L'actualité de la crise : TOURNANT A MOITIÉ, par François Leclerc

Billet invité.

Que se passe-t-il dans le secret du confessionnal ou de l’isoloir ? Nul ne doit le savoir, si ce n’est ceux qui s’y tiennent. Eh bien, pour le marché obligataire, il en est de même  !

Salués par des soupirs de soulagement, l’Espagne et l’Italie viennent après le Portugal de réussir leurs émissions obligataires, méritant que l’on y regarde d’un peu plus près. S’agissant des deux émissions du Portugal, le taux consenti a été légèrement inférieur à celui de la précédente émission de novembre pour la maturité la plus longue, mais supérieur pour la plus courte, dans les deux cas toujours très élevé. On a appris depuis qu’une vente privée de 1,1 milliards d’euros d’obligations aurait eu lieu quelques jours auparavant avec la Chine comme acheteur. Des rumeurs invérifiables font également état d’achats japonais et brésiliens. Enfin, la BCE est très fortement intervenue sur le marché secondaire afin de faire baisser les taux. Tout additionné, le panorama est moins exaltant.

A propos de l’Espagne et l’Italie, on entend aussi chanter trop vite victoire. Retenant comme critère non plus le taux obtenu mais l’importance de la demande. Ou, la comparaison entre le taux de l’adjudication et celui du marché de la veille au soir, négligeant les très fortes hausses intervenues depuis les précédentes émissions de novembre. On se console comme on peut.

La pilule est passée, car les marchés ont bien enregistré qu’il se passait quelque chose d’important. Non pas en décryptant les déclarations officielles, hier passablement confuses, à propos de l’augmentation des moyens du fonds de stabilité européen (EFSF), mais en s’en tenant à celle du ministre allemand des finances, Wolfgang Schaüble, ainsi que de son entourage qui parlait plus librement off aux médias. Une reconfiguration de l’EFSF serait donc en cours de négociation, en espérant que celle-ci aboutira à temps pour le prochain sommet européen du 4 février prochain.

Si l’on en voulait confirmation, il suffisait de se tourner vers les grandes places boursières européennes et d’observer l’excellente tenue des valeurs financières, c’est à dire des banques. Dans ces cas là, les chroniqueurs boursiers disent qu’elles caracolent. Comme si celles-ci étaient désormais prémunies du danger d’une dépréciation de leurs actifs obligataires dans l’avenir, les gouvernements européens ayant décidé de mettre le paquet pour si nécessaire sauver les Etats, en réalité pour mieux sauver les banques.

Il est toutefois utile de noter que, si les Allemands et les Français cherchent à se mettre d’accord sur la version finale de ce nouveau dispositif, sans attendre le mécanisme prévu pour 2013, les Britanniques viennent quant à eux de prendre des distances supplémentaires. En déplacement à Londres, François Fillon, premier ministre Français, a assuré que : « Il ne doit y avoir aucun doute, les Etats de la zone euro, et particulièrement la France et l’Allemagne, sont prêts à tout mettre en œuvre, je dis bien absolument tout, pour assurer la stabilité de la zone euro ».

Sans doute n’a-t-il pas été assez convaincant, bien qu’ayant cherché les mots les plus justes, car David Cameron, le premier ministre britannique, a été d’une grande clarté : « … soyons absolument clairs : nous n’avons pas l’intention de rejoindre la zone euro et nous n’avons aucune intention d’être entraînés dans un nouveau mécanisme ou de nouvelles procédures, ni d’abandonner de nouveaux pouvoirs ». François Fillon avait pourtant tout essayé, excipant du fait que les autorités britanniques « savent que l’insularité monétaire n’existe pas pour un pays dont la moitié des exportations sont à destination de la zone euro ». Comme c’est délicatement dit…

Il ne faudra sans doute donc pas compter avec les Britanniques – actionnaires de la BCE sans avoir rejoint l’euro, et participants à l’EFSF – pour mettre au pot. Car ce qui est en jeu est de permettre le désengagement de la BCE de ses achats obligataires sur le second marché, avec lesquels elle est collée. Tout le discours de Jean-Claude Trichet, président de la BCE, sur la nécessité absolue que les gouvernements européens prennent leurs responsabilités n’avait pas d’autre sens (« la responsabilité de la politique monétaire ne peut pas se substituer à l’irresponsabilité gouvernementale »). L’EFSF pourrait dorénavant procéder à tels achats et mettre à disposition des Etats dans le besoin des lignes de crédit à titre préventif, reprenant des nouvelles dispositions adoptées par le FMI. Voilà qui irait à la rencontre des souhaits de la BCE et se son président, qui a déclaré aujourd’hui jeudi : « Nous demandons aux responsables européens d’améliorer l’efficacité de ce fonds, tant sur le plan quantitatif que qualitatif ».

Les responsabilités de la BCE en seront-elles pour autant soulagées ? Rien n’est moins certain, car il restera à régler l’épineuse question de la dépendance à ses liquidités dont font preuve les banques des pays « périphériques ». Les emprunts des banques portugaises auprès de la BCE ont porté en décembre dernier sur 40,9 milliards d’euros contre 37,9 milliards en novembre, selon la Banco de Portugal. Cette addiction n’est pas compatible avec une augmentation du taux directeur de la BCE, toujours fixé à 1%, afin de lutter contre le démarrage constaté de l’inflation.

