L'actualité de la crise : CE SERAIT FOLIE…, par François Leclerc

Billet invité

L’onde de choc qu’a suscitée l’immolation par le feu d’un jeune Tunisien désespéré n’a pas fini de se propager. Avant-hier, des Américains faisaient explicitement référence à la contestation qui parcourt le monde arabe dans les rues de Madison (Wisconsin), les dissidents chinois se sont depuis emparés du symbole de la révolution du jasmin, aujourd’hui les Grecs en grève générale manifestent dans Athènes, à Salonique et au Pirée sous une banderole proclamant « Nous n’en pouvons plus ! ». La prochaine fois, ce sera “Dégage !”.

Rien a priori ne relie ces événements éparpillés, mais tout pourtant les rassemble. Tous ont comme même origine de refuser de continuer à silencieusement accepter l’inacceptable, les atteintes instituées à la liberté ou renforcées aux moyens d’existence. D’opposer une détermination accrue aux pressions et moyens répressifs utilisés pour faire taire et rentrer dans le rang, dompter et soumettre.

Il est particulièrement impressionnant de voir comment sont déjouées les habituelles diversions destinées à diviser pour régner. Entre musulmans et laïcs en Tunisie, avec les coptes en Egypte, ou bien entre sunnites et chiites ou nordistes et sudistes au Yémen. En dépit des difficultés qu’ils rencontrent, les Algériens vont finalement le plus loin, en demandant non pas le départ d’un dictateur mais la fin d’un système, car c’est de cela qu’il s’agit. Quant au danger islamique dont la menace imminente résonnait en Europe et justifiait les pires soutiens à des dictatures censées y faire rempart, qu’en reste-t-il dans un monde certes chaotique mais enivré de liberté et de promesses de mieux-être ?

Pour le moins, les Européens n’en sont pas encore là, à l’exception de ceux qui protestent, placés au cœur de la zone des tempêtes et devant supporter le poids de charges accablantes. Sans doute peuvent-ils compter, pour que s’élargisse le front du refus, sur la constance avec laquelle les dirigeants européens passent et repassent les mêmes faux-plis.

La place d’honneur revient aux Allemands, qui imposent leur règle à toute l’Union européenne. Partis de la coalition gouvernementale, Bundestag et Bundesbank contribuent à une confusion grandissante, ne permettant pas de comprendre où ils veulent en venir, s’ils le savent !

En imposant d’être consulté avant tout accord dans le cadre des discussions européennes en cours, le parlement allemand vient de restreindre encore plus les marges de manœuvre d’Angela Merkel et de rendre les négociations sur le renforcement du fonds de stabilité financière encore plus incertaines. Pour ne pas parler du futur fonds qui doit être lancé en 2013, ou bien des refus qui se multiplient en tous sens de toute solution qui allégerait la charge de la dette des pays en difficultés, pour leur imposer de racler jusqu’à l’os. Les unes après les autres, toutes les portes sont fermées : eurobligations, achats obligataires par le fonds, financement du rachat de leur dette par eux-même, etc…

Un seul credo subsiste, que la BCE vient à nouveau d’énoncer en réclamant l’instauration de plus d’automatisme dans le contrôle des politiques économiques et budgétaires des pays de la zone euro, et la mise en place d’un régime de sanctions financières pour les contrevenants. Un rappel qui suit la déclaration de Jean-Claude Trichet s’exclamant que « la dernière bêtise à faire » serait d’augmenter les salaires, expliquant du haut de son magistère : « Nous ne pouvons rien contre l’augmentation immédiate des prix du pétrole ou des matières premières. Mais en revanche, nous devons éviter à tout prix ce que nous appelons les effets de second tour, c’est-à-dire que les autres prix se mettent à bouger », précisant que les salaires en faisaient partie. Voilà un choix clairement énoncé.

La compétition à sa succession à la tête de la BCE, à l’automne prochain, est lancée. Elle donne déjà lieu de la part des candidats à une surenchère destinée à démontrer aux Allemands que chacun d’entre eux sera le meilleur défenseur de leur politique. L’Italien Mario Draghi et le Hollandais Nout Welling (l’actuel président de la BRI – Banque des Règlements Internationaux) rivalisent d’ardeur pour s’opposer à tout système de transfert fiscal au sein de la zone euro afin d’aider les pays les plus faibles. S’il est un front du refus déjà constitué, il ne faut pas aller le chercher ailleurs.

D’intenses négociations ont déjà commencé en vue de desserrer un peu les contraintes des plans de sauvetage de la Grèce et de l’Irlande, car elles ne sont pas tenables. A la stricte condition que deux tabous ne soient pas transgressés : pas de restructuration de la dette publique et pas de décote imposée aux créanciers seniors des banques. Le but est comme toujours de préserver les intérêts des banques, la seule ligne directrice que les dirigeants européens ont en réalité. Il ne reste alors comme éventualité qu’un petit allongement de la durée des prêts consentis aux Grecs et une baisse a minima du taux infligé aux Irlandais. Ce dernier est à juste titre jugé « punitif » (et d’ailleurs revendiqué ainsi par ceux qui l’ont imposé). Comme d’habitude, c’est reculer pour mieux sauter.

Que peuvent de leur côté espérer les Portugais et les Espagnols, toujours au bord de la zone des tempêtes ? Une mission de la Commission européenne et de la BCE se trouve actuellement à Lisbonne, avant de se rendre à Madrid, afin d’évaluer dans les deux capitales la situation budgétaire et les perspectives de croissance, ainsi que la solidité du système bancaire. Cette dernière question est d’autant plus cruciale que la BCE agite de plus en plus le chiffon rouge d’une prochaine augmentation de ses taux, ce qui réduirait le soutien dont les banques bénéficient et nécessiterait la mise en place immédiate de solutions alternatives, comme cela est déjà le cas en Irlande avec la banque centrale irlandaise.

Dans l’urgence, les Espagnols tentent donc de restructurer leurs Cajas, en les privatisant si possible pour n’avoir rien à débourser ; les Portugais sont quant à eux plus démunis. Les uns et les autres continuent de se financer sur le marché obligataire à des taux toujours très élevés, en dépit des interventions de la BCE qui tente de calmer le jeu en achetant de la dette du Portugal. Personne n’est prêt à parier que le pays pourra éviter de faire appel à un soutien financier européen, le Portugal s’apprêtant à rejoindre le club des pays condamnés à être sinistrés pour avoir été sauvés.

En visite à Lisbonne, Jerry Buzek, le président du Parlement européen, a appelé le gouvernement à accélérer les réformes structurelles pour accroître sa compétitivité, car « l’austérité ne suffit pas ». Il a précisé ce qu’il avait en tête : le marché du travail, l’âge de la retraite et le système des pensions. Lui succédant, Jean-Claude Trichet a appelé à suivre le programme engagé « de manière rigoureuse et impeccable » ainsi qu’a « respecter tous ses engagements ». Cela ne fait que commencer.

De leur côté, les Espagnols font face à la poursuite de l’explosion de leur bulle immobilière, tout en conservant les yeux rivés sur leur objectifs de réduction du déficit. Comme toujours, les prévisions de croissance établies pour les besoins de la cause pêchent par optimisme, quand ce ne sont pas comme en Grèce les rentrées qui ne sont pas au rendez-vous (ce qui explique l’exigence formulée par les représentants du FMI, d’importantes cessions du patrimoine du pays). Combien de temps le stock actuel d’un million de logements invendus mettra-t-il a être écoulé en Espagne ? De combien vont encore chuter les prix de l’immobilier sur le marché (l’hypothèse de 30 à 50% est évoquée) ? La réponse à ces deux questions commande la suite des opérations, et notamment la réussite incertaine du sauvetage des Cajas.

Le risque est élevé que des concours publics plus importants que prévus soient nécessaires, des solutions type bad banks étant à un stade avancé d’étude. Une solution à peu de frais, dans l’immédiat, pour améliorer les ratios comme exigé par le gouvernement, sans avoir à augmenter les fonds propres. Là encore, c’est reculer pour mieux sauter, car cela reviendra à affecter à la charge du budget de l’Etat des pertes qu’il faudra bien reconnaître.

Il n’y aura pas d’autre issue en Irlande, car la baisse homéopathique du taux d’intérêt des prêts européens – si elle intervient – ne rendra pas plus réaliste le plan de sauvetage, que seules des décotes des obligations seniors émises par les banques irlandaises et détenues par les banques européennes pourraient substantiellement soulager. Cette solution vraisemblablement rejetée, les Etats européens peuvent s’attendre à faire demain les frais d’un défaut irlandais et à être mis à contribution.

Une autre dimension de la crise est en train d’apparaître : ce ne sont plus seulement les banques qui sont sur la sellette et doivent être protégées. Moody’s vient de rendre publics des calculs selon lesquels le secteur des assurances serait menacé si la crise de la dette obligataire s’étendait à l’Espagne et à l’Italie, alors que leur exposition à la dette grecque, irlandaise et portugaise est limitée. L’Espagne est décidément le pont trop loin.

Il y a enfin un trou potentiel béant dans le dispositif européen. Si la BCE en venait à progressivement arrêter ses mesures non-conventionnelles d’achats obligataires, comme elle en est pressée par ses faucons, que se passerait-il si le fonds de stabilité actuel – ou son successeur – n’était pas en mesure de prendre le relais comme les surenchères actuelles semblent le présager ?

Tous ces éléments convergent pour confirmer que la barque est trop chargée et ne peut que couler. L’objectif assigné de faire payer la facture aux Etats et aux contribuables n’est pas réaliste. La tentative en cours de rééquilibrer l’édifice de la dette publique et privée – étroitement dépendantes l’une de l’autre – est vouée à l’échec. Ne serait-ce qu’en raison de ce qu’elle suppose de faire endurer. Ce serait folie de les laisser poursuivre sur cette pente !

194 réflexions au sujet de « L'actualité de la crise : CE SERAIT FOLIE…, par François Leclerc »

    1. Badaboum!
      Dernière nouvelle!
      Le FMI demande la dévaluation du dollars!
      Cé ty pa bo ça (et pas nova)!

    2. @ Subotai,

      Bonjour,

      Une dévaluation de fait faciliterait la liquidation de la dette libellée en dollars américains, le “point de rentabilité” de cette posture serait-il atteint?

      Un royaume pour un barril, galvaudage de l’adage ou choc programmé des civilisation pour reprendre une formule chère aux barbouzes endollarés ainsi qu’à notre cher frère Jacques Attali?

      Belle journée

  1. C’est hallucinant comme quoi tout devient de plus en plus clair sur le diagnostic et de plus en plus proche dans les réponses à apporter, sans toutefois savoir quelles seront ces réponses.
    J’ai de plus en plus la conviction que les réponses viendront du bas, seront dispersées, non cohérentes et lentes à former système, merci de dessiner le cap à suivre, nous aurons besoin de constance dans nos orientations.

    1. hema dit :
      23 février 2011 à 21:58
      C’est hallucinant comme quoi tout devient de plus en plus clair sur le diagnostic et de plus en plus proche dans les réponses à apporter, sans toutefois savoir quelles seront ces réponses.
      J’ai de plus en plus la conviction que les réponses viendront du bas…

      Exact. La réponse du bas, la voici: faire payer la crise du capitalisme à ceux qui entendent continuer profiter d’un système agonisant le plus longtemps possible, même au prix exhorbitant d’un traitement qu’ils entendent encore et en plus nous faire payer…
      L’audit de la dette : une nécessité pour les peuples et pour la démocratie !
      22 février par Pascal Franchet
      http://www.pauljorion.com/blog/?p=21470#more-21470

  2. Tout compte fait , les Belges , sans le vouloir , ont trouvés la solution miracle , pas de gouvernement pendant toute la durée de la crise.
    Cependant je ne voudrais pas décourager Mr. Jorion qui se laisse pousser la barbe pour la gloire de sa mère (patrie).
    Plus sérieusement , bravo Mr.Leclerc ! Pour votre synthèse parfaite qui nous aide grandement à remettre nos idées en place .
    Encore merci

    1. oui, mais l’enthousiasme n’est pas de rigueur, d’un billet à l’autre, c’est le même scénario, le manque de créativité de nos élites contaminent le contre-pouvoir.

    2. oui, mais l’enthousiasme n’est pas de rigueur, d’un billet à l’autre, c’est le même scénario, le manque de créativité de nos élites contamine le contre-pouvoir.

  3. Walli bombardé correcteur orthographique du blog.
    -Des questions?
    -(…..)?
    -Oui ,c’est un boulot à temps plein!

    1. Je réitère mon commentaire sur le point d’orthographe :
      L’onde de choc qu’a suscitée l’immolation

      La proposition relative a trait à l’onde…
      l’immolation a suscitée une onde de choc

      Cordialement.

    2. Ah ben peut-être pas en fait.
      Nous sommes ici avec l’auxiliaire avoir le participe s’accorde donc avec le cod si celui-ci est placé avant le verbe.

    3. Le pruncipal est de participper Walli.
      Je fait ossi des praugrè en ortaugrafe depoui que je fréquante le blog de Mr Jaurion.

