L'actualité de la crise: la crise dans la crise, par François Leclerc

Bilet invité.

LA CRISE DANS LA CRISE

Nous en étions resté à l’idée que la machine à faire des dettes était en panne, mais que la machine de secours avait été lancée. Faisant par conséquent redémarrer la machine à faire des bulles. Avec cette nouvelle singularité que celle-ci en fabriquait cette fois-ci deux simultanément ! Une bulle résultant de la spéculation boursière, utilisant la masse de liquidités disponible, une autre ayant pour origine l’accroissement de la dette publique et l’émission obligataire en découlant. Remarquant que si ces deux bulles font désormais l’objet de mises en garde à voix de plus en plus haute, cela ne les empêche pas de prospérer. Leurs effets secondaires incontrôlables et indésirables résultant du traitement prescrit pour guérir la crise, qu’il faut suivre jusqu’au bout, car il n’y en aurait pas d’autre possible.

Un chercheur de la Banque des règlements internationaux a même eu tout dernièrement cette splendide image, pour parler de la conduite actuelle de l’économie : il a déploré qu’il ne soit regardé que dans le rétroviseur (afin de fuir le plus vite possible la chute libre de la phase précédente et aiguë de la crise), sans prendre la peine de regarder devant (le nouveau mur qui est en train d’être consciencieusement bâti). L’histoire ne se répétant pas, il est effet peu probable que la crise dans la crise qui monte et se précise aura à nouveau pour origine les subprimes et les CDS. Le mal est fait et perdure. Encore que le taux de défauts des crédits hypothécaires et la baisse du prix de l’immobilier n’aient pas dit leur dernier mot (notamment dans le secteur commercial). D’où va-t-elle bien sinon pouvoir venir  ?

De l’éclatement des deux bulles en formation, naturellement  ! Pour la première d’entre elle, la bulle des actifs côtés en bourse, il n’est pas besoin de s’interroger sur son mécanisme, puisqu’il sera la réplique de ce que nous avons déjà connu. Pour la seconde, il est intéressant de s’y attarder un peu. Afin d’écarter l’éventualité du défaut ou de la répudiation de dette par un Etat, car ce n’est pas ainsi que cela devrait le plus probablement se passer. Les marchés absorbent actuellement sans difficulté les émissions obligataires des Etats, malgré qu’elles soient en hausse d’environ trente pour cent (une progression enregistrée dans les seules deux dernières années), sans que ne soit encore enregistrée une hausse substantielle des taux. Par parenthèse, il suffit de sortir de leur anonymat les marchés, cette commodité de langage qui affranchit de l’analyse, afin de mieux en comprendre la raison. Sans être ni devin ni grand clerc, on constate que les banques achètent en masse ces bons, dont les rendements déjà atteints sont pour elles pain béni. Sans cependant oublier que les banques centrales procèdent de même, avec comme objectif de contenir la hausse des taux.

Au train où vont les choses, une hausse significative de ceux-ci est-elle évitable ? Selon toute probabilité, non. Quelles en seront les conséquences ? En premier lieu, on le pressent déjà, amoindrir la marge de manoeuvre des responsables politiques, qui s’efforcent de reculer l’heure des douloureux choix : augmentation des impôts, coupes claires dans les dépenses (car la solution de l’hyperinflation n’est pas envisageable pour les financiers, ces méga-rentiers qui en seraient les premières victimes). Une seconde conséquence ne doit pas être sous-estimée, à savoir que la hausse des taux va inévitablement aller de pair avec la baisse de la valeur des bons. En raison, notamment pour certains pays dont les Etats-Unis, le Japon et la Grande-Bretagne, de la dépréciation de leur monnaie résultant de la création monétaire. Or, l’achat massif de ces bons contribue actuellement au renforcement impératif des fonds propres des banques. La conclusion s’impose  : l’accroissement du déficit public, causé par le sauvetage des institutions financières privées, risque fort d’avoir un effet boomerang sur celles-ci. En vertu de cet enchaînement  : augmentation des émissions obligataires publiques – hausse de leurs taux – baisse de leur valeur – impact négatif sur le montant des fonds propres des établissements financiers.

Cette spirale descendante est d’autant plus préoccupante que l’achat des obligations publiques est aujourd’hui présentée aux banques comme une des meilleures manières d’augmenter leurs fonds propres « durs », alors qu’elles sont à la recherche, comme nous l’avons précédemment vu, de nouveaux instruments de financement. La Lloyd Britannique, LBG, vient à ce propos de réussir une opération massive de conversion d’obligations en CoCos (les titres hybrides miracles), ouvrant le chemin à d’autres opérations de même type, qui ne vont pas manquer de se multiplier. Mais la capacité des marchés à absorber toutes les émissions futures de ces nouveaux titres qui font fureur est une inconnue. Entre ceux-ci et les bons de dette publique, cela risque de faire beaucoup de papier  ! Et d’accélérer la hausse des taux des uns et des autres, nous y revoilà ! Les banques centrales, déjà au taquet ou presque pour leur taux directeur principal, ne pourront s’y opposer.

La fuite (providentielle ?) du rapport de la Société Générale destiné à la crème de sa clientèle a fait le tour de la planète. La pire des trois hypothèse qu’il présente, lui conseillant de se prémunir par avance, repose sur l’analyse que la dette publique est devenue insoutenable, car le point de non retour est en passe d’être dépassé. Mais cette étude ne décrit pas les conséquences de cette situation pour le système financier lui-même. A force de cesser les unes après les autres d’être des valeurs refuge, que va-t-il rester de disponible pour se protéger ? Une question de même nature que celle qui consiste à se demander  : si les banques centrales sont les prêteurs (et indirectement les investisseurs) en dernier ressort, vers qui vont-elles pouvoir à leur tour se tourner pour régler le problème du déséquilibre majeur de leurs bilans, conséquence de leur rôle masqué de bad bank  ? Le système financier tout entier est en quête de refuges, qu’il a de plus en plus de mal à trouver.