Jean-Claude Trichet vient d’affirmer qu’elle sera contenue, mais sans dire comment. Une nouvelle intéressante notion – l’excès d’orthodoxie – vient en attendant la suite de voir le jour, afin de qualifier ceux qui préconiseraient de la part de la BCE une telle mesure prématurée. Excipant à juste titre que cette inflation provient du bond du prix du pétrole et de ce qui est décrit comme étant des hausses saisonnières des produits alimentaires ; Christine Lagarde préférant s’en tenir à de l’inflation importée.

La BCE pourrait prochainement se retrouver dans la même situation que la Bank of England, paralysée devant l’inflation britannique – plus élevée que sur le continent – et décidant, réunion de son comité de politique monétaire après l’autre, de ne plus bouger, ni pour augmenter son taux directeur, ni pour reprendre ses achats obligataires et tenter de contribuer ainsi à la relance économique. Des Etats-Unis au Japon et du Royaume-Uni à l’Europe des 17, les banques centrales occidentales sont dans des contextes différents toutes aussi mal loties.

En Europe, la BCE a réussi a repasser la patate chaude aux Etats, les Britanniques se défilant, ayant déjà fort à faire à la maison. C’est sous le couvert du concept fourre-tout de convergence que va se négocier la suite des opérations. L’Allemagne toujours aussi fermement décidée à imposer la rigueur fiscale, la France suivant à reculons.

Un tournant est en passe d’être accompli avec la mise en place d’un dispositif de sauvetage plus conséquent, dont la charge financière va peser sur les seuls Etats, intervention sur le marché obligataire incluse, pouvant mettre au pot de l’EFSF ou accroître le montant de leurs garanties. Mais si l’autre volet de la stratégie continue de s’appuyer sur des prêts consentis à taux prohibitifs et des conditionnalités menant tout droit à la récession, le dispositif mènera toujours dans une impasse.

Une nouvelle passe d’arme a eu lieu aujourd’hui jeudi entre Nicolas Sarkozy et le gouvernement irlandais, à propos de la taxation des entreprises. Le premier réclame à nouveau que le traitement de faveur irlandais soit supprimé, vu l’aide européenne que le pays reçoit, et oublie que les entreprises françaises du CAC 40 sont en moyenne taxées à 8%, en dessous de la taxation irlandaise.

Le député travailliste Alan Kelly réplique qu’« un changement dans notre régime fiscal pour les entreprises effacerait tout progrès économique réalisé en Irlande et nous rendrait dépendants de l’UE pour toujours ». On ne peut être plus clair pour décrire l’impasse dans lequel les plans de sauvetage européen dirigent ceux qui en bénéficient, et comprendre pourquoi ils essayent à tout prix d’y échapper.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

65 réflexions au sujet de « L'actualité de la crise : TOURNANT A MOITIÉ, par François Leclerc »

  1. Francois
    vous avez tout compris
    la littérature financière est votre crédo me semble t’il?
    Comme la Messe le latin .
    Toute secte à ses adeptes .
    Il n’y a pas d’explication quand quelqu’un imprime des billets pour faire croire que c’est de l’argent………

    1. Mince , 1500 milliards d’euros ! Ca fait un paquet d’argent ça !

      Et où les Etats européens en faillite vont-ils aller dénicher ce trésor ? Sur les marchés ? Mais à quel taux ? Pas sûr que ce syndic de faillite arrive à rassurer plus que cela les investisseurs.

      Oui, mais il y a les gouvernements chinois et japonais. Eux vont venir à la rescousse, revendre leurs titres américains, et acheter des titres européens. Possible, mais en ce cas, qui finance la dette US ? Eux même, avec leur QE 2,3,4,5 …

      Bien sûr, bien sûr !!!???!!!!

      Heureusement qu’il restera la chronique de ces tristes évenements, au jour le jour, écrit par l’ami F Leclerq.

      Immédiatement, qu’il fasse parvenir son travail réguliérement aux siéges de toute les organisations ouvrières. Ils ne pourront pas dire: « nous ne savions-pas ! ».

      Broché et rassemblé en un tout, ces billets en guise de manuel pédagogique, serviront au moins à nos gosses, afin qu’ils soient à tout jamais vacciné du capitalisme.

    2. @eninel
      L’idée d’un document broché de tous les billets de F. Leclerc pour en faire un document pédagogique est excellente!!
      Je le ferai livrer dans un premier temps, en moult exemplaires, aux caciques du PS qui est, soit disant, prêt pour le renouveau, mais dont l’embryon de programme ne dit mot sur la maîtrise de la finance et de la globalisation

  2. pardonne moi Mr Francois ,vous adore ..
    ben ..voila
    une réponse publiée par OBS.

    regoris faut pas rever
    COPE fait pas semblant.
    Il fait partie de l’avenir de la France .et malheureusement,sarkosy NON.
    merci Mr Copé
    —————————————————————
    n’en peut plus de rire..
    oui c’est un journal de gauche..

    1. pour Piotr

      ne m’enlever pas le futur plaisir sur le FIGARO ou je vais m’inscrire bientôt.
      On s’amuse avec peut et sans illusions surtout..

