L'actualité de la crise : UN PLAN "B" EUROPEEN ?, par François Leclerc

Billet invité

Leur sommet terminé, après avoir été bousculés par l’actualité portugaise, les dirigeants européens se sont congratulés pour avoir réussi à adopter un « pacte pour l’euro », ainsi que les grandes lignes du mécanisme du MES, le fonds de stabilité financière qui succédera en 2013 au mécanisme provisoire actuel, à propos duquel rien n’a d’ailleurs été décidé.

« On peut dire que beaucoup a été fait », s’est exclamée Angela Merkel, satisfaite d’avoir obtenu l’étalement des versements au MES qu’elle réclamait, avant d’affronter dimanche ses électeurs pour une élection régionale d’importance. Et de faire face à une virulente campagne dans la presse allemande, sur le thème des promesses faites à l’occasion du passage à l’euro et non tenues ou de l’addition que les Allemands vont devoir payer pour les autres.

Une toute autre leçon va-t-elle continuer longtemps à être éludée ? Les programmes d’austérité et de renflouement des banques, auxquels les pays européens sont contraints, les envoient les uns après les autres dans le décor, c’est à dire au purgatoire. Ils impliquent des sauvetages successifs et au bout du compte une mutualisation de la dette qui ne parvient pas à être mise en place, n’existant dans l’avenir qu’assortie de conditions toujours aussi expéditives.

Les mécanismes de stabilisation financière, actuels et futurs, restent bancals et la nouvelle gouvernance économique – dont il est fait grand cas – une affaire de circonstances, comme les deux précédents pactes européens l’ont été, puisque non respectés. Forcés et contraints, les Européens sont parvenus à mettre en place une sorte de Fonds monétaire européen dont les financements sont largement assurés à coup de garanties, en espérant qu’elles n’auront pas à être utilisées. Croit-on que les les marchés s’y laisseront tromper ?

Secoué par une crise politique et devant faire face à des remboursements importants, en avril et en juin prochains, le Portugal peut-il vraiment éviter de rejoindre la Grèce et l’Irlande dans le camp des condamnés ? Le taux des obligations portugaises à 10 ans étant monté ce vendredi soir à 7,79 % ; elles sont désormais traitées comme des actifs pourris par le marché, qui n’a pas attendu pour apporter sa réponse. L’affaire s’apparente à un supplice chinois. Le nouveau gouvernement issu des élections de juin sera conduit à renforcer davantage la rigueur budgétaire, précipitant encore plus le pays dans la récession et la crise sociale, la crise politique actuelle n’étant à côté de cette dernière qu’un épiphénomène.

L’Irlande et la Grèce ne parviennent déjà pas à respecter le plan de route qui leur a été assigné, et le Portugal se prépare à prendre le même chemin, alors même qu’il n’a pas encore été sauvé. Le scénario se répète à l’identique, en raison d’une croissance économique et de recettes fiscales absentes, et pour cause. S’y rajoute, dans celui de l’Irlande, un coût de restructuration des banques qui ne cesse de continuer à augmenter. L’Irlande va enregistrer pour la troisième année consécutive une croissance négative.

La lente désagrégation de la zone euro se poursuit : les facteurs de sa fragilisation s’accroissent plus rapidement que ne se met en place le dispositif européen censé tout résoudre, qui reste flou et ne permet que de temporiser.

Il se confirme que le chemin qui a été choisi pour résorber la dette privée et publique renforce la crise au lieu de la résoudre, car sa solution implique un redémarrage de la croissance économique auquel il ne mène pas. Et qu’il en résulte une rigueur se révélant progressivement insoutenable. Tout à leur idée fixe et à la défense d’intérêts bien compris, les dirigeants européens ont adopté un business plan irréaliste et impossible.

Le prochain épisode va mettre en scène l’Espagne. Les déclarations rassurantes ne manquent pas pour affirmer qu’elle ne risque pas à son tour de tomber dans le trou. L’expérience – pour s’en tenir à ce seul argument et ne pas à nouveau énumérer tous les facteurs d’incertitude qui pèsent sur la situation espagnole – a montré la foi qui pouvait être accordée à ce genre de prévisions. Rajoutons que l’exposition des banques espagnoles au Portugal est estimé à 80 milliards d’euros.

Il est rare que les dominos s’arrêtent de dégringoler une fois la chute commencée…

De nouveaux tests des banques vont être menés auparavant, destinés à rassurer les marchés, annonce-t-on. Une aimable plaisanterie, étant donné que ces derniers sont aux premières loges pour contempler à loisir le spectacle offert par un système bancaire toujours sous soins palliatifs, incapable de résister à l’éventualité de restructurations de dette souveraine. Raison qui explique l’interdit formel édicté à ce propos.

Appelée par le TUC, la confédération des syndicats britanniques, une grande manifestation se prépare pour demain samedi à Londres, afin de protester contre le plan d’austérité gouvernemental. George Osborne, le chancelier de l’échiquier (ministre des finances), a une nouvelle fois rappelé qu’il n’y a pas de plan B.

Ce même et unique discours étant seriné de Londres à Athènes et de Dublin à Madrid et à Lisbonne, il devient urgent qu’un tel plan à dimension européenne soit mis en forme, en s’appuyant sur des initiatives ayant vocation à converger à l’occasion de la tenue d’un Forum européen.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

114 réflexions au sujet de « L'actualité de la crise : UN PLAN "B" EUROPEEN ?, par François Leclerc »

  1. « il devient urgent qu’un tel plan à dimension européenne soit mis en forme, en s’appuyant sur des initiatives ayant vocation à converger à l’occasion de la tenue d’un Forum européen. »

    Et qui pourrait être à l’initiative d’un tel plan ?