      Non bien sûr que c’est “ée” Louise et Walli ont raison. (“Qu’ ‘” placé avant l’auxiliaire, COD, on accorde même si c’est l’auxiliaire “avoir”)

      Que notre langue est compliquée…., mais c’est humain après tout, la finance, l’économie, l’histoire, les relations, la cuisine ( ah non pas la cuisine!), le réveil .., tout est compliqué.

      L’Homme, un casse tête pour les hommes. SLes hommes, un casse tête pour l’Homme.

  4. Rien que 4 mots qui tournent en boucle dans ma tête, lu dans Le Devoir ce matin.
    VANITÉ—AVIDITÉ—CUPIDITÉ—STUPIDITÉ.

    J’y ajoute…CÉCITÉ—SURDITÉ—ABSURDITÉ.

    1. si , à 50 ans, tu n’as pas de rolex, c’est que tu as raté ta vie

      Séguela, involontairement, a synthétisé la morale des possédanst et de leurs larbins.

  5. Tout semble programmé pour gagner du temps, pour repousser les échéances. Mais pour attendre quoi, attendre “Godot”?
    Un problème partiel réside peut-être dans notre système démocratique qui répose sur le plébiscite. Les gouvernements espèrent de se tirer d’affaire tant il sont au pouvoir – après nous le déluge. On le voit très bien dans la pratique: un chef du gouvernement fraîchement élu hérite les erreurs et les problèmes que son prédécesseur n’a pas su ou pas voulu résoudre. C’est l’une des raison pour laquelle il y a accumulation depuis plus de 30 ans. On fait des discours mais rien ne change.

    1. Cela a bien marché avec OBAMA pourquoi cela ne marcherait-il pas avec un autre à l’image, les gens ne réclament-ils pas à chaque fois plus de changement télévisuel dans les têtes, mais le système marchand lui il ne progresse pas réellement dans la plupart des démocraties plus ou moins, comme vous le dites si bien ils sont d’ailleurs tous très bien formés ou déformés pour
      ça, ce n’est pas non plus rien qu’ils sont souvent très tôt repérés et encouragés à fonctionner
      plus longtemps comme ça sur terre, vous ne pensez quand même pas que nos premières élites mondiales nous conduisent tout droit à l’abime ? Mais enfin, vous n’êtes pas très sérieux mon cher Monsieur, reprenez-vous n’agissent-ils pas avant tout pour le bien premier des êtres.

  6. Le FMI appelle à une dépréciation du dollar pour aider les Etats-Unis

    21:10 belga afp
    Le Fonds monétaire international a appelé à une dépréciation du dollar, qui selon lui aiderait les Etats-Unis à réduire leurs déficits vis-à-vis du reste du monde et rééquilibrerait l’économie mondiale, dans une note aux ministres des Finances du G20 publiée mercredi.

    1. Bonsoir à tous

      Merci François pour votre article.

      En réponse à Dissy,” le FMI appelle à une dépréciation du dollar pour aider les Etats-Unis”. Donc terminer ainsi de ruiner l’Europe qui elle n’a pas besoin d’aide?

      La valeur du dollar n’est garantie par rien si ce n’est par la force brutale. La valeur du dollar c’est la crainte qu’inspire les Etats-Unis qui font et défont les gouvernements par tous les moyens.

      Cette dépréciation ne serait de toute façon que le reflet d’une réalité: le dollar ne vaut rien, il est virtuel. Une fumisterie acceptée par tous. Pourquoi une dépréciation alors qu’il suffit d’imprimer autant de milliards que nécessaire pour continuer de tout acheter avec non seulement le consemtement à ce jeu de dupe mais avec en plus la satisfaction de voir les cours de bourse monter?

      C’est au FMI que l’ondevrait dire <>

    2. La Grèce se voit prescrire du devoir de privatiser des milliards, ….
      et les USA appelés à une dépréciation du dollar, …..

    3. Fondation Malhonnête Insupportable
      Fallacieuse Monnaie Insatiable
      Fonds Maléfiques insanes
      Forfaiture Malfaisante Institutionnalisée
      Frime médiocre invétérée
      Fric Multinational Irresponsable
      Frauduleuse Manoeuvre Irrationnelle
      Futur Monde Irracontable
      Ferment Monstrueux Irréparable
      Fauteur Mésentente Inextinguible
      Fabricant Mélasse Infernale…

    4. Suite le seul à voir que c’est la mort du Leviathan. Que feriez vous si votre stock de dollars (si garanti costaud) était annoncé devoir perdre un bon % de sa valeur?
      Ce qu’on risque de voir c’est du papier à torcher le c.. en pagaille, sur lequel est imprimé $.
      M’enfin, je pense…:-)

      Bon, d’un autre coté, j’ai un ami qui m’assure que la nécessité d’un atterrissage en douceur (sortie du dollar) étant vital, il se fera nécessairement ainsi.
      Depuis quand serions nous devenus sensés? Je m’interroge… 🙂

    5. Fab

      Comme il semble bon de se savoir, parfois, comprise ….

      Pierrot du Québec

      Qui plus est, par un poête …..

  7. Cette intransigeance pour faire payer les dettes au prix fort, à des taux punitifs, n’est pas sans rappeler celle de la France pour faire payer à l’Allemagne les dégâts de 14/18. Ces attitudes jusqu’au-boutistes ne peuvent que mal se terminer parce qu’elles accumulent des tensions. Pendant longtemps rien ne se passe, et puis tout à coup…

    1. Vous avez tout à fait raison: il y a quelque chose de l’ordre de la revanche, après la frayeur.

    2. ”Ce serait folie de les laisser poursuivre sur cette pente !”

      Vous faîtes référence – avec pertinence – au passé.
      Vos propos sont tristement d’actualité aujourd’hui avec ce qu’il se passe à moins de 3 heures d’avion de Paris.
      Puissent nos dirigeants retirer leurs oeillières faut de quoi, tout à coup …

    3. oh Crapaud, l’Allemagne, toujours l’Allemagne, grosse Bertha, Angela, oeil pour oeil, dent pour dent, arrachons les fleurs aux fusils pour les repiquer sur le corps de l’ennemi, baïonnette ensanglantée ; la zone des tempêtes deviendra la zone tout court !

    4. revanche ou simplement instinct de survie. oeil pour oeil… et l’esprit de caste pour tous!

      ‘quand les gros sont maigres, les maigres sont morts depuis longtemps’

    5. OUI c’est un pari sinon une stratégie, quitte où double, l’exemple nous vient du désert, une désertion en masse que le révolutionnaire auto proclamé Kadafi veut SUBPRIMER à tout prix.
      Don’t leave me this way dit il, dans le texte !

    6. Comme d’hab, Crapaud Rouge, vous avez mis le doigt sur l’endroit
      qui fera mal.
      Au nom de quoi nous français, belges, italiens, espagnols, portugais,
      etc… serions bien placés pour juger des intérêts européens dont
      l’ Allemagne est le chef de file , ne serait-ce que par
      sa taille, et le principal bailleur de fait.
      Piocher dans le tas des Euro-Mark en fait rêver plus d’un.

      J’ai comme dans l’idée que l’ensemble des français
      -et pas seulement notre président- est perçue comme irresponsable
      par la frange allemande consciente de l’ immense avance
      industrielle du pays. C’est peu de dire que les problèmes
      allemands, au demeurant réels, ne sont pas de même nature
      que ceux d’un pays qui a tout misé sur le béton spéculatif,
      même si les sommes sont proportionnellement semblables.

      Il faut croire, il est nécessaire de croire que la volonté allemande
      est réfléchie et rationnelle. Et jugée conforme à l’intérêt européen,
      même si nous ne le voyons pas ainsi.
      Perso, je le crois.

      Sinon, c’est-à-dire si François Leclerc à raison, ce serait une résurgence
      du patriotisme teuton, très inquiétant.
      Dans l’Europe en crise, chaque opinion croit que cette Europe fonctionne
      au détriment de ce pays et à l’avantage d’un petit nombre, dont la France.
      Les crise sont comme toujours un révélateur.

    7. @Daniel,

      Ce que vous décrivez, ça s’appelle tout simplement la loi du plus fort. Autrement dit c’est le plus costaud de la cour de récré qui fait sa loi non pas parce qu’elle est bonne en soi mais simplement parce qu’il est le plus fort. Je ne sais pas si vous vous rendez compte de l’immense régression sur le terrain de la pensée que votre raisonnement induit.

      Quant à discuter de manière plus concrête de votre façon de voir les choses, il se trouve que la politique économique mise en oeuvre sur toute la période précédente que l’on pourrait qualifier de “Maastrichtienne” est largement débatue aujourd’hui en Allemagne-même. Certains sont parfaitement contients que la politique menée mène l’Allemagne elle aussi dans une impasse à moyen terme puisqu’elle en arrive à tuer ses concurrents européens certes, mais par là ses clients également. D’où l’échappatoire que veulent entrevoir certains de laisser tomber l’Europe et se tourner définitvement vers le vaste monde. Voila un projet politique s’il a seulement quelque chance de réussir (? L’Allemagne seule face à la Chine et l’Inde ? oups) tourne en tout cas le dos à 50 ans de construction européenne.
      Voila ce que signifie votre conception des choses, daniel poussée jusqu’au bout, et voila le contre-sens total de votre opinion mis en évidence.

    8. J’avais écrit ça, il y a quelques jours:
      (…)
      L’Allemagne, de son côté, est en pleine crise nationaliste prussienne.
      Ce qui a été excellent pour elle sera bien assez bon pour l’Europe.

      Il n’est pas difficile de voir que les allemands imposent à
      l’Euro-groupe des handicaps qu’ils sont sûrs de pouvoir
      surmonter -ils l’ont déja fait, ou presque- car leur zone de jeux
      est mondiale.
      (…)
      Cela devrait vous rassurer. Non, je ne m’applati pas
      devant le plus fort. D’ailleurs , c’est sans importance réelle.
      Mais je cherche à les comprendre.
      J’ aime les allemands, en bloc; j’ ai vécu chez eux 3 ans, il y a longtemps.
      Je dirais simplement que leur horizon est vaste.
      Le cliché des allemands balourds et sans délié est franchement superficiel.
      Leur obstination pourrait avoir une signification déplaisante pour
      le reste de l’Europe. Tout se passe comme si nous ne voulions pas le voir.
      J’ai cité récemment Bismark. C’est Napoléon le petit qui l’a fait, en grande partie.

      Pour le reste, je refuse de croire que nous possédions seuls la clairvoyance ou le bon sens.
      Si les allemands utilisent l’Europe comme un marche-pied et la largue
      pour affronter le vaste monde (industriel) chinois ou autre, nos lamentations vertueuses
      n’y pourront rien. Vous devez savoir que le sentiment anti-français est latent en Allemagne.
      Je regrette chaque jour notre désindustrialisation.

    9. Daniel,

      Vous faites (à mon avis bien entendu) deux erreurs monumentales:

      1/ de penser que ce qui est bon pour l’Allemagne est bon pour le reste de l’Europe. Vous ne pouvez pas penser raisonnablement que la Grèce pour prendre l’opposé le plus caricatural puisse devenir un nouveau Baden-Wurtemberg un jour. Ce faisant, vous faites abstraction de 100 ans d’histiore industrielle d’un pays dont l’industrie s’appuie avant tout sur l’image de ses marques (sans mauvais jeu de mot). Porsche, Mercedes, BASF, etc. il y a 3 secteurs industriels qui font toute la puissance de ce pays, il n’y en a pas 36, il y en a 3: l’automobile, la chimie, la machine-outil qui ont tous le même point commun: une longue tradition de savoir-faire, et les marques. Cette puissance ne doit rien à telle ou telle politique économique de la BCE ou de tel pacte de rigueur et elle n’est pas reproductible ailleurs.

      2/ de penser que la politique économique actuelle puisse être bénéfique à l’Allemagne elle-même alors qu’elle est déjà amenée à payer (la France aussi) la casse pour la Grèce, le Portugal, l’irlande et les autres dont un certain nombre de pays de l’est qu’on oublie un peu vite sans qu’elle puissen en tirer aucun avantage et sans que ces pays puissent espérer s’en relever pour autant également. Je pense que vous ne prenez pas la dimension de la crise actuelle.

      D’une façon ou d’une autre, l’Union Européenne telle qu’on a pu la connaître jusqu’à aujourd’hui est finie, terminée. Comme l’a dit quelqu’un ici très justement, la seule façon d’éviter l’écroulement total (dont l’Allemagne serait la première victime comme elle l’a toujours été dans les même criconstances par le passé et parce qu’elle est la première bénificiaire – finalement la seule ? – du système actuel, c’est un sophisme) de cesser de raisonner en terme de solidarité entre états, mais en terme de solidarité inter-personnelle au niveau de la zone euro entière au minimum.
      Autant dire qu’on n’y arrivera pas, du moins je n’y crois plus.

      En attendant, le climat devient invivable pour tout le monde. Pour les Allemands qui se posent en victime de leur propre impérialisme, et les autres qui sont condamnés à subir sans plus rien maîtriser de leur destin.