Quelle remarque vient nécessairement à l’esprit, en attendant que la démonstration s’en impose ? Que les banques, y compris centrales, ne sont pas au bout de leurs peines (et nous des nôtres, par voie de conséquence). Mais aussi qu’elles bâtissent le nouveau mur censé les protéger de leurs futurs débordements financiers avec un matériau moins solide qu’il n’y parait au premier abord. Que, décidément, l’approche de la future régulation financière qui a été retenue, dont l’un des piliers est l’accroissement des fonds propres des établissements financiers, rencontre déjà ses limites potentielles alors qu’elle n’a pas encore été mise en place. Que sur la liste des prochains refuges figurent en bonne place les commodities; (les matières premières), dont la hausse qui résultera de leur utilisation à cette fin, déjà largement entamée, sera un frein de plus à la relance et à la croissance. Quant à l’or et l’argent, on n’en est plus à une hausse de leur cours près, mais les quantités sont limitées…

Deux constations s’imposent également pour l’avenir, pour revenir sur les fonds propres : ce matelas amortisseur remplira d’autant moins sa fonction que son épaisseur n’est pas garantie (et que les risques réels ne seront pas mieux évalués que précédemment) ; les Etats n’auront plus les moyens financiers d’organiser un nouveau sauvetage à grande échelle des mégabanques, qui se renforcent au fur et à mesure que l’appareil financier se concentre sous les effets de la crise.

Il n’est pas non plus superflu de remarquer que, les uns après les autres, les indices considérés comme déterminant de mesure de l’activité économique deviennent inopérants. Le PIB rend compte d’une croissance dont il est devenu évident qu’elle ne prend pas en compte ce que nous devrions mesurer. Cet autre sacro-saint indice qu’est celui des prix masque l’évolution de plus en plus inégale du niveau de vie dans nos sociétés. L’inflation et la déflation, qu’il permet également de mesurer, ces deux spectres opposés l’un par rapport à l’autre, sont simultanément menaçants. Induisant la paralysie des acteurs majeurs de cette crise, les banques centrales, dont les leviers d’intervention sont monétaires.

La conclusion s’impose : non seulement la crise ne se résorbe pas, même très lentement comme il est désormais espéré, mais elle génère son propre rebondissement à venir. Sans compter les accidents de parcours.

Recommandez par mail Recommandez par mail

Partagez

66 réflexions au sujet de « L'actualité de la crise: la crise dans la crise, par François Leclerc »

    1. Dans l’immédiat:

      Obligations convertibles contingentes (en jargon anglais : CoCos) : famille d’obligations automatiquement converties en actions à la faveur de l’intervention d’un événement décidé lors de l’émission. Par exemple, le franchissement vers le bas d’un seuil de ratio de solvabilité d’un établissement financier, tel que calculé selon la réglementation en vigueur du Comité de Bâle.

  1. Les boNS du Trésor des Etats ne font pas des boNDS, François, sauf sur l’échelle des avoirs (?) acquis pour gonfler les fonds propres des banques. Avec quel impact désastreux sur la valeur relative des monnaies($, £ et yen, notamment)?

    1. J’ai mélangé les bons du Trésor, des obligations d’Etat, avec l’anglais bond (obligation), a force de passer d’une langue à l’autre en courant !

  2. @François Leclerc, Paul Jorion et tous,

    A propos des questions d’endettement public. Je me demande en adoptant pour une fois un angle de vue un peu différent que purement financier si les pays plus ou moins vertueux dans ce domaine dans lesquels je rangerai encore l’Allemagne mais aussi la France quoi qu’on en dise ne se préparent pas à se faire (encore) vastement couillonner !

    Je m’explique: si l’on considère qu’il vaut toujours mieux avoir tort avec tout le monde que raison tout seul, alors j’ai bien peur que la solution de sortie de cette crise quelle qu’elle soit se fasse bien à notre détriment plutôt qu’à ceux qui ont le plus pêché.

    Je ne sais pas si je suis bien clair. Qu’en pensez-vous ? Si ça vous inspire quelque chose…

    1. A crise globale, conséquences pour tous. Le système financier et l’économie sont désormais trop interconnectés. Une approche par pays, les uns tirant leur épingle du jeu et les autres non, est par conséquent illusoire. Ce qui ne signifie pas, bien entendu, que les situations ne peuvent pas différer d’un pays à l’autre, notamment en terme d’ampleur des conséquences de la crise, reflet de leur économie et de leur système de protection social.

    2. je pense que vousd posez une question essentielle .. je ne sais pas si on se fait c.. , mais il est sûr qu’il y a deux logiques politiques à l’oeuvre dans la crise . Celles -ci ne se séparent pas comme le gauche et la droite, mais aurait tendance à opposer els keynésiens les plus fous ( anglosaxons) aux politiques plus traditionnelles de libéralisme social ( et patrimonial)
      amicalement

  3. Il serait vraiment très naïf de penser que la situation va se tasser avec le temps alors que toutes les tensions augmentent partout ou c’est possible sur la planète : Iran, Chine, Japon, Turquie, Vénézuela (pour ce qui concerne les USA).

    De plus, la grippe menace aussi l’économie, enfonçant un clou de plus dans le cercueil de la croissance.
    Sans compter que le peak oil a des moins en moins les allures d’un épouvantail.

    Entre la FED qui perd son procès, les agences de notations qui se font mettre en procès, les rumeurs qui courent sur l’or (papier + tungstène), le scandale de la manipulation des données sur le climat (et donc le scandale de la taxe carbone), la question que je me pose c’est plutôt : comment ce château de carte tient-il encore debout ?

    Les états exsangues et les contribuables à bout de patience combiné avec le spectre d’un futur crach qui se rapproche ostensiblement, font que les réflexes protectionnistes pourraient bien précipiter la chute annoncée.

    Mais cette fois, je doute qu’il y ai encore un sauveur providentiel (s’il y en a jamais eu).

  4. Quelles est la différence entre une obligation et une action ?
    De quoi sont constitués lse fonds propres des banques ?

    Que se passera-t-il ? Une nouvelle crise aboutissant à une crise de liquidité et une véritable dépression ?? Quel en serait l’élément déclencheur ?

    1. Les obligations sont rémunérées a taux fixe jusqu’à leur maturité.
      Les actions, c’est à taux variable.
      Ici on vous répondra qu’il s’agit d’une crise de solvabilité et non de liquidités.
      L’élément déclencheur, je crois qu’il importe peu au fond, mais plutôt de savoir « quand » ca se déclenchera. Mais la … bien malin qui saura répondre vu la complexité de l’édifice. Idem pour les conséquences.

    2. Obligation : famille de titres négociables représentant la part d’un emprunt émis par l’Etat, une collectivité publique, une entreprise.
      Action  : famille de titres de propriété d’une partie du capital d’une société.
      Fonds propres d’une banque  : http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A2le_II

      La crise financière actuelle a eu pour résultat une crise de solvabilité et non de liquidité. L’élément déclencheur, j’en parle au fur et à mesure qu’il se précise ! Les conséquences, qui peut les dire ?