    La situation actuelle conforte ceux qui, comme dirait Paul », liquident avant inventaire et départ avec la caisse…

      1. @Demain : « Avec quel argent ? Celui de la planche à billets comme aux Etats-Unis »….Et puis derrière je lis : NEW DELHI, 24 mars (Reuters) – Un effondrement de l’euro n’est pas « impensable » si la monnaie unique commence à subir trop de pression, a déclaré jeudi le milliardaire Warren Buffett sur CNBC….
        C’est ce qui s’appelle vulgairement…se faire entuber par les yankees … Exercice préféré des bénis oui-oui européens ( et le tout sans majuscules fait exprès et en toute conscience) 😉

      2. oui, ça s’appelle la guerre économique : ils nous refilent leur dette pourrie …et nous imposent leur politique du tout privatisé : comprends plus du tout les gens « normaux » qui n’y voient goutte, et qui y croient encore ! cela s’appelle : pactiser avec l’ennemi ! ni plus, ni moins !

  2. Maintenir quelqu’un sous respiration artificielle pendant qu’on lui met un oreiller sur la figure ….

    1. Maintenir quelqu’un sous respiration artificielle pendant qu’on lui met un oreiller sur la figure

      en n’oubliant pas de stopper l’arrivée du mélange air-O2 !!

       » Ah, ça alors, il est tout bleu ! « , pourtant tout a été mis en oeuvre !

      1. @ M

        😀 la chute est la même que celle à laquelle j’avais pensé.

        « pourtant tout a été mis en oeuvre »

  3. Pourquoi un plan B, Monsieur Leclerc ? Il n’y en a pas besoin. Le plan A des eurocrates se déroule de façon « nominale », comme disent les militaires.
    Laissons-le atteindre son terme. Cela peut mettre du temps…
    Quand nos frigos seront vides (c’est long à se vider, un réfrigérateur européen) il sera temps de songer à autre chose. Avant, c’est inutile. Personne à part vous et quelques autres n’en voit l’utilité.

    1. Pas d’accord, nous ne sommes plus dans le plan  » A  » de Tina ( there is no alternative )car l’oligarchie vient de trafiquer encore cette semaine sans consultation des peuples européens la dite « Constitution Européenne » déjà rejetée par les français à 55 % en 2005 – Ils détricotent, retricotent dans notre dos cette même « constitution » et nous demandent parallèlement à leurs petits arrangements avec les morts de passer à la caisse pour payer leurs dettes astronomiques suite à leurs frasques depuis une trentaine d’année dans la foulée de leur fausse science économique. Des plans  » B  » face à la situation de crise, l’oligarchie ne se gêne pas pour en inventer chaque semaine. Leurs constantes, c’est que c’est toujours au détriment des mêmes. Ce n’est plus tolérable et plus rien ne tient l’édifice. Il n’ y a plus de  » croyance  » quelle qu’elle soit. L’utopie européenne si elle poursuit sur ce chemin de reconstitution aristocratique transnationale et transatlantique va dans le mur . Il est temps de passer au Plan « P » ( People plan ) –

    2. Je rejoins complètement l’avis de Sud, Le plan « P » est utopique tant que la population aura sa TV et son frigo plein. J’ai bien peur qu’avant la phase révolte, nous assisterons à un vote radical et illusoire vers les extrêmes car c’est beaucoup moins fatigant, plus facile pour notre population moderne. La réaction des populations modernes a la même loi que l’électricité en somme, elle prendra le chemin le plus facile quoi qu’il arrive. Je parle bien sûr de certaine population Européenne.

    1. http://www.courrierinternational.com/article/2011/03/25/carnaval-militant-sur-oxford-street

      (…) Le groupe d’action directe UK Uncut a été créé il y a cinq mois pour protester pacifiquement contre les coupes budgétaires annoncées par le gouvernement et l’évasion fiscale des entreprises. Il appelle ses partisans à occuper et à provoquer la fermeture de dizaines de magasins d’Oxford Street. Depuis sa création, le mouvement a forcé plus de 100 magasins du centre-ville – dont Vodafone, Topshop et Boots – à fermer leurs portes temporairement. L’organisation accuse ces entreprises d’avoir dissimulé des milliards de livres aux impôts, ce que celles-ci contestent vivement. Au cours de ses deux dernières journées d’action, le groupe a pris pour cible les grandes banques du centre-ville, qui, selon eux, sont largement responsables de la crise économique.(…)

      UK Uncut – Occupy For The Alternative
      http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=SRGvSAgg3DE

      1. Il est 14h à Londres et le nombre de manifestants semble plus fort que prévu (300000)
        Et nous sommes SAMEDI.
        Est-ce qu’on verrait ça entre Bastille et Republique?

    1. Mieux que ça, Julien.

      Les Grands Bretons n’ont pu se mettre à l’Euro à cause de ce sympa Soros… Il les a fait éjecter du SME et a provoqué l’arrivée de Scratcher.

      L’Angleterre voit actuellement une montée de 4,4 % de l’inflation et une condamnation des derniers services sociaux. Soit, une copie exacte de la chute américaine.