    10. 1)
      Cette phrase “Ce qui a été excellent pour elle sera bien assez bon pour l’Europe.”
      ne signifie pas que j’y adhère.
      Je prête aux allemands de le croire. J’aurais dû mettre en tête “Tout se passe comme si
      les allemands pensaient que…”

      2) Au nom de quelle vertu prétendez vous savoir ce qui est bon pour les teutons,
      à leur place ?
      Vous dites: “ils sont suicidaires”. Pourquoi le pensez vous ?
      Pourquoi ne pas admettre, avec un regard allemand, que ce n’est pas le cas?
      La constance allemande à nous obliger à une rigueur financière est de longue
      main, cela permet d’éliminer, en partie, des raisons électorales, internes à ce pays.
      Bien entendu, la situation politique d’Angela exacerbe cette exigence, mais
      elle est latente depuis 20-30 ans, et depuis 1949, appliquée à eux-même.
      Le carcan du TCE était fait pour leur donner ces garanties.
      Nous y avons souscrit sans sourciller.

      Remarquons que leurs succès sont tels qu’ils peuvent tout se permettre,
      même d’avoir des dirigeants sans envergure.

      La crise met en évidence, avec une violence dont on n’a pas l’habitude,
      le repli nationaliste. C’est regrettable mais ne le nions pas, même si nous n’avons rien à offrir.
      Pour ces obstinés teutons, l’ économie c’est l’ économie industrielle,
      la puissance d’un pays, c’est son rayonnement industriel.
      La grandeur de l’ Allemagne, c’est le made in Germany recherché dans le monde entier
      et étalé partout. Ils y mettent le meilleur d’eux-même et, globalement, en acceptent
      le prix. (ce qui ne veut pas dire que c’est éternel!).
      Qu’avons-nous à proposer: “heureux comme Dieu en France” ?
      Il y a quelque temps déja, j’ai remarqué que leurs monstrueux 4*4, que les richards
      français achètent à la pelle, avaient comme un air d’auto-mitrailleuses.

      Si vous le voulez bien, restons en là, ou rendez-vous dans 24h.

    11. Daniel,

      Mais foutez moi la paix !!! Je m’en fiche pas mal de l’Allemagne et de la France ! Vous seriez aimable de cesser vos insinuations nauséabondes, vous pensez que je suis dupe de votre façon de mettre sous ma plume le mot “teuton” que vous êtes le seul ici à utiliser ? Ce qui m’intéresse, moi, c’est le sort des populations et l’avenir de l’UE. Et vous ?!

    12. C’est plus facile avec ce lien-là
      http://meridianes.wordpress.com/2011/02/17/niall-ferguson-harvard-pourquoi-la-survie-a-long-terme-de-leuro-est-improbable/

      juste ces deux extraits
      “…..
      Donc le premier problème est cet obstacle politique, Angela Merkel ne peut pas ou ne veut pas expliquer aux citoyens allemands ordinaires pourquoi ils doivent continuer à financer ce processus. Il y aurait pourtant une réponse très simple : si les Allemands refusent de continuer à payer, les banques des Lander allemands vont couler. Car il ne s’agit pas d’une crise de la dette souveraine, mais d’une crise bancaire, dont l’épicentre se situe en Allemagne. Mais ce raisonnement échappe complètement à l’opinion allemande, qui pense qu’elle travaille dur et doit payer pour ses voisins paresseux.
      ……

      “La solution la plus simple pour résoudre la crise de la zone euro serait que Trichet se transforme en Bernanke, adopte le QE2 et achète des obligations, et affaiblisse un peu l’euro. Les chinois pourraient répondre favorablement à cela en achetant encore plus de la dette des Pigs. L’autre solution, plus dure, serait de demander aux Grecs ou aux Irlandais de transformer leur déficit de 10% du PIB en un excédent de 5% du PIB, et c’est impossible ! D’autant qu’il y a un facteur qu’il ne faut jamais sous estimer en période d’après crise: ce sont les conséquences politiques.
      ….. “

  8. si j’ai bien tout compris, il est impossible que soit remboursées un jour les dettes souveraines.
    mais il me vient une question, les bankster ne se contenteraient ils pas de percevoir ad eternam les interets de la dette?

    1. Si, mais ils sont voraces, il leur faut un taux toujours + élevé, jusqu’à ce que les intérêts mêmes deviennent insupportables.

    2. De nos jours, il n’est plus question de rembourser le principal, seulement les intérêts, toujours plus élevés, et éternellement !

    3. “Des taux toujours plus élevés” ???

      Historique des taux des Obligations Assimilables du Trésor 10 ans depuis 1980 (2eme graphique de la page).
      C’est bizarre cette croyance en des taux toujours plus élevés, alors qu’en réalité les taux baissent depuis 30 ans.

      les bankster ne se contenteraient ils pas de percevoir ad eternam les interets de la dette?

      Une autre croyance bizarre puisque les “bankster” ne possèdent qu’une petite partie des créances de dettes souveraines. L’immense majorité des créances de dettes souveraines est détenue par les ménages (eg assurance vie, fonds de pension privés, OPCVM, etc…) et par les autres états (eg People’s Bank of China dont l’actionnaire unique est l’état Chinois).

    4. Si, mais ils sont voraces, il leur faut un taux toujours + élevé

      Autre notion bizarroïde, celle qui consiste à croire que c’est la voracité des créanciers (surtout les “banksters”, jamais les ménages et les états), toujours assoiffés par la recherche du profit maximum, qui les pousse à demander des taux toujours + élevés.
      Bien entendu, le fait que plus les taux montent, plus la valeur des créances baisse, est sans importance…

      De nos jours, il n’est plus question de rembourser le principal, seulement les intérêts

      Encore une notion bizarre puisque “de nos jours” (et ce depuis plus de cinquante ans) pas un seul créancier d’une dette souveraine d’un état de l’occident ne s’est pas vu rembourser le principal puisqu’aucun de ces états n’a encore fait défaut sur ses obligations.
      Les gens semblent donc confondre “ne pas rembourser le principal” avec “le rembourser en émettant de nouvelles dettes”. Le fait que le créancier qui se voit rembourser sa créance n’est pas forcément le même que celui qui achète une nouvelle créance semble donc être sans importance au vu de ceux qui doivent trouver miraculeux le fait que les états arrivent encore à s’endetter sans jamais rembourser les créanciers.

    5. Précisement, chris06, les fonds de pension privés, c’est pas dans nos moeurs françaises …
      nous n’en voulons pas .
      “On” veut nous imposer ce failli système ! ( voir les frères rappetout, dont l’un est chez Carlyle )
      Et, après, on nous dira qu’il faut “payer”, que c’est nous, ceci cela !
      Nous n’avons pas choisi ce système…

      Pas plus que les travaux cornaqués par les USA sur les Gaz de schistes …tout cela a été décidé hors de la Population du Pays …Décision impérialiste et non démocratique = nulle et non advenue !
      Les multinationales “apatrides” ( cf un des intervenants du blog) n’ont pas à faire payer les citoyens des Pays, où elles ne payent pas d’impôts : évasion dans les paradis fiscaux, et magouilles affairistes .
      Il faut arrêter de mettre les responsabilités là où elles ne sont pas !

  9. Dans un monde mondialisé, est-il surprenant qu’une révolution soit mondialisée ?

    Les circonstances locales sont très variables, et ceux qui souffent le plus réagissent le plus tôt et le plus vivement… Tandis que dans les pays riches comme en Europe, la “crise” en est encore à tailler dans le gras. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’on ne touche au vif du sujet !

    Reste à espérer que la maîtrise des techniques d”une société en réseau soit suffisante dans la population en général pour ne pas déraper (les belges, cités plus haut, démontrant d’ailleurs qu’on peut se passer carrément de gouvernement !!).

    1. Depuis tout petit déjà à l’école je n’ai jamais cru en la démocratie, surtout à travers un bon nombre de politiciens de première en société, ça ne dâte pas hélas qu”aujourd’hui, pour moi c’était même tellement gros que j’avais du mal parfois à l’avaler tout seul d’un seul trait.

      Pour moi la Démocratie ce n’est avant tout que de la Mascaradocratie on se met surtout tous à porter des masques en société, faut surtout d’abord être de tel ou tel bord de penser, de raison et chacun notre tour depuis la grande révolution Française on prétend apporter forcément
      plus de valeurs fraternelles aux êtres, alors qu’en vérité pendant ce temps-là et depuis des lustres les premiers marchands du monde s’en frottent davantage les mains en coulisses toujours bon pour les affaires, que cela perdure continuellement ainsi, laissons-les même imaginer et voter pour tel ou tel autre clown de plus, de toutes façons nous aurons toujours
      une bonne longueur d’avance et de contrôle supplémentaire, si ça se trouve avant de pouvoir imaginer autre chose de plus efficace, il faudrait peut-être déjà apprendre à se débarasser du langage du monde, moi le premier.

      Je salue au moins votre démarche courageuse Lisztfr, parlez moi plutôt d’amour et d’eau fraiche que de commerce et d’argent.

    2. Hier soir, j’ai eu cette énorme envie, encore présente, d’aller Place de la République avec un mégaphone et une pancarte, “Khadafi Assassin” et de crier …

      Il suffit d’un mégaphone vous savez… La place est pleine de monde vers 17h… Comme Charlie dans les temps modernes qui se retrouve à la tête d’une révolte, en ayant ramassé une signalisation…

      “Khadafi assassin, regardez les nos parlementaires ils ne disent rien ! non mais regardez-les, personne ne dit rien ! On ne veut plus de cette république de torches culs, nous voulons d’autres institutions que nous auront nous même édifiées et dont nous serons les garants, ce système doit partir !!!

      Quel vent de liberté va bientôt souffler jusqu’en France !

      Pour le moment nous souffrons de cette idée technocratique que nos institutions, édifiées par le gl. De Gaulle sont les meilleurs possibles, les plus stables, les plus rationnelles, émanaient d’une longue tradition qui pousse ses racines jusqu’à la Révolution… C’est cela aussi, – les institutions tiennent sur des fantasmes plus que sur la réalité, comme si Rousseau, Montesquieu et Descartes en personne avaient donné leur caution à tout cela. Trahir la République c’est trahir son histoire, trahir ses pères, trahir les combattants de l’an 40, les héros au coeur pur, les familles, on ne sait pas. Trahir le muguet et le premier Mai, la lavande… la terre. Notre-dame et la tour Eiffel. Après tout ne vaut il pas mieux attendre que la longue durée ne s’en mêle, selon les règles de l’art … ? Le dilemme de tout révolutionnaire est que couper ses racines, c’est couper dans sa propre chair. Le mieux, fondé toujours sur la mort de ce qui existe, est terrible. La discontinuité est l’assassinat de tout ce qui existe et que nous aimons parce que c’est là, et que tout ce qui existe est d’une certaine façon aimable… à suivre.

  10. Précision: ce n’est que le 17 mars prochain que le Bundestag devrait adopter la résolution liant les mains d’Angela Merkel.

    1. @Julien :
      Le problème, c’est que François ne nous laisse pas grand chose d’autre à gratter que la forme …
      C’est frustrant. Alors forcément, on réagit comme des frustrés !
      🙂

  11. La solution en France:

    Débaptiser la Place de la Concorde, et la dénommer Place Tahrir, ou Place de la Révolution.

    De toute façon , son vrai nom !

    1. Nous avons, encore, la place de la Bastille …

      et, nous ne sommes pas fleuri(e)s, mais fruitiers …..

      n’y a plus qu’à …

    2. Pour mémoire, elle s´appelait place de la Révolution avant que la France ne se jette dans les bras d´un tyran dans un grand mouvement de Concorde nationale en abandonnant la révolution et la démocratie en construction (chaotique) à la bourgeoisie sous la main d´un grand leader (à éviter toujours). Certes le contexte historique et le niveau d´émancipation (il reste du boulot) n´étaient pas les mêmes. Il nous reste à finir le travail pour aller vers la démocratie.

    3. Mais qui va débaptiser la Concorde ?

      (La Concorde plutôt qu’à la Bastille, car là bas, on est à deux pas de l’Elysée)

      La jeunesse évidemment ! Cette jeunesse en France et en Europe qui n’a guère à espérer plus de son avenir que dans le reste du monde.

      Lorsque je vois avec quelle passion les plus agés s’acharnent à geler la lutte des classes et tenter de la cadrer dans le stricte calendrier électoral de cette V République, qui contrairement à l’esprit et à la lettre d’une République (égalité du citoyen) oblige le bon peuple, une fois tout les cinq ans, à se choisir un guide sûpréme au dessus des lois, je me dis que l’une des raisons de la Crise, c’est l’utilisation perverse des mots.

      Jeunesse du monde; Jeunesse de France; On vous camisole, les vieux vous imposent leurs phobies. En vous dirigeants vers des bureaux de vote en 2012, pour des élections truquées, alors même que l’âge du corps électoral en France est en moyenne de 55 ans, ils vous jouent.

      La perversité des systémes qui vieilissent fait que l’élection présidentielle de 2012 va être un formidable tremplin pour l’émergence en France d’une droite Lepeniste fascisante (surtout si l’Euro implose, et évidemment que l’Europe et sa monnaie va imploser, un peu avant ou un peu après 2012.).