    2. @ regoris

      Vous avez le droit de vous amusez certes mais de grâce faites des efforts au niveau de votre orthographe ! Parmi vos « perles »:
      – gents: ce sera « gens » simplement
      – avec peut: « peu » SVP

      Rien qu’avec vos interventions la qualité de ce blog plonge assez sérieusement.
      Il n’est pas interdit d’avoir un dictionnaire et un Bled à vos côtés lorsque vous rédigez un commentaire. Ce sera même un excellent exercice pour vous améliorer.

      Merci d’avance pour vos collègues contributeurs.

    3. @grandghana : et rien de tel que l’indulgence pour amener quelqu’un à améliorer sa pratique. Personnellement, j’adore les blogueurs qui « massacrent » le français : c’est détestable à lire mais, en les laissant faire, je m’offre à bon compte l’occasion d’être indulgent.

  3. En tout cas, ceux qui avait prévu il y a encore une semaine, et comme depuis des mois avec la Grèce et l’Irlande, une nouvelle crise de l’Euro … en sont pour leurs frais ! les émissions d’obligations portugaises et espagnoles sont passées.

    Le citoyen européen paiera la note pour sauver l’Euro et son système, point barre ! rien ne sert de disserter ici ou là pour faire la révolution, elle n’aura pas lieu.

    1. « C’est vrai, dans aucune partie du globe le peuple ne se soulève, même pas en Tunisie »

      Oui, et alors. Voyez-vous le début d’un embryon de révolte en Europe ? NON … Les jeux sont faits, c’est tout . Le système de la mondialisation soutenu par un capital si puissant et compacte à l’échelle du globe qu’il est définitivement irréversible.

      La Mondialisation dans ce qu’elle représente au service d’une caste minoritaire mais au possèdant des richesses et leviers sans partage, fait que les rapports de forces sont telles que leur guerre est gagnée au grand malheur des peuples asservis. La démesure à l’échelle de la planète a démultiplié ces leviers maîtrisés pour leurs seuls profits.

      La messe est dite … bien sûr.

    2. @ bible :

      C’est l’inverse qui est vrai, et ce système est fichu …

      A cause de la « préférence pour la liquidité » de Keynes, et l’on comprend sur quoi ce fonde cette préférence, à savoir que la liquidité peut être prêtée. Ce mécanisme contribue cependant à tarir la demande hors crédit, cette demande qui de toute façon n’égale pas l’offre.

      Regardez n’importe quelle marchandise, le coût salarial représente 66% du prix. Le profit, dividende, vont à la « pref pour la liquidité ». Le problème est donc que lorsqu’on met un produit sur le marché, de l’autre on ne met jamais la valeur d’argent nécessaire pour l’acheter, et quand bien même, l’inflation interdirait que cette équation tienne longtemps.

      Bref pour le moment, sans crédit, la demande globale est au maximum à la hauteur du cout du travail. Donc le système doit réduire sa taille de 30% à chaque cycle. Je ne vois pas comment empêcher cela …

    3. A la veille de Mai 68, les propos sur l’impossibilité de la révolte étaient …la bible.
      En fait, aujourd’hui les raisons de se révolter sont dix fois plus grandes,
      et les appareils bureaucratiques (alors PC, PS et pontes syndicaux)
      qui ont vendu la grève générale pour une éléction dix fois plus faibles…

      Quant à la Tunisie, c’était le modèle vendu par D$K il y a encore quelques mois…

    4. @bible
      Vous roulez pour qui bible? Vous suivez vraiment le blog de Paul Jorion pour nous gratifier des sentences de la pensée mainstream?
      Vous pensez vraiment que les peuples vont supporter ça encore des siècles? Que leurs yeux ne sont pas en train de s’ouvrir?
      Pourquoi la mondialisation serait irréversible, parce que vous l’avez lu dans le Figaro?
      A l’échelle humaine, seule la connerie est (peut-être) irréversible…
      La mondialisation repose sur un pétrole à bon marché et les réserves s’épuisent…la messe n’est pas dite du tout : L’Inspecteur Harry ne renonce jamais!!!

    5. Il n’y a en effet aucune raison de penser que les 1,25 mds prêtés ce jour, après intervention de la BCE, des chinois, japs et brésiliens pour limiter les taux ne préfigure exactement les 220 mds d’emprunts en 2011 pour les pays les + en difficultés.
      La bonne blague…
      Le taux de la BCE est de 1%, trouver « bien » des taux supérieurs à 3% pour une dette souveraine est ridicule. Avec des taux pareils les prêteurs font une très bonne affaire et continueront de laisser ou faire monter les taux tant qu’ils pourront.

      Tiens, une autre bonne blague :

      « Il ne doit y avoir aucun doute, les Etats de la zone euro sont prêts à tout mettre en œuvre, je dis bien absolument tout, pour assurer la stabilité de la zone euro ».

      Ils feront tout ce qu’ils pourront tant qu’ils pourront et s’ils ne changent pas d’avis entretemps, nous sommes d’accord. Ils défendront l’Euro tant qu’il y aura un Euro, s’ils décident de le « déstructurer », pourquoi le défendre puisqu’il n’existe plus?

      Encore une? allez…
      1500 mds de garantie du fond machin c’est beaucoup, c’est juste ce qu’il faut pour garantir une non-défaillance de l’Espagne. Tout pile, sur mesure. Et comme c’est uniquement un fond virtuel pour rassurer les marchés, faut y croire, très fort. Parce que vu l’endettement actuel des États, s’ils devaient n’en sortir qu’une petite partie ce serait trop.