      BA.
      Pourrais-tu poser la question, à ton idole Dupont-Aignan, de savoir à quelle monnaie mondiale il veut raccrocher son sesterce…???
      Cela serait une question économique importante.
      Soit, cette question est-elle éludée par tous les partisans d’extrême-droite, naturellement….

      1. « Mon idole Dupont-Aignan » ?

        Toujours aussi largué, Yvan.

        Tu as vraiment un problème de compréhension, ou alors tu le fais exprès ?

      2. BA
        Tout est question de conviction. Je trouve au contraire qu’Yvan est plus sensé que beaucoup ici, ce n’est seulement pas un blog facile pour défendre la naissance du processus fédérateur de la zone euro.
        Voilà un bail que ça doit exploser, sœur Anne ne vois-tu rien…

      3. « La naissance du processus fédérateur de la zone euro » ?

        Mais la zone euro a produit exactement le contraire : l’explosion des partis nationalistes d’extrême-droite partout en Europe.

        Bravo, l' »euro qui protège ».

      4. BA
        Argument fallacieux qui sous entend que l’euro est à l’origine de la crise, bref encore un peu de manipulation de ta part.

      5. Je ne sous-entend pas que l’euro est à l’origine de la crise.

        En revanche, je constate que l’euro nous a été présenté comme étant la source du progrès social, de la baisse du chômage, de la prospérité économique, et patati, et patata.

        Pour ceux qui étaient trop jeunes en septembre 1992 : vous pouvez lire les merveilleuses promesses des partisans de l’euro au moment du traité de Maastricht dans le livre « Le bêtisier de Maastricht », édition Arléa.

        Ce livre cite les magnifiques promesses des ouistes de gauche, des ouistes de droite, des ouistes du centre, pour inciter les Français à voter « oui » à l’euro en septembre 1992.

        Nous pouvons comparer tout ce qu’on nous a promis en septembre 1992, et ce qui s’est passé dans la réalité.

        Autrement dit :

        Les ouistes qui dirigent la France depuis 1974 n’ont réussi qu’une seule chose : provoquer un retour de l’extrême-droite nationaliste.

        D’ailleurs, partout en Europe, l’extrême-droite nationaliste explose ses scores.

        C’est la seule chose qu’auront réussi les ouistes : remettre en selle les fachos.

        Bravo, les ouistes.

      6. BA, vous manipulez encore sur la zone euro et vous enfoncez d’autant…

        Ensuite, pourquoi évoquer l’extrême droite nationaliste et oublier l’extrême gauche nationaliste.
        C’est fantastique cette complaisance chez les Français vis à vis de l’extrême gauche.
        Il serait peut être temps dans votre pays des droits de l’homme de considérer le FN comme un parti extrême comme un autre.
        Un sondage ce matin sur Lemonde, qui n’est pourtant pas tendre avec la droite, fait ressortir que 52% des français considèrent maintenant le FN comme un parti comme les autres.
        Bref, les Besancenot, Mélenchon, Le Pen… Fachos et autes cocos dans le même sac.

        A moins bien entendu de remettre en cause le principe démocratique de la majorité, argument plus souvent évoqué d’ailleurs à l’extrême gauche et chez les ultras écolos qu’à l’extrême droite,

        1. Remettre en cause le principe démocratique de la majorité, non. Remettre en cause les méthodes de sondage, leur timing et leurs marges d’erreur, oui.

          A moins que l’on vive désormais dans une démocratie où les décisions se prennent par sondages ?

          Mettre Jacques Généreux (l’économiste du Parti de Gauche) dans le même sac que le FN, c’est scandaleux.

      7. L’extrême-gauche est nationaliste ?

        C’est une blague ?

        Le NPA, Lutte Ouvrière, le Parti Ouvrier Indépendant, le Parti de Gauche, etc, sont tous des partis internationalistes.

        « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! »

        « L’Internationale sera le genre humain ! »

        Vous comprenez, ça ?

        Ce sont des internationalistes, et ils ne cessent de le répéter eux-mêmes.

      8. et VLAN

        A moins que l’on vive désormais dans une démocratie où les décisions se prennent par sondages ?

        OUI
        la pub fait acheter,les sondages font voter..
        voila

        bravo Julien
        bien vus

  4. L’analyse de notre « animalité » n’est-elle pas un premier pas vers une constitution fédérale européenne ?

  5. Bernard Maris et Dominique Seux se sont opposés sur ce sujet ce matin comme tous les vendredis sur F. Inter.
    Bernard regrette que l’on continue encore et toujours de privilégier les rentiers au détriment du travail et réclame un meilleur partage du gâteau.
    Les 2 estiment cependant que l’on progresse et que l’on finira peut être par se rendre à l’évidence, il faudra bien que d’autres mettent enfin la main à la poche, et pourquoi pas un soupçon d’inflation.
    Pour ma part, chaque fois que la bourse remonte j’ai la curieuse impression de mettre la main à la poche.
    http://sites.radiofrance.fr/franceinter/chro/ledebateconomique/index.php?id=102899

    1. Et la semaine de 3 jours ???

      Un slogan « àlaMao »: travail partagé , temps privilégié !

      Pourquoi les médias fonctionnent déjà comme ça et pourquoi pas le reste du monde du travail ???

      Pourquoi on n’anticipe pas la standardisation , robotisation et automatisation dans les deux domaines qui résistaient encore , l’enseignement et le batiment ?

      Pourquoi les élites refusent que leur mode de travail se diffusent dans la france d’en bas ???

  6. Quoi qu’en disent les optimistes, chaque jour qui passe renforce le sentiment d’être dans l’impasse.

    1. Oui oui… que faire si ce n’est se retirer dans sa coquille.

      Les gens s’imaginent encore des choses, dans le monde. On nous dit que les jeunes turques et italiens, sont très optimistes concernant leur avenir, mais c’est parce qu’ils n’ont rien compris. En France, seuls 40 % des jeunes sont optimistes pour leur avenir.

      1. Les chinois des grandes villes sont aussi nombreux à être optimistes…

        Avec des ressources en voie de diminution, des zélites in-compétentes et auto-centrées, et enfin un capitalisme à l’agonie, y a t-il lieu d’être optimiste ou pessimiste ?

      1. Marlowe n’est pas que génial, Marlowe est bien d’autres choses, Marlowe est immortel, Marlowe est mythique, Marlowe est un mystère, Marlowe est légende…

        La légende Marlowe :

        Comme pour d’autres écrivains de l’époque, on sait peu de chose à propos de Marlowe. Le peu de sources concrètes dont nous disposons aujourd’hui sont consultables dans les registres judiciaires et autres documents officiels de l’époque. Ce manque de sources sûres n’a cependant pas empêché des écrivains, tant de fiction que de livres à valeur biographique/historique, de spéculer quant à ses activités et à son caractère. On a souvent décrit Marlowe comme un espion, un bagarreur, un hérétique et un homosexuel, mais aussi comme un magicien, duelliste, priseur de tabac, faussaire. Les sources supportant ces affirmations sont très minces, voire inexistantes. Les simples faits de la vie de Marlowe ont d’ailleurs été embellis par de nombreux auteurs, lui faisant prendre la forme d’une sorte de héros des bas-fonds élisabéthains qu’il n’était d’ailleurs peut-être pas. Cependant, J.B. Steane remarque qu’il « semble absurde de récuser ces rumeurs et accusations comme faisant purement partie du mythe Marlowe ».

        Une preuve ? définitive ? Même Aragon chante sa gloire…

        Marlowe, il te faut la taverne
        Non pour Faust, mais pour y mourir
        Entre les tueurs qui te cernent
        De leurs poignards et de leurs rires
        À la lueur d’une lanterne…

  7. « Le prochain épisode va mettre en scène l’Espagne. Les déclarations rassurantes ne manquent pas pour affirmer qu’elle ne risque pas à son tour de tomber dans le trou. […] Rajoutons que l’exposition des banques espagnoles au Portugal est estimé à 80 milliards d’euros. »

    La situation en Espagne est beaucoup plus grave qu’on ne le dit. Selon le Banco de España, fin février, l’exposition des banques espagnoles au « ladrillo » (la brique) était de 217 Mds d’euros, dont 46% « potentiellement problématique », c’est-à-dire presque 100 Mds. Or, le marché ne croit pas ces chiffres.

    http://www.cotizalia.com/noticias/2011/inversores-recelan-cajas-siguen-aflorar-todas-20110326-66645.html

    Et ils ont bien raison de ne pas les croire. Selon l’expert Borja Mateo, auteur du livre « La vérité sur le marché immobilier espagnol », les logements ont baissé, depuis 2006, de 29 % et non de 8 % comme les banques et le gouvernement le disent, pour occulter la faillite du système bancaire espagnol. Et surtout ils vont baisser de 65 à 70 % en zone urbaine et jusqu’à 85 % en zone touristique, par rapport aux prix les plus hauts de 2006. Et les banques possèdent aujourd’hui entre 750.000 et 900.000 appartements.

    Il y a en Espagne plus de 3’1 millions d’appartements vides. Et entre 1,2 et 1,3 millions en construction. Il y a, en plus, 1,2 millions d’appartements finis qui ne sont pas encore sortis à la vente. Le total d’appartements vides, en construction et à la vente est de 5,6 millions. Et la demande réelle annuelle est de 200 000 à 220 000 appartements. Vue la démographie espagnole, il faudra entre 14 à 18 ans pour que le marché arrive à l’équilibre.

    http://www.tv3.cat/3alacarta/#/videos/3396530
    (émission de la TV de Catalogne, moitié en catalan – le présentateur -, moitié en espagnol – l’expert)

    1. Mais non « on » va faire une grande défiscalisation et tous les « neuneux » se précipiterons pour liquider le stock encore en bon état en trois temps trois mouvement.

    2. On découvre de plus en plus en Espagne qu’il y a une manipulation des statistiques digne de la Grèce d’avant la crise. Plus la situation s’aggrave et moins les statistiques sont fiables. Il y a quelques mois Trichet disait: « C’est difficile de croire aux statistiques espagnoles ». C’est le moins qu’on puisse dire. Un exemple: le gouvernement, qu’on sait aujourd’hui qu’il a menti sur les chiffres du PIB 2008 et 2009, dit que celui du quatrième trimestre 2010 a augmenté de 0,6 %. En réalité quand on regarde les chiffres de près en les croissant on voit que le PIB est tombé de plus ou moins 4 % dans les trois derniers mois de 2010.

      http://www.cotizalia.com/disparate-economico/2011/caos-20110214-4904.html

      Sur la vraie situation économique de l’Espagne (en espagnol):

      http://www.cotizalia.com/valor-anadido/2011/banca-puede-quiere-credito-20110320-5117.html

      http://www.lacartadelabolsa.com/leer/articulo/hacia_la_desaparicion_de_papa_estado_un_nuevo_crash_bursatil_en_el_ultimo_t

      http://www.eleconomista.es/economia/noticias/2916671/03/11/Los-espanoles-todavia-deben-el-55-mas-de-lo-que-tienen-ahorrado.html

      http://www.eleconomista.es/gestion-empresarial/noticias/2904825/03/11/Las-administraciones-tardaron-mas-en-pagar-en-2010-a-pesar-de-la-ley.html

      1. Plus la situation s’aggrave et moins les statistiques sont fiables.

        Sidérant mais cela ne va pas aller en s’améliorant. Il sera de plus en plus difficile d’avoir des chiffres un minimum fiable.

        Cela me rappelle je ne sais plus quelle agence américaine qui avait (à toujours, je présume) pour habitude de faire paraître des résultats avec communiqué de presse et tout le toutim et qui systématiquement, quelques jours après, corrigeait les chiffres sur le site Internet (en négatif, bien sûr), mais sans prévenir personne.

      2. Et au passage, mes respects à la modération.

        Déjà que lire le blog cela devient un job à plein temps, je n’imagine même pas faire la modération 😉

        Merci donc Julien et les autres plus discrets pour votre travail !

      3. @ Kibou

        Merci ! Pour info, il n’y a pas d’autres modérateurs plus discrets. Nous ne sommes que 3 à intervenir sur le blog, les 2 autres étant bien entendu Paul Jorion et François Leclerc.

      4. Le gouvernement espagnol a menti ou « on » leur a gentiment demandé de présenter des chiffres pas trop catastrophiques pour éviter de se prendre le problème en pleine face?

      5. @ HP

        « Le gouvernement espagnol a menti ou « on » leur a gentiment demandé… »

        Zapatero n’a besoin de personne pour exercer son activité favorite: se f… de la g… du monde. Malheureusement pour l’Espagne Rajoy n’est pas mieux (vues les affaires de corruption de la droite dans les Autonomies qu’elle gouverne et les « solutions » à la crise qu’elle propose).

        Partout en Espagne le niveau d’incompétence, de mensonge, de corruption et de bêtise idéologique (les nationalismes) est tellement accablant qu’on arrive à souhaiter l’effondrement de tout le système le plus vite possible pour qu’on puise recommencer à partir de zéro. Mais connaissant bien les Espagnols et l’histoire de l’Espagne, je crois que même un tremblement de terre économique, un tsunami financier qui ravagerait tout ne changerait pas grand chose à la mentalité ibérique (quand on lit Cervantes, Gracián, Blanco White, Larra ou Unamuno on comprend que les maux de l’Espagne sont toujours les mêmes depuis quatre siècles et n’ont, donc, pas de solution à moyen terme).

        Unamuno a écrit en 1910: “El mal de España es la impunidad de que goza la inepcia.” (Le mal de l’Espagne est l’impunité dont jouit l’ineptie).

        Et cela n’a jamais été aussi vrai qu’aujourd’hui.

    1. Fukukshima : danger accru au réacteur 3, évacuation sur 30 km

      Libération 25.03.2011
      http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2011/03/fukukshima-danger-accru-au-r%C3%A9acteur-3-%C3%A9vacuation-sur-30-km.html

      Le réacteur n°3 de la centrale nucléaire de Fukushima serait en danger accru.

      L’Autorité de Sûreté nucléaire japonaise vient d’annoncer que son enceinte de confinement n’est plus en mesure de retenir les gaz et matières volatiles radioactives. «il est hautement probable que le réacteur 3 de la centrale Fukushima Dai-ichi ait été gravement endommagé et rejette une quantité importante de substances radioactives» a déclaré son porte parole. (photo, une fumée grise s’échappe du bâtiment du réacteur n°3 avant-hier).

      Dès hiers soir l’IRSN, en France évoquait la possibilité qu’en outre la cuve du réacteur puisse céder, et se percer sous l’effet d’une masse de combustibles nucléaires et de métal en fusion, le corium. Il ne semble pas que cela soit déjà arrivé, mais le risque en grandit. En ce cas, il pourrait y avoir une explosion « vapeur ». Et une émission très importante de radioactivité.

      Le texte de l’IRSN hier disait : «L’injection d’eau de mer dans la cuve serait maintenue afin d’assurer le refroidissement du coeur qui reste cependant partiellement dénoyé. L’enceinte de confinement ne semble plus étanche selon les indications de pression ; cette perte d’étanchéité serait à l’origine de rejets radioactifs «continus» non filtrés dans l’environnement. Une légère augmentation de la température dans la cuve a également été observée. Par ailleurs, des dégagements importants de fumées ont été constatés sur ce réacteur. L’IRSN analyse les causes potentielles de défaillance du confinement du réacteur n°3. Une des hypothèses examinée par l’IRSN concerne l’éventualité d’une rupture de la cuve du réacteur suivie d’une interaction entre le corium (mélange de combustible et de métaux fondus) et le béton au fond de l’enceinte de confinement.»

      Un ingénieur de l’IRSN me disait hier soir que «cette « hypothèse » pouvait être prise comme une « anticipation » d’une aggravation de la situation». En est-on là ? C’est possible.

      Le gouvernement japonais vient d’annoncer aux habitants de la zone des 20 à 30 kilomètres autour de la centrale nucléaire, jusqu’alors confinés chez eux, qu’il leur était conseillé de l’évacuer « à cause de la détérioration des conditions de vie.» Cette raison… n’est pas fausse. Mais pourrait anticiper une évacuation obligatoire pour cause de risque radioactif accru.

      Le porte-parole du gouvernement Yukio Edano a déclaré que «la vie économique et le système de distribution connaissent de fortes perturbations, un grand nombre de personnes ayant déjà évacué volontairement la zone. Selon M. Edano, le gouvernement «n’exclut pas d’élargir le périmètre d’évacuation à 30 kilomètres autour de la centrale, en fonction de l’évolution des niveaux de la radioactivité.» Les municipalités situées dans cette zone ont reçu l’ordre de demander à leurs habitants de quitter volontairement les lieux et de mettre en place les dispositifs nécessaires.

      Pourtant, ce matin, les travaux continuaient à la centrale pour rétablir les systèmes de refroidissement des réacteurs. Mais il semble qu’une course contre la montre soit engagée pour le réacteur n°3.

      Les informations sur l’irradiation subie par les trois techniciens qui intervenaient dans la salle des machines du réacteur 3 est mieux connue. Ils ont marché dans une flaque d’eau contaminée de 15cm de profondeur et subi une irradiation bêta (un flux d’électrons) sur le bas des jambes d’environ 180 millisieverts.(L’analyse de l’eau en atomes radioactifs est là).

      Les équipes qui interviennent portent des dosimètres électroniques dotés d’une double alarme. Une pour la dose recue depuis le début de leur activité à Fukushima. Et une autre qui bipe sur la dose immédiate. Ils sont censés se retirer si le niveau d’alarme bipe.

      L’Agence de sécurité industrielle et nucléaire japonaise accuse la TEPCO de ne pas avoir mesuré correctement le niveau de radioactivité de la flaque d’eau avant l’intervention. Et lui demande de doter les intervenants de meilleures protections (en l’occurence, il aurait falllu trouver une solution pour ne pas marcher dans l’eau). L’Agence note par ailleurs que les trois techniciens n’ont pas réagi à l’alarme de leurs dosimètres en quittant immédiatement les lieux. Mais le stress considérable d’une telle activité ou un comportement « héroïque » peut l’expliquer.

  8. Bonsoir compadres, j’ai une question et une requête implorante (pour ne pas dire larmoyante) à formuler à François…
    La question : pourquoi l’euro bouge-t’il si peu après les péripéties portugaises ? J’ai souvenir que l’année dernière les variations étaient autrement plus spectaculaires.
    La requête implorante et quasi larmoyante : vous utilisez le terme de « croissance négative ». Argh, pitié, fuyez la novlangue des « maîtres ». Ne disait-on pas récession jadis ?

    Nouvelle d’Argentine : le dirigeant de la CGT est soupçonné de blanchiment d’argent, ainsi que des membres de sa famille, par les autorités suisses. En réaction, la Centrale syndicale menace de paralyser le pays et exige de Cristina qu’un des siens fasse partie de son ticket présidentiel pour les prochaines élections.

    1. Ah non, mais c’est une pris d’otage ? Le vilain CGTiste prend la belle Cristina en otage ? scandaleux.

    2. Croissance négative = récession.
      Récession durable = décroissance, subie et non voulue.

      Horreur !

  9. L’économie en question, France Culture :

    – Ne pourrait-on se mettre d’accord sur la suppression du smic ?

    C’est le week end, on se lâche !

  10. il y a des claques qui se perdent…….
    Lors de la manif des médecins et infirmières à londres, un trader français les narguent en brandissant un billet de banque et en leur disant d’aller « chercher du boulot »

    Ce dernier a été licencié mais:
    « Romain Camus a dû déménager et revenir à Paris après son licenciement. Il touchera des indemnités chômage d’un montant mensuel allant jusqu’à 6.366,80€ alors qu’il n’a jamais cotisé un seul centime chez nous! Ce cas n’est pas isolé, beaucoup de traders ont subi les licenciements massifs des banques londoniennes cette année. Alors qu’on ne vienne pas nous dire que le trou béant de l’assurance chômage est uniquement du à nos ex-salariés gagnant à peine plus que le SMIC. »

    6366,80€ de chomage mensuel… je lui donnerai bien 6366 coup pied au …. oui….

    http://www.lepost.fr/article/2011/03/24/2445191_un-french-golden-boy-vire-pour-avoir-nargue-des-manifestants.html

    1. il va bien falloir penser à la suite :

      les traders comme cestuy-là enchainés par quelques lingots fondus pour ce faire, à la centrale de Feissenheim, ou oeuvrant pour enfouir les déchets nucléaires, mis à creuser les galeries, et à tirer les wagonnets, en costard trois pièces : ça lui mettra du plomb – si l’on peut dire – dans la cervelle…

       » il criait « maman », pleurait beaucoup … »

      sera-ce la peine ? tant de bêtise de la part d’un minable …cela vaut tout juste du mépris !

    2. Y a des cas assez révoltants, comme celui, et c’est peut-être le même, qui retraverse la manche pour se faire soigner en France parce que c’est la sécu qui paye alors que chez les brittish c’est cher.
      Et en général ce sont aussi ceux qui critiquent le plusse le coût de la sécu et les impôts…

      1. karluss

        la transmission

        qué transmission ? où ai-je parlé de transmission ? pas ici, en tout cas !
        traverser la Manche, pour se faire soigner, aux frais de la princesse, tout en critiquant la sécu ???

        Ah! =) trader illuminé ayant reçu comme « mission » de traverser la Manche, pour aller se faire dégriser at home !….
        OK

  11. Une notion qui implique des différences de traitement pour la Grèce de la part de l’Allemagne et de la France.15% des exportations d’armes de l’Allemagne sont absorbées par la Grèce.12% pour les exportations francaises.A votre avis, ou va-t-on exiger des économies ?

  12. A l’échelle de l’Europe le mouvement social et syndical s’organise de manière intéressante actuellement.
    Pour connaître le contenu de la conférence de printemps organisée par une vingtaine d’organisation (syndicats et mouvements sociaux, européens ou nationaux) les 10 & 11 mars 2011, consulter le site:
    http://www.jointsocialconference.eu/
    Les travaux, qui ont donné lieu à une déclaration téléchargeable, ont porté sur:
    Une vision partagée de l’Europe
    L’analyse de la crise et des réactions du mouvement social
    Un début d’agenda des priorités d’action pour les mouvements sociaux en 2011.
    – Politique monétaire et BCE
    – Budgets publics, fiscalité, dette
    – Salaires et compétitivité
    – Systèmes de pension et de sécurité sociale
    – Commerce extérieur de l’UE

    1. L’intégration européenne ne pourra donner sa pleine mesure si le volet social n’est pas à la hauteur, tout particulièrement pour les jeunes générations qui représentent le socle de notre futur compétitivité.
      Il va falloir se préoccuper de la situation des babyboomers sans sacrifier à l’audace entrepreneuriale des jeunes, ce ne sera pas simple.

  13. une idée idiote
    mais possible
    si le Portugal refusait la dette comme l islande
    si il acceptait de faire faillite
    il se passerai quoi ???

    1. Pour commencer que le système bancaire espagnol, au bord du gouffre déjà, ferait faillite (80 Mds d’euros au moins investis au Portugal).

      1. Et puis !!!
        alors ce serai pas bien tous en faillite les comptes remis a zéro
        que perdrai le misereux le gueux ??
        celui qui as rien il perds quoi ???

      2. Celui qui n’ a rien, a encore des illusions.
        Le système capitaliste, industriel, marchand, financier n’est rien d’autre qu’un énorme système d’illusions dans lequel la posture individuelle est celle du déni.
        Si les illusions disparaissent en tant qu’illusions, le système s’écroule.
        La vie devient alors une lutte pour la vérité et la liberté.
        Dur, dur !

    2. Ce qui est intéressant avec le Portugal c’est que le gouvernement vient de démissionner alors que le taux des emprunts est insupportable et qu’ils vont devoir emprunter pour rouler leur dette publique.
      Il n’est pas impossible qu’ils n’empruntent pas et qu’ils ne remboursent pas non plus pour le même montant. On peut s’attendre à une certaine panique transitoire mais sans grande conséquence, le Portugal c’est 3% du PIB européen. Les créanciers se débrouilleront bien pour proposer des solutions, genre rééchelonnement et restructuration à des conditions acceptables pour ne pas tout perdre.
      J’ignore ce que les autres pays peuvent faire pour inciter un gouvernement sortant à payer, couper des subventions européennes ne servirait pas à grand chose, sinon à remettre en cause l’idée européenne.
      Du coup l’Espagne se retrouverait en très mauvaise posture et même les allemands devraient céder un peu de terrain (je suppose).

      Mais c’est de la finance-fiction, le Portugal se mettra lui-même la corde au cou en empruntant à un taux suicidaire par simple manque d’imagination et de cou..es, et les portugais éliront un gouvernement de droite bien rassurant pour les marchés, et vivront une vie de misère pour le plaisir de rembourser tout jusqu’au dernier sou.
      Dormez-bien et rendez-vous quand ce sera au tour de l’Espagne.

  14. Stress tests des banques, des centrales nucléaires… Ils ont juste oublié les stress tests des citoyens, qui vont finir par décompresser massivement dans les rues de notre belle Europe, puisqu’ils n’arrivent plus à se faire entendre dans les urnes!
    Là le plan B, il faudra qu’ils le sortent en urgence!

  15. @ phimouk

    Sur les faillites et ce que çà change ? Je l’écrivais plus haut : les réfrigérateurs européens ne sont pas encore vides. Ne vous impatientez pas. Cela viendra. Et là, on en reviendra aux vraies bonnes vieilles valeurs…

  16. à la fin, on aura tout perdu!
    L’Euro finira par ne pas être sauvé en raison des contraintes liées aux dettes toujours croissantes, dans tous les cas de figure.
    Le rigueur budgétaire amène la récession et des impôts en moins, d’où l’accroissement des dettes.
    La relance accroît les dettes directement, et la charge accrue du service de la dette qui en résultera rendra illusoire toute possibilité de réduction des dettes.
    Bref, à la fin, on aura beaucoup tenté et surtout beaucoup payé … pour obtenir la destruction de la monnaie unique quand même qu’aucun acte politique ne saura sauver alors.
    Il me semble que des défauts de paiement reconnus dès maintenant avec moratoire et retour à des monnaies nationales seraient en tout état de cause un moindre mal et dans tous les cas moins coûteux.
    Si on poussait le raisonnement jusqu’à son terme et si on introduisait dès maintenant une monnaie (même unique) sur le modèle « signe monétaire marqué par le temps (ou SMT), le problème du surendettement se résoudrait paisiblement de lui-même et on éviterait le chaos.

    1. Monsieur Finckh,
      je connais un tas de systèmes monétaires, mais je n’ai jamais entendu parler de votre SMT. Pourriez-vous l’expliquer en quelques phrases (pas trop techniques s.v.p.) ou m’indiquer un lien me permettant de choper quelques infos sur le SMT?
      Merci

    1. …Et 20 % des conservateurs Anglais disent soutenir la manif ( source radio RTBF)…c’est dire combien on est mal !…;-)

      1. Entre 500 et 1000 « manifestants » sont en train de se foutre sur la gueule avec la police sur Trafalgar Square.
        La Metropolitan Police envoie le message suivant sur Twitter:

        If you’re not involved in the disorder, please move away from Trafalgar Square. Officers are coming under sustained attack

  17. @ vigneron « listen to the people’s rage » …ben oui, je l’ai la rage!!! J’ai tout fait comme « on » m’a dit, mariage, gosses, boulot, paie tes impôts ( et grave avec un mari indépendant qui payait pour 2) , et hop dans la foulée cancer thyroïde 10 ans après Tchernobyl ( ou moi pauvre Belge idiote pas au courant me prélassait en maillot sur les côtes Varoises) tandis qu’en Belgique on rentrait les vaches ( pas de portable à l’époque…)…LA COUPE EST PLEINE !!!

    1. LA COUPE EST PLEINE !!!

      Ben videz la à votre santé. J’en vide une, à la vôtre aussi. Pour la mienne, laissez tomber.

    2. « Vraiment le vin dans la coupe est un gracieux esprit, – Une âme délicate habite aux flans sonores de la jarre. – Rien de lourd n’est digne d’être l’ami du vin – si ce n’est la coupe, car elle est, à la fois, et lourde et délicate ».

      Les quatrains d’Omar Khayyam. Traduits par Charles Grolleau. Editions Ivréa.

      1. Marlowe,
        Voilà qui est délicat …
        le délice des différentes Cultures, voilà bien l’important …

        bonne soirée .

  18. Un personnage étrange: Monsieur Wolfgang Schäuble, ministre des finances au sein du gouv. Merkel. On a l’impression qu’il court d’après les évolutions au lieu de les anticiper et les maîtriser. Certaines de ces certitudes prononcées publiquement sont déjà caduques, effacées par la dynamique des réalités, ce qu’il n’empêche pas d’avoir toujours raison. De plus, même ses conseillers proches sont contre les décsions prises récemment à Bruxelles. Ils estiment que la somme payée/allouée serait trop élevée, ils doutent que les pays débiteurs seront en mesure de rembourser et que le contribuable payera la facture finale. Je crains qu’il sont proche de la vérité.

  19. Il est dommage que vous vous abaissiez à employer ce terme: « croissance négative » technocratique et politiquement correct, à moins que ce ne soit ironique!

  20. Lundi 28 mars 2011, vers 11 heures du matin :

    Que fait Jean-Claude Trichet ?
    La grasse matinée ?
    Pourquoi la BCE n’intervient-elle pas ?

    Les obligations d’Etat portugaises sont en train de battre leurs records.

    Jean-Claude, qu’est-ce que tu attends pour intervenir ?
    Debout, Jean-Claude !

    Italie : taux des obligations à 10 ans : 4,782 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND

    Espagne : taux des obligations à 10 ans : 5,177 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPG10YR:IND

    Portugal : taux des obligations à 10 ans : 7,817 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT10YR:IND

    Irlande : taux des obligations à 10 ans : 10,058 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GIGB10YR:IND

    Grèce : taux des obligations à 10 ans : 12,606 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR:IND

    1. Il est très occupé par les irlandais, avec lesquels il a un bras de fer.

      Le gouvernement s’apprête à rendre public de nouveaux besoins de financement des banques irlandaises, assortis d’une horreur: une décote des obligations « senior » émises par celles-ci, afin de soulager la peine des contribuables.

      A moins que la BCE ne l’aide en reprenant ses prêts à moyen terme aux banques….

  21. 1783 « nuage mortel »
    « Nuage mortelLe 8 juin 1783, le volcan Laki entre en éruption. Son nuage mortel anéantit plus d’un quart de la population islandaise et les trois quarts de son bétail, avant de dériver à travers l’Atlantique Nord vers l’Europe continentale, semant sur son passage souffrance et dévastation. Les huit mois d’émission de gaz sulfurique provoquent l’une des plus importantes perturbations climatiques et sociales du dernier millénaire.
    Poussé par les vents, le nuage toxique atteint la Norvège, l’Allemagne, la France et l’Angleterre. Plusieurs années de suite, des hivers longs et rigoureux ruinent les récoltes. L’Islande est ravagée par la famine la plus grave de son histoire. Ailleurs, la faim et le froid font aussi monter la mortalité en flèche. L’éruption du Laki pourrait même avoir hâté la Révolution française et causé des disettes jusqu’en Chine et au Japon !
    Des études géologique, climatologique et médicale menées pour ce documentaire permettent d’avoir une vision très précise de cette catastrophe mondiale inégalée. Des témoignages sous forme de coupures de presse, lettres et journaux intimes, ainsi que des scènes reconstituées retracent le quotidien bouleversé des populations. Et des images de synthèse permettent de comprendre la nature du phénomène et la manière dont il s’est manifesté. Le tableau précis d’une « année de cendres » et de ses conséquences, éclairé par les explications des chercheurs. »
    (Royaume Uni , 2006, 48mn) ARTE F
    http://videos.arte.tv/fr/videos/nuage_mortel-3784494.html

Les commentaires sont fermés.