      Faites chauffer vos Phone & I.Phone. Jouez de vos réseaux. Les notres, sont cadenassés par des bureaucraties ouvrières éteintes et plus capable de la moindre indignation.

      Joignez-vous au printemps des peuples et apportez une réelle solidarité aux Révolutions Arabes. La jeunesse a été et sera toujours l’aiguillon de la contestation. Vous réveillerez le prolétariat et ses gros bataillons qui le moment venu, feront la différence.

      Investissez la Place de la Concorde ! Exigez que Sarkozy aille rejoindre ses amis dictateurs sanguinaires et voleurs dans les poubelles de l’histoire. Tenez-y un sit-in permanent sur cette Place de la Révolution où jadis on décapitait les ennemis de la République.

      “Sarkozy Dégage !”

      La Sociale, vite !

    4. pour Eninel

      à écouter , Abdelaziz Chambi, membre de Diversité,
      au moins de 1,35 à 2,55 mm (déjà “une place Tahrir à Lyon”)

      Titre “Les événements du monde arabe : impact sur la jeunesse des quartiers populaires
      date :Jeudi 24 Février 2011
      Alors que la contestation se généralise dans les pays arabes, comment ces événements sont-ils perçus dans les quartiers populaires?
      Une question qui ne les laisse pas indifférents, eux dont les parents viennent souvent de ces pays. ”
      http://www.radioorient.com/Les-evenements-du-monde-arabe-impact-sur-la-jeunesse-des-quartiers-populaires_a4164.html

    5. merci eninel, mais vous savez la jeunesse n’est plus ce qu’elle était dans l’temps.

      aujourd’hui elle est divisée entre pro et anti palestiniens/israéliens, entre identitaires et disons naturalisés ou immigrés, entre smicard et crypto-nanti, elle adore le bling bling le sport de compet’ la fête, les femmes et les drogues, elle sait d’avance qu’elle n’aura pas de retraite équitable et digne, que l’ascenseur social est une vaste fumisterie et que c’est donc chacun pour soi et dieu est mort depuis longtemps; une jeunesse qui hérite d’une europe morte culturellement à cause d’un génocide infamant pour des siècles. alors elle est cannibale…

      du pain et des jeux…

      et si cette jeunesse là finissait par se réveiller malgré tout, ça risquerait de saigner. parce que les dirigeants de la bce ou d’axa ou les affairistes de l’élysée, c’est le gibet qui leur pend au nez. la lanterne. pas de simples petites peines de prison vip.

  12. bonsoir
    merci pour l’article, si je puis me permettre, en fin d’article, la tentative est vouée, “é” “e”, à l’échec

    “La tentative en cours de rééquilibrer l’édifice de la dette publique et privée – étroitement dépendantes l’une de l’autre – est voué à l’échec”

    1. Allez, puisqu’il y a une compète en orthographitude: “les prévisions….pèchent” et non “pêchent”.

      Bon, je sors…

    2. @ Julien. Pour ne plus être submergé par cette horde de correcteurs narquois, je veux bien me dévouer à la correction des textes, étant secrétaire de rédaction de profession.

    3. narquois

      narrent …quoi ….
      Imparfaits nous sommes, imparfaits nous resterons …..
      épuisés parfois sommes-nous …
      préoccupés souvent nous sommes
      faillibles
      donc humains
      ouf !

  13. @ jeanpaulmichel dit :

    “Puissent nos dirigeants retirer leurs oeillières faute de quoi, tout à coup”…

    Pensez-vous qu’ils aient enlevé leur oeillères en 1870, 1914, 1940 etc ?… On aurait à chaque fois pu le croire face aux menaces noires qui se profilaient à l’ horizon ; mais c’est ne pas comprendre le moteur interne du système et la mentalité des capitalistes qui poussent à la roue à chaque fois jusqu’au point de rupture ultime que de le croire encore aujourd’hui. Ils ne veulent jamais rien lâcher ni reconnaitre leur responsabilité, quitte à tout perdre provisoirement pour rafler la mise plus tard. Ils ont tous les temps ( l’ Étant aussi ) . Pour eux, il n’y aura jamais de barbelés, de champ d’honneur, de boue et de sang, ni de souffrance. On a vu dans
    l’ Histoire comment à chaque fois ils se foutent pas mal de sacrifier des millions de personnes en les envoyant à la mort, des conséquences inéluctables qu’occasionne leur délire psychopathologique antérieur. Il faut lire le livre d’A.Simone : ” les Hommes qui ont trahis la France ” ; vous seriez étonné de voir aussi la complicité, l’incurie, la complaisance, la volonté, l’ineptie des politiciens vis à vis d’ Hitler en 1940. Toute cette clique dans sa grande majorité lui ont tout laissé faire tandis qu’au départ il aurait suffit d’ à peine deux divisions pour lui claquer définitivement le beignet. Rien. Ils n’ont jamais rien fait et les évènements se sont enchainés inéluctablement. Comment pourrions-nous alors croire que les “néolibéraux” qui ont mis 40 années à peaufiner leur système délirant et mortifère vont soudainement lâcher prise ? Un déni de réalité est toujours aberrant car il désoriente la logique et la rationalité que l’on croit commune. Mais la rationalité des capitalistes n’est pas celle des peuples ni même des individus isolés soudainement rendus impuissants à contrecarrer leur folle puissance. Plutôt que de reconnaître l’écroulement sur lui-même du système qu’ils auront créé, ils préfèreront sacrifier une fois de plus les populations. On le voit déjà partout avec les conséquences qui vont avec. La solution ne viendra pas bien évidemment d’ eux, ni hélas de la classe politique complice et pour la plupart des politiques modélisés par la même idéologie. (Un article m’informe que ” DSK” est un adepte de Gary Becker, un courant de pensée néo-libéral ). Comme à Tripoli, à Tunis, au Caire, à Alger et ailleurs, il faudra descendre dans la rue et agir en conséquence : Grève générale. Car à ce stade de surdité et
    d’ irreprésentable ( les politiques en majorité ne nous représentent plus ) il n’est pas certain que le seul bulletin de vote dans l’urne soit une réponse suffisante.

    1. il n’est pas certain que le seul bulletin de vote dans l’urne soit une réponse suffisante.

      il ne le sera pas, c’est chaque jour plus évident ….lorsqu’on voit le rouleau compresseur made in banks of america, se mettre en place pour 2012, soit 2 choix possibles : la droite extrême neocon ou neolib, ou le candidat préféré des “sondages”, de la mediacratie, et de la droite financière : dsk soi-même …
      sans pression des Citoyens des Peuples européens, l’UE sera “fric sans frontières”, que les gueux se taisent …et ce définitivement …

    2. difficultés inhérentes à une monnaie commune”,

      si c’est lui qui le dit :
      tiens, tiens, voilà que monnaie “unique” et monnaie “commune” sont la même chose, en fait …on en avait vaguement l’impression …
      mais, ici, PSDJ nous a expliqué par a+b que c’était différent …
      (évidemment, vu les résultats de l’euro, vendre du bancor, monnaie mondiale, devient difficile …)
      allez comprendre …ou alors, Krugman lui-même n’y comprend rien …il devrait demander des explications à PSDJ.

      Que ce système coule, et qu’on n’en parle plus !

      si une personne du blog pouvait avoir la gentillesse de m’expliquer …

  14. c’est pourtant pas compliqué…

    crise-de-l-euro-le-prix-nobel-d-economie-krugman-parle-de-tragedie

    L’Américain Paul Krugman, lauréat du prix Nobel d’économie 2008, estime que les “architectes de l’euro ont décidé d’ignorer les difficultés inhérentes à une monnaie commune”, parlant d’une “tragédie”, dans une tribune à paraître jeudi dans un magazine allemand.

    Les inventeurs de l’euro “ont surtout ignoré les mises en garde contre l’absence d’institutions nécessaires pour que fonctionne la monnaie commune”, affirme l’économiste dans l’édition de mars du magazine Cicero.
    “Le résultat n’est pas seulement une tragédie pour l’Europe mais pour le monde entier”, ajoute-t-il en évoquant les déboires actuels de l’Irlande et de l’Espagne, alors que le succès de l’union monétaire devrait être l’un des enjeux les plus importants du projet européen.

    L’euro conduit au contraire les pays à risques tels que la Grèce ou l’Espagne à une “orgie d’emprunts financée par le boom des exportations allemandes”, selon lui.
    Dans cet article, Paul Krugman évoque plusieurs scénarios pour sortir de la crise de l’euro. Il propose notamment aux responsables de la zone euro d’imiter la “zone dollar, à savoir les Etats-Unis”, en la transformant en union fiscale qui permettrait des transferts financiers d’un pays à l’autre.

    Citant l’exemple du Nevada, aussi gravement touché par la crise que l’Irlande, l’économiste explique que ses effets en ont été beaucoup moins lourds pour cet Etat de l’ouest américain parce qu’une “grande partie des dépenses publiques (telles que les retraites, ndlr) viennent de Washington”, c’est-à-dire de l’Etat fédéral.
    A l’inverse, en Irlande, “les pensions et les dépenses de santé figurent sur la liste des coupes budgétaires de l’Etat”, constate-t-il.
    Aux Etats-Unis, “les Etats qui ne sont pas encore en faillite paient pour les Etats qui sont en faillite”, résume Paul Krugman, qui émet des doutes sur la capacité de l’euro à fonctionner encore longtemps si un mécanisme similaire n’est pas adopté.

    _
    Il est évident que l’Euro ne peut fonctionner avec de fortes disparités sans un mécanisme quelconque de transfert de richesse des pays les + riches vers les – riches. Partage, redistribution, transfert, coordination des développements, on appelle ça comme on voudra, c’est l’opposé du chacun pour soi (et du “tous aux ordres de Merkel”).
    Puisque l’Allemagne est à la fois le + grand pays et le + riche, c’est à elle d’aider les autres, pas de les pousser vers le gouffre. Enfin, c’est ainsi que ce devrait être, il me semble.

    1. Sauf que pour les USA, c’est la planche à billets et tous les possesseurs de dollars du monde qui assument la charge de ce transfert du paiement des états en faillite … dans le cas de l’europe, ce serait alors aux allemands de payer, sauf à reprendre le même schéma que les USA, à savoir la BCE ou le fond européen en construction qui feraient alors fonctionner la planche à billets, reportant la charge du sauvetage de l’euro sur les possesseurs d’euros de la planète…

    2. Il est évident que l’Euro ne peut fonctionner avec de fortes disparités sans un mécanisme quelconque de transfert de richesse des pays les + riches vers les – riches.

      Enlevez “pays” et vous verrez que tout ira mieux.
      Transfert de richesse des + riches vers les – riches : OUI!

      Les Allemands les – riches (si, il y en a!) vous diront qu’il n’y a pas de raisons qu’ils transfèrent la richesse qu’ils n’ont pas vers les Grecs ou les Espagnols les + riches (qu’on ne me dise pas qu’il n’y a pas de Grecs et d’Espagnols qui se sont enrichis sans limites durant les années de bonanza, et une grande partie au black).

      Tant qu’on continuera à raisonner au sein de l’Europe en termes de pays riches et moins riches, on courrera à la catastrophe.

      Les grandes fortunes Européennes doivent payer, quelle que soient leur nationalités. POINT

    3. “les Etats qui ne sont pas encore en faillite paient pour les Etats qui sont en faillite”

      Cette logique commence à poser de sérieux problèmes avec à terme une menace réelle pour la cohésion de la fédération…

    4. le système Us n’étant surtout pas à imiter en quoique ce soit : inégalité majeure, une grande partie de la population laissée pour compte, système de santé publique réduit à sa plus simple expression, éducation publique idem : il n’y avait déjà pas grand chose, mais maintenant que de nombreux états US sont en faillite , il reste peanuts …

      comme ils coulent, il faut que nous coulions !

      les oligarques se portent bien ici, là-bas et ailleurs, merci pour eux !
      qu’ils ne nous demandent pas de les aimer en plus ! non au syndrome de Stockholm !

    5. @ juan nessy dit : 24 février 2011 à 18:40

      Pourquoi voulez-vous me voir chérir la sélection naturelle ?

      Je dis qu’elle existe tout comme la chute des corps. Tout comme une embarcation qui coule parce qu’on la charge au dessus de sa capacité et qui finit par couler. C’est toujours désolant de voir couler son voisin, mais quand il a refusé de se serrer la ceinture, alors que vous, vous avez imposé la modération salariale à votre peuple pour lui permettre de rester à flot, n’est-ce pas moral et somme toute « naturel » qu’il vous le fasse sentir afin que vous vous corrigiez ?

      Quelle attitude préconisez-vous ?

      L’assistanat éternel pour perpétuer des attitudes irresponsables chez ceux qui se sont laissé aller à bien vivre en s’endettant ?

      Quant à imiter ce qui est fait avec le dollar, qui peut me dire en quoi cela serait gênant de procéder de même avec l’euro ?