      Un boniment caractérise un propos dont l’objectif est de plaire, convaincre ou/et séduire, et donc de faire baisser la vigilance.

      Un bonimeteur est-il un bon menteur ou un vendeur de boniments? En tout cas on peut difficilement lui faire confiance.

    6. Je vous suis la bible… Le système financier, même s’il a un cancer généralisé, a à son chevet des cohortes de medecins qui se nourissent de lui…
      L’opacité de leurs remèdes, la désinformation sur le réel « état du malade » conduisent à le maintenir en vie en nous faisant croire que la guérisson est effective…
      La vitalité du système n’est -il pas fondée sur la confiance qu’il nous donne???

      Oui les sganarelles politiques ou autres clameront longtemps encore leurs diagnostics imaginaires…Ont ils vraiment d’autres alternatives?

    7. Madame bible, il ne faut jamais dire jamais. Vrai que le « citoyen européen » va payer, mais ce ne sera jamais qu’un premier mouvement qui sera suivi d’autres. Et ceux-là ne laisseront intacts ni « le système » ni l’euro.

    8. @ Dissy

      Bible vous aimez l’esclavage visiblement?Je vous recommande ceci alors :

      http://www.agoravox.tv/actualites/societe/article/de-la-servitude-moderne-28951.

      si je peux me permettre de mettre à la question le message perconisé. Ne croyez vous pas qu’il existe système et système, loi et loi, maitre et maitre.

      Il me semble que ce message récèle des confusions. Mettre le message du pape avec celui d’un dictateur traduit une méconnaissance incroyable. Il me semble qu’il existe des lois indépassables, des constantes humainement indépassables. Vouloir dépasser ses propres limites me semble être justement l’idéologie marchande actuelle. Vouloir dépasser notre propre « nature » me parait être une illusion de la pensée.

      Auncune idéologie ne me parait être mauvaise en soi dès lors qu’elle est cohérente, raisonnable logique; en revanche les apriori sont-ils compatibles avec le monde naturel: voilà la vraie question: me semble-t-il.

      Il me semble qu’il faut mettre à la question toute idéologie, la jauger à l’aulne d’une théologie reposant sur l’alliance du corps et de l’esprit. Toutes les philosophies ne sont que des théologies tronquées. Trouver les attributs du dieu des théologiens permet de comprendre la nature des théologiens. Ainsi un pur marchand a comme dieu l’argent. Ce dieu ne s’occupe absolument pas de l’être humain.

      Si vous voulez sortir intellectuellement et spirituellement de ce système retourner aux sources de ce système: relisez les textes sacrés ainsi que les Pères de chaque église. Méditez .

      cela prends du temps hélas. Cherchez le dieu initial et mettez le à la question: est-il bien pour moi et pour les autres, es-t-il adaptatif, s’intéresse-t-il à moi en tant qu’être humain complet?

      Ne croyez pas que je fasse du prosélytisme chrétien; il me semble que le mot christianisme a été dévoyé et possède maintenant une connotation négative contre laquelle il faut lutter. De même comprenons bien que notre esprit est un ensemble d’informations incohérentes qu’il nous faut structurer sans être jamais sur de posséder la structure idéale. Cependant il me semble que la vie nous incite en vérité à être bien. la question n’est pas de savoir s’il est possible de vivre bien mais plutôt si nous acceptons cela.

      Une seule servitude me parait valable: la servitude face au Bien commun. Ce dieu de la cité doit aussi revétir une bonté naturelle qui lui fasse sentir les souffrances de chacun afin s’y intéresser personnellement. Il me semble que ce dieu doit nous parler personnellement afin de soulager nos souffrances intérieures afin de les verbaliser et d’oser les dire.

      Il me semble que le dieu des hommes se doit d’être compris par les hommes. Que nous importe un dieu incompréhensible, un dieu néant.

      Mon dieu que de mots. Désolé.

  4. – Emprunt à 5 ans :

    Pays-Bas : taux d’intérêt des obligations à 5 ans : 2,079 %.

    Allemagne : 2,150 %.

    France : 2,264 %.

    Jeudi 13 janvier 2011, pour un emprunt à 5 ans, l’Italie a dû payer un taux d’intérêt de 3,67 % (en hausse : c’était 3,24 % lors de la dernière émission similaire le 12 novembre 2010).

    Jeudi 13 janvier 2011, pour un emprunt à 5 ans, l’Espagne a dû payer un taux d’intérêt de 4,542 % (en hausse : c’était 3,576 % lors de la dernière émission similaire le 4 novembre 2010).

    – Emprunt à 15 ans :

    Allemagne : taux d’intérêt des obligations à 15 ans : 3,291 %.

    France : taux d’intérêt des obligations à 15 ans : 3,777 %.

    Jeudi 13 janvier 2011, pour un emprunt à 15 ans, l’Italie a dû payer un taux d’intérêt de 5,06 % (en hausse : c’était 4,81 % lors de la dernière émission similaire le 12 novembre 2010).

    Conclusion :

    L’Espagne et l’Italie empruntent à des taux d’intérêt de plus en plus élevés.

    L’Espagne et l’Italie se surendettent de plus en plus.

    http://www.youtube.com/watch?v=jGQaz8bfoqE

    1. N’oublions pas un principe de base :

      « La dette publique d’un Etat ne peut pas monter jusqu’au ciel. »

      C’est valable pour l’Etat fédéral US.

