L'actualité de la crise : THE CITY, FOR EVER !, par François Leclerc

Billet invité.

Pas de conte pour Noël et pas de bonnes résolutions pour le Nouvel An ! Tout au plus aurait-il pu être fait appel à Dickens et à son personnage détestable de Mr Scrooge, dans A Chrismas Carol, pour dépeindre la vision du monde des milieux financiers, mais Martin Wolf a déjà utilisé le procédé dans sa dernière et féroce chronique du Financial Times.

Abandonner la fiction et redescendre sur terre s’impose, d’autant plus que l’actualité – comme nous nous y sommes accoutumés au fil des ans – fournit une ample et édifiante matière à commentaire. La City de Londres est ainsi le théâtre d’une histoire exemplaire, ses représentants du haut du panier feraillant avec acharnement contre les projets de la coalition gouvernementale formée par les Tories et les LibDem, ce qui est tout de même un peu surprenant, indeed ! Faut-il que la période soit pleine d’imprévus…

L’affaire s’est mal engagée à propos des bonus, thème choisi pour faire passer la pilule, en raison de sa forte portée symbolique en ces temps d’austérité non partagée. Puis elle s’est poursuivie sur un sujet moins grand public, mais à plus forte répercussion : l’éventualité d’une séparation entre les activités risquées et traditionnelles des banques. Une commission ayant été mise en place par le gouvernement pour l’étudier, ce qui semble déjà être en soi intolérable pour ces messieurs.

Les passes d’armes se multiplient donc sur les rives embrumées de la Tamise, rappelant ses heures les plus glaciales. Les hostilités avaient été déclenchées par la banque Barclays, portant haut l’étendard des banques privées pour avoir préféré le soutien – très monnayé – d’investisseurs moyen-orientaux à l’infamie d’une nationalisation, même partielle. Non sans avoir encaissé les subsides de la Fed, suite à la déconfiture d’AIG, l’assureur américain.

Tout un symbole, la banque a désigné Bob Diamond à sa tête, jusque-là en charge de l’activité banque d’affaires. Vince Gable, le ministre du commerce, ne pouvant s’empêcher de laisser échapper qu’il y voyait la promotion à la tête d’une des grandes banques mondiales d’un « patron de casino ».

Nick Clegg, vice-Premier ministre et chef de file des LibDem, n’en est pas resté là, sur le terrain choisi des bonus. Provoquant de nouvelles empoignades publiques au terme desquelles David Cameron, le premier ministre, convoquait les patrons des banques pour officiellement les sermonner, non pas sur les quais de la Tamise mais non loin de là, dans l’atmosphère plus cosy du 10, Downing Street. Las, le mauvais temps puis les fêtes imposèrent d’ajourner la rencontre, dont on attend toujours la tenue.

En tout état de cause, l’affaire ne va pas en rester là car la Barclays, accompagnée de HSBC, vient de menacer de s’exiler de Grande-Bretagne, si d’aventure la menace d’une découpe venait à se préciser. Ce chantage caractérisé n’est pas nouveau et a d’ailleurs été déjà mis partiellement à exécution par HSBC, dont le directeur général a pris ses quartiers à Hong Kong, au plus près du nouvel Eldorado. La réponse de la Barclays, en attendant la suite, est donc déjà connue.

Confortés par les soutiens sans contrepartie qu’ils ont reçus, comme s’ils allaient de soi, ces gens sont décidément irrécupérables, du haut de leurs imprenables citadelles, avec pour armes sur leurs blasons, celles de leurs cousins suffisance et arrogance. Tout à l’exercice de leurs talents, les seigneurs de l’argent n’ont que faire de la plèbe des manants, avec lesquels ils ne veulent rien partager et à qui ils doivent tout. Sous le regard du curé, ils jetteront dans la sébile leur obole pour les pauvres, 2,8 milliards d’euros au titre d’un prélèvement gouvernemental, en jurant in petto de se refaire, sans même attendre que cela soit compensé par un abaissement progressif de l’impôt sur les sociétés. Mr Scrooge n’était finalement pas si caricatural que cela.