    6. >Bourdon
      Quand Krugman dit « les États qui ne sont pas encore en faillite paient pour les Etats qui sont en faillite » il ne s’agit pas de promouvoir une copie conforme des USA à l’Europe, il s’agit seulement d’un mécanisme nécessaire de compensation et de transfert (et pas de prêt, mais de “don”).
      C’est ce que je j’ai voulu souligner avec “une union fiscale qui permettrait des transferts financiers d’un pays à l’autre.”

      > chris06
      En effet ça marche mieux d’un point de vue général sans le mot pays, mais ici il s’agit de l’Euro et d’États, pas de personnes privées. Certains États ont une dette énorme et aucun moyen d’en sortir. Même un réduction des dépenses de l’État de 50% et une augmentation des impôts de 50% ne suffirait pas à l’Irlande pour stabiliser sa dette…

      > guillaume
      Bien sûr, ceux qui payent calculent ce qu’il leur en coûterait d’arrêter de payer, il y a un point limite (que je ne connais pas) où il est avantageux de claquer la porte.

      Lisez donc ce lien donné par dissy blog.turgot.org/index.php?post%2FConnolly pour comprendre le problème, c’est très clair. article écrit en 2009.

  15. Le jour ou les Français seront capables de concevoir une identité partagée, les prémices d’une évolution vers la libération des peuples opprimés s’accomplira…C’est en cela que réside notre Révolution 2012.
    “TOUS FRERES OU RIEN”…Je l’aime bien ce slogan.

  16. Exrait d’une chronique, parue autour des année 2050, détaillant cet déclencheur:

    C’est un vendredi 17 décembre que le tunisien Mohammed Bouazizi (1984 – 2010), désespéré, en butte à de graves difficultés économiques, prit une décision qui s’avérera lourde de conséquences.
    Il avait quitté l’école en septième année secondaire pour pouvoir aider à subvenir aux besoins de sa famille. Sa soeur raconte : “Il a travaillé depuis son enfance pour subvenir à nos besoins. Au marché, tout le monde le connaissait et les marchands le fournissaient en marchandises même à crédit. Il est connu pour son honnêteté et sa correction… Le jour de l’accident, une femme de la municipalité est venue le verbaliser. Notre oncle est intervenu pour lui parler et a essayé de calmer les esprits. Peu après, elle est revenue réclamer à mon frère la somme de dix dinars d’amende en application du règlement municipal. Mon frère l’a suppliée de le laisser travailler, mais elle lui a confisqué sa balance, l’a giflé et lui a craché au visage devant les personnes présentes. Pris de colère, il s’est dirigé vers le siège du gouvernorat et a voulu rencontrer le gouverneur pour se plaindre. En vain, puisqu’il n’a été reçu par personne. N’ayant pas trouvé écoute, dans un moment de désespoir et de colère, Mohamed s’est rendu dans une station acheter de l’essence, il s’en est aspergé et s’est immolé. Des passants essayèrent d’éteindre le feu à l’aide d’un extincteur qui s’avéra inefficient. Pris de panique, ils firent ce qu’il ne faut pas faire: lui verser de l’eau dessus, ce qui embrasa le feu ! Il fallut qu’une femme, enceinte, enlève son manteau et le couvre avec. Les premiers secours tardèrent à venir… Ensuite, l’ambulance, dépourvue des équipements nécessaires, dut s’arrêter en route pour se munir d’un masque d’oxygène… Puis il fut dirigé vers l’hôpital des grands brûlés”. Voici la traduction du dernier message que Mohamed laissa sur le mur de son Facebook :

    « Je quitte, maman, pardonne-moi, les reproches sont inutiles, je suis perdu sur un chemin que je ne contrôle pas, pardonne-moi, si je t’ai désobéi, adresse tes reproches à notre époque, pas à moi, je quitte et mon départ est sans retour, j’en ai marre de pleurer sans larmes, les reproches sont inutiles dans cette époque cruelle, sur cette terre des hommes, je suis fatigué et je ne retiens rien du passé, je quitte en me demandant si mon départ m’aidera à oublier. »

    Son acte déclenchera des émeutes d’une telle violences dans toute la Tunisie qu’elles conduiront, un mois plus tard, au renversement du régime. Révoltes qui se propageront, via d’autres immolations, dans tous les pays arabes. Puis dans le monde entier. Un néologisme tristement célèbre fera alors son entrée dans la sphère linguistique des hommes “TMT”
    The Meltdown Trigger

    1. J’ai toujours eu très peur de rencontrer des gens respectant bien scrupuleusement à la lettre certaines lois banquières avant tout, non pas seulement pour moi mais aussi pour mon prochain n’étant pas encore sorti de l’école et de la fac pauvres jeunes gens faites bien attention à votre Ame pour demain.

      Tiens ça me rappelle une syndicaliste de première et qui dans une fonction au rabais ne s’en conduisait pas mieux qu’une sainte ordure de première, quand j’y repense une autre femme de la municipalité sans doute mandatée et payée pour faire principalement la leçon de morale et de peur aux autres.

      Car lorsque nous sommes pauvres et peu défendus ce n’est pas toujours mieux évident
      d’aller se faire soigner et rééduquer de toute urgence tout coûte déjà si cher auprès des pharmaciens. Mais peut-être que vous en avez parfois rencontré de ces gens là , qui réussissent souvent plus que d’autres à briser davantage de vies et de familles modestes autour d’eux.

      Je me demande même parfois si nous serions pas déjà grandement en guerre les uns contre les autres, comme partout ailleurs, c’est tellement plus facile envers les gens pauvres, faut faire du chiffre, avoir même davantage un esprit comptable, bien sur c’est pas toujours évident à prouver et à témoigner devant un tribunal comme devant la justice.

      On est de gauche on est de droite on est parfois fort diplomé(e) en bureaucratie, mais comme on aime bien traiter et rabaisser souvent son prochain, pauvres gens du monde qui n’ont même plus guère d’autres moyens de se faire entendre, alors forcément on s’étonne après que le monde devienne de plus en plus violent et brutal dans ses rapports aux autres, oui pas toujours évident à pardonner et à oublier, moi ça va encore j’arrive tant bien que mal à gérer cela entre les périodes d’activités et de disette, comme pour tant d’autres pas mieux lotis que moi.

      Si encore il n’y avait que les seuls gens du marché ça ne se saurait être trop grave, mais non il y a aussi beaucoup de gens très qualifiés et performants dans notre temps qui n’ont d’ailleurs souvent pas plus de scrupules et de reproches à se faire, alors forcément ce sont toujours les pauvres gens qui trinquent et boivent la tasse, pauvre petit tunisien j’aurais tellevement voulu te faire voir et entendre autre chose en société, comme pour tes proches.

      Bref témoigner avant tout de l’enfer principalement marchand et bureaucratique sur terre.

  17. Le monde change, ça on sait, mais nous vivons une époque très particulière à la croisée d’une crise énergétique, environnementale, financière, économique et sociale.
    C’est le système libéral et capitaliste qui s’effondre. Rien moins. Ici, sur ce blog, les gens en sont convaincu à la lecture au jour le jour, faite par François Leclerc, analyse fouillée des mécanismes et des acteurs.
    Mais, si chacun sait que demain ne sera plus comme avant, personne ne sait comment le monde fonctionnera demain.
    Cette grande mutation semble comme être précipitée de ses propres voeux. Tout semble s’enchaîner d’une manière fort curieuse et le manque de réaction des différents commandements de bord est d’un comique absolu.
    Aujourd’hui, comme vous le dites, un parfum de jasmin se répand sur la planète. Chacun peut le constater. Google vient de publier une carte de la contestation qui s’étend. Après Tunis, Le Caire, Bahrein, Alger, Tripoli… hier c’était Madison dans le Wisconsin. Les Etats Unis d’Amérique sont bien partis pour entrer dans la danse analysait Paul Krugman. L’Europe suivra, n’en doutons pas.
    Quelle est donc cette l’onde de choc !
    La faillite des Etats en Occident n’est autre que la faillite des politiques appliquées, la faillite du système néo-libéral. Politique de l’Occident qui indispose chacun de manière différente. Le système vacille depuis quelque temps déjà sans que beaucoup n’y prennent garde ou refusent de voir la gravité de la situation. Comme dans un vieux film passant au ralenti du type cauchemar, je sens venir la catastrophe, la chute, la dislocation.
    La lecture actuelle du “Talon de fer” de Jack London n’est pas faite pour me rendre guilleret. La paix n’est pas pour demain.

  18. ça me rappelle quelque chose ….du coté de new york, ils ont eu le même problème me semble t’il :

    L’indice boursier parisien vedette CAC 40 était suspendu de cotation jeudi en tout début de matinée, suite à un incident technique, a annoncé NYSE Euronext.

    “Depuis 09H12 nous avons constaté un incident technique sur la cotation des indices européens et nous travaillons dessus”, a indiqué un porte-parole de NYSE Euronext.

    NYSE Euronext gère les places de New York, Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne.

  19. “Rien a priori ne relie ces événements éparpillés, mais tout pourtant les rassemble.”
    J’aurais écrit pour ma part:
    “Rien a priori ne relie ces événements éparpillés, mais tous pourtant les rassemblent.”
    Tous, c’est à dire eux.

    1. Skinner, as-tu une autre explication pour ces suspensions de cotation un peu trop fréquentes ? Coupure automatique du système de cotation en cas de mini-krach par exemple ? Modification apportée au système en raison de la fusion Nyse Euronext avec Deutsche Börse (et là, le bug est en effet vite arrivé…) ?

    2. Merci pour le lien, Skinner. Pour l’arrêt de 4 h du London Stock Exchange, il s’agit probablement d’un incident technique lors de la mise en production du nouveau logiciel de Millenium IT (les changements de systèmes informatiques se font rarement sans incident, je sais de quoi je parle…). Pour les autres on ne saura jamais (encore une fois, quelle opacité!)

  20. Je trouve particulièrement intéressant d’observer les mesures prises en occident (austérité) et de les comparer à celles prises en Arabie Saoudite par exemple (hausse de % du traitement des fonctionnaire, création de fonds pour le logement…etc…). La crainte du peuple par les dirigeants, remède contre l’austérité ?

    1. En Arabie Saoudite il y a une différence entre les “natifs” nantis, mais pas autant que les innombrables princes (sinon ces derniers ne se sentiraient plus princes) et la masse invisible des esclaves qui font les tâches ingrates (ils viennent des Philippines, du Bengladesh, d’Inde, pour les nounous, le bâtiment, les petits services de sécurité et de nettoyage; d’Egypte, de Syrie et d’autres pays arabes pour les infirmiers, les médecins, etc; du Liban, d’Inde, des US et d’Europe pour les ingénieurs, etc.) . Certains voudraient appliquer ce modèle en Europe (en humiliant toujours plus les “allochtones” en les obligeant à accepter n’importe quel boulot même s’ils sont diplômés, tout en conservant pour les “natifs” des boulots un peu plus valorisants genre ‘conseiller de l’agence de recherche pour l’emploi’, ou ‘coach d’intégration et de recherche d’emploi’, j’en passe et des meilleures), mais je ne suis pas certaine que ce soit souhaitable.

    2. Je partage de plus en plus cet avis… j’avoue avoir espéré un temps que nos dirigeants (en occident) étaient capables d’une prise de conscience, d’un changement de cap si des signaux suffisamment forts leur arrivaient. Des signaux, ils en ont eu à la pelle! Mais rien n’a bougé ou si peu depuis 2008; Les changements vont arriver, mais comme en 1789 : par le bas, par le grondement de millions de gens devant les fenêtres des responsables de leur malheur. Avec simplement internet comme catalyseur. Et à une échelle mondiale, du jamais vu dans l’histoire de l’humanité.
      Avec des dirigeants obtus, en retard d’une guerre, et visant leur propre intérêt seul, il n’y a qu’une façon de “négocier” : la force. Pas forcément la violence, mais la menace sans équivoque qu’ils vont perdre rapidement tout ce qu’ils ont acquis (pouvoir, biens) s’ils n’agissent pas immédiatement. Ca peut être une “marche du million” (avec moins, ils risqueraient de ne toujours pas comprendre la gravité de la situation), tout à fait pacifique, mais juste devant les fenêtres du président. Histoire que le message passe bien….
      La peur de tout perdre s’ils pressent un peu plus le peuple, doit remplacer l’appât du gain s’ils favorisent un peu plus leur amis riches et minoritaires. Messieurs les dirigeants, vous êtes en train de jouer au jeu du “Badaboum” avec le peuple. Sauf que qu’il s’agit d’un jeu bien réel, dans lequel le peuple supporte le poids des pièces, et c’est sur vous que ces pièces tomberont quand la pile s’écroulera. Réagissez avant!

    3. Non, Aequis.
      Le malaise est beaucoup plus profond.
      Si Roosevelt a réussi à imposer le communisme aux US, ce n’est pas avec une marche silencieuse et pacifique.
      Et encore … communisme pas tant que, puisque les familles les plus riches le sont restées…

    4. @yvan: Aaah je n’ai certainement pas dit silencieuse. Au contraire, un bon grondement sourd comme celui qui émanait de la place Tahrir le 10 février dernier, avec force banderolles, poings brandis et autres contorsions du visage, seraient même souhaitables pour rendre l’action plus efficace. Mais pas forcément les pavés dans les fenêtres, c’est le sens que je voulais donner à ‘pacifique’…
      Les pavés, c’est l’étape d’après, s’ils ne comprennent toujours pas!