      C’est valable pour l’Etat japonais.

      C’est valable pour l’Etat grec.

      C’est valable pour l’Etat irlandais.

      C’est valable pour l’Etat portugais.

      C’est valable pour l’Etat espagnol.

      C’est valable pour l’Etat italien.

      (Liste non exhaustive)

      Concrètement : il arrive un moment où la montagne de la dette publique monte, monte plus haut, monte encore plus haut … et soudain tout s’écroule. A ce moment-là, l’Etat se déclare en défaut de paiement.

      L’année 2008 nous a appris une chose que nous avions tous oubliée :

      « Dans l’Histoire, ce qui paraissait inconcevable hier peut arriver demain. »

      Conclusion : des Etats qui semblent indestructibles aujourd’hui s’effondreront demain.

      Comme des châteaux de cartes.

    2. Bonjour,

      Oui, Piotr, et il y a longtemps que les Etats s’endettent.
      Cependant, il y a un petit détail qui pourrait avoir de l’importance.
      Dans une théorie économique classique, l’épargne est un préalable à l’endettement.
      Et je crois que nous étions, jusqu’en 2008, relativement dans le cadre d’une économie classique, dans le sens où la croissance générait une croissance de la consommation, qui venait satisfaire notre niveau de vie, et parallèlement une croissance de l’épargne disponible, qui venait bien à propos se mettre à disposition des Etats pour relancer la croissance en question quand il leur semblait bon.
      Or, depuis 2008, certaine pratique constatée aux Etats-Unis, et plus récemment en Europe, laisse penser que nous sommes sortis du champ classique, et qu’aujourd’hui l’endettement, au moins dans ces pays, ne prendrait plus la peine d’attendre l’épargne pour se réaliser.
      je n’ai en général pas d’a priori contre l’innovation, mais celle-ci me semble fâcheuse et dangereuse, et je crois que même ceux qui sont à l’initiative de ce changement partagent mon inquiétude.
      Dans l’interprétation qui est mienne des évènements, ils ne s’y sont résignés que sous une pression économique sévère, que j’estime liée pour partie à des paramètres physiques (épuisement des ressources naturelles).
      Si mes interprétations sont correctes, nous voguons dorénavant dans l’inconnu, en souffrant d’ une pression qui ne peut que s’accentuer au cours du temps.
      La croissance de l’endettement n’est pas nouvelle. Mais la nouvelle donne économique, si.
      De là à ce que cela ne dure plus très longtemps …

  5. François Fillon, premier ministre Français, a assuré que : « Il ne doit y avoir aucun doute, les Etats de la zone euro, et particulièrement la France et l’Allemagne, sont prêts à tout mettre en œuvre, je dis bien absolument tout, pour assurer la stabilité de la zone euro ».

    La charmante Lagarde nous parle « d’inflation importée », cela reste quand même de l’inflation. Regardant du côté du Maghreb on sait qu’elle type de situation politique provoque la hausse des prix. Alors notre brillant premier ministre veut t-il nous annoncer que les Etats européens sont prêts à tout, même aux mesures sanglantes en cours en Tunisie ?

    Ca promet !

    1. MAM a proposé des renforts à la dictature de Ben Ali.
      Elle fera encore plus vite en France.
      Il ne faut pas mettre la tête dans le sable, mais affûter les serres.
      Ceux qui rêvent de « révolution par les urnes » sont des aventuristes irresponsables.

    2. @ Charles A

      Ceux qui rêvent de « révolution par les urnes » sont des aventuristes irresponsables

      Bravo ! Quoique j’irai même plus loin que vous: des criminels qui s’ignorent.

  6. Pour l’Angleterre et l’Irlande, c’est ce que l’on pourrait appeler mordre la main qui nourrit…
    Et dans le cas de l’Irlande, bizarrement, on finit par comprendre la position allemande de contrôle du budget d’un « membre »…
    Décidément, les dissensions de la zone Euro sont plus qu’intéressantes et mérite que l’on recule l’éclatement, au plus grand dam de BA.
    Nous sommes un laboratoires dont les rats doivent continués à être un peu nourris.

    Bon, sinon, aux US, le gouvernement a annoncé un peu plus de 2 millions de saisies immobilières alors qu’un organisme indépendant en a compté quasiment 3 millions.
    C’est comme l’inflation. Elle est quasiment inexistante…

    Y’a que les « PIB » et les bourses qui doivent monter. Je me demande s’ils sont encore conscients, ces guignols.

    1. Bien sûr qu’ils en sont conscients … mais personne ne proteste. Alors pourquoi s’arrêteraient-ils ?
      Au lieu de « Blogger » derrière vos PC, descendez dans la rue comme les tunisiens. Mais non, l’euroépéen landa est encore trop bien nourri et gâté.

      C’est çà la réalité.

      Donc encore une fois, le système a gagné.

    2. @bible
      Des spécimens comme vous on a eu quelques-uns ici mais ils ont fini par s’éliminer eux-mêmes: la loi de l’évolution des espèces est impitoyable!
      Vous, on pourrait peut-être vous déclarer espèce protégée du blog car il faut préserver la biodiversité! Vous êtes en dessous de certains que j’ai lu ici ces dernières années mais quand-même, vous avez un beau potentiel (rien que le choix du pseudo déjà!)