  5. j’ai lu que les analystes boursiers utiliser des formules de physique pour modéliser les flux financiers .

    le krach peut il etre comparé avec la transformation d’étoiles massives en trou noirs (expansion en supernova avec dilution des couches gazeuses superficielles= c’est à dire la spéculation) puis effondrement gravitationnel (noyau hypermassif qui brise toute cohésion dans la matiere = economie réelle ,demande de crédit ,demographie ) ?

  6. Monsieur Leclerc.
    Vous connaissez largement le respect que je peux vous reconnaître dans une expression claire et suscinte.
    Vous appuyant sur des faits indéniables dont chacun peut trouver les sources partout dans le monde.

    Or, là… vous êtes subjectif.
    Désolé, mais ça me gène.

    1. Je vous remercie, mais succinte, je n’irai pas jusque là ! Quand à ma subjectivité, elle n’est jamais enfouie dans ma poche.

  7. http://www.marianne2.fr/Greau-Aucun-pays-developpe-ne-pourra-rembourser-sa-dette_a182866.html?print=1

    Gréau : «Aucun pays développé ne pourra rembourser sa dette»
    Alors que l’Etat s’apprête à en appeler aux marchés pour financer un grand emprunt auquel il prédit l’impasse, l’économiste Jean-Luc Gréau reste catégorique : les 85 à 90% du PIB contractés en dette par les États seront impossibles à rembourser.

    Il précise
     » Les États eux-mêmes ne peuvent pas décider d’effacer leur propre dette en disant à leurs emprunteurs «je ne rembourse pas». Le mécanisme est celui de la monétisation de la dette. C’est-à-dire que la banque centrale rachète une partie des titres émis par le Trésor Public -donc l’État- et crée de la monnaie supplémentaire. C’est ce qu’ont commencé à faire les États américain et anglais depuis mars.
    En théorie ça génère de l’inflation, mais elle ne peut pas repartir sans activité économique importante. Deuxièmement : comme une grande partie de cette monnaie sert purement et simplement à boucher les trous dans les comptes des entreprises, des particuliers ou des banques, je ne vois pas l’inflation apparaitre au bout du processus. »

    1. Les Etats pourraient répudier leur dette, je ne vois pas ce qui par principe pourrait les en empêcher.
      L’Etat n’a à répondre que de lui-même et du pouvoir souverain (du peuple) dont il émane.
      Ce sont plutôt les conséquences de la répudiation de la dette qui pourraient faire problème.
      Werrebrouck a envisagé cette éventualité, malheureusement, à ma connaissance, il n’a pas creusé le sujet.
      Cela serait intéressant que certains envisagent sérieusement cette hypothèse, même si c’est pour la réfuter.
      L’obstacle principal que je vois surtout c’est qu’elle ne pourrait être répudiée dans un seul pays … ou alors il faudrait que tous les pays soient pratiquement ensemble dans l’état de pouvoir le faire.

    2. @Pierre-Yves D.

      Je ne suis pas de votre avis sur la nécessaire obligation d’une répudiation égalitaire de la dette des pays.
      Malheureusement ou heureusement, je ne sais ce qu’il faut dire, l’histoire nous prouve tout au contraire que le décret de disparition, j’allais dire ex-nihilo (humour), de la dette souveraine d’un pays ou d’un ensemble de pays est toujours possible.
      Ceci étant je partage entièrement votre avis sur le très grand intérêt de cette question.

      Je trouve d’ailleurs intéressante la conclusion de Claire Barraud :
      « Seulement, la crise financière actuelle réunit tous les ingrédients nécessaires à une nouvelle vague de défauts souverains, notamment, cette fois-ci, en Europe de l’Est. Et en l’absence d’un véritable mécanisme de restructuration de la dette souveraine, sachant que les CAC ne peuvent, à elles seules, gérer de telles crises, la répudiation pourrait bien devenir le seul recours possible des Etats pour non seulement éviter un nouvel affrontement avec les marchés, mais également pour honorer leurs engagements vis-à-vis des populations.»
      http://www.u-bourgogne.fr/CEMF/z-outils/documents/communications%202009/BarraudArticleDijon.pdf

  8. Mais les bonds peuvent-ils se dévaloriser comme n’importe quel placement sous prétexte d’une offre surabondante…?

    l

    1. A maturité, ils sont certes remboursés à leur détenteur final à leur valeur nominale d’origine. Mais dans une monnaie dont la valeur elle-même peut être moindre ! C’est la valorisation qui en découle qui doit être prise en compte.

    2. Quelques petites explications supplémentaires sur les bonds (j’utilise la forme anglaise, désolé):

      Les bonds (obligations) ont 2 valeurs à considérer: leur valeur d’échange avant maturité, qu’on peut tout à fait comparer au cours d’une action et donc tout à fait susceptible de se dévaloriser et leur valeur à échéance, qui reste celle d’achat initial.
      En résumé:
      Quelqu’un qui achète une obligation à son émission donne de l’argent en échange à l’entreprise ou l’institution qui l’émet. Tous les X mois, cette obligation est rémunérée selon un taux défini à l’émission. A la fin d’une période dite de maturité, l’émetteur de l’obligation rembourse la valeur initiale à l’acheteur, l’obligation disparaît. L’émetteur a donc disposé d’un capital pendant cette même durée théoriquement pour investir (mais parfois l’objectif est bien plus vicieux, comme dans les montages type LBO, l’entreprise émettrice n’en voyant pas la couleur mais devant la rembourser…) et l’acheteur a été rémunéré pour son prêt.

      Pendant sa période d’existence, l’obligation peut être vendue à un tiers, qui versera la valeur d’échange à son détenteur. Cette valeur fluctue en fonction de la confiance qu’a le marché dans la possibilité d’être remboursé à la maturité du bond. Si l’entreprise fait faillite, le bond peut ne plus valoir quoi que ce soit. De même, s’il a été émis dans une monnaie qui a perdu une grande partie de sa valeur à l’échéance, le remboursement ne permettra plus d’acheter qu’une part minime de ce qu’il aurait permis à l’émission du bond.