Quant aux mauvaises résolutions, il n’en manque pas à la City.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

37 réflexions au sujet de « L'actualité de la crise : THE CITY, FOR EVER !, par François Leclerc »

    1. D’expérience, NS à très souvent fait le contraire de ce qu’il a dit qu’il ferait.
      L’Euro ne disparaîtra …
      Vous avez compris ce qu’il va se passer.

    2. d’autant que la Merkell a tenu le même langage en guise de voeux pour la future année; canon à deux voix en mode majeur, la fin de l’euro mènerait à une catastrophe!
      la probabilité doit être haute en effet du retour à des monnaies plus locales

      ma question à M. Leclerc:
      puisque TOUS les peuple européens contribuent au renflouement des banques exposées aux risques ‘souverains’ grecs, irlandais etc et qui ne sont qu’une manière de renflouer les banques européennes exposées à cette dette,
      le droit de regard sur leur bonus et autres petites crapuleries doit être élargi aux élus de ces mêmes peuples européens;
      pourquoi un tel silence de ces mêmes élus!!!

  1. Et si Barclay et même Société Générale et BNP allaient s’installer a Hong Kong, qu’est ce que ça changerait? Les Chinois financeraient-ils leurs pertes? Ne faut il pas les prendre au mot?

    1. Bien sûr qu’il faut les laisser s’installer à Hong Kong et leur interdire par la même occasion de travailler en France et pourquoi pas en Europe comme les US avait menacé je ne sais plus quelle banque suisse de travailler dans leur pays

    2. HSBC Holdings PLC (Hong Kong & Shanghai Banking Corporation) est l’une des plus grandes banques du monde. Son siège social est à Londres, dans Canary Wharf.

      « ….Le membre fondateur et principal actionnaire est The Hongkong and Shanghai Banking Corporation Limited, une banque fondée à Hong Kong par l’Écossais Thomas Sutherland pour financer le commerce dans l’Extrême-Orient en 1865.

      La banque est la quatrième plus grande entreprise en termes d’actif. Elle présente ses rapports en USD, étant donné que 70 % de ses revenus proviennent de l’extérieur du Royaume-Uni, 40 % de ses opérations se situant à Hong Kong. Avant de déménager son siège social à Londres au début des années 1990, elle était basée à Hong Kong. C’est le quatrième groupe bancaire dans le monde après Citigroup, Bank of America et la Banque industrielle et commerciale de Chine. Au Royaume-Uni, c’est la quatrième institution financière. » Wikipedia

      C’était, peut-être, juste un aller et retour ( significatif) …la force du symbole ….et du déplacement des lignes … (avec beaucoup de bluff partout dans cette guerre économique) .
      Fin des Tycoon-pirates du XIX°siècle …
      Nos chers ex-meilleurs ennemis sont dans la panade aussi . Périrons-nous de concert ? ça aurait de la gueule, non ! Tout est perdu fort l’honneur ! …
      Bon, tout peut advenir ! Après un (fort) moment de tangage, un monde multipolaire pourrait advenir …je l’espère,non pour la première génération, mais pour la deuxième à venir : les babies actuels …

    3. HSBC n’est plus à Canary Wharf, elle est retournée en Asie après avoir revendu au bon moment son siège social …

  2. Enfin, c’est fini !!

    On s’est trompé ! ouf, regardez :

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/12/31/le-retour-en-grace-de-la-bourse-est-attendu-en-2011_1459434_3234.html

    « Faut-il y croire ? Après trois années redoutables sur les marchés d’actions, faites de confusions, d’espoirs et de déceptions, l’année 2011 sera-t-elle enfin celle de l’embellie ?

    Les signaux d’amélioration se multiplient. L’économie mondiale se redresse : un peu partout, la reprise se confirme et le spectre d’une rechute s’éloigne. Pas de quoi susciter l’euphorie, mais assez pour faire renaître l’enthousiasme sur des marchés boursiers délaissés, jusqu’ici, au profit de placements plus sûrs, comme l’or ou les emprunts obligataires.