      L’européen lambda est comme vous et moi: il fait ce qu’il peut, victime d’un système qui fait tout pour le réduire à une force de production et de consommation, à coups de séries télé débiles, de pubs pour des trucs qui ne servent à rien, de millions à gratter qu’il ne touchera jamais…
      (A ce sujet regardez « De la servitude moderne », vidéo gratuite sur internet)

      Mais votre européen lambda commence à comprendre qu’il s’est fait avoir: laissez-lui le temps de se décider à descendre dans la rue. Le temps de comprendre que votre discours de résignation est une imposture et que le Système ne gagne pas toujours: L’Inspecteur Harry ne renonce jamais!!!

    3. Bonjour,
      vous n’avez pas compris le sens de la démarche de Bible… A mon humble avis, il vient ici provoquer des réactions pour se rassurer et prendre le pouls de la société à travers vos regards. La révolution, c’est justement ce qu’il souhaite.
      En Tunisie, il aura fallu qu’un jeune homme de mon âge s’immole, connaissant une fin atroce, pour que la société Tunisienne s’embrase. Ici, en Europe, et bien que les temps soient durs, on est encore loin de vivre comme vivent les Tunisiens (certains diront qu’on y arrive doucement). D’ailleurs je pense qu’il n’est pas improbable que le coup de départ ne soit pas donné en Europe mais aux States.
      Donc la révolution… pas pour maintenant mais qu’ils continuent à pressurer comme ils le font à l’heure actuelle,et ils ne feront qu’accélérer les choses.
      A quand le prochain Printemps des Peuples ?

    4. Fasto…
      Il y a deux jours, un retraité de 62 ans, surendetté, a tué sa mère, sa femme et sa fille, et s’est pendu.

    5. « Nous sommes un laboratoires dont les rats doivent continués à être un peu nourris. »…Peut-être pas, mais les otages d’un système pourrit sûrement…La solution c’est STOP, grève générale des ouvriers européens…Ne plus rien faire, rester chez soi…Et attendre que tout s’écroule…C’est ça la vraie révolution ignorer ces truands par l’immobilisme.
      Je compte beaucoup sur Jumbo Thibault pour faire naviguer le slogan idle…la pause pour tous les européens…Cessez de travailler, de toute façon, vous finirez par le faire, le jour où ces salauds, ne vous donnerons même plus la nourriture nécessaire pour vous déplacez, alors devancez le verdict et stop…idle pour tous…Vive les idles…

  7. Dans le site http://www.jornaldenegocios.pt/home.php?template=HOMEPAGE_V2 du journal portugais JORNAL DE NEGÓCIOS on peut lire:

    « Les deux émissions de cette année de la dette portugaise avec un placement qu’on peut considérer privé, ont été globalement plus chères que les taux exigés en ce moment par les marchés.
    Dans une opération intermédié par la Deutsch Bank, la République Portugaise a placé le vendredi 5 Janvier, un milliard d’Euros sous la forme de de Medium Term Notes (MTN), avec un taux de 4,75%, pour une maturité d’un an et demi.

    En ce moment les MTN sont transactionnés avec un taux d’intérêt implicite (« yeld ») de 4,257%, en dessous des 4,75 du placement.
    Les agences de presse internationales ont indiqué la Chine comme étant l’acheteur de ces MTN mais les autorités portugaises ne le confirment pas.

    La Chine a affirmé avoir adopté un « rôle positif » dans les émissions de dette du Portugal et de l’Espagne…

    … Teixeira dos Santos (ministre des finances du Portugal)… a admis (sur CNN) la possibilité de la Chine avoir participé à l’enchère.

    …le ministre portugais a répondu que « oui, cela pourrait être le cas, mais je ne suis pas habilité » à dire « si (la Chine) était présente à cette enchère et quelle quantité elle a achetté.
    L’intérêt de la Chine pour la dette souveraine des pays de la périférie européenne est maintenant l’objet de l’intérêt redoublé par la part des pays de la Zone Euro. Les manifestations d’intérêt de l’economie émergente… surviennent comme une opportunité d’ajourner, voire éviter, la demande d’aide (au FMI?) que beaucoup disent être emminente. »

    J’attends vos commentaires sur tout ce secrétisme.

    1. Il faut aussi prendre en considération la maturité de ces MTN, qui est de dix-huit mois, afin de ne pas avoir à payer un taux plus élevé. Cela signifie que le Portugal devra se refinancer dans ce même délai.

  8. pour Mr LEMAR

    lemar dit :
    13 janvier 2011 à 23:42

    « et oublie que les entreprises françaises du CAC 40 sont en moyenne taxées à 8%, en dessous de la taxation irlandaise »

    c’est pas les entreprises qui décident eux même combien ils sont taxées?
    déjà que les frais génér(eux) sont déduits..
    Que reste t’il à taxer ?
    En fait les Grosses Entreprises sont agents de l’état en service .
    Comment se fait il que vous ayez une feuille de paye détaillée à 1 € prêt ?
    C’est bien grâce aux entreprises qui vous exploite dans le détail…

  9. nous flânons sur la route
    mais nous savons tous qu’au bout une seule chose nous attend.
    la monétisation .

    1. C’est exact, mais en complément, il ne faut pas exclure le défaut. Ce dernier, s’il est sélectif, aurait le mérite de faire payer les créanciers voyous.