      J’espère que c’est plus claire comme ça… 🙂

  9. coup de gueule!
    en France, les entreprises multinationales à capitaux de nationalité inconnue font leur pelote ;
    les petites entreprises françaises, qui font partie du patrimoine culturel français, sont massacrées, tuées, poussées à la faillite;
    les petits bistrots sont une image de la France; les guinguettes du bord de la Marne; les petits bistrots de la place du Tertre; les multinationales, usines à bouffe, profitent d’un détail de la loi fiscale pour s’appliquer une tva à 5,5 % ;
    les petits bistrots et cafés appliquent une tva à 19,6 %, de droit commun; la concurrence est totalement déloyale;
    après plusieurs années de revendication, ils obtiennent enfin une égalité de traitement, face à ces entreprises de taille monstrueuse, proche du monde financier; mais en échange, ils sont également tenus à un certain nombre d’obligations, auxquelles certains arrivent à se plier, et d’autres pas;
    soyons clairs, cette baisse de la tva a pour premier effet d’éviter la fermeture de beaucoup de ces troquets, et le chômage pour ceux qui y travaillent;
    nos députés, incapables de balbutier la moindre proposition pour enrayer la crise économique et la main-mise de la finance sur l’économie productive, ont décidé de redonner un avantage concurrentiel aux multinationales, par rapport à nos entreprises nationales; ils font le choix de la mondialisation contre la France; pourquoi ?
    je suis scandalisé !

  10. Heureusement, il reste des chiifres difficiles à truquer et qui font froid dans le dos:

    PAYBACK TIME, WAVE OF DEBT PAYMENTS FACING U.S GOVERNMENT

    « With the national debt now topping $12 trillion, the White House estimates that the government’s tab for servicing the debt will exceed $700 billion a year in 2019, up from $202 billion this year, even if annual budget deficits shrink drastically. Other forecasters say the figure could be much higher.

    In concrete terms, an additional $500 billion a year in interest expense would total more than the combined federal budgets this year for education, energy, homeland security and the wars in Iraq and Afghanistan. »

    http://www.nytimes.com/2009/11/23/business/23rates.html?hp

  11. Aux Etats-Unis, les ménages sont fauchés et surendettés. Aux Etats-Unis, l’Etat va donc se surendetter pour prendre le relais des ménages : l’Etat va distribuer aux ménages 8 000 dollars de crédits d’impôt pour les primo-accédants. En plus, l’Etat va distribuer un crédit d’impôt de 6 500 dollars pour les propriétaires qui achètent un nouveau logement.

    En clair : si l’Etat arrêtait de distribuer des primes, des aides, des crédits d’impôt, la consommation s’effondrerait brutalement.

    Lisez cet article :

    L’immobilier ancien dopé par un crédit d’impôt aux Etats-Unis.

    « De nombreux acheteurs se sont précipités pour arriver avant la date limite pour le crédit d’impôt aux primo-accédants, qui devait expirer à la fin de ce mois, et les ventes pourraient rester soutenues en novembre pour les mêmes raisons », a commenté Lawrence Yun, chef économiste de la NAR.
    Ce crédit d’impôt de 8.000 dollars, qui devait initialement expirer le 30 novembre, a été prolongé il y a quelques semaines jusqu’à l’an prochain et a été complété par un crédit de 6.500 dollars pour les propriétaires qui achètent un nouveau logement.
    Les primo-accédants ont représenté un tiers des ventes en octobre. »

    http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=b8190f6d4cb2c4e94c0d6af1b11dfe17

    Conséquence : aux Etats-Unis, les recettes de l’Etat s’effondrent. Le déficit public explose. La dette publique atteint 12 026 milliards de dollars.

    http://usdeficit.com/

  12. je pense que l’inflation est déjà en marche, mais elle s’applique à des postes hors indice;
    je ne connais pas la composition de l’indice, mais la hausse des frais bancaires est fantastique;
    si on définit l’inflation comme ce qui diminue le pouvoir d’achat, la hausse des impôts locaux en fait partie;

  13. Bonjour

    … »car la solution de l’hyperinflation n’est pas envisageable pour les financiers, ces méga-rentiers qui en seraient les premières victimes ». Bien sûr, pour ces gens, la moindre petite inflation est à proscrire, et Trichet est ici le gardien du temple européen. Seulement voilà, ce ne sera pas une question de choix. Leur foutue économie de casino étant toujours accrochée à l’économie réelle pour continuer à tout contrôler (rien de neuf sous le soleil), on a donc entamé la période du chômage massif (la fameuse variable d’ajustement de la masse salariale), qui contribue à l’appauvrissement des Etats. Etape suivante ? Coupes sombres dans les budgets publics et hausse des impôts (on y est presque, question de mois).
    Et ensuite, lorsque l’économie virtuelle aura fini d’aspirer ce qui reste de l’argent réel ? Ben, deux solutions face à des foules qui auront faim et plus grand chose à perdre (passons sur ces points négligeables que sont les crises climatique et alimentaire) : une bonne grosse guerre à la papa, ou bien l’inflation, super, hyper ou méga. Si vous avez une alternative, indiquez-moi la svp !
    Le pire, c’est que je ne suis même pas pessimiste.

    1. Juste soucieux ?
      J’ai résolu pour ma part de demeurer pessimiste gai!
      Ce qui signifie que je suis toujours satisfait vu qu’ayant prévu le pire..il n’arrive jamais…jusqu’à présent.

  14. @François Leclerc

    Paul Krugman, sur son blog ‘conscience of a liberal » a des arguments très convaincants pour dire qu’il n’y a aucun risque d’une augmentation des taux d’intérêt à court/moyen terme (cfr le Japon qui a une dette >100% du PIB, et des problèmes économiques depuis 15 ans, et émet toujours des bons d’état qui partent en-dessous de 1,5%). Ils n’augmenteraient que si l’économie allait beaucoup mieux, auquel cas ce ne serait évidemment pas très grave.

    cfr
    http://krugman.blogs.nytimes.com/2009/11/20/interest-rates-the-phantom-menace/#more-5561
    http://krugman.blogs.nytimes.com/2009/11/23/deficit-hysteria/

    Son explication que le secteur privé joue en criant : »Au secours, au secours » à propos du déficit et des taux d’intérêt, ce n’est pas qu’ils y croient, c’est qu’ils ne veulent pas de mesures du gouvernement pour soutenir l’emploi.

    Qu’en pensez-vous?

    1. Je lis régulièrement Paul Krugman, mais je ne suis pas convaincu par son argumentation.

      Sa campagne permanente en faveur de nouvelles mesures de relance l’amène à s’en tenir plus, en terme d’analyse de l’évolution des taux obligataires, à la situation actuelle qu’à son évolution. Pensant que le marché obligataire, même à terme, ne réagira pas à un nouvel accroissement des émissions (ainsi qu’à celles des autres Etats, qui s’additionnent sur le marché). Cela l’amène, à mon avis, à sous-estimer les effets du carry-trade, qui joue à la baisse le dollar, accentuant par la même la pression sur la hausse des taux. Cette situation est très fragile.