    5. Pourtant ca paraît simple, deux mesurettes: plafonnement des salaires et plafonnement des loyers, selon des indices locaux. Et lorsqu’un estranger du Nord avec un salaire plus lourd veut acheter une maison au sud, on le taxe à mort et on lui fait un bail de 99 ans, point barre.

  21. Si les Etats-Unis dévaluent officiellement le dollar qui, en réalité, , tous les pays qui refusaient déjà de vendre leur pétrole en dollars mais en euros ou dans leur monnaie nationale vont trouver des émules . Cela risque d’ alourdir considérablement la facture énergétique des Etats-Unis.
    Le seul avantage d’une baisse du dollar serait de relancer les exportations . Or, toutes les grandes villes industrielles américaines en friche comme Détroit ne vont pas se régénérer du jour au lendemain . Pendant de longues années, ce sont les salariés américains qui vont se serrer la ceinture avec une hausse vertigineuse des prix et un chômage très élevé .

    Si l’euro est dévalué, il en sera de même pour la France quie l’Europe a obligée à abandonner son industrie lourde au profit de l’Allemagne . Il faudra un certain temps pour que des entreprises s’y installent . Il y aurait donc, pendant quelques années, une effrayante hausse des prix et un chômage encore très élevé jusqu’à ce que ces entreprises tournent à plein .

    Toutes ces dévaluations ont pour but de concurrencer les exportations de la Chine qui refuse de réévaluer son yuan, exportations qui …continueront quand même d’inonder les Etats-Unis et l’Europe puisque la Chine peut continuer d’exporter par Hong-Kong en dollars hong-kongais qui restent, eux, toujours accrochés au dollar US , montant et descendant avec lui .
    Les Etats-Unis ont obligé la Chine a réévaluer un peu son yuan . On voudrait qu’elle le réévalue encore plus mais cela ne change pas grand chose car tout le monde semble oublier que , depuis sa récupération de Hong-Kong , la Chine a désormais DEUX devises : le yuan ou renminbi ET le dollar hong-kongais accroché au dollar américain , qui monte et descend en même temps que lui .

    1. Rectificatifs
      1er par. 1e ligne ” le dollar qui, en réalité, ne vaut presque rien, ”
      2e par. 2e ligne une coquille ” que” et non “quie”
      Dernier par. ” les Etats-Unis ont obligé la Chine à réévaluer”
      La honte ! Désolée . Vite un café !

  22. “Ce serait folie de les laisser poursuivre sur cette pente !”
    Peut-être pas.
    Car une médaille a toujours deux faces.

    Ainsi, au plus les peuples souffrent, alors qu’ils sont maintenant au courant des vrais responsabilités, au plus nous aurons de chance que ces peuples refusent de se lancer dans une guerre.
    Car je vous rappelle que les politiques US lancent de plus en plus de critiques envers les Chinois. Et que ces critiques ne semblent pas reprises sur les blogs ricains.
    Par contre, si les US vont jusqu’à l’élection présidentielle, rien ne les empêchera de mettre un Républicain ou pire à leur tête. Et là…

    En passant : Oui, Fab, je n’avais pas compris ce que tu avais écrit. Excuses-moi.

    1. Pour les élections aux US c’est bien trop loin dans le temps Yvan, ton “si” était utilisé à bon escient.

      On devrait créer, à moins que cela n’existe déjà, un site “jeu – pari en ligne” avec récompense pour ceux qui annoncent le détail des événements à venir… genre.

      – Kadhafi se suicide le 27 février, après avoir en vain tenté de convaincre ses enfants de faire de même
      – Le roi du Maroc annonce la création d’une monarchie constitutionnelle le 3 mars
      – Celui de Jordanie fait de même le lendemain

      etc…

    2. Ouaich.. Je sais Mike.
      D’autant que j’ai eu un prof de stat qui a reconnu que son domaine d’expertise était globalement inexact.
      D’où l’invention des Orgues de Staline, d’ailleurs.

      Mais. Il y a des “tendances de fond” qui permettent de dire qu’il “suffit” d’un événement local pour influencer le global.
      Par contre, si tu veux que nous fassions des paris en ligne sur le blog, il n’y a pas que Jorion qui pèterait un câble. Nous serions deux sur le coup.

    3. @Mike:
      Je vous trouve très optimiste. C’est un jolie scénar.
      Parait que le personnage est richissime, et un tantinet allumé.
      La logique voudrait qu’on en déduise qu’il veut tout faire sauter avant de s’en mettre une.

      Réfléchissons plus loin.
      Option A: C’est réellement un richissime allumé.
      Ce que le médias de masse diffusent n’est pas un mensonge.
      Option B: Il est riche mais peut-être pas si allumé.
      On nous fait croire qu’il est la plus grosse fortune de la planète.

      Chemin A:
      Si Colonel devait avoir le choix, comme Saddam Hussein, de rester en place ou de partir, il choisirait évidemment de rester, jusqu’à la mort. Et s’il reste avec un budget de défense de 80 Milliards d’€ personnel (sans compter l’inertie des richesses existantes de type armes, stocks, énergie,..), alors il faudra faire attention. On oubli souvent dans notre nombrilisme que d’autres pensent autrement. Imaginez un rapprochement avec l’Iran par exemple. D’ailleurs qu’est-ce que la flotte Iranienne vient faire en Méditerrané?

      Chemin B:
      Colonel se barre loin avec sa famille, je sais pas s’il est copain avec Mubarrack, mais Dubai’s world me semble un endroit paradisiaque crée semble-t-il, comme une base arrière surprotégée.
      Le capitalisme est content, il peut profiter du trou d’air occasionné par la restructuration de ces pays, en dépassant tout le monde car tout est déjà dans prêt.

      Sinon, plus belle la vie c’est pas mal.

  23. RBS fait £1,1 milliard de perte en 2010
    RBS paye près de £1 milliard en bonus pour 2010 !!

    HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA!!!

    1. Vous êtes sérieux ? source ?

      Si ce que vous écrivez est vrai, nous sommes bel et bien dans la phase “take the money and run”!!

    2. Va y avoir du sport au Royaume-Uni.
      La chasse à courre … des bonus. Et des banquiers.

      Logiquement, ceux-ci devraient être pendus par les pieds à la tour de Londres ce soir.
      L’annonce sera faite cet après-midi, par le Premier Sinistre lui-même.

    3. La raison du bonus est que £1,1 milliard de perte en 2010 représente une amélioration par rapport aux années précédentes (perte de £3.6 milliards en 2009 et £24 milliards in 2008)

      Reste à trouver les montants des bonus 2008 et 2009!!

      C’est abominable de morgue et de honte

    4. Où est la vérité ?! Sur Capital.fr (dépêche Reuters) :

      L’actualité Bourse
      Le 24/02/2011 à 09:02

      Bénéfice d’exploitation 2010 de 1,9 milliard de livres pour RBS

      LONDRES (Reuters) – Royal Bank of Scotland a renoué avec les bénéfices en 2010 après avoir subi une lourde perte l’année précédente. […]

      Pour l’année achevée en décembre 2010, RBS fait état d’un bénéfice d’exploitation de 1,9 milliard de livres (2,24 milliards d’euros), contre une perte de 6,1 milliards de livres (7,2 milliards d’euros) un an auparavant. […]

      RBS a été renflouée par des injections de fonds publics en octobre 2008 après avoir été fortement affectée par la crise financière et par son implication financière dans l’acquisition de la banque néerlandaise ABN Amro en 2007. […]

      Sudip Kar-Gupta, Gregory Schwartz pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

    5. Et pendant que les traders et les membres du CA de RBS empochent les mégabonus, leurs petits actionnaires, qui ont déjà perdu leurs économies en encaissant la chute brutale de la cote de RBS en 2008,, passée brutalement de 700 à 10 pence, sont privés de dividendes comme les années précédentes pour apaiser l’opinion publique !!!
      On leur avait bien dit qu’il fallait se méfier des banksters .

    6. Délirant.

      Faudrait monter un site et lister les principaux bénéficiaires… juste pour leur foutre un peu plus la pétoche.

    7. @AnteWalmart,

      l’article de capital fait état d’un bénéfice d’exploitation de £1,9 milliard et l’article du guardian et Sylvain font état d’une perte de £1,1 milliard. La différence entre les deux sont les charges financières et exceptionnelles (par exemple charge pour les pertes de partcipations non consolidées comme la banque irlandaise Ulster) qui ne sont pas incluses dans le résultat d’exploitation mais dans le résultat courant.
      Il n’y a pas de “désinformation”, simplement deux articles qui ne font pas référence aux mêmes chiffres comptables.

    8. @ Chris 06, @ tous :
      C’est exact.
      Ces pertes sont … exceptionnelles !
      Juste 3 milliards de livres.

      Je ne voudrais pas être à la place du prochain futur gouvernement irlandais.
      Le nombre de zéro dans la ligne ‘charges exceptionnelles’ va augmenter …

    9. @ Chris06

      Merci pour l’explication sur la différence entre un bénéfice net d’exploitation et le résultat courant consolidé d’un bilan comptable (j’étais arrivé à la même conclusion en creusant aussi de mon côté…).
      C’était donc une question de périmètre !

      Un peu comme s’il s’agissait d’évaluer la santé de l’emploi (d’un état, d’une entreprise) en insistant sur les créations de postes tout en occultant les destructions.

      Les salariés du groupe, par exemple, recevront-t’ils un intéressement au bénéfice ?
      En tout cas les traders OUI, même s’il y a perte !

      @ Sylvain et à tous

      Donc pas de désinformation, simplement de la petite manipulation mentale désormais si courante…

      Allez rouler jeunesse !

    10. Pour un banquier, un bonus est un avantage acquis.

      Nous n’allons quand même pas remettre en cause les avantages acquis des autres alors que nous voulons conserver les nôtres !

  24. Marx: Ébauche de l’économie politique :
    « L’argent est la perversion générale des individualités qu’il échange en leur con­traire, en leur attribuant des qualités qui ne sont pas le moins du monde les leurs …Il apparaît alors comme la puissance corrup­trice. Il transforme la fidélité en infidélité, l’amour en haine, la haine en amour, la vertu en vice, le vice en vertu, le valet en maître, l’intelligence en bêtise… »

    1. C’était les hormones qui parlaient, il était jeune, encore.
      120 ans plus tard c’est très juste, seulement quand l’argent est partout et surtout nul part.

  25. PUNITION.

    L’union Européenne, comme d’ailleurs notre président favorise la punition comme moyen d’action contre celui qui n’atteint pas ses objectifs.

    Or pour qu’une punition ait un sens deux conditions doivent être remplies : l’intéressé a commis une erreur et il a la possibilité de la réparer. Autrement dit la punition agit sur son comportement et ses déviances éventuelles.

    Or, si certains pays ont commis de erreurs (Grèce) aucun de ceux que l’on cherche à punir n’a les moyens de faire plus que ce qui lui est imposé.

    Il serait temps de revenir à la dure réalité : si on veut sauver l’euro et l’économie européenne il faut aider réellement (sans taux punitif) les États et sans doute les banques en perdition.

    Il est peut être immoral d’aider le joueur qui a perdu, mais si on veut continuer la partie il faut le renflouer. Remettons à plus tard les “explications” entre décideurs, quand la crise sera passée.

  26. La banque britannique, copieusement renflouée par l’Etat durant la crise financière, a annoncé une perte de 1,1 milliard de livres en 2010, imputable pour une grande part à celle de sa filiale Ulster Bank.

  27. Est ce que quelqu’un sait apporter des précisions sur ce que fait / veut faire le parlement allemand ? Quelle est l’idéologie économique qui la sous tend ? Quelle majorité politique (droite, gauche, ?) est partisant de ce blocage ?

    1. Les trois groupes parlementaires de la coalition gouvernementale (CDU, CSU et FDP) vont présenter une motion commune au vote du Bundestag, le 17 mars prochain.

      Le but est d’imposer à Angela Merkel un passage devant celui-ci avant toute adoption, pour le futur fonds de stabilité européen, de la possibilité d’acheter des obligations ou de financer des achats d’un pays de sa propre dette obligataire sur le second marché, afin de réduire le coût de celle-ci.

      L’adoption de la motion est quasi certaine, dans le contexte de défaite électorale de la coalition à Hambourg et dans l’attente des résultats des six consultations suivantes, qui vont se poursuivre au cours de l’année. Un levier électoral est recherché.

    2. François,

      “la possibilité d’acheter des obligations ou de financer des achats d’un pays de sa propre dette obligataire sur le second marché”

      Si je comprends bien l’objectif n’est pas de permettre à un état de s’endetter auprès de sa banque centrale (à un taux quasi-nul) mais de proposer des rachats de dettes en circulation (marchés secondaire). Ce choix semble se faire en faveur des marchés (qui pourront se débarrasser de titre “potentiellement pourris”), mais en défaveur des états qui devront s’acquitter de taux qui resteront élevés (un peu moins quand même grâce à l’opération).