    « A partir de maintenant, ceux qui se détournent des actions font une erreur », a prévenu Abby Joseph Cohen, l’analyste star de la banque d’affaires Goldman Sachs, à propos de Wall Street, dans USA Today, le 17 décembre. La plupart des experts partagent cet avis, et prédisent un rebond des marchés occidentaux de l’ordre de 10 % à 15 %, parfois même 20 % pour les plus optimistes. »

    ================

    Bizarre, c’est le 1er janvier et pas le 1er avril ; une erreur du monde.fr ? une inversion du calendrier ?

    Comme c’est étonnant, depuis 3 ans on me l’avait jamais fait .. !

    Cerise sur le gâteau, la source : l’analyste star de Goldman sachs… Voilà, voilà, voilà nos journalistes que le monde, l’univers et la galaxie entière nous envient. Il n’y aura jamais plus, dans le futur, de journalistes de la trempe de … hm, comment , Ah, Claire Gatinois.

    Goldman Sachs, vétu de probité candide et de lin blanc…. descendu du ciel tel l’ange Gabriel.

    On n’a en fait jamais cité de source plus probante, que « l’analyste star » (non c’est trop) de GS. Non non… merci.

    En tout cas, que tout le monde court acheter des tas d’actions, on ne peut quand même pas faire le coup a ces gens de douter de leur parole. Ca n’est que la 3ème année qu’on nous raconte n’importe quoi… et comme j’ai Alzheimer… eh bien?

    Je me couche ce soir dans l’euphorie non feinte du bonheur boursier à venir. J’ai même envie d’aller prier car le monde est trop beau, et j’ai du mal à soutenir psychologiquement un tel choc…

    En plus, le prix du pétrole augment, c’est bien la preuve que l’économie repart.

    1. Maintenant on connaît le truc. Quand « l’analyste star de la banque d’affaires Goldman Sachs » pronostique une hausse, c’est que son employeur a parié à la baisse.

  3. Merci à M. Leclerc et à M. Jorion pour tout leur travail.
    Bonne année 2011 à toutes et à tous et longue vie à ce blog!

  4. Bras de fer entre politiques et la City (manquerait plus que la Cité ne soit pas financière, tiens…)!
    Sur un décorum de Tamise shakespearienne, en plus! Joli tableau pour une mise en scène tragico-comique (to « bee » or not to « bee », to sting or not to sting).
    Que vont-ils nous jouer? Measure for measure ou bien Much ado about nothing?
    Devinette : Lesquels vont se coucher les premiers??

    En attendant, merci à Paul, François, Pierre, Julien et les autres.
    Et quelques moments d’optimisme relatif à partager en cadeau:

    http://www.youtube.com/watch?v=WR8VmCDdt5o

    et pour les amateurs

    Meilleurs voeux pour affronter 2011.

    1. Très joli!
      Merci.

      Meilleurs voeux à tous pour 2011.

      La partie risque d’être intéressante . Il ne suffit pas d’avoir du jeu pour remporter la partie. Tout dépend de la façon de jouer ses cartes. Pour HSBC et autres, qu’ils aillent, ils seront défait par leurs propres règles. Il y a une limite majeure à l’expatriation. La terre est ronde. Se réfugier dans la gueule d’un loup plus gros que soit est une stratégie comme une autre.

      La Chine, elle grandit vite, trop vite. Elle montera probablement haut, au dessus des autres, mais d’aussi haut elle chutera et plus rapidement . Pour la même raison que précédemment dans l’histoire.
      Le plus petit fait chuter les géants, depuis la saint glinglin. On ne défie pas la loi des équilibres impunément c’est mathématique. Idem pour l’Inde.

      Ceux qui ne voient dans la situation géopolitique mondiale qu’un basculement des pôles entre l’Orient et l’Occident , ont la vue basse. C’est de bien autre chose qu’il s’agit . D’une toute autre ampleur. Un grand classique pourtant. mais bon la mémoire est sélective.

      Dans mon bac à compost, un truc se dessine. Si la partie est bien engagée, rien n’est joué. Il y a toutes sorte d »‘attendus ». Mais « Nous » pourrions nous surprendre comme « jamais » encore, à cette échelle. L »Etre Humain » est encore plus incroyable là ou l’on ne l’attend plus.