  10. Les états n’ont pas encore décidé de prendre votre assurance vie mais çà ne saurait tarder , ils n’attendront pas votre décès. CSG obligatAire.

    1. Ah oui!
      les petits créanciers qui ne savent même pas que dans leur assurance vie ou autres produits il y a des obligations d’etat de pays qui se mettront en faillite à partir de 2013.
      En fait la faillite d’un etat est une bénédiction pour le pays concerné puisqu’on lui supprime l’obligation de rembourser ses créanciers.. et faisons confiance aux banques pour que d’ici là elles aient refourgué leurs propres obligations qui constituent leur fond propre pour les remplacer par de bons actifs.
      Non effectivement la zone euro ne va pas éclater, on sera simplement plus pauvre à l’arrivée, du moins tous ceux qui auront fait confiance à leur banque ou à leur courtier parce qu’ils n’y connaissaient rien en matière de placement financier.

      Question: qui prêtera par la suite à ces pays? Et bien je crois qu’on est entrain de mettre en place des outils à l’échelle européenne et quand les marchés seront rassurés, les investisseurs prêteront de nouveau.

  11. « Vouloir dépasser notre propre « nature » me parait être une illusion de la pensée.  »

    Voilà qui en dit long sur la propre limite de celui qui l’écrit : les guillemets à nature n’arrangent rien. Il n’y a pas de nature humaine.

    1. Bonjour,

      Vous qui vivez dans un monde où les Hommes ne sont que culture et pensées, vous en avez de la chance.
      Dans le mien, la biologie dicte sa loi.

  12. à lire les jérémiades des commentateurs , je me dis que finalement le posteur « Jérémie » avait du talent avec ses citations prêtes-à-penser !

    : )

  13. Mr Jorion vous n’êtes plus à la page.

    Non pas que vous ne soyez plus dans le coup, mais que votre blog n’est plus à la hauteur de vos prestations.

    Je me permets de dire ceci car il me semble qu’il est nécessaire de passer à la vitesse supérieure.
    Vous êtes une figure médiatisée, avec de très bonnes idées et une très bonne vision des choses.
    C’est pour cela et dans l’intérêt de tous ceux qui vous suivent, ainsi de que de ceux qui ne vous connaissent pas, de faciliter l’accès aux idées du blog.

    Un blog, c’est bien, mais très vite confus et les thèmes développés naguère se perdent dans les oubliettes de la molette.
    Changez la structure du site. Rendez les thèmes accessibles à tous les internautes et débutants du clic.
    Vous intervenez à la télé, à la radio, dans des discours accessibles par tous, mais l’auditeur voulant retrouvez votre image sur le net, se perd facilement sur un blog, et ne participera pas à une thèse qui date de plus de trois jours, se lassant peut-être de la raideur exigée.

    Il faut réorganiser le site, Pas Dotclear, mais du html pur et dur.

    Les sujets importants ne doivent pas devenir inaccessibles aux novices ou moins novices qui désirent travailler dessus.

    Un classeur par thème (en flash s’il le faut), puis par sujet de discussions (Titres)
    Une page regroupant les thèmes suivis, du plus récent au plus ancien.
    Une structure à la arteTV ( http://videos.arte.tv/fr/videos#/tv/coverflow///1/100/) serait la plus adaptée, ou encore telle qu’Agoravox.

    Le Journal de Paul Jorion, lieu d’échange constructif, plutôt que le blog, lieu convivial ou les débats ne durent qu’un jour.

    C’est pour l’intérêt du peuple M Jorion.
    Le temps passe et dans mon entourage rien ne bouge, l’économie est toujours une chose mystique pour 90% de la populace, les oiseaux volent sur le dos, les poissons meurent, il fait 15° un 15 janvier quand à Noël il affichait -20° (véridique), j’ai peur M Jorion, et je comptes sur vous pour taper du poing sur la table. Pour l’humanité, il est grand temps d’y aller.

    400 000 visites c’est peu, vous devriez afficher 4 000 000 de visites.

    Je vous souhaites une popularité explosive et par conséquent un avenir meilleurs pour tous.

    1. Je vais faire ce que je peux, mais je suis seul et incapable de catalyser les lecteurs comme vous pourriez le faire.
      Je relaye vos infos sur FB dans certains groupes ou les participants s’intéressent à ces sujets, ainsi que partout ou vos idées sont probablement survolées.

      Une idée me vient… Commençons par un Forum, simple et efficace, il sera la structure/organisation du contenu. Mais il y a un gros travail de tris à faire, dans le sens ou il faut regrouper chaque post par thème. Chaque thème est à créer. Ceci demande une connaissance accrue dans les domaines abordés sur le blog.

      On pourrait démarrer avec ceci http://www.pyeb.net/post/2007/02/05/Troisieme-pas-en-jQuery-avec-Dotclear-2-%3A-creation-donglets-avec-effets-de-transition-et-integration-au-theme-Freshy

      -Peut-être le plus facile à mettre en place.

      Si le Blog devient facile d’accès et « de recherche » cela sera certainement suffisant car le principe participatif est déjà optimisé.

      Bon Dimanche

  14. Je me trouves légèrement impertinent, mais ce n’en est rien, juste de l’excès de zèle, veuillez m’en excuser.

    profitez du soleil, on dirait qu’il y en a 🙂

  15. Je suis l’avis Noux dans ses remarques, néanmoins, gare au forum et ses dérives :
    dérives du sujet, dérives verbales, loi du ‘j’aurais le dernier mot’, etc…
    ceci dit cela aurait l’avantage de trier ce qui est « commentaire » d’un article d’une simple réaction à la publication d’un article.
    La modération pourrait s’en charger.. ca demande du travail ceci dit.. et un savoir faire pour ne pas « frustrer » ou « se mettre à dos » certains lecteurs….
    Il me semble essentiel de garder une mise en forme sous forme de journal et articles de « références ». Ensuite, et seulement après, une section « forum ».
    Pour la partie « regroupement des articles par thèmes », je suis absolument d’accord sinon on ne s’y retrouve plus : c’est un « vrai sac à main de bonn’femme ! ».
    Sans compter, que cela permettrait d’avoir un historique clair et rapide d’accès.

    1. « vrai sac à main de bonn’femme ! …vous avez peut-être raison sur le fond de la question forum etc…trop difficile de manipulation pour obtenir une spontanéité accomplie d’un commentateur…Mais pour ce qui est de la forme verbale utilisé en connotant sac à main de « bonn’femme », vous semblez oublier le sac à main de « bon’hommes »…Non ce n’est pas le MLF de Simone…C’est juste une approche spontanée d’une commentatrice assidue à lire sans troubler ses sens…Et donc le sens de sa lecture…Droit de vote des femmes même en 2011…Et Plouf faites appel à mon avocat Crapaud rouge qui vous contera la légende de l’empathie de l’espèce.

  16. L’avis d’un petit nouveau sur les propos de Noux.

    La présentation du blog de PJ est mailleure que bien d’autres et la classement en catégories est fait, accessible sur la colonne de droite. Après, question de gout, présentation type ARTE, blogs du monde, de maitre Eolas….

    Je me suis posé la question du forum plutot que du blog. La différence ne tient-elle pas, finalement à ces deux choses:
    – une présentation des catégories et non chronologique des publications; ce qui d’ailleurs oblige à plusieurs clics pour arriver à un article;
    – des membres enregistrés avec des facilités de type message personnel et chat.

    Il me semble que le blog correspond meiux aux intentions de PJ, autant dnas sa dimension d’intervention à chaud, pédagogique, que de l’ouverture des débats. Je voterais donc, si l’on me demandait mon avis, sur la continuation dans le format actuel. Avec une demande d’évlution : s’affranchir de PayPal, comme cela a déjà été demandé.

    J’en profite pour mentionner la qualité du blog, peu ici de ces commentaires destructifs et éructifs que l’on voit si souvent. Le mérite en revient sans doute au tenancier.

    1. Blog ou forum ou …?

      ça dépend de ce que le patron du bâteau veutt pêcher . On part toujours en mer avec le filet adapté au poisson que l’on veut ramener .

      Le choix du filet n’est donc pas neutre , pour le marin -pêcheur …et pour les poissons .

      Mais au juste quel poisson Paul Jorion pêche -t-il ?

    2. juan nessy,

      Nul doute que dans : « La présentation du blog de PJ est mailleure… » (com. 21) : Vous avez lu le mot maille. 😉

    3. @ Octobre

      Heureusement que j’ai pas parlé de forhum alors !

      (Bon ok je relis maintenant pour éviter les fôtes)

  17. On dirait bien que le capitaine du blog pêche du requin au rémora…Me semble t-il…Mais la nature et l’espèce sont bien faîtes…Le rémora n’est-il pas le poisson pilote du requin?

  18. Tout bien réfléchi, sur fond de musique électronique, la spontanéité qu’exige le blog est parfaite pour avoir une image large des pensées au temps T ou les informations apparaissent.
    Il faut un blog, et un forum serait le bienvenu.

    Mais surtout une vitrine (le boulot d’un webdesigner), à l’image de ce que les Monsieur Tout le monde à l’habitude de voir.
    C’est vrai que je dis ça dans mon intérêt, j’aimerais voir les idées du blog dépasser les frontières de l’ésotérisme.
    J’aimerais voir M. Jorion au commandes d’un avion de chasse médiatique à vocation éducative.
    RRRRRRRRRrhhhhhhhhiiiiiiiiiiiiiiiiiiyyyyyyyyyhuuuuhuhuuuuuuuuhuhuhhhhhhhhhhhhhhhhhhh!!!!
    « Avez-vous ceci!? c’était Paul Jorion! Le pilote économique qui s’attaque à la flotte de l’empire. »

    «  »ça dépend de ce que le patron du bateau veut pêcher . » »
    Exact!
    il est seul master à bord , mais l’Iceberg à fondu, c’est plus l’heure de se demander de quel coté il faut tourner. 😉

  19. Mais pour ce qui est de la forme verbale utilisé en connotant sac à main de « bonn’femme », vous semblez oublier le sac à main de « bon’hommes »…Non ce n’est pas le MLF de Simone…

    c’était une image pour essayer de mettre un peu d’humour 😉
    Parlons du « bazard dans l’garage de gaston » alors ! 🙂
    Mes hommages à madame ou mademoiselle 😉
    Mais d’un seul coup, je me rends compte que c’est ce à quoi peut conduire un forum….:-O

Les commentaires sont fermés.