  28. Mercredi 9 février 2011 :

    La Royal Bank of Scotland (RBS) a annoncé mercredi que le montant des bonus qu’elle compte verser à ses cadres chutera à 950 millions de livres Sterling, alors qu’il était de 1,3 milliard de livres l’année dernière.

    Cependant, un plafond de 2000 livres Sterling pourra être versé en espèces alors que le reste sera converti en actions, précise la Banque.

    La divulgation de ces informations sur les bonus intervient quelques heures après l’annonce d’un accord longtemps attendu entre le gouvernement et les principales banques britanniques sur les bonus, les prêts et la transparence sur les salaires de leurs dirigeants.

    Baptisé “projet Merlin”, l’accord engage les plus importantes institutions bancaires du pays à prêter davantage aux entreprises, à réduire les primes versées à leurs cadres et à être plus transparentes quant aux salaires de leurs hauts cadres.

    Le directeur général de RBS, Stephen Hester, percevra une prime de 2,04 millions de livres Sterling en actions.

    Jeudi 24 février 2011 :

    RBS : perte de 1,1 milliard de livres en 2010.

    La banque britannique, copieusement renflouée par l’Etat durant la crise financière, a annoncé une perte de 1,1 milliard de livres en 2010, imputable pour une grande part à celle de sa filiale Ulster Bank.

    L’action reculait de 3,4% à 45,69 pence à 10h50 GMT, alors que l’Etat est entré au capital de la banque qu’il a renflouée au prix de 50 pence par titre environ.

    RBS a dégagé un modeste bénéfice dans les derniers mois de 2010 mais les pertes liées à des dépréciations de créances ont atteint 930 millions de livres au dernier trimestre contre 782 millions au trimestre précédent.

    La baisse du bénéfice de la banque d’investissement a également déplu aux investisseurs.

    “La situation en Irlande a eu un effet douloureux sur les chiffres de la banque et, bien qu’elle soit au niveau de bon nombre de ses pairs, la banque d’investissement a manqué d’inspiration”, observe Richard Hunter, chez Hargreaves Lansdown Stockbrokers.

    RBS, comme sa concurrente Lloyds qui publie ses comptes vendredi, a été renflouée par le Trésor britannique durant la crise financière de 2008. L’Etat détient actuellement 83% du capital de RBS et 41% de celui de Lloyds.

    Challenges

  29. Même en Bretagne, on spécule :
    “11 contrôles d’alcoolémie ont permis de déceler 12 conduites sous l’empire d’un état alcoolique,”
    Ouest-France de ce jour.

    J’hésite à choisir des gendarmes ou du journaliste est le plus alcoolisé…

    1. Dans le lot, il y avait une auto-école…l’élève et l’instructeur étaient beurrés…amha…

  30. Si il n’est pas réaliste de rembourser ses dettes ni de vivre de ses moyens alors qu’est-ce qui l’est ? La seule chose réaliste est d’anticiper l’inéluctable qui comme on le sait est programmé depuis des décennies par la bien pensanse court termiste. C’est là qu’est notre dernier atout.

  31. Grande manifestation à New Delhi contre la hausse du prix des denrées. Près de 100 000 militants syndicaux ont manifesté mercredi 23 février 2011 dans les rues de la capitale indienne New Delhi, en direction du Parlement. Ils entendaient protester contre le chômage et la hausse des prix alimentaires.

    Bon 100.000 personnes à Delhi c’est une paille dans une si grande ville mais faut un début à tout non?

    http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20110223-grande-manifestation-new-delhi-contre-hausse-prix-denrees

  32. L’article “Middle East Chaos : what to learn and what to expect”, paru aujourd’hui sur zerohedge, me fiche le bourdon

    http://www.zerohedge.com/article/guest-post-middle-east-chaos-what-learn-and-what-expect

    Tout d’abord

    The key here is that globalist circles support the change in Egypt exactly because nothing will change for the citizenry

    Ensuite

    …What is happening in the Middle East is a perfect example of the manipulation of existing dissent towards establishment ends. The surface trigger for these events is obviously the doubling of food prices across the world in the past two years (you can thank the orchestrated devaluation of western currencies for a large part of this). People have a bad tendency to weather all kinds of atrocities as long as they are fed, but once certain necessities are taken from the masses, they WILL act, usually in a violent and unfocused manner. These revolutions are, for the most part, legitimate when they begin, but are co-opted as they progress, chiefly because the cultures involved do not understand where the real threat is coming from

    .

    Si les révolutions échouent et sont finalement récupérées , c’est parce que les révoltés ne comprennent pas d’où vient réellement la menace, quelle est sa vraie nature et qui en sont les véritables auteurs ,
    Un site comme celui-ci est hautement salutaire pour rssayer d’y voir plus clair . Merci à Paul, François, Julien et les autres amis du forum .
    Les opposants algériens semblent être sur la bonne voie et vouloir aller plus loin en exigeant, en plus du départ d’un gouvernelent corrompu, un changement complet du système.
    Quand même une note d’espoir .

  33. « Il y a »

    Il y a

    il y a une âme sincère, une situation protéiforme
    un homme vient, un torche-ciel
    et la pelle à têtes !
    et la pelle à têtes !
    et hop, et la pelle à têtes !

    Il y a

    il y a

    Il y a un écho qui croit réfléchir
    écho de mille échos
    échos depuis dix mille ans écho
    il y a un nègre d’or
    un nègre s’élance dans le noir
    une confiance de nègre
    un nègre de vanille
    un nègre de rouille se lève

    Il y a
    il y a la colonne de la nature
    il y a
    il y a un homme de silence
    Le ciel s’éteint, la terre coule, mais il reste toujours un cannibale
    un homme brille dans le passé
    un homme se croit une civilisation
    un homme avale des oriflammes
    un homme veut lui aussi faire des étincelles

    mais il reste toujours un cannibale

    Il y a

    Il y a un soldat, il y a mille soldats
    il y a un million de soldats
    il y a qu’il ira
    qu’il ira
    qu’il ira à la guerre

    Il y a un pays comme un boa.

    Henri Michaux, publié dans fontaine n° 44, 1945

  34. Printemps Libyen.

    Ils ont l’énergie du vent qui se lève
    Et des voilures à vouloir mourir dedans
    C’est dans l’espoir jusqu’à très loin
    Que leur voilier les amènera.

    Ils étaient morts depuis si longtemps
    Ceux qui aujourd’hui sont si jeunes
    Et c’est dans le sang de leur vie
    Que demain se noieront les tyrans.

    1. Le reste du monde flippe surtout de ne plus avoir de pétrole…
      Et ça, c’est mauvais pour les Ricains.
      Ca dévoile la réalité de la situation aux yeux du monde.

    2. @ Yvan :
      Parlant de pétrole …
      “”L’augmentation du pétrole (…), elle est inexorable et proposer aujourd’hui des mesures qui viseraient à baisser artificiellement le prix de l’essence, le prix du gasoil, c’est de la démagogie. La seule décision politique responsable, c’est celle qui consiste à aider les Français à se rendre de moins en moins dépendants du pétrole. Il n’y a pas d’autre politique responsable.”
      C’est kiki qui dit ça ?
      François Fillon.
      Et concernant l’aide aux français pour se rendre moins dépendants du pétrole, on n’a toujours rien vu venir.

      Et pendant ce temps là, l’Etat s’engrange benoîtement des ‘surplus’ de taxe, ayant supprimé la ‘flottaison’ de la TIPP, créée en 2000.

      Y en aura des choses, à réformer en 2012 …
      10 ans, quand même.
      Mine de rien, ‘ils’ ont bien plombé la France et pas que l’essence.

    3. D’où une invasion prochaine de la Lybie par les US, pour aller “sauver le peuple”. Et surtout, contrôler le pétrole.

      Coté France, je suis complètement d’accord avec toi.
      Hors, lorsque tu vois les augmentations de prix des transports en commun…
      Il est temps de renationaliser tout cela sans contrepartie.

    4. Les transports et l’énergie doivent retourner en zone régalienne..façon CNR.
      La nourriture aussi…nationaliser Leclerc et Carrefour.
      Les Rolex et le Rolls on peut les laisser au privé.

    5. Il est temps de renationaliser tout cela sans contrepartie

      oui, et de programmer un plan judicieux d’augmentation des chemins de fer, pour le transport de marchandises, et aussi de passagers …

    6. …et pendant ce temps-là…
      « François Fillon revient, chaque fin de semaine, dans sa bourgade près de Sablé-sur-Sarthe (Solesmes, à 255 km de Paris), en utilisant un avion gouvernemental. Le coût de la balade aller-retour entre Vélizy-Villacoublay et l’aéroport d’Angers-Marcé en Falcon 7X revient à 27.000 €. Pourtant, une gare TGV, construite en 1989, permet de rejoindre Paris en 1 h 20.
      Le trajet en autoroute? Approximativement le même temps de transport. Rien d’illégal, certes, mais la note est salée. On répond à Matignon, que « L’avion effectue un aller-retour, et donc use du carburant. Stationner sur place nécessiterait d’assurer le gardiennage de l’avion, ainsi que l’hébergement, soit de nouveaux coûts
      ».
      (Source « France Soir »)

  35. La garantie belge au Fonds européen de stabilité attaquée devant la Cour constitutionnelle.
    BELGA

    Quatre citoyens ont introduit jeudi devant la Cour constitutionnelle une requête en annulation de la loi instaurant la garantie belge au Fonds européen de stabilité financière (FESF), ont-ils annoncé jeudi midi.

    http://www.lalibre.be/economie/actualite/article/644941/la-garantie-belge-au-fonds-europeen-de-stabilite-attaquee-devant-la-cour-constitutionnelle.html

  36. Imaginez seulement que les mobilisations contre la réforme des retraites se soient produites APRÈS les révolutions arabes…”la marche des trois millions”…

    Je suis persuadé que plus rien ne sera pareil, partout dans le monde.

    1. Je ne suis pas certain que le nombre (ou l’enthousiasme) des manifestants contre la réforme des retraites aurait été bien différent après les révolutions arabes que nous sommes en train de vivre (je suis franchement ému de vivre ce moment historique en direct, au passage!). Il y aurait peut-être eu 100000 personnes de plus mais cela n’aurait rien changé au final.
      D’abord parce que ça ne va pas encore assez mal chez nous, contrairement aux pays arabes en question. Ensuite parce que le “seuil de réaction en chaîne” n’a pas été atteint, permettant de faire basculer le camp des indécis dans celui des opposants actifs. Informons donc le maximum de gens autour de nous tous les jours, en dehors du cercle des initiés aux mécanismes de cette crise dont nous faisons partie (tout en continuant à faire vivre ce blog, qui reste un formidable creuset à idées, un recueil d’informations très utiles et le meilleur moyen de diffusion de notre point de vue).
      Maintenant si un gouvernement tombe avant terme en Europe suite à des manifestations monstres, là je ne dis pas qu’il ne pourrait pas y avoir contagion chez nous!

    2. Hi hi hi… Très juste.
      Mais ne vous faites pas de soucis, certaines bonnes âmes, ou esprits un chouïa responsables et pas encore trop embrumés pour ne pas craindre la chienlit et/ou le désastre inéluctables, ont senti le coup venir suffisamment tôt pour aller jusqu’à contraindre notre monarquicule de service à laisser les affaires sérieuses à un certain ministre de la défense, ex-ministre des affaires étrangères et accessoirement ex-premier ministre, ex-secrétaire général de la mairie de Paris, ex-fondateur président de l’UMP et – surtout – maire de Bordeaux, pour chaperonner tout ce petit, tout petit, monde et jouer le pompier de service, si ce n’est le deus ex machina dans la grande scène du IV.
      Et on constate tous les jours, au vu de l’activité tous azimuts du sieur Juppé, que cet acte final est peut-être bien déjà engagé…

  37. Un point de vue sur la Grèce :

    Mikis Theodorakis

    http://www.xn--lecanardrpublicain-jwb.net/spip.php?article335
    “Par conséquent, nous devons être supprimés en tant que peuple, et c’est exactement ce qui arrive aujourd’hui. J’invite les économistes, les politiciens et les analystes à me prouver le contraire. Je crois qu’il n’y a d’explication plausible autre que celle qu’il y a un complot international, avec la participation des Européens pro-américains, comme Merkel, la Banque Centrale européenne et la presse réactionnaire internationale qui ont concocté leur “grand coup”, afin de réduire une nation libre en esclavage.”

    Comme en Islande.

    1. La situation de faiblesse vis à vis d’une administration irresponsable dont le Peuple sent qu’elle se servira de lui comme” variable”,comme troupeau, induit en lui une posture mentale simplificatrice.
      Se focaliser sur un ennemi global et commun aux autres Peuples en souffrance économique.
      Ceci incite certains intellectuels non économistes à désigner un adversaire, en l’occurrence l’insaisissable complot mondialiste .. .
      Or (conj. de coordination Yvan) comme chacun sait la grande conspiration n’existe pas plus qu’un lobby des lobbies dans les couloirs de Bxl.