      Quand au Japon, sa dette est financée pour l’essentiel par les résidents, avant tout par les banques japonaises, qui sont d’ailleurs totalement déséquilibrées à cause de cela. Il est donc compréhensible que les taux des obligations japonaises soient restés bas.

  15. dans un systeme (toujours en turbulence par définition) en tel déséquilibre,il y a 4 phènomènes possibles
    l’explosion versus guerre
    l’implosion versus faillite
    l’hyper-inflation versus diminution patrimoine
    l’hyper-deflation versus diminution revenu
    à ma connaissance dans l’histoire,au niveau « mondial »,les 4 en meme temps,çà ressemble étrangement à la chute de rome(sauf qu’il y avait des esclaves)(euh,le peuple pauvre d’aujoud’hui,çà y ressemble aussi,non?)
    pas de solution?
    si,supprimons une seule variable à ce systeme,le profit!

    1. Vous exposez quelques raisons expliquant la possible disparition de nos sociétés.
      Les archéologues se demandent toujours comment et pourquoi les Incas ont abandonné leurs grandes cités.
      Ils se sont probablement surendettés et le FMI (Foutoir Minable Inca) a fait le reste….
      Désolé.

  16. Le dogme néolibéral admis et pratiqué par les banquiers « Centraux » depuis plus d’une décennie est la maîtrise de l’inflation, au point que Trichet en plein éclatement de la « crise » induite par les sub-prime se félicitait et se rassurait de l’absence d’inflation: preuve que tout allait bien.
    A l’évidence, l’inflation qui gêne c’est celle qui affecte les rentiers.

    Mais eux ne sont pas concernés par la cherté des tickets de cantine scolaire, du métro et de la baguette de pain.

    Merci M. Leclerc, il apparaît bien que vous tenez là deux variables déterminantes qui décideront de l’infléchissement à court-moyen terme de la déconfiture du monde capitaliste.
    Le rapetissement du répertoire des « refuges »= les matières premières sont le candidat résiduel unique(?) et là pointe le grondement de la révolte sociale dans les pays dits pauvres privés par qui l’on sait de leurs cultures vivrières et sans autonomie alimentaire.
    Et l’inflation.
    seul mode de fonte possible pour les États de réduire leur dettes.(?)

    en dehors des solutions paniques de détruire l’Iran nucléairement par exemple..

    Par ailleurs, ça existe où de l’économie politique non subjective?
    étant entendu qu’elle est obligatoirement insérée dans un référentiel idéologique produit par une catégorie sociale qui dispose du « savoir » et du pouvoir.

    1. Vous perdez votre temps, anonyme, il y a deux jours, j’ai déjà tenté de faire passer l’info sur les possibles manipulations volontaires de données par les experts du GIEC, à propos du réchauffement global, je me suis immédiatement fait traiter de « propagandiste libéral », probablement grassement payé par les multinationales pétrolières. Ah, mais c’est que nous sommes sur un site sérieux ici, estampillé et garanti pure « Gauche Officielle »…

  17. LE PRINCIPE DE PETER:
    Tout employé tend à s’élever à son niveau d’incompétence

    LE PRINCIPE DE DILBERT:
    Les gens les moins compétents sont systématiquement affectés aux postes où ils risquent de causer le moins de dégâts : l’encadrement.

    Dans une entreprise dilbertienne, les dirigeants sont ceux qui sont les plus nuls aux postes subordonnés. En particulier, ils ne comprennent rien à la technologie et manquent de bon sens dans les cas les plus graves.
    Réciproquement, les employés les plus compétents ne sont en aucun cas promus, car irremplaçables à leurs
    postes, dans une logique contraire à celle du principe de Peter.

  18. @ Un passant soucieux
    Votre analyse et votre perception de la situation, qui vous préoccupent et qui résultent en l’anticipation d’une évolution en pire, ne vous permettent pas de vous qualifier de non pessimiste.
    Pour l’optimisme de demain, il y a, franchement, intérêt à être pessimiste aujourd’hui.

    @ Bruno
    Le profit tel que nous le connaissons maintenant serait à supprimer, car c’est un profit d’insatiabilité.
    Il faudra donc aller voir du côté des insatiables qui mangent la main qui les nourrit. Derrière cette économie, il y a une poignée d’hommes.

  19. Les conditions pour la réapparition des monnaies franches ne sont-elles pas en train d’être réunies, afin de réduire les interconnexions et redonner une certaine autonomie aux économies locales? Ou dit autrement, ne va t’il pas devenir économiquement favorable de remettre en place des monnaies franches afin que l’économie réelle soit moins pénalisée par la décrépitude du système financier global? C’est un peu une question de thermodynamique et de moindre énergie.

  20. je reviens sur un sujet déjà évoqué ici, à l’occasion d’un article paru dans la Tribune : http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20091123trib000446099/seules-40-des-auto-entreprises-generent-un-chiffre-d-affaires.html ;
    le résumé de l’article :

    Près de 242.000 auto-entreprises ont été créées depuis la création de ce statut, le 1er janvier. Mais seulement 40% d’entre elles ont dégagé un chiffre d’affaires, selon le secrétaire d’Etat aux PME, Hervé Novelli.

    j’avais émis un avis très réservé sur ce dispositif; la corporation des grossistes me l’avait reproché;

    1. Je pense que le but réel de l’instauration de l’autoentrprise est la récupération-révélation des acteurs du travail noir.
      Novelli est parfaitement conscient qu’une bonne portion des services rendus par les autoentrepreneurs n’est pas déclarée.
      Mais une part l’est et:
      – rapporte un peu à l’état…peut-être plus si affinité à long terme et si l’état existe encore.
      – dénonce les acteurs déclarés de ce secteur au cas où il deviendrait nécessaire de les  »contraindre »…
      – évite sans doute la déprime des « fin de droits »…donc leur agitation sociale anarchique éventuelle car non contrôlée par un syndicat.

      Il faut rappeler que ce statut est ouvert aux chômeurs, aux salariés qui s’en ouvrent à leur employeur, aux retraités et semble-t-il aux étudiants.
      Les factures des autoentrepreneurs mentionnent cependant
      « TVA NON APPLICABLE »
      Terme un peu léonin n’explicitant pas si elle « existe » dans ce format de droit commercial….