      C’est là tout notre paradoxe. On n’est jamais aussi bon que dans la débâcle.

      Hauts les coeurs! La jeunesse! C’est le moment d’accrocher  » sa charrue aux étoiles ». Ca va secouer ferme, mais il y a un petit « mais » ou réside un espoir. Petit et nu comme un « petit Jésus ».

      Encore merci à Paul Jorion et tou(te)s .
      Persévérance mais ménagement, c’est une course de fond.

      Qui désespère de l’Amour, découvre l’Amitié.

      Deux petit mot pour 2011: apprivoiser et réciproque

  5. Hong Kong ou Singapour. C’est très bien. Qu’ils aillent maguouiller là-bas.
    Aucune raison valable de retenir les poux chez nous. Qu’ils tentent leur chance ailleurs. Je me réjouis de les revoir têtes rasées et ayant appris des manières civilisées.

  6. C’est juste que les cris des loups seront éternellement couvert par le crépitement des affaires du monde. Et personne n’y pourra rien changer. Se balader avec son entonnoir sur la tête n’y fera rien non plus. A quoi donc vous attendez-vous ? La bourse repartira and so on !

    1. Uncle Scrooge, l’Oncle Picsou des BD de mon enfance qui ont échoué à me convertir en capitaliste, je connaissais…
      mais pas l’origine du patronyme chez Dickens.
      L’avant dernier paragraphe est un régal.
      Bon courage et merci aux modérateurs pour 2011, pour ce blog à consommer sans modération.

  7. comment dit-on au casino lorsque le croupier a relancé la roulette?
     » Faîtes vos jeux…… rien ne va plus! »
    Nous nous retrouvons dans une voiture pour laquelle on a autorisé de gonfler le moteur à 300cv, avec double turbo….et à laquelle on a enlevé les freins! Allez y petits bolides!
    Bonne année Messieurs Jorion Leclerc et les autres consciences qui éclairent notre horizon.
    Meilleurs voeux nobles veilleurs!

  8. Et si ce projet de séparation dans les activités banquaires de la City n’avait d’autre but que de servir d’alibi à leur exil avant la chute annoncée du domino UK ?
    Happy New Year Mister Leclerc … Forever and ever !

  9. La méthode appliquée par les gestionnaires de crise fait plutôt penser à la fameuse blague du sapeur Camenbert.

    Soldat votre chef vous a dit de tirer sur l’ennemi à feu nourri.
    Soudain vous n’avez plus de munitions, que faites-vous?
    Je continue à tirer pour faire croire que j’en ai encore!

    Bonne année (euh… oops!)
    Bonne santé à toutes et tous.

  10. Ceci veut dire que les Banques auront toujours un paradis fiscal pour les accueillir. La promesse faite par notre Président de mettre fin à cette situation, c’est à dire la fin des « paradis fiscaux » est une annonce démagogique prononcée comme toutes les promesses pour rendre les « couillons » joyeux
    Bonne .

  11. C’est la confiance et rien que la confiance en la vérité, la justice, la paix et l’amour que je souhaite à vous toutes et tous que je côtoie quasi journellement pour 2011.
    Et une injonction « maternelle » particulière à MM. JORION et LECLERC : TAKE CARE OF YOURSELF vous êtes notre phare dans la tempête.

  12. @Vincent
    Le 1/1/2011 vous m’avez appris un nouveau mot. Quasar, vous avez dit quasar ? Vous avez raison
    je rectifie
    :MM. JORION et LECLERC : take care of yourself vous êtes notre quasar dans les ténèbres et la tempête.

  13. Bonsoir à tous

    Tous mes voeux pour cette nouvelle année et que mes craintes de voir tout cela finir par une farce sanglante ne se réalise pas.

  14. « Il n’y a pas citadelles imprenables. Il n’y a que des citadelles mal attaquée. »
    Citation que je crois être de Saint-Ex.
    Bonne année 2011 même si elle s’annonce assez mal…

Les commentaires sont fermés.