    2. pour en finir (!) …avec l’idée de “complot” !

      dico Robert de poche
      Complot = projet concerté secrètement.

      tiens, quand les USA ont cornaqué, dès les origines, la Fondation de l’UE, sans avertir les populations .en secret, ..avec, sauf exception, la complicité de nos zélites, qui n’ont toujours pas joué franc jeu avec les Peuples …[ à tel point que Joan, il y a peu, disait, je crois, les satellites des USA, en parlant de l’Europe … ( un cri du coeur ) ] : c’est donc un complot des zélites bancaires, grands-patronesques, US et européennes, contre les Peuples, que l’on a endormis, et à qui on a raconté des bobards ! d’autant plus que cela permettait d’affaiblir l’Europe ( 500 000 personnes, quand-même ), en provoquant sa désindustrialisation, et donc, sous couvert de concurrence libre et non faussée, l’expulsion par destruction d’un concurrent sérieux pour les USA.
      me trompé-je ? il faudrait peut-être appeler un chat un chat !

    3. @ yvan

      Comme en Islande.

      ???

      Je croyais que le peuple islandais, au contraire, refusait de rembourser les dettes causées par les banksters .

  38. Ce serait folie de les laisser poursuivre sur cette pente !

    Comment voulez-vous arrêter des gens qui vont trop vite sur les marchés ?

    Quand bien même en étant le plus sage et gentil possible en société ?

    Je commerce plus vite donc je suis !
    Je produis plus vite donc je suis !
    J’échange plus vite donc je suis !
    J’achète plus vite donc je suis !
    Je vends plus vite donc je suis !
    Je conduis plus vite donc je suis !

    Je vote plus vite donc je suis !
    Je dirige plus vite donc je suis !
    J’amasse plus vite donc je suis !
    Je fabrique plus vite donc je suis !
    Je socialise plus vite donc je suis !
    Je libéralise plus vite donc je suis !

    Je travaille plus vite donc je suis !
    J’appauvris plus vite donc je suis !
    Je vends plus d’armes donc je suis !
    J’ai un esprit comptable donc je suis !
    Je dirige plus de monde donc je suis !
    Je juge davantage le monde donc je suis !

    J’écrase plus vite donc je suis !
    J’objective plus vite donc je suis !
    Je détruits plus vite donc je suis !
    Je possède plus vite donc je suis !
    Je ridiculise plus vite donc je suis !
    Je fais davantage leçon donc je suis !

    Je disserte plus vite donc je suis !
    Je joue plus au poker donc je suis !
    Je téléphone plus vite donc je suis !
    Je suis d’abord un beauf donc je suis !
    Je regarde plus vite la une donc je suis !
    Je consomme sans cesse donc je suis !

    Je porte tel ou telle marque donc je suis !
    J’écoute d’abord ma belle mère donc je suis !
    J’e fais d’abord les soldes d’hiver donc je suis !
    Je viens d’avoir mon dernier i-phone donc je suis !
    Je gagne mieux ma vie que le béta donc je suis !
    Je me lamente encore aujourd’hui donc je suis !

    Je fais moins de vagues donc je suis !
    Je sais mieux me vendre partout donc je suis !
    Je fais toujours ce que l’on dit de faire donc je suis !
    Je suis plus sage et fier en économie donc je suis !
    Je suis moins communiste que l’autre donc je suis !
    Je ment souvent à mon frère de couleur donc je suis !
    Je suis meilleur à l’antenne que le pauvre donc je suis !

    Au sujet de Kadhafi vous verrez cela passera également comme la plupart des autres qui l’ont précédés dans l’histoire, il y a tout ce qui est dit comme tout ce qui n’est pas dit à l’antenne.

    1. Dans la série des “plus vite”, ne pas oublier :

      Je nais plus vite donc je suis.
      (Prématuré ou un né anticipé)
      Je meurs plus vite donc je suis.
      (Un néant anticipé.)
      Entre les deux?
      Je jouis plus vite donc je suis.
      Un éjaculateur précoce.

      Chacun sait pourtant que les bons fruits sont les tardifs, les remontants, ceux de fin de saison, qui tardent et qui trainent, ceux qui s’font tellement attendre qu’on les attend même pu, pi qu’arrivent, quand même, pasque c’est l’heure, pasqu’y fallait tout ce temps, tout ce soleil, toute cette eau, toutes ces nuits. M’enfin bon… tout tout d’suite, ça a son charme aussi… quoique…. non, charme n’est pas le mot convenable. Pas du tout même. Ou alors une barbarie charmante, ou un charme barbare, bref le genre de délices qui lassent, en tout cas qui devraient. pour le moins…

      (Faut que j’arrête de lire du Jérémie, va mal finir c’t’affaire…)

    2. On gagne en effet à vieillir. Comme les bonnes bouteilles.
      Et c’est un rare stockage qui est obligatoire non seulement pour cause de spéculation 😉

    3. Ooais ouais. Certes. Quoique… Un certain temps de latence pour bien rassir ressentiments et rancoeurs peut s’avérer du meilleur effet. Et la chambre froide puur la vengeance, t’avoueras, on a pas fait mieux…. Flirter avec la haine comme avec l’amour, hautement recommandable. Mâturons, mâturons… 🙂

  39. L’argent des interets n’existe pas encore, il faut de la croissance pour pouvoir le creer.
    Et la croissance infinie dans un monde fini est soit un delire soit un reve d’économiste

  40. Bon, il est encore temps de faire connaissance avec la famille Kadhafi (ou “#Gaddafi sur Twitter”), plus pour très longtemps on espère:

    – le père, et ses fameux discours dans lesquels sa schizophrénie paraît de mieux en mieux affirmée:
    http://www.france24.com/fr/20110224-libye-tripoli-zouara-al-zaouiyah-ben-laden-al-qaida-mouammar-kadhafi-revolution
    http://www.youtube.com/watch?v=7W-L_e_wRgg&feature=related
    part1
    http://www.youtube.com/watch?v=ObrZ5wsKA38&feature=related
    part2
    et le désormais fameux “speech au parapluie”, diffusé sur la télé libyenne à 2h du matin, pour ses amis insomniaques, ses intimes en quelque somme
    http://www.youtube.com/watch?v=W09vByBSwxs
    – le fils, businessman, sérieux mais l’air un peu trop décontracté, tout en restant autoritaire (c’est normal pour un manager comme lui, hein…)
    http://www.youtube.com/watch?v=piEslrLNSoQ
    – la fille, “ambassadrice de bonne volonté de l’ONU”, jusqu’à hier, et ambassadrice du vison, l’air assez “cool” elle aussi, malgré les circonstances
    http://www.youtube.com/watch?v=3gFNi14f_EU
    – le fils ex-footballeur, qui selon le journaliste du Financial Times qui l’a interviewé et qui le connaît bien, avait l’air “étonnamment décontracté” en l’état actuel des choses
    http://www.20min.ch/ro/news/dossier/tunisie/story/Kadhafi-restera–le-pere-qui-conseille–19104596

    Tous ont l’air de vivre dans un monde parallèle, quand on les lit ou on les écoute. Les internautes des “médias sociaux” se demandent à quoi ils carburent…

    1. C’est encore un peu trop tôt.
      En avril, on prépare, et en mai, on lance.

      Sinon, effectivement, les 100 000 en Inde font figure d’amateurs.
      On verra du coté anglais.

  41. Jeunesse libyenne et Paul Jorion, même combat ! Ils sont suspectés, par Mouammar Kadhafi comme par Lionel Zinsou, d’être sous l’influence de substances hallucinogènes … Quand l’argumentation vole aussi bas, la fin est proche.

  42. La Grèce ne semble pas au bout du rouleau, tout du moins au regard de l’acceptation des grecs désertant des manifestations encore très minoritaires et pourtant hostiles au plan du FMI. Un signe d’encouragement inespéré pour les élites à continuer à laminer les derniers souffles de démocratie encore fantasmés du petit peuple.

    La machine à broyer ….

    1. La machine à broyer ….

      Contrairement à tant d’idées reçues à l’antenne, j’ai toujours considéré le commerce mondial comme une grande machine et une grande Meule à casser du grain, surtout d’abord les plus petits, à broyer et laminer davantage l’esprit et la culture des peuples.

      Ce n’est pas du tout en fait une réelle liberté proposé aux êtres mais bien avant tout un
      plus grand engrenage infernal de vie ou de mort, dans lequel le monde actuel ne semble plus guère pouvoir y échapper, quoi qu’on dise et fasse de plus partout, c’est-à-dire au final un plus grand conditionnel de vie marchand imposé partout sur terre comme dans les têtes.

      Sans doute même que les prochains progrès de la matrice et de la machinerie de plus
      sur terre nous y forcera bien tous jusqu’au bout, je n’ose d’ailleurs imaginer les prochaines mesures sécuritaires qu’ils mettront davantage en place, oui faudrait vraiment pas que tous
      les peuples de la terre se mettent soudainement à tourner le dos à nos premières élites mondiales, tant il est vrai quà force et à l’usure cela fait de plus en plus mal à l’humanité.

      On s’imagine pouvoir tout savoir, tout contrôler aussi bien continuellement le climat que
      le propre emploi du monde et des peuples dans la misère morale de plus.

      Mais en fait on ne contrôle strictement rien du tout sur le fond, fort heureusement d’ailleurs pour le genre humain c’est juste que les circonstances nous étaient davantage favorables pendant un temps, bientôt 7 milliards d’Ames, vous vous rendez compte dans quel monde on vit, c’est ça le progrès ? C’est ça le rapport à l’autre de notre jours ? C’est ça d’abord le travail en société faut être riche ? C’est ça la réussite de l’homme ? Des marchés ? C’est ça la liberté ? C’est ça l’économie, c’est ça le commerce et bien dis donc ça promet pour demain, mais quelle grande folie humaine partagée !

      On croit même pouvoir toujours se moquer et ridiculiser la parole des êtres les plus sages et peu lettrés de notre histoire comme hélas encore aujourd’hui et cela d’ailleurs que vous soyez scientifique ou climatologue, etc.

      J’ai fait un mauvais rêve cette nuit après avoir regardé de nouveau le même journal de la faim du monde, j’y voyais encore ce même météor fonçant à toute allure et sans guère plus de modération de conduite envers la terre des hommes de ce temps là, sans doute dans l’idée
      de faire davantage de croissance et de richesse de plus.

  43. Je lis ce blog depuis de nombreux mois, j’ apprécie l’exercice de vulgarisation qui permet à des esprits non avertis comme le mien d’appréhender les phénomènes économiques et financiers d’apparence fort complexes.
    Néanmoins il reste difficile de synthétiser tout ceci de manière encore plus explicite. Serait il possible d’imaginer une présentation (schéma, dessin,…….) tenant sur une feuille et posant simplement les mécanismes et enjeux décrits au fil des articles ?
    Ou peut être un documentaire (‘vidéo, web, ….) dans la même idée.
    En somme des supports simples et compréhensibles facilement duplicables et pouvant être diffusés aisément (tracts, affiches, …)

  44. Panne à Paris Hier, aujourd’hui c’est Londres .. Bizarre NON !

    ” Echanges interrompus à la Bourse de Londres à la suite d’une panne”

    1. Echanges interrompus à la Bourse

      ….si j’osais ….donc, on peut s’en passer …vivre sans, en somme …
      ya pas, je vote Lordon : vais commencer à imprimer le bulletin ….

      “…Mais si mon bon monsieur, c’est bel et bien la fermeture de la Bourse que je prône ! Je concède que c’est un peu rude à avaler… Cependant pour les petits estomacs, j’ai une sorte de formule à la carte, avec un étagement de recettes anti-actionnariales rangées dans l’ordre de l’épicé croissant. En amuse-bouche, je propose, en effet, de commencer par une formule de « ralentissement » en abolissant la cotation en continu, remplacée par un fixing mensuel (ou plurimestriel). Puis on entre dans le roboratif avec le SLAM (Shareholder Limited Authorized Margin) qui est un impôt non pas sur les profits d’entreprise (comme on le lit parfois) mais sur la rentabilité actionnariale, et qui plus est un impôt de plafonnement : c’est-à-dire qui prend tout au-delà d’un certain seuil maximal autorisé de rentabilité, le but de la manœuvre étant de cisailler les incitations actionnariales à pressurer toujours davantage les entreprises puisque tout ce qu’elles leur feront cracher en plus pour les actionnaires leur sera confisqué. Le plat de résistance bien sûr, c’est la fermeture de la Bourse elle-même. Chacun puisera là dedans selon son appétit politique et la conjoncture du moment…”
      http://blog.mondediplo.net/2010-03-12-Il-faut-fermer-la-Bourse

  45. Evolution sur un an du prix du pétrole : de 80 à 90 $ (filtrage de base). Ca tient les 10% annuels prévus. Ca veut dire que ça ne sera jamais moins – sauf déclin mondial dû à une grande crise.

    Le 20ème siècle a vu les guerres mondiales, le 21ème siècle verra peut-être les crises mondiales ? Tous les pays en baisse de PIB ?

Les commentaires sont fermés.