  21. sur la tva à 5,5 , un article sur boursorama :
    https://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=23fc0d1556fa2d332176a8a31c354c9f
    mais nul part on ne lira qu’il s’agit de rétablir plus d’équilibre dans la concurrence entre les gros financiarisés et les petits français ; les gros profitant de la tva réduite, et les petits payant plein pot;
    il n’est d’ailleurs pas mentionné combien rapporterait une tva à 19,6 appliquée à ces multinationales, et quel est le manque à gagner de la tva réduite qui leur est appliquée ; on aurait vite trouvé l’argent qui manque;

  22. « Tout le monde se tourne vers le gouvernement pour qu’il résolve tous les problèmes. Trente cinq millions d’Américains — presque l’équivalent de la population de l’Espagne — dépendent du programme de bons alimentaires des dirigeants pour pouvoir manger tous les jours. Au moins, la plupart des Américains font pénitence dans leur vie privée.

    Les dirigeants disent qu’il est trop tôt pour mettre un terme aux efforts de relance. Les crédits immobiliers et les assurances chômage viennent juste d’être rallongés. Un remaniement de plusieurs milliers de milliards de dollars du système de santé est en route. Même en cas d’une réelle reprise — ne retenez pas votre souffle — les déficits sont censés atteindre les 1 000 milliards de dollars par an pour les dix prochaines années. Il est plus probable, comme nous l’avons déjà dit ici il y a quelques semaines, qu’il soit de 2 000 milliards de dollars par an.
    […]
    Le temps que le trentenaire d’aujourd’hui ait une famille, une maison, et une hypothèque, il aura aussi sa part d’un déficit de 2 0000 milliards de dollars — sans compter les obligations hors-budget du gouvernement américain — un total de plus de 100 000 milliards de dollars !

    « Les plans de relance ne sauveront pas l’emploi » par Bill Bonner

    http://www.la-chronique-agora.com/articles/20091123-2300.html

  23. Merci à monsieur Leclerc pour ce billet.
    Il est maintenant évident que les dettes publiques ne peuvent plus être remboursées. La seule question qui se pose est donc la suivante: quelle forme de répudiation est la plus acceptable? ( ou la moins inacceptable) De ce point de vue l’histoire des Etats est très riche, et il est intéressant d’y jeter un coup d’oeil.
    Maintenant, la répudiation ( du point de vue du système économique en place) ne doit pas être considérée comme un echec mais comme la solution: le désendettement est une diminution de la demande globale et donc un approfondissement de la crise. Le problème est qu’aujourd’hui l’endettement ne peut plus s’accrôitre et qu’il ne peut non plus diminuer. Seule la fuite en avant vers la répudiation est envisageable.
    Le vrai problème de l’humanité est donc celui de l’optimisation de la répudiation, sachant que l’inflation classique si paisible est inaccessible pour l’instant….et sans doute assez durablement.

    1. La répudiation des dettes publiques me paraît être en soi comme un jeu de mikado en équilibre fragile où on retire brutalement la baguette du dessous. Mais vous parlez d’optimisation de la répudiation, comment voyez-vous cela ? Merci de votre réponse.

    2. Si répudiation il y a, c’est qu’elle aura été vraisemblablement induite par l’éclatement d’un système monétaire victime expiatoire d’une guerre des monnaies.
      Avec pour couronnement un retour aux monnaies nationales, pour l’Europe particulièrement, qui permettra ainsi de restaurer les souverainetés perdues.
      Dans ces conditions, la répudiation ne devrait pas être trop difficile à optimiser, les mouvements de capitaux ayant perdu, c’est le moins que l’on puisse dire, une grande part de la furtivité qui les caractérise actuellement.
      Ce qui, aujourd’hui, est constitutif de leur puissance destructrice, devrait, demain, représenter une faiblesse rédhibitoire, dont l’origine serra due à un tarissement significatif des flux mis en circulation.
      L’intelligence distribuée, devrait remplacer le capital mondialisé (peut-être).

    3. Répudiation ! Vous voulez la guerre ou quoi ? Mon airbus Paris-Pékin a été araisonné par des Migs et saisi car mon gouvernement ne veut pas rembourser ses créanciers russes.Je dois rentrer à pieds !

    4. « L’histoire des Etats est tres riche »
      Serait-il possible d’avoir des exemples concrets concernant les differentes solutions:
      – Repudiation,
      – Inflation (Hyper),
      -…

  24. Une éolienne capable de satisfaire les besoins en eau de la planète,une invention revolutionnaire pour l’agriculture nourriciere aussi :

    http://www.goodplanet.info/goodplanet/index.php/eng/Contenu/News/Une-nouvelle-eolienne-transformant-l-eau-de-l-air-en-eau-potable-cherche-acquereur/(theme)/270

    http://www.laprovence.com/articles/2009/10/08/932068-France-Il-transforme-l-air-en-eau-potable.php

    cette alternative concrete sera presente lors des

    Mobilisations paysannes contre l’OMC: « l’Organisatrice mondiale des crises»

    Communiqué de presse – La Via Campesina/Uniterre

    (Genève, le 24 novembre 2009) Du 27 novembre au 3 décembre prochain, le mouvement paysan international La Via Campesina et Uniterre seront présents à Genève à l’occasion de la 7ième Conférence de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC).

    Une trentaine de délégués (hommes et femmes) en provenance d’Afrique, d’Asie et d’Europe comptent rappeler aux ministres qui vont se réunir leur responsabilité dans le chaos actuel alimentaire, financier, et climatique.

    Le bilan des politiques de l’OMC et des accords de libre échange est catastrophique, notamment pour l’agriculture paysanne mondiale. Le cycle de Doha – soit disant cycle du développement – est tout au plus un cycle de développement des crises.

    Pascal Lamy, le directeur général de l’OMC n’a de cesse de présenter les politiques de son organisation comme une solution miracle pour les économies du monde. Mais, après 15 ans d’opposition aux politiques de l’OMC, les paysans et les paysannes ont rebaptisé l’OMC « l’organisatrice mondiale des crises ».

    En Europe, les exigences de l’OMC, sont à l’origine de la politique ultra libérale de la commission européenne qui fait courir à sa population agricole de grands risques de faillite. La récente grève du lait suivie par les éleveurs laitiers de 21 pays européens est directement liée à l’abandon des quotas laitiers imposé par l’OMC.

    En Suisse, depuis mi septembre de nombreux paysans ont entamé la « révolte paysanne » pour dénoncer les prix trop faibles à la production et la mainmise des intermédiaires.

    En Inde, la paysannerie est aussi au bord de la faillite. Ce sont par dizaine de milliers que début septembre, les paysans ont afflué dans les rues de Dehli pour mettre leur gouvernement face à ses contradictions. Alors que d’un côté, le ministre du commerce indien promet de protéger l’agriculture indienne, il avalise par ailleurs une base de négociation à l’OMC qui met en danger les moyens de subsistance de plus des 2/3 de la population indienne.

    En Corée, les paysans et les paysannes vivent les mêmes difficultés que les producteurs de laits européens ou les paysans indiens puisque le prix du riz ne couvre pas leur coût de production.

    Des leaders de ces différentes luttes seront présents à Genève pour porter jusqu’aux oreilles des ministres des pays membres de l’OMC le message de désespoir et de révolte des milliers de paysans et paysannes qu’ils représentent.

    Ils présenteront également leur alternative aux crises actuelles, la souveraineté alimentaire, le droit de produire localement et de manière durable pour se nourrir et nourrir les communautés avoisinantes…..

    http://www.viacampesina.org/main_fr/index.php?option=com_content&task=view&id=462&Itemid=1

    1. A lire ou à relire, l’excellent ouvrage de Jean ZIEGLER (rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l’alimentation): « L’EMPIRE DE LA HONTE »
      Livre édité en 2005 chez Fayard

  25. Bonjour M Leclerc,

    Je voulais vous poser une question, j’ai vu les défaillances d’entreprise ne décline pas aux Etats Unis bien au contraire. Je me demandais qui est exposé au LBO ? Est ce les banques ou d’autres organismes? IL est stupéfiant que les LBO soit banni du vocabulaire des dirigeants à l’heure ou les défaillances d’entreprises sont aussi grande.

    1. Cela fait partie des petits jardins secrets des banques ! Ce sont elles qui sont en premier lieu exposées, puisqu’elles ont prêté les fonds grâce auxquels les opérations de LBO ont pu être réalisées ! En France, où il est estimé qu’environ 1500 entreprises sont sous LBO (et donc doivent rembourser les prêts ayant permis leur acquisition par un fonds spécialisé), près d’un quart d’entre elles rencontrent des difficultés. Selon l’enquête commanditée par l’Afic (Association française des investisseurs en capital), 14% d’entre elles ne parviendraient pas à faire face à leurs échéances. Les banques, dans ces cas, rééchelonnent. Au pire, elles entrent au capital en compensation.

    2. Au chapitre des LBOs, il y en a un paquet en France, c’est le moins qu’on puisse dire! Mais rassurez vous, c’est le cas dans tous les pays!
      A titre d’exemple, voilà quelques enseignes dans le portefeuille du seul KKR equity: Toy’s r us, Pages Jaunes, Legrand, NXP Semiconductors (ex-Philips Semiconducteurs), Rockwood, etc…
      Voilà de belles entreprises, certaines françaises, d’autres non mais avec des déclinaisons sur notre territoire. Toutes ont aujourd’hui des taux d’endettement à la limite (ou souvent au delà) du supportable (typiquement à 100-150% de leur chiffre d’affaire annuel…).
      En particulier, celles rachetées juste avant le crash sont dans une situation critique car largement surévaluées au moment de leur rachat, donc largement sur-endettées.

  26. Comment créer une banque locale avec une monnaie locale, à l’échelle d’une ville par exemple?
    et le réaliser.
    Voilà ce à quoi je vais m’attacher, même si je n’ai aucune formation en éconoie ni en finances.

    Voilà ce qui peut remplacer avantageusement « tout le pouvoir aux soviets »

    1. « Comment créer une banque locale avec une monnaie locale »
      Nécessité de créer, au préalable, une police locale puis une justice locale, le reste devrait ensuite se faire aisément.

  27. A Monsieur Leclerc;
    Vous avez raison il s’agit d’un jeu de mikado…mais parfois (rarement) il est des joueurs qui s’en sortent sans casse. J’ai publié un papier : « le trou noir de la finance n’engloutira pas les Etats » (sur mon blog) dans lequel j’essaie de montrer qu’il n’existe pas d’autre solution politique que la répudiation. Mais je reconnais, et je le répête sans cesse dans ce papier que les choses ne seront pas faciles, voire très dangereuses. Ce que je sais aussi, c’est que les entrepreneurs politiques au pouvoir dans les grandes démocraties seront bientôt acculés et qu’ils devront mettre au pas la finance à peine de disparaître eux mêmes. Je m’attend donc à un coup d’Etat par les Etats eux mêmes. La répudiation est l’inéluctable solution…mais l’optimisation de cette dernière est un terme que j’emploie pour ne pas me montrer trop pessimiste…

    1. @ monsieur Werrebrouck,

      J’ai lu l’ensemble de votre long et bien intéressant billet même si je n’ai pas forcément tout compris.

      Une question me vient: comment pourrait réagir la Chine à cette répudiation des dettes américaines notamment, autrement qu’en confisquant l’ensemble des investissements en moyens de production étrangers réalisés sur son sol en guise de compensation ?

      Intéressante perspective, non, pour nos joyeux capitalistes ? Doublée d’une vague impression de déjà-vu.

  28. Etats-Unis : le nombre de banques figurant sur la « liste à problèmes » continue d’augmenter. Depuis le début de l’année, 124 banques ont fait faillite. En tout, 552 banques pourraient faire faillite.

    Le fonds de garantie bancaire se prépare au pire : il vient de provisionner 38,9 milliards de dollars pour couvrir les pertes de l’année prochaine.

    Lisez cet article :

    Etats-Unis : le fonds de garantie bancaire dans le rouge.

    La multiplication des faillites bancaires plombe les comptes de la Federal Deposit Insurrance Corporation (FDIC). L’organisme américain chargé de garantir les dépôts bancaires affiche en effet affiche un solde négatif de 8,2 milliards de dollars (5,5 milliards d’euros) au troisième trimestre, pour la première fois depuis 1992.
    La FDIC explique que ce solde résulte de 21,7 milliards de dollars provisionnés en plus au troisième trimestre pour couvrir les faillites prévisibles.
    Au total, l’organisme a enregistré une provision de 38,9 milliards de dollars « pour couvrir les pertes de l’année prochaine ».
    De fait, le nombre de banques figurant sur la « liste à problèmes » du FDIC a augmenté de 33 % durant le trimestre, à 552, soit son niveau le plus élevé depuis 1993, alors que 124 établissements ont déjà fait faillite outre-Atlantique depuis le début de l’année, du jamais vu depuis 1992.

    http://www.latribune.fr/entreprises/banques-finance/industrie-financiere/20091124trib000446509/etats-unis-le-fonds-de-garantie-bancaire-dans-le-rouge.html

  29. Un article pour les anglophones, signalé par le site contreinfo.info :

    Most global banks are still unsafe, warns S&P.
    Standard & Poor’s has given warning that nearly all of the world’s big banks lack sufficient capital to cover trading and investment exposure, risking further downgrades over the next 18 months unless they move swiftly to beef up their defences.

    http://www.telegraph.co.uk/finance/newsbysector/banksandfinance/6638922/Most-global-banks-are-still-unsafe-warns-SandP.html

    La plupart des grandes banques internationales ne satisfont pas aux ratios prudentiels de capitalisation.

    – la banque Mizuho Financial : seulement 2 % de fonds propres.
    – Citigroup : 2,1 %.
    – UBS : 2,2 %.
    – Sumitomo Mitsui : 3,5 %.
    – Mitsubishi : 4,9 %.
    – Allied Irish : 5 %.
    – DZ Deutsch Zentral : 5,3 %.
    – Danske Bank : 5,4 %.
    – BBVA : 5,4 %.
    – Bank of Ireland : 6,2 %.
    – Bank of America : 5,8 %.
    – Deutsche Bank : 6,1 %.
    – Caja de Ahorros Barcelona : 6,2 %.
    – UniCredit : 6,3 %.
    – Barclays : 6,9 %.

  30. Dominique Strauss-Kahn estime qu’il reste « d’importantes pertes » bancaires « non dévoilées » dans le monde.

    « Cinquante pour cent sont peut-être encore cachées dans les bilans », déclare le directeur général du Fonds monétaire international (FMI) dans un entretien au « Figaro » de mercredi 25 novembre.

    D’après lui, « on peut aujourd’hui considérer que la crise financière est à peu près maîtrisée », mais la reprise est « fragile » et une rechute ne peut être totalement exclue.

    La « proportion » des pertes bancaires qui n’ont pas été dévoilées « est plus forte en Europe qu’aux Etats-Unis », affirme Dominique Strauss-Kahn, notant que « l’histoire des crises bancaires, notamment au Japon, démontre qu’il n’y aura pas de croissance vive et saine sans un nettoyage complet du bilan des banques ».

    http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=c31f3aaca0210128eebc891c23254cf6

    Combien les banques françaises possèdent-elles de soi-disants  » actifs « , qui sont en réalité des actifs pourris ?

    Combien les banques françaises possèdent-elles de soi-disants  » actifs « , dont la valeur est en réalité égale à zéro ?

    Combien les banques françaises ont-elles réellement perdu en 2008-2009 ?

    Combien de banques françaises sont en réalité des banques zombies ?

  31. @ J.C Werrebrouck: Après lecture de votre article « Trou noir »,après la lecture de plusieurs de vos articles via « Contre-Info ».je le trouve aussi stupéfiant que l’article de Krugman sur  » la dette américaine, menace fantome » ( lien mentionné plus haut ), comme les deux extremes d’un meme spectre de macro-économie embarassée par une partie des contraintes du réel. Ceci dit je me dois de vous féliciter pour l’idée d’entrepreneurs politiques,qui doit correspondre à l’incorporation définitive de ce que certains chercheurs en sciences politiques ont baptisé le berluscosarkozysme.Verdomme ! 2 remarques rapides à valeur d’objection localisée
    Fidèle à une technique du mikado, un zoom sur quelques pailles imbriquées, incorporant au raisonnement le cas de l’Espagne où le dérapage des finances publiques est indépendant de la situation de la finance, je vous écris d’un petit pays,les Pays-Bas, où l’une des complaintes face à un gouvernement particulièrement en panne de politiques possibles face à la crise ( le gvt a présenté à la Reine un projet de budget 2010 avec une prévision de croissance de 0%-sic) est le manque d’entrepreneurs dans sa composition, avec l’annonce dans un proche horizon de coupes sombres dans les dépenses publiques de l’ordre de 35 mds d’euros par an pendant 5 ans, faisant face à une dette publique de l’ordre de 6% du PIB, voisin d’un pays,l’ Allemagne, où la Chancellière a fait approuver une réforme de la Constitution par le Bundestag voici quelques mois pour fixer une échéance, une date butoir pour le retour à l’équilibre des finances publiques, acte politique souverain s’il en est. Et pour rester dans le domaine du comparable et sur le meme plateau continental, deux autres pays dirigés par des anciens ministres des Finances, pays en voie de développement dans le processus de réflexion sur la dette publique, qui continuent à creuser le trou de la dette publique,malgré tous les avertissements et mises en garde de l’ensemble des institutions internationales. Là il faudrait plutot parler de fossoyeurs, comme en représentation sur une scène dont ils vont etre chassés très prochainement par les électeurs contribuables qui ont compris que 3 générations successives allaient devoir payer la facture de leur folie, accélération actée au pire par une intentionnalité type kamikaze au mieux par une dialectique tristement connue du « responsables, mais pas coupables », l’un s’abritant comme au bon vieux temps du village gaulois derrière un bouclier, l’autre dans une sorte d’impossibilité congénitale à émettre une proposition concrète de réduction de la dette publique, tailler à la serpe, là où il faudrait une hache, dans une jungle où 20 de la population active travaille pour le secteur public. Tabula rasa, répudiation de la dette publique ? Rachat au franc symbolique de l’Etat et de sa souveraineté par de riches Orientaux, ou LBO ? Là je dois dire que l’on rentre dans un domaine encore moins connu que les trous noirs, l’économie fiction mise en actes.
    Maintenant, pour revenir au niveau micro-économique, à un réel plus tangible, si j’ose dire pour cette nouvelle classe d’entrepreneurs politiques si inventifs, pour prendre un exemple concret, on a appris en début de semaine,que General Motors et ses différentes filliales , a recu 60 milliards de $ d’aide de la part des gouvernements américains et canadiens, soit plus que sa meilleure valorisation( http://www.nakedcapitalism.com/2009/11/ … yment.html ) Scénario en cas de répudiation de la dette ? Comme le gouverment américain qui doit payer 500 mds de $ d’interet sur sa dette dans les six prochains mois ? ( lien que j’avais posté précédemment plus haut ) Comme le dit joliment Paul Krugman, nouveau ‘Ghostbuster’, Menace fantome, qui me fait penser à celle qui entoure les personnages de « La Route »de Cormac Mc Carthy

Les commentaires sont fermés.