japon comme la Chine est-ce encore bien de meilleurs exemples à suivre ?

    Comme si le grand mythe séducteur du tout technologique et sécuritaire de plus en avait également pris un sacré coup dans l’aile avec l’atome mais pas seulement sur cela.

  6. Les secours ne sont pas livrés, les camions ne pénétrant pas dans la zone. Les habitants doivent se rendre dans les villes les plus proches pour acheter de la nourriture. Mais l’essence manque également pour s’y rendre et les queues aux stations service s’allongent.

    Déjà que le Japon avec toutes ces nombreuses marques d’excellence n’avait pas une si bonne image d’acception et de compréhension pour ces citoyens les moins capables, productifs et en bonne santé sur la durée.

    Imaginez-vous également ne plus pouvoir accéder aux premiers secours, aux premiers besoins de base pour vous nourrir, imaginez-vous déjà en train de vivre la même situation
    de disette, de stigmatisation forcée. Ne serait-ce pas déjà un peu la fin de nombreuses représentations bien illusoires de plus à l’image pour ces gens là.

    Imaginez encore la même chose se produire dans une autre région du globe, la Chine
    où l’Amérique par exemple dans un proche avenir commercial, là oui ce serait vraiment
    le bouquet que cela se passe également dans le même temps ?

    1. de stigmatisation forcée. Ne serait-ce pas déjà un peu la fin de nombreuses représentations bien illusoires de plus à l’image pour ces gens là.

      Mais le problème de l’image de marque est secondaire, même s »ils ne vendent plus rien et s’ils se replient sur eux-mêmes . La seule chose qui compte dans l’immédiat, , c’est pour eux en premier, pour le reste du monde ensuite, d’échapper à l’irradiation , à un environnement et à une nourriture contaminés . L’important, c’est LA SURVIE .

  7. C’est incroyable, le manque d’information…et d’ailleurs quand elles viennent, elles le sont aussi !

    1. Extrait de cet article :
      « Les 8 employés d’Areva, entreprise française leader mondial du nucléaire, qui étaient présents sur le site au moment du séisme, ont rapidement pris la mesure du danger puisqu’ils ont été parmi les premiers à partir. Areva n’avait pourtant jamais émis la moindre crainte sur des risques présentés par les centrales de son client Tepco. »

      1. ils sont partis et au même moment leur patronne nous disait qu’il ne s’agissait pas d’une catastrophe.

        ses collabarateurs ne l’auraient pas tenu informer ?

        mais bon il ne faut pas desespérer les actionnaires ………………..

      2. “Les 8 employés d’Areva, entreprise française leader mondial du nucléaire, qui étaient présents sur le site au moment du séisme, ont rapidement pris la mesure du danger puisqu’ils ont été parmi les premiers à partir.

        – soit, ils en savaient plus que les autres ??! …et donc, ils avaient des choses à dire, ou faire, en terme d’urgence …

        – soit, ils ont pensé à leur saint nombril béni soit-il : ils ne seront certes pas irradiés, mais ils sont « coulés » et finis . et, Non-rêva aussi ! en terme vulgaire :  » ça la fout mal ! »

  8. hier soir, Arte a passé un documentaire sur la sous-traitance d’EDF.

    http://videos.arte.tv/fr/videos/ras_nucleaire_rien_a_signaler-3783544.html

    saisissant mais qui correspond exactement à ce que j’ai connu dans l’industrie chimique

    le plus gerbant : il y a prescription au bout de 10 ans ; en clair un gars qui déclare un cancer 11 ans après avoir été exposé ne sera pas pris en considération par EDF ni pour les indemnisations ( bien sûr puisque ce sont des sous-traitant !!!! ) ni comptabiliser comme accident : vpilà comment les nucléocrates peuvent tranquillement dire que les centrales nucléaires françaises sont très sécurisées et la santé des travailleurs priment sur tout ……………..

    1. J’espère qu’en justice , on peut démolir sans peine cette prescription de dix ans, fabriquée par l’accusé EDF, et qui ne repose sur rien d’autre que sur la mauvaise foi d’EDF à ne pas assumer financièrement ses responsabilités . . Depuis quand l’accusé imposerait-t-il lui-même à la justice des règles fabriquées par lui-même qui l’exonèreraient de ses crimes ?.

    2. @ gorban

      Industrie chimique ; on était un peu collègues

      Perso, je travaillais ( à une époque) chez UNION CARBIDE ..
      mais pas dans le département qui comptait dans son giron l’usine de :

      BHOPAL en Inde

      Mais bref .. ça a eu ensuite de sacrées répercussions dans ma vie ..
      That’s life !

      Depuis 2 – 3 jrs, j’ai vu aussi emissions ARTE à ce sujet

  9. En fait depuis toujours « l’homme ment comme il respire en société » aussi bien devant
    la plus belle femme qui voit et qui écoute d’abord son coeur.

    Il m’arrive parfois de me dire que Cassandre était peut-être une très belle femme, voire
    même peut-être la plus grande prophétesse en douceur que le monde antique ait connu.

    Comme quoi tous les avertissements plus ou moins gracieux, comme sous forme d’écrits plus ou moins symboliques demeurent donc vains pour les plus entêtés des êtres.

    En réalité les humains d’aujourd’hui n’ont vraiment changé de mentalité depuis hier et
    cela malgré le seul progrès commercial bien illusoir des êtres à l’antenne et dans l’atome.

    Et encore cela ne concerne qu’une partie du Japon pour le moment, imaginez alors que
    cela reproduise de nouveau ailleurs quelle grande malédiction de plus pour l’homme.

    Comme si pour plus d’accoutumance marchande et le seul culte de l’atome Japonais, Américain, Français, Chinois, Russe, le monde devra également apprendre à vivre avec.

    Qu’est-ce que vous croyez qu’il leur suffira de cacher et de noyer davantage le poisson ?
    Leur réaction vis-à-vis de l’atome viendra hélas trop tard pour le plus grand nombre,

    Ma pauvre Cassandre que penserait-on encore de toi dans un tel monde de marchands d’illusions et de sommeil.

    En conséquence nous n’avons pas encore tout vus, comme il ne sert à rien de faire plus longtemps l’autruche, se voiler la face.

  10. S’agissant de l’évacuation « volontaire » des populations un rappel est utile.

    En 1986, le pouvoir soviétique a rapidement pris la décision d’évacuer les zones proches de l’usine de Tchernobyl. L’armée est intervenue dans les villages comme on peut le faire dans un régime autoritaire, à savoir sans trop de ménagement. Les populations (personnes agées, paysans,…) le plus souvent étonnées se sont plus ou moins opposées à ce départ forcé qui a pu ressembler à bien des égards à une sorte de « rafle ». Ce fut un déchirement pour la plupart des habitants. Quelques personnes sont toutefois restées sans autorisation. Je recommande lire « La supplication » de Svetlana Alexievitch.

    Peut on imaginer que l’armée japonaise procède à une telle opération sous les yeux du monde entier ? Imaginons l’impact de ces nouvelles images montrant des milliers de japonais, des persones agées hébétés, de jeunes parents avec leurs enfants, obligés de quitter leurs maisons encadrés par les militaires. Départ non plus à cause du tremblement de terre et du tsunami mais bien à cause de la centrale nucléaire, de l’industrie nucléaire. Ces images feraient certainement réfléchir encore un peu les foules sur les bienfaits de cette industrie moderne, écologique et progressiste. Certains dirigeants et actionnaires préféreraient de ne pas les voir et on les comprend.

    On peut sans doute interprèter la message « évacuation volontaire » comme une adaptation de la catastrophe à la démocratie. Cette catastrophe n’a pas fini de nous en apprendre sur nos sociétés développées en crise.

    1. La démocratie n’exonère pas les dirigeants d’un états d’assumer leur responsabilité et leurs obligations vis à vis des populations à déplacer.
      Dire cyniquement à des gens « barrez vous mais démerdez vous » est particulièrement odieux. Si la démocratie façon Freedom c’est ça, vivement le totalitarisme.

      1. Je suis d’accord avec vous. A l’évidence, les dirigeants (gouvernements, entreprises) ont des obligations vis à vis de leurs populations. Hélas, je crains que dans la situation présente comme dans certaines autres (crise financière), le cynisme ne soit devenu le principe directeur en démocratie ou encore la boussole de l’oligarchie.

        Les partis politiques aussi ont des obligations de bâtir de projets de sociétés, des alternatives pour les peuples. Vous en avez vu beaucoup le faire ces derniers temps ?

      2. On commence à voir par ci par là que le problème c’est la démocratie alors je dis modestement attention à ne pas tout confondre !

        Il me semble que les élites ont de plus en plus propension à n’accepter aucune responsabilité quand cela va mal. C’est particulièrement vrai pour l’Europe et les Etats-Unis et j’attends de voir la suite pour le Japon.

        Il n’y a pas si longtemps, j’ai vu le patron McDo Japon devoir formuler des excuses publiques parce que quelques salades avaient été vendues après l’heure de péremption. Les japonais étant très sensible à la qualité de la nourriture, cela avait fait scandale. En l’occurrence, je les plains d’autant plus avec ce qui se passe.

        Pour Fukushima et Tepco, il est clair pour moi qu’une fois l’incident stabilisé le N1 devra se tracer une voie autrement plus radicale que la démission. Ce sera pour moi un indicateur pour voir dans quelle mesure les bons conseils diffusés par l’ami américain ont infusé parmi les élites japonaises (sur le plan de l’inculpabilité). Sur le plan de l’écart entre hauts et bas salaires il n’y a pas photos, l’infusion s’est déroulée comme prévu.

      3. La démocra-cra…

        La démocra-« si », ce sera pour le jour où nous n’autoriserons plus que des imbéciles sans noms nous « gouvernent » ou nous « patronnent »…

    2. je ne voudrais pas dire mais en France, alors qu’il n’est point obligatoire de vacciner ses enfants d’autres vaccins que le tétanos la diphtérie et la tuberculose sauf cuti positive (moins rare qu’on ne le croit) …
      combien se peut on être mis sous pression, traiter de ci et de là parce que l’on ne voit aucune justification à vacciner contre la rougeole
      (bégnigne sous nos climat)
      ou la rubéole
      (que lorsque son enfant a la rubéole, le médecin n’ose pas dire que c’est la rubéole sans une analyse de laboratoire tellement c’est rien ) …
      et je ne parle même pas de la coqueluche
      (que je n’ai jamais vu que dans les effets secondaires d’un vaccin dont le médecin même qui l’a injectée s’est plaint …)
      il est un grand nombre de personne avec un minuscule pouvoir qui se croient de vous intimider en vous faisant valoir que le vaccin contre la rougeole la coqueluche la rubéole …
      seraient obligatoires alors que bien heureusement ils ne le sont pas …
      mais ils ont leurs casquettes et en prime la propagande des laboratoires qui les induisent de rêver qu’ils sont dans leur bon droit …
      ce n’est pas facile pour le quidam de dire, dans notre pays en France, soit disant si démocratique …
      non la loi est cela, elle n’est pas ce que vous dites …
      votre casquette ne vous autorise pas de rêver que la loi est décrétée par le calendrier vaccinal édité par les laboratoire pharmaceutiques …
      le quidam sans casquette ne peut pas s’en sortir à moins d’être muni de la loi, qui l’autorise de ne pas subir l’abus de pouvoir du notable qui ne connait même pas la loi, mais se prétend la connaître …..

  11. 2 remarques consécutives au point de situation du 26 mars de l’IRSN
    • « La stabilité des structures de la piscine de désactivation du réacteur n°3 pourrait être remise en cause en cas de forte explosion en partie basse du bâtiment (scénarios en cours d’étude concernant une éventuelle progression de corium en fond de bâtiment). » On y vient, tout « éventuellement ». Pour la piscine de désactivation, notons bien qu’il n’est pas précisé s’il s’agit d’une explosion à venir ou antérieure à la publication de l’article (?…) Se rapproche-t-on de l’heure de vérité ou la prochaine étape médiatique sera-t-elle de nous faire prendre les « vessel » pour des lanternes ?
    « L’IRSN reste fortement préoccupé par la situation actuelle des réacteurs n°1, 2 et 3… et des suspicions d’endommagement des enceintes de confinement des réacteurs n°2 et 3… L’IRSN examine des scénarios d’aggravation possible de la situation, notamment les scénarios associés à une rupture de la cuve du réacteur n°3 ou des circuits qui lui sont connectés. » L’unité 3 est une loque, rien à ajouter à ce propos, le risque de « syndrome chinois » (merci zébu) y est évoqué partout, surtout sur ce blog. L’IRSN nous en remet même une couche quelques paragraphes plus loin : « Une des hypothèses examinée par l’IRSN concerne l’éventualité d’une rupture de la cuve du réacteur suivie d’une interaction entre le corium (mélange de combustible et de métaux fondus) et le béton au fond de l’enceinte de confinement. ». Par contre, il est intéressant de constater que le réacteur 2 est le seul dont l’endommagement de l’enceinte de confinement est évoqué depuis une bonne semaine par le Japan Atomic Industrial Forum (pourtant on ne peut plus réservé dans ses propos et remarquable par ses rapports allusifs dignes de ceux de Tepco). Et qui nous affirme pourtant jour après jour que le réacteur n°3 est intact.

    @ FL (perso) — : ce point de situation a été bien long à venir et je l’ai guetté comme vous, mais je vous ai laissé le scoop ! 🙂 Et puis, vous êtes plus objectif que moi.

  12. Les mesures de confinement vont prendre du plomb dans l’aile dans tous les pays à nucléaire : maintenant qu’on sait que ça risque de s’éterniser, qui va gentiment obéir aux zozautorités et rester chez soi au lieu de se tirer vite fait hors de la zone de confinement ? Si un gouverne-ment se risque, dans un pays démocratique, à mettre des piquets de gendarmerie pour les empêcher de partir, ça va barder !

    1. il me semble que l’onsait pas mal de chose, donc oui il faut éloigner les bébés, les enfants, les jeunes, par prudence, c’est très important ….
      mais après les plus de 50 ans, c’est un peu moins urgent ..
      (BHL peut venir tenir sa lance à eau pour sauver les japonais, je ne pense pas que ce soit plus grave que pour moi, mais que par contre pour quelqu’un comme lui qui aime tellement se faire valoir en sauveur de l’humanité …

      1. BHL peut venir tenir sa lance à eau pour sauver les japonais

        Vous voulez rire : la photo ne serait pas bonne : le casque de protection pourrait dévaster
        le brushing ! quant au décolleté, il serait obligé de le camoufler ! et avé le masque, difficile de jacter; oh, pardon, de se lancer dans une grande envolée lyrique !
        Bref, aucun intérêt !

  13. je pense qu’il n’y a plus qu’une chose à faire.

    et en plus ce sont des grands décideurs qui l’ont trouvé, cette chose.
    avec de tels cerveaux on est sauvé. dont lauvergeon.

    la méthode couet, oui la bonne vieille méthode couet.
    il ne reste plus que ça à faire.

    youpi on est sauvé.

    1. « parce que, au pire du pire, la France sera dans les huit premières puissances mondiales dans vingt ans. »

      Quoi c’est ça qui vaut la peine ?
      Je me pose la question, est-ce que ces individus sont encore équipés d’un cerveau ?

      1. A propos de tousoptimistes

        Sous d’autres régimes, on appelerait cela de la propagande.

        Ces gens (lorenzi, lauvergeon, betbeze, etc,…) n’ont de cesse de réécrire l’histoire comme ils souhaiteraient qu’elle se déroule. En 2007 et 2008, Monsieur Lorenzi, ex des cabinets ministériels socialistes et conseiller chez rostchild, intervenait encore sur les plateaux de tv pour dire que la crise financière était « sous contrôle », que les autorités politiques et monétaires avaient pris les bonnes décisions,….

        Madame Lauvergeon le 14 mars au soir, qu’a-t-elle dit d’autre ?

  14. exact !!!

    en fait j’ai mis ce commentaire car il y a encore un point commun nucléaire – finance : c’est lauvergeon qui fait participe de ce site créé par avec Jean-Hervé Lorenzi, président du Cercle des économistes.
    le gratin quoi.
    aussi irresponsable les uns que les autres mais béat, j’oserais dire « couetisés », excusez le barbarisme mais c’est imposé par la barbarie de la situation.

  15. http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2011/03/26/fukushima-silences-coupables_1498886_3216.html

    La réaction tardive de Tepco est également mise en cause. « Tepco a pris en compte le danger avec lenteur », a déclaré un haut fonctionnaire à l’agence de presse Kyodo. Dans les deux premiers jours qui ont suivi le séisme et le tsunami, le souci de préserver les équipements semble l’avoir emporté sur la prise en compte du risque pour les populations.

    c’est bien l’outil de production qu’ils ont voulu à tout pris préserver au mépris des populations.

    heureusement que c’est dans un pays civilisé car dans d’autres ce serait le poteau tout de suite !!!

    1. Je reste dubitatif devant cet article du monde. Ou les deux rédacteurs sont de fieffés imbéciles plus naïfs que ça tu meurs, ce dont je doute vraiment. Ou alors, ce sont de redoutables pince-sans-rire qui, au travers de cet article supposé apprendre et se scandaliser des pratiques du complexe nucléaro-gouvernemental japonnais, tirent à boulet rouge sur ce qui se passe en France.
      Relisez cet article, changez tous les mots « Japon » par « France », changez ls noms des gouvernants et des partis, remplacer TEPCO et Toshiba ou Hitachi par EDF, Areva, car ils décrivent exactement la même situation qu’en France, opacité, totalitarisme, collusion, corruption, mensonges, dissimulation, course morbide au profit, transfert de tout le travail le plus sensible à des interimaires par seul volonté de gaver les actionnaires. Tout y est.

      1. Excellent Kerjean ! A votre liste pour la France, j’ajouterais le corps des ingénieurs de l’École des Mines, tout puissant en matière de nucléaire et redoutable car constitué de gens très brillants !

  16. Quelque chose me choque profondément.
    Depuis prés de deux semaines, on a évacué la population dans un rayon de 20km et on a ordonné le confinement pour ceux qui sont de 20 à 30. ça fait des dizaines de milliers de personne.
    Comment se fait-il que dans aucun journal, aucune TV, aucune radio, aucun site internet on n’ai eu absolument aucun reportage sur ces radio-réfugiés. Il n’y a rien à dire? rien à montrer? aucun témoignage à recueillir sur la manière dont ça c’est passé, sur ce que ressentent ces gens, comment ils voient l’avenir? Rien à dire, à montrer sur l’organistation de l’évacuation, les conditions de vie des radio-réfugiés, sur le dispositif d’interdiction de zone?
    Nos journalistes ne savent donc plus que pérorer le cul sur leur chaise à 1000km du premier danger?
    Je trouve incroyable, invraisemblable l’absence absolue d’information sur les 200 000 première victime de ce fléau.

    1. Pour info, il y a eu un petit sujet sur ce point au 20 H de TF1 ce samedi soir, tourné dans la zone de confinement.

      1. ça m’apprendra à ne pas regarder TF1…
        Mais pas une ligne sur Le Monde, Libé, Marianne, Le Fig, l’Obs, Arte, F2, F3…
        C’est quoi? Le lobby nucléaire qui leur demande poliment d’avoir la pudeur de ne pas s’étendre sur ce drâme humain et social. Pardon, pas la pudeur, la décence….

  17. Après que de l’eau hautement radioactive a été découverte dans le réacteur 1 (le 25/03), nouveau scoop :
    La découverte d’eau extrêmement radioactive dans le réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Fukushima-1 a provoqué une nouvelle évacuation des techniciens s’employant à relancer le processus de refroidissement de la centrale, dimanche 27 mars. Tepco, l’exploitant de la centrale, a confirmé que la radioactivité dans l’eau qui s’est accumulée dans la salle des turbines de ce réacteur « est 10 millions de fois plus élevé que le niveau de radioactivité de l’eau qui se trouve généralement dans un réacteur en bon état ».
    http://www.lemonde.fr/japon/article/2011/03/27/hausse-de-la-radioactivite-et-evacuation-a-fukushima_1499234_1492975.html#xtor=AL-32280184
    Sauf erreur de ma part, de l’eau a été injectée à de nombreuses reprises dans le réacteur 2 mais le bâtiment n’a pas fait l’objet d’arrosages par projection au même titre que les unités 3 et 4. Ce qui tend à innocenter la piscine de combustible usé n°2. De plus, cette fois-ci, la radioactivité est vraiment très forte et renforce les suspicions soulevées à propos de l’intégrité de la cuve du réacteur 2 (et de son enceinte de confinement).

    Similar pools of water that may have seeped from either the reactor cores or the spent fuel pools were also detected in the turbine buildings of the No. 2, 3 and 4 reactors. TEPCO will remove the water in all four reactor units. (Kyodo News – March 27)
    Oui, on s’en serait douté. Toute cette radioactivité dans l’eau provient soit des cœurs de réacteurs, soit des piscines de combustibles usagés (bon, on n’insiste pas sur les arrosages qui drainent et diffusent tout ça). Merci Tepco. Soit les réacteurs… soit les piscines. Voilà le type d’info qui fait avancer le débat. Au fait, tout ça ne viendrait-il pas simplement d’un problème de radioactivité ? Ou de centrale nucléaire ?

    It is presumed that radioactive material inside the reactor vessel would have leaked outside the containment vessel at unit-1 , 2 and unit-3, based on the investigation of the water sampled at turbine building. (Japan Atomic Industrial Forum update 38 – March 27)
    Là, par contre c’est déjà plus précis. Mais n’oublions pas que « ça » doit essentiellement provenir des vannes ou des raccords. On parle beaucoup de fuites, plus rarement d’endommagement des enceintes de confinement. Quand aux cuves, on entre ici dans le domaine du tabou. Ce qui, entre nous soit dit, ne change pas grand chose aux conséquences puisque là-bas, tout baigne dans la flotte…

    Quoi qu’il en soit, le taux de radioactivité dans le littoral au large de la centrale de Fukushima a encore augmenté, selon des mesures de  l’Agence japonaise de sûreté nucléaire. A 300 mètres du rivage, le degré d’iode 131 publié ce jour était 1 850 fois supérieur au niveau habituel, alors qu’il ne l’était « que » 1 250 fois hier (et 146 fois, il me semble, 2 jours plus tôt !)

    1. Hhmm.. ton commentaire n’était pas visible lorsque j’ai rédigé le mien. Pardon.

      Cela aura quand-même l’avantage que les sushis pourront servir de lampes de chevet, soit, réaliser une économie de courant.

      Tiens, nouvelles en direct du Japon par contact internet : les Japonais n’ont pas reçu de consignes particulières sauf sur l’eau potable.
      Rien sur les pluies dont il faudrait se protéger,
      Pas d’informations très concrètes sur l’état des centrales…

      Cela fait penser au black-out sur les infos de particules sur les US.
      Les particules n’étant pas fichées « Al Quaïda », elles ne sont pas terroristes.

      1. @Yvan
        ouai, à cette allure, nous aussi on pourrait bien avoir du cassoulet lumineux d’ici quelque mois, et je ne parierai pas une choucroute fluo la dessus.

      2. Les particules n’étant pas fichées “Al Quaïda”, elles ne sont pas terroristes

        On dirait bien que l’enfumage « Al Quaida » s’est interrompu dans le monde occidental après cette catastrophe . Plus rien pour justifier l’omniprésence policière …à moins qu’ils nous organisent à présent des mesures de confinement . Pauvres Japonais !

        Après les sushis-lampes de chevet et le cassoulet lumineux , avec toutes ces particules qui nous arrivent actuellement , plus celles à venir de toutes les centrales nucléaires du globe, structures vieillissantes et dont l’entretien dépend des finances qui lui sont accordées, nous aurons et pour longtemps — du moins tant que notre espèce y survivra — l’éclairage gratuit.

      3. @ Yvan
        Alors là, pas de malaise. « No offence ! » a dit François Leclerc la dernière fois que je lui ai fait le coup. Et puis tes commentaires sont plus marrants que les miens.

    2. Ce sont les océanologues qui vont se régaler, avec un tel flux de traceurs radioactifs faciles à mesurer : la connaissance des courants et des mouvements de masses d’eau va faire un grand pas en avant !

      On retrouvera ça dans le prochain rapport du GIEC.

      On se console comme on peut…

      1. Il n’empêche que le Linophryne lucifer devra porter plainte pour concurrence déloyale.
        Avec tout ce qui briller dans l’océan, plus besoin de lampe torche, notes.

        Hé, vous saviez que nous manquions de produit pour la scintigraphie…???
        Là, va falloir baisser la sensibilité des capteurs sous peine de faire exploser les appareils 🙂

  18. Pour ceux qui douteraient encore d’une rupture de confinement, là, nous sommes fixés :
    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20110327.OBS0320/japon-hausse-de-la-radioactivite-a-la-centrale-de-fukushima-le-personnel-evacue.html

    Et c’est le réacteur 2. Le 1 et le 3 fuyaient déjà.

    Certains commencent aussi à envisager des retombées économiques et je ne serais pas surpris que le Japon serve d’excuse à une aggravation de la crise.
    Ce qui ne trompera pas grand-monde.

    Sinon, ça va, chez vous…?? 😉

    1. Chez moi, cela va bien, le printemps est de retour …
      La problématique à venir ne sera pas uniquement économique si je peux dire, cela serait trop simple.

      La situation semblant s’aggraver avec des fuites de plus en plus massives, il est à craindre qu’il soit nécessaire d’évacuer des zones entières de ce pays voire … le pays tout entier.
      Et je n’intègre pas les régions cotières de la chine, Tawain, la Corée, etc …

      Car que risque t’il de sortir prochainement des cuves éventrées ?
      Le réacteur 3 étant chargé de Mox, il est à craindre des rejets massifs de plutonium dans l’atmosphère, poussières se balladant au grés des vents.
      Le plutonium est hautement toxique, une quantité infinétisimale inhalée suffit à générer un cancer garanti à 100%. Selon les sites consultés, quelques dizaines de microgrammes suffisent avec au choix, cancer des os, des poumons…
      Il est estimé que 50 millièmes de milligramme de plutonium 239 peuvent constituer une dose mortelle.
      Il y a un petit calcul sinistre à faire, il m’a fallut réviser les puissances de 10 !!
      Quelle est la quantité de plutonium dans le réacteur 3 ?
      Divisons la quantité présente dans le réacteur 3 par la quantité de plutonium mortelle, cela nous donnera le  »potentiel » de mortalité globale.
      J’ai pris pour hypothèse qu’il n’y avait que 100 kilos de plutonium.
      Selon mes calculs à vérifier :
      100.000 g divisés par 50 puissance 10(-6) donne 2.000.000.000 personnes soit deux milliards de personnes potentiellement touchées par cette matière.

      Ou se trouverait ses personnes ?
      En Asie principalement et accessoirement sur la cote Ouest des USA avant que cela n’arrive ici.
      Le plutonium étant relativement lourd, un partie conséquente resterait dans la zone  »proche » du lieu d’émission mais il est certains que des particules iront beaucoup plus loin.
      Comment évacuer dans le calme 2 millards de personnes ou 200 millions s’il n’y a que 10 kg de plutonium dans le réacteur 3 ?

      Quant on voit la panique qu’a provoqué le SRAS, le H1N1, je vous laisse imaginer ce qu’il se passera s’il est avéré que du plutonium, profitant du printemps, décide de faire un petit tour à l’extérieur.

      Ce ne sera plus une crise économique, ce sera tout autre chose, une problèmatique à laquelle jamais l’humanité n’a été confronté.

      1. Jamais aucun gouvernement n’évacuera autant de civils. Les riches se tireront, les autres resteront sur place. Et s’il venait à l’idée des masses de migrer d’elle même, elle trouverait assurément de la résistance.

        Voyez déjà comment les habitants dans la zone tampon sont « évacués » > démerdez-vous !

      2. Bonjour JPM,
        mes calculs persos, dont je ne retrouve pas les références, sont moins optimistes :
        un réacteur à eau bouillante est chargé de 100 à 150 tonnes de combustible (à revérifier)
        Le n° 3 de Fukushima est chargé de 70% d’uranium appauvri et de 30% de MOX, à 6 ou 7% de plutonium, soit entre 1,8 et 3 tonnes de Pu, si je ne me gourre pas, t’es loin du compte.
        Désespérément tien.
        mqr

      3. D’une certaine manière, ce sera la fin d’un monde (version optimiste) ou la fin du monde (version pessimiste)

      4. Imaginer que nous soyons capables de provoquer LA fin du monde, c’est encore de l’orgueil.

        La fin de la civilisation occidentale suffira : ça, on a déjà démontré qu’on savait faire.

      5. jeanpaulmichel

        Exact, c’est le plus gfrand danger le MOX !

        C’est une belle invention que de recharger dans du combustible nucléaire le PU239 issu de la combustion de l’Uranium enrichi. C’est ok tant qu’il n’y a pas d’accident…

        P

      6. jeanpaulmichel

        Exact, le MOX est le plus grand danger !

        C’est une belle invention que de recharger dans du combustible nucléaire le PU239, déchet dont on ne sait que faire issu de la combustion de l’Uranium enrichi.

        C’est ok tant qu’il n’y a pas d’accident…

        Par ailleurs, super Phénix devait être un réacteur fonctionnant au Plutonium pur, soit 1 tonne/an et par réacteur.
        Sachant en effet qu’1/10e de milligramme fixé dans les poumons suffit à provoquer à coup sur un cancer, on a de quoi tuer en théorie 10 Milliards de personnes avec 1 tonne de PU239.
        On mesure bien là la folie d’un tel projet totalement dans l’hybris.

  19. Personnellement, je ne comprends pas toutes ces interrogations.
    Il est impossible que les coeurs n’aient pas fondu. Le processus de fusion du zirconium débute dans les minutes qui suivent un défaut de refroidissement.
    La fusion des empilements (des « cubes » de uranium ou mox, gros comme des carrés de sucre), dans les heures qui suivent.
    Après une dizaine d’heures, un corium est formé.
    Après une vingtaine d’heures, le confinement acier est traversé.

    Pour l’info, l’incident de Three mile island :

    – A T=0 (panne pompe)
    – T + 3 secondes, ouverture de la vanne de décharge (dépressurisation)
    – T + 8 secondes, coupure réacteur et turbines
    – T + 2 minutes, mise en route des pompes de secours
    – T + 6 minutes, l’eau bout en sortie du réacteur (on peut estimer que dans le réacteur c’était à ?? T+ 5 peut-être).
    – T + 8 minutes, un opérateur ouvre la valve du circuit de secours, le circuit de secours fonctionne. Début du refroidissement des générateurs de vapeur et un peu plus tard, du circuit primaire.
    – T + 15 minutes, la chambre est pleine, les vannes de déchargent s’ouvrent, le circuit primaire se vide dans l’enceinte de confinement.
    La température continue à augmenter (le coeur est trop chaud pour permettre un refroidissement suffisant)
    – T + 1h15 et T+1h40, les pompes primaires lâchent (trop sollicitées)
    – T + 1h48, le coeur émerge de l’eau
    – T + 1h55 (estimation) la réaction thermique entre la vapeur et le zirconium de protection des barres, produit de l’hydrogène.
    – T + 2h20 un opérateur ferme la valve du circuit primaire
    – T + 2h55 un opérateur met en marche manuellement une pompe de secours sur le circuit primaire (à ce moment, il reste 1,20 m d’eau dans le réacteur contre plus de 5 normalement). Le brassage de l’eau en l’absence de pression (ou pression insuffisante ici), accéléra la décomposition du zirconium émergé et entraîne le début de la fusion des barres (sans ce brassage, on aurait « gagné » quelques minutes). Le fait de faire couler de l’eau sur des barres en décomposition accélère leur dégradation. On le sait depuis TMI !
    – T + 3h10, arrêt de la pompe.
    – T + 3h12, la vanne est réouverte pour décompresser la chambre quelques minutes : première émission de radiations !
    – T + 3h20, les opérateurs comprennent que le réacteur est partiellement dénoyé, réinjectent de l’eau par le système de sécurité.
    – T + 3h45, le coeur est de nouveau totalement noyé. La situation se staibilise
    – Entre T+5h et T+9, la vanne est régulièrement ouverte pour évacuer les surpressions (l’eau contaminée s’accumule dans l’enceinte de confinement).
    – T + 9h50 explosion de l’hydrogène accumulé depuis T+2 heures, environ. L’explosion est relativement faible (pas de dégâts).
    – T + 14h la situation est stabilisée.
    – T + 16 h la situation est sous contrôle. La température commence à baisser.

    Au résultat :
    – 48% du coeur fondu
    – 22 % du corium est au fond de la cuve, celle-ci est attaquée sur 3 pouces d’épaisseur (elle en fait 5) ! Elle aurait été percée (alors qu’elle était sous eau) dans les 2 à 3 heures suivantes.

    1. Merci de vos explications toujours très intéressantes.

      La fusion des empilements (des « cubes » de uranium ou mox, gros comme des carrés de sucre), dans les heures qui suivent.

      Il y a des animations en vidéo très bien faites sur le site de CNN qui illustre ce que vous dites :
      http://edition.cnn.com/interactive/2011/03/world/interactive.nuclear.japan/index.html

      Dominque Leglu avait raison depuis le début. N’oublions pas que, au delà d’être journaliste, elle a un doctorat en physique nucléaire et physique des particules, ce qui lui permet sans doute de mieux comprendre ce qui se passe que la plupart des journalistes des principaux médias.

    2. Oui, merci Gouwy

      Je reviens à la charge en voyant qu’il y a toujours des intermittences à Fukushima Daiichi.
      Le scénario TMI est presque simple, une partie dégradation, une partie reprise en main, avec quelques erreurs supplémentaires non fatales dans la première phase.

      Vu les gros volumes mis en jeu (coeur plus gros que TMI ?) , vu la situation d’arrêt 20 mn avant la perte de refroidissement (le séisme avant le tsunami), ce qui compartimente la situation assez longtemps pour la rendre localement assez variable, vu la différence MOX vs U (+ bas point de fusion de l’oxyde, démixion peut être ?), est-ce qu’un scénario « à la Oklo » n’est pas en train de se dérouler, et tant qu’ils ne peuvent savoir ce qui se passe dedans, ils sont gros-jean comme devant.

      Dans une hypothese encore « optimiste », il faudra refroidir par les tuyaux (« par dedans ») ET par dehors en bas de la cuve pour éviter que le corium ne la perce, et colmater des fuites de bouillie très radioactive, de l’eau avec des grumeaux de corium ou de je sais pas quoi…!?

      Pouah !

  20. Bonjour,

    Je signale l’ecellent blog de la rédactrice en chef de Sciences et Avenir, sur le site du Nouvel Obs. Une approche iconoclaste, à la Jorion.

    Je salue également le sang froid des agents de l’ASN qui respectent notre quiètude domincale en s’abstenant de maintenir l’information. Allez bon week-end les gars. Après tout, y à pas le feu (nucléaire)… Et posez peut être quelques RTT pour les semaines à venir.

  21. Lauvergeon disait 2 jours après le sinistre au journal de 20h, « plus le temps passe, plus le risque sera maitrisé … « 

  22. Comme on aimerait que François et Paul aient parfois tort… Mais tout se passe donc comme anticipé…que ce soit pour Fukushima ou pour le Portugal etc…
    J’ai l’intuition que l’idéologie dominante de la ‘vitesse’ pollue les façons de penser de la plupart des analystes (sauf dans certains blogs) qu’ils soient stipendiés ou non : si un événement dépasse la durée de quelques jours il est oblitéré. Par exemple certains commentateurs ont osé dire que Fukushima démontrait la sureté du nucléaire puisque le séisme + le tsunami n’avait pas abouti à la catastrophe ! Mais elle est là !
    Paul a eu une image sur la crise en cours : un train déraille et lentement on voit les wagons se chevaucher. Et tout se passe comme il l’a décrit il y a un an dans son appel : vous ne sauvez pas la Grèce, vous aurez le Portugal etc…
    De même il a parlé des Anglais et ce qu’il peut advenir quand on les pousse à bout : voyez Londres hier.
    Les révolutions arabes se déroulent à un rythme stupéfiant mais peu de gens le commentent ainsi car des semaines leurs paraissent des siècles.
    Nos élites sont arrogantes – mais par définition,appartenir à l’élite rend arrogant – mais elles sont aussi animé par l‘hubris. Et à la fin leur capacité intellectuelle est entravée : j’ai souvent vérifié dans ma vie professionnelle qu’une intelligence brillante ne garantissait en rien des décisions justes. Ils pensent vite mais mal et les cerveaux lents 🙂 sont bloqués… parfois méprisés. Car ce qui compte c’est la vitesse – et le profit spéculatif souvent combiné à cette ‘vitesse’.
    En résumé une oligarchie peut essayer de se justifier par un apport type mécénat ou l’état de civilisation (après la révolution néolithique…) mais notre oligarchie n’a plus que son désir morbide de fric et en plus ce sont des crétins comme le démontre malheureusement l’enchainement des catastrophes.
    Dans le Monde daté du 26 mars voir l’article d‘Isabelle Stengers : »(…° ) »le déchainement de la logique capitaliste que l’on appelle néolibéralisme ». (…) ceux qui travaillent en entreprise forcés de faire ce qu’ils savent être du mauvais travail  » (…) A la fin elle associe :  » Forage en eau profonde, spéculation financière », centrales nucléaires, dans tous ces cas le premier quidam aurait dit que l’on joue avec le feu (…°). Article excellent : à lire!

    1. Jolie analyse Tolo. Cette progression de la vitesse me frappe depuis mon adolescence. Phénomène qui concourt à « perdre » beaucoup de gens, dominants comme dominés, moi inclus.

      Et quand ça devient grégaire…

      La précipitation vient de Satan ; Dieu travaille lentement. Proverbe persan

      1. Oui, la vitesse et surtout le mouvement, le mouvement qui s’alimente lui-même comme un fou cherche autour de lui de quoi alimenter sa folie, sont d’essence satanique.

    2. Bel hommage aux auteurs de ce blog.

      Vous soulignez ici l’importance du rythme, de la durée, nécessaires pour l’élaboration de toute chose un tant soit peut consistante. Je pense aussi que la vitesse n’est pas seulement une accélération des choses, comme si aujourd’hui on faisait seulement plus vite ce qui pourrait être fait plus lentement. C’est en effet plus grave : en accélérant les choses on ne cesse de faire autre chose, d’autres choses, dont la seule nécessité est de maintenir le système en place. Seul Internet semble échapper, en partie, à cette logique en tant que le réseau relient les hommes entre eux avant de les relier aux choses.

      Les révolutions arabes se déroulent à un rythme stupéfiant mais peu de gens le commentent ainsi car des semaines leur paraissent des siècles.

      Votre remarque est très belle mais aussi très juste. Le rythme n’est pas la vitesse si toutefois l’on ne se fait pas du rythme une conception métrique qui renvoie au monde des choses déjà calibrées et normées. Le rythme implique ici un changement profond, répondant à une nécessité vitale, liée à une histoire, celles des sociétés, et de l’humanité. Le rythme est rapide et charrie avec lui de réelles transformations sociales, politiques et culturelles, ce qui n’est pas le cas de notre monde matériel de la vitesse. Ce monde de la vitesse qui piétine, même si, sans doute, la perte du sens de l’existence, le sentiment de l’inanité et de l’absurdité de notre système est déjà la prémisse d’une transformation à venir.

      Les révolutions arabes participent d’un courant puissant dont la source ne se tarira tant que les dictatures, une à une, n’auront été défiées, abattues, car elle est abreuvée par des aspirations humaines dont les déterminants dépassent le cadre strictement économique même si celui-ci a son rôle a jouer. Elles expriment des valeurs qui n’ont pas de prix si ce n’est celui d’existences qui se mettent elles-mêmes en jeu. Cette analyse n’est pas faite dans les médias dominants.

    3. 2010 n’était pas mal, mais 2011 semble être « l’année de l’Impossible » : séisme inédit, tsunami itou, réacteurs fuyards, dictateurs sur siège éjectable… Logiquement, quelques épisodes climatiques croquignolets devraient suivre.

      Les catastrophiles vont se régaler.

      1. Pour reprendre sur cette idée de vitesse, je préfère la notion d’accélération à celle de rythme.

        Cette agitation, motivée par l’avidité du pouvoir et des « quick bucks », héritage des ricains post WW2, a déjà passé depuis lurette son point de non retour.

        L’image qui me vient est celle d’un corps en perte d’équilibre au-dessus du vide. Plus rien n’arrêtera sa chute. Même si quelqu’un hurle à une dizaine de mètres de là : ATTENTION

        Personne ne peut plus rien faire…

        Pas même Chuck Norris :~)

    4. ceux qui travaillent en entreprise forcés de faire ce qu’ils savent être du mauvais travail

      comme les soviétiques du temps de l’URSS ; on continue à faire tourner le monstre, mais on y croit plus ……………….

  23. Quelle est la position, les recommandations aux populations, de la sécurité civile française, allemande, autrichienne, anglaise etc…???

    1. Un soupçon de nombrilisme, PAD..??

      Là, comme déjà évoqué, il faudra surveiller la réaction des pays proches qui nous donneront des indications au niveau des retombées volatiles sur l’Europe.

      Ne SURTOUT pas oublier que cela constituera aussi un très bon « stress test » de nos « responsables » politiques…
      Soit, les enfumages habituels.

      De ce coté-là, au moins, nous pouvons leur faire confiance.
      Bonne question, d’ailleurs, la confiance réciproque………………………….

      1. Je crois que « nos responsables » prouvent, encore une fois, leur incompétence et le fait qu’ils ne sont pas irremplaçables…

  24. http://planete.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/03/26/nucleaire.html

    Enfin une bonne nouvelle

    Car une des leçons de Fukushima, c’est que la démocratisation « aval » des radiations à l’Iode et au Césium est bien à l’oeuvre dans l’eau, dans l’air, dans la mer, dans la végétation, les cultures agricoles…. Il est temps que cette démocratisation irradie de ses lumières « l’amont » (1) de la filière industrielle.

  25. Bon, le bon plan s’il faut évacuer l’hémisphère nord, c’est qu’on aura régler la crise de l’euro et le problème israelo-palestinien.
    Par contre, il faut vite mettre des centrale EPR au MOX sur l’antarctique pour le dégeler et cultiver des salades pour trois ou quatre milliards d’humains qui seront amenés à y camper.

    Excusez moi, c’est les nerfs.

    1. Évacuer l’hémisphère nord… Malheureusement, ça ne se fera pas.
      Mais je comprends totalement ton sentiment Kerjean.
      Fukushima risque de bouleverser nos vies et toute la géopolitique….

    2. d’accord avec vous !

      ps : dans une vie antérieure je me nommais plus belle la vie.

      c’est de moins en moins d’actualité.

      1. Si « plus belle la vie » du blog de JFK c’est toi, est ce que les affaires se sont arrangées pour toi ?
        (hélène)

  26. France Culture et iTélé ont mentionné à 12h30 et 13h des taux de radio activité 10 millions (sic) de fois supérieur à la normale dans de l’eau sous un des réacteurs !

    1. C’est surtout le deuxième commentaire en réponse à ce billet que je trouve très intéressant .

      1. Un très bon billet d’Attali. J’espère que son copain Sarko va tilter…

        Voilà 15 jours déjà que la catastrophe a eu lieu… les êtres humains dits « intelligents » ou supérieurs ne sont pas la panacée du bon sens ni de la vision juste…

    2. Ha..??

      Vous êtes tous les deux de droite, Martine et Paul-émile…???

      N’oubliez pas de voter, dans ce cas. Car vos courants de pensée semblent prendre des radiations…

      1. Yvan, je suis très très loin de la droite (…) mais quand quelqu’un a raison, pourquoi le nier ?
        Attali ici ne fait preuve que de bon sens (enfin, 16 jours après !) – ne nions pas le Bon Sens, qui se fait si rare de nos jours.
        De plus, Attali est dans les blogs référencés par M. Jorion – quel lien faites-vous entre eux deux ?

      2. @Yvan

        Quand Pierre, Paul ou Jacques dit un truc que je trouve intéressant, je le prends sans restriction. Je suis un peu con vous savez, quand ça me plait, je le dis sans trop penser à mon bulletin de vote. En l’occurrence, figurez-vous que ce matin j’ai trouvé réconfortante la colère exprimée par Jacques Attali face à la timidité proprement hallucinante de nos gouvernements à réclamer plus de transparence quant à l’évolution de la situation à la centrale de Fukushima Dai-Ichi, ainsi que sa colère face à l’attente passive d’une réponse enfin positive de la part des autorités japonaises à une coopération internationale des ingénieurs pour trouver au plus vite un début de solution à la plus grave crise humaine que traverse le monde entier depuis…. l’extension des diplodomachins et ptérochoses.

        Encore une fois il s’agit de penser le monde comme un tout.
        De faire reculer cette vision archaïque qui veut que lorsque des pays directement concernés s’occupent d’un pays-source on parle encore et toujours d’ingérence. Notre monde n’a à mon sens plus le temps de s’occuper des égos et des susceptibilités nationalistes des uns et des autres. Face aux catastrophes globales (crise financière, accidents nucléaires) il nous faut absolument trouver le chemin d’une véritable gouvernance mondiale si nous voulons assurer un avenir aux humains de toutes nationalités. Jacques Attali est un homme de réseau et un homme influent. Sa voix compte. Je m’en félicite. Et d’ailleurs, j’y pense, avez-vous entendu d’autres figures de l’élite intellectuelle française si prompte d’ordinaire à monter au créneau des conflits planétaires nous dirent quelque chose d’intéressant à propos du Japon ? Ou partir, comme à leur habitude, en éclaireur de la conscience universelle, le cheveu noir et la chemise blanche au vent, sur les lieux du drame ? OUUUUUUHHHHHHHHH…… BHL… !?

        — silence radio du philosophe —

        Je vais donc, mon cher Yvan, si vous me permettez, continuer à émettre une toute petite satisfaction que quelqu’un mette sur le tapis deux trois petits sujets comme ça, au passage, pendant que d’autres, le nez sur le guidon des futures élections présidentielles de la France-à-nous-qu’on-a, vont continuer à classer qui de droite qui de gauche, entre Martine, Ségolène, Dominique, Marine et Nicolas sont encore sur le ponton du bateau (qui coule).

      3. @Martine Mounier

        Heu, si vous voulez qu’on essaie de considérer vos propos, essayer déjà d’éviter des termes comme gouvernance, merci…(je passe poliment sur Attali, si je puis me permettre…)

      4. @Crapaud

        L’Europe est coincée entre du trop et du pas assez.
        Elle ne donne pas une idée exacte de ce qu’il nous faudrait dépasser en tant qu’êtres humains vivant sur une seule planète. L’Europe est coincée entre des nationalismes exacerbés par la technocratie de Bruxelles et l’impuissante foncière des élus du peuple à agir face aux intérêts de groupes particuliers (les lobbys). Ce pseudo fédéralisme ne peut pas rendre au local sa possibilité d’expression et son intégrité : le plus petit ne pouvant marcher qu’avec le plus grand. C’est du reste ce que nous voyons tous les jours, mais en négatif, lorsque nous parlons de mondialisation. Ce qu’il faut c’est reprendre dans l’autre sens : tendre vers une mondialisation positive si vous voulez : Constitution pour l’Economie, Monnaie universelle, Sureté environnementale Mondiale… Je comprends parfaitement que compte tenu des résultats désastreux de l’Europe en matière de démocratie on puisse être totalement et définitivement opposé à cette idée. Mais, et c’est ce que je veux dire, je crois que nous nous trompons à transposer le connu en envisageant seulement l’effet de taille sans penser à la qualité nouvelle.

      5. Bravo, Martine, de reconnaître et d’affirmer tes idées.

        En cela, je garde mon rôle de révélateur. Ce qui est rarement apprécié et rend un service discret mais efficace concernant ceux qui doivent choisir entre :
        – souverainisme, mais jusqu’à quel extrême-droite..??
        – protectionnisme, mais jusqu’à quelle concession..??
        – capitalisme, mais jusqu’à quel débordement..??

        N.B. : j’ai trop baigné dans la physique et notamment la mécanique pour savoir qu’un pendule revient toujours des extrêmes vers son point milieu d’équilibre.
        Ceci dit, je ne sous-estime absolument pas l’énergie accumulée pour atteindre le point extrême, non.
        J’y vois juste le dépend que cela implique ainsi que la destruction qui en résulte.

    3. « Il est ahurissant que la « communauté internationale », désormais, (et c’est heureux), si prompte à réagir, à s’indigner à la moindre violation des droits de l’homme, reste, dans ce cas, totalement impavide ».

      C’est un phénomène intéressant qu’Attali relève ici et qui me paraît pertinent. On dirait que ceux qui font profession de prévoir, de comprendre et de décider se trouvent dans un état de sidération tel que les réponses aux évènements (crise financière de 2008, désastre de Fukushima Daïchi, intervention e Libye, etc…) relèvent désormais davantage d’une forme d’automatisme de la pensée que d’une réflexion claire. C’est une forme de névrose collective. On répond en reproduisant les réponses du passé, aujourd’hui inefficaces, alors que c’est de créativité dont on a besoin.

      1. Rien n’arrive pas hasard… les « responsables » le savent bien.
        Pas d’avidité (ou beaucoup moins) = pas de Fukushima…

    4. Martine,

      La situation est grave, il a raison d’alerter, mais sa conclusion est très curieuse.

      là est absurde. L’industrie nucléaire ne pourra être, éventuellement, sauvée que si cette catastrophe est enrayée au plus vite. Il faut donc d’urgence mettre en place un consortium mondial de toutes les compétences.

      Ce n’est pas le tout de ce qu’il a voulu dire, il s’agit bien entendu de sauver l’humanité, mais tout de même, écrire noir sur blanc qu’il s’agit de sauver l’industrie nucléaire, même éventuellement, je trouve cela un peu fort de café. Passez-moi l’expression, mais « on s’en tape » de l’industrie nucléaire. Sa façon de présenter les choses est très maladroite, ce d’autant plus qu’il ne dit absolument rien du nucléaire français. Areva a tout de même fourni du Mox aux japonais !
      Dommage, car pour le reste j’approuve ce billet d’Attali.

      1. Vous vous méprenez. Dans cette phrase, il ne s’adresse ni à vous ni à moi, il s’adresse aux tenants de l’industrie nucléaire, à tous les niveaux. Attali est un politique et donc il sait comment influencer les décideurs. Son but n’est pas de foutre 500 000 personnes dans la rue, mais de mettre la chiasse à ceux qui savent, qui peuvent mais qui ne veulent pas, par stupidité.
        Ils leur dit, si ce n’est pas l »industrie nucléaire qui sauve la situation, vous verrez les masses la condamner irrémédiablement et vous pendre par les couilles après vous avoir arraché un oeil.
        C’est un peu imagé mais c’est très méchant une foule en colère. Demandez à Mussolini.

      2. @Pierre-Yves

        Ce que rappelait Attali juste avant la phrase mentionnée c’est que Tepco a tardé deux jours avant d’arroser les réacteurs avec de l’eau de mer parce qu’ils ne voulaient pas condamner la centrale. Partant de là, Il me semble que ce qu’a voulu dire J. Attali c’est que si l’industrie nucléaire voulait elle se sauver, elle aurait plutôt du commencer par tout faire pour stopper le désastre. C’est en tout cas comme ça que je l’ai lu.

    5. Attali vous aurait écrit jusqu’au 10 mars que le nucléaire est parfaitement sur, d’ailleurs dans cet article, il s’inquiète à peine moins pour l’image du nucléaire, que pour la mise en danger des populations.

      Il cite les subprimes comme si il n’avait chaudement recommandé à NS de lancer la France là dedans, bref…

      Pour moi, Attali c’est le gars qui donne la météo de la veille. Mais il sait le faire.

      1. Pour moi, Attali c’est le gars qui donne la météo de la veille. Mais il sait le faire.

        comme tout bon expert médiatique qui se respecte !

        comme les experts économiques qui ne voyent rien venir mais qui continuent à nous prédire l’avenir !

  27. Je crois que les responsables de TEPCO et leurs travailleurs actuellement sur le site refusent rationnellement d’admettre la catastrophe déjà produite, et tente de la résorber… alors qu’il aurait fallu qu’ils agissent comme les Russes en 1986, acceptant avec bon sens d’éradiquer (…) la « Bête » avec urgence et réaction (…).

    Ce qui me « tue » intérieurement, c’est que ces gens-là nous condamnent, par leur idiotie, tous.
    Nos terres seront souillées à jamais, et les produits que l’on voudra en tirer pour subsister, également…

    1. L’avantage de la radioactivité par rapport à beaucoup de polluants chimiques, c’est qu’elle n’est jamais éternelle. Dans 3 siècles, on pourra raser tranquillement la splendide forêt de la zone interdite de Tchernobyl.

      Pour Fukushima, je ne ferait pas de pronostic puisqu’on n’est pas au bout des rejets. Mais ce ne sera pas perdu « à jamais ».

      1. Salut Hermiss,
        t’es trop drôle, mais c’est quoi l’éternité pour ceux que tu aimes (l’humanité, l’ensemble des vivants…)?
        mqr

      2. Herrmiss

        Je l’ai dit ici il y a 13 jours : ce qui est très inquiétant est la présence de MOX dans le réacteur 3, avec environ 120 tonnes du transuranien qu’est le Plutonium239 à durée de demi-vie de 24.110 ans. Soit pour en revenir à un niveau acceptable de radioactivité (128ème de concentration initiale), 6 semi-vies, soit 125.000 ans. Pour moi, cela ressemble quand même à l’éternité…

      3. En fait, 6 demi-vie cela fait 150.000 ans évidemment.. J’avais d’abord imaginé 5 demi-vies mais cela ne réduisait la radioactivité initiale que d’un 32ème. Et avec 6 demi-vies on n’en est qu’à un 64ème.
        Cela reste longtemps à attendre. Avec le taux de mutation élevé, je me demande à quoi ressembleront les humains dans 150.000 ans. Mieux ou pire ?

    2. Salut AncestraL,

      ces gens-là

      tu fais dans le Brel ?
      Y faut qu’tu rentres chez toi ?
      un petit problème : c’est (devenu) où ?
      mqr

    1. @ gotoul

      si vous avez lu la « stratégie du choc » de Naomi Klein, elle y écrit que tous les désastres naturels (ainsi que ceux qui ne le sont pas d’ailleurs) sont une aubaine pour les mafias en tout genre.

  28. Le Japon est peu optimiste d’après les médias.

    Outre que cette formulation est quelque peu angoissante, elle révèle comment le duo optimiste/pessimiste est moderne.

    Pour le dire autrement, l’optimiste est celui qui croit que la catastrophe pourrait avoir lieu et le pessimiste est celui qui croit que la catastrophe va avoir lieu.

    Comment nommer celui qui sait que la catastrophe a déjà eu lieu ?

    1. Elle n’a pas déjà eu lieu, elle est en cours et peut encore gagner du galon.

      Personnellement, je me suis toujours considérée comme optimiste. Et, en général, les choses sont effectivement pires que ce que je craignais au départ. Mais cela ne m’empêche pourtant pas de passer pour une pessimiste. Je m’interroge…. …. ::?::

      1. Très bien vu! Elle est en court, la catastrophe, et on nous prédit qu’elle va durer très longtemps.

        Du désir de développement durable nous risquons de passer à l’enveloppement durable.

        La volonté a fait faillite.

      2. Si la catastrophe est en cours, il est juste de dire qu’elle a commencée.
        Si personne ne peut ni arrêter le processus, ni revenir en arrière (!), ne doit-on pas affirmer qu’elle a déjà eu lieu et qu’elle continue d’être ?

  29. @ François Leclerc

    Dans votre mise à jour 110 vous parlez de 700 techniciens. N’est-ce pas plutôt 70 ?

    1. Le nombre de gens travaillant à un moment donné sur le site est une chose, ceux qui y travaillent par rotation une autre.

      Tepco n’est pas d’une grande clarté à ce propos.

    1. Vous faites fausse route…
      Même l’Âge de Pierre sera bientôt d’un niveau trop élevé pour l’humanité… Rappelez-vous ce que disait Eisntein concernant les 3ème et 4ème guerres mondiales…

      1. Bon, ne perdons pas le Nord :

        ô Ancestral

        , ( failli dire honorable druide, mais ça, ce sera plus tard ! pas d’anachronisme ! ) avez-vous la moindre idée de comment faut faire pour tailler un silex , tailler un rondin de bois, accrocher le silex avec une liane : ce serait dans le but de faire une sorte de hâche [ bon, d’accord, ce fût-sera plutôt la méthode anglaise, mais point d’enfantillage, nous sommes trop archaiques pour construire une machine à raccourcir : nous sommes redevenus pré-industriels ] l’ objectif, de façon, certes artisanale, mais néanmoins efficace, étant de faire le guet devant les « bunkers anti-atomiques », et d’essayer la pertinence de l’outil sur un crâne d’oeuf, à chaque fois qu’il y en a un qui pointe son nez dehors ! une sorte de chasse au bison en somme, quoique la chair soit probablement plus coriace et peu savoureuse …mais, à la guerre comme à la guerre, il faudra bien se contenter de peu !

      1. Ouais. Je ne sais plus quelle voyante roumaine (consultée par Hitler et un pape je crois) avait prédit une guerre nucléaire pour 2011… C’est presque la guerre toutefois, elle n’avait pas « vue » très loin !

      2. Dans le meilleur des cas on remet les compteurs à 0 et on repart.
        Dans le pire des cas le compteur restera bloqué à 2011.

      3. @Ancestral
        Et dans mon village il y avait autrefois une voyante qui prédisait immanquablement le sexe des enfants à naître.
        A chaque fois qu’elle annonçait un garçon, elle notait ‘fille’ dans son grimoire, et inversement.
        Aucune erreur possible!

  30. moi ça fait deux semaines que je déverse un tissu d’âneries en prédisant le pire soit disant.

    c’est beau les cerveaux qui ont fait polytechnique, ils sont tellement fatigués qu’ils leur faut deux semaines.

    tant que ce seront ces branluchons de polytechniciens ou d’avocats véreux ou d’énarques vérolés qui nous exploiteront le pire sera toujours sûr.

    1. C’était pas la peine de sortir d’Harvard pour savoir que ça partait en couille total.
      Personnellement, je n’ai que le bac, au rattrapage et à la pleureuse en plus.
      Malgré tout, quand on me dit, le 16 mars que/
      -le n°1 a explosé horizontalement
      -le 3 a explosé verticalement
      -le 1 est fondu à 70%
      -le 2 à 30%
      -qu’on rejette à la mer 120T d’eau contaminée à l’heure
      -qu’au dessus du 3, il y a(vait?) une piscine contenant plusieurs centaines de tonnes de matières fissiles.
      -que les enceintes de confinement des 1 et 3 sont endommagés
      -qu’après le survol du drone américain, le responsable US brosse un portrait apocalyptique et désespéré de la situation

      Et que dés le lendemain, la totalité des médias et organismes gouvernementaux du monde nous chantent « tout va très bien Madame la Marquise », il ne faut pas trop prendre les gens pour des cons.
      A moins que, comme feu G. Frèche, ces gens considèrent qu’il y a 95% de cons qui constituent un troupeau de 5 milliards d’humain qu’il ne vaut pas mieux affoler.

      Ils doivent être entrain de préparer leur place peinard dans les abris….

  31. Qui dira le premier, que le Japon, contaminé qu’il est pour des siècles (et nous avec) est « foutu » (et nous avec) ?

    1. Sur ce blog ça l’a déjà été. Personnellement, je le redis : le Japon est foutu. Quelle bande de cons (les cons se reconnaitront !) !

      1. japon = ile inhabitable que ils le veuillent ou non !!!!!

        je le redis ,je le repete, et je Maintiens!!!

        et de toute facon l’ocean pacifique le sera aussi , si il n’est deja !!

        si ils admettent des doses de radioactivicté incoyables dans la mer non loin de la centrale!!!!!
        c’est que c’est mauvais ^^

        et pour foutu de foutu on peut deja mettre une croix au pauvres habitants a 50 km /de la centrale.

        le gouvernement japonais est comment dire « pétrifié » devant l’empleur de la catastrophe et refuse d’evacuer par la simple cause que si on evacue on saura exactement le taux de radioactivicté la bas en pointant le compteur geiger sur les victimes evacuées………..

        quand une victime n lion et vioyant que il y a aucune sortie

  32. L’espèce s’en accommoda ou disparaitra… Mais, vu la situations ans les zones déjà fortement pollués (Tchernobyl notamment), je pense que la sélection naturelle va faire son office et que les génomes les plus résistants à ce type nouveau d’environnement permettront d’échapper à la fin de l’humanité.

    Je dis cela dans l’absolu, je ne pense pas que ce soit encore pleinement à l’ordre du jour. Simplement, les catastrophes nucléaires sont amenés à devenir régulières, manifestement: une tous les 15 à 20 ans de l’ampleur de celle a laquelle nous assistons aujourd’hui. Comme nous ne sommes pas prêts de sortir du nucléaire (même si il le faudra bien un jour, l’uranium n’est pas une ressource infinie) je pense qu’il se produira encore 6 ou 7 catastrophe de cette ampleur d’ici 2080. Ce qui nous fait trois générations. Les enfants qui naîtront dans 70 ans auront de quoi résister bien mieux que nous.

    Je suis d’un optimisme ravageur ce dimanche. Mhum. o_O

    1. dans votre calcul de la périodicité des catastrophes nucléaires, vous ne tenez pas compte du nombre de vieilles centrales qui va aller croissant et augmenter les risques .

      1. En fait, je me suis rendue compte en me relisant qu’une périodicité de 15-20 ans ne donne pas vraiment 6 ou 7 catastrophes d’ampleur d’ici 70 ans… Je pense effectivement que la périodicité actuelle va se réduire au fil du temps, d’où le décalage que j’ai obtenu, je me doutais qu’il serait relevé. C’est bien une erreur. Merci.

    2. Je vais revisionnez Dr Follamour où Srangelove sous titré  » comment j’ai appris à aimer la bombe »

    3. L’évolution naturelle du vivant et de ses mutations génétiques a été lente, pourquoi?
      Parce que chaque éspèce a dut s’adapter, s’accorder au tout, c’est à dire aussi aux autres espèces. Ceux qui n’ont pas pu pratiquer cet accord avec les autres ont disparu ou sont en train de le faire…
      Quant à l’homme : sa technique évolue à une vitesse lumineuse, pour ne pas dire rayonnante, alors qu’il n’a toujours pas bien compris qu’il a besoin de l’accord avec le tout. Cet accord, il ne peut pas l’avoir, s’il empoisonne durablement l’eau, l’air et la fertilité du sol qui sont la condition même du vivant.

      En attendant et pour combattre les cancers qui se multiplieront, l’industrie du nucléaire fusionnera à celle des OGM et nous proposera des « updates » génétiques qui s’inscriront autant dans leur (faux) principe de précaution que dans notre (vrai) fait accompli : le monde d’après Fukushima . Le savoir faire de l’industrie des ogm est là et n’attend que la nécessité pour agir, la catastrophe n’étant pas encore à son apogée.

    4. Par rapport à ce type de catastrophe, nucléaire et/ou chimique, le pessimiste croit que la race humaine est condamnée et l’optimiste croit que la race humaine va s’en sortir en mutant, c’est à dire continuer à exister en étant autre (on dirait du Rimbaud)

  33. Grâce à Tepco, notre avenir est tout tracé :
    – avec de l’argent, nous sauverons peut-être notre peau, en gagnant nos vies en les achetant par le travail et en donnant le surplus à l’industrie pharmaceutique pour qu’elle nous « guérisse ».
    – sans argent, nous crèverons, lentement ou subitement, d’un ou plusieurs cancers, qu’ils soient dus aux aliments ingérés ou aux radiations reçues.
    – ou bien nous choisirons nous-mêmes nos morts.

    C’est un vrai cauchemar, je n’aurais jamais cru que l’on puisse en arriver là. C’est peut-être même pire qu’un éventuel Hiver Nucléaire… Et il n’y a aucune issue de secours : nous n’avons que la Terre !
    Ceux qui veulent encore croire à une providentielle et salvatrice récupération de Fukushima Dai-Ichi et du japon, sont des illuminés de premiers choix. Souvent, ceux-là refusent la peur, s’en trouvant ainsi réconfortés. Mais je dis que la peur préserve, au contraire.

    1. je vous trouve bien optimiste quant à la capacité de la médecine.

      la médecine ne sait soigner que les effets court terme et graves qui surviennent lors de ce type d’accident.

      les conséquences pour la majorité seront pour dans 10, 20 voir 30 ans.

      ceux qui seront encore là dans 20 ans pour en parler n’auront pas besoin de dire beaucoup de choses ils se comprendront tous.

      c’est pourquoi 10 milliards dans 10 ans je n’y croie pas du tout.

    2. L’issue de secours crève les yeux : savoir guérir facilement les cancers.

      En plus, ça ne servirait pas que pour le nucléaire.

      AREVA aurait dû mettre son budget sponsoring là-dedans, au lieu de se faire ridiculiser en assayant de gagner une coupe hideuse, ou de participer au grand concours de biochimie athlétique. Et si tous les marchands de polluants s’y étaient mis depuis des décennies, si ça se trouve, ça serait fait et je n’attendrais pas avec inquiétude mon taux de PSA.

    1. High radiation detected 30 km from Fukushima plant
      Radiation levels 40 percent higher than the yearly limit for the general public has been detected just over 30 kilometers from the Fukushima Daiichi power plant.

      The Science Ministry says a reading of 1.4 millisieverts was taken on Wednesday morning in Namie Town northwest of the plant

      http://www3.nhk.or.jp/daily/english/27_01.html

      1. ça t’arracherai la gueule de traduire?
        Scusez moi M’sieur François mais que j’cause pas l’angliche.

  34. Meuh non, ils se ont juste trompés dans les mesures selon Tepco… c’est moins grave à ce qu’il parait…. ça vient de sortir

    Ouf sauvés..

    Ah moins qu’il y ait une erreur

    On n’est sûr de plus rien en ce bas monde ma bonne dame….

    1. Le Pdg de Tepco est en fait parti en stage pour apprendre à compter les débits de dose.;

      Il n’a pas fui .. c’est  » l’Ile du Bonheur  » qui fuit ..

      FUKUSHIMA en japonais =  » ile du Bonheur

      et Tchernobyl = absinthe .;

      Adv YEN que pourra !

    1. Si vous n’êtes pas comme Kerjean, lisez cet article du Daily Telegraph, l’histoire de ces jeunes gars qui courent près d’1 km dans la nuit en portant un tuyau d’arrosage, en survêt’ ou presque. De la chair à canon d’un nouveau type.

      1. Haaa dame, ça m’a échappé. Pourtant qu’ici que j’fais gaffe à pas cracher par terre ni m’moucher dans les doigt mais chassez le naturel….
        Faites excuses pour le dérangement Msieur Paul.
        Y a pas d’offenses Dv mon poto.

      2. -Les pompiers qui travaillent à Fuskushima ont une prime de 15 € par jour !!!!
        -Les pompiers qui ont travaillé au World Trade Center ont été indemnisés que très récemment … il faudrait revoir l’info exacte mais avec peu de fric…
        -Les liquidateurs de Tchernobyl reçoivent une pension de 250 €/mois si je me souviens (enfin pour ceux qui ont survécus)…
        Maintenant on pourrait aussi lister les montants des bonus et stock-options…
        Des gens innommables, parasitaires… et comme ils doivent quand même respirer ils vont avoir les mêmes problèmes que leurs victimes si Fukushima répand son poison : ça c’est vraiment idiot pour eux ! Pauvre hyper-riches : vont aller où???

      3. Avec mon mauvais anglais, je suis allé lire l’article. J’ai les larmes aux yeux. C’est pathétique. ça ressemble aux descriptions que faisaient les anciens de Verdun. Je note que la « haute direction » reste en permanence au milieu de la centrale. Direction du site ou direction de TEPCO?
        Il faudrait envoyer là bas, comme volontaire, tous les actionnaires des sociétés nucléaire, surtout les gros, tous les haut-fonctionnaires zélateurs du nucléaire, tous les politiques du monde nous entrainant dans cette catastrophe. Encore une fois, ce sont des braves gens qui se sacrifient pendant que les salops évoquent leur sacrifice, visage compassé pour exiger la « décence de ne pas « polémiquer » alors que des héros se sacrifient ».
        Va-t-on laisser ces salops s’en sortir encore indemne?

      4. @Kerjean
        « Les anciens de Verdun »

        Oui c’est cela même dans le roman « La centrale » la même comparaison est employée :

        Métaphore d’un système inhumain qui broie ses employés – les DATR « directement affectés aux travaux sous rayonnements »-, qui les envoie les uns après les autres au front : « Comme en première ligne à la sortie des tranchées, celui qui tombe est remplacé immédiatement. »

        Je remets le lien que j’avais déjà donné :
        http://mabooklist.wordpress.com/2010/02/02/froide-mecanique-la-centrale-delisabeth-filhol/

      5. Pour répondre à Kerjean, ce n’est pas en qualité de « volontaires » qu’il faut envoyer nos politiques, financiers, responsables industries nucléaires au Japon, à moins de 20 KM du site, mais en les mettant de force dans des avions pour un aller sans retour. après tout, depuis des années, nos dirigeants ne se gênent pas d’expulser par la force et par la voie des airs, de pauvres hères qui me paraissent tout de même n’avoir pas commis toutes les turpitudes de nos élites.

      1. @Paul Jorion

        En fait, je fais de l’élevage. J’ai élevé deux petits, un mâle et une femelle, cette dernière, l’ainée, est fort brillante.
        Aussi suis-je allé la déranger(assez dangereux) pendant qu’elle bosse son concours de médecine pour qu’elle me traduise. Mais je peux pas faire ça trop souvent.

        C’est dur l’élevage, mais ça peut servir.

      2. Bonsoir Gotoul,
        mais c’est quoi LA mafia ?

        Ils peuvent agir vite car ils n’ont pas de règles à suivre

        Et les « règles » des « dirigeants » ?
        Brassens : Stances à un cambrioleur, par exemple et pourquoi pas ? Pas trop dur à la guitare, et c’est loin d’être toujours le cas des ploum ploums de Georges…
        J’ai l’impression que la ou les mafias ont été diabolisées pour cause d’opposition au pouvoir en place qui pratiquait les mêmes méthodes mais « légales », démocratiquement élu, de droit divin, et autres sûrs d’eux (j’en ai marre de mettre des guillemets), d’avantage que sur ces méthodes mêmes…
        Jaurès, JFK (John Fitzgerald Kennedy), Steven Biko, et tant d’exemples dans nos histoires.
        J’ai même cru comprendre que les mafias siciliennes aux USA assuraient une sorte de protection sociale aux proches de leurs affiliés ???

        Quelles sont les règles à suivre pour les spéculateurs qui affament?

        mqr

  35. Envisager qu’un genome pourrait etre plus resistant au nucleaire qu autre ,revient à penser qu’un programme sur une disquette pourrait survivre mieux qu’un autre à un champ magnetique intense..

    A ce stade la selection naturelle ne fera que designer les plus chanceux du moment

    1. c’est pourtant ce qui va se passer et l’espèce va y survivre.

      votre fond de vie, votre fond de sauce génomique va se retrouver au pied du mur et là ce qui va se passer ce n’est pas de l’aléatoire c’est du sûr.

      c’est d’ailleurs ce qui est injuste ou juste à choisir, les derniers risquent de se retrouver premiers.

      1. Once upon a time, history consisted of accounts of battles and kings. Later, historians realized that more was needed, so they wrote economic history, demographic history, and the history of technology. It now appears that selective pressures and mutation rates must be considered – the complete historian must be familiar with concepts in molecular and population genetics as well. Life keeps getting more complicated.

        The 10,000 Year Explosion: How Civilization Accelerated Human Evolution

        Gregory Cochran, Henry Harpending
        http://books.google.com/books?hl=en&id=VrpUh0rRYvsC&dq=cochran+harpending+10,000+year+explosion&printsec=frontcover&source=web&ots=qTRV2m4IEf&sig=hY2BXSGDb4PokPHrGPzXJp-Apq0&sa=X&oi=book_result&resnum=1&ct=result#v=onepage&q&f=false

    2. Les scorpions résistent remarquablement bien aux rayonnements ionisants, les insectes aussi en général. Il y a des bactéries qui sont spécialisées dans les milieux radioactifs (deinococcus radiodurans).

      Les êtres vivants sur cette planète ont dû résister à des épisodes de rayonnements bien pires que la radioactivité naturelle de l’anthropocène, selon les fluctuations de la magnétosphère qui nous protège du plus gros du bombardement spatial et les fluctuations de la « couche d’ozone » anti-UV. Les espèces qui ne s’y sont pas adapté ne sont plus là pour en témoigner.

      L’extravagant terrorisme des médias dès qu’il est question de radioactivité n’aide pas à apprécier l’ampleur effective des risques dans des circonstances comme celles que nous vivons aujourd’hui (et pour un bon bout de temps encore).

  36. Il n’y a pas de catastrophe environnementale, il y a cette catastrophe qu’est l’environnement.

    Comité Invisible. L’insurrection qui vient.

    1. Intéressante citation, mais guère compréhensible. Voici un petit bout du contexte, ça éclaire un peu :

      Il faut l’avouer : toute cette « catas­tro­phe », dont on nous entre­tient si bruyam­ment, ne nous touche pas. Du moins, pas avant qu’elle ne nous frappe par une de ses pré­vi­si­bles consé­quen­ces. Elle nous concerne peut-être mais elle ne nous touche pas. Et c’est bien là la catas­tro­phe.

      Il n’y a pas de « catas­tro­phe envi­ron­ne­men­tale ». Il y a cette catas­tro­phe qu’est l’envi­ron­ne­ment. L’envi­ron­ne­ment, c’est ce qu’il reste à l’homme quand il a tout perdu. Ceux qui habi­tent un quar­tier, une rue, un vallon, une guerre, un ate­lier, n’ont pas d’« envi­ron­ne­ment », ils évoluent dans un monde peuplé de pré­sen­ces, de dan­gers, d’amis, d’enne­mis, de points de vie et de points de mort, de toutes sortes d’êtres. Ce monde a sa consis­tance, qui varie avec l’inten­sité et la qua­lité des liens qui nous atta­chent à tous ces êtres, à tous ces lieux. Il n’y a que nous, enfants de la dépos­ses­sion finale, exilés de la der­nière heure – qui vien­nent au monde dans des cubes de béton, cueillent des fruits dans les super­mar­chés et guet­tent l’écho du monde à la télé – pour avoir un envi­ron­ne­ment. Il n’y a que nous pour assis­ter à notre propre anéan­tis­se­ment comme s’il s’agis­sait d’un simple chan­ge­ment d’atmo­sphère. Pour s’indi­gner des der­niè­res avan­cées du désas­tre, et en dres­ser patiem­ment l’ency­clo­pé­die.

      1. Intéressante citation, mais guère compréhensible.

        Je la comprend parfaitement cette description du spectacle de la société et de ses signes,l’environnement, le problème pour vous chère batracien c’est que vous ne voyez QUE cela, elle vous fascine.Vous partez dans le décor.Il faudra bien parler un jour de l’effet de jouissance que suscite naturellement en nous la catastrophe et même ce désir d’en provoquer. « on ne joue pas avec les allumettes » Remember ?

      2. SUAVE MARI MAGNO …
        Lucrèce, poëme de la Nature, liv. II, vers 1.

        Suave mari magno, turbantibus æquora ventis,

        E terra magnum alterius spectare laborem,

        Non quia vexari quemquam est jucunda voluptas.

        Sed quibus ipse malis careas quia cernere suave est.

        Quand l’Océan s’irrite, agité par l’orage,

        Il est doux, sans péril, d’observer du rivage

        Les efforts douloureux des tremblants matelots

        Luttant contre la mort sur le gouffre des flots ;

        Et quoique à la pitié leur destin nous invite,

        On jouit en secret des malheurs qu’on évite.

      3. @égalité et désintégration :

        Je la comprend parfaitement cette description du spectacle de la société et de ses signes,l’environnement, le problème pour vous chère batracien c’est que vous ne voyez QUE cela, elle vous fascine.

        Si vous savez mieux que moi ce qui me fascine, c’est formidable. Je vous dois combien, pour la consultation ?

      4. @ crapaud
        J’ai l’avantage de faire beaucoup de choses gratuitement pour les autres car je me suis protégé du BESOIN comme la peste, une intuition très valorisante car j’ai eu le temps d’échanger des paroles et j’y tiens à ces liens là et ils me soutiennent, religieux de base et communiste, tout un esprit que nous cherchons tous sans le savoir.
        A la vôtre, sans modération, je suis un excellent buveur de bons vins qui ne montent jamais à la tête.

  37. http://www.iaea.org/newscenter/news/tsunamiupdate01.html

    Pour une mise à jour « officielle »… C’est en anglais, malheureusement pour Kerjean (il faut vraiment lui trouver quelque chose en gaélique, avant qu’il pète un câble, lui aussi)

    Sans aucune comparaison avec les Liquidateurs, très justement nommés chair à canon d’un nouveau type, je suis un ancien de Mururoa (comme appelé du contingent comme on disait à l’époque) et membre de l’AVEN (association des vétérans des essais nucléaires). J’ai vu au moins 4 explosions aériennes et je n’ai pas souvenir de précautions particulières prises par L’Armée à notre égard, ni pendant les essais (sauf à nous mettre sur les bateaux en attendant que ça explose), ni depuis 40 ans. Pas un seul check up, aucun suivi, rien…
    Les cancers et les anomalies se multiplient dans cette population exposée sans que cela ait interpelé un seul instant les Autorités responsables. Il a fallu l’opiniâtreté de l’AVEN pour que les choses bougent un peu, avec finalement une Loi pour indemniser les plus touchés.

    Pourquoi cette indifférence dès qu’il s’agit du nucléaire. La peur de parler d’un pacte avec le Diable ? Ceux qui ont été en contact Lui sont ils devenus des « intouchables » ? des gens à oublier ?

    1. Ce n’est pas une indifférence « dès qu’il s’agit du nucléaire » mais générale, cf. l’amiante. Comme l’a montré le tapage de cet hiver autour de la grippe, le « système » est très compréhensif à l’égard des victimes potentielles, parce qu’il y trouve un intérêt mercantile. Mais des victimes réelles il n’a que faire, chaque catégorie doit se battre pied à pied pour obtenir et conserver les aides qu’elle devrait recevoir sans même les demander.

    2. parce que le principe de responsabilité ( dont les idéologues en font l’alpha et l’omega ) ne s’applique jamais aux élites politiques, économiques et militaires

      ce principe de responsabilité n’est valable que pour les salauds de travailleurs tire-au-flan avec les acquis sociaux dépassés.

      et je vous parle pas de l’irresponsabilité des chomeurs qui ne veulent pas prendre un boulot payé au lance-pierre à 500km de chez eux

      socialisme ou barbarie

  38. Il semble qu’il soit encore possible d’en trouver des pas contaminés : faites vite !

    C’est le cours des poissons côtiers endémiques de la côte Est du Japon qui est à la hausse, Kouro et Oya Shivo sont sur un bateau…

    Bon Dimanche

      1. De toute manière, à ce niveau là, c’est comme de dire:
        « excusez moi, on n’est pas entrain de tomber du 3000eme étage, seulement du 300eme. »
        ça rassure.

      2. Bien vu, Kerjean.

        Et lorsque l’on voit ça :
        http://www.lepoint.fr/fil-info-reuters/confusion-autour-du-taux-de-radioactivite-a-fukushima-27-03-2011-1311974_240.php
        « Les particules de radioactivité seront dispersées et diluées et ne constituent de ce fait pas un danger pour la vie marine ou la consommation de poissons, a tenu à rassurer un responsable de l’agence de sûreté, Hidehiko Nishiyama.

        « Il n’y a pas lieu de craindre pour la santé », a-t-il dit.

        A Tokyo, dimanche matin, la dose de radioactivité ambiante était de 0,22 milliSievert par heure, soit six fois la normale pour la ville. Cela reste néanmoins dans la fourchette de la moyenne mondiale de radioactivité naturelle, comprise entre 0,17 et 0,39 milliSievert/heure. »

        Il va y avoir un paquet de désinformations en chaine.
        Pour une fois que ce n’est pas une réaction, ça change pas.

        Je vous rappelle que déjà deux bateaux en provenance du Japon ont été repérés avec un niveau de radiations largement anormal.

        Koikil en soie, les pays périphériques du Japon vont très vite nous en apprendre plus que la propagande courante. Comme d’hab.

      3. De toutes façons, TEPCO et tout autre complice politique peuvent nous raconter ce qu’ils veulent – on est censés les croire – comme on n’y est pas pour vérifier. Pour bien faire, il faudrait pirater informatiquement leurs pc afin de chopper des données « fiables »…

    1. Tepco, s’être trompé en annonçant avoir détecté un niveau de radioactivité « 10 millions de fois plus élevé » que le niveau normal dans l’eau ayant fuit du du réacteur n°2. Le taux lui-même – 1.000 millisievert par heure – était exact.

      1. Au passage, c’est curieux, ce 1.000 millisievert par heure. Pourquoi personne ne dit-il 1 Sv/h ?
        Et là, on ne doit pas être si loin de 10 millions de fois les doses naturelles, voire +
        Bon, là, c’est à Crapaud Rouge de calculer 🙂

  39. http://www.lefigaro.fr/international/2011/03/27/01003-20110327ARTFIG00024-la-radioactivite-s-envole-dans-un-des-reacteurs-de-fukushima.php

    1 Sievert par heure.
    c’est le taux actuellement admis par le figaro.

    tous ceux autour sont déjà morts.

    et nous c’est pour plus tard.

    certains il y a quelques jours s’empoignaient sur la limite de dose de 100 mSievert universellement admise pour un déterminisme cancérigène.

    là on est plus dans le déterminisme cancérigène on est dans l’aplasie médullaire avec la leucémie à la clé.

    pour les profanes leucémies=cancers et en plus c’est plus dur à soigner (quasiment pas soignable pour ces formes là) qu’un cancer bien solide et circonscrit à un organe.

  40. Les ouvriers travaillent dans des conditions dantesque

    Nous dit F. Leclerc.

    Dans l’article du Washington Post ci-dessous qui décrit « l’enfer » auquel sont soumis les techniciens, un expert décrit la tâche à accomplir comme « Herculéenne ».
    Le vocabulaire se voit dans l’obligation de puiser dans les mythes universels pour décrire la situation.

    http://www.washingtonpost.com/world/radiation-levels-reach-new-highs-as-conditions-worsen-for-workers/2011/03/27/AFsMLFiB_story.html

    PS : Désolée pour Kerjean la presse Anglo-saxonne est souvent plus riche. Reste à utiliser les logiciels de traduction pour se faire une idée…

  41. Mais non d’un petit bonhomme en bois, pourquoi ne veulent ils pas de nos robots ???

    A croire que tester la résistance des hommes ……

    1. c’est simplement qu’à ce niveau de radioactivité c’est plus la peine.
      les robots ne tiennent pas longtemps.

      1. hervé,

        sachant qui tu es, je te crois.

        Mais j’ai entendu un ingénieur qui en parlait (je crois sur France Info) et qui disait que la deuxième génération pouvait faire du très bon travail dans la situation où se trouvaient certains réacteurs.

      2. Ouaich…

        Je n’ai que l’expérience d’un aspirateur automatique en centrale non-accidentée, mais là, vu le degré de radiation, si des robots pètent les plombs avec des transistors shootés au gamma, on va rire…

    2. Pays en pointe dans la recherche robotique et ses applications, le Japon n’a pas investi dans la seule application qui lui serait maintenant vraiment utile aujourd’hui, à savoir des robots pour ses centrales de Fukushima. Terrible illustration du principe joronien selon lequel dans le système capitaliste l’argent ne va pas là où il faudrait.

      1. Pourquoi construire et utiliser des robots qui coûtent fort cher quand on a, partout dans le monde, de la main d’oeuvre humaine bon marché c’est à dire jetable ?

  42. Mais enfin puisqu’on vous dit que tout va bien !

    J’ai l’amalgame facile mais ça me rappelle Radio Paris au mois de juillet 44…

    Qui refusera de donner l’ordre de brûler la ville dans un mois ?

  43. On lit de plus en plus de questionnements sur « que faire maintenant » …
    A mon avis, la question ne se pose même pas.
    Il n’y a rien à faire ! Il est beaucoup trop tard.
    La solution (qui n’a de solution que le mot, qui avait au moins une chance de réussite) aurait été de déchapeauter les réacteurs, abattre les enceinte de confinement ou au moins leur partie supérieure, bourrer de bore, borax, agrégats…le tout en noyant l’ensemble dans de l’eau borée… espérer que le corium s’arrête de lui même et le cas échéant et dans la mesure du possible au moins drainer les sous-bassements (était ce faisable sur 4 voire 6 réacteurs ??) et peut-être glisser une dalle refroidie ou mieux un collecteur en céramique (des modélisations existent)

    Maintenant, il ne reste plus qu’à espérer que les dalles tiennent, que les sols et les sous-sols en profondeur soient secs dans le cas contraire.
    Ca ne change rien au fait qu’il faudra bien à court terme « sarcophager » l’ensemble au moins pour réduire les émissions atmosphériques de radioactivité….si aucune explosion majeure ne survient avant !

    Dans le meilleur des cas et avec BEAUCOUP de chances, le site et l’environnement « proche » (30….50kms), sont condamnés pour au moins 30 ans !

    Je reste très pessimiste sur ce coup là.
    Je pense qu’une bonne partie de la population est appelée à apprendre à vivre avec la radioactivité et les risques d’empoisonnement aux transuraniens !

    1. Ouuuuuf, ce n’est que ça????
      Et moi qui croyait que je ne pourrai plus glander dans mon jardin à écouter les cigales sans un slip en plomb.

  44. Le temps et le bluff.

    On aura mis du temps pour mesurer l’importance qu’a eue la catastrophe de Tchernobyl dans l’effondrement de la bureaucratie totalitaire et de son bluff dans l’ex URSS.
    Combien de temps sera-t-il nécessaire pour voir les conséquences de la catastrophe japonaise et sa contribution à l’écroulement du bluff capitaliste-industriel, au Japon et partout dans le monde ?
    D’autant plus que la catastrophe industrielle s’intercale au milieu d’une série de catastrophes économiques-financières.

    1. La catastrophe de Tchernobyl aurai couté, selon Gorbatchev l’équivalent de 80mds de dollar de l’époque. ça a complètement rincé le budget sovietique pour plusieurs années.
      Cette catastrophe coutera peut-être 1000 ou 2000, 10 000mds de dollar. C’est pas grave Ils sont rodés maintenant. Le contribuable casquera, leurs société de nucléaire continueront à cracher des divdentes, les états seront surendettés, ce qui leur permettra d’abolir la démocratie. La routine quoi.

      1. Quand le contribuable, de moins en moins rémunéré, casque, comme vous dites, il a moins d’argent pour acheter voitures, écrans plats et autres marchandises.
        Le processus de décomposition de la société industrielle-marchande s’accélère tout seul.
        Ceux qui tentaient de réguler le processus sont à l’image des techniciens nucléaristes, désemparés devant leur créature en fuite.

      2. @Marlowe

        point du tout cher Monsieur. Que le contribuable des pays riches s’appauvrissent, nos bon maîtres s’en tapent comme de leur première secrétaire. Puisqu’ils ont déjà spéculé sur la paupérisation de l’occident, leur coeur de cible commerciale étant sur les pays émergents.
        No problem, ça roule.
        En plus, on ne sera plus assez puissant pour les faire chier avec nos complexes casse-bonbon de démocratie et d’égalité. Que du bonheur.

      3. En fait, ce genre d’épisode est un symptome, plus qu’un déclencheur.

        Entendu l’autre jour aussi, un sociologue disant que les écroulements politiques étaient souvent précédés d’une hausse de la mortalité infantile.

        En fait c’est logique, tout ce qui nécessite un « high level of service » se barre en sucette en premier quand on tire sur la ficelle.

      4. à Kerjean,

        Ce que vous appelez les pays émergents ne sont que des pays qui tentent d’émerger en exportant des marchandises fabriquées avec des coûts salariaux moindres, c’est à dire en exportant la misère.
        Comment vont-ils les vendrent à des pauvres alors que le Japon, pour prendre cet exemple actuel, va rappatrier des fonds pour essayer de redresser une situation de plus en plus compromise.
        La « réussite » de certains pays « émergents » leur impose de préter de l’argent à leurs clients : est-ce cela le développement durable ?

  45. Ça sent pas bon

    http://english.kyodonews.jp/news/2011/03/81325.html

    « Selon les dernières données publiées dimanche, l’iode-134 radioactif, une substance qui voit sa sortie de rayonnement réduite de moitié en 53 minutes, existait dans l’eau à la salle des machines du réacteur n ° 2 . La concentration est extrêmement élevée de 2,9 milliards de becquerels par 1 centimètre cube. »

    L’explosion nucléaire devient maintenant possible, l’iode-134 est un produit de fission de durée de vie courte, donc il ne peut pas être resté plus de quelques heures après l’arrêt des réacteurs. Cela signifie que de la fission auto entretenue se produit encore dans le réacteur et donc qu’une partie est au voisinage du seuil critique.

    1. Ho là, on se calme. Où allez vous chercher que l’explosion nucléaire est possible?
      Pas la peine de raconter n’importe quoi non plus. Criticité ne veut pas dire explosion que je sache.

      1. @kergean
        je ne raconte pas n’importe quoi.. pour qu’une réaction nucléaire s’amorce il faut une densité critique si c’est du plutonium mais pas pour l’uranium où il suffit qu’il y ait suffisamment de matiere empilée.

    2. la perte de confinement rend impossible l’arrivée à la masse critique.

      c’est le principe même.

      c’est peut-être la bonne nouvelle dans les mauvaises ou cela est peut être fait pour.

      1. Ce serait dommage de perdre du temps avec lui, franchement.

        C’est un bon tiers de l’humanité qui porte une part de responsabilité dans cette histoire.

        Ce n’est pas incarnable par tel ou tel lampiste, même PDG.

      2. Tout à fait d’accord avec vous Thomas
        Je me rapelle qu’en 1980 des collègues travailleurs me disaient que c’était le nucléaire ou pas de machine à laver.
        C’était l’époque où je commençais à m’interresser aux problèmes environnementaux.

      3. @ Thomas

        Ce n’est pas incarnable par tel ou tel lampiste, même PDG.

        oui oui suaf que bizarrement ce sont toujours les élites qui passent au travers de leurs responsabilités

        c’est pas comme ces salauds de parents qui n’envoient pas leurs enfants à l’école et à qui ont va enlever la CAf : il faut dire que c’est autrement plus grave qu’une catastrophe nucléaire.

        pour revenir au sujet principal du blog, la crise financière, combien de banquiers véreux derrière les barreaux ? à part Madoff qui a eu le tort de voler les plus riches ?

        socialisme ou barbarie

      1. #

        Ce serait dommage de perdre du temps avec lui, franchement.

        C’est un bon tiers de l’humanité qui porte une part de responsabilité dans cette histoire.

        Ce n’est pas incarnable par tel ou tel lampiste, même PDG.

        Un bon tiers de quoi ? De l’humanité ?
        Aucune différence pour vous entre les décideurs et ceux qui en ont profité le maximum, en termes d’argent, de pouvoir (partis politiques et leur clientèle, armée et industriels du secteur en question, etc…)
        Aucune différence entre ceux qui croient ( mais tout les moyens sont déployés pour leur faire croire, c’est cela le pouvoir, l’état, etc..) et ceux qui manipulent ?

        le PDG de Tepco est un criminel, et pas le consommateur aussi veule soit-il.
        c’est bien avec ce genre de raisonnement votre que l’on dilue les responsabilités réelles et matérielles des affaires menées par la classe capitaliste, pour son profit et sa perpétuation.
        Comptez-vous y mettre enfants et vieillards dans votre « bon tiers » ?
        #

    1. Il a pu faire tout simplement un infarctus …d’où le minimum- minimorum de repos, pour pouvoir y retourner …
      ou bien, il a été coulé dans le béton, si actionnaires « spéciaux « …
      qui sait ?
      supputations …tout peut arriver …

  46. ça y est, sur le site de Greenpeace, enfin des résultats de leurs mesures depuis hier des niveaux de radioactivité audelà de la zone des 20km. Résultats encore partiels mais ils trouvent des 10msh à plus de 40km de la centrale, c’est à dire dose annuelle maxi France en 2H et demi, et dose maxi japon en 25 heures….
    A Fukushima même, à 80 km de la centrale (300 000habitants sans compter les réfugiés) le taux annuel de radioactivité est atteint en 8 jours.
    Je suppose qu’ils donneront les résultats complets demain.
    En attendant, ils exhortent les autorités à repousser la zone d’exclusion à au moins 50km dés maintenant(ce qui est, de plus, le standard normal partout).

  47. Il n’y a pas d’alternative à un refroidissement par projection d’eau (faute de pouvoir remettre en service le système d’origine). Et ceci quoi qu’il se passe.
    Pas question de glisser le problème sous le tapis en bétonnant tout le bazar, il y a trop de combustible qui peut brûler et s’échapper.

    Pour la contamination d’eau de mer multipliée par 1000 ou 2000, ce qu’on se garde de vous dire c’est que c’est mesuré à proximité de la sortie du tuyau d’évacuation des centrales, ça n’a rien à voir avec la contamination de la mer ailleurs, beaucoup + faible (pour le moment). 10 ou 100 fois le niveau accepté ne veut pas dire grand chose non plus, on ne boit pas l’eau de mer (surtout celle-là).

    Le patron de Tepco est allé se reposer quelques jours après avoir perdu la face, ses lieutenants disent qu’il continue de bosser. En tout cas Tepco vient d’emprunter 12 milliards d’euros, il ne leur reste plus qu’à se partager le gâteau et déclarer faillite.

    vidéo du jour d’un survol des centrales http://www.youtube.com/watch?v=ZKFGavZ_rf4&feature=youtu.be

    1. Merci, images très précieuses. Il semble que D. Leglu a raison, on voit bien que l’état des immeubles des réacteurs 1 et 3 est complètement différent. Sur le 1, c’est bien la partie supérieure, au dessus de la plaque anti-missile qui a été soufflée par l’explosion d’hydrogène.
      Le 3 me file froid au dos et me refait penser à l’article sur les liquidateurs que conseille Paul plus haut. C’est carrément terrifiant. L’explosion vient de bien plus bas. Comment prétendre qu’il y a encore une piscine en état au dessus du réacteur?
      C’est terrifiant.

  48. http://english.kyodonews.jp/news/2011/03/81325.html

    Dans ce doc, il est indiqué que de l’iode 134 (demi vie 53 minute ) est présent, hors c’est un produit de fission, ce qui prouverait irréfutablement que du combustible est réuni hors des barres de controle et que des réactions en chaine sont en cours.

    Par ailleurs, l’erreur admise par Tepco sur le niveau de contamination, est soit le signe de leur plus totale imcompétence et désorganisation, soit une basse manoeuvre, dans les deux cas, ce n’est pas encourageant.

    1. En cas de réaction en chaîne, il y aurait des flux de neutrons, que les appareils de mesure et les ceintures de criticité des opérateurs devraient signaler (je n’ose imaginer qu’ils n’en aient pas…).

      On aurait dû trouver aussi d’autres PF à vie courte.

      Bref, ça sent l’erreur.

  49. @ P Jorion ou Francois Leclerc
    Pour ce qui est de l’évacuation, il me semble qu’il serai souhaitable de proposer un accueil à la population du périmètre contaminé ; existe t’ il des réseaux pour gérer les possibilités d’accueil en Europe avez vous des pistes en ce sens?

    1. Oui, on en a parlé ce matin à la maison, on s’est posé la même question, nous devons être nombreux à y penser. Posons la question ici : quelqu’un connaît peut-être la réponse.

      1. Ce site apparaît souvent, je ne sais rien de lui, mais ils recensent les propositions d’hébergement.

        http://urgence.japan-community.com/fr/

        Peut-être serait il judicieux de demander à la ville de Rennes si ce site est connu.
        Rennes est jumelée avec Sandaï depuis plus de 40 ans je crois.

      2. Cela semble trop facile ou trop simple…

        un nombre effrayant d’appartements vides en Espagne…..
        et des villes fantôme nées d’une autre folie….

        et des japonais sans abris futurs…

        pourquoi ne pas proposer une activité nippone …. en cette Espagne quelque peu alanguie ?

        Naïvement vôtre

        Claire

      3. C’est tellement naïf que c’est particulièrement pertinent, Claire.
        On dirait moi. Pas Lui, mais moi personnellement je.

        Hors, je sens que ça coincerait.
        C’est pas pour dire que le Japon a envahit la Chine, mais…
        C’est pas pour dire que les US leur ont largué DEUX bombes nucléides, mais…
        C’est pas pour dire que le Japon est devenu la troisième « puissance » économique après avoir été ravagé, mais…

        Sinon, y’a des logements US achetables à 100 dollars cash et personne les achète 😉
        Si tu constates comme moi la disparition de la pub pour les green card sur le net, je pense que c’est le même phénomène.

      4. N.B. : Pour ceux qui ont retenus quelque chose de l’attaque de la zone Asie dans les années 90, il semblerait que ce volet ait été PARTICULIEREMENT occulté sachant que :
        – le JAPON s’est retrouvé hyper-endetté sans que cela le gène vraiment beaucoup.
        – la CHINE s’est prise un coup d’accélérateur qui l’a obligée à supprimer sa politique d’enfant unique et devenir un pays qui a déjà tué les US.

        Ca vous parle, le malaise…???

  50. On nous a tenu en haleine avec  » le rétablissement de l’électricité » dans les différentes centrales…
    mais pour réactiver quoi dans un enchevêtrement de tuyaux qui mènent où…
    Finalement pour arroser et refroidir et pour diluer dans l’océan proche.
    Peuvent-ils faire autre chose que de retarder pendant des semaines l’issue finale qui sera peut être

    http://www.imdb.fr/title/tt0059894/mediaindex

    J’ai vu ce film il y a de nombreuses années, ce qui m’avait le plus choqué c’était l’état psychologique
    des habitants qui n’arrivaient plus à surmonter leur déchéance physique et morale dans un univers
    contaminé.
    Ce film fait peur.
    N’est-on pas dans une réaction nucléaire sans fin, limitée par des arrosages continus, pour éviter
    le pire. Plus rien d’autre n’est possible dans un tel chaos. Condamnés à arroser à perpete…

    Une histoire de Shadoks.

    Que se passera-t-il au bout de 6 mois d’émissions radioactives dans l’atmosphère ?
    Elles se rajouteront aux précédentes (militaires et civiles) dans une dilution globale.
    Une augmentation lente et progressive en particules radioactives des masses d’air en circulation et la contamination de mon jardin par les pluies régulières …

    On changera les normes de risques pour la santé et l’idéologie scientiste sera sauve.

    1. Une augmentation lente et progressive en particules radioactives des masses d’air en circulation et la contamination de mon jardin par les pluies régulières …

      Oui c’est a craindre, et le processus ne date pas de la catastrophe de Fukushima, comme l’indique l’article ci-dessous.

      Encore une raison devant justifier la sortie programmée du nucléaire, parmi bien d’autres raisons.

      De faibles traces du panache détectées en France

      De nouveaux relevés ont confirmé la présence en France du panache radioactif émis par la centrale de Fukushima, a indiqué dimanche l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

      Des traces d’iode 131 ont été mesurées sur des prélèvements de particules atmosphériques réalisés entre le 24 et le 25 mars par la station de l’IRSN installée à Cherbourg-Octeville (Manche) et entre le 25 et le 26 mars par la station installée à Orsay (Essonne).

      La valeur de ces traces est « plus faible que celles observées le 23 mars en Europe du Nord » et « ne représente aucun danger environnemental ou sanitaire », souligne l’institut. Les autres radionucléides présents dans les rejets de l’accident de Fukushima, notamment le césium 137, n’ont pas été détectés « car leur concentration dans l’air reste encore inférieure aux limites de détection », ajoute-t-il.

      Tous les résultats de mesure de prélèvements effectués sur les autres stations de l’IRSN sont inférieurs aux limites de détection. Par ailleurs, un échantillon de mousse prélevé à Saint-Pierre-et-Miquelon le 18 mars et des échantillons de lait prélevés à Pelussin (Loire), Marcouria (Guyane) et Taravao (Tahiti) présentent des traces de césium 137 correspondant à des niveaux « souvent observés dans ce type de produit », en raison des effets des essais nucléaires en atmosphère et de l’accident de Tchernobyl. (Le Monde)

    2. L’ignorance de l’origine des maladies et la crainte que l’irradiation soit contagieuse firent des atomisés (60 % des victimes étaient des femmes, des enfants et des personnes âgées) des êtres déshumanisés, rejetés par les employeurs, un éventuel conjoint, leurs voisins, voire leur famille. Leur calvaire est raconté dans une bande dessinée, Gens aux pieds nus , de Keiji Nakazawa, qui rappelle, dans un récit poignant, ce qu’il vit avec ses yeux d’enfant (J’avais six ans à Hiroshima , Le Cherche Midi éditeur, 1995). L’ostracisme à l’égard des atomisés en renforça d’autres, la discrimination frappant les Coréens — 30 000 irradiés — et les descendants des hors-caste de l’époque prémoderne (équarrisseurs et bouchers), qui devinrent doublement victimes.

      Jusqu’en 1957, les atomisés ne bénéficièrent d’aucune assistance spéciale. La misère et la désagrégation du tissu social firent de l’Hiroshima des années 1950-1960 une « ville sans loi » : les bandes criminelles formées par certains des milliers d’orphelins du bombardement y étaient si célèbres qu’elles ont inspiré l’un des classiques des films de yakuza s (gangsters), Batailles sans honneur , une série de Kinji Fukasaku qui brosse avec un réalisme cru un portrait de la pègre de l’après-guerre.
      http://www.japoninfos.com/Au-Japon-la-memoire-de-l-horreur.html?lang=fr&debut_articles_rubrique=6

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Hibakusha

    3. Depuis le temps, la contamination par les essais nucléaires et Tchernobyl avait fortement décru.

      Il était temps de renouveler le stock de trouille. Les patrons des médias doivent soupirer d’aise : pensez donc, les voilà munis d’un nouveau marronnier à ressortir à chaque défaillance de l’actualité ! « On annonce le 54ème passage du panache de Fukushima sur la France…(suite ad lib.) »

    4. Et tout ça pour meme pas 6% de notre energie globale.
      energie utilisée pour faire du n’importe quoi ,caprice de gamins attardés.
      manger des fraises en decembre.
      gagner 2% sur une sous traitance à l’autre bout de la planete

      decidement nous meritons bien notre sort.

  51. En France, de tels plans existent: plan départemental ou zonal de relogement ou d’hébergement d’urgence en cas d’évènement majeur; les capacités d’accueil sont recensées, complétées si nécessaire par la réquisition de lits touristiques: par exemple une station de sports d’hiver en inter saison ou une station balnéaire.

      1. Ne pourrions nous pas proposer un accueil civil ou citoyen je veux dire ,à la guerre comme à la guerre, de façon volontaire chambre d’amis ou résidence secondaire gite …

    1. J’ai bien conscience du caractère  »inadapté » de mon post mais pourquoi tant de générosité vis à vis de la population japonaise alors qu’il y a des millions de personnes qui meurent de faim, de soif chaque année, dans l’indifférence quasi générale ?
      La situation est certes différente à cause des radiations, mais au dela, mais je risquons nous pas de pratiquer une solidarité entre pays riches ? Uniquement entre pays riches ?
      Quid des réfugiés climatiques par exemple ?

      1. Oui, vous avez raison : « Evitons de créer des surplus de générosité, la générosité est un bien précieux, évitons-en tout débordement incontrôlable ! »

        PS : Vous êtes conscient que votre commentaire est « inadapté », alors pourquoi le faites-vous quand même ? Pour le plaisir pervers de vous rendre antipathique ?

      2. C’est pour ne pas trop les dépayser, on peut les rapprocher des centrales de la Loire, ces réfugiés attendus
        (humour à la Piotr ?)

      3. @Paul

        La générosité n’est pas en cause ici, et que chacun soit libre de la transformer en actes comme il l’entend, ici en accueillant des exilés nucléaires japonais, ne doit pas nous empêcher, par exemple, de rappeler à cette occasion que 200 000 personnes, au bas mot, sont sans domicile fixe dans le beau pays de France, que 3,5 millions y sont mal logées (et combien y ont-elles déjà été expulsées depuis le 15 mars dernier ?).
        Vous faisiez, à juste raison, le lien entre la crise nucléaire de Fukushima et la crise globale du capitalisme, alors ne nous arrêtons pas en si bon chemin. Les exilés de Fukushima sont aujourd’hui à la tragédie nucléaire issue de la dérive capitaliste de la techno-science ce que les SDF sont depuis longtemps à la « crise du logement » engendrée par la spéculation immobilière et la propriété immobilière toute puissante.

      4. @ Paul Jorion

         » Pour le plaisir pervers de vous rendre antipathique ? »
        Ou bien comme au Tennis la tentation de faire un contrepied, mais la balle peut aller au filet !

      5. Juste un rappel
        Pour recevoir une personne chez sois il faut suivre une procédure compliquée
        Il faut obtenir un visa de l’ambassade de France
        Pour cela il faut
        Faire un certificat d hébergement a la mairie ou vous devrai justifier pourquoi vous recevez cette personne
        Son obtention n est pas un droit mais est au bon vouloir du maire
        En fournissant divers document comme bail ou titre de propriété du logement relevé d identités bancaires etc
        Ensuite fournir a la personne pour l ambassade une lettre de motivation
        la personne doit justifier de ses revenus d un travail fixe d un compte en banque garnies suffisamment billet aller retour assurance etc
        Avec un peu de chance et le bon vouloir des autorités consulaire
        Un visa de trois mois est accordé
        Juste pour dire que malgré un élan de générosité louable
        Il est quasiment impossible de le concrétiser
        Je suis régulièrement confronté a ce problème pour recevoir des amies de Thaïlande

      6. Votre commentaire, Jean Paul, m’a fait aussi penser à la catastrophe au Pakistan l’an dernier. Les dons avaient été ridicules. Il faut dire qu’à force de répéter dans tous les mass médias que les Pakistanais sont de dangereux terroristes assoiffés de sang occidental…
        La générosité est formidable; l’empathie est aussi une perception, et notre perception des peuples lointains (forcément) se fait à travers les médias.

  52. Il sera intéressant d’observer la demande des « Grünen » allemands auprès des autorités européennes exigeant l’arrêt à court terme des centrales françaises.
    Principe de précaution applicable sans délai!
    Les vents dominants risquent de faire de l’Allemagne, voire de la Suisse ou de l’Italie les principales victimes d’un éventuel accident EDF.
    Les français doivent-ils s’attendre à des coupures pour pénurie par suite de la mise en maintenance forcée du tiers de notre parc, et du démantèlement de 10 à 20% des plus anciens réacteurs?
    En attendant que 20000 éoliennes soient installées à minima assorties de la demande expresse de faire souffler un vent raisonnablement fort mais pas trop?
    Rappelons qu’éoliennes et panneaux solaires ont une durée de vie limitée à des maintenances régulières pour les premières et au viellissement des waffers de silicium pour les seconds.
    Bougies, vélos et forêts seront les meilleurs placements à moyen terme.
    Pour le web, pigeons voyageurs.

    1. et les économies d’énergie ? isolation de vieux batiments, reconstruction de batiments ( en commencant par tous les HLM )

      et la SUPPRESSION de certaines consommations : chauffage électrique, éclairage publicitaire, des devantures, …..( on voit de plus en plus de grands panneaux publicitaires transformés en écrans télévision )

      il ya plein d’idées connues et à découvrir

      ce n’est ni les intelligences ni les moyens techniques qui manquent ; c’est la volonté politique qui n’est pas là

      mais cela demande à changer de civilisation ; sinon ça finira en dictature pour que le gaspillage continue pour les élites

      socialisme ou barbarie

  53. Bonsoir Paul, pour parler de solidarité et d’accueil, il se trouve que j’ai pas mal d’affinités avec l’Ukraine. Après la catastrophe se sont créées des associations pour accueillir, essentiellement, des enfants de milieu défavorisé pour les vacances. Le but était juste de leur offrir un peu de calme, d’espoir, et surtout de la bonne nourriture, un des problèmes étant l’anémie. Ce n’est que la volonté et l’humanité de particuliers, regroupés ensuite en associations qui a fait que l’on accueille environ de 200 à 400 enfants par an. Il n’y a jamais eu d’accord d’état à état.. Pire, parfois l’administration française met des bâtons dans les roues. Bref. Quand à l’Ukraine elle même, c’est difficile de trouver un relai sérieux et..désintéressé. Pourtant cet effort de citoyens aurait du faire boule de neige en France d’autant plus que l’URSS à l’époque avait demandé l’aide internationale. Il n’en a rien été. Alors, si une telle catastrophe qui dure encore (voir lien) n’a pas suscitée de prise de conscience en Europe, je doute fort que le Japon, dont je connais la fierté, envisage de soutenir une action qui reconnaitrai de facto son impuissance. ça serai pourtant l’honneur du peuple japonais de demander l’aide internationale pour coffrer ces réacteurs, des monstres en fait. Néanmoins, si des citoyens prennent l’initiative de dire aux Japonais : Ecoutez, si vous le voulez, nous vous offrons le gîte, le calme, un peu de répit, alors, perso, je m’engage. Mais il n’y a pas d’autre solution que de fédérer cette idée de manière artisanale, ne surtout pas compter sur les autorités. Dernière chose, savez vous que le sarcophage de Tchernobyl est de plus en plus poreux, que nous avons intérêt à bosser l’option béton à l’école, car ce sont des générations de maçons qu’il va falloir pour se protéger. Rien que dans mon secteur, à partir des années 1988, notre médecin de village avait constater une alarmante progression de cancer et/ou problème de la thyroïde. Alors, vous imaginez au Japon dans 2-3 ans..
    Pour moi, une idée comme le nucléaire qui commence par 2 bombes était fondamentalement voué aux ténèbres qui l’a vu naître.
    Tu as mon adresse personnelle si quoi que se soit se met en route. Bien à toi, bien à vous tous.
    Une asso née en Alsace les.enfants.de.tchernobyl@wanadoo.fr

    http://www.cite-sciences.fr/francais/ala_cite/science_actualites/sitesactu/question_actu.php?langue=fr&id_article=5983

  54. Aux dernères nouvelles, c’est bouygue et effage que doit bâtir le nouveau, mais je n’ai pas confirmation.
    De la centrale nucléaire de Tchernobyl, il ne reste qu’un vieux sarcophage rouillé, renfermant encore 180 tonnes de combustible radioactif. Le problème, c’est que ce sarcophage construit à la hâte tombe en déliquescence. D’une part, il menace de s’écrouler. Et d’autre part, le béton devient poreux sous l’effet des rayonnements et pourrait laisser s’échapper des éléments radioactifs dans l’air et dans le sol.

    zoom

    Coupe du projet de nouveau sarcophage

    Mais ce n’est pas tout : de l’eau s’infiltre dans cette chape de béton via le ruissellement ou la pluie. Or l’association de combustible radioactif et d’eau pourrait conduire à un redémarrage

      1. Voila la bonne question
        Quel est le retour sur investissement ?
        Pour les centrales ils vont devoir les démonter et stoker les résidus
        Quel est le retour sur investissement ?
        Pour nettoyer les dégâts de TEPCO ou d autre compagnie
        Quel est le retour sur investissement ?
        Pour réduire la faim dans le monde
        Quel est le retour sur investissement ?
        Qui peux penser que l on fera tout cela sans rien en tirer comme bénéfice
        Au moment critique les rats quittent le navire
        La fuite en avant et l égoïsme général nous entraine a une fin bien triste
        Je ne vois rien ni personne pour changer quoique ce soit
        Qui ici n as pas peur pour ces petits placements ses petits intérêts
        Qui peut parler de changer sans commencer soit même
        Parler autour de vous
        Vous verrez
        Tous pensent à leur paraitre
        On est dans le monde du AVOIR pas du ETRE

      2. Je ne vois rien ni personne pour changer quoique ce soit
        Qui ici n as pas peur pour ces petits placements ses petits intérêts
        Qui peut parler de changer sans commencer soit même
        Parler autour de vous
        Vous verrez
        Tous pensent à leur paraitre
        On est dans le monde du AVOIR pas du ETRE

        oui, malheureusement ; mais doit on pour autant baisser les bras ?

        rien n’est écrit ; le pire n’est pas plus sûr que le meilleur

  55. Tiens, ils sont passés où les grands « experts » du début de la catastrophe qui nous chantaient le « tout va très bien madame la marquise » sur tous les tons? Mes gamins vont peut-être faire un cancer à cause de ces troud…

    1. Mais non ! A cause de votre tabagie, à cause de la gnôle dans le biberon, à cause du benzène de la station-service d’à côté, à cause des pesticides dans la bouffe, à cause des COV dans l’appart, à cause du fioul lourd de la prochaine marée noire, à cause des PCB dans les poissons…

      Pensez à vos voisins : merci d’éviter le suicide au gaz.

  56. @ François (Leclerc)

    Puissent les cieux et l’humanité se montrer cléments à votre égard en ne venant pas ajouter une autre crise à traiter en sus des crises financière et nucléaire. 😉

    Merci encore pour ce travail d’information et d’analyse accompli avec sérieux et brio.

    1. Trop tard.

      Dans l’état des équipements (vidéo indiquée par HP), ce sont des centrales à béton qu’il faut leur envoyer.
      Ils sont face à 1,5 tchernobyl.

    2. c’est que la situation doit être dramatique car la semaine dernière il me semble qu’ils avaient refuser une offre de service !

      1. Les japs (haut placés) ne sont pas des gens rationnels, ils préfèrent crever que d’avouer qu’ils n’ont pas été à la hauteur, ou qu’ils ont merdoyé. Appeler l’étranger à l’aide est un déshonneur national.
        Donc dans la situation actuelle, il est nécessaire de passer outre leur souveraineté pour régler l’opération dans les meilleures conditions pour le reste du monde et du Japon.
        Voir le blog d’Attali.

  57. c’est la suite logique compte tenu que le mox est fourni par aréva alors que la centrale est une centrale copie des américains.
    aréva se doit d’assurer le sav du mox.
    sachant que personne ne connait vraiment le comportement de cette saloperie en cas d’accident.

    ps : il faut vraiment que cela soit grave pour qu’ils accèptent que des extérieurs interviennent car ils vont être obligés de jouere carte sur table et c’est forcément le gage d’une plus grande transparence surtout quand la situation va devenir très très grave et que des décisions contreversées vont devoir être prise.

    1. Une question idiote
      La c est pas grave ?

      Ils ne vont pas se faire un petit comité pour nous enfumer ?
      Je pense que parfois pas grand monde s aperçois dans quel monde nous vivons

      1. D’ailleurs, je rappelle que le CEA refuse CATEGORIQUEMENT de communiquer les relevé du CTBCO qui sont pourtant essentiels à la compréhension de ce qui se passe. Ceci explique cela.
        Les Français du nucléaire ont fait la preuve de leur pudeur dans la divulgation d’information.
        Je rappelle qu’en 86, alors que le délégué soviétique, sous les ordres du gouvernement a, pendant trois heures, expliqué la réalité du cataclysme de Tchernobyl à ses copains de l’OMS, finissant par prédire un minimum de 40 000 morts, c’est la délégation Française qui s’est complètement cabrée, a refusé les chiffres et a exigé qu’ils soient descendus à 4000 après un marchandage de tapis.
        Après ça, c’est l’URSS qui fait de la rétention.
        En attendant, le rapporteur Russe a eu la décence de se suicider. Les Français eux, se sont gavés et ont été legiond’honneurisés.

  58. On en parle pas. Apparemment personne ne se demande ce que vont devenir les eaux pompées.
    Il n’y aucune autre solution que les jeter à la mer, malheureusement.
    Il n’existe aucune solution de stockage ou de traitement, surtout pris dans un contexte d’urgence.

    Les isotopes d’iode ont une 1/2 vie assez courte, qui peuvent se compter en minutes, heures ou jours. Cependant, une 1/2 vie est une 1/2 vie…pas une fin de vie :(. Si les quantités rejetées son importantes, les valeurs absolues resteront importantes.

    Surtout, si il y a des rejets d’iode, il y a forcément des rejets d’autres éléments dont on parle moins mais qui sont beaucoup plus délétères, autant en terme de nocivité que de durée de vie !

      1. Ce site est dans un état tel de ruines que l’humain ne peut qu’avoir du retard sur les processus nucléaires en cours…
        Ca ne peut donc qu’aller en s’aggravant, quoi qu’on en dise. Et si l’hypothèse JMOX (voir comm plus bas) se confirme, alors ce sera encore pire…

    1. Dans l’avenir proche il n’y a pas de solution pour les eaux contaminées, mais il serait assez simple de creuser un bassin au bull et de le recouvrir de toile, et d’y filtrer l’eau. Même chose pour les vapeurs si on parvient à construire un sarcophage dépressurisé, mais ce sera + long.

    1. Il y a aussi eu confusion entre détection de cobalt et d’iode 134, ce dernier étant la signature d’un processus de fission nucléaire au sein du combustible ! Cette histoire n’est pas claire.

      1. peut-être que c’est ce qu’il veulent dire vis à vis du diagnostique des éléments.

        mais le débit de dose est bien celui là : 1 Sievert/heure.

        en témoigne les graves brulures subies par les ouvriers.

        pour provoquer de telles choses il faut être dans ces ordres de grandeur là et pas en quelques millisievert/h.

        je rappelle pour mémoire qu’un arrêté pris par le ministère de la santé autorise des doses de 250 millisievert pour un an dans le cas de ces travailleurs de Tepco.
        pour info les mêmes dispositions sont prévues par le code de la santé en france pour passer de 20millisievert à 250 millisievert/an en cas d’urgence

      1. Si j ai bien compris
        En temps normal la radioactivité est plus dangereuse qu’en cas d urgence
        L urgence protège
        C est peut être du au stress ?
        Ou alors cela veux dire que l on autorise les autorités et ont leur donne le droit de condamner des travailleurs
        Qui peut m ôter mes doutes

      2. probablement,
        tenter d’éviter encore pire … besoin de professionnels du type de l’industrie incriminée …
        tenter de diminuer, et, ou d’arriver à stopper le processus en cours, ou de l’isoler …tenter que les zones et habitants irradiés soient les moins importants possibles …
        car, on ne sait jusqu’où cela peut aller …limiter les futures zones interdites …
        c’est leur pays ; c’est leur sol ; ce sont leurs proches .
        les costards 3 pièces seraient fort peu utiles, incompétents, et ils n’iraient que le fusil au creux des reins …

        chapeau bas à ces travailleurs …

      3. suite …

        par contre, ce qui parait vraiment scandaleux, c’est que les pré-carrés de chacun subsistent, car cela engage en effet , cette fois-ci, inconsidérément la vie de nombreuses personnes.
        les spécialistes du nucléaire civil, hors l’association US-Japon, Russes et Français devraient être autorisés ensemble à oeuvrer, et les différents matériels mis à disposition devraient être utilisés – et, non, bloqués ( quitte à se rendre compte que les robots ne sont pas fonctionnels, vu l’état des lieux …au moins essayer …).
        mondialisation : mon oeil ! ( et, je tiens à rester polie )
        ah si, mondialisation pour encaserner les Peuples, et pour fric sans frontières …
        mais, passer les gueux d’ici, de là-bas et d’ailleurs, par pertes et profits, voilà qui ne gêne nullement les capitalistes fous mondialisés.

  59. Vous oubliez une chose : Le J-MOX !
    Officiellement, le Japon ne produit pas de Mox…mais officiellement; seulement.
    Le Japon est (ou était) le plus gros producteur d’électricité au monde, à partir du Mox. Or, Areva n’a jamais livré de telles quantités. On connait avec exactitudes la production et les exportations, les retraitements etc…
    Récemment (courant 2010) le Japon avait fait des annonces vantant la production prochaine d’électricité à partir d’un mox pour BWR avec des teneurs en matières fissiles bien différentes de celui des PWR
    Un même temps, les annonces faisaient mention de réacteurs 100% moxables.
    Les tranches 5 et 6 de Fukushima (mais aussi d’autres centrales, notamment Hamaoka, Genkai, Ikata, Takahama …) sont dans ce cas.
    Personne ne sait vraiment a quel stade d’avancement se trouve l’usine JMOX ni les centres de Rokkasho Mura et Ohma.
    Il n’est pas du tout impossible que les japonais aient entrepris des essais, voire déjà une production, à partir du J-Mox. Les teneurs maxi autorisées en plutonium (6%) ont peut-être pu être dépassées et/ou certains autres oxydes, ajoutés !

    L’usine de Rokkasho Mura a démarré ses premiers essais en 2006, achevés en 2007. Depuis 2007, beaucoup de chemin a pu (du) être parcouru et sans doute, jusqu’au stade de l’utilisation en production !

    En tout cas, une chose est sûre, si tel était le cas, cela expliquerait bien des choses autant en terme de désinformation constatée, de problèmes techniques rencontrés et sur les décisions prises jusque là qui pour certaines peuvent paraître « illogiques » (refus des aides, refus des « solutions » russes etc…)

        1. Tout le monde sait que le JMOX est une réalité, c’est le lier implicitement à ce qui passe actuellement que je considère comme une allégation infondée.

      1. Hélas, Julien, Gouwy semble avoir encore raison…
        « Japan has more than 35 years experience and history regarding development on MOX fuel… »

        Et ça date de 2002 ! Pas le temps de creuser plus un sujet collatéral.

      2. Absolument, Alexandre.

        Fabriquer ces mignons cylindres (env. 10 x 25) est une prouesse technologique. Pour te dire, juste les placer correctement dans les tubes des faisceaux demande à analyser le rayonnement de chacune afin que la radio-activité de l’ensemble soit répartie au mieux.
        Et en plus, pour être certain du mélange homogène du plutonium et de l’uranium de CHAQUE pastille, l’achat d’un analyseur spectroscospique en phase gazeuse et l’installation de ce genre de matériel en usine atomique ne passe pas inaperçu car le fabricant connait immédiatement les contraintes du lieu de travail de son appareil.
        Et administrativement, doit le déclarer conforme à cette utilisation à l’AIEA afin qu’elle puisse faire des contrôles sur le bon étalonnage de l’appareil.

        Bref, la construction d’une usine de MOX ou assimilée est connue de la moitié des pays de la planète.
        Et même des écolos, vous dire…

    1. Déjà que le pastis à l’eau de mer avait un drôle de gout…
      Notez, avec la luminescence, on pouvait se faire soi-même sa radio des intestins.

    2. Countdown…
      “Dans les réacteurs équipés d’un collecteur ou d’un récupérateur, le corium est arrêté par une dalle de céramique puis refroidit par le dessous ou par contact. Sur les réacteurs américains et donc, japonais, ce système n’existe pas.
      Je n’ai pas pris le temps de vérifier cette info de Gouwy publiée sur ce blog, mais je prends pour hypothèse de départ le fait qu’il sait visiblement de quoi il parle.

      Une ou plusieurs dalles de béton situées sous les unités ont-elles déjà été perforées ? : le processus semble plus lent qu’on pouvait le redouter. Une consommation rapide du béton par le corium devrait en toute logique libérer de fortes quantités de fumée/vapeur, ce qui ne concorde pas exactement avec les observations actuelles, à savoir des panaches de couleur blanche plutôt discrets.
      J’en arrive à penser, malgré le nombre d’erreurs cumulées sur la construction de cette centrale, que le littoral a été soigneusement aménagé au préalable. Loin de moi l’idée de prendre la défense de Tepco, mais j’ai du mal à analyser ce qui se passe (et plutôt ce qui ne se passe pas au niveau du béton…). Le tout est évidemment compliqué par les interactions particulièrement complexes entre corium et eau. Mon hypothèse est qu’en raison de la nature tectonique du sous-sol et de la proximité de l’eau de mer, Tepco ait pu prévoir une dalle particulièrement solide !
      Ce propos ne s’appuie sur aucune source contrôlable. Mais bien malin celui ou celle qui dénichera les plans de construction de la centrale de Fukushima Daiichi !
      Et puis, le temps que je publie ce post, on aura peut-être atteint le stade suivant.

      Pour un résumé bref et sans concession des scénarios les plus plausibles en cas de perforation du béton revoir les œuvres complètes de Gouwy — post 131 sur http://www.pauljorion.com/blog/?p=22286

  60. Petite question : compte tenu de la demi-vie courte de l’iode 131, les concentrations de cet élément ne devraient-elles pas décroître avec le temps ? Les accroissements constatés proviennent-ils d’une dégradation de plus en plus marquée des barres de combustible ou bien s’agit-il de nouvelles quantités d’iode provenant d’une reprise de la réaction en chaîne ?

    1. Pour comprendre cela, il faut comprendre la chimie de l’iode dans le circuit primaire d’un réacteur nucléaire en situation de surchauffe.
      C’est justement le sujet d’une thèse récente qui vous permettra de comprendre tout ceci:

      La référence :
      Marion LACOUE-NEGRE, Université des sciences et technologies de Lille, école doctorale : Science de la matière, du rayonnement et de l’environnement, filière : Optique et lasers, physico-chimie, atmosphère, 262 p., soutenue le 6 décembre 2010 à Lille.
      Chimie de l’iode dans le circuit primaire d’un réacteur nucléaire en situation d’accident grave – Etudes de mélanges CsI/MoO3 sous vapeur d’eau

      1. La chimie de l’iode n’empêchera pas la disparition de l’iode131 en 3 mois. Restera le césium137, au moins.

    2. la demi vie physique et biologique sont quasi identiques pour l’iode : 8 jours.

      si il y a décroissance suivant une loi exponentielle standard cela veut dire qu’il n’y a pas réalimentation sinon c’est qu’il y a réalimentation, et si c’est le cas d’où cela provient (contamination directe / indirecte) c’est encore sujet à hypothèse.

  61. Ce ne sont pas des allégations ni des supputations. Je n’affirme rien.
    Je cherche juste à comprendre, aux vues des faits constatés ce qui pourrait expliquer le comportement des ingénieurs et des autorités japonais.
    Pourquoi les décisions et choix techniques ?
    Pourquoi la désinformation, « mensonges », omissions ou contre-vérités et quelquefois embarras au point d’être contraint de revenir en arrière ?

    Je constate juste que cette hypothèse du J-Mox tient la route autant techniquement : On aurait alors une logique dans le choix des décisions techniques prises et celles refusées ainsi que les taux relevés, les concentrations, les fumées etc…
    que politiquement : on aurait alors une logique dans les « campagnes de désinformation » et les refus de toutes aides extérieures !

    Je le répète, je n’affirme rien. Je ne suis pas dans les coulisses du gouvernement japonais ou de la compagnie Tepco.
    Je pense que jusqu’à présent, on est loin d’avoir tout dit. Les communiqués et annonces de presse sont à 90% illogiques et un non reflet des réalités pour le peu qu’on comprenne un minium un physique atomique, le fonctionnement d’une centrale et d’un REB et les infrastructures des réacteurs Mark-1.
    Pour moi, il y a donc une autre explication et si on ne vaut pas la dire, c’est qu’elle n’est pas « avouable » !

    1. Gouwy,

      Ceci :

      Je constate juste que cette hypothèse du J-Mox tient la route autant techniquement : On aurait alors une logique dans le choix des décisions techniques prises et celles refusées ainsi que les taux relevés, les concentrations, les fumées etc…
      que politiquement : on aurait alors une logique dans les « campagnes de désinformation » et les refus de toutes aides extérieures !

      et ceci :

      Pour moi, il y a donc une autre explication et si on ne vaut pas la dire, c’est qu’elle n’est pas « avouable » !

      c’est précisément ce que l’on appelle des allégations ou supputations.

      Dans le même ordre d’idée, il y aurait une certaine logique à imaginer que ce sont les martiens qui nous ont envahi, que le tsunami a été causé par l’amerrissage de leur soucoupe, et que les centrales fonctionnent avec un composant extra-terrestre que les humains ne maitrisent pas, raison pour laquelle les petits hommes verts sont revenus sur place pour réparer.

    2. Gouwy.
      Ok, tout est caché coté nucléaire. Et crois bien que je le regrette car le niveau de sécurité du parc français gagnerait à être connu REELLEMENT.
      Je dis ça pour avoir porté un masque lors d’une rupture de confinement, et, je te jure que les premières aspirations augmentent correctement l’angoisse.

      Hors, il y a un petit détail gênant dans tes affirmations.
      C’est que si le Japon fabrique du MOX, pourquoi maintient-il l’expédition de MOX qui doit bientôt partir de France..??

      1. Encore une fois : Je n’affirme rien et je n’ai pas les réponses à tout !
        Je peux quand même ajouter que la politique nucléaire du Japon depuis de 2010, basée sur des réacteurs 100% moxables, demande des quantités de Mox sans communes mesures avec le potentiel de production d’une seule usine, surtout récemment mise en service.
        L’autre point est que si des réacteurs comme ceux des tranches 5 et 6 de Fukushima peuvent (et sont conçus pour) fonctionner avec des Mox hétérogènes, ce n’est pas le cas du n°4, par exemple.
        Celui-là ne peut fonctionner qu’avec un Mox « normal » (6% oxPU) dont Areva est un des seuls fournisseurs.
        Troisième point, le Japon a des contrats décennaux avec Areva et une politique commerciale avec la France. Ce n’est pas parce que on est capable, même si tel était le cas, d’être autonome dans un certain domaine, que l’on coupe systématiquement les flux commerciaux avec ses partenaires ! Il y a d’autres enjeux !

      2. De gros contrats ont été signés à la fin des années 80, je crois, entre SGN et le Japon, notamment au sujet du MOX. Peut-être certaines clauses sont-elles toujours valides ?

      3. Hhmm.. Karlus.
        Tu sembles connaître aussi un peu le secteur.

        SGN ne se serait effectivement pas lancé dans l’usine MOX de Marcoule s’il n’y avait pas eu un débouché commercial.
        Et là, c’était un double objectif.

        Bon. Parlons d’autre chose.

      4. Gouwy.

        Prouves-moi que le Japon a réussi à construire une unité de production de MOX ou assimilé, (soit 7000 personnes plus TOUS les sous-traitants, soit 30 000 personnes au bas-mot) et là, je te croirai.

      5. Si les Japonais « brûlent » (fissionnent) de l’uranium, alors ils disposent de plutonium.
        Soit ils l’utilisent pour l’armement, le revendent, l’utilisent pour d’autres choses, mais le plus probable est qu’ils le recyclent. Cette procédure est issue du principe de « recyclage » des déchets des réacteurs de quatrième génération tournants à la base sans transuraniens.
        Il serait illogique de croire que le Japon ne produit pas de pastille de MOX en ses terres.
        Ils sont grands consommateurs d’atomes fissibles et profitent des prix de la patate chaude atomique que sont les « déchets »du type transuraniens.
        « Faites chez vous ce qu’on ne veut pas faire ici », dit Areva.
        Pourquoi Areva revendrait son MOX?
        J’ai bien peur que les éléments élémentaires fissibles constituent un objet de spéculation mystique sur les marchés secrets des gouvernements et du nucléaire.
        Faites vos jeux!

      6. Je ne comprends ces « calculs » sur le nombre de personnes ni le rapport mais à part ça, des unités de production de combustibles mox au Japon, existantes ou en construction, ne sont pas des secrets d’état.
        Il y a la RMFFP (Rokkasho MOX Fuel Fabrication Plant). La fabrication en série opérationnelle est prévue pour 2011/2012 mais les essais en production sont terminés depuis 2007. Il est bien évident qu’entre 2007 et 2011, la production en série limitée n’a pas cessé.
        http://www.docstoc.com/docs/4731607/OUTLINE-OF-THE-ROKKASHO-MOX-FUEL-FABRICATION-PLANT-Ikeda

        la JMOX plant, dont on a déjà parlé

        Et puis il y a ceci … Opérationnelle depuis 2010, la production en série opérationnelle prévue pour 2015
        On a donc au moins une preuve que le japon sort du Mox depuis au moins 2010 (en fait bien avant puisque 2010 est la date de la mise en service opérationnel) !

        In Japan
        The country remains committed to recycling:
        On the processing side, the technology transferred by AREVA to the Rokkasho-Mura plant is now operational and the plant should enter commercial service beyond 2010.
        For the fabrication of MOX fuel, the JMOX plant, forecast to commence operations in 2015, will also be located at the Rokkasho-Mura site.
        From 2006 to 2009, AREVA signed used fuel recycling contracts with Japanese electricity producers Chubu, Kyushu, Shikoku, Kansai and EPDC.
        Furthermore, AREVA signed a contract at the end of 2009 for the provision of 40 MOX fuel assemblies for reactor No. 2 at the Shimane nuclear power plant, operated by the Japanese electricity producer Chugoku EPCo.
        Seven Japanese electric power companies have today signed contracts for the fabrication of MOX fuel, making Japan AREVA’s 2nd leading customer for fuel recycling, just behind EDF, the French Electrical Authority.

      7. Gouwy,

        Tu sors des trucs sans justification et tu ignores volontairement qu’il faut des milliers de personnes pour construire une usine de cylindres de MOX.

      1. Julien Alexandre a le dificile role de l’eau dans le réacteur, pour calmer les réactions en chaine des angoisses du blog.

        Mais Gouwy n’affirme rien, et son idée colle bien avec ce que l’on voit (et ce que l’on ne voit pas)

      1. De rien 🙂 Les mots sont forts 🙂
        Si on va un peu plus loin dans les interrogations et avec moins « d’audace » :), on peut se demander ce que personne, à ma connaissance n’a encore demandé :
        Comment expliquer la présence et le pourquoi de combustible usagé (ou non) dans des piscines de réacteurs qui ne sont pas encore (officiellement) en activité.
        Je parle des tranches 5 et 6.

        On va me dire, parce qu’on en avait trop et qu’on ne savait pas où le mettre ailleurs 🙂

        Ce à quoi je répondrais : Pourtant les piscines des réacteurs sont dimensionnées pour recevoir et stocker une quantité + n, de combustible usagé correspondant à la consommation du dit réacteur à laquelle on ajoute le temps nécessaire au refroidissement (2 à 4 ans).

    3. Voici « AREVA au JAPON Dossier de presse« , signé Areva et daté d’avril 2008. On peut lire, page 15 :

      D’autre part le transfert de notre technologie de traitement des combustibles usés mise en œuvre à La Hague. Il a permis au Japon de se doter d’un outil industriel fiable capable de traiter annuellement 800 tonnes de combustibles usés dans l’usine de Rokkasho-Mura. Les derniers essais réalisés en 2007 ont permis de confirmer l’atteinte des garanties de performance des procédés techniques transférés par AREVA. Dès l’obtention des autres garanties de performance, l’usine devrait recevoir l’autorisation de passage en service commercial dans le courant de l’année 2008. Un contrat de soutien à l’exploitation a été signé en avril 2008 pour une durée de 1 an renouvelable.

      Les électriciens japonais attachent également une grande importance à la réalisation de l’usine J-MOX, en aval de l’usine de traitement des combustibles usés. D’une capacité de fabrication annuelle d’environ 130 tonnes de MOX, cette usine devrait être mise en service en 2012. AREVA est aujourd’hui en train de passer à un nouveau stade de ses relations avec JNFL : de client/fournisseur classique, il devient partenaire. Le Global Partnership, signé fin 2007, donne un cadre au renforcement des échanges et des retours d’expérience de l’exploitation, et à la volonté commune de soutenir le développement du recyclage dans d’autres pays. A cet égard AREVA, en association avec JNFL et MHI, a contribué à la réflexion du cycle du combustible de prochaine génération dans le cadre du programme GNEP.

      Il me semble qu’il y a 2 usines : celle de Rokkasho-Mura copiée de La Hague, et celle pour le J-MOX, devant être mise en service en 2012. Or Gouwy ne raconte rien d’autre que les Japonnais sont peut-être en avance sur le calendrier officiel. Considérant que TEPCO a été pris la main dans le sac aux mensonges, et pas seulement lui mais aussi le NISA*, je ne trouve pas exagérées les « allégations » de Gouwy. En tout cas, faute de savoir soi-même analyser les chiffres officiels, l’on ne peut barrer d’un trait de plume l’avis de Gouwy quand il y trouve des incohérences.

      *Citation du texte en lien : « J’ai pensé qu’une telle attitude était inadmissible, aussi bien de la part de Tepco que de NISA, l’organisme d’Etat chargé de la surveillance du fonctionnement des réacteurs nucléaires, qui avait gardé secrète cette information alors qu’elle leur avait été révélée deux ans auparavant.« 

      1. Je n’insiste pas sur le fait qu’il y ait eu ou pas des « cachotteries » …je n’en sais rien et ce n’est pas mon propos ni mon domaine. Je suis un technicien, pas un politologue.
        C’est vrai que ça me paraît probable au vu des comportements dont on a déjà parlé mais ça n’engage que mon avis.

        par contre, pour le reste, rien n’est de moi.
        J’insiste sur le fait que ces usines sont, pour l’une en essais de production depuis 2006, essais terminés en 2007 et pour l’autre opérationnelle depuis 2010.
        Ce n’est pas moi qui le dit. C’est un fait officiellement reconnu.
        Ces usines ont donc, c’est un fait reconnu également, produit du J-Mox, en production d’essai puis en production de pré-série.

        L’autre fait est que les tranches 5 et 6 de Fukushima, sont prévues pour fonctionner avec ce J-Mox ainsi que d’autres centrales.

        Il y a donc eu production de J-Mox au moins pendant 5 ans en quantité inconnue mais qu’on peut estimer (on connait les spécificités de ces usines).
        On sait également avec certitude que les réacteurs 5 et 6 devaient être mis en service en 2011 et 2012. Ils ont donc forcément été déjà testés puisqu’il faut un minimum de 2 ans entre les premiers essais et la déclaration opérationnelle auprès de l’AIEA.

        Tout cela n’est pas supputation mais des faits corroborés par les constatations et certaines déclarations.
        Ce n’est pas moi qui dit que les piscines 5 et 6 sont opérationnelles et abritent du combustible, par exemple.
        Ce n’est pas moi qui relève les taux de radioactivité ni la nature des radioéléments.
        Ce n’est pas moi qui ait inventé le déroulement des incidents et la réaction des autorités à ceux-ci.

        Je constate simplement que les versions officielles n’expliquent rien. Elles sont, au contraire, contradictoire avec les faits et constatations ainsi qu’avec la « logique » des choses autant au plan technique que communicatif.
        Mais que l’hypothèse que j’énonce colle avec les faits … Je ne dis pas pour autant que ce soit la seule possible ni forcément la bonne !

  62. Mise à jour n°113 : 0,4 sievert au n°1
    Mise à jour n°115 : n°1 = 0,4 millisieverts

    Il y a probablement une erreur de retranscription. en espérant que ce ne soit pas 0,4 sievert

    1. Oui, il y a une confusion à ce propos entre différentes sources, que j’essaye de lever. Il doit plutôt s’agir de 0,4 millisievert, mon précédent chiffrage résultant d’une erreur de conversion.

      La cellule commune de gestion de crise mise en place par le gouvernement et l’opérateur fait de la rétention d’information, dont les conférences de presse de Tepco témoignent, les responsables des relations avec la presse ne disposant pas de toutes les informations.

      Cela n’empêche pas, par ailleurs, que des confusions s’installent. Lire en parallèle différentes sources sur le même sujet est toujours troublant, mettant en évidence des restitutions parfois imprécises de l’information, ne permettant pas de l’interpréter correctement.

      1. à Karlusbrother: c’est normal: le gars de tepco qui a tapé ce texte a commencé a avoir des sueurs froides quand il est passer au n°3…il a sûrement dû penser à….disons…autre chose qu’à ce qu’il écrivait, n’est-ce pas?

  63. Non, pas de vapeurs ni fumées ou vraiment très peu.
    On connait exactement les effets d’un corium sur le béton. Ce sont sensiblement les mêmes qu’avec une torche à plasma.
    On assiste à la formation d’une fulgurite et une transformation quasi instantanée de la structure atomique (décristallisation).

    1. Faux, Gouwy.
      Tu mélanges tout. Ou plutôt, tu fais des rapprochements par des effets similaires par des technologies différentes.
      Je pourrais de la même façon te dire que toute matière radioactive permet les mêmes effets que l’electro-érosion.

      Certes, il y a mutation et production d’éléments radioactifs à longue durée de vie. Mais cela épuise la source en contre-partie. Et la dilue.

      Tu donnes trop dans la science-fiction, là. Et si ton raisonnement avait la moindre chance d’exister, il se serait produit à Tchernobills.

      1. Non, ce n’est pas faux.
        Il y a plusieurs études là dessus et plusieurs thèses dont ces 2 ci-dessous, ainsi que des expérimentations.
        On ne parle pas de corium que depuis le tsunami du 11 mars.

        http://www.google.fr/url?sa=t&source=web&cd=1&ved=0CBgQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww-lgit.obs.ujf-grenoble.fr%2Fusers%2Fpeyrotm%2Fdocuments%2FrapportCEA.pdf&ei=p4KQTcOoE8GFhQfZvuy7Dg&usg=AFQjCNE1S5AqhN5qlklmOFEUQTJHk0Gapg

        ou cette thèse :
        Clément INTROINI, thèse de doctorat de l’université de Toulouse, Institut national polytechnique de Toulouse, discipline mécanique énergétique, école doctorale: Mécanique, Energétique, Génie civil et Procédés (MEGeP), 281 p., soutenue le 19 novembre 2010.
        Interaction entre un fluide à haute température et un béton : contribution à la modélisation des échanges de masses et de chaleur

        Ainsi que les nombreuses modélisations de l’ICB (interaction corium/béton)

      2. Cela me refait penser à une thèse de doctorat sur l’amélioration de la puissance énergétique des cellules de transformations photovoltaïque en passant ce cher inox de 4 à 18% de nickel sans considérer le surcoût monstrueux engendré.

        Bon, Gouwy. Va falloir être un minimum sérieux, là.
        Si gogole est ta source principale d’informations, tu peux déjà te poser des questions. Sachant que seul le fric les intéresse.

        Cette ingénieur est aussi à « remercier ». Elle nous prouve ce que je viens d’écrire plus haut, soit, tout fluide énergétique ou énergie transmisse par fluide attaque une matière inerte qui n’a rien demandé à personne.

        Et là, ta source, tu as intérêt à l’entretenir, soit, avec toi, je suis très proche de t’assécher si tu ne me fournis pas le nom des 30 000 personnes ainsi que leur adresse et date de naissance qui ont contribué à la fabrication de ton usine mox ou assimilée au Japon.

        30 000 lignes de 40 données en base de données ne sont rien pour moi.
        Soit, tu devrais pouvoir me fournir ça dans la minute.

      3. Que voulez vous que vous dise.
        Vous ne savez pas de quoi vous parlez mais vous en parlez 🙁
        En ce qui me concerne, c’est mon métier !
        Je ne prétends pas tout savoir mais certains me répondent en parlant de soucoupes volantes, d’autres de photovoltaïque ???
        Tout ça ce sont des propos en l’air qui n’amènent rien. Ca ne sert qu’à embrouiller et détourner les attentions.
        La choses sont ce qu’elles sont, pas ce qu’on voudrait qu’elles soient !

        Je ne vois pas trop l’intérêt de continuer ce type de « conversation ». Il y a d’autres sites bien plus sérieux dans les échanges.

        1. @ Gouwy

          La choses sont ce qu’elles sont, pas ce qu’on voudrait qu’elles soient !

          Le problème, c’est que dans votre quête du scoop de celui qui aura déniché l’explication « inavouable » avant les autres, vous mettez sur la table des conjectures, d’où le paradoxe de votre position dans le débat et les démonstrations par l’absurde en retour.

      4. Gouwy, tu as raison de ne pas répondre à mes commentaires gênants…

        Quitte la propagande, fils.
        Trouve l’info par toi-même. Sur le terrain. A la vieille, à la dure, sur le pavé.

        Pour un peu, je t’enverrais la photo d’un pont gallo-romain construit en Bretagne dont tout le monde ignore l’origine, car il a toujours été là.
        Mieux, je pourrais te prouver le bénéfice de la fontaine de jouvence de la forêt de Brocéliande…

        Revenons à du sérieux.
        Pour l’instant, tu essaies de prouver qu’un projet d’ébauche d’idée de construction de fabrication de MOX a traversé l’esprit japonais.
        C’est bien.

        Et ça nous sert à quoi..???

      5. @Gouwy

        Monsieur Yvan sait tout sur tout, et menace régulièrement ses interlocuteurs de choses particulièrement violentes (j’ai eu la même expérience à propos de l’inflation). Et effectivement, il change le sujet à chaque réponse, ce qui rend les conversations complètement inintéressantes.

        @Yvan: pourrais-tu te poser la question « est-ce que ce que j’ai écrit est correct, et est-ce que cela va intéresser les lecteurs de ce blog? » avant d’appuyer sur la touche ‘envoyer’? Je veux dire: faire preuve d’un minimum d’auto-critique, quoi…

        Exemple d’idiotie que tu viens d’écrire: ce n’est pas parce qu’une info est référencée par Google, et que google est une société axée sur le profit, que cette information est fausse ou même douteuse. Avec un tel raisonnement, tout ce qui est sur le net est indigne de confiance, ce qui est évidemment complètement ridicule comme affirmation.

      6. Ha, précision enfin importante. C’est ton métier.

        Bon, donc, tu vas commencer par me le préciser.

        En échange tout à FAIT d’égal à égal, je suis de mon coté technico-commercial de l’industrie nucléaire et pétrolière.
        Soit, avec encore un soupçon d’énergie par les temps qui … courent.
        Ingénieur par hasard, physicien amateur, informaticien par hobbi, obsédé sexuel pour certains, marié et/ou divorcé et/ou veuf par une vie courte mais intense, je n’apprécie que les FAITS CIRCONSTANCIES étant un sein toma de gauche.

        Donc, là, fils, tu as un boulot d’enfer (et je suis en plus évidemment non croyant) pour me convaincre de ta bonne foi.

      7. Content que tu aies eu une expérience d’hyper-inflation, Mathieu.

        Soit, tu n’as toujours pas pigé que ce que l’on comprend est ce que l’on vit.

        Bien subjectivement « tiens ».

      8. @gouwy : encore merci pour vos hypothèses de discussion audacieuses. Restez sur le fil s’il vous plait.

        @yvan : « Ha, précision enfin importante. C’est ton métier.

        Bon, donc, tu vas (!!) commencer par me le préciser.

        En échange tout à FAIT d’égal à égal, je suis de mon coté technico-commercial de l’industrie nucléaire et pétrolière.
        Soit, avec encore un soupçon d’énergie par les temps qui … courent.
        Ingénieur par hasard, physicien amateur, informaticien par hobbi, obsédé sexuel pour certains, marié et/ou divorcé et/ou veuf par une vie courte mais intense (cela n’apporte rien et le compte rendu de vos exploits maritaux et axtra-maritaux est, je pense, indifférent à la plupart d’entre nous), je n’apprécie que les FAITS CIRCONSTANCIES étant un sein toma de gauche.

        Donc, là, fils (là encore quel insupportable vulgarité !!), tu as un boulot d’enfer (et je suis en plus évidemment (prétentieux !!) non croyant) pour me convaincre de ta bonne foi. »
        Que de vulgarité ! Un peu de tenue et de respect que diable !

      9. Mathieu, tout ce que je sais est que Gouwy ne me répondra jamais franchement.

        Par contre, gogole, là, oui, il faut s’en méfier comme de la radioactivité.

        Je ne sais rien. Mais je pose toujours des questions assez gênantes.

      10. @ Julien Alexandre

        « dans votre quête du scoop de celui qui aura déniché l’explication « inavouable » avant les autres »
        Cela me parait être du procès d’intention :
        Je ne crois pas que Gouwy recherche le Scoop, je pense qu’il met à notre disposition des connaissances pointues, que tout le monde n’a pas, sur lesquelles il se fonde pour élaborer une hypothèse.
        La vraisemblance de cette hypothèse apparait déjà dans ce qu’il a bien voulu nous dire, mais sans doute n’as-t-il pas pu nous communiquer les mille détails qu’il a remarqués et qui confortent son hypothèse. Cela n’empèche pas qu’elle peut être infirmée et explique aussi sa prudence dans ce qu’il affirme.

        1. Mea culpa. Maybe I came a little bit strong ! Ceci dit, je maintiens qu’à ce stade il ne s’agit que de conjectures.

      11. @Yvan,
        Je trouve vos argumentaires face à Gouwy déplacés… Manque d’arguments ?
        Perso, je ne suis pas technico dans le parapetrolier, je fais partie de ceux qui vont chercher l’huile, ceux qui vous achètent fort cher le moindre clou…(en zinc, obligatoire…)
        Et je n’ai rien a redire face aux élucubrations technologiques de Gouwy, techniquement argumentées, quoique très pessimistes… Mais n’y a-t-il pas quelques raisons de pencher dans ce sens ? Yvan, vos commentaires en rubrique eco sont généralement intéressants, à mon tour de vous proposer une choucroute si Gouwy a raison…

        Autre chose, bien que socite capitaliste et ne vendant que de l’immatériel, Google est une fantastique machine à rechercher des trucs archivés… Pour peu que l’on sache utiliser des syntaxes de recherches (plus ou moins normalisées)

        Cordialement,

      12. À Yvan,
        bonsoir, tout d’abord;
        ensuite, et malgré le rhinocéros du doute qui me rentre dedans (quant à mes capacités, entre autres), je ne comprends pas ce que tu estimes être tes arguments, mais bon, c’est aussi ma signature.
        mqr

      13. Fredo, croies en ton dien gogole. Va-s’y et vachement fort.

        Gogole est maintenant reconnu en hyper-manipulatoire de l’information et le mieux est que c’est la pub qui le fait vivre.

        Je ne peux apporter d’intelligence. Juste du savoir.
        Contrairement à gogole qui fait semblant de t’apporter du savoir en surfant sur la bêtise.

        Comme je l’ai écrit récemment, les sciences exactes se font corrompre par l’argent, et l’argent lance les sciences inexactes.

      14. Veuillez lire dieu et non dien.
        Pas l’habitude d’écrire un truc inconnu.

        Dimachintruc.
        Ma « vulgarité » te choque…???

        Ou est-ce parce j’ai la PRETENTION de savoir qu’il ne va PAS ME REPONDRE…????

        Lui comme toi ne dure jamais sur ce blog car nous nous connaissons à peu près tous bien.

        Soit, nous recherchons la vérité tant en intérieur qu’en extérieur.

        Navré que vous deux soyez choqués.

        Vous pouvez aussi quitter le blog si celui-ci vous indispose.

  64. Echange d’e-mail entre un travailleur de la centrale de Fuskushima et le siège à Tokyo révélés par le Wall street journal :

    http://blogs.wsj.com/japanrealtime/2011/03/28/letters-from-fukushima-tepco-worker-emails/

    Ce qui confirme que ces pauvres gars travaillent en enfer et qu’ils ne dorment pas ni ne se reposent depuis le tremblement de terre. Ils sont sans doute au bout du rouleau, pas étonnant qu’ils commettent des erreurs…
    Les conditions psychologiques rajoutent au stress et à la fatigue, la plupart d’entre eux ont tout perdu, leurs maisons, leur familles, leurs amis et ne disposent d’aucune nouvelles.
    Ils continuent néanmoins de se battre avec courage et détermination sans faille.

  65. Petit détail : il faut préciser mSv par heure. Sans durée, ça ne veux rien dire. Et c’est une mesure d’équivalent de dose, pas une mesure de radioactivité :

    « Le sievert (symbole: Sv) est l’unité dérivée du système international pour l’équivalent de dose, et vise à évaluer quantitativement l’impact biologique d’une exposition à des rayonnements ionisants. La dose équivalente correspond à l’énergie reçue par unité de masse, corrigée d’un facteur de pondération du rayonnement qui prend en compte la dangerosité relative du rayonnement considéré. Le sievert correspond donc à un joule par kilogramme multiplié par un facteur de correction sans unité. Cette unité est nommée en hommage à Rolf Sievert, physicien suédois, célèbre pour ses travaux sur la mesure des doses de radiations et ses recherches sur les effets biologiques des radiations. » (pompé sur Wikipedia)

      1. Difficile à imaginer que de si petites choses puissent faire de si grands dégâts, même à celui qui croyait être le plus grand…

      2. A part de la neige qui tombe, ça dit quoi votre truc?
        En plus , c’est même pas des milli , c’est des micro, 1000 fois plus petits que des milli;
        Je dois être complètement abruti. Vous pouvez m’expliquer l’animation et me dire en quoi 1000 micro sievert, c’est à dire, 1 milli sievert, c’est à dire deux cent cinquante fois mois que la dose maximale annuelle au Japon,  » ça a l’air de faire mal »?
        Moi, je comprends pas.

      3. @Kerjean
        Dites donc ça vous arrive d’arrêter d’aboyer !
        Moi je ne suis pas scientifique pour un rond, micro milli tout ça me dépasse un peu, donc essayer de comprendre et d’illustrer en image des particules potentiellement dangereuses me paraît plus facile à comprendre.
        Si cela est faux est non probant merci de de me le signaler de manière polie.

      4. @Enigma
        pouvez vous me dire un seul de mes mots où je n’aurai pas été poli.
        Je n’y peux rien si vous êtes vexé.

      5. @Kerjean

        La politesse ce n’est pas seulement les mots mais le ton qu’on emploie.
        J’y peux rien si vous n’en avez pas conscience.

      6. La dose « normale » en France est de 1milliSievert (=1000 microSv/an) par an, dûe à la radio-activité naturelle (variable dans un rapport de 1 à 3 selon les régions).
        On peut calculer la dose pour la durée qu’on veut, jour ou heure, vie entière, etc, il suffit de diviser.
        8765 heures par an = 0,11 µSv/h. Au delà c’est hors norme.
        Pour les travailleurs du nucléaire c’est 20mSv/an maxi, sauf en cas de catastrophe ça passe à 100, ou 250 en cas de vie à sauver.

    1. faux vous confondez dose équivalente qui est une mesure de radioactivité traduisant le rayonnement (permettant d’ajouter entre eux les différents rayonnements qui sont autant de choux et de carottes que l’on ajoutent entre eux un béta de truc1 n’ayant pas grand chose à voir avec un gamma de truc2) et la dose efficace qui traduit l’impact sur les différents tissus du corps (ils sont plus ou moins fragiles) de cette dose .
      les deux sont en sievert.

      pour chaque on peut faire référence à des durées cela traduit simplement qu’alors on ne fait pas référence à la dose mais à son débit qui va conduire à une dose.

      là où vous avez un peu raison c’est quand on compare directement le rayonnement en Sievert avec la limite de dose efficace de 1 mSv.
      mais il vaut mieux faire comme cela, et c’est ce que l’on fait, car on est majorant sur la protection et c’est ce que l’on recherche quand même quand on fixe des limites liée à la santé.

      1. @hermiss

        l’article de wikipédia est juste c’est pas le problème.

        lisez complètement mon commentaire si vous le souhaitez.
        sinon tant pis.

        par contre cela peut peut-être servir à d’autres pour leur compréhension.

        ps : exemple que tout le monde peut comprendre dire que l’on parler de l/h n’a jamais remis en cause l’existence du litre.

    2. c’est autant une mesure de radioactivité qu’est l’échelle de Richter à une mesure de sismologie.

      a-t-on un jour remis en cause l’échelle de Richter ?

      même dernièrement elle a été utilisée pour justifier l’impuissance de Tepco devant la catastrophe.

      c’est une mesure adaptée à ce que l’on a besoin d’en faire pour la protection des personnes et pas à des physiciens qui ne sont jamais sortis de leur laboratoire qui parlent encore en becquerel de cesium en oubliant sciemment le reste des rayonnements ionisants.

  66. J’étais en train de regarder NHK…
    Un docteur est questionné sur les risques et, avec le sourire, il parle uniquement en termes de doses journalières d’exposition aux radiations, sa conclusion: il y a 30% de décès par cancer, on peut s’attendre à une augmentation de 0.5%, donc juste un passage à 30.5%.
    Tout cela après la révélation de Tepco que de l’eau contaminée est en contact avec la mer, et suivi d’un reportage sur des réfugiés un peu plus au nord qui cherchent à relancer leurs entreprises de pêche…
    L’aide de la France semble cette fois-ci clairement sollicitée.

    Quel monde…

    1. pour l aide de la france je doute
      ou sont les insurgés
      ou est BHL
      ah oui !
      il y as pas d explosions de char de rafale
      et pas de victime civil par un dictateur
      et le lobye nucleaire c est pas un dictateur ?

    2. « donc juste un passage à 30.5% »

      Il y a environ 400 000 cas de cancer découverts en France par an. 0.5%, ça donne 2000 cas. Disons que la moitié y passe, ça fait 1000 morts en plus. Au vu de la population, doublons les chiffres pour le Japon, ça fait 2000 morts. Une paille, pour ce docteur Mengele. Et je suppose que c’est la perspective très optimiste qu’il nous donne là…
      Ces gens n’ont plus aucun sens de ce qu’est une vie humaine.

      1. Huh, nous ne sommes pas dans un conte de fées, je le crains… Et je doute fort qu’il y ait eu, l’espace d’un instant, un sens donné à la vie humaine pour ces gens là. Encore moins dans les siècles passés qu’aujourd’hui.

        Dans l’absolu, je dirais que l’on est plutôt en progrès vis-à-vis de la conscience globale. Mais je pense que l’on revient de très très loin. (confère les années d’esclavage, traite des noirs, massacre des populations indigènes sur les territoires colonisées, toussa toussa…)

        Ne jamais oublier ce qu’est réellement le passé de l’humanité. Hum. Pardon. de la société occidentale…. Oh, je pèche par manque d’ethnocentrisme sur ce coup là. o_O

    3. Si, sur 100 millions de Japonais, 30% meurent d’un cancer, cela fait 30 millions de personnes. Si l’on ajoute 0,5% cela fait 500.000 morts du cancer en plus, sans compter les 3 fois plus de cancers que l’on guérit aujourd’hui
      Les près de 2 millions de cancéreux à venir ne souriront pas eux (sauf le sourire de politesse japonais qui n’empêche pas la souffrance intérieure).

  67. Nous sommes victimes d une situation ou ne maitrisons rien
    Nous assistons a la destruction du monde
    Nous subissons une mise en esclavage du monde
    Et que faisons-nous ?
    On discute du sexe des anges
    Ca va percer le béton ou pas
    On va avoir des cancers plus ou moins
    Il va y avoir des pauvres plus ou moins
    On va mourir plus vite ou moins
    Il faut changer nos habitudes plus ou moins
    Il faut arrêter de vivre dans des bulles
    Les élites dans un coin
    Les intellectuels ceux qui pensent qui réfléchisse
    Les ceux qui savent pas et sont propagandés
    Dans tout cela il reste qui ??
    Les désastres s accumulent la misère grandie
    Et on reste a regarder a se faire peur
    Qui s inquiète que cela dégénère
    Que faisons-nous ?
    Personne ne bouge
    Auront nous encore de quoi manger boire demain ?
    Ah oui nous pourrions essayer de faire les scorpions ils résistent a tout
    Je suis abasourdie devant le manque de réaction des terriens

  68. Est-ce que TEPCO et le gouvernement japonnais ont-ils complètement perdu les pédales???
    Ce qui ne serai pas étonnant, les Japonnais ne connaissant pas de moyen terme entre la passivité moutonnière et l’hystérie la plus débridée.

    Je m’explique. La presse mondiale a relayé la prise d’arme à propos de la dose de flotte 10 000 000 de fois supérieure à la normale.
    Or,
    La dose annoncée(et confirmée) est de 1 Sievert. Soit 1000 millisievert, soit 1000 000 de microsievert.
    Et,
    La dose normale de l’eau par l’IRSN est de 0,1 microsievert.

    Donc, 1000 millisievert, ça fait bien 10 000 000 de fois 0,1 microsievert.

    Faut arrêter la moquette irradiée.

    1. « Faut arrêter la moquette irradiée. »…La phrase qui tue (*!*)…A bonne entendeur fumeur salubrité nationale…(« ! »)

    1. Notez qu’ils parlent encore et toujours d’un « incident ». Après quatre réacteurs au tapis !!

  69. 1. Votre mise à jour n°118
    Il est maintenant affirmé – car « aucune donnée ne le prouve » – que des fissures ou trous dans la cuve d’un réacteur ne pourraient être à l’origine de cette radioactivité.

    2. Warning : l’IRSN « affirme » en fait le contraire dans son rapport d’aujourd’hui (sans parler de trous, mais…)
    La présence d’eau contaminée dans les bâtiments turbine des 3 réacteurs met en évidence que des fuites importantes de l’eau contenue initialement dans la cuve du réacteur ont lieu. Ce constat confirme les suspicions d’inétanchéité des enceintes, etc.

    1. Exact !

      Ma mise à jour est antérieure à la mise en ligne de la note quotidienne de l’IRNS. Ma propre affirmation provenait de celle des autorités japonaises, effectivement contradictoire, et ma formulation était faite pour en douter, vu l’argumentation utilisée et rapportée.

      Voilà ce qu’écrit l’IRNS dans sa note : « Ce constat confirme les suspicions d’inétanchéité des enceintes ou des circuits de refroidissement des réacteurs n°2 et 3. L’eau très fortement contaminée détectée dans le bâtiment turbine n°2 pourrait provenir du tore situé en partie basse du bâtiment réacteur n°2 qui a vraisemblablement été fortement endommagé lors de l’explosion du 15 mars. »

  70. Les mises à jour deviennent de véritables casses-têtes, à la fois pour ceux qui les rédigent et pour ceux qui les lisent et il me semble même pour ceux qui devraient fournir toutes les informations que le monde exige.

      1. @quelqu’un
        Oui cela m’a étonnée également j’ai posé la question sur Fukushima V le nouveau fil de F. Leclerc.
        Pour les 3 plutonium il semble qu’il y en ait plusieurs avec de numéros différents qui peuvent être générés par un réacteur nucléaire.

    1. Les isotopes du plutonium apparaissent dès les premiers jours de fonctionnement du combustible. En trouver au sol n’est pas bon signe mais ça peut tout aussi bien provenir du coeur que des piscines qui contiennent du combustible usagé, dont le toit a sauté (pour les 1 et 3), donc détruit les enveloppes mécaniques.

Les commentaires sont